• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Art : l’égyptomanie

Art : l’égyptomanie

Le 23 juin 2021, la France a restitué à l'Égypte cent quatorze antiquités découvertes dans la succession d'un bordelais passionné d'égyptologie qui partageait son temps entre l'Égypte et la France. Cette collection semble provenir de fouilles clandestines, car elle comporte des : « objets préhistoriques vieux de plus de 5000 ans, ainsi que des vestiges datés de différentes périodes de l'Égypte pharaonique, dont le Nouvel Empire ». Les experts ont découvert : « un " portrait" du roi Amenhotep III, le grand-père de Toutankhamon, aux côtés d'autres fragments de statues des XVIIIe, XIXe et XXe dynasties royales. Un petit sarcophage à momie décoré d'une tête d'Horus en partie dorée, une statuette féminine en bois, et un masque funéraire polychrome ». Les deux héritiers satisfaits de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Égypte antique ont accepté que ces objets soient restitués à leur pays d'origine.

La civilisation pharaonienne s'étage sur trois mille ans répartie en trente dynasties jusqu'à l'arrivée d'Alexandre en -333. Le premier pharaon, Mènès, a uni vers -4000 à -3200 la Haute et la Basse Égypte en un seul royaume, Nagada, où furent découverts 2 200 tombes. Les historiens ont déterminé trois grandes époques ou Empires entre lesquels il y eut des périodes intermédiaires. Les deux premières dynasties (Ancien Empire), -2700 à -2200, correspondent à l'époque des pyramides monumentales dont la plupart se trouvent à Gizeh proche du Caire (La plus ancienne est celle du pharaon Djoser (-2940 à -2900) construite à Saqqara). La pyramide de Khéops classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979 est entourée de celles de Kephren, Mykerinos et du Grand Sphinx représentant le pharaon avec une tête humaine et un corps de lion, monument parfaitement conservé grâce à son l'ensablement jusqu’à sa découverte en 1925. Les XI° et XII° dynasties, -2060 à -1780 environ, constituent le Moyen Empire ; le Nouvel Empire, -1550 à -1070 est celui qui a le plus marqué les mémoires des collégiens : Toutankhamon - Néfertiti - Thoutmosis III - Aménophis IV (également connu sous le nom d'Akhenaton) - Ramsès II dont le règne a duré soixante-sept ans a envahi la Syrie en -1275 en battant les Hittites lors de la bataille de Kadesh.

Pharaon, à l'image du Sphinx, a une identité divine et humaine qui repose sur le culte d'une vie dans l’au-delà. La survie dépend de l'état de conservation du corps car le défunt doit être reconnu par les esprits, les prêtres procèdent à l'embaumement et recouvrent le corps de fines bandelettes de lin (momie vient de l'arabe moûmiya, bitume). Le tombeau est constitué de plusieurs chambres auxquelles on accède par un dédale aux issues murées et/ou comblées. Les pharaons se vont ensevelir avec leur trésor, du mobilier et des vivres capables d'assurer le passage vers l'au-delà. Il semblerait que les dimensions des pyramides soient proportionnelles à la richesse du pharaon. Les premiers explorateurs européens qui parvinrent à s'introduire dans la chambre funéraire de la pyramide de Khéops n'y découvrirent aucune dépouille, le sarcophage de granit rose était vide. Les pharaons du Nouvel Empire (-1550 à -1070) firent creuser leurs chambres mortuaires à même la roche dans une rive d'un oued asséché, la Vallée des Rois, afin de décourager les pillards. Soixante-deux tombeaux de pharaons ont été découverts entourés de sépultures plus modestes. Le tombeau le plus célèbre de la Vallée des Rois est sans conteste celui de Toutankhamon découvert en 1922. Contrairement aux autres sépultures, celle-ci restée inviolée livra 3 500 objets de qualité muséale.

En 1798, Le général Bonaparte prend la tête d'un corps expéditionnaire en Égypte (sous influence turque) accompagné de nombreux scientifiques. L'année suivante, un officier du génie découvre lors d'un terrassement près de Rosette, une stèle en basalte noir recouverte de trois versions d'un même texte, en hiéroglyphes - en démotique - et en grec. Le 27 septembre 1822, Jean-François Champollion, un jeune professeur des langues anciennes, démontre devant l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres que certains hiéroglyphes ont une valeur phonétique. Sachant que le nom de Ptolémée figure dans un cartouche, il établit une comparaison avec le cartouche au nom de Cléopâtre, d'en déduire les lettres P, O, L. Après quatorze années passées à étudier ces textes il rédige une grammaire égyptienne et un dictionnaire ! En 1829, Champollion informe Mehemet-Ali (1769-1849), Pacha d’Égypte, de l’intérêt du patrimoine antique de l’Égypte et de l’urgence d'en assurer la préservation. Quelques gardes vont veiller sur les fouilles.

L'égyptologie est née, la France va considérer cette nouvelle discipline comme une « Science française ». Champollion décédé en 1832, de jeunes hommes vont assurer la relève. L'Allemand Richard Lepsius (1810-1884) suit les cours d’archéologie au Collège de France avant de diriger l’expédition (1842-1859) pour le compte du roi de Prusse, Frédéric Guillaume IV dont les découvertes vont constituer le fonds des collections du musée de Berlin. Les nombreux récits de voyage en Égypte publiés vont contribuer à l'engouement de la civilisation égyptienne, on en retrouve l'inspiration dans le mobilier du Premier Empire et du consulat. Cette nouvelle discipline va bénéficier d'aides publiques très importantes et ainsi de permettre au musée du Louvre de se constituer d'importantes collections et financer la création d’une mission permanente au Caire.

Le 25 octobre 1836, 200 000 Parisiens sont rassemblés sur la Place de la Concorde (ancienne place Louis XVI) pour assister à l'érection de l'obélisque offert par le Pacha Méhémet Ali à Charles X. Le transport du monolithe de granit rose qui marquait l'entrée du temple de Louksor édifié pour Ramsès II en -1240 (XIX° dynastie), d'une hauteur de 23 mètres et pesant 227 tonnes, a nécessité deux bateaux, un pour son acheminement par voie maritime, l'autre pour remonter la Seine, le trajet a pris deux ans.

La première croisière sur le Nil est lancée par Thomas Cook en 1840. Se rencontrent sur le terrain : voyageurs, collectionneurs, mécènes, érudits, consuls et fouilleurs qui parcourent la vallée du Nil inlassablement et explorent ou exploitent la plupart des sites antiques. L'ingénieur Émile Prisse d’Avennes (1807-1879) passionné par l’Égypte antique, dépose la « chambre des ancêtres » de Karnak qui sera conservée au musée du Louvre. Les médecins Clot-Bey et Godard rassemblent une collection d’antiquités qui va rejoindre les musées du Louvre, de la Vieille-charité à Marseille et d’Aquitaine à Bordeaux. En 1850, l’égyptologue Auguste Mariette se rend en Égypte pour y acquérir des manuscrits coptes destinés au musée du Louvre. Le 5 juillet 1858 il est nommé responsable de la conservation des monuments, premier directeur du service des antiquités, et ouvre de nombreux chantiers de fouilles avant de fonder en 1863 le premier musée égyptien. Les égyptologues sont pour la plupart d'entre eux des autodidactes, la discipline en tant que telle ne sera enseignée que vers 1870, et le service des antiquités égyptiennes ne sera officiellement créé qu’en 1877.

Le partage des objets découverts entre l’Égypte et les pays tiers se généralise : Allemagne, Amérique, Angleterre, Belgique, France, Italie, Suisse auxquels viennent se joindre les Égyptiens (l'accord sera appliqué jusqu'à la Seconde Guerre mondiale). L’obélisque de la place de la Concorde va être l'épicentre des expositions universelles de 1867, 1878, 1889 et 1900 et contribuer à l'essor de l'égyptologie. Les musées voient leurs collections s’accroître. La mission permanente française au Caire créée en 1880 va donner naissance à l'Institut français d'archéologie orientale en 1898, quatre années plus tard, l’Égypte décide de n'accorder des autorisations de fouilles qu'aux seuls représentants des sociétés savantes (la direction du service des antiquités va rester sous présidence française jusqu'en 1952).

En 1937, l'obélisque de la place de la Concorde est classé monument historique, son sommet est coiffé d'une pyramide dorée à l'or fin en 1998. La pyramide du Louvre inaugurée le 30 mars 1989, surnommée par les Parisiens « Tontonkhamon » en référence au président Mitterrand, haute de 21,64 mètres et d'une base carrée de 35,24 mètres de côté, présente les mêmes proportions que la pyramide de Khéops, de quoi ravir les adeptes de la pyramidologie... Selon le colonel Guy-Claude Mouny (1930-2007) : la Grande pyramide serait la balise des archives de l'Atlantide cachée sous le Sphinx.

Après le succès de l'exposition « Toutankhamon et son temps » au Petit-Palais en 1967 (1,2 million d'entrées) et « Toutankhamon, le trésor du Pharaon » à la Grande Halle de la Villette en 2019 (1,5 million de visiteurs), l’Égypte sera de retour à Paris en 2024 avec l'exposition « Ramsès et l'or des pharaons ». Les visiteurs pourront y admirer 170 objets et pièces de prestige parmi lesquelles la grande statue du roi Khéphren, la plus ancienne statue à l’effigie du pharaon connue, Hathor la déesse de l’amour, des colliers or et pierres précieuses. En attendant, cet événement, il est encore possible de visiter l'exposition « Pharaon, Osiris et la momie » au musée Granet d'Aix-en-Provence, prolongée jusqu'au 26 septembre 2021 en raison de la COVID 19. Sont exposées plus de 200 pièces majeures : des bas reliefs de la grande pyramide de Khéops, plusieurs stèles de premier ordre, un sarcophage et sa momie, et, entre autre pièce monumentale, le colosse royal de la lignée des pharaons Ramsès.

 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion 8 juillet 08:17

    « Les deux héritiers satisfaits de contribuer à la valorisation du patrimoine de l’Égypte antique ont accepté que ces objets soient restitués à leur pays d’origine. »

    Ils ont peut-être de quoi se consoler.

    On a une idée du montant du reste de l’héritage et/ou des termes de la « négociation ». Il faut noter que l’enquête qui a mené à cette restitution a été déclenchée par une « dénonciation anonyme ». 

    lien



    • Clocel Clocel 8 juillet 10:03

      C’est une drôle d’Égypte qui se cache derrière la pyramide du Louvre.

      Le pacte officiel de la république avec le diable, à détruire en priorité...


      • En surface, tout donne l’impression de s’écrouler...mais dans les sous-couches, un nouveau monde lentement prend forme en récupérant le meilleur du passé...La féodalité aussi (avec l’avantage de pouvoir trier) : quelle superbe aventure : les derniers des Mohicans qui sont allés à contre-courant. Plus de 600 000 visites par an : https://www.youtube.com/watch?v=8qO_ghEJAbY


        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 8 juillet 10:38

          Un article sur l’art sans illustration... C’est un peu frustrant... 


          • zygzornifle zygzornifle 9 juillet 09:32

            ToutenMacron ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité