• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Au Sahel : la planification familiale face au changement climatique

Au Sahel : la planification familiale face au changement climatique

L'éducation à la planification familiale et la gestion des risques liés au changement climatique vont de pair dans la région africaine du Sahel, avec des prévisions de températures plus élevées et de croissance de la population.

Traduction d'un article de Rachel Mueller emprunté à https://www.populationmedia.orgÀ lire et à méditer, à l'heure où une mondialisation irréversible, résultant d'un progrès voulu par le plus grand nombre, a aboli les frontières entre les hommes. Toutes les misères de l'humanité étant ainsi appelées à se répandre un peu plus chaque jour, ne devons-nous pas nous préparer à en supporter notre part ?

 

Le Niger et d'autres pays de la région du Sahel en Afrique sont confrontés à une combinaison brutale des taux de croissance démographique les plus élevés du monde et des effets dévastateurs du changement climatique - une combinaison qui provoque des catastrophes. Certains scientifiques estiment à présent que la planification familiale pourrait contribuer à soulager quelque peu les deux problèmes.

« Ici au Niger, lorsque nous parlons de changement climatique, nous parlons de renforcement de la résilience », a déclaré Sani Ayouba, directrice exécutive de Jeunes volontaires pour l'environnement (JVE) basée à Niamey, au Niger. Ce besoin de résilience a incité Ayouba à fonder JVE, qui s'attaque aux défis environnementaux nigériens en mobilisant les jeunes et les femmes et en renforçant le leadership au niveau local. Récemment, JVE a commencé à inclure l'éducation à la planification familiale dans sa programmation « comme un autre moyen d'adaptation », a-t-il déclaré lors d'une interview.

La planification familiale, au sens large, offre aux femmes la possibilité d’agir de manière proactive quand et si elles ont des enfants en utilisant la contraception ou en retardant ou en évitant la grossesse par d’autres moyens. Dans des régions comme le Sahel, où les taux de fécondité sont plus élevés que dans la plupart des pays, selon une enquête de la Banque mondiale de 2016, l'éducation et les efforts en matière de planification familiale aboutissent à des familles moins nombreuses. Les petites familles signifient moins de bouches à manger, une adaptation importante pour les habitants du Sahel confrontés à la hausse des températures et menaçant ainsi la sécurité alimentaire. Une population moins nombreuse peut également contribuer à réduire l'empreinte carbone.

C'est un territoire difficile. Certains font valoir que la responsabilité de réduire la population mondiale pour des raisons climatiques ne devrait pas incomber aux pays dont l'empreinte carbone est de minimis , comme c'est le cas du Niger.

« Tout ce que nous pouvons faire pour ces pays qui ont très peu d’empreinte carbone, c’est de les aider à s’adapter », déclare Malcom Potts, professeur émérite à la School of Public Health de l’Université de Californie à Berkeley et cofondateur de Organizing to Advance Solutions dans le Sahel (OASIS).

En outre, s’agissant de la planification familiale, « la question est aussi une question culturelle et également une question de religion », a déclaré Ayouba. Les gens ne veulent pas limiter le nombre d'enfants qu'ils ont parce qu'ils considèrent les grandes familles comme une marque de civisme, a-t-il déclaré. "Même s'ils n'ont rien, ils pensent qu'avoir plus d'enfants fait partie de la [richesse de la vie]."

Mais comme les conditions environnementales ne cessent de s'aggraver et que la croissance démographique ne montre aucun signe de ralentissement, « nous devons envisager une trajectoire de deux à trois décennies », a déclaré Potts en parlant de ce qu'il considère comme un besoin urgent de mettre en œuvre des stratégies de planification familiale. "Les gros problèmes mettent longtemps à se dévoiler."

Prévisions pour le Sahel : plus chaud, plus de gens, plus de faim

Les températures dans le Sahel devraient augmenter de 7 à 10 degrés Fahrenheit d'ici 2050 et augmenter de 3 degrés Fahrenheit supplémentaires d'ici à 2100.

Selon des estimations conservatrices de la croissance démographique dans la région, leur nombre passera de 100 millions en 2010 à 340 millions en 2050. Par ailleurs, dans une étude réalisée par l'Université de Lund en Suède, les habitants du Sahel ont utilisé 41% du carbone disponible dans le paysage en 2010, soit plus que le double des 19% en 2000.

« Alors que la population devient totalement incontrôlable », a déclaré Potts, « il y aura beaucoup de personnes très affamées ».

Des organisations comme OASIS utilisent la planification familiale et l'autonomisation des femmes pour réduire la croissance démographique et lutter contre les effets du changement climatique.

Alisha Graves, cofondatrice de Potts of OASIS, définit l'autonomisation comme la capacité de faire des choix de vie importants ou stratégiques et d'agir en conséquence. « La planification familiale ne consiste pas à dire aux femmes ce qu'elles doivent faire, mais à leur donner ce qu'elles veulent », a-t-elle déclaré, citant sa collègue, Ndola Prada, MD, médecin et démographe médical.

Bien que 5% seulement des femmes mariées nigériennes âgées de 15 à 49 ans utilisent des contraceptifs modernes, 20% des enquêtes démographiques et de santé menées en 2013 par OASIS ont déclaré que leur désir de planification familiale n'était pas satisfait. En comparaison, le taux d'utilisation de la contraception par les femmes aux États-Unis est de 61,7% .

Peur du bétail en train de dépérir et de mourir

OASIS a été créé en 2012 lorsque Potts a examiné la croissance de la population associée à l'impact du changement climatique au Sahel. Il a conclu qu’au milieu du siècle, des centaines de millions de personnes « regarderont leurs récoltes et leur bétail se faner et mourir ».

« Je comprends pourquoi les gens ont peur de parler de [planification familiale] », a déclaré Graves, « mais même garantir aux femmes une santé et des droits sexuels et reproductifs sera mis à l'épreuve par une croissance démographique très rapide, car il n'y aura même pas d'agents de santé. pour leur donner les informations dont ils ont besoin. "

En dépit des controverses inévitables liées aux activités de planification familiale, les experts affirment qu’elle peut très bien réduire le taux de fécondité d’un pays. Relever l'âge de mariage des filles et les maintenir à l'école sont également essentielles pour réduire le taux de fécondité d'un pays.

Par exemple, augmenter l'âge de mariage des filles de cinq ans pourrait réduire de 15 à 20% la croissance démographique future, selon la démographe Judith Bruce et John Bongaarts, vice-président du Population Council, écrivant dans le livre de 2009 A Pivotal. Moment : population, justice et défi environnemental .

« Il y a un lien direct avec le temps que vous restez à l'école et votre fécondité, car vous êtes susceptible de vous marier plus tard. Vous êtes plus susceptible de vouloir travailler en dehors de la maison et avoir les moyens de le faire », a déclaré Graves. « Vous êtes plus susceptible de pouvoir négocier avec votre mari les décisions concernant la taille de la famille et de déterminer si vous pouvez accéder aux services de santé. »

À l'échelle mondiale, le soutien à la planification familiale augmente régulièrement. L'USAID a investi près de 200 millions de dollars dans la santé maternelle et infantile et la planification familiale en 2017 au Sahel, contre près de 150 millions de dollars en 2014. Le budget global de l'USAID pour cette catégorie pour 2017 s'élevait à 1,1 milliard de dollars.

Une étude réalisée par le Guttmacher Institute a montré que les efforts de planification familiale de 1999 à 2014 ont augmenté dans les quatre domaines mesurés : politiques, services, évaluation et accès. L'étude a mesuré l'effort potentiel que chaque pays pourrait consacrer à la planification familiale. Avec 60,3% de l'effort potentiel, c'est en Asie que l'effort a été le plus fort en 2014, mais c'est en Amérique latine que l'augmentation a été la plus forte, à 10,1%.

Avant la création d'OASIS, des chercheurs du Centre Bixby de Berkeley se sont associés à l'Initiative sur la population et la santé en matière de reproduction d'Ahmadu Bello de l'Université du Niger pour lancer un programme destiné aux populations haoussa du nord du Nigéria. Le programme a enseigné aux filles en dehors de l'école et leur a donné des modèles féminins locaux. Grâce à ce programme en 2012, 97% des filles ont été inscrites à l'école secondaire en 2012, contre 36% en 2007. L'âge du mariage a été retardé de 2,5 ans, passant de 14,9 à 17,4 ans.

OASIS prévoit de lancer un programme similaire avec le peuple haoussa au Niger au début de 2019.

« La jeune fille, sa famille et ses futurs enfants, bénéficient de toutes sortes d'avantages », a déclaré Mme Graves. « Des avantages économiques, mais aussi des implications pour la santé et l'éducation de ses enfants. »

JVE aussi exprime son optimisme quant à sa capacité à changer de culture. Ayouba a parlé de la prise de conscience croissante par la communauté des problèmes climatiques et de l'acceptation de la planification familiale. "Ils sont propriétaires de certains [des] programmes", a-t-il déclaré. Les objectifs de JVE pour l'avenir sont d'étendre ses programmes d'un mois et d'un an sur trois à cinq ans, a déclaré Ayouba.

« Nous nous considérons comme une sorte de centre d’excellence en matière de bonnes pratiques en matière de changement climatique », a déclaré Ayouba.

 

Auteur : Rachel Mueller est journaliste, documentariste et étudiante à la Graduate School of Journalism de l’Université de Californie à Berkeley. Elle écrit sur la santé, l'environnement, l'Afrique et le genre.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • pierre 19 janvier 17:35

    Toujours aussi passionnant ce zoom hémorroïdal


    • Claudec Claudec 19 janvier 18:13

      @pierre

      Dommage que la passion ne vous porte pas au-delà d’une ironie de troll, sans rapport avec la gravité du sujet.

      J’ajoute que si votre trou du c. ressemble à mon allias, vous avez comme un défaut de ce côté là. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 19 janvier 19:11

      C’est vrai, ça : grâce à ta crédulité envers les media aux ordres, v’la que tu disposes du bouton de réglage du climat !


      • baldis30 21 janvier 10:41

        @JC_Lavau

         bonjour,
         d’autant plus que l’article est inspiré d’une école de journalisme à l’américaine ... !
        D’autant plus que les récentes études scientifiques ont largement montré la causalité de gros changements liés à la précession des équinoxes ( premier cycle de Milankovitch) ...
        Le problème est donc le suivant : « comment lutter contre le premier cycle de Milankovitch » .
        Je propose un référendum, et avant le débat d’urgence, l’apposition de panneaux d’interdiction du 1er cycle ( et la limitation des autres ...). 
        En plus de cette mesure à moyen terme et en urgence absolue :
        mise en route de grandes éruptions volcaniques, en Islande, en Nouvelle Zélande , du Tambora, de Santorin, du Toba, des Champs Phlégréens ... au besoin excitées par l’usage de bombes H !


      • microf 22 janvier 00:09

        La seule et vraie richesse, c´est l´être humain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès