• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bonjour chez vous

Bonjour chez vous

Je me réveille dans un de ces fauteuils « design » ronds. On m'a habillé de vêtements que portaient les estivants dans les stations balnéaires anglaises dans les années 60. Au revers de ma veste je trouve un badge « 9 » avec un ancien bicycle au-dessus. Au fond sur un écran, je distingue des formes floues qui ne cessent de changer, d'évoluer. J'entends une voix, à la fois bienveillante et d'une dureté sans pareil : « Vous ètes réveillé cher ami ? ». Un fauteuil comme le mien se tourne et je découvre un homme vêtu de la même manière que moi avec un parapluie à la main. Il a une écharpe multicolore autour du cou et un badge « 2 ».

« Je suis le nouveau numéro 2, vous ètes le numéro 9. Bienvenue au village »

Tout en commençant sa péroraison qu'il récite mécaniquement il m'invite à le suivre. Nous passons devant des encoignures curieusement éclairées dans lesquelles des individus entravés devant des moniteurs informatiques répètent inlassablement « bonjour chez vous » avec un grand sourire figé sur le visage. Nous traversons la salle dite « de sécurité », chaque villageois est surveillé, « pour son bien » rajoute le numéro 2.

Et « si l'on n'a rien à se reprocher pourquoi craindre cette surveillance ? » lance-t-il avec une grand sourire découvrant ses dents, « nous avons tellement d'ennemis... » conclut-il.

Il fait des moulinets joyeux avec son parapluie, et nous remontons un escalier menant à une grand porte électrique s'ouvrant silencieusement, précédés par un étrange maître d’hôtel nain.

Sortant de ce qui s'avère être la mairie, nous arrivons devant un gigantesque échiquier humain. Deux « joueurs » déplacent les « pions » qui obéissent docilement. L'architecture de l'endroit est biscornue, mélangeant toutes les époques, tous les styles. Je reprends mes esprits et m'exclame :

« Mais nous sommes à Portmeirion dans les décors du « Prisonnier », ce n'est pas réel ».

Quand soudain je vois passer devant moi un homme à l'effroi terrible fuyant un ballon ? Le fuyard se retrouve acculé, le ballon s'avance en faisant entendre un curieux rugissement, et l'homme est enfoui dessous, on ne voit que son visage hurlant tentant d'échapper à l'étouffement.

J'observe alors le ciel d'un bleu sans pareil, je ressens la chaleur de l'air. Nous ne sommes pas dans le pays de Galles c'est évident.

« Alors le village existe ? » demandés-je au numéro 2.

« Je croyais que c'était une création de Patrick MacGoohan inspirée par une pièce d'Ibsen montrant un individu contre une société kafkaïenne, et un épisode de « Destination Danger ».

Ainsi qu'on le fait avec un enfant un peu débile, le numéro 2 m'explique que c'est justement ça la ruse suprême. Il m'explique que le village est maintenant partout mais que seul des privilégiés ont accès à cet endroit. Nous rencontrons plusieurs personnes en estivants, à peu près tous l'air béatement heureux sans se forcer. Quelques uns ont me semble-t-il un regard perdu. Tous font un signe bizarre de la main comme nerveusement en disant « Bonjour cher vous ». Je suis moi-même effrayé. Je ressens alors soudain la présence du ballon à mes côtés, les villageois l'appellent le « Rôdeur », la chose vibre comme de méchanceté contenue.

Je m'éloigne doucement en prenant bien soin d'adopter une allure calme. Je dis « bonjour chez vous » aux personnes que je vois, sans hâte ni méfiance....

...quand je me réveille dans ma chambre, la lune éclaire la pièce. Je suis chez moi. A force de me rappeler que c'était le cinquantenaire du « Prisonnier », j'en ai rêvé. Voilà ce que c'est d'avoir des intérêts de « geek ». Je me prépare pour aller travailler en riant de mon imagination. A la gare, je m'arrête pour prendre le journal attendant dans une fille où tout le monde consulte son « samartphone ». Quand soudainement, en me rendant ma monnaie, le vendeur me dit avec un grand sourire :

« Bonjour chez vous ».

« Bienvenue au village » amis lecteurs...

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury – Grandgil

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    



    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 octobre 12:59

      @Mélusine7
      Vous n’avez aucun recul, et finalement vos « fantaisies » cachent des saloperies sinistres


    • foufouille foufouille 2 octobre 13:37

      « je m’arrête pour prendre le journal attendant dans une fille »
      et c’était bien ?
       smiley


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 octobre 13:40

        @foufouille
        ah merde smiley

        Très bien

      • foufouille foufouille 2 octobre 15:23

        @Amaury Grandgil
        sinon, j’ai bien aimé cette série aussi mais pas au point d’en rêver. jusqu’à présent.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 octobre 15:26

        @foufouille
        pour le rève j’invente smiley



      • foufouille foufouille 2 octobre 16:23

        @Amaury Grandgil
        si possible, j’évite le cauchemar.


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 2 octobre 18:22

        « Le Prisonnier évoque une forme de psychose schizophrénique, car l’individu lutte contre le système tout en essayant d’y échapper : « Qu’est-ce que c’est ? » et « Qui est-ce ? » sont les deux grandes questions de la peur.


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 2 octobre 18:48

          Je vous aime bien Amaury. Mais montrez-vous un véritable et cessez simplement d’avoir : PEUR. D’où votre détestation de ce que vous voyez comme de la mièvrerie. A être trop sur vos gardes, vous vous épuisez de l’intétrieur. Laissez faire le Monde.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine7 2 octobre 18:54

            Je vous aime bien Amaury. Mais montrez-vous un véritable homme et cessez simplement d’avoir : PEUR. D’où votre détestation de ce que vous voyez comme de la mièvrerie. A être trop sur vos gardes, vous vous épuisez de l’intérieur. Laissez faire le Monde. Tout le monde n’est pas mauvais. Le mal esqt une notion judéo-chrétienne. Mais l’origine du mal, c’est l’ignorance et la peur. Les êtres humains qui ont peur sont comme des animaux, et les prédateurs le sentent. L’ignorance ets aussi une forme de peur. Je ne veux pas voir clair et préfère m’abrutir devant une connerie à la télévision. Mais la peur est tapie dans leur inconscinet : HITLER IN UNS. Nous sommes tous capable de n’importe quoi pour survivre, mais dans la peur, il y a 70% pourcent d’imaginaire et le reste : juste un peu de vigilance,...


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 2 octobre 20:49

              @Mélusine7
              ouhla beau comme l’antique


            • eddofr eddofr 5 octobre 11:13

              Ah mon pauvre ami, comme vous errez ...


              Le « Village » fut abandonné voilà prêt de 50 ans, car sont caractère oppressif et limité était bien trop évident.

              Dans une société trop ouvertement répressive et fermée, les sujets se révolteront immanquablement, par la certitude d’un ailleurs plus libre ... Il suffit d’arriver à sortir du Village ...

              Il vaut beaucoup mieux maintenir une parfaite illusion de liberté.

              Et même un peu de chaos, sensé démontrer que l’Autorité ne contrôle pas tout.

              Ajoutons qu’un ennemi extérieur capable de « s’infiltrer » est la panacée dans ce domaine particulier de la science sociale (l’art de contrôler une société).

              Enfin, il est absolument nécessaire que ce soit « pire ailleurs ». Maintenir l’extérieur en situation de conflit, misère ou catastrophe est essentiel.

              L’afflux de réfugiés qui en résulter est doublement bénéfique en ce qu’il stimule assez fortement le réflexe de replis.

              Bien le bonjour Citoyen, la démocratie veille sur vous.

              Un superviseur.

              • eddofr eddofr 5 octobre 11:14

                @eddofr

                Message des autorités médicales.

                Le prétendu superviseur eddofr a été interné. 

                Il n’y a évidemment aucune autorité cachée.

                C’est n’importe quoi !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires