• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce dimanche, le mouvement des Gilets jaunes a fêté sa première année. Et (...)

Ce dimanche, le mouvement des Gilets jaunes a fêté sa première année. Et après ? (première partie)

Cet article se veut sinon une feuille de route pour le mouvement des Gilets jaunes, du moins traduire déjà le sentiment que m'inspire une expérience menée, durant de longs mois, auprès justement des Gilets jaunes de mon département.

D'abord dubitatif avant le 17 novembre 2018 s'agissant d'un événement annoncé un peu partout dans les médias dominants, avec tambours et trompettes, surtout de la part des Macron-compatibles — ce point-là étant hautement suspect à mes yeux — j'avais été surpris, une fois sur le giratoire, par la forte proportion de femmes, et de tous âges, SVP ! Oui, il y avait aussi des retraitées — je précise : bien plus âgées que moi.

Venu en observateur, je fus conquis par toutes ces mamies que j'interrogeais ce jour-là.

Et que répondaient-elles ?

« C'est la première fois que je manifeste. Je le fais pour moi, mais aussi pour mes enfants et mes petits-enfants. On n'y arrive plus ». Faut-il préciser que j'entendis cela toute la journée du 17 novembre 2018 ?

Je décidais alors de m'intéresser à ce mouvement populaire, que je n'avais pas du tout vu venir, loin de là, même si je m'intéresse depuis longtemps à la vie politique de mon pays, et que depuis de longues années je désespérais de mon peuple. Et pas qu'un peu !

Donc avant-hier, le dimanche 17 novembre 2019, « Jojo le Gilet jaune (GJ) » soufflait sa première bougie.

Nous-mêmes étions sur un giratoire.
Force est de constater qu'au-delà des retrouvailles et même de certains échanges autour d'un café (ndr : dans un lieu de restauration tout proche, signe des temps hélas : ouvert le dimanche !!!!), ce n'était pas la grande joie. Ni la grande foule.
 
Si sur le rond-point* nous étions 80 (et encore, en comptant généreusement et au plus fort de l'après-midi) ce fut bien le maximum. La moyenne se situant plutôt autour de la cinquantaine.
Peut-être que selon la police il n'y avait que quatre GJ. Pour taper le carton... ?
*Un giratoire au nord d'une ville moyenne en Midi-Pyrénées.
Par comparaison, l'an dernier, il y avait au même endroit au moins dix fois plus de monde, dès le premier jour — ici comme probablement partout en France. Nous y reviendrons.
 
Il est donc clair, et comme il fallait s'y attendre, que les effectifs ont sacrément fondu, et selon nous pour deux raisons : l'une externe et l'autre interne.
 
Volontairement, nous ne nous étendrons pas sur la raison qui est externe au mouvement. Est-ce vraiment nécessaire de disserter sur ce que tout un chacun a parfaitement intégré ? Nous avons un dictateur à l'Élysée, mis en place par les ultra-riches lors d'une élection présidentielle truquée. Et qu'il est là en service commandé : pour détruire tout le modèle social français, œuvre du CNR (Conseil national de la Résistance), faire des cadeaux à ses parrains, mais aussi pour régler son compte une bonne fois pour toutes au peuple de gueux que nous sommes, pour qui il n'a que mépris. Un mépris de classe.
« Votre argent m'intéresse ». N'était-ce pas le slogan d'une banque il y a deux ou trois décennies ?
 

Nous nous limiterons en citant les propos que tenait Jean-Luc Mélenchon dimanche sur France 3 :

Jean-Luc Mélenchon dans Dimanche en Politique 17/11/2019

2'03''-2'09'' : « 22 personnes éborgnées, 5 mains arrachées (...) »
3'05''-3'19'' : « 11000 gardes à vue, 3000 personnes en procès, 1000 personnes condamnées à de la prison ferme, comme indiquait le journal Le Monde c'est une répression sans précédent d'un mouvement social (...) »
 
Outre toutes ces violences policières chaque samedi, on pourrait ajouter la bonne douzaine de morts il y a un an sur les ronds-points, et aussi cette octogénaire de Marseille, mortellement blessée sur son balcon par une grenade lacrymogène qui, nous assure-t-on, devait tomber probablement du ciel : un peu comme une feuille morte au vent mauvais...
 
En revanche, s'agissant de la raison interne, donc des erreurs (de jeunesse ?) du mouvement des GJ, il y a à dire. Et sacrément. Elles expliquent pourquoi nous en sommes-là : autrement dit pourquoi un an a passé et nous* n'avons rien obtenu. Rien. Voir plus loin.
* Nous ? Oui, "la France d'en bas, les pov' cons, les sans-dents, les feignants, les gaulois réfractaires au changement, la foule haineuse, ceux qui ne sont rien et pour qui on dépense un pognon de dingue, etc." (n.d.t : le lecteur voudra bien être indulgent si nous avons omis de citer quelques qualificatifs décrivant bien ce que serait (d'après qui vous savez) le peuple français. Cette liste étant par définition non exhaustive... et probablement amenée à évoluer...
 
Si nous devions comparer ce qui s'est passé en France depuis un an à une rencontre de football, eh bien la marque serait aujourd'hui de 3-0. En faveur de Macron, évidemment.
 
Remarque : même sans ces erreurs, il est plus que probable que nous n'aurions rien obtenu à ce jour. Mais une dynamique se serait déjà enclenchée. Probablement. Et pour continuer notre comparaison sportive, la marque serait alors de 4-1. Ce qui n'est pas le cas, et nous allons le démontrer.
 
La question est donc de savoir maintenant si le match de football est terminé, ou si nous n'en sommes qu'à la mi-temps.
 
Dans ce second cas — et c'est ce que nous espérons — il faudrait que dans les vestiaires quelqu'un (l'entraineur, le capitaine... ?) secoue ses joueurs. Et sacrément.
Et pourquoi donc ?
Parce que l'équipe des GJ s'est pris trois buts en contre-attaque. Rien que ça ! Ce fut du reste du travail très bien fait : niveau équipe professionnelle digne d'un championnat international. Passons.
 
Les GJ étant eux du niveau bande de copains (« sympas ! », aurait ajouté Coluche) ou au mieux en catégorie excellence pour reprendre un niveau de classement subalterne de la FFF.*
* Fédération française de football
 
En se plaçant simplement du côté des (télé)spectateurs, ne pourrait-on pas rappeler quelques principes de base ?
Par exemple, rappeler la morale d'une fable très connue : Rien ne sert de courir, il faut partir à point.
 
Ou, plus modestement, rappeler que lorsqu'on désire accéder à un étage supérieur, autrement dit quand on veut monter (et ce dans tous les sens du terme) il faut faire un effort, et pour cela on utilise ce qu'on appelle un escalier et qu'il faut avoir de la méthode pour le gravir : mettre pour commencer le pied sur la première marche et seulement ensuite sur la deuxième marche, puis sur la troisième, et ainsi de suite. Et que mettre le pied directement sur la cinquième ou sixième marche est quasiment impossible. Sauf en parlottes. Avec la langue. Cela s'appelle aussi faire du yaka, fokon.
Ou prendre ses désirs pour des réalités.
 
C'est en gros ce qu'a fait le mouvement des GJ depuis un an. Il a mis la charrue avant les bœufs. Je précise pour le lecteur que j'ai bien sûr ma part de responsabilité dans ce résultat, puisque je me suis investi (à ma place, et seulement à ma place : horizontalité oblige) dans un groupe local de GJ.
 
En effet qu'avons-nous entendu ici et là depuis des mois ? Des revendications de toutes sortes*, mais également des affirmations comme quoi « On ne lâchera rien », etc. Tout cela étant du niveau des supporteurs avant le match, parfois quelque peu « imprégnés » et qui se la jouent dans la rue, de préférence devant une caméra.
* Dès le mois de décembre 2018, on apprenait que tout un catalogue de revendications avait été établi :
https://www.lelibrepenseur.org/la-charte-officielle-des-25-revendications-des-gilets-jaunes/
 
Or, tout cela revenait à tenter de sauter (n.d.r. : en montant) les quatre premières marches d'un coup pour arriver direct à la cinquième ou la sixième marche de l'escalier. Eh oui.
Ô rêverie !
L'erreur étant pédagogique, du moins pour qui veut bien la reconnaître, voyons maintenant ce que nous aurions dû faire, tous ensemble et dès le début.
 
(à suivre)
 
JPEG - 183.8 ko
Charte officielle des Gilets jaunes

Moyenne des avis sur cet article :  3.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 19 novembre 17:16

    Aux lecteurs,
    Je ne répondrai à aucun commentaire et ce pour deux raisons :
    D’abord parce que cet article est en cours de rédaction, et ensuite parce que je fais confiance à ceux qui le pourront ou le voudront de donner les références utiles à ceux qui le souhaiteraient. Et je les en remercie par avance.

    Bien cordialement à tous.

    Thierry Saladin


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 novembre 17:35

      Hier, 18 novembre à l’Elysée, Macron a dit tout le bien qu’il pensait de « la fraternité sur les ronds-points » qu’auraient redécouvert les Français grâce au mouvement des Gilets jaunes. Dans une retransmission de son discours sur BFM TV, on peut l’entendre dire : 

      « Au-delà des revendications, auxquelles nous avons apporté des réponses, les Français en sortant de chez eux, en se réunissant sur les ronds-points, ont retrouvé en bien des endroits la chaleur des liens, la fraternité, l’entraide. »

      Je sais pas vous, mais moi, j’en ai chialé tellement c’était poignant de sincérité !


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 novembre 17:39

        @Séraphin Lampion

        C’est pas des conneries : lien


      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 novembre 19:06

        @Séraphin Lampion

        il est sous quoi là ? o_O ^^


      • robert 19 novembre 17:35

        Bonsoir, pour en arriver là il faudra une profonde réforme du code électoral.


        • rogal 19 novembre 20:13

          @robert
          Ou une profonde réforme de l’électorat.


        • kimonovert 19 novembre 22:02

          Merci monsieur de cet éclairage à l’aide de votre lampe merveilleuse !


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 novembre 09:47

            @kimonovert

            Il ne faut pas confondre :

            • Saladinou Ṣalāḥ ad-Dīn Yūsuf (en arabe : صلاح الدين يوسف) et Selahedînê Eyûbî (en kurde : سەلاحەدینی ئەییووبی), né à Tikrit en 1138 et mort à Damas le 4 mars 1193, le premier dirigeant de la dynastie ayyoubide, qui a régné en Égypte de 1169 à 1250 et en Syrie de 1174 à 1260, d’une part, et
            • Aladin (Aladdin, ou encore Alaeddine, ce qui signifie « la religion élevée »), le héros du conte Aladin ou la Lampe merveilleuse inclus dans une version tardive du recueil persan des Mille et Une Nuits.

            C’est comme si vous confondiez Hypocrate et hypocrite.


          • kimonovert 21 novembre 18:46

            @Séraphin Lampion

            Je ne confonds pas mais Ṣalāḥ ad-Dīn et une vanne sur l’éclairage ça ne le fait pas ! Donc je choisis le « S » aspiré !


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 20 novembre 16:51

            Le mouvement des gilets jaunes ne s’est malheureusement pas appuyé sur la Constitution existante ce qui leur aurait permis, non pas de faire des propositions comme ils l’ont fait, mais d’exiger que le pouvoir en place applique la Constitution comme la justice le demande.

            Il y a déjà dans notre Constitution + le bloc de constitutionnalité tout ce qu’ils demandaient dès le premier jour.

            Ils auraient fait ainsi le travail des partis qui auraient dû exiger cela des gouvernements, or aucun ne l’a fait sinon de seulement proposer.

             

             

            JUSTICE : cette charte ne parle pas du gros défaut de la justice qui ne s’occupe pas de prononcer sur les droits de l’homme de 1789 ni sur le préambule de la constitution de 1946, alors que :

            « L’autorité judiciaire doit demeurer indépendante pour être à même d’assurer le respect des libertés essentielles telles qu’elles sont définies par le préambule de la Constitution de 1946 et par la Déclaration des droits de l’homme à laquelle il se réfère. » (loi constitutionnelle du 3 juin 1958 - 4°)

            « Afin que cette déclaration constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif…afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.... » (préamb Déclaration 1789)

             

            EDUCATION NATIONALE : Tant qu’on enseignera la théorie de l’évolution seulement et qu’elle sera laissée entre les mains de la gauche, il n’y a rien à en attendre de bon.

             

            RADARS ET VERBALISATIONS : L’application des droits de l’homme de 1789 et de l’article 132-17 du nouveau Code pénal "Aucune peine ne peut être appliquée si la juridiction ne l’a pas expressément prononcée." Suffirait à sérieusement calmer le racket et l’oppression faite sur les Français.

             

            ARRET IMMEDIAT DES PRIVATISATIONS : Ben oui mais c’est déjà dans la Constitution et ils ne font rien, il faut reprendre ces privatisations sans aucune compensation, la loi était déjà là pour les interdire.

            « Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. » (préamb consti 1946)

            Ça veut dire que les autoroutes, les chemins de fer, l’eau, le gaz, l’électricité, la poste doivent réintégrer la propriété de la collectivité sans tambour ni trompette.

             

            IMMIGRATION : Tant qu’on ne fera pas de différence entre l’immigration blanche européenne chrétienne et les autres immigrations colorées africaines ou asiatiques et de religion non chrétienne, il n’y aura pas d’issue. La religion chrétienne a fondé notre culture et doit donc être exaltée bien au-dessus des autres.

             

            Faire des propositions sans émettre les principes auxquels elles obéissent les rend infondées.

            Les « moi je pense que » ne suffisent pas, il faut dire pourquoi et quelle autorité me le permet.


            • kimonovert 21 novembre 18:57

              @Daniel PIGNARD

              « Ils auraient fait ainsi le travail des partis qui auraient dû exiger cela des gouvernements, or aucun ne l’a fait sinon de seulement proposer. »

              Dès l’instant t0, la démarche foire...Pour obtenir un minimum de la démultiplication d’une colère populaire c’est près de ses représentants qu’il faut l’exprimer : personne n’a jamais eu l’idée de faire bouger les gens qui sont prévus pour cela : députés et sénateurs ! Pourtant il existe des indices de l’importance du truc : c’est le verrouillage par le dispositif de protection de l’accès à l’AN et au Sénat !


            • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 20 novembre 17:02

              J’aurais bien vu un couplet qui condamnerait les employeurs quand ils exportent le savoir faire aux étrangers sans en payer le prix à leur personnel qui travaillait seulement pour les puissances françaises.


              Cela s’appelle « intelligence avec des puissances étrangères »

               

              Article 411-6 du code pénal Le fait de livrer ou de rendre accessibles à une puissance étrangère, à une entreprise ou organisation étrangère ou sous contrôle étranger ou à leurs agents des renseignements, procédés, objets, documents, données informatisées ou fichiers dont l’exploitation, la divulgation ou la réunion est de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation est puni de quinze ans de détention criminelle et de 225 000 euros d’amende.

               

              Article 410-1 Les intérêts fondamentaux de la nation s’entendent au sens du présent titre de son indépendance, de l’intégrité de son territoire, de sa sécurité, de la forme républicaine de ses institutions, des moyens de sa défense et de sa diplomatie, de la sauvegarde de sa population en France et à l’étranger, de l’équilibre de son milieu naturel et de son environnement et des éléments essentiels de son potentiel scientifique et économique et de son patrimoine culturel.

               

              Les faits définis par les articles 411-2 à 411-11 constituent la trahison lorsqu’ils sont commis par un Français ou un militaire au service de la France et l’espionnage lorsqu’ils sont commis par toute autre personne.

               

              Un autre couplet sur les licenciements pour faute grave ou lourde qui doivent être suspendus s’il y a une plainte devant une juridiction de la part de l’employé.


              • kimonovert 21 novembre 19:01

                @Daniel PIGNARD

                En droit français, les intérêts fondamentaux de la nation font référence à une notion juridique introduite dans le code pénal (livre IV, titre Ier) par la loi 92-686 du 22 juillet 1992.

                Les atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation sont répartis en plusieurs catégories :

                La trahison et l’espionnage. Les autres atteintes aux institutions de la République ou à l’intégrité du territoire national. Les autres atteintes à la défense nationale, qui se subdivisent en : atteintes à la sécurité des forces armées et aux zones protégées intéressant la défense nationale ; atteintes au secret de la défense nationale.


              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 22 novembre 19:53

                @kimonovert

                « Les intérêts fondamentaux de la nation s’entendent au sens du présent titre … de l’équilibre de son milieu naturel et de son environnement et des éléments essentiels de son potentiel scientifique et économique et de son patrimoine culturel. »

                On voit donc que sont compris dedans son potentiel scientifique et économique. Il n’est donc pas question de donner notre savoir faire à des puissances étrangères comme on le fait maintenant.

                Mettre un bureau d’étude en Chine, embaucher des Chinois et obliger les bureaux d’étude en France à envoyer leurs savoir faire et leur manière de travailler est une trahison de la France et c’est se servir du travail des Français pour le donner aux Chinois sans compenser les employés français qui n’auraient pas accepté de travailler gratuitement pour les Chinois.


              • Giordano Bruno 22 novembre 08:19

                Nous ? Oui, "la France d’en bas, les pov’ cons, les sans-dents, les feignants, les gaulois réfractaires au changement, la foule haineuse, ceux qui ne sont rien et pour qui on dépense un pognon de dingue, etc." (n.d.t : le lecteur voudra bien être indulgent si nous avons omis de citer quelques qualificatifs décrivant bien ce que serait (d’après qui vous savez) le peuple français. Cette liste étant par définition non exhaustive... et probablement amenée à évoluer...

                Vous pouvez au moins ajouter « derniers de cordée »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès