• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Benalla : Tout doucement... Nous glissons

Benalla : Tout doucement... Nous glissons

JPEG

Ce matin, il y a eu une tentative de perquisition à Mediapart, pour atteinte à la vie privé de M. Benalla ! Oui, oui, vous lisez bien, on en est à vouloir perquisitionner un organe de presse dans ses locaux, car il a osé mettre en ligne des enregistrements de conversation entre l’Alexandre et son acolyte Vincent Crase, qui dévoilent oh combien le délinquant/garde du corps pouvait se sentir bien au dessus des lois, protégé qu’il était par « le patron », et la « patronne ».

Tweet de Mediapart

« Donc, à 11h10 ce matin, deux procureurs, accompagnés de trois policiers, ont voulu perquisitionner les locaux de Mediapart dans le cadre d'une enquête ouverte par le parquet pour (notamment) atteinte à la vie privée de M. Benalla suite à nos révélations de la semaine dernière. » Et plus loin : « enquête, qui vise les enregistrements révélés par Mediapart, est susceptible d'atteindre le secret des sources de notre journal. C'est pourquoi nous avons refusé cette perquisition, un acte inédit — et particulièrement grave — dans l'histoire de Mediapart. »[1]

A son actif, Benalla a : usurpation de fonction et violences sur personnes, port d’arme non justifié, dissimulation de preuves en faisant « disparaître » une armoire compromettante, tentative de s’approprier un véhicule appartenant à l’état, utilisation illégale d’un téléphone hyper sécurisé Teorem, utilisation illégale de passeports diplomatiques, parjure devant la commission du sénat, enfin (et la liste n’est pas close) ce gars qui plein de morgue, d’arrogance s’est moqué de cette commission et de certains de ses membres. Et bien, il se balade tout libre, tranquille comme batiste, sans avoir versé de caution, et pouvant quitter le territoire à tout moment...Avec le 10eme de cela, n’importe qui se retrouverai en préventive, mais pas lui. En comparaison, celui qui boxa quelques CRS, est bouclé depuis 1 mois, alors qu’il n’avait jamais eu maille a partir avec la justice.

Cet individu, très jeune (27ans) sans aucune formation spécifique dans le secteur de la sécurité, s’est retrouvé à commander des fonctionnaires hauts gradés, par le fait du prince macron. La constitution d'une cellule de sécurité en dehors de toutes les règles et hors de tout contrôle constitue une réelle menace pour la démocratie, car, un président qui s’entoure ainsi d’une garde prétorienne, toute dévouée à son maitre ne peut qu’aboutir aux dérives susnommées : Se sentir comme un enfant roi, avec carte blanche pour ses actions sans aucun contrôle, sans jamais avoir à se justifier, d’où son attitude si bravache ; Car il est certain encore aujourd’hui qu’il ne comprend pas pourquoi on va lui chercher noise pour ces « quelques broutilles », ce bon p’tit gars ne voulait qu’aider... Il s’offusque même le pauvre chérubin : « contre le «  lynchage en règle  » et le «  déferlement médiatique  » dont il «  continue de faire l’objet  ». «  Derrière la carapace, il y a un homme, sa femme, son fils qui avait un an et demi au déclenchement de cette affaire . »[2] Vite à nos mouchoirs pour un gros sanglot collectif ! L’a tous les culots cet Alexandre malandrin...

La décomposition de l'Etat sous l'ère Macron

Benalla est symptomatique de la décomposition de l’état, qui de jour en jour descend vers les eaux sales du caniveau. Je ne vais pas dresser la liste des actes, actions et paroles du « Jupiter » de l’Elysée, mais, de l’histoire de France n’avions nous eu un tel personnage aux manettes. Ce mépris assumé que montre Macron pour les règles les plus élémentaires de la République, pour le peuple de France est confondant. Tout se passe comme si il ne se sentait plus tenu par les règles de la République parce qu'il aligne son comportement sur d'autres règles qui proviennent de la Commission européenne, soit, des milliardaires et PDG des grandes entreprises du continent.

Le cas de cet Alexandre, en est le pire symbole : toutes lois, toute décence, toute morale et toute éthique est jeté aux orties, et, le bon peuple depuis les gilets jaunes ne peut que comprendre qui gouverne, qui s’en contrebalance des lois de notre société. Depuis l’avènement du « petit freluquet à sa maman » c’est la descente aux enfers. Et rien n’arrêtera cette chute libre, d’autant, qu’assisté d’un castaner/bras séculier, le prince sait que ses sbires iront jusqu’au bout du bout quitte à mettre le pays à feu et à sang... Et nous n’en sommes plus très loin.

En ce 4 février, les laquais de la justice frappaient à la porte de Mediapart, afin, de trouver les preuves de qui a bien pu donner ces enregistrements... Apres les « lois » fake news, puis anti casseurs, ce pouvoir en place est capable de tout... D’ailleurs se souvenir de la confiscation des disques durs des Insoumis lors d’une autre perquisition... Tout doucement...Nous glissons. La dictature est en marche, elle se nommera macron.

Georges Zeter/février 2019

 

Moyenne des avis sur cet article :  4.94/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 4 février 18:14

    Ça va faire un peu de pub à Plenel, le Playmobil de l’info, il adore ça !


    • George L. ZETER George L. ZETER 4 février 18:25

      @Clocel
      okay, playmobil, et le figaro en comparaison ? libé, le monde, etc... tous ces subventionnés qui nous crachent dessus, vous les appelez comment ? les gogols de l’info ? au moins meme si plewel a un ego extra large, son site sort des news, des vraies.


    • Clocel Clocel 4 février 18:58

      @George L. ZETER

      Je vous laisse vos illusions, grattez un peu, voir ce qu’il y a derrière le vernis...

      Si Médiapart balance sur un sujet qui touche Macron, c’est que ça sert des intérêts autres que ceux du simple lecteur.

      Wait and see, ne vous enflammez pas trop tôt.


    • François Vesin François Vesin 4 février 22:23

      @Clocel
      « Wait and see, ne vous enflammez pas trop tôt. »

      On me dit dans l’oreillette que c’est Benala qui a informé Médiapart...
      plus c’est gros mieux ça passe...
      Il y a quand même une sacrée bande de dégénérés
      à la tête de ce Régime


    • Trelawney Trelawney 5 février 07:41

      @Clocel
      Je vous laisse vos illusions, grattez un peu, voir ce qu’il y a derrière le vernis...
      Médiapart est un site où les journaliste sont revenus (après pas mal de pérégrination et s’être oublié chez Libération, le Monde, l’Huma etc) aux origines du journalismes :
      1 On est au courant d’un fait
      2 On vérifie
      3 On diffuse sans se poser de questions sur les conséquences

      Ca sert forcément les intérêts de quelqu’un au détriment d’un autre. Vous vous posez des questions sur Médiapart (par réflexe je suis aussi méfiant des journalistes). Vous pouvez vous poser des questions sur les motivations du canard enchaîné, qui des fois pour des questions mercantile ne diffuse pas (ça permet d’organiser de belles fiestas à l’ile de Ré)
      Par contre plus la peine de se poser des questions sur les médias subventionnés on sait tous à quoi s’en tenir


    • Laulau Laulau 5 février 09:48

      @George L. ZETER
      Très juste mais on aurait aimé que lorsque le procureur de Paris s’en est pris à la F.I. lors d’une perquisition bien plus violente (100 fonctionnaires de police et jusqu’au domicile de Mélenchon), Médiapart condamne cette ingérence dans les locaux d’un parti politique. Au lieu de ça, si je me souviens bien, Edwy Penel s’est grassement réjoui des mésaventures de son ennemi intime J.L. Mélenchon.


    • Clocel Clocel 5 février 10:07

      @Trelawney

      Vraiment ?

      « Serait-ce parce que la conjointe de l’homme chargé d’étudier la caste
      chez Médiapart, Laurent Mauduit, avait jusqu’en 2017 un poste
      important dans l’un des groupes où M. Arnault détenait d’im-
      portantes participations, Carrefour, que l’on en avait rien dit ?
      Ou parce que le gendre de M. Arnault, Xavier Niel, avait investi
      en son média ? Il est permis d’en douter – c’est ce qui fait l’hor-
      reur de ces conflits d’intérêt contre lesquels Mediapart s’est
      érigé en censeur. »

      Extrait de Crépuscule de Juan Branco, disponible là : https://la-bas.org/IMG/pdf/crepuscule.pdf



    • Odin Odin 5 février 12:45

      @Laulau

      Bonjour,

      « Edwy Penel s’est grassement réjoui des mésaventures de son ennemi intime J.L. Mélenchon »

      « Ennemi intime », alors que les deux sont « frères » et ont milité à une époque dans la même secte trotskiste. Leur objectif est commun, l’internationalisme et une société multiethnique. Médiapart est aussi indépendant que l’immonde, ce n’est qu’un leurre pour accréditer l’idée qu’il y a des médias indépendants. Un doux rêve. 


    • Alren Alren 5 février 12:52

      @Trelawney

      [ À Médiapart]
      « 1— On est au courant d’un fait
      2— On vérifie
      3— On diffuse sans se poser de questions sur les conséquences »

      Ouais ! Sauf que pour les comptes de campagne de Jean-Luc Mélenchon, qui étaient parfaitement « clean » (quels résultats les perquisitions je vous prie ?), Médiapart s’est livré à une campagne parfaitement dégueulasse qui servait Macron.

      Ceci dit avec cette tentative de perquisition (ils ne sont pas allés en force comme pour le siège de la France insoumise quand même !)
      des procureurs ont montré leur méprisable lâcheté, leur veulerie et leur mauvaise foi. Ils salissent pour longtemps l’image de la Justice français.
      Un honte pour nous tous.


    • Le421 Le421 5 février 18:17

      @Alren
      L’image de la justice française...
      Hahahahahahaha !!
      Aux ordres de Belloubet.
      Donc, de...

      Vous avez dit « dictature » ? Non, bien sûr que non.
      Séparation totale du législatif, de l’éxécutif et du judiciaire !!
      Hahahhahahahhahahahaha !! Je ris de plus belle.
      Et la loi anti-casseurs du sinistre Retailleau, comme une lettre à la poste !!
      Votez LR bande de nases !!


    • delor 5 février 18:44

      @Clocel. Et alors ? Si en plus que « ça sert des intérêts autres que ceux du simple lecteur », ça sert AUSSI les intérêts du simple lecteur, pourquoi pas ?


    • Gollum Gollum 4 février 18:19

      Finalement, et vu les derniers rebondissements, j’en arrive à me demander si on ne répète pas l’épisode de la fin de règne de Charles VI...

      Une intuition...


      • George L. ZETER George L. ZETER 4 février 18:27

        @Gollum
        oui, ça ressemble à la guerre de cent ans...


      • yuxexew 4 février 18:26

        Mediapart ? Je déteste ce truc, il y a ce fondu gris tout moche qui empêché de lire. Il n’y a pas de sucre, pas de commentateurs, j’évite tout simplement ce site. Je comprend pas qu’il sois aussi célèbre... il ne fonctionne tout simplement pas.


        • mac 4 février 19:45

          Comment s’appelle un régime ou l’on tape de façon démesurée sur les manifestants ? où l’on intimide des journalistes ? où des artistes sont interdits de se produire dans des salles privées ? où l’on ne respecte pas les référendum ? où l’on souhaite contrôler de plus en plus ce qui se dit dans le sphère privée ? ou l’autorité parentale est remplacée par celle de l’état ? où la justice est donnée parfois de façon que l’on pourrait qualifier d’expéditive ? où la presse est possédée en grande partie par une poignée de gens qui soutiennent le gouvernement et vice versa ? Où l’état d’urgence est utilisé de façon coutumière ? où des gardes du corps endosseraient l’uniforme la police ? Où l’on tente fusionner les deux principaux partis politiques en un parti unique ? où le parlement vote systématiquement les lois que lui propose le gouvernement ? où les médias diffusent des divertissements de plus en plus avilissants ? où les affaires d’abus de biens sociaux sont légion ? Où d’anciens ministres peuvent être condamnés à de la prison ferme sans que cela fasse spécialement réagir leurs collègues politiques ?...

           Si un tel régime existe, ce qui serait étonnant au 21 ème siècle, ne peut-on pas le qualifier de quelque peu fasciste ?


          • Le421 Le421 5 février 18:19

            @mac
            Même les fachos se cachent moins. Ils ne vous prennent pas en traître, le poing sur la gueule, c’est de face !!
            Vive les brutes balaises au crâne rasé !!


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 4 février 19:45

            A l’auteur.

            Bon papier, salutaire, utile pour démonter et démontrer les turpitudes d’une équipe de malfrats en perdition.

            Des magistrats qui emplafonnent les règles de droit et s’essuient les pieds sur l’article 76 du Code de procédure pénale et les dispositions de la loi du 4 janvier 2010 relative à la protection du secret des sources des journalistes (dite Loi Dati). L’article 2 de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse prévoit que le secret des sources des journalistes « est protégé dans l’exercice de leur mission d’information du public ».

            Deux procureurs et un commissaire de police divisionnaire...avec sans doute un commando de choc en appui, attendant dans une voiture, pourquoi pas ?

            Craindrait-on encore quelques révélations ?

            La trouille génère des comportements erratiques.

            Le spectacle est commencé.


            • Matlemat Matlemat 4 février 19:55

              C’est vraiment une saga cette affaire Benalla.


              • ticotico ticotico 4 février 20:41

                @Georges

                Mediapart, c’est un peu comme le canard, s’il n’existait pas, il nous manquerait quelque chose.

                Edwy est boursouflé du melon ? C’est pas mon problème, s’il sort des infos. Je ne compte pas partir en vacances avec lui...

                Si Médiapart sort des infos, c’est parce qu’un tireur de ficelles a bien voulu les lâcher ?

                1- Ce n’est pas toujours le cas.

                2- Quand bien même, il faut des gens capables de vérifier et d’authentifier, et pour ça, je pense que l’on peut leur faire confiance.

                Dans l’affaire d’aujourd’hui, on dirait bien que Macron cherche à débusquer les traîtres qui veulent sa perte, dans son entourage. Il doit terriblement redouter l’épisode 3 (et final) de l’affaire Benalla qui risque de l’obliger à traverser la rue...


                • keiser keiser 4 février 21:39

                  Attention, ce n’est pas fini.

                  Ils ont pu refuser cette perquisition car il s’agit d’une enquête préliminaire sur instruction du procureur.

                  Il n’y a pas eu de plainte ( ni même de constitution de partie civile ) de la part de Benalla et c’est donc au nom de la république que ce procureur diligente cette enquête.

                  Après ce refus, ce dernier va donc être obligé d’engager une action publique et c’est un juge qui va décider de la suite.

                  Alors nous verrons jusqu’où va la collusion entre le petit prince et la cité judiciaire.

                  La justice est aveugle mais Macron préfère les borgnes.


                  • Samson Samson 4 février 22:36

                    "Apres les « lois » fake news, puis anti casseurs, ce pouvoir en place est capable de tout... D’ailleurs se souvenir de la confiscation des disques durs des Insoumis lors d’une autre perquisition... Tout doucement...Nous glissons. La dictature est en marche, elle se nommera macron.« 

                    Si même le Giton préféré de Rothschild sévissait déjà à cette époque, la dictature s’est mise »en marche« bien avant sa présidence : Les armes mutilantes qui équipent les forces de l’ordre ont été commandées bien avant lui, on doit à la Girouette de Neuilly la multiplication des fichiers profilant chaque citoyen français depuis le berceau et la profusion de caméras surveillant tout l’espace public (avec le succès qu’on sait durant l’affaire Merah !), ...

                    Au nom de la protection de la liberté d’expression (et d’insulte), »Charlie« avait offert à Manu le Fourbe l’occasion d’officialiser la surveillance généralisée de toute les communications électroniques de France et de Navarre, les attentats de Paris et Nice lui ont permis d’intégrer une large part des dispositions d’état d’urgence au droit commun avant de procéder à l’amorce du détricotage du code du travail par recours au 49 bis, ...

                    Avec Manu l’Eborgneur, ce n’est plus »Tout doucement« que »Nous glissons«  : la pente du toboggan es toujours plus raide et l’accélération vertigineuse, ... A preuve, ni l’Agité du bocal, ni Flamby ses deux prédécesseurs sous les ors de l’Élysée n’avaient réussi à pousser le bouchon au point d’arriver à mobiliser les populations en gilets jaunes contre eux.

                    Redoutable pervers narcissique et manipulateur, sans quoi il n’aurait jamais pu se hisser jusqu’au »trône", le Puceau d’Orléans tentera toutes les manœuvres, toutes les manipulations et toutes les aventures pour sauver sa mise, mais jamais ne modifiera son logiciel consistant à réduire la République et ses institutions au rang de start-up, au bénéfice exclusif de cette aristocratie mondialiste dont il n’est jamais qu’un très zélé larbin.

                    A bon entendeur, comme il semble qu’elle l’ait déjà compris, seule la rue pourra l’arrêter et le renvoyer à la triste jouissance de ses bilans comptables, mais eu égard au profil psychopathologique du personnage, le prix humain risque d’en être très élevé ! ;-(

                    Courage ! Le joug néo-libéral imposé par l’€urocratie n’est pas la première tyrannie dont le peuple de France viendra à bout ! smiley


                    • Trelawney Trelawney 5 février 07:57

                      Médiapart détient des enregistrements sur des conversations entre Benalla et Crasse (porte bien son nom celui là).

                      Après diffusion, ces enregistrements intéressent les juges en charge de l’enquête puisqu’il y a une preuve évidente de défection à son contrôle judiciaire. Médiapart ne s’est pas opposé aux demandes des juges puisqu’il a donné tous les enregistrement à la police.

                      Une enquête rapide et « indépendante » du procureur général se déclenche pour connaitre l’origine de ces enregistrements qui aurait été obtenus par des moyens d’écoute illégaux. Le but inavoué étant : si ces enregistrement sont illégaux, ils ne peuvent être versé au dossier d’instruction. Et on sauve ainsi la tête du soldat Benalla.

                      Le procureur général de Paris a été nommé directement et uniquement (fait sans précédent) par Macron. On sait donc pour qui il roule. Se servir de la justice comme d’un outil du pouvoir est fâcheux car il pourrait entacher pas mal d’instruction (des avocats pour Dupont Moretti doivent déjà se frotter les mains).

                      La réaction « d’égo » des journalistes de Médiapart qui refusent cette perquisition au nom de « la non divulgation des sources » est sans qu’il le sache eux même un acte majeur. Car il oriente les projecteurs vers « cette justice aux ordre » qui d’habitude agit dans l’ombre


                      • keiser keiser 5 février 12:54

                        @Trelawney

                        Il y a donc un ingérence de la part du parquet et peut être même, une forme d’obstruction à l’encontre du juge chargé de l’affaire Benalla.
                        Dans ce cas, on atteint les sommets .



                      • baldis30 5 février 18:48

                        @baldis30

                        on est déjà au fond


                      • Trelawney Trelawney 6 février 08:42

                        @baldis30
                        On a déjà atteint le fond, lors de l’affaire Boulin, des écoutes de l’Elysée et de la cellule antiterroriste, de Karachi. Cette affaire Benalla n’est qu’une péripétie de plus das l’histoire de cette fameuse « République » 


                      • zygzornifle zygzornifle 5 février 10:34

                        En tout cas personne ne parle plus de son coffre fort téléporté comme dans Star Trek ....

                        Imaginez une seule seconde un coffre fort sous scellé de la police chez les LePen qui disparait pendant la nuit .

                        Je me demande si ce n’est pas l’Élysée qui est venu vider ce coffre a cause des documents compromettants pour le « maitre des horloges » ...


                        • baldis30 5 février 18:44

                          @zygzornifle

                          bonsoir
                           « personne ne parle plus de son coffre fort téléporté »
                           La téléportation existe et même de façon simple depuis toujours !
                          Ainsi les égyptiens construisirent les pyramides en faisant porter les pierres par des serpents à sonnette dressés au son des flutes... ce fut le début de la téléportation par voie animale et sonique et depuis elle a fait des progrès ! Tenez vous au courant !


                        • zygzornifle zygzornifle 10 février 13:11

                          @baldis30

                          porter les pierres par des serpents à sonnette dressés au son des flutes.

                          Nous on a les reformes portées par un serpent a sornettes prénommé Tout Ank Macron au son des grenades, des tirs de flashballs et des cris des blessés ....


                        • zygzornifle zygzornifle 5 février 10:35

                          Alice ça glisse au pays des vielles merdes .....


                          • ETTORE ETTORE 5 février 11:16

                            C’est la Marine, qui doit tirer la gueule  !!!

                            Papaaaa ! il fait tout ce que j’aurai pu faire, c’est pas juste ! il copie tout !

                            Ma fille, si tu n’avait pas été une brêle lors de la confrontation avec lui, tu serais à sa place !

                            Mais Papaaaaa....

                            Queue dalle ma fille, même moi avec un oeil, je vois mieux son jeu que toi !

                            D’ailleurs il m’a proposé d’ouvrir un club, et d’être Président d’Honneur des Eborgnés de France.

                            Naaaan ..... il est bien ce fils que j’aurai du avoir !


                            • marmor 5 février 14:00

                              On vous avait prévenu de ne pas voter pour cette extrême droitiste de Lepen , voilà le résultat !!


                              • Dom66 Dom66 5 février 15:57

                                Putain !!! pétain t’est où ? nous avançons de plus en plus vers la dictature... 

                                Heil marcon le « R » bien placé non ?


                                • zygzornifle zygzornifle 5 février 16:37

                                  Lequel a glissé dans l’autre Benmacron ou Macronalla , on se le demande mon trésor dirait le Golum ....


                                  • Laulau Laulau 5 février 16:37

                                    Jean-Luc Mélenchon, 04-02-2019

                                    Ce jour-là, Médiapart n’eut pas un mot pour s’étonner des 17 perquisitions contre les militants de « La France insoumise » et trois de leurs prestataires, ni pour les motifs, ni pour la méthode. Pas un mot d’étonnement sur le déploiement de cent policiers avec les méthodes réservées au grand banditisme, ni la perquisition au domicile du Président d’un groupe parlementaire d’opposition, de la saisie de tout le contenu de l’ordinateur de la Secrétaire Générale du groupe, pourtant aucunement concernée par les deux dossiers bizarrement joints qui servaient de prétexte à cette razzia. Pas un mot contre la confiscation d’ordinateurs ou de leur contenu intégral, rien contre la capture du fichier d’adhérents au Parti de Gauche, pas un mot contre l’interdiction faite aux responsables d’être présents pendant la perquisition du siège de « La France insoumise ». J’en passe et non des moindres.

                                    Médiapart ne s’étonna de rien, approuva tout, se tut sur tout ce qui à l’évidence sentait à plein nez l’instrumentalisation politique de la justice et de la police. Rien sur les liens politiques entre les décideurs de l’opération, rien sur l’anomalie d’une opération construite sur deux simples dénonciations et dont seul j’ai eu à pâtir parmi nombre d’autres cités dans ces deux domaines des assistants au Parlement européen et des comptes de campagnes pourtant validés. Rien. Au contraire Médiapart a organisé une croisade de presse contre moi le jour même pour crime de lèse-majesté médiatique. Mediapart a tout justifié, tout validé. Médiapart a couvert de boue dans des spasmes de rage misogyne Sophia Chikirou. Edwy Plenel a tellement dépassé les bornes qu’il a dû lui-même retirer un de ses tweets graveleux. Médiapart a claironné que « les hommes politiques n’ont pas de vie privée ». Médiapart a diffusé des mensonges délibérés comme celui d’après lequel nous aurions été prévenus de longue date de ces perquisitions. Médiapart a fait tout ce qui lui était possible pour salir nos personnes, notre honneur, nos vies personnelles. Médiapart a été dans cette circonstance le chien de garde zélé des basses besognes de la Macronie.

                                    Mais voilà que l’arroseur est arrosé. Médiapart est pris à son tour dans les manipulations de coups tordus entre divers étages de la police, et de la justice. Cela sous couvert d’une plainte de Benalla à propos d’un supposé viol du secret de l’instruction concernant sa vie privée. L’une d’entre nous a pourtant déposé une plainte de même nature. Bien sûr, elle n’a été suivie d’aucun effet d’aucune sorte. Alors que se passe-t-il ?

                                    Au-delà de tous les effets de manche et postures héroïques de défenseurs de la liberté de la presse, la réalité crue est d’une autre nature et d’une autre gravité. Les médias, la police et la justice fonctionnent en circuit fermé depuis des années. Les uns achètent des informations à certains des autres qui ne devraient pas les vendre. Parfois, la tractation est gratuite quand se produit un cas qu’ils appellent le « donnant-donnant ». On se demande ce que chacun donne et contre quoi. La preuve de ce trafic impuni : jamais aucune plainte pour violation du secret de l’instruction n’aboutit. Jamais. Au sujet de nos perquisitions, Médiapart publia dès le lendemain des «  informations » en copié-collé (tendancieux) des procès-verbaux sans que le Parquet n’émette la moindre protestation ni velléité de réaction. Jubilant, Fabrice Arfi tweeta : « (Révélations) Les premières découvertes des perquisitions Mélenchon. Et c’est embarrassant… ». Mais tout a changé depuis peu.

                                    Le démarrage de l’affaire Benalla a ouvert une guerre sans merci entre services de police, également entre eux et le palais de l’Elysée, et entre magistrats et médias qui servent de relais d’habitude aux fuites organisées. Tout le monde est en embuscade autour d’un palais présidentiel en état de siège multiple. Tout est en cause dorénavant dans un régime aux abois. Les deux procureurs et les trois policiers venus perquisitionner savaient parfaitement que les dirigeants de Médiapart, sans doute prévenus de longue date, ne permettraient pas la perquisition. En effet celle-ci n’avait pas l’aval d’un juge, au contraire de mon invasion matinale. Ils savaient qu’ils exciperaient du secret des sources. Ce privilège réservé aux seuls journalistes, s’il est parfaitement compréhensible et nécessaire dans une enquête menée par un média, change de nature quand il concerne les affaires de justice. En effet il devient alors la négation des droits de la défense à une instruction sans publicité et donc sans pression. Le secret des sources dans le délit de violation du secret de l’instruction est tout simplement la porte ouverte à tous les abus et manœuvres puisque personne ne peut se défendre, ni contredire les informations publiées, ni solliciter personne pour faire cesser le trafic marchand de l’information. Il devient un droit à faire des piloris médiatiques.

                                    Ceux qui sont venus chez Médiapart avaient donc une autre intention évidente : intimider les sources d’informations policières à l’œuvre dans l’affaire Benalla auprès de Médiapart et auprès des autres médias qui attendent leur tour de balançoire. Une guerre de grande ampleur a donc lieu en ce moment au sommet des hiérarchies élyséenne, policière et judiciaire. Médiapart aurait dû comprendre à temps ce que signifiait l’agression contre « La France insoumise », les inquisitions sous prétexte de dossiers bidonnés. Médiapart aurait dû se rendre compte que le pouvoir macroniste voulait seulement ouvrir un feuilleton judiciaire à rebondissements contre moi comme cela se pratique dans beaucoup de pays contre les leaders de ma mouvance. Il aurait dû penser politiquement la situation au lieu de s’abandonner au joie du « Schadenfreude », joie à propos du malheur des autres.

                                    Voici ce que je crois : encouragé par la complicité de Médiapart contre nous, conscient de l’énorme discrédit des médias dans la période, le pouvoir aux abois se croit dorénavant tout permis. Sa tendance autoritaire est désormais en action la bride sur le cou. Si discutables que soient les pratiques de Médiapart et de ses dirigeants, si détestables que soient les méthodes utilisées par ce média contre nous, il ne faut pas se mettre à leur niveau. Ne soyons pas comme Fabrice Arfi quand il pérorait à mon sujet « Depuis deux jours les fausses nouvelles volent en escadrille. La première d’entre elles consiste à dire par un habile syllogisme que les procureurs de la république n’étant pas indépendants en France, la perquisition visant un membre de l’opposition est la preuve d’une justice aux ordres de l’Elysée. CQFD. C’est pourtant bien plus compliqué que cela. Mais que valent la complexité et la nuance quand il s’agit de s’ériger en martyr ? »

                                    Le danger du moment demande au contraire de prendre la mesure de ce qui se passe bien au-delà de nos mauvais souvenirs. Devant l’exigence d’une justice impartiale et juste, face à l’exigence de la liberté de la presse, on ne règle pas de compte avec ses adversaires politiques. Il faut donc comprendre que le coup porté contre la rédaction de Médiapart en annonce d’autres contre d’autres rédactions. Les perquisitions politiques contre « La France insoumise » ouvraient la porte à celle de Médiapart. Ce qui est fait à Médiapart prépare d’autres mauvais coup de même nature contre d’autres médias ou d’autres formations politiques. Une telle pente est sans retour quand elle est prise. Le silence moutonnier des députés macronistes montre qu’ils sont prêts à tout avaliser. La Macronie est devenue dangereuse pour la liberté. En attestent la violence de la répression contre les manifestants, les pressions sur la justice pour le prononcé de peines très lourdes contre les gilets jaunes. En attestent la série de lois liberticides de Belloubet et Castaner. En attestent les délires du Président de la République sur le rôle de Poutine dans l’insurrection des gilets jaunes et son mépris de classe devenu incoercible. En atteste l’état de siège dans lequel vit notre pays sous la main de cette équipe au pouvoir « par effraction » selon l’expression de son propre chef. Mais que Médiapart n’oublie pas ses erreurs s’il veut être utile au moment qui commence. Nous, nous n’oublierons pas que nos principes doivent profiter aussi à nos adversaires, même les moins sympathiques. La République, comme la liberté, ne se divise pas au gré des moments.



                                      • baldis30 5 février 18:38

                                        bonsoir,

                                         « sans aucune formation spécifique dans le secteur de la sécurité, s’est retrouvé à commander des fonctionnaires hauts gradés, »

                                        Ô  ! oh oh ! seriez vous jaloux des efforts financiers que fait la République Française pour former ses jeunes. C’est sur le terrain que la formation pragmatique prend toute sa valeur dans les efforts physiques nécessaires à l’éducation.

                                        Destiné à protéger d’abord puis à le suppléer éventuellement le prince, préfèreriez vous que l’on payât un pognon dingue à des enseignants aux concepts jésuitiques ?  smiley


                                        • lloreen 6 février 10:41

                                          "Avec le 10eme de cela, n’importe qui se retrouverai en préventive, mais pas lui.

                                          « 

                                          Pour disposer de ces privilèges exorbitants il faut appartenir aux service secrets des mafieux talmudistes qui mesurent le monde à leurs »valeurs« desquelles il découle que tout ce qui n’est pas mafieux et talmudiste » est « antisémite » et « raciste ».


                                          • ETTORE ETTORE 6 février 11:44

                                            Chacun reconnait les siens dans cette bataille .

                                            Les lâches d’un jour, deviennent des héros dès le lendemain...et vice versa.

                                            Pourquoi analyser les partis pris des uns et des autres en réclamant la parité de traitement ?

                                            Nous voyons bien les pions en place, pour cette partie que nous avons choisi à minima de votes

                                            La seule chose que nous pouvons constater, est que notre emploi se résume à ramasser les balles au fond du court......(ou en tête de manifestation)

                                            Qu’ils se bouffent la gueule autant qu’ils le souhaitent.

                                            Le premier qui saigne dans cette piscine à requin, est bouffé illico par les autres.

                                            Il n’y a pas de reconnaissance du ventre.

                                            Il n’y a pas de reconnaissance du peuple.

                                            Alors qu’ils se cannibalisent entre eux.....RIEN A FOUTRE.

                                            Juste éviter de vidanger l’eau de ce cloaque trop vite dans la nature sans recycler

                                            C’est du poison pour les générations à venir !


                                            • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 7 février 05:11

                                              Je me demande par moment si tous les rédacteurs de AGV ne sont des maso-idiots ..

                                              Macron a dit de vive voix deux propos essentiels :

                                              Il ne faut pas respecter les règles (lois).

                                              Je ne changerais rien.

                                              A partir de là s’étonner tous les jours de toutes ses provocations de toutes ses manipulations, c’est du temps perdu.

                                              Surtout qu’il est fortement soutenu par la quasi totalité de l’état, des usuriers, des patrons, des élites de l’état et des élites de la société.

                                              Donc ses mises en scène, ses prestations d’acteur ne sont que du vent .

                                              Mieux vaut être méprisant à son endroit et patient mais sans se laisser faire si jamais il devient menaçant. Voir lui appliquer des mesures de rétorsion

                                              Aux élection voter contre lui et contre son parti est aujourd’hui et demain un acte sans condition. Le tuer politiquement doit être le but ultime,


                                              Macron n’est pas le président des français mais celui des riches et super riches. Le reste il en a rein à foutre.


                                               

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès