• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Avec Ryanair, volez sur les ailes de voleurs !

Avec Ryanair, volez sur les ailes de voleurs !

 

 

J’ai un ami qui est allé passer, il y a quelques semaines, le ouiquinde au Maroc. En avion, au départ de Marseille. Pas cher, vraiment pas cher ! Quelques dizaines d’euros à peine… Par Ryanair, compagnie bas coût qui défraie la chronique. Pourtant l’avion m’a-t-il dit était moderne, bien entretenu à visto de naz et l’équipage semblait compétent. Bien sûr pas de fioriture, pas de gueuleton durant le voyage, pas de superflu. Mais cet avion a livré à Marrakech plusieurs centaines de touristes…

A Marseille, on se souvient que cette compagnie a été condamnée il y a quelques années à une amende de 200 000 euros et à près de dix millions d’euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence pour travail dissimulé sur sa base de l’aéroport de Marseille-Provence. L’entreprise avait ouvert un centre d’activités à Marseille en 2007, sans jamais avoir déclaré son activité ni au registre du commerce ni à l’Urssaf. Gaudin, maire de Marseille a réclamé sans broncher, à l’époque des faits, que l’on change la loi pour autoriser Ryanair à truander en France ! Parce que c’est bien de truandage dont il est question. La compagnie a été condamnée pour faire travailler ses personnels navigants basés à Marseille avec des contrats irlandais, donc sans payer de charges en France. Et ça va loin dans le cynisme : des salariés ont rapporté qu’ils devaient payer eux-mêmes les formations que leur dispense leur employeur… qui les facturerait nettement plus cher que ce qu’elles ne lui coûtent. De même, le personnel de bord doit acheter son uniforme très cher… Les pilotes sont des autoentrepreneurs avec toute la précarité inhérente à ce type d’emploi. En matière sociale, Ryanair n’est pas à proprement parler postée à l’avant-garde : personnel sous payé, syndicalisation interdite, horaires délirants… Selon l’European Cockpit Association (ECA) (, le revenu brut annuel d’un pilote de court-courrier y est inférieur de 28 % à la moyenne, alors qu’il effectue 25 % d’heures de vol en plus ! Ainsi, Ryanair ne paie que les heures de vols (contrats à zéro heures), et non l’ensemble du temps de travail, économisant les congés, les arrêts maladie et les traitements fixes figurant sur les fiches de paye classiques. Et tous ces travailleurs sont déclarés en Irlande, dont le droit social est loin d’être une référence. Mais les personnels commencent à rechigner à se faire exploiter et plumer par cette compagnie voyou : des mouvements de grève se fédèrent dans toute l’Europe contre ces pratiques, d’abord au niveau des personnels de bord maintenant au niveau des pilotes.

Ceci explique en partie le coût ridiculement bas payé par le voyageur. Mais là n’est pas le principal.

Pour Ryanair, les billets payés par les clients représentent à peine 20 % de son chiffre d’affaires ! Les revenus annexes représentent 22 % et les subventions 20 %. Les « revenus annexes » sont pris sur le voyageur pigeon : réservation en ligne, carte d’embarquement, bagage en soute, boisson, génèrent des prélèvements si importants, qu’ils dépassent le prix du billet. La gestion de la flotte (location, financement, vente) est « optimisée » via des filiales dans tous les paradis fiscaux d’Europe (Île de Man, Jersey, Chypre) et même dans l’État du Delaware aux USA. Sa flotte est ainsi à l’abri de toute saisie. Divers prélèvements sur les locations, les voitures ou l’hôtel, et les revenus tirés du paiement par les employés de leur formation ou de leur uniforme, complètent le chiffre d’affaires.

Ryanair ne serait pas gênés de proposer ses voyages gratuitement et même, pourquoi pas, en payant quelques euros aux touristes pour qu’ils voyagent sur ses lignes ! Ça lui ferait une sacrée pub ! En effet, comme nous venons de le voir, dans le budget de ces entreprises, le prix des billets ne représente qu’un revenu marginal. Car le modèle économique des compagnies à bas coût diffère totalement de celui des compagnies classiques. Ces dernières vendent un service (le transport) à des passagers. Ici, le transporteur vend un produit (une quantité de voyageurs, exprimée en « unités ») aux gestionnaires d’aéroport — en général, des collectivités locales — en échange d’avantages financiers de diverses natures. Voilà toute la différence. Autrement dit, lorsque mon ami – bobo nanti bien sympathique qui a les moyens de payer son billet au prix normal – se paie du bon temps au soleil, c’est vous, c’est moi, ce sont des gens qui ne prennent jamais l’avion qui paient son voyage !

Pour faire venir ces compagnies sur leurs aéroports, les collectivités locales paient, et cher. Ces villes et régions ont déroulé le tapis rouge à ces soldeurs aériens dans l’espoir de doper leur développement économique et largement ouvert les cordons de la bourse de leurs administrés. Les montants perçus par EasyJet et Ryanair pour desservir quelques-uns des aéroports français « décentralisés » sont costaux : 2,1 millions d’euros d’aides diverses en trois ans obtenus de la chambre de commerce de Tours ; 4 millions d’« aide marketing » à Carcassonne, rehaussés d’une participation au budget de l’aéroport de 3 millions d’euros. A Nîmes, ce sont 4 millions d’euros qui ont été versés à la compagnie irlandaise ; à Beauvais-Tillé, on cite le chiffre de 7,4 millions… Mais ces collectivités locales commencent à l’avoir en travers car la plupart des investissements réalisés ne sont pas rentables, voire largement déficitaires. Pis : les contrats qui lient les gestionnaires d’aéroport à cette compagnie aérienne sont léonins, voire illégaux. Ils laissent notamment au transporteur la liberté de fermer les lignes selon son bon vouloir, sans avoir à rembourser les aides perçues pour les ouvrir — alors que les gestionnaires, eux, s’engagent pour cinq, dix, voire quinze ans… Naïveté ou magouilles de la part de ces décideurs locaux avec des rétrocommissions bien planquées ?

Mais ce n’est là qu’une partie de la manne publique qui alimente les réservoirs du low cost. Pour accueillir Ryanair, l’aéroport doit aussi subventionner chaque ouverture de ligne (entre 200 000 et 500 000 euros par an, dégressifs sur une durée maximale de trois ans) et réviser radicalement à la baisse ses sources de revenus : taxes d’atterrissage et d’embarquement, services au sol, bagages, personnel d’accueil, etc. Additionnées, les sommes expliquent l’insolente santé de ce type de compagnies — et la débâcle financière des aéroports.

Mais il n’y a pas que ça. Ryanair vole dans tous les sens du terme. Elle vole la Sécu et l’État français, ainsi que des monceaux de subvention qu’elle emplâtre joyeusement aux collectivités locales, chambres de commerce et autres ! Autre combine juteuse, le versement de ce que la compagnie voyou appelle des « aides marketing ». Un terme mystérieux qui désigne les publicités que les exploitants des aéroports qui reçoivent les avions de Ryanair ont obligation de prendre sur le site internet de la compagnie ! Et à des tarifs plus qu’exorbitants. C’est du racket. L’UE a ouvert une enquête concernant ces aides déguisées à cette compagnie à l’aéroport de Montpellier. Ces dernières années, Bruxelles a constaté dans des dossiers similaires que certaines aides n’étaient pas compatibles avec les règles de l’Union, par exemple avec les aéroports de Nîmes, Pau et Angoulême en France, de Zweibrücken et Altenburg-Nobitz en Allemagne, ou encore Cagliari, Olbia et Alghero en Italie.

Ryanair est un modèle de régression, encourageant le dumping social grâce à un financement public, et utilisant tous les ressorts des paradis fiscaux. Un modèle qui détruit des emplois de qualité et qui piétine nos valeurs de progrès social. Ryanair est le prototype le plus accompli des entreprises néo libérales et les passagers qui empruntent ses lignes sont les complices de cette compagnie mafieuse, illustration parfaite de ce vers quoi amène l’ultra libéralisme débridé. Ryanair, c’est le prototype de l’entreprise parasite, dirigée par une crapule finalement sympathique, Michael O’Leary, car il étale avec jovialité tout le mépris et le cynisme de ces patrons voyous.

Illustration : merci à Oli

 

**************************

 

Pour lire dans l'avion ou sur le sable :

Savourez un sulfureux Voyage

Chiloum couv.jpg

Livre classique ICI !

ou e-book LA !

Mieux encore :

Feuilletez-le gratos ICI !

 

...et pour lutter contre la grossophobie :

ryanair


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Doume65 9 août 16:00
    « dans le budget de ces entreprises, le prix des billets ne représente qu’un revenu marginal. »
    Ce que tu appelles revenu marginal reste bien supérieur à la mage de l’entreprise. Donc, non,il s ne sont pas en capacité de proposer des billets gratuits, d’autant plus que leurs fraudes étant dévoilée, ils vont avoir plus de frais.

    • V_Parlier V_Parlier 10 août 14:36

      @Doume65
      En tout cas, Ryanair / Easy Jet même combat : Gratuits ou pas, Easy Jet traite même ses voyageurs comme des chiens : Comme ils ne sont soi disant pas capables de faire rentrer tous les bagages à main (tout à fait conformes aux spécifications) dans la cabine, ils prennent de force les bagages à main des plus intimidables, par exemple les mamies avec enfants, pour les mettre en soute. J’imagine l’état des petits sacs pas prévus pour ça et de leur contenu. A côté de ça, un type bien costaud bien décidé passe juste après avec une valise hors norme et l’hôtesse fait semblant de ne pas voir. Ca m’a dégouté à vie de cette compagnie.


    • cevennevive cevennevive 9 août 16:10

      La dernière semaine de mai : aller Marignane Palerme : 26 euros (c’était le lundi de Pentecôte)
      retour : 53 euros.

      En effet, jean Neymar, ce n’est pas cher. Cependant, comme mon bagage dépassait le gabarit réglementaire, j’ai payé 40 euros pour mon sac à l’aller, et 40 euros au retour ! Il n’était pas trop lourd, mais un peu trop grand...

      Alors, faites bien attention au gabarit de vos bagages.

      Par contre, rien à redire sur le voyage, si toutefois vous vous abstenez de prendre une consommation ou n’importe quoi. Car rien n’est gratuit.

      Ryanair est comme tous les GAFA, je m’en doute. Mais en attendant que cela change, profitez de leurs tarifs sans pareils. Que pouvons-nous y faire ?


      • Alex Alex 9 août 17:47

        @cevennevive
        « Marignane Palerme : 26 euros »

        Un calcul rapide sur ce parcours, avec un 737 rempli de 180 passagers, montre que le seul prix du carburant par passager est d’environ 32 euros. Le reste (prix et entretien de l’avion, taxes de parking, d’atterrissage et de survol, salaires, etc.) s’ajoutant au prix du pétrole.
        J’espère que vous mangez du poulet à 1 euro, et que vous allez vous faire soigner au Malawi pour quelques roupies. Mais j’espère aussi que vos revenus seront adaptés à ces tarifs que vous adorez, le principal étant que ces patrons continuent à s’engraisser sous le regard admiratif de nos journalistes.

      • cevennevive cevennevive 9 août 17:57

        @Alex

        Meu non ! 26 euros, c’était un lundi de Pâques et j’avais pris mon billet longtemps à l’avance sur internet. Peut-être leur fallait-il remplir l’avion ?

        Les autres dates ont des tarifs plus élevés, surtout les fin de semaine et les vacances.

        Votre aigreur et votre ironie sont un peu condescendants Alex. Je fais partie des pauvres, et si je peux saisir des opportunités tarifaires, je prends. S’il n’y avait que Ryanair qui soit un ramassis de voleurs...

        Bien à vous.


      • Alex Alex 9 août 18:12

        @cevennevive
        Que ce soit à Pâques ou n’importe quand ne change rien au tarif et au prix du seul pétrole.

        Comme je suis sympa, je vous propose un autre brillant transporteur.
        La compagnie Norwegian Air Shuttle a créé une nouvelle compagnie en enregistrant ses avions en Irlande (d’où elle n’opère aucun vol), a « basé » ses pilotes à Bangkok (ils vivent en Europe), et leur a imposé des contrats singapouriens.
        Bien évidemment, aucune indemnité en cas d’arrêt maladie, faut pas déconner !
        Les PNC et les jeunes pilotes sont en « Pay for Fly ».
        J’espère que vos enfants et petits-enfants « bénéficieront » de tels employeurs !

      • banban 9 août 20:58

        @cevennevive
        Beaucoup se font avoir une fois. Certains aéroport sont moins regardant que d’autre sur les détails. parfois ça passe, parfois non, cela dépend du zèle du personnels aéroportuaire, pas de la compagnie.


        40 Euros ? vous vous en sortez bien. moi on ma demandé 90 Euros(presque 2 fois le prix de mon billet) pour quelques centimètre de trop. j’ai laissez mon bagage sur le parking, mis mes fringues dans un sac poubelles, et suis repassé au contrôle. j’ai gagné en argent se que j’ai perdu en dignité. Mais j’ai du bien faire marrer les douaniers.


      • Dom66 Dom66 10 août 00:29

        @Alex

        Merci Alex….tu m’as devancé, j’allais écrire la même chose.

        Ont croit rêver…...26 euros pour Palerme et les gus trouvent anormal de payer le moindre Coca et le surplus de bagages…..

        Faire voler un avion pour pas cher….n’existe pas, sauf dans l’exemple que tu donne ensuite.

        Et ils ont de la chance d’avoir des avions neufs


        J’ai le fils d’un amis qui est dans ce cas « Pay for Fly » pour garder sa licence et accumuler des heures de vol.

        triste réalité



      • placide21 10 août 08:39

        @Dom66
        J’ai entendu que les compagnie low- cost ont des avions neufs en location afin d’avoir un moindre coût d’entretien ,ensuite ces avions vont dans les compagnies des pays pauvres.


      • tartemolle 10 août 14:59

        @cevennevive, « S’il n’y avait que Ryanair qui soit un ramassis de voleurs... » Oui, à commencer par le plus grand voleur de tous et de très loin : L’ÉTAT FRANÇAIS !


      • Dom66 Dom66 10 août 19:13

        @placide21

        Oui pour quelques une, pour Ryanair les avions ,les 737-800 le plus vieux est de 2014 et il y en a ± 430  ce qui revient à dire avions neufs. Cette info est gratuite je ne peut pas la confirmer, mais je pense que c’est bon.

        Surtout avoir une flotte du même type d’avion ex : que des 737-xxx

      • cevennevive cevennevive 9 août 16:15

        VICTOR, bonjour,


        Je suis prête à reprendre Ryanair si j’en ai besoin. Car, au prix de mon billet d’avion aller pour Palerme : 26 euros, je ne peux guère aller plus loin que Montpellier en train !!!


        • VICTOR Ayoli VICTOR Ayoli 9 août 17:01

          @cevennevive
          Eh ! C’est un peu moi et d’autres qui payons... Mais pour toi, c’est avec plaisir.


        • cevennevive cevennevive 9 août 17:11

          @VICTOR Ayoli,


          Merci gentil VICTOR ! Mais je ne prétends pas aller au bout du monde selon mon plaisir ! Je vais en Sicile aussi souvent que le peux pour raison familiale et sentimentale.

          De même que Booking, Ryanair me permet cela vu mon tout petit budget. Et pourtant, ce même petit budget est « reluqué » par l’état de mon pays pour toutes sortes d’impôts et de redevances. Quels sont les plus voleurs ? 

          L’on paye tant de choses dont nous ignorons la destination ! Les voleurs en col blanc sont bien pires que les petites racailles qui nous arrachent le sac...


        • alinea alinea 9 août 18:04

          @cevennevive

          Ça me fait penser que j’ai payé mon billet Nîmes St Étienne, aller/retour, un peu plus de cent euros ; c’était pour aller voir mon petit-fils peu de temps après sa naissance(! !) ; pendant ce temps une bonne copine payait centre trente cinq euros un aller/retour Paris Bombay !!
          Ça fait un petit moment que j’ai envie d’écrire et faire une compile qui prouve que le fric n’a plus aucune valeur, comparé à tout ou rien, selon, il n’a aucune relation avec quoi que ce soit dans notre vie ! mais je me dis que c’est juste pour les pauvres, les autres ne comptent pas et ne s’en rendent même pas compte !

        • JP94 9 août 16:24

          En ce qui me concerne, je boycotte Ryanair et ce genre de compagnie, quitte à me passer de voyager. Et bien je boycotte les compagnies du Golfe et israëlienne, car je refuse de banaliser un autre genre de mépris de l’Homme (et plus encore de la femme !).


          Si on s’y débrouille bien, on peut avoir des tarifs intéressants avec des compagnies qui respectent plus leur personnel (plus, mais qui les exploitent quand même).

          On peut rêver avec un bouquin, avec des lettres, voyager autrement, moins, peut-être, mais réellement, le voyage avec Ryanair peut-il être le voyage dont on rêve. J’ai accompagné pas mal de fois des amis dans ces aéroports perdus ( déjà bonjour les frais de carburants), et quand j’ai vu la façon dont les voyageurs étaient traités, j’ai eu l’impression de me trouver dans la BD de Dino Attanasio où il imagine les 2 tontons partir en séjour « de rêve » avec un club Méd’ de pacotille...

          • alinea alinea 9 août 17:49

            @JP94
            Pareil pour moi ! le jour où j’entreprendrai un voyage, je crois bien que ce sera à pied, et ce sera un vrai voyage !


          • zzz'z zzz’z 9 août 16:35

            Pour entreprendre quoique ce soit de nos jours en France, le capitalisme d’état doit être traité avec respect et condescendance.


            • zzz'z zzz’z 9 août 17:32

              @zzz’z
              quoique → quoi que


            • DantonQ Jean nemare 9 août 16:56

              Les entreprises voyou doivent disparaître, j’espère que Ryanair fera faillite et que ses dirigeants seront emprisonnés pour des décénnies. 


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 août 17:30

                D’après ce que j’ai entendu les pilotes se barrent et Ryanair a du mal à recruter...le trafic augmentant la demande est forte ailleur. Faut aussi sucrer leurs subventions directes ou indirectes .


                • baldis30 10 août 13:30

                  @Aita Pea Pea

                  être pilote cela suppose tout de même tenir à sa peau ... !

                  Dans toutes les activités il y a des entreprises « low cost ».... on peut gagner sur tout : les bénéfices ( ah non surtout pas sur ce chapitre...), l’entretien ... qui s’en apercevra , la sécurité ... bof ... la sûreté ....késaco .... ! 

                  low cost ... jusqu’au jour où la corde casse .....


                • alinea alinea 9 août 17:57
                  Sans compter la pollution du ciel !!
                  Je ne connais personne, ou quasi,qui n’a jamais pris Ryanair ou easyjet ; ça marche à fond l’égoïsme, avoir sans rien payer, se foutre de la pollution, du personnel... Y’a même un copain de copain qui vit à Nîmes et bosse à Londres !!
                  Quelque chose me dérange et, je le répète tous mes proches y tâtent, c’est moi qui fait figure de conne ! Qu’est-ce que je suis casse-couilles et rabat-joie alors !
                  Alors voyez, on n’en est pas sortis !!
                  Alors Uber, la casse du code du travail, la fin de la sécu et tout, il faut pas râler, c’est un tout !

                  • Passante Passante 9 août 18:11

                    @alinea 


                    regarde ça : 


                    tu peux jouer avec les curseurs en haut à droite....

                  • Passante Passante 9 août 18:12

                    et faire tourner la planète comme sur googlemap..


                  • alinea alinea 9 août 19:19

                    @Passante

                    Oui j’ai découvert ça il n’y a pas longtemps, c’est un copain qui m’a installé le lien ; c’est impressionnant.
                    Il y a une chose que je n’ai pas bien comprise dans la vie, c’est l’importance de l’activité humaine, et que tout le reste doit y être asservi !
                    Pourtant j’en vois des importants au volant de leur bagnole, qui traversent le village à soixante, je suis sûre qu’ils n’ont même pas vu qu’ils étaient dans un village, mais je ne fais pas comme en Afrique, je ne gicle pas dans le fossé, je m’écarte du bord mine de rien au contraire !
                    Les gens qui passent leur vie dans les aéroports, les avions, les gares les trains... le monde ne pourrait pas tourner sans eux, c’est pour ça, tout ça.

                  • Dron 10 août 08:35

                    @alinea
                    Toujours dans la posture et la critique , en bonne bobo donneuse de leçon . Est ce qu’on vous reproche d’avoir des chevaux petite bourgeoise aigrie. Et de quoi vous parlez vous n’etes Pas salariée que je sache.Vous êtes comme votre gourou la Merluche , des falsificateurs et des traîtres au peuple , que dans le discours , quand on roule en 4x4 polluant on parle pas de respect de l’environnement.


                  • alinea alinea 10 août 11:17

                    @Dron

                    Tiens qui c’est celui-là qui sort de l’œuf anonymement et qui me connait si bien !
                    Vous partagez quelque chose avec Mélenchon ( enfin il a peut-être évolué depuis) : vous pensez que s’occuper de chevaux est un signe extérieur de richesse ; au référendum qui vous demanderait si vous pensez qu’il faut taxer les chevaux, vous bourreriez l’urne !
                    Mon 4X4 ne pollue pas, je l’entretiens !! mais si vous voulez faire l’âne pour tirer mon bois, d’accord. mais une poignée d’herbe par jour, c’est tout.

                  • Raymond75 9 août 18:33

                    Il y a d’autres compagnies que Ryanair ; celles et ceux qui achètent des billets chez eux sont prêts à tout pour économiser 20 € pour se saouler la gueule à l’arrivée.


                    • titi 9 août 18:37
                      @L’auteur

                      On peut toujours critiquer les modèles économiques de Ryanair, des Ubers, et autres GAFA.

                      Il n’empêche que c’est eux qui font évoluer le monde.
                      C’est sûr que ca fâche les pilotes qui se la pêtent grave, les taxis qui escroquent leurs clients, et tout un monde de gens… d’un autre temps.

                      Perso jusqu’à assez récemment j’utilisais deux compagnies pour mes déplacements intérieurs : Hop et EasyJet… maintenant plus qu’EasyJet… 
                      La raison ? Les avions d’EasyJet volent, alors qu’avec Hop c’est à chaque fois la loterie (je crois que les indemnisations Hop m’ont rapporté plus que mon PEL)





                      • Dom66 Dom66 10 août 01:00

                        @titi

                        « Il n’empêche que c’est eux qui font évoluer le monde » smiley


                        Là c’est FABULEUX comme commentaire.


                        Evolution ??? alors plutôt que de dire quelque chose, je vous propose de lire le commentaire d’Alex du 9 août de 18h 12 ci dessus.


                        Pour les pilotes qui se la pètent grave...j’aime le « se la pètent grave » c’était mon métier pendant près de 40 ans, et perso je ne ma la suis jamais pété, et j’ai aimé travailler sur des avions bien entretenus, dans une compagnie qui payait correctement son personnel.


                        Une chose à retenir hélas c’est comme ça, l’aviation coûte un max, maintenant pour Hop, je sais il y a un problème….qui vient de la direction d’AF… il faut savoir que par exemple, l’avion qui fait Paris-Perpignan est le même toute la journée, et un retard sur un vol ça va si le retard n’est pas trop important, mais voila certaine fois ça pose un problème.

                        Maintenant demander a Easyjet de faire Paris-Perpignan toute la journée….


                      • titi 10 août 10:29

                        @Dom66


                        L’évolution du monde ne se limite pas à la préservation des intérêts sectaires d’une caste.

                        Combien de fois vos parents ont pris l’avion ? vos grands parents ?
                        Aujourd’hui l’avion est devenu un moyen de transport « comme un autre » et ça on le doit aux « low costs »

                        Et oui les pilotes se la pètent grave.. vous ne vous souvenez pas des discours lors de la suppression des « mécaniciens navigant » ? 

                        Pour Hop bien entendu ca vient de la direction… Avec les gens comme vous c’est toujours la faute « de la direction »... c’est la fôte-des-zotres...
                        Pour ce qui est de votre Paris perpignan, bah EasyJet ils sont comme les autres : quand vous prenez un avion, il vient forcément de quelque part et surtout chez les lowcosts qui maximisent les temps de vol et minimisent le temps d’escale. 

                        Pour votre Paris-Perpignan, tout le monde s’offusque des « subventions » que touchent les lowcosts, mais personne ne s’offusque des subventions que touche AF au titre de l’« Obligation de Service Public »



                      • baldis30 10 août 13:36

                        @titi

                        «  Il n’empêche que c’est eux qui font évoluer le monde. »
                         vers où ? sécurité, sûreté , entretien, système social ... ??
                        A moins que vous ne célébriez le système Spartacus .
                        ..
                         évolution dans une SEULE direction .... je ne suis pas sûr que vous compreniez ce que je veux dire ... par cette direction définitivement fixe !

                      • V_Parlier V_Parlier 10 août 14:44

                        @titi

                        Vous écrivez : « La raison ? Les avions d’EasyJet volent, alors qu’avec Hop c’est à chaque fois la loterie »
                        -> Je ne suis pas de cet avis. C’est une loterie dans les deux cas.

                      • titi 10 août 15:20

                        @baldis30


                        « vers où ? sécurité, sûreté , entretien, système social ... ?? 
                        A moins que vous ne célébriez le système Spartacus . »

                        Alors justement… celle là je l’attendais…
                        Citez moi un accident Ryanair ? Un accident Easy Jet ?

                        En 20 ans nous avons un Concorde et un Rio/Paris du coté d’AF.
                        Et je parle pas du Mont St Odile (flemme des pilotes de faire « le grand tour d’hippodrome ») ou Habsheim (pilote qui veut faire je sais pas quelle manœuvre avec un Airbus)

                        Le système « High Cost » d’Air France et consorts ne garantit absolument pas la sécurité, la sûreté, l’entretien… tout simplement parce que la différence de prix ne va absolument pas dans la qualité de service.

                      • titi 10 août 15:22

                        @V_Parlier


                        Bah alors j’ai toujours eu de la chance à la loterie EasyJet… mais pas à celle de Hop….

                      • Dom66 Dom66 10 août 16:06

                        @titi

                        Je vois qu’il est difficile de discuter avec vous. Sachez pour commencer que je viens d’une compagnie privé UTA avant d’être à Air France. UTA zéro accident, (2 attentats)


                        Non la facilité de voyager ne vient pas que des low costs, et qui dit low cost dit low paie. Ne vous inquiétez pas le PDG de compagnie Low costs gagne bien...il profitent un max d’un nombre important de PNT qui ont besoin de vivre.


                        Pour la suppression des « mécaniciens navigant » oui j’ai connu, à UTA

                        La suppression du mécanicien nav c’est fait par la modernisation/simplification de l’utilisation technique des avions. Nombreux mécaniciens navigants n’ont rien perdus au change, car ceux ci sont passés pilotes. Et cela n’a pas posé de problème à mon époque à UTA.


                        Pour le reste je ne vais pas répondre, car je me la « pète grave » mon petit monsieur

                         smiley


                      • titi 10 août 17:56

                        @Dom66


                        « Non la facilité de voyager ne vient pas que des low costs« 
                        Bien sûr que si.
                        Quand je vais dans des pays où les lignes intérieures ne sont pas ouvertes au lowcost je vois très bien les prix.
                        C’est a un point où il vaut mieux quitter le pays, revenir à Paris et repartir dans le pays.
                        Ce qui fait.. qu’on prend la voiture...

                         »et qui dit low cost dit low paie.« 
                        La paie elle a un rapport avec la valeur ajoutée. Si low paie c’est que low valeur ajoutée….

                         »Ne vous inquiétez pas le PDG de compagnie Low costs gagne bien« 
                        Et alors ? quel rapport ?

                         »Pour la suppression des « mécaniciens navigant » oui j’ai connu, à UTA« 
                        Alors soit vous avez la mémoire courte, soit vous êtes de mauvaises foi.
                        Il y a eu des mois de palabres car les pilotes ne voulaient pas de cette suppression. Il
                        y ’allait y avoir plein d’accidents, l’Armageddon aéronautique.
                        Et au final… rien...

                      • titi 10 août 18:04
                        @Dom66

                        Pour les accidents ce sont vos potes, qui ressortent à chaque fois les soit disant problèmes de sécurité des low costs…

                        Sauf qu’il n’y a pas plus d’accidents chez les low costs que chez les autres, et que, au contraire, notre chère compagnie nationale n’a pas vraiment bonne réputation en la matière.



                      • titi 10 août 18:29

                        @Dom66



                        Puisque vous me parlez d’UTA j’ai pas pu m’empêcher d’allez faire un tour sur Wiki…

                        A sa fermeture : 

                        UTA : 14 appareils pour 6771 employés soit 483 employés par avion
                        Easy jet : 313 appareils pour 11900 employés soit 38 employés par avion

                        Tu m’étonnes ! c’était le bon temps ! ça devait bosser dur ! 
                        C’était quoi le test d’embauche ? Connaitre les règles du tarot ?

                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès