• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Berlin-Athènes : cachotteries

Berlin-Athènes : cachotteries

 On ne nous dit pas tout !

 Et l'on n'est sans doute pas au bout de nos surprises....

    Déjà quand on a appris que c'était les banques franco-allemandes, mais surtout allemandes, qu'on voulait d'abord sauver en délégant sur place une Troïka pour dicter des directives économiques qui aggravaient une situation qu'on prétendait vouloir sauver, sans toucher aux féodalités.

 Aujourd'hui, c'est le très austère organisme allemand de recherche Leibniz-Institut qui fait savoir que, malgré les cris d'orfraie et les réactions outrées d'une opinion chauffée à blanc par une presse souvent agressive, colportant les idées reçues les plus éculées, les finances de Merkel-Schaüble, n'ont pas souffert de la dette grecque, au contraire...Il faut rassurer Bild et die Welt.

 Le  Figaro , et d'autres organes de presse, peu réputés de gauche, reprennent l'information. On lit :

 "...l'Allemagne a pu réaliser des économies budgétaires de quelque 100 milliards d'euros depuis le début de la crise grecque en 2010, soit plus de 3% du Produit intérieur brut (PIB).
"Ces économies dépassent le coût engendré par la crise et ce même si la Grèce ne remboursait pas entièrement sa dette", écrivent les économistes. "L'Allemagne a donc dans tous les cas profité de la crise en Grèce", poursuivent-ils.
 Les experts ont effectué des simulations en partant du constat que les investisseurs confrontés à une crise économique effectuent le plus possible des placements sûrs. "Durant la crise européenne de la dette, l'Allemagne a profité de cet effet de manière disproportionnée", selon eux.
 Ils ont également cherché à évaluer quelle aurait été une politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) neutre pour l'Allemagne durant cette période. "On en vient à des taux simulés sur les emprunts d'Etat allemands qui, en moyenne entre 2010 et aujourd'hui, sont 3% plus élevés à ce qu'ils ont été dans la réalité", selon eux, ce qui revient à des économies budgétaires globales d'au moins 100 milliards d'euros sur les quatre dernières années et demi".
 L'Allemagne a également raflé d'importants contrats lors des privatisations menées tambour battant par Athènes depuis 2011 en échange de l'aide financière des Européens notamment. La société Fraport, associée à un entrepreneur grec, a notamment décroché le contrat de rachat de 14 aéroports régionaux grecs, dont certains très touristiques comme Corfou, pour environ un milliard d'euros...'

 Et pourtant, L'Allemagne a adopté un ton très ferme dans la crise grecque, martelant sans cesse la priorité aux mesures d'austérité malgré l'asphyxie de l'économie hellène..."

 ____En attendant, le 3ème plan, auquel l'otage Tsipras continue à ne pas croire, est toujours dans la même impasse. Et il n'est pas le seul. Même les Echos le reconnaissent.

 Dans le scénario noir qui se joue à Athènes, on se demande comment Tsipras pourrait résoudre la difficile équation politique à laquelle il est confronté....


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 14 août 2015 12:53

    bonjour,
    dans cette affaire, chacun défend son steak, l’Allemagne comme la Grèce, et c’est bien normal.

    Il y a seulement la France de Hollande...j’ai toujours pas compris quels étaient ses/nos « buts de guerre » :
    j’ai l’impression qu’il est le seul à se fonder sur un hypothétique « intérêt européen » dont tout le monde semble se contreficher.

    En France, même chez les « eurocritiques » (votre analyse ne déroge pas à cette règle), on regarde ça soit de loin, genre « on n’est pas impliqué dans l’affaire », soit en parlant qui en tant que Grec (« Tsipras auraît dû ou n’aurait pas dû »...) qui en tant qu’Allemand.

    En bref on est mal barré !


    • gaijin gaijin 15 août 2015 09:24

      @Olivier Perriet
      " Il y a seulement la France de Hollande...j’ai toujours pas compris quels étaient ses/nos « buts de guerre » :
      j’ai l’impression qu’il est le seul à se fonder sur un hypothétique « intérêt européen » dont tout le monde semble se contreficher. "

      il y a truc spécial chez nous qu’il fut bien comprendre a tous les niveaux : on est un pays d’idéologues ! des théoriciens enfoncés dans des logiques internes dépourvues de liens avec le réel. nos politiciens mentent c’est je pense un fait acquis mais ils croient eux mêmes a leurs mensonges ce qui est bien pire .....


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 août 2015 12:55

      Supposons que la dette grecque ait été scientifiquement organisée pour pouvoir piller et soumettre la Grèce, comme l’explique John Perkins, ce serait un complot...
      Et supposer un complot, c’est pas bien du tout par les temps qui courent.
      Honni soit qui mal y pense...


      Sauf que la Grèce dispose de mines d’or inexploitées.
      Mais aussi de gaz & de pétrole .
      Que depuis 2010, tous les biens publics sont à vendre : ports, aéroports, traitement et acheminement des eaux, chemins de fer, îles etc.
      Que l’ OTAN dispose d’une base importante en Crète.. : Souda Bay.
      Que les dépenses somptuaires en armement servent désormais de base d’un accord avec Israël....
      Que L’Allemagne a des idées précises sur « le management » du futur européen...
      - « Grèce pourquoi l’ Allemagne joue la montre ? »
      - «  Zone euro : que veut l’ Allemagne ? »

      Mais tout cela n’est que pure coïncidence....

      • Jeff84 14 août 2015 17:09

        @Fifi Brind_acier
        Ah, vous progressez, cette fois vous dites vous-mêmes que c’est une théorie du complot.


      • Duke77 Duke77 14 août 2015 19:15

        @Jeff84
        Eh non Jeff, c’est bien toi qui ajoute « théorie ». Fifi regroupe différentes informations convergentes vers une explication très acceptable. Il n’y a rien de théorique la dedans. Seul ton cerveau malade est réduit à tenter de discréditer cette explication par un glissement sémantique éculé depuis 2001. Quels sont tes contre-arguments ? Aucun.

        Ton intervention n’a donc aucun but si ce n’est de tenter vainement de te rassurer en ricanant bêtement. Si tu penses que le fait de poster ta bouse à la suite du commentaite de Fifi enlève de sa valeur à cette piste de recherche plus qu’intéressante, tu te mets le doigt dans l’oeil. Retourne au pays des bisounours où la politique internationale n’est qu’une suite aléatoire d’évènements que personne ne contrôle à l’image de la météo. Notre monde actuel t’échappe. Comme disait l’autre : « le temps ne fait rien à l’affaire... »

      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 14 août 2015 21:00

        @Jeff84
        Prenez 20 minutes pour regarder la vidéo de John Perkins...


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 août 2015 09:09

        @Jeff84
        Même le journal économique La Tribune, commence à trouver que le rôle de la BCE n’est pas très clair, et ressemble de plus en plus aux comportements des fonds vautours..
        Un journal complotiste, sans doute...
        « Grèce, la BCE s’est-elle comportée comme un fonds vautour ? »


      • Norbert 16 août 2015 19:09

        @Fifi Brind_acier

        Que beaucoup d’acteurs (capitalistes) profitent de la dette, c’est certain mais il n’y a pas besoin de manigances pour que le capitalisme ne fonctionne pas. Les manigances sont plutôt le résultat que le capitalisme ne fonctionne pas. Je ne prétends pas détenir la vérité absolue, ni que tout ce que vous disiez soit faux, mais votre plus grande ignorance est d’ignorer votre ignorance et de balancer sans cesse des trucs assez simplistes.Commencez par essayer d’apprendre les rudiments du Marxisme et ne vous contentez pas d’une ou deux idées simples que vous tenez pour vraies par ce que vous arrivez à les comprendre . 


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 août 2015 19:49

        @Norbert
        Merci, mais je viens de l’ extrême-gauche, pas besoin de Marx pour comprendre que nous sommes dans une dictature, et que les gouvernements européens ne décident plus de rien, mais cela ne semble pas vous déranger.


        Si vous attendez que la majorité des Français deviennent communistes pour vous bouger les fesses, vous risquez d’attendre longtemps....
        Vous croyez que les vénézuéliens ont attendu la révolution mondiale pour élire Chavez ?

        D’ailleurs, je ne vois pas en quoi il serait plus facile de combattre le capitalisme international, plutôt que le capitalisme local ? Etre de Gauche, c’est d’abord défendre les acquis que nos anciens se sont cassés le cul a nous transmettre. Et en restant dans l’ UE, vous pouvez faire une croix dessus.

      • Norbert 16 août 2015 20:26

        @Fifi Brind_acier

        L’exrême gauche est souvent le premier obstacle que doit franchir une personne curieuse pour comprendre le Marxisme. Enfin que vous n’ayez pas besoin de Marx pour comprendre est aussi mauvais signe qu’un scientifique qui n’aurait pas besoin de Galilée, Newton....

        Pour le reste je suis bien d’accord qu’il faille combattre nos capitalistes nationaux en priorité et essayer de défendre les acquis très chèrement acquis, que l’UE est une instance réactionnaire qu’il faut combattre mais pas en répandant l’illusion que le capitalisme puisse être réformé et qu’un simple retour en arrière est envisageable. Depuis l’effondrement de l’URSS les rapports de force ont changés et un déséquilibre généralisé s’est propagé, des « éboulements » continus se produisent et le nouvel équilibre ne se trouve pas. Même ceux parmi les capitalistes qui pensent que c’était mieux avant sont pris dans le tourbillon des événements et de la compétition féroce qui font d’eux de simples pions.


      • César Castique César Castique 14 août 2015 12:57

        "« Les futures tentatives d’hégémonie industrielle de l’Allemagne seront aussi redoutables que son rêve d’hégémonie militaire.  » p. 107

        « Hier et demain - Pensées brèves », p. 107 - Flammarion, 1918 (mille neuf cent dix-huit).

        L’avertissement a près de cent ans, on ne peut pas dire qu’on n’a pas été prévenu. Mais, comme toujours, comme hier et comme demain, les politiciens font « comme si », parce que les conséquences les plus lourdes, c’est rarement pendant qu’ils sont encore aux affaires. C’est pour les générations futures.


        • sylvie 14 août 2015 15:08

          Le plus inquiétant est la précipitation de leurs « décisions », on dirait qu’il y a urgence quelque part. Pour l’Allemagne si la Grêce boit le bouillon et la Chine, ils seront nus et surement dangereux.


          • cathy30 cathy30 14 août 2015 22:35

            Le gouvernement français a aussi prêté de l’argent à la Grèce.


            • AlainV AlainV 15 août 2015 20:33

              La France a surtout donné beaucoup d’argent à ses grandes banques, au Crédit Agricole en particulier, pour racheter des dettes grecques (l’argent prêté -illégalement- à des citoyens grecs insolvables) qui étaient sans valeur. Des dizaines de milliards ! Depuis la France a officiellement racheté des obligations du gouvernement grec (argent prêté par le gouvernement grec à ses propres banques, avant l’arrivée de Syriza au pouvoir, pour aider ses propres banques). Cet argent a aussitôt été retiré par les Grecs les plus riches et transféré pour une bonne part en Suisse. Bref, le citoyen lambda n’en a jamais vu la couleur. Aujourd’hui, 15 août, la BCE le reconnaît publiquement. Tout cela, on l’apprend par le blog de Paul Jorion.


              • egos 15 août 2015 21:12

                @AlainV


                Précisément, quels étaient les engagements des Banques françaises lors du déclenchement de la crise de la dette grecque, 
                des chiffres à la hauteur de 40 à 50 mld $, BNPParibas et probablement CA, ttes natures confondues ont circulé (publications).

                Ces actifs à risque sont à ce jour sortis des bilans des Ets concernés par le biais notamment de rachats des diverses actions du FESF (cautionné par les Etats Membre de la zone € et abandons de créances desdites banques.

                Au final, la note de l’admission de la Grèce à la zone €, produit de la volonté politique du Ps autant que de lUMP échoit aux contribuables et aux citoyens (ie Fillon, correctif budgétaire automne 2011, 11 mld € de cautions compensés en parie par 1 durcissement des conditions d’éligibilité à la retraite)

                Le degré de sincérité des comptes budgétaires grecs ne laissait planer aucun doute à l’époque de son adhésion, ce n’est pas de Paris qu’aurait pu émaner la moindre réserve... et pr cause.

                Passons sur la question largement abondée de l’usage des fonds engloutis, contrats mirifiques TP & Armements, corruption et incurie de l’appareil politico-adminstrtaif, clientélisme et exil fiscal, comptes truqués par l’entremise experte de GS etc ...

                A ce stade d’inconséquence, considérant le cas grec insoluble en dehors de tt moratoire ou vente à l’encan du pays, ne serait-il pas légitime d’extrader l’ensemble de notre politique à Athènes, expulsion assortie d’un interdiction définitive e séjour.

                nb : l’article omet de signaler le bénéfice pour le budget national si la méthode de calcul lui était appliquée, pure coïncidence ?

                une paille, certainement ou bien une poutre ?

              • Bergegoviers Bergegoviers 17 août 2015 06:54

                Il serait sain, lorsque vous parlez de l’Allemagne, de préciser que ce pays est occupé militairement par les USA, qui n’ont jamais signé de traité de paix avec lui, depuis la fin de la seconde guerre mondiale (l’Est ayant passé sous la même soumission à la chute du mur de Berlin).

                La République Fédérale d’Allemagne n’existe ainsi plus en tant qu’état souverain depuis la défaite d’Hitler.
                Ainsi, au lieu du gouvernement allemand, on devrait parler du gouvernement américain et, en l’occurrence puisqu’il s’agit de l’UE, plus simplement de Goldman Sachs et de la Federal Reserve, banques privées et usurières cherchant à régner sur le monde le rendant esclave de ses dettes à leur profit.
                Car le diviser pour mieux régner est ici appliqué à merveille : quoi de mieux pour ces psychopathes répugnants et sans pitié que de faire dévier les soupçons sur « l’Allemagne » alors que ce sont eux qui tirent les ficelles ?
                Vous semblez en tout cas être tombé facilement dans le piège.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès