• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Bure : intimidation, incendie… les zadistes vont-ils trop loin  (...)

Bure : intimidation, incendie… les zadistes vont-ils trop loin  ?

L’hiver approche et la poignée de zadistes anti-nucléaire présente à bure (Meuse), où des déchets nucléaires doivent être enterrés dans le cadre du projet Cigeo, s’apprête à braver le froid pour continuer à se faire entendre. Et si leurs revendications sont — à l’origine — respectables, la manière de les exprimer, elle, ne l’est plus. Agressions, intimidations, jets de cocktails Molotov… retour sur un mouvement qui dérape.

Préserver la planète est un objectif des plus louables. Mais il n’excuse pas tout, n’en déplaise aux zadistes de Bure. Ces derniers semblent en effet ne plus avoir de limite et versent désormais dans la contestation violente.

Une contestation qui bascule

Mise en danger de la vie d’autrui, incendie d’établissements publics, agressions… le palmarès des zadistes de Bure ne cesse de grossir et — dans le même temps — de gagner en férocité. En témoignent les dégradations subies par l’hôtel-restaurant du Bindeuil, en juin 2017, dont le seul crime est d’accueillir les employés de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) en charge du projet.

Alors qu’une dizaine de personnes se trouvaient à l’étage, certains zadistes ont «  tenté de mettre le feu  » à l’établissement à l’aide de cocktails Molotov. La raison  ? Ce dernier symbolisait — à leurs yeux — «  l’invasion du territoire par l’Andra et la militarisation qui l’accompagne  », selon un communiqué revendiquant l’attaque. Après les faits, l’hôtel-restaurant ressemblait à un véritable «  champ de bataille  » : tables renversées, chaises cassées, débris de verre sur le sol, traces de départ de feu…

Brûler un établissement avec ses occupants au nom de la sauvegarde des hommes et de la nature « C'est envoyer un message très fort ; qu'on ne veut pas de l'Andra dans le territoire, on ne veut pas que ses cadres soient logés et restaurés dans le territoire. Juste que le laboratoire plie boutique" prétendait Julien, militant antinucléaire en juin 2017 sur France Bleu. La contradiction est peu banale. Mais les zadistes de Bure ne sont plus à une sortie de route près, eux qui n’hésitent plus à intimider les élus locaux pour les rallier à leur cause : le maire du village voisin de Mandres-en-Barrois a en effet été «  victime pendant plusieurs semaines d’actions d’intimidation  » de la part des opposants au projet Cigeo.

Lors d’une perquisition concomitante à la Maison de la résistance de Bure, dans un appartement de Mandres-en-Barrois, à Commercy et dans l’ancienne gare désaffectée de Luméville en octobre dernier, les militaires et gendarmes déployés sur place ont saisi « des explosifs divers, des casques, des masques, des artifices de gros calibre, une douzaine de mortiers, cinq fusées de détresse, des fusées à tiges longues, des lance-pierres, une bouteille incendiaire, ainsi que 140 grammes de résine de cannabis dans des sachets plastique… » Un véritable arsenal qui montre que le stade de l’intimidation a été dépassé.

Quel est l’argumentaire zadiste ?

Et sur le fond du problème — à savoir le stockage géologique des déchets nucléaires — l’absence de réflexion des zadistes fait froid dans le dos : ces derniers exigent un arrêt immédiat des centrales nucléaires françaises. Pour Greenpeace par exemple : « la meilleure façon de gérer en toute sécurité ces déchets, c’est de ne pas en produire ! ».Très bien. Mais lorsqu’on leur demande quelles sont les solutions à mettre en place afin de traiter les déchets nucléaires existants et inhérents à l’arrêt des réacteurs, c’est «  silence radio  ».

Les zadistes présents à Bure décrédibilisent la mouvance écologiste qui s’efforce — la plupart du temps — de faire émerger des solutions alternatives. À Bure, l’absence de proposition concrète des zadistes est criante et les méthodes utilisées — intimidation d’élus, incendie de restaurants, affrontements avec les forces de l’ordre — s’apparentent plus à celles utilisées par la pègre que par un mouvement cherchant à préserver l’humanité et la planète.


Moyenne des avis sur cet article :  2.78/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • diogène diogène 27 octobre 16:18

    Pour faire déraper un mouvement, il suffit d’envoyer des antifas ou des autonomes :les meneurs sont formés pour ça et les suiveurs sont l à pour ça !


    • sarcastelle sarcastelle 27 octobre 17:35

      Mais voyons cette apparente insuffisance de comportement démocratique des zadistes n’est que la conséquence du fascisme de l’état qui impose depuis cinquante ans à la population sa politique nucléaire antipopulaire : afin de produire du plutonium pour la guerre on fait tourner des réacteurs donnant une électricité inutile, si bien qu’on nous fait acheter des quantités d’appareils électriques inutiles et aliénants pour coonommer tout ce courant superflu. Pendant ce temps l’industrie nucléaire pollue gravement les sols, les eaux et l’air qui deviennent toujours plus radioactifs. Les cancers se sont multipliés par deux en trente ans, les leucémies infantiles autour de la Hague ne se comptent plus, Fessenheim va sauter sans préavis, et et Macron veut continuer !!! Les citoyens se révoltent, quoi d’étonnant ? 

      .
       smiley smiley

      • sarcastelle sarcastelle 27 octobre 21:17

        @sarcastelle

        .
        « consommer », pas « coonommer » !  smiley

      • gaijin gaijin 28 octobre 07:47

        @sarcastelle
        enfin lucide ......


      • foufouille foufouille 28 octobre 08:41

        "Les zadistes présents à Bure décrédibilisent la mouvance écologiste qui s’efforce — la plupart du temps — de faire émerger des solutions alternatives"
        totalement mort de rire.
        mis à part le prix délirants des énergies vertes vu le coût du stockage sans vent ni soleil.


        • Esprit Critique 28 octobre 19:04

          Les races existent, on en a des preuves tous les jours.

          « Zadiste », c’est Une nouvelle race de cons apparue principalement du coté de Nantes mais aussi précédemment aux abords de pro - jet de cocktails Molotov , grenade et construction de Barrage.

          Un bon Zadiste, pour moi, ne va jamais trop loin, c’est celui qui passe les bornes par delà les limites, (l’abrutissement ne peut pas subir de contraintes), c’est celui que les autres pleurniche quand il est mort au combat.


          • Pierre-Gilles Bellin 29 octobre 13:12

            A Bure, les violences sont essentiellement policières. Je me permets de vous renvoyer à cet article de mediapart, qui montre que la population contre ce projet doit répondre à une forme d’oppression bien réelle : https://www.mediapart.fr/journal/france/200917/bure-ils-pointaient-leurs-armes-droit-sur-nous. Bure : « Ils pointaient leurs armes droit sur nous »

            20 septembre 2017 Par Jade Lindgaard

            « Près de 150 gendarmes ont mené plusieurs perquisitions visant des opposant.es au projet Cigéo d’enfouissement de déchets nucléaires mercredi 20 septembre. Les militant.es dénoncent une opération disproportionnée et témoignent d’une pression policière constante.

            Dans un autre contexte, rappelons Sivens et ce garçon mort à vingt ans, Rémi Fraisse : https://www.mediapart.fr/journal/france/261017/sivens-les-chiffres-qui-montrent-une-justice-deux-vitesses

            Sivens : les chiffres qui montrent une justice à deux vitesses

            26 octobre 2017 Par Donatien Huet et Louise Fessard

            « Trois ans après la mort du militant écologiste Rémi Fraisse, aucun gendarme n’a été poursuivi. La quasi-intégralité des plaintes déposées par les opposants au barrage ont été classées sans suite, alors que des dizaines d’entre eux ont été condamnés. »

            Il faut condamner toutes les violences.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AS


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires