• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Capitalisme, ce mot qu’on cache

Capitalisme, ce mot qu’on cache

Juppé assume « je suis de droite ». Et moi j’assume cet article fleuve.

A droite.

Traditionnellement être de droite sans s’en référer à 1789, c’était mettre : 1/ En avant la rigueur morale (avec le nombre d’affaire de certains cela se discute). 2/ Un certain conservatisme (considérer que ce qui existe fait preuve d’efficacité. 3/ L’ordre (« policiarisation » et « judiciarisassions » et autoritarisme). 4/ Le travail (la droite n’a jamais pris de mesure réduisant le temps de travail). 5/ La famille (il faut se rappeler leur position sur l’IVG, le Pacs, le mariage homosexuel et dans les programme des primaire plutôt absente). 6/ La responsabilité individuelle ( avec la majorité pénale à 16 ans ce serait bien qu’il propose la majorité de vote. De plus avec la prise en considération que le libre arbitre n’existe pas, cela va devenir ringard).

Les grands courants de droite sont le libéralisme, le nationalisme, le souverainisme, la démocratie chrétienne et le populisme. Le libéralisme se retrouve également à gauche avec le populisme au sens péjoratif. La France se distingue par le Gaullisme qui se classe aussi à droite. Cela fait que quand l’on dit je suis de droite l’on n’a pas dit grand-chose.

La confusion.

Avec cette volonté de vouloir tout désigner par un mot, faute de prendre le temps d’écouter des explications au-delà de 30 secondes, l’on entretient des confusions. Il est sur qu’être de droite pour « le patronat, les financiers » n’a pas la même signification. L’essentiel étant que l’on préserve l’organisation économique capitaliste.

Toute fois ce n’est pas ce mot que la droite utilise pour qualifier l’organisation économique, mais la loi du marché, le libéralisme, la mondialisation. La conséquence en est que les maux générés par le capitalisme ont fait entrer en détestation le libéralisme, la mondialisation et toutes idées de régulations économiques, car elles ne se font que dans l’intérêt de la consolidation du capitalisme. Certains n’y voient que magouilles, partage du gâteau entre oligarques. S’ils ont raison, c’est le capitalisme qui l’induit. Le libéralisme et la mondialisation ne sont que des moyens où il s’exerce. La Chine est communiste et le Capitalisme s’y développe. Également Pour certains la loi du marché car elle équivaut pour eux au capitalisme par la loi du plus fort, alors que la loi du marché représente l’ensemble de toutes les interactions socioéconomiques et politiques des organisations qui se confrontent (quand l’on commerce avec les théocraties du Golfe ou la Chine, c’est la loi du marché réglée par tous les accords nationaux ou internationaux). La loi du marché qui équivaudrait à une loi naturelle du à la sélection justifiant la loi du plus fort est une stupidité absolu. Toutefois, c’est grâce à cette confusion que l’opposition au libéralisme devient crédible. Or le mot libéralisme sous entend et inclut la notion suggestive de liberté et de tolérance. Si en ce siècle refuser que les citoyens, via l’état soient propriétaire d’une entreprise indirectement est ringard et date de la monarchie, il n’y a qu’a leurs distribuer des actions de ces sociétés non négociables, peut-être que quand certains citoyens diraient on les privatise, cela aurait une autre consonnance.

 Plus régulièrement les opposant politique utilisent le terme néo libéralisme pour marquer un courant radical du libéralisme (école autrichienne et de Chicago, qu’illustre la politique de Bush, Thatcher, FMI, Banque mondiale, UE), présenté comme irréversible par l’utilisation abusive de l’évolution Darwinienne (la sélection naturelle, il suffit de se rappeler les propos de madame Parisot alors présidente du MEDEF, « l’insécurité économique est dans la nature humaine »).

Que voulons-nous être.

Ceci précisé, si nous ne voulons pas être des libéraux dites moi donc ce que nous pouvons être ? Je sais déjà ce que certains m’objecteront. L’absurdité du communisme est qu’un parti décide pour tous comme s’il détenait le bonheur de l’humanité dans ses mains, de ce côté la c’est ce qui le rapproche du capitalisme. Si nous sommes contre la mondialisation, très sérieusement comment comptons-nous empêcher la circulation des hommes et des échanges. Là aussi j’entends déjà les observations, rétablir les droits de douanes pour se protéger, de quoi au fait, ce ne serait pas par hasard de l’exploitation capitaliste qui sévit dans le monde entier et non du libéralisme. Chut, il ne faut pas le dire. Est-ce que la chute de l’URSS super protégée n’est pas l’exemple de ces mesures protectionnistes contre productives. Eux aussi par leur radicalité ont rendu le mot communiste détestable.

Enfin, nous sommes au XXI siècle, il n’est pas interdit d’y adapter le libéralisme et de déclarer que le libéralisme s’il autorise le droit de chacun d’entreprendre ne doit plus justifier celui d’exploiter l’autre, ce qui est le propre du capitalisme.

A gauche.

Tout aussi traditionnellement la gauche se caractérisé par ; 1/ la justice sociale, 2/ la solidarité, 3/ l’égalité, 4/ la laïcité, 5/ l’humanisme. Ses grands courants sont : l’anarchisme, le marxisme, le communisme, le socialisme, certains incluent à gauche la social démocratie, pour ma part je m'y refuse, car ne pas lutter contre l’exploitation de l’homme par l’homme n’est plus son idéal, mais plutôt gérer le capitalisme pour le rendre social, ce qui est une ineptie, le capitalisme ne peut pas être social, nous le vivons, chacun peut en juger.

L’actuel PS ne peut pas se classer à Gauche. En 1905 il luttait contre le capitalisme. En 1946 il fait dépendre la libération humaine de l'abolition du régime de la propriété capitaliste. En 1969 que la transformation socialiste ne peut pas être le produit naturel et la somme de réformes corrigeant les effets du capitalisme. Il ne s'agit pas d'aménager un système, mais de lui en substituer un autre. En 1990, une société d'économie mixte qui, sans méconnaître les règles du marché, fournisse à la puissance publique et aux acteurs sociaux les moyens de réaliser des objectifs conformes à l'intérêt général. En 2008 être socialiste c'est ne pas se satisfaire du monde tel qu'il est, c'est changer la société, c’est lutter contre les injustices pour une vie meilleure, l'action socialiste est l'émancipation complète de la personne humaine. Or le libéralisme peut y conduire, le capitalisme non. Notons au passage que ceux qui se référent à Jaurès, qui fonde en 1904 le journal L’humanité ou Léon Blum, lois de 1936, tous deux étaient dans un parti socialiste anti capitaliste comme je le rappelais plus haut. Pour bien être compris, il n’est pas interdit à quelque parti que ce soit d’évoluer, toute fois quand l’on veut être de gauche, ce n’est pas où l’on est assis dans l’hémicycle qui compte, mais son positionnement politique par rapport à l’exploitation de l’homme par l’homme, soit le capitalisme.

L’on ne peut taxer le PS d’être conservateur, sauf que le réalisme économique l’a conduit à gérer le capitalisme et glisser à droite, car la droite aussi dit lutter contre les injustices et veut que le capital génère l’intérêt général. Ce dernier point et ce qui les rassemble, formulé de la manière suivante  : les entreprises créaient des emplois. Ce qui est totalement faux. Aucune entreprise ne se développe en ayant comme objectif de créer des emplois, mais celui de retirer de cette création un revenu qualifié de profit. Pour ce faire quand elles ont besoin d’aides, elles louent la force de travail des autres pour y parvenir et ne les rémunère que forcées par le conflit de classe organisé autour du syndicalisme depuis 1884 (l’on comprend pourquoi certains s’en prennent à la représentativité syndicale au LR ou PS, encouragés par des salariés ignares et des employeurs demandeurs). En étant plus clair l’ordre moral, la famille, l’ordre, la responsabilité individuelle, la laïcité peuvent parfaitement se développer dans le capitalisme, pas la solidarité (le capitalisme pratique la charité), ni l’égalité, encore moins l’humanisme. Cela ne veut pas dire que des citoyens de droites ne partagent pas ces valeurs, mais elles ne sont pas celles du capitalisme.

 Chacun en lisant ce bref rappel et en le comparant à ce que nous voyons et entendons déclarer savent que l’ensemble de ces valeurs ne se répartissent pas en droite et gauche pour tous les courants de pensées, mais que les plus importants, ceux qui ont gouverné le pays les ont mélangés, car l’on ne peut gérer le pays qu’en ne tenant compte que d’une seule partie. Mais ce que l’on peut dire c’est que la droite n’a pas renié son attachement au capitalisme et quand elle parle de lutter contre les paradis fiscaux, elle se fout de la gueule des citoyens. Le PS, c’est quand il dit qu’il représente une force de gauche.

Un trait d’union économique.

Face à ces deux tableaux, chacun en se rappelant les discours de ceux qui ont représenté la droite et la gauche suivant les partis, ont pu observer que les deux partis qui se sont partagés le pouvoir depuis la succession de VGA, ce sont d’années en années rapproché économiquement sur la base d’une Europe économique qui ne laisse que peu de marge aux états qui y adhérent. Ainsi l’on a vu les caractéristiques qui fondaient la gauche fondre au bénéfice d’un libéralisme ou néolibéralisme derrière lequel se cache l’application d’une gestion capitaliste qui ne fait jamais la Une, sauf dans les partis révolutionnaires ou contestataires comme LO, NPA. Le capitalisme avance caché dans les discours politiques où l’on parle du capital qui permet l’investissement dans les entreprises qui, elles créaient des emplois.

Certains ont le courage de leurs opinions de classe et disent : ce sont les riches qui créaient l’emploi. En le formulant ainsi, c’est la richesse qui créait l’emploi, ils justifient par là tous les allégements de prélèvements (quid de la déclaration des droits de l’homme qui prévoit que chacun participe à hauteur de ses facultés).

Ils y croyaient et y croient encore.

L’employabilité est devenu le maître mot de la république. Pourtant, rien n’est écrit d’avance, d’autant plus que les sociétés Laïques porteuses d’un idéal républicain sont en déclin. Elles ont trop cru qu’une économie libérale assise sur l’organisation capitaliste du travail était synonyme de démocratie (toutes les organisations supra nationale sans l’accord des peuples sont un déni de démocratie). Qu’il suffisait de se faire l’apôtre de ce libéralisme capitalistique, pour voir l’idéal républicain se développer. Qu’il suffisait, d’une part, d’aboutir à une « employabilité » capitaliste en amenuisant l’activité socialisante politique et syndicale des citoyens, indispensables en démocratie, pour qu’ils fassent l’éloge de la république. Qu’il suffisait d’autre part de respecter les confessions, pour qu’elles ne deviennent pas un recours idéologique identitaire devant la faiblesse et la réduction de l’action socialisante du travail, définie comme charge, comme un coût. D’une certaine manière la laïcité républicaine est attaquée de tout bord, autant par les initiatives privées, que par celles confessionnelles. Si bien que les responsables politiques, qui ne sont que le reflet de leurs électeurs, s’appauvrissent dans leurs débats, incapables de reformuler des idéaux qui se réforment devant les événements. Et leur rôle de guide s’est transformé en celui de gardien d’un potentiel mercantile.

Potentiel qui les a conduit à renouer avec l’exclusion, des pauvres des cités, des différents, des migrants, à renoncer à la solidarité pour l’égoïsme charitable.

A s’inventer des peurs et regarder celles qui sont vieilles comme le monde en nouveautés, pourvu que cela occupe le terrain politique. Les deux attentats survenus à Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray ont même fait de l'insécurité la question numéro un, devant l'emploi et le chômage qui sont habituellement en tête (28% contre 32% en juillet).

Tous ceux qui ont assumé le pouvoir n’ont pas su faire autre chose, quand ce n’est pas le pire comme l’entrée en guerre depuis le retour dans l’OTAN.

Le taux de profit.

Que Juppé assume sa famille politique je n’ai rien contre, sauf qu’il abuse les citoyens parce que peu savent que l’organisation capitaliste du travail est une fuite en avant dans la recherche d’un taux de profit, qui lorsqu’il se réduit ou cesse entraine crise et désastre et quand il augmente il n’est jamais saturé et scie la branche qui le porte pour ne pas redistribuer. Alors quand nous analysons les quelques mesures du plan des candidats à la primaire de droite, nous retrouvons la recherche du moyen de redonner du capital aux capitalistes pour qu’ils réalisent leurs taux de profit dans le fol espoir d’une employabilité (qui ne reviendra pas en l’état). Mais à quelles conditions ?

L’innovation est un moyen de retrouver un taux de profit sauf que tout le monde fait de même à quelques exceptions près en se tenant dans les productions ou services les plus rentables. Cela finit par remettre tout le monde à un niveau semblable. Cela a engendré la politique dite de l’offre sans solutionner définitivement la formation de taux de profit, même avec l’obsolescence programmée des produits qui engendrent le gaspillage, malgré la récupération, épuise inutilement les ressources tarissables et accroit la pollution. Dans tous les secteurs (production, service, finance) où le capitalisme trouve un moyen de réaliser un taux de profit, se pose toujours la baisse tendancielle de ce taux, car il ne peut pas monter indéfiniment.

Dividendes versés aux actionnaires. Ils augmentent de 15% à 30%. Tableau 1/

Les mesures drastiques.

Alors sont utilisées les mesures le plus courantes que chacun connait, augmenter les cadences (dénonciation du burn-out). C’est augmenter le temps de travail sans que les salaires suivent (le passage à 39 h fera perdre le salaire de 4h majorés, car en moyenne les salariés travaillent 41h par semaine). C’est réduire le personnel sans diminuer la charge de travail (réduire les fonctionnaires des collectivités, permettre aux municipalités des embauches moins payées hors cadre conventionnel). C’est licencier les vieux aux primes d’anciennetés lourdes (avec la mesure d’accroissement de l’âge de départ en retraite à 65 ans le taux des chômeurs de 50 ans et plus va grimper) et j’en oublie certainement.

Qu’un temps.

Ces mesures ne valent qu’un temps et nous les avons déjà utilisées et elles n’ont pas donné de résultats pour les salariés et l’employabilité, puisqu’elles réduisent la croissance qui repose sur une consommation qui ne peut non plus être infinie et évolue dans les pays riches en fonction de l’augmentation de la population et par une redistribution des profits. Tous les soutiens indirects de Hollande comme de ces prédécesseurs ou les propositions des candidats au primaire de LR en direction des entreprises pour leurs réduire les charges, ne sont que réduction de salaires, car les charges sont du salaire indirect que verse l’employeur, et sont le chiffre d’affaires d’autres secteurs (secteur pharmaceutique par exemple). L’ensemble de mesures de droite de Juppé, 39 h, retraite à 65 ans, baisses des impôts, réductions du personnel des collectivités locales et de l’état, réduction des indemnités chômages (dont il faut se rappeler que ce sont des mesures déjà utilisées), qu’il se propose d’accélérer, poursuivent toujours le même but, maintenir un taux de profit.

Un saut en arrière comme avancé.

Là, Juppé ramène le pays avant les lois Auroux de 1982. Soit 34 ans en arrière, pour un parti de droite qui, avec le libéralisme a intégré la notion de progressisme par rapport au conservatisme, se dire progressiste est une hérésie.

L’observation curieuse que nous pouvons faire c’est alors de voir qu’au nom du progressisme (ouverture au monde) l’organisation économique capitaliste contraint à un retour vers le conservatisme et les vieux démons nationalistes fauteurs de guerre. Ceci faute de remettre en question ou réformer le capitalisme (ce qui serait du progressisme, c’est sortir de l’exploitation) que souhaitent 92% des citoyens.

Un goût de revanche.

C’est à se demander si Juppé et la droite en général ne mène pas aussi un combat idéologique en effaçant les restes de la gauche réformiste et anti capitaliste d’avant 1990. Déjà diverses mesures prises par Balladur et Fillon ont annihilé une bonne partie des progrès votés par la gauche, salaire, horaire de travail, jours fériés, sauf les congés payés qui font l’objet d’un secteur économique porteur (environ plus d’un millions d’emplois, 6,5% du PIB).

Le plein emploi ne reviendra pas avec ces mesures quand bien même elles augmenteraient le taux de profit

L’emploi est sur une courbe descendant du seul fait que l’on n’a pas besoin du travail de tous largement compensé par la technologie et qu’il serait temps de sortir du mythe sur le travail seule source de revenus. Alors que se développe l’économie de la connaissance qu’il ne faut pas laisser aux mains des capitalistes qui la dévoieront.

Quelques chiffres qui montrent la tendance descendante de l’emploi.

Population.

En 1886 il y avait 38 218 903 habitants, en 1980 - 55 340 782 hbts, en 1999 - 60 496 715 hbts, en 2015 - 66 808 385 hbts.

Nombre d’actifs. 

En 1886/17 420 000 actifs, en 1980/23 185 000, en 1999/27 783 000 M, en 2015/28 566 000.

Secteur primaire.

En 1886 l’agriculture représentait 47%, soit 8 230 000, en 1980 6 % soit 1 391 100, en 1999 4,2% soit 1 166 886, en 2015 2,8% soit 799 846.

Secteur secondaire.

En1886, l’industrie représentait 28,5%, soit 4 975 000 actifs. En 1980 35,9%, soit 8 323 415. En 1999 24 ,9% soit 6 917 967. En 2015 20,5% soit 5 856 030.

Secteur tertiaire.

En 1886 le tertiaire représente 24,3 % soit 4 250 000, en 1980 57% soit 13 215 450, en 1999 70,9 % soit 19 698 147, en 2015 75,7% soit 21 624 462.

L’intérêt du graphique qui suit est de voir une fourchette de stabilité du secteur secondaire. Je laisse chacun libre de l’interprétation le graphique est clair.

Juste une observation par rapport à mon article, l’on observe nettement une inflexion de l’emploi dans le secondaire à partir de 1960 qui met hors de cause toutes les salades d’incompétences que s’envoient les politiciens à la figure et dont se gargarisent leurs partisans. J’ai fourni un autre tableau avec quelques différences qui situent l’inflexion à partir de 1973, mais de la même manière l’activité secondaire se situe dans la même fourchette. Tableau 2/

Tableau 3/

Le tableau suivant montre que le taux s’activité ne couvre pas tous les besoins d’emplois, et fait quid de toutes les salades que se racontent les plus sots en prétextant qu’au chômage ne s’y tiennent que les fainéants. L’écart de 1975 ne fait que grandir sous la conjonction certainement de plusieurs facteurs, mais ne peut pas s’expliquer que par la seule ouverture au monde ou l’externalisation des productions liée à la pratique du libéralisme. Le secteur primaire où l’impact de la mécanisation est le plus flagrant fait la démonstration contraire, car que je sache l’on ne peut pas externaliser les terres, mais la mécanisation et l’industrialisation en ont fait un secteur en surproduction et en crise. Tableau 4/

Je n’ai pas pu trouver de tableau sur les volumes de productions disponible comme la quantité d’acier ou le tonnage de céréales qu’il serait intéressant de mettre en comparaison pour démontrer qu’avec un taux d’activité qui baisse l’on produit X fois plus compte tenu de l’augmentation de la productivité.

Je n’ai pas pu trouver de tableau sur les volumes total des productions disponibles, comme la quantité d’acier ou le tonnage de céréales qu’il serait intéressant de mettre en comparaison pour démontrer qu’avec un taux d’activité qui baisse l’on produit X fois plus compte tenu de l’augmentation de la productivité lire le tableau. Ce tableau démontre également que même avec les écarts la tendance est la même sous l’égide de l’organisation capitaliste où tout le monde adopte les mêmes mesures. Il n’est donc pas sérieux de dire avec des taux pareils que l’on soit en crise. Tableau 5/


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Etbendidon 13 octobre 2016 13:40

    Dalut Dédé. tu vas regarder la primaire des ripoublicains ce soir à TF1 j’espère
    fais nous un article demain la dessus et je te promets une audience record
     smiley


    • ddacoudre ddacoudre 13 octobre 2016 18:50

      @Etbendidon

      bonjour. bien évidement. j’ai du respect pour tous les hommes politiques. c’est un groupe comme tant d’autres où certains sont malhonnêtes et je fais la différence entre désinformation et la malveillance . quand Bush a menti au monde il poursuivait un objectif entrainer d’autres états dans la guerre contre l’Irak. durant la guerre froide c’était quasiment la règle entre les deux pays nous ne sommes pas dans la malveillance à la recherche d’un intérêt personnel, mais dans la lute de convictions.a ceux qui se font tondre d’apprendre a se couper les cheveux, faut pas compter sur le tondeur pour qu’il prête son outil.
      cordialement.ddacoudre.over-blog.com.


    • Laulau Laulau 13 octobre 2016 14:50

      La Chine est communiste et le Capitalisme s’y développe.

      La Chine est dirigée par un « parti communiste » qui n’a pas grand chose à voir avec le communisme.

      L’absurdité du communisme est qu’un parti décide pour tous comme s’il détenait le bonheur de l’humanité dans ses mains.

      Un parti qui décide pour tous c’est au antipode de l’idéal communiste, à savoir une société sans état.
      Le fait que des partis communistes ne soit pas parvenu à l’idéal communiste ( ça n’était pas facile !) ou ont tourné carrément le dos à cet idéal (le PC chinois) n’autorise pas à déformer cet idéal.


      • Trelawney Trelawney 13 octobre 2016 16:30

        @Laulau
        L’auteur fait le distinguo entre le « réalisme communiste » et l’« utopie communiste ». Si je vous dis que le capitalisme c’est la possibilité pour tout le monde d’échanger, de créer, et de récupérer les dividendes de notre travail, vous aurez vite fait de me répondre que le capitalisme aboutit à l’égoïsme et à l’injustice par l’accaparement des richesses produites.

        A départ il y a l’idée, mais elle se confronte très vite à la réalité, car les faits sont les faits et ils sont têtus


      • Laulau Laulau 13 octobre 2016 16:50

        @Trelawney
        A départ il y a l’idée, mais elle se confronte très vite à la réalité, car les faits sont les faits et ils sont têtus

        La réalité ? De quoi parlez-vous ? De la difficulté de réaliser une société nouvelle ?
        Sans doute, mais ce qui a perturbé ceux qui voulait aller vers une société plus juste, c’est surtout la guerre que leur ont fait les états capitalistes. En ce qui concerne l’URSS, chaude ou froide, entre 1917 et la fin, cette guerre a duré plus de 30 ans avec des pertes matérielles et humaines inouïes.


      • Trelawney Trelawney 13 octobre 2016 17:51

        @Laulau
        Ce n’est ni le capitalisme, ni le communisme qui est la cause de la guerre froide entre l’URSS et ses satellites et les USA et ses satellites. Le communisme et le capitalisme ne sont que des alibis pour permettre à ses grandes puissances d’étendre leurs hégémonies sur le reste du monde. L’URSS et les USA se sont servis de la seconde guerre mondiale pour imposer le contrôle total du monde dans chaque camp respectif

        cette politique de guerre froide a permis au bloc de l’est de se refermer sur lui même et d’empêcher toute velléité à l’intérieur de ses frontières. C’est comme cela qu’il a pu perdurer jusqu’en 1991.

        Cette politique de guerre froide a permis au USA d’instaurer une suprématie économique sur ses pays satellites et on a aussi vu en Asie du sud est comme en Amérique Latine comment ca se passé si ses pays voulaient leur indépendance économique.

        Encore aujourd’hui on continue de croire que cette guerre était une guerre d’idées ou de défenses de valeurs. Si c’était le cas, cela fait belle lurette qu’ils se seraient foutu sur la gueule à coup de bombe atomique.

        Maintenant on sait que le communisme n’est pas la solution, comme on sait que le capitalisme et avec lui la société de consommation est arrivé au bout du chemin. La « société nouvelle » ne se ferra que dans la crise 


      • ddacoudre ddacoudre 13 octobre 2016 19:07

        @Laulau
        bonjour. il est vrai que je n’ai pas fait de distinction sur les applications différentes du marxisme suivant l’histoire « géopolitique » des états qui l’ont adopté. ta remarque est justifié, il est vrai que j’ai posé ma lorgnette sur celui qui a animé la société française, le communisme d’usage en URSS, en songeant au absurdité qu’il a engendré ou il fallait que tout soit communiste y compris la science chacun se rappelle Lyssenko et son discrédit en 1960. si face au capitalisme le marxisme reste d’actualité, il doit se transformer également pour s’adapter aux changement intervenus dans le monde un à cause de la finitude de la consommation comme nous la pratiquons et de l’évolution des technologies qui remplacent l’humain pour se tourner vers ce à quoi nous devons notre évolution les savoirs, l’instruction, la connaissance et en faire une source de revenu.https://www.youtube.com/watch?v=yUMGHeLoLbA.
        http://ddacoudre.over-blog.com/55c7d999-e91f.html.
        cordialement.


      • Laulau Laulau 14 octobre 2016 08:59

        @Trelawney
        Bon, je réponds même si ce que vous dites relève largement du n’importe quoi.
        Une seule remarque, la guerre « chaude » a quand même duré plus de dix ans ! Dès 1917 et Jusqu’à la fin des années vingt, « l’occident » a fait la guerre à l’URSS. Un certain Charles de Gaulle, par exemple, y a participé.


      • Crab2 13 octobre 2016 15:57

        Le fumier du diable

        Se gausser des " vertus performatives " du pape

        De par sa nature d’idéologie nécrophage, ce n’est pas pour demain qu’un pape écrira « Le livre pour sortir au jour »Pape des pauvres d’esprit, François qui n’en est pas à une ganacherie près, décrivait en 2015 le capitalisme comme " le fumier du diable " L’homme pape montre qu’il n’est ni éleveurs ni agriculteur, de fait il ignore que du fumier éclosent les roses les plus délicates et les plus éblouissantes, car si l’Évolution est un FAIT et non une théorie, de tout temps, l’homme pape en bon phallocrate, c’est son genre, se montre saisissant de niaiserie - la maladie d’illusions paraît incurable, sommes toutes rien d’inattendu ni de réellement étrange à observer sous le ciel de plomb du Vatican - ainsi en-est-il pour l’éternité depuis l’invention par une poignées de cerveaux dérangés du monothéisme

        Suite :

        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2016/10/le-fumier-du-diable.html

        ou sur :

        http://democrite-epicure.hautetfort.com/archive/2016/10/13/le-fumier-du-diable-5860181.html


        • ddacoudre ddacoudre 13 octobre 2016 19:27

          @Crab2
          bonjour.
          merci pour ces deux liens que j’ai lu. je suis anti capitaliste non parce que c’est du fumier mais parce que c’est une déformation du dominant naturel qui n’exploite pas ses semblables.
          s’il n’y avait pas la loi de 1804 sur le louage de la force de travail qui impose aux employeurs de verser un salaire les roses les plus délicates ne pousseraient que pour les nantis qui employaient des esclaves pour les entretenir ou nourrissaient les travailleur d’un croutons. le capitalisme livré a lui même est un désastre. il s’autodétruirait. car toute cellules qui ne reçoit rien de l’extérieur meurt sous ses propres déchets. il en serait ainsi pour le capitalisme s’il n’avait pas ses opposants.
          l’on peut dire effectivement que ses opposant permettent de le maintenir en vie.
          mais il reste un comportement d’un temps « préhistorique ».http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html.
          cordialement.


        • rogal 13 octobre 2016 19:41

          « Rétablir les droits de douanes pour se protéger » dites-vous. Sans doute, mais plus important si l’on veut brider le capitalisme est de réduire la liberté de mouvement et d’action des capitaux.


          • ddacoudre ddacoudre 13 octobre 2016 20:27

            @rogal

            bonjour le capitalisme est une fuite en avant depuis que les hommes essaient de redistribuer ce que prend le capital celui-ci en récupère le double. le capitalisme est un concept « idéologique » dont l’adaptation culturelle est une déformation du dominant animalier qui n’a jamais exploité ses congénères. le rôle du dominant animalier est d’être le meilleur reproducteur pour assurer la survie de son espèce point barre. que tu mettes des droits de douanes, des taxes sociales il revend tout cela aux clients. il ne survie que grâce à l’opposition qu’il induit sans opposition il s’autodétruirait. je le disait plus haut dans un commentaire une cellule qui ne reçois rien de l’extérieur meurt sous ses propres déchets. c’est ce qui nous arrive avec la pollution mondiale.
            cordialement.
            http://ddacoudre.over-blog.com/article-le-capitalisme-est-la-marque-de-l-homme-prehistorique-120716748.html
            http://ddacoudre.over-blog.com/pages/Le-capitalometre-8441227.html.


          • Spartacus Spartacus 14 octobre 2016 10:36

             « le capitalisme ne peut pas être social »


            Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt. Nous ne nous en remettons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme.
            Adam Smith

            Comme quoi les clichés !

            • ddacoudre ddacoudre 14 octobre 2016 11:40

              @Spartacus
              bonjour.
              Adam Smith c’est trompé. l’égoïsme est aveugle. en vacant dan leur seul intérêt et en affirmant que la somme des intérêts individuels suffisait au développement de la collectivité nous avons pourri la planète au point de généré notre propre autodestruction. nous pouvons analyser cela comme un processus « évolutionnel » qui nous échappe pour accréditer l’idée que tout ce qui existe a une raison d’être même si nous ne le comprenons pas. mais force est de constater que ce que nous pouvons comprendre démontre que l’égoïsme empêche les individus de ce projeter au delà de leur désir émotionnel pour avec leur intellect analyser les conséquence de ce qu’ils entreprennent.
              Adam Smith ne manqué pas d’intelligence, mais le développement scientifique de l’époque ne permettait pas de prendre conscience des effet à long terme de nos actions dans l’utilisation des productions que nous avons découverte (produit pétrolier).
              ainsi l’on peut dire que l’usage de nos connaissances dans la recherche de ressources minières
              ont rendu l’égoïsme naturel auto destructeur.
              cordialement.


            • epicure 14 octobre 2016 21:41

              @ddacoudre

              Il ne faut pas confondre intérêts égoïstes et intérêts individuels.
              Le développement de la collectivité dépend de al somme des intérêts individuels, mais par contre les intérêts égoïstes mettent privilégient les intérêts particuliers de certains individus contre les intérêts individuels d’autres personnes.
              L’intérêt égoïste regroupe en fait intérêt individuel et intérêt particulier. C’est justement la somme des deux qui ne fait l’intérêt égoïste, c’est à dire ne se soucier que des intérêts de sa propre personne.

              Se nourrir, se soigner, s’éduquer, avoir un toit, , etc... tout cela fait parti des intérêts individuels que chacun peut avoir. En favorisant ces intérêts individuels , pour tous, on favorise le développement de la collectivité.
              C’est même la différence entre un pays développé, et un pays en voie de développement,t qui réussi beaucoup moins à répondre à ces intérêts individuels.

              Donc il y a moyen de conjuguer intérêt individuel et intérêt collectif, en visant à maximiser l’intérêt individuel de tous. Là où l’intérêt égoïste oppose l’intérêt particulier de quelques uns. Cette vision favorise la coopération, la solidarité, et est à la base des philosophies socialistes ( Marx, Jaurès, etc.... ).

              Alors que l’intérêt égoïste, lui entraine une opposition entre les intérêts personnels, le chacun pour soi, le tous contre tous, à cause de la recherche d’intérêts particuliers qui entrent en conflit ( vouloir être le premier par exemple ).


            • andromerde95 14 octobre 2016 22:46

              @epicure
              « Il ne faut pas confondre intérêts égoïstes et intérêts individuels.

              Le développement de la collectivité dépend de al somme des intérêts individuels, mais par contre les intérêts égoïstes mettent privilégient les intérêts particuliers de certains individus contre les intérêts individuels d’autres personnes. »


              intérêt commun = := intérêt individuel de l’individu qui ne constitue qu’1 seule personne.


              l’individualité ce n’est pas ce qui est commun, mais ce qui est propre à chaque personne.




              « L’intérêt égoïste regroupe en fait intérêt individuel et intérêt particulier. C’est justement la somme des deux qui ne fait l’intérêt égoïste, c’est à dire ne se soucier que des intérêts de sa propre personne. »

              1 seule personne = 1 individu


              « Se nourrir, se soigner, s’éduquer, avoir un toit, , etc... tout cela fait parti des intérêts individuels que chacun peut avoir. En favorisant ces intérêts individuels , pour tous, on favorise le développement de la collectivité. »

              l’intérêt individuel c’est le besoin d’1 seule personne en bouffe, santé... l’individualiste ne s’occupera que des ses intérêts en soin, bouffe... et pas de ceux des autres ou du collectif.


              l’intérêt commun, c’est le besoin en bouffe et soins... de l’ensemble collectif et non de l’individu. le collectiviste anti-individualiste s’occupera des besoins du collectif auquel il appartient et non que de ses intérêts individuels.

              « Donc il y a moyen de conjuguer intérêt individuel et intérêt collectif, en visant à maximiser l’intérêt individuel de tous. »

              intérêt collectif = bien commun

              intérêt individuel = bien d’1 seule personne

              le système capitaliste c’est un système où chacun se bat pour son intérêt individuel et non pour l’intérêt de tous.


              « Alors que l’intérêt égoïste, lui entraine une opposition entre les intérêts personnels, le chacun pour soi, le tous contre tous, à cause de la recherche d’intérêts particuliers qui entrent en conflit ( vouloir être le premier par exemple ). »

              l’égoïsme entraîne les conflits entre divers intérêts individuels à cause de la recherche d’intérêts individuels (Individu = indivisible = 1 = 1 seule personne). 


            • andromerde95 14 octobre 2016 22:46

              @epicure
              en fait t’as 0 argument, tu te contentes de reformuler le sens des mots. 


            • andromerde95 14 octobre 2016 22:49

              déf de « individuel » donné par larousse :


              • Qui concerne l’individu, par opposition à la collectivité : Propriété individuelle.
              • Qui est le fait d’une personne seule, par opposition à collectif : Les initiatives individuelles seront encouragées.
              • Qui est conçu pour une seule personne ou qui concerne une seule personne 

              individu = 1 seule personne
              individu = contraire du collectif qui comporte plusieurs personnes

              l’intérêt individuel n’est pas servi quand on soumet chaque individu à l’intérêt de tous en obligeant chaque individu contre son intérêt individuel à payer la bouffe, les soins, et l’éducation du collectif.


            • andromerde95 14 octobre 2016 22:53

              @andromerde95

              défs donnés par larousse sur l’individualisme :
              « Tendance à s’affirmer indépendamment des autres, à ne pas faire corps avec un groupe. » http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/individualisme/42661#MA0Z2b1TridwUW8x.99« 



              déf de »individuel« donné par le cnrtl :  »Qui appartient à l’individu ; qui n’appartient qu’à un seul être, qui le caractérise, le distingue des autres êtres.«  

               »Qui appartient à un individu considéré isolément dans la société (ou le groupe) à laquelle (ou auquel) il appartient.« 

                »Qui est le fait d’une personne particulière."

            • ddacoudre ddacoudre 15 octobre 2016 01:02

              @epicure

              L’égoïsme est le fait de s’approprier ce que l’on désire sans souci des autres pour le seul besoin de survivre. l’on peut aussi trouver dans le même but la préoccupation des autres s’ils servent sa survivance, cela en réciprocité c’est l’égoïsme solidaire.
              c’est ce qui a conduit au développement des assurances. je cotise pour me protéger de la maladie, grâce à la cotisation des autres je subviens aux dépenses et chacun en fait autant sachant qu’il sera atteint par la maladie, mais pas tous en même temps.
              cordialement ddacoudre.over-blog.com.


            • Spartacus Spartacus 15 octobre 2016 11:00

              @ddacoudre

              Dans son livre, le Nobel Tirole fait un test a des personnes :

              Il dit a chaque personne qu’il invite dans une pièce....
              Voici 60€. Dans la pièce d’a coté il y a une personne. 
              Tu peux prendre 60€ et l’autre personne aura rien.
              Tu peux prendre 40€ et l’autre aura 20€
              Tu peux prendre 30€ et l’autre aura 30€

              Que feriez vous ddacoudre et pourquoi ? (il n’y a pas de mauvaise réponses)

            • epicure 16 octobre 2016 21:50

              @ddacoudre

              La pensée égoïste, c’est la pensée qui est focalisée uniquement sur sa personne, sur ses attentes intérieures, y compris celles qui sont conflictuelles avec les autres.
              La pensée individuelle qui est capable de se préoccuper des attentes des autres c’est l’individualisme, car l’individualisme n’est pas un rapport conflictuel avec les autres.


            • andromerde95 16 octobre 2016 22:56

              @epicure
              tiens l’insulteur enragé qui attribue ses tares à ses opposants n’a pas compris que c’est inutile de me répondre car je le débunkerai systématiquement ?


              « petit caniche ignorant, qui ne réfléchit pas :

              le contraire de l’individu concret c’est la communauté (concept idéel).

              https://ameliepinset.wordpress.com/2011/02/16/individu-et-communaute/

              Le collectif c’est une collection d’individus, cela ne s’oppose pas à l’individu. »


              individu = 1 personne

              collectif = plusieurs personnes

              collectif = contraire de l’individu car l’intérêt collectif va souvent contre l’intérêt individuel (exemple : l’intérêt du peuple ou de la nation contre l’intérêt des capitalistes qui ne cherchent qu’à servir leur intérêt individuel perso).


              « tiens puisque tu aimes les définitions du Larousse
              « 
              collectif : Qui concerne toutes les personnes d’un groupe déterminé, une collectivité quelconque

               »

              Donc le collectif concerne tous les individus d’un groupe. Que ce soit au sein d’une nation, d’une entreprise, etc.... »


              bref le collectif c’est bien le contraire de l’individu car un individu c’est qu’une seule personne.


              « Ce qui s’oppose au collectif c’est le particulier, qui peut être une personne, ou un groupe. »

              le particulier c’est l’intérêt individuel d’une seule personne en particulier ainsi qu’une seule personne en particulier (individu).


            • andromerde95 16 octobre 2016 22:58

              @epicure
              « La pensée égoïste, c’est la pensée qui est focalisée uniquement sur sa personne, sur ses attentes intérieures, y compris celles qui sont conflictuelles avec les autres.
              La pensée individuelle qui est capable de se préoccuper des attentes des autres c’est l’individualisme, car l’individualisme n’est pas un rapport conflictuel avec les autres. »

              tiens il refait les défs à sa sauce, l’individualisme est bien de l’égoïsme et un conflit avec les autres car avec l’individualisme : l’intérêt individuel d’une seule personne pris isolément (individu) est mis au dessus de l’intérêt général et commun du collectif. 


            • andromerde95 16 octobre 2016 23:00

              @epicure
              « petit caniche irrationnel m’attribue ses défauts de caniche à 2 de QI.
              c’est toi qui redéfini les mots n’importe comment pour leur faire dire tout , n’importe quoi, et leur contraire »

              tu attribues encore tes propres tares aux autres.


              « Mais au contraire je précise les mots pour qu’ils aient un sens précis, pour préciser de quoi je parle. »
              pour qu’ils aient un sens fallacieux précis. 

            • ddacoudre ddacoudre 16 octobre 2016 23:15

              @Spartacus

              bonjour spartacus
              je laisse les soixante euros il ne me permettent ni de travailler la terre ni de me nourrir en les mangeant. l’argent (en dehors de l’utilité d’échange) n’a aucune valeur si ce n’est que les uns et les autre veulent en posséder pour être plus riche les uns que les autres et ne rien faire,ce qui les tuerait et rendrait l’argent inutile, car une chose qui n’est pas désiré n’a pas de valeur.

              cordialement.


            • andromerde95 19 octobre 2016 13:19

              @epicure
              le clébard enragé narcissique n’a pas compris que ses réponses d’ignare-inculte seront systématiquement démolis avec moi ? arrête de répondre, c’est inutile vu que tu sera systématiquement laminé.



              « L’Individualisme ce n’est pas l’égoïsme.
              Il n’y a pas de rapport de force dans l’intérêt individuel, contrairement à l’intérêt égoïste ou particulier. »

              l’égoïsme c’est ne penser qu’à son intérêt individuel. et il y a bien un rapport de force entre les intérêts individuels des patrons et des ouvriers.



              « C’est l’intérêt particulier qui repose sur l’opposition, le conflit entre les intérêts, et s’oppose à l’intérêt collectif. »

              l’intérêt individuel est particulier, l’individu = une seule personne en particulier.


              « Par exemple l’intérêt particulier de la propriété privée capitaliste sur des ressources communes s’oppose à l’intérêt collectif. »

              propriété privée = propriété individuelle

              intérêt particulier = intérêt de l’individu (1 seule personne) et non du groupe (plusieurs personnes).


              « L’intérêt collectif peut être par exemple le fait de défendre l’intérêt individuel de tous à pouvoir se soigner. »

              l’intérêt de tous =/= intérêt individuel qui concerne qu’une seule personne.


              « Pouvoir se soigner c’est un intérêt individuel, et n’implique aucunement un rapport de force, il est compatible avec l’intérêt individuel des autres. »

              non c’est un intérêt collectif et ça bafoue les intérêts individuels des gens qui n’ont pas intérêt pour leur individu à payer pour les autres.



            • andromerde95 19 octobre 2016 13:20

              @epicure
              arrête le novlangue. 


            • andromerde95 19 octobre 2016 13:21

              « l’idiot du village ne comprends pas que deux mots différents désignent deux concepts différents.

               »

              dans ce cas le clown : intérêt collectif=/=intérêt individuel. et il y a des synonymes et dans certains cas 2 mots peuvent dire la même chose. 

            • epicure 19 octobre 2016 21:35

              @andromerde95

              "
              le clébard enragé narcissique n’a pas compris que ses réponses d’ignare-inculte seront systématiquement démolis avec moi ? arrête de répondre, c’est inutile vu que tu sera systématiquement laminé.
              "

              vas te faire soigner, tu parles de toi à la troisième personne.


            • andromerde95 19 octobre 2016 23:04

              @epicure
              « vas te faire soigner, tu parles de toi à la troisième personne. »

              je parlais à la 3e personne. je te parle à la 3e personne et non à la 2nd personne du singulier ou1ère personne du pluriel car tu es une merde

            • andromerde95 20 octobre 2016 18:38

              @andromerde95
              *ou 2e personne du pluriel 


              *correction

            • epicure 21 octobre 2016 19:22

              @andromerde95

              "
              le clébard enragé narcissique n’a pas compris que ses réponses d’ignare-inculte seront systématiquement démolis avec moi ? arrête de répondre, c’est inutile vu que tu sera systématiquement laminé.
              "

              Vu que ceci ne peut que concerter ta propre personne, tu parles de toi à la troisième personne.
              c’est toi l’ignare inculte qui :
              - confond le darwinisme et le darwinisme social(la loi du plus fort) qui n’a rien à voir avec les propos de Darwin sur l’évolution.
              - qui confond une utopie démocratique avec un régime dictatorial qui a aboli nombres des mesures qui pouvaient rapprocher de cette utopie démocratique.
              - qui ignore les inégalités de droit et de pouvoir économique, qui sont la cause des inégalités sociales, et qui répète comme un crétin que c’est l’égalité de droit qui est al cause des inégalité économiques.
              - qui refuse de voir que la majorité des partis de droite sont partisans d’une forme de libéralisme économique, car le libéralisme économique, notamment au travers des dérèglementations peut être source de renforcent du pouvoir
              - qui est le seul crétin à confondre la gauche et le libéralisme, alors que les libéraux et LA Gauche savent très bien faire la différence.
              - qui ne sais pas que la démocratie est un pouvoir collectif. Et qui pour le contredit montre juste qu’il ne comprend pas ce dont il parle
              - incapable de comprendre que sorti du vocabulaire banal, les préjugés quand ils sont abordés d’un point de vu sociologiques sont systématiquement associés à l’ignorance.
              -qui croit que répéter ses mensonges en boucles les rend vrai
              - qui réduit les gens dans des catégories binaires arbitraires basées sur l’ignorance de la réalité des personnes humaines.
              -qui est incapable de penser la liberté.
              - qui confond égalité et uniformité, alors que l’uniformité est liée à l’autoritarisme, l’hétéronomie, comme par exemple avec la tradition qui impose des uniformes militaires, religieux traditionnels, etc....
              etc...

              c’est oit le crétin ignare qui tient des propos qui vont à l’encontre des scientifiques au niveau biologie, sociologie, psychologie, etc....

              La preuve que tu es un crétin ignare, c’est que tu es contre l’autonomie de pensée.
              Hors la connaissance et l’autonomie de pensée sont liées.

              tu es un crétin ignare, menteur , malhonnête.

              Chacune de tes interventions sont la preuve de ta stupidité et de tes mensonges.

              Tu ne démoli rien , vu que rien de ce que tu dis relève de l’argument fallacieux :le mensonge et l’ignorance.

              Quand je veux m’instruire sur un sujet, je sais que la dernière source sur internet à lire c’est toi.


            • andromerde95 21 octobre 2016 21:05

              @epicure
              tiens le crétin inculte narcissique et enragé revient à la charge, même si il va se faire exploser encore (il a toujours pas compris le sort éternel qu’il aura avec moi ? il devrait la fermer, il perd son temps) :


              « Vu que ceci ne peut que concerter ta propre personne, tu parles de toi à la troisième personne. »

              tiens il repompe mes répliques « tu parles de toi ? » ou « arrête d’attribuer tes propres tares aux autres », on voit ton bas niveau intellectuel.

              « c’est toi l’ignare inculte qui :
              - confond le darwinisme et le darwinisme social(la loi du plus fort) qui n’a rien à voir avec les propos de Darwin sur l’évolution. »

              - j’ai démontré que si, ça à avoir et en le démontrant, j’ai prouvé ton inculture.


              « - qui confond une utopie démocratique avec un régime dictatorial qui a aboli nombres des mesures qui pouvaient rapprocher de cette utopie démocratique. »

              c’est con, mais le marxisme n’a rien de démocratique : quand il y a qu’un seul choix éco, (collectivisme), il n’y a pas de démocratie et quand seuls les prolos révolutionnaires ont le droit de décider, il n’y a pas de démocratie. 

              « - qui ignore les inégalités de droit et de pouvoir économique, qui sont la cause des inégalités sociales, et qui répète comme un crétin que c’est l’égalité de droit qui est al cause des inégalité économiques. »

              inégalité de droits=/=inégalité sociale
              et oui, c’est le fait de donner la liberté éco à tous le monde (égalité des droits qui est différente de l’égalité sociale) qui créé des inégalités éco... quand on laisse libres les gens, on les force pas à être identiques.

              « qui refuse de voir que la majorité des partis de droite sont partisans d’une forme de libéralisme économique, car le libéralisme économique, notamment au travers des dérèglementations peut être source de renforcent du pouvoir »

              la vraie droite c’est le pen, poutine, trump, bachar, les islamistes, etc... ça n’a rien à voir avec ta fausse droite et à la base le libéralisme est de gauche.

              « - qui est le seul crétin à confondre la gauche et le libéralisme, alors que les libéraux et LA Gauche savent très bien faire la différence. »

              à la base la gauche, c’est les révolutionnaires bourgeois libéraux contre les royalistes.

              « - qui ne sais pas que la démocratie est un pouvoir collectif. Et qui pour le contredit montre juste qu’il ne comprend pas ce dont il parle »

              pouvoir collectif démocratique=/=collectivisme bolchevique dictatorial.

              « - incapable de comprendre que sorti du vocabulaire banal, les préjugés quand ils sont abordés d’un point de vu sociologiques sont systématiquement associés à l’ignorance. »

              non les préjugés sont basés sur des faits : quand on dit que les français boivent du vin et mangent du fromage, ce n’est pas pour rien car la France est le premier consommateur de vin et formage par habitant.

              « -qui croit que répéter ses mensonges en boucles les rend vrai »

              tu parles de toi ?

              « - qui réduit les gens dans des catégories binaires arbitraires basées sur l’ignorance de la réalité des personnes humaines. »

              toi tu réduis les gens à de simples consommateurs sans identité, tu nies les groupes qui sont des réalités humaines.




            • andromerde95 21 octobre 2016 21:06

              @epicure

              « -qui est incapable de penser la liberté. »

              ouais je rejette la « liberté » du marché et du capitalisme.

              « - qui confond égalité et uniformité, alors que l’uniformité est liée à l’autoritarisme, l’hétéronomie, comme par exemple avec la tradition qui impose des uniformes militaires, religieux traditionnels, etc.... »

              non l’uniformité est liée à l’individualisme car dans la société individualiste, il y a que des simples consommateurs américanisés hédonistes qui vouent un culte à la marchandise et qui n’ont aucune différences religieuses, raciales, ethniques, nationales, sexuelles... entre eux.
              et il y a jamais eu d’uniformes imposés à tous dans les sociétés traditionnels, par contre c’était le cas dans les sociétés communistes.

              « c’est oit le crétin ignare qui tient des propos qui vont à l’encontre des scientifiques au niveau biologie, sociologie, psychologie, etc.... »

              crétin ignare j’ai démontré que c’est toi qui est contredit par la science, la biologie etc... à plein de reprises.

              « La preuve que tu es un crétin ignare, c’est que tu es contre l’autonomie de pensée.
              Hors la connaissance et l’autonomie de pensée sont liées
              . »

              quelqu’un rempli de connaissances doit se référer à d’autres personnes.

              « tu es un crétin ignare, menteur , malhonnête. »


              le narcissique attribue encore ses tares aux autres.


              « Chacune de tes interventions sont la preuve de ta stupidité et de tes mensonges.

              Tu ne démoli rien , vu que rien de ce que tu dis relève de l’argument fallacieux :le mensonge et l’ignorance. »

              j’ai démontré crétin que c’est toi qui pond des arguments bidons et mensongers.


              « Quand je veux m’instruire sur un sujet, je sais que la dernière source sur internet à lire c’est toi. »

              je cherche pas à t’instruire, t’es un cas désespéré, je cherche à exploser au yeux de tous tes hoaxs et je continuerai inlassablement.


            • Jean Keim Jean Keim 15 octobre 2016 09:13

              Le monde actuel, autrement dit la civilisation planétaire, est construit sur des idées et jamais cela n’a été bénéfique au grand nombre.


              La genèse d’un mouvement idéologique et sa dynamique sont tjrs les mêmes : l’adoption d’une idée généreuse est une chose mais sa mise en œuvre devient prépondérante au détriment de l’élan initial qui est reporté à plus tard et oublié ; le communiste - idéologie ô combien humaniste s’il en est - est le parfait exemple, il s’est concrétisé par la mise en place d’apparatchiks et d’une autocratie sclérosante et impitoyable, le résultat fut la main mise sur tous les rouages la société à laquelle le bonheur était promis pour plus tard, plus tard est le leitmotiv de toute idéologie.
              Dans la religion il en est de même, cette vie est malheureuse mais plus tard vous toucherez les dividendes de vos souffrances, plus tard vous connaîtrez le paradis. 

              Adopter une idée et la divulguer n’est pas agir, ce n’est que de l’information partagée.

              Tant que nous ne percevons pas ce qu’est réellement une idée, le monde ne pourra être humain. 





              • ddacoudre ddacoudre 16 octobre 2016 23:20

                @Jean Keim

                bonjour j’ai bien aimé la dernière phrase.
                 cordialement ddacoudre.over-blog.com.


              • epicure 17 octobre 2016 02:42

                @Jean Keim

                le nazisme n’était pas basé sur une idée généreuse. mein kampf contenait déjà toutes les bases pour les horreurs qui ont suivies. Les crimes nazis sont la conséquence de l’idéologie qui était basée sur l’intolérance, la hiérarchie, le rapport de force, le conflit.

                staline n’avait pas de visée humaniste, sa psychologie correspond à celle des autoritaires de droite, c’est à dire ceux qui adhèrent aux idées d’extrême droite, des gens pas très humanistes , le stalinisme porte bien son nom, c’est un régime conçu et fait par et pour staline.
                Le stalinisme n’est pas une idéologie basée sur des idées cohérentes, c’est avant tout une pratique du pouvoir par staline. C’est une idéologie basée sur la psychologie de staline, et non celle développée par les penseurs socialistes ou communistes.
                Tout le discours marxiste-léniniste, le communisme, la révolution, c’est de la récupération , de la manipulation pour faire croire qu’il était dans la continuité du combat des bolchéviques, alors qu’il a remis en cause nombre des mesures prises par les bolchéviques, notamment celles donnant des libertés et des droits individuels, en avance sur ce que la France a fait. Et a persécuté, fait éliminé nombre de bolcheviques, marxistes, etc... Ce qui prouve qu’il n’était pas marxiste.

                Mais c’est un opportuniste qui a trouvé dans la révolution bolchévique un moyen d’arriver au pouvoir. Et il s’est trouvé des soutiens opportunistes qui y ont trouvé leur intérêt.

                Le problème ( par rapport à cette problématique  ) du vrai communiste, c’est que ce n’est pas quelqu’un attiré par le pouvoir, parce que la vrai idée communiste c’est le refus de tout pouvoir personnel, qu’il soit aristocratique, capitaliste, religieux ou autre.
                Les hommes attirés par le pouvoir n’installent pas le communisme, mais un régime qui leur donne le pouvoir qu’ils désirent.

                Un peu comme hollande candidat du parti socialiste, ce qu’il a fait n’a rien à voir avec le socialisme qui est supposé servir de base à son parti, mais uniquement dû à ses intérêts personnels et ceux de valls, et son entourage, dont macron, qui lui au moins à l’honnêteté de reconnaitre qu’il n’est pas un homme de gauche.

                Les religions ce n’est pas pareil, dans leur fondement, il y a la soumission à une autorité, à une transcendance, la notion de contrôle fait partie des religions. Le paradis, l’enfer, sont des notions pour contrôler des populations qu’il faut se rappeler, n’avait pas d’éducation , vivaient à la limite de la misère pour la majorité d’entre elle. Comme tu le dis c’est l’échange de la promesse du paradis contre la soumission à l’ordre social et religieux.


              • Jean Keim Jean Keim 17 octobre 2016 15:08

                @epicure
                Une idéologie qu’elle soit religieuse ou autre, reste une idéologie.

                Mener sa vie sur des idées même si elles sont généreuses ne peut qu’être catastrophique, a fortiori si elles sont malsaines.
                Et effectivement des individus sans scrupules savent utiliser à leur avantage la force des idées.
                Finalement tout ce qui fait l’organisation de notre société, repose sur l’acceptation d’idées, l’argent, le pouvoir, la hiérarchie, l’économie, l’histoire, la politique, la religion, la science et même la philosophie, et même la démocratie ne sont au bout du compte que des idées, l’éducation nous formate à accepter les idées et à rejeter celles des autres qui n’ont pas plus de valeur que les nôtres d’ailleurs.




              • Jean Keim Jean Keim 17 octobre 2016 15:15

                Notre espèce est peut être en sursis et notre survie dépend de notre compréhension de ce qu’est réellement une idée, cela vous paraît peut être exagéré ou grandiloquent mais c’est un fait.
                Vous citez le communisme, est-il une idée ? 

                Le fait de lui donner un nom est déjà une approche idéologique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès