• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cause première et évolution de la pauvreté dans le monde

Cause première et évolution de la pauvreté dans le monde

Les pensées et idéologies les mieux intentionnées et la compassion qu'elles véhiculent se soucient trop peu des causes profondes des maux qu’elles prétendent combattre, oubliant, négligeant, voire niant, les mécanismes démographiques structurant la pyramide sociale en multipliant les pauvres à une cadence qui est moyennement 6 fois celle des riches. Il n’est donc pas inutile d’en présenter ci-après une autre idée, dénuée tout autant de ces croyances que de ces savants calculs, indices et coefficients dont usent des observateurs davantage inspirés par leurs sentiments que par les faits, au risque d’aggraver le sort des plus démunis et de l'humanité entière.

 

Les pays pauvres, à protection sociale faible, voire quasi inexistante, sont conduits à la surnatalité du fait que leurs anciens ne peuvent compter que sur leurs proches plus jeunes pour être assistés, comme le plus souvent les malades pour être soignés. En conséquence, plus la famille y est nombreuse mieux elle est en mesure d’assumer ces fonctions sociales de base, et ceci d’autant que les taux de mortalité infantile régresse dans nombre de ces pays, du fait des progès incessants de la médecine. Y règnent en outre souvent, des croyances ancestrales contribuant à ce que la pauvreté y soit considérée comme une fatale cause de surpopulation, dans un environnement économique générant une richesse collective insuffisante pour qu’il en soit autrement sans aide extérieure ; sans parler des idéologies, traditions, mœurs et intérêts y faisant souvent obstacle.

Pour les pays développés, dont les citoyens bénéficient d’une couverture sociale moderne, la question se pose en d’autres termes. S’agissant de financer durablement des soins et allocations diverses ayant notamment pour buts de soutenir une natalité répondant aux besoins de leur développement économique et de garantir le meilleur niveau de vie possible à ceux qui ne sont plus en âge de travailler, le problème est dans un équilibre entre cotisations et pensions, donc entre cotisants et pensionnés ou naissances et décès. À la différence des pays pauvres, ceci est permis par une richesse collective élevée, qui ne cesse d’ailleurs de croître jusqu’à atteindre la démesure ; sans entraîner pour autant de partage allant au-delà d'un minimum abitrairement fixé.

Contrairement à ce qu’il en est pour les pays pauvres, la pyramide sociale des pays riches se développe verticalement, au point que c’est leur enrichissement collectif qui développe leur pauvreté (relative), par l’accroissement incessant des écarts entre pauvres et riches. Mais dans un cas comme dans l’autre, si la pauvreté a pour limite la base de la pyramide sociale – niveau zéro de la richesse –, la richesse n’en connaît pas d’autres que celle des ressources de la planète et la voracité insatiable de ceux qui la convoitent et qui, quand ils ne sont pas les riches d’aujourd’hui, sont nombreux à espérer et à tout faire pour être ceux de demain. Et quand leur démographie n’assure plus le renouvellement de la population des pays riches, celle des pays pauvres y supplée, ce qui explique en grande partie des flux migratoires chaque jour plus importants, charriant leur misère avec eux. Transfert d’une main d’œuvre compensant les déficits des uns en résorbant une partie de la surpopulation des autres.

Trop nombreux sont les observateurs qui ne tiennent pas compte de ces différences capitales entre pays pauvres et pays riches, et négligent le fait qu’elles se manifestent dans un monde globalisé. Leurs idéologies sommaires s’y refusent, préférant l’amalgame et persistant à ignorer, voire à nier, les conséquences d’une démographie planétaire galopante. Ils négligent ce faisant la perméabilité croissante des frontières entre états résultant d'un progrès voulu par le plus grand nombre, faisant qu’aucun pays n’échappera au creusement des écarts de richesse, dans une pyramide sociale mondiale unique et hypertrophiée par sa surpopulation et l’atteinte d’un niveau de richesse collective vertigineux.

Il en est comme si tous les obscurantismes religieux et politiques se liguaient avec la cupidité, l’égoïsme et l’ignorance, pour encourager partout dans le monde le développement de la pauvreté, dont le premier indicateur est le nombre de pauvres. Car que le développement de la pyramide soit vertical ou horizontal, ou une combinaison des deux, ne change rien à la relativité de notre condition humaine comme sociale, ni aux pourcentages selon lesquels la population globale se répartit. Mathématiquement, 14 % de riches pour 86 % de pauvres, avec toutes conséquences sur l’augmentation proportionelle du nombre des uns et des autres.


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • tashrin 18 octobre 17:34

    Je suis partagé sur l’analyse, à quoi ca sert si au final en étant 3 fois moins nombreux on a toujours une inégalité intrinsèque et que la proportion ne change pas (14/86) ?

    Mais surtout une question me vient... : Et donc ?

    Non parce qu’une fois posé ce constat, c’est quoi les préconisations qui suivent ?

    On fait un grand tirage au sort et on distribue du cyanure ? On sterilise de force ?


    • adeline 18 octobre 17:39

      @tashrin
      vous n’aurez pas de réponse, il va vous renvoyer vers son site


    • Claude Courty Claude Courty 18 octobre 18:51

      Merci d’abord à mon fidèle et anonyme autant que courageux troll-contradicteur qui a comme d’habitude impitoyablement commencé par moinsser à bloc mon article, ce que je me suis empressé de compenser par un plussage à bloc, je l’avoue.

      ---------------------------

      @tashrin

       « À quoi ça sert ? » Ça ser(virai)t au moins à limiter le saccage de notre environnement et à éviter d’aller dans le mur à court terme. Même si tout à une fin un jour ou l’autre, rien n’interdit de penser à notre descendance et à notre responsabilité à son égard.

       Que viennent faire un tirage au sort et le cyanure, si l’imagination peut dépasser la vôtre, se limitant apparement au génocide ?

       « Stérilation de force »  Avant d’en arriver là : Prendre conscience, sortir du déni de réalité, informer, instruire, secourir

      https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html 

      Vous voyez bien qu’une réponse vous est fournie, bien que justifiant un lien pour entrer dans le détail

      Mais si le sujet vous intéresse au-delà du commentaire “pour passer le temps”, il vous faudra effectivement vous donner la peine d’étudier sérieusement la question, mon blog https://pyramidologiesociale.blogspot.com/ étant à votre disposition pour cela.


      • tashrin 19 octobre 09:45

        @Claude Courty
        Merci d’abord à mon fidèle et anonyme autant que courageux troll-contradicteur

        Si ça m’est destiné y a erreur, j’ai rien moinssé du tout
        Ça ser(virai)t au moins à limiter le saccage de notre environnement et à éviter d’aller dans le mur à court terme. Même si tout à une fin un jour ou l’autre, rien n’interdit de penser à notre descendance et à notre responsabilité à son égard

        Ce qui ne repond pas à la question... Votre argumentation est basée sur les inégalités et la coexistence problematique de deux categories (pauvres et riches). Dans votre argumentaire, cette coexistence n’est absolument pas ni remise en cause ni solutionnée.
        Donc en fait votre souci ce serait plutot comment maintenir la main mise de la categorie la plus favorisée dans un environnement qui ne permet plus à tout le monde de vivre décemment. Bof...
        Que viennent faire un tirage au sort et le cyanure, si l’imagination peut dépasser la vôtre, se limitant apparement au génocide ?

        C’etait une provoc... Destinée à mettre en évidence un constat simple : il n’y a aucune solution proposée dans l’article... Vous indiquez sans sourciller qu’il faut réduire la population mondiale mais en négligeant le comment... Et c’est dans le comment que se cachent les ptites lignes du contrat... C’est pourquoi elles m’interessent. Je note que vous n’évoquez pas la suite de la phrase sur la sterilisation forcée. Ca vous parle plus apparemment, c’est pour ca ? Donc c’est ça la solution proposée. Steriliser tous ces pauvres improductifs qui respirent l’air des 14 % ? (vraie question)
         « Stérilation de force »  Avant d’en arriver là : Prendre conscience, sortir du déni de réalité, informer, instruire, secourir

        Lol, ah donc c’est bien ça... Du coup vous comptez donner l’exemple ? C’est quoi vos critères de sélection ? Qu’est ce qui vous en donne le droit ? Que penseriez vous si l’on proposait de vous appliquer votre solution en premier ? (vraies questions)
        Vous voyez bien qu’une réponse vous est fournie, bien que justifiant un lien pour entrer dans le détail

        Vous parlez de cette espèce d’argumentation déterministe hors sol qui vise à enterriner sous des pretextes fumeux une situation que la moindre bribe d’humanité conduirait à détester ? Re bof...
        Mais si le sujet vous intéresse au-delà du commentaire “pour passer le temps”, il vous faudra effectivement vous donner la peine d’étudier sérieusement la question, mon blog https://pyramidologiesociale.blogspot.com/ étant à votre disposition pour cela.

        Pourquoi autant de condescendance ? Donc pour creuser le sujet, il faut forcement lire votre truc ? Genre vous êtes la référence ultime ? Pour le moment ce que j’en lis ne me donne pas du tout envie de creuser. 


      • Claude Courty Claude Courty 19 octobre 19:59

        @tashrin

        Mon remerciement, adressé “à la cantonnade”, n’aurait pu vous concerner que si vous en aviez été l’auteur, mais vous avez pu noter que des tirets de séparation figurent avant ma réponse à votre post.
        ----------------
        Pour le reste, où est la condescendance, dans l’offre de précisions vous étant visiblement indispensables pour bien comprendre des propos ne se prêtant pas à un résumé tel que le permet le présent fil de discussion.
        Ce qui nécessiterait au demeurant – au-delà du fait de vous donner cette peine – que vous évitiez de conclure avant d’avoir « envie de creuser » une question sur laquelle je travaille pour ma part depuis de nombreuses années ; et que vous soyez prêt à laisser votre sectarisme au vestiaire.


      • tashrin 20 octobre 10:00

        @Claude Courty
        « Au delà du commentaire »pour passer le temps"
        Voila la condescendance... Un peu comme si je vous avais dit que j’irai lire les travaux que vous avez réalisés pour passer le temps... 
        En attendant, vous ne répondez pas clairement à la question (simple) que je vous ai posée. Et qui ne me parait pas nécessiter des développements très longs pour synthétiser ce que vous préconisez.
        Oui ou non, la stérilisation (nécessairement forcée) d’une partie de la population vous parait elle une solution viable ? Et si oui, par qui, quelle partie de la population au nom de quels critères et de quelle légitimité ?
        Que votre pensée nécessite une explication plus longue pour comprendre le raisonnement qui vous a amené là, ok. Mais ca vous empeche pas de répodnre clairement sauf à refuser d’assumer la réponse qui semble évidente à vous lire...


      • Claude Courty Claude Courty 20 octobre 11:40

        @tashrin

        Où avez-vous été chercher que la stérilisation est nécessairement forcée ?

        Je parle quelque part d’instruction, de formation, d’aide, à la dénatalité, et nullement de contrainte ou pire.


      • tashrin 20 octobre 12:41

        @Claude Courty

        Où avez-vous été chercher que la stérilisation est nécessairement forcée ?

        Si on arrêtait de faire semblant ?
        Hormis quelques volontaires, le gros des troupes va pas voir d’un très bon oeil qu’on leur interdise de faire ce qu’ils souhaitent en la matière, d’autant plus si ce sont les gentils occidentaux blindés et responsables de la quasi totalité de la pollution et du gaspillage de ressources qui vont expliquer aux petits nafricains qui n’y sont pour rien qu’ils n’ont qu’à se sacrifier pour permettre à leurx exploiteurs de continuer à le faire tranquillement...
        Je parle quelque part d’instruction, de formation, d’aide, à la dénatalité, et nullement de contrainte ou pire.
        Pardon mais c’est bien sûr... Suffit de leur expliquer ! Et tout ça rappelons le pour permettre aux privilégiés de continuer à l’être :)
        Votre pensée est assez nauséabonde, de mon point de vue mais c’est un point de vue. Cette manière de ne pas assumer votre raisonnement en faisant des circonvolutions pour énoncer des horreurs en ayant l’air de pas y toucher l’est en revanche incontestablement.


      • Claude Courty Claude Courty 20 octobre 14:56

        @tashrin

        Votre point de vue est celui d’un sot, qui confond mourir et ne pas naître ; qui s’imagine que leur prolifération enchante ceux qui la subissent ; qui ignore qu’il s’est pratiqué 35 Millions d’avortements dans le monde depuis le début de cette année, (ce qui tend tout de même à démontrer que la stérilisation peut être le remède à bien des malheurs dus à la pauvreté) ; qui se plaît à dispenser sa compassion sommaire à ceux qui survivent dans la pauvreté profonde, plutôt que de les aider à comprendre qu’en se multipliant ils aggravent leur sort et celui des êtres à qui ils donnent la vie ; etc.

        En supposant que cela puisse vous être utile, ci-après reprise de ma réponse à un autre commentaire :

        Selon l’universelle dialectique qui veut que l’obscurité existe par la lumière et réciproquement, comme l’amour par la haine, la force par la faiblesse, etc. la richesse existe par la pauvreté et vice versa. Sans richesse la pauvreté n’existe pas, comme sans riches point de pauvres et inversement.

        C’est ainsi que toute structure fondée sur l’altérité et l’interdépendance hiérarchisée de ses membres est incontournablement pyramidale, en raison des hasards de la naissance de chacun, assortie de l’héritage génétique, social et culturel qui en résulte.

        C’est aussi de la sorte qu’un pauvre ne peut qu’enfanter des pauvres, comme c’est le cas d’un riche, tant qu’ils le demeurent eux-mêmes. Ce n’est que lorsqu’ils auront changé d’état par leur ambition ou leur renoncement, leurs efforts ou leur laxisme, leur chance ou leur malchance… et les circonstances, que leur progéniture pourra hériter de leur nouveau statut, ce qui n’est pas sans susciter chez nombre de ceux qui le convoitent sans être en mesure d’y parvenir, frustration, envie, voire jalousie.

        Il peut, à mon avis, être tiré de l’étude objective de ce caractère pyramidal de la société et de ses conséquences, des enseignements utiles à la reconnaissance de la condition humaine et sociale de l’homme pour ce qu’elle est, au-delà des sentiments et des émotions larmoyantes que peuvent inspirer la richesse et la pauvreté des uns et des autres.

        C’est cette étude, intégrant les propriétés du polyèdre qu’est la pyramide ainsi que des faits et chiffres accessibles au premier venu, relatifs à l’économie et à la démographie humaine, qui peut conduire à proposer des solutions innovantes pour lutter contre la pauvreté et en particulier contre la pauvreté extrême – plus grande honte de l’humanité, devant tout à son égoïsme aveugle – contrairement à une archaïque lutte des classes qui n’a fait la preuve que de son impuissance au cours des millénaires, à en juger par la rémanence des revendications sommaires qu’elle suscite et entretient.


      • tashrin 20 octobre 17:06

        Votre point de vue est celui d’un sot

        Votre réponse est d’une suffisance rare, et n’apporte surtout aucun élément tangible en réponse aux questions pourtant claires et simples (sottes certainement... mais n’empeche...) que je vous ai posées. Un aveu ? L’insulte est facile, assumer des propos tels que les votres, moins... visiblement

        Employer des mots compliqués et des tournures de phrases alambiquées ne suffit pas à masquer la réalité du propos. Au mieux ca rend la lecture indigeste.

        qui s’imagine que leur prolifération enchante ceux qui la subissent 

        Le « leur » il fait référence à qui ? Non parce qu’outre le fait que la phrase n’est grammaticalement pas correcte, ca renvoie surtout au fond de votre pensée. « Leur » se rapporte donc bien à la cohorte de pauvres et d’indigents qui ont le malheur de par leur existence seule de mettre en péril l’environnement des 14% dont vous faites partie. Vous aurez beau l’entourer de toutes les subtilités sémantiques que vous voulez, ca n’en change pas la substance. Après, vous avez totalement le droit de le penser, même de l’écrire sous certaines conditions, et c’est très bien.

        Mais juste assumez le et appelons un chat un chat

        qui se plaît à dispenser sa compassion sommaire à ceux qui survivent dans la pauvreté profonde, plutôt que de les aider à comprendre qu’en se multipliant ils aggravent leur sort et celui des êtres à qui ils donnent la vie ; etc.

        Donc si je reformule votre puissante pensée, vous me reprochez de faire preuve de compassion envers les « pauvres » alors qu’il serait si simple de leur expliquer que leur vie irait mieux si elle se terminait ou n’avait jamais été... Tout en oubliant que votre mode de vie de 14% est directement responsable de l’état de fait que vous dénoncez...

        Yen a qui n’ont pas peur du ridicule.

        Et en plus vous vous permettez de faire la leçon ?

        Mdr


      • tashrin 20 octobre 17:10

        @Claude Courty
        « Ecologue humaniste » est il indiqué sur votre présentation
        N’en jetez plus ^^


      • Claude Courty Claude Courty 21 octobre 09:16

        @tashrin

        Troller n’est pas suffisant, pour tenter de s’extraire de ce qui est bien le contraire d’une richesse.
        Il faut le vouloir et travailler dur, pour s’extraire des idées qui font le malheur du monde

        https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html


      • Jeekes Jeekes 18 octobre 19:05

        ’’Pour les pays développés, dont les citoyens bénéficient d’une couverture sociale moderne’’

         

        Et il y croit le n’auteur ?

         

        Paske pour les pays ’’développés’’ soumis aux enflures du grand capital, la couverture sociale, elle est de moins en moins épaisse.

        Prions, mes frères, pour que les prochains hivers soient clément, sinon on va se les geler grave !

         

        M’enfin bref, encore du tirage sur l’élastique...

         

         


        • Au moins, votre analyse a le courage d’affronter le problème à sa base. L’ignorance est à l’origine des maux de notre société. Et le catholicisme fut une véritable perversion de la pensée. J’imagine qu’elle fut écrite par des pharisiens (hypocrites, et j’en passe,....). Tu ne tuera point (certes, mais il ne font que cela dans tous les récits). Faut avouer que sans un peu de sang, le récit serait assez mièvre. Je passe les 9 autres commandement qui bien sûr, ne fut jamais applique. Déjà : tu ne mangeras point le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Le ver était dans le fruit : le politiquement correct et la soumission ont suivi. Actuellement, Rome est a genoux et veut lancer un grand référendum....Perso, la fin de Rome ne me fait ni chaud, ni froid.... Car c’est bien là qu’est le problème. Que l’on soit riche, pauvre, malade, violé : L’ENFANT EST UN DON DE DIEU. Alors dirais-je, c’est un Dieu bien sadique qui mettrait au monde des enfants de Manille, de Calcutta (Mère Teresa interdisait la pilule,...) dans une famille toxique, incestueuse ou perverse...... votre analyse doit intégrer la religion. qui est le véritable noeud du problème. Platon avait raison : certaines vie ne valent pas la peine d’être vécue.....Non pour le point de vue de l’adulte. Mais du point de vue de l’enfant......Mais c’est du nazisme. Pas du tout : Hitler voulait éradiquer ceux qu’ils considéraient comme TROP supérieur à eux... Et si on meurt tous du fait de l’écocide. Ce ne sera pas plus malin. Tout cela pour être en règle avec la religion catholique ou la Torah, version pharisiens ou sioniste orthodoxes...En l’an 1000, c’est le catholicisme qui nous a fait sombrer. Espérons qu’aujourd’hui, ce sera la spiritualité qui écrasera son vieil ennemi... R.C.


          • Claude Courty Claude Courty 19 octobre 09:29

            Je vais un peu plus loin, considérant que la spiriritualité est une faculté qu’a su développer l’homme pour tenter de répondre à ce qu’il ne peut comprendre (avec ou sans l’aide de la science), et calmer ainsi son angoisse existentielle, spiritualité que s’efforcent de codifier depuis, tous les pouvoirs y trouvant leur intérêt. Ceci dit :

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/06/dieu-et-la-pyramide-sociale.html


            • @Claude Courty Tous le dogmes ou bibles furent conçues par des pharisiens (hypocrites...). Ce qui ne signifie pas que sur le plan allégorique, leur lecture peut-être sublime. Le Coran d’Elie Chouraqui n’a rien à voir avec celui du DJIHAD.


            • Inquiet 19 octobre 11:19

              L’eau ça mouille, le feu ça brûle, et beaucoup de gens ça diminue la taille des parts de gâteau, voir même le nombre de parts tout simplement.

              Voilà, voilà :)


              • J’ai bien analysé la démographie en Europe. Les naissances sont bien inférieures au décès. Le problème : une population de personnes âgées et plus de jeunes pour s’en occuper. Dans le home de ma mère, il n’y avait que des africaines...L’immigration triée sur le volet alors sera nécessaire. Très très peu d’arabes par contre. Question de contact avec le corps des personnes âgées...


                • Claude Courty Claude Courty 20 octobre 05:49

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  L’énorme problème que pose le vieillissement de la population, ne se limite hélas pas à la France ni à l’Europe, et c’est l’une des raisons majeurs pour lesquelles il y a lieu de remédier d’urgence à une croissance démographique qui se poursuit mondialement (Instruction, éducation, aide à la dénatalité).


                • eddofr eddofr 19 octobre 13:18

                  9 personnes produisent 10 tomates,

                  le chef prends 5 tomates et demi,

                  les 9 prennent une demi tomate chacun.

                  83 personnes produisent 120 tomates,

                  le chef prends 20 tomates,

                  le banquier prends 70 tomates

                  Les 10 contremaitres prennent 1 tomate chacune

                  Les 5 policiers prennent 1/2 tomate chacun

                  Les 83 autres prennent 0,2 tomate chacun.


                  • Samson Samson 19 octobre 15:01

                    Bonjour Claude Courty

                    « Leurs idéologies sommaires s’y refusent, préférant l’amalgame et persistant à ignorer, voire à nier, les conséquences d’une démographie planétaire galopante. »

                    Hé bien, il semble bien que certains cercles de l’« élite » mondialiste - soucieux avant tout du maintien de leurs propres privilèges sur une planète habitable - se soient résolus à prendre le problème démographique à bras le corps pour en planifier leur « solution finale », et que nous assistions depuis fin 2019 à sa phase effective de mise en application.

                    Je viens d’écouter une très longue et fort passionnante interview de l’éminente généticienne Alexandra Henrion-Caude portant sans surprise sur l’actualité Covidienne et « vaccinale ».

                    Outre les multiples points qu’elle développe durant l’interview, sa conclusion porte sur 3 niveaux qui devraient à tout le moins nous questionner : celui d’un business primitif de Big Pharma engageant déjà, en regard des commandes gouvernementales, chaque Français-e à 7 doses de « vaccin », celui de la question des effets de la « thérapie » génique sur une possible altération de la fertilité humaine, renforcé par l’ouverture concomitante - actée par une loi bio-éthique des plus interpellantes et votée en pleine pandémie - du business de la reproduction, et enfin celui de la mise en place pour raisons « sanitaires » d’un contrôle numérisé des populations, de leurs activités et de leurs déplacements.

                    L’actuelle propagande de rigueur en Pensée Unique ne manquera bien évidemment pas d’exorciser de telles hypothèses en les qualifiant de purement « complotistes », mais il n’en reste pas moins vrai que les indices convergent, tant en matière de fertilité que de contrôle des populations.

                    Et sans même m’attarder sur les conséquences du « reset » économique auquel ouvre fort opportunément la « pandémie », il devient urgent que les yeux se dessillent sur la tyrannie transhumaniste et mondialisée dans laquelle nous entrons de plain pied et qui fait maintenant partie de notre quotidien !

                    Juste pour rappel, le programme est d’ores et déjà gravé dans la pierre et très ouvertement proclamé depuis plus de quarante ans, et contrairement à certains, je me permet personnellement de douter qu’il ne s’agisse que d’une (très) coûteuse mystification !

                    En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


                    • Claude Courty Claude Courty 20 octobre 06:09

                      @Samson
                      Bonjour Samson et merci pour cet éclairage.
                      C’est ainsi que le pouvoir scientifique – qui n’est dorénavant pas le moindre –prospére comme les autres, à commencer par le religieux et le politique, sur la prolifération de l’humanité, et la favorise quelles que soient les conséquences de son ingouvernabilité croissant de jour en jour, sur son avenir et celui de son environnement.
                      Bien cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité