• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Call me by your name, or don’t call me at all

Call me by your name, or don’t call me at all

Très chers lecteurs,

L’emballement médiatique est total… Il s’agit d’une révélation, que dire, d’un phénomène exceptionnel, d’un talent inouï, d’une beauté folle ! Call me by your name, ce film réalisé par l’italien Luca Guadagnino, habitué en plus des films d’auteurs, et qui se retrouve par miracle dans la Cour des Grands pour les Oscars.

Alors soyons francs, honnêtes, directs… Non nous ne passerons pas par quatre chemins, jamais nous nous le cacherons, ici personne ne ment, et les yeux dans les yeux nous dirons la vérité.

Ce film d’auteur relève de la platitude presque naïve de deux êtres masculins, qui dans ces années 1980 encore taboues sur l’homosexualité dans une Italie rurale, vont finir par s’aimer d’un amour… interdit.

Fait pour faire pleurer des adolescentes en mal d’un icône mâle aux cheveux gras qui frisent dans le dos, le jeu d’acteur faussement subtil de deux acteurs américains (certes Timothée Chalamet est franco-américain, français pour vendre le film en France, mais surtout très très américain et bien briefé par sa famille professionnelle du cinéma, ses assistantes personnelles, ses adjoints média, sa horde de conseillers qui coupent la moindre question dérangeante notamment sur « me too ») ne rend pas dupe du manque d’originalité du film.

Si on peut remarquer une ambiance littéraire appréciable dans sa subtilité d’images et une forme de lenteur scénaristique, il n’en demeure pas moins que l’emballement suscité par ce film est une fois de plus totalement à contre-sens de ce qu’il est : un film d’auteur sans prétention, bien monté, et correctement ficelé, sans aucune originalité.

Les deux personnages principaux évoluent dans une maison de campagne italienne, et l’élève doctorant du père archéologue, américain, débarque dans la famille israélo-italo-franco-américaine dans leur maison de campagne en Italie, et ce pour quelques semaines comme on le faisait à l’époque.

Si on peut reconnaître à Armie Hammer & Timothée Chalamet d’avoir interprété avec passion leurs rôles respectifs, le scénario n’en demeure pas moins d’une platitude crasse, avec des lenteurs que seuls les magnifiques paysages italiens arrivent à compenser.

Bien loin d’un véritable chef d’œuvre, c’est surtout une véritable opération commerciale qui a été menée avec succès, avec un budget de 3,4 millions de dollars pour des recettes à la sortie de 35 millions de dollars. A part un scénario qui peut arriver à proposer des situations suggérées et croustillantes par moments, on a vu le début, on en connaît déjà la fin.

Pas d’oscar pour le jeune Chalamet, et pour cause puisqu’il a à juste titre été décerné à l’immense Gary Oldman, dans son interprétation magistrale de Churchill dans « Darkest Hours ».

Au-delà du jeu d'acteur correct et de la relativement bonne réalisation, il est évident que le battage autour du film est superficiel et surtout extrêmement marketé comme on vendrait un yaourt à la vanille chez la ménagère.

N’écoutez surtout pas les interviews mielleuses, soporifiques et toujours dans l’excès notamment sur les plateaux américains.

La réalité, bien plus prosaïque, fait montre surtout d’un monde du cinéma en manque cruel d’inspiration dans lequel le moindre film d’auteur est perçu comme l’arrivée d’un enfant chez un couple stérile.

Peut-être faut-il le lier au géant Disney qui, après avoir racheté toutes les boîtes de production possibles dont la 20th Century Fox récemment, uniformise jusqu’à en vomir les productions cinématographiques.

Le cauchemar de Christopher Nolan se réalise donc… De moins en moins de producteurs accepteront de prendre des risques pour faire des films « intelligents », où dont le scénario risquerait de ne pas être compris par un « mass market » vache à lait et cœur de cible. Le temps des Rope (Hitchcock fabuleux de 1948) Matrix, Orange Mécanique, le Parrain, Inception, Goodfellas, Pulp Fiction et j’en passe des milliers, semble terminé au profit de goûts uniformisés et de Star Wars 8,9,10,11 jusqu’à ce que la franchise ne rapporte plus assez d’argent.

Oui, Call me by your Name est révélateur dans ce sens : seul film d’auteur à faire un buzz mondial… mais ne nous y trompons pas, ils n’ont pas choisi une pépite pour faire le buzz… Un film plus complexe n’aurait pas été adoubé par le fameux « mass market ».

 

Cinématographiquement vôtre et sans yaourt à la vanille je vous prie,

T.R.


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Julien30 Julien30 15 mars 11:25

    Ce film raconte une histoire d’amour entre deux homos, ce qui suffit pour la gauche féministo-progressiste à en faire un chef d’oeuvre.


    • karibo karibo 15 mars 12:39

      @ l’ Auteur.

      Article bien écrit, dans un Français qui se perd de plus en plus à l’ heure de la quenelle pour tous , tant vantée, revendiquée, par des : « je suis tous sodomie »& pour natürllch ...

      • Ariane Walter Ariane Walter 15 mars 14:30

        Oui, c’est un film d’une platitude totale. 

        Avec quand même un morceau de bravoure !
         J’ai particulièrement apprécié la scène où il s’enfonce le sexe dans une pêche , bien juteuse, et ,quand même ,préalablement dénoyautée !!!
        Les amateurs de pêche portent plainte !!

        Enfin....

        • V_Parlier V_Parlier 15 mars 17:53

          @Ariane Walter
          De nos jours on ne sait plus comment gaspiller la nourriture !


        • Maitre Ratatouille Ratatouille 15 mars 20:27

          @Ariane Walter
          Une pastèque pour moi, vite.. !!


        • izarn izarn 15 mars 21:07

          Bref de la daube, sauf pour les homos suffragettes...
          Bon Alexandre le Grand, PD de son état, avait fait dire que sa mère Olympe (Bon déja le nom, hein ?), avait été mise par un Dieu...
          Bon genre Jésus Christ, voyez....Immaculata conception...
          Le Judéo chritianianisme n’est qu’un ramassi de ragots religieux....Minables !
           smiley
          Film à branlette judéo chrétienne homo !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès