• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ce n’était pas prévu...

Ce n’était pas prévu...

Depuis ce 17 mai, j'ai eu l'occasion de me procurer le dernier livre de l'éminent ainsi que le mystique Baudouin de Bodinat, En attendant la fin du monde. Auteur du suprême et très injustement inconnu La vie sur terre, réflexions sur le peu d'avenir que contient le temps où nous sommes, paru aux Editions de l'Encyclopédie des Nuisances, le nouveau livre de l'auteur s'apprète à poser de maintes réflexions que le dogme économique pose sur nos vies. Après lecture, ce petit livre paru aux éditions Fario (84 pages) poursuit la conquête de l'auteur à devoir décrire ce marasme administré dans lequel nous poursuivons notre course éhontée d'existence à haut régime sur fond de factures et d'assurance tous risques. Par le biais de mon étonnement sur l'écriture avec laquelle Bodinat m'a surpris si grandement de nouveau, j'ai trouvé nécessaire d'écrire sur le sujet.

J'ai noté ceci : la démocratie, c'est fini ! La vie sur terre justement, ce trajet continu que nous traçons avec nos autoroutes et nos voitures avec ses bouchons qui les accompagnent continuellement est ce que nous fréquentons chaque jour de plus sans même savoir que cette existence qui nous fait trimer comme le cheptel qu'on abat si dégueulassement pour les mettre dans des boîtes en plastique si pratique à ranger dans son frigo dans sa maison qu'on rembourse pendant des dizaines d'années. J'ai pensé que ces crédits et ses menaces qui surnagent sur des comptes en banque surchauffés de débits ne peuvent que nous servir de preuve de notre inaptitude à mener une vie non recyclée dans nos villes se batissant à l'agréable utilité d'être parmi cette masse bête avide d'éternelle jeunesse, que cette génération élevée à la télécratie avec ses émissions si crédibles d'imbécilité qu'on croirait sorties d'une psychiatrie nous affectent si profondément qu'à un certain seuil d'acceptance, nous nous y portons volontiers aux fabricants d'aliments rongés de fongicides qu'on lovent par après au bureau à midi en se les montrant (regarde ce que j'ai à manger, puis ça s'arrête là) tout en rigolant comme des cons sur la dernière nouvelle d'un drône téléguidé tuant des civils ou d'un bus qui s'est renversé vers un abîme en béton. Je comprends plus rien.

Je peux comprendre la réaction des citoyens s'adonnant à cet éloge prôné de confort et d'habitabilité, je le comprends quand ils se soumettent à la parole du discours public afin de montrer une quelconque admiration à cette société si développée d'orgeuil à devoir contenir des âmes à respirer l'air infecté, je peux comprendre que le choix immonde de papier chiotte qu'ils rencontrent dans ces supermarchés indifférents les fait sourir tout en refusant la salubrité des canalisations qui débordent avec ce langage réprimant, je peux comprendre aussi qu'ils s'adonnent paisiblement aux vacances organisées avec ces avions à bas coût, je peux comprendre que ce siècle à passer son existence face aux fissures des centrales nucléaires et aux poulets réclamant des antibiotiques tellement ils sont malades ne peut se montrer dissipée d'ignorance, car elle désormais inscrite au patrimoine destructeur de l'intelligibilité humaine qui se cherche toujours en innovant continuellement ses substituts facultatifs face à l'universalité historique.

J'ai pensé que cette vie érigée avec des actes et des obligations qui nous obligent à ne rien laisser trainer à la date prochaine sous peine de sanction, voire la prison ne peut être acceptée en tant qu'entité philosophique ou métaphysique. Ici nous n'avons plus aucune encoche à laquelle s'accrocher, que ce consumérisme déchaîné avec ses sacs à marques qu'on balade d'une boîte à une autre tout en refusant d'éclairer les conséquences de leur importance me fait pâlir d'angoisse. J'ai remarqué aussi sur un fond de pensée au bureau avec ces bruits idiots que nous ne faisons plus rien de ce qui pourrait être décoré d'une importance rôdé de stabilité pour un monde qui pourrait simplement poursuivre le rythme du vent ou du soleil.

J'ai remarqué que sur ce fond de vanité d'être provisoire tout en étant intégralement délivré à cette folie découragante qu'on appele le marché ferait dériver n'importe qui qui ne serait pas arriéré dans sa totalité. Le fait d'accepter la possibilité d'être resstreint dans ses capacités physiques et mentales avec les recommandations positivistes qui pullulent les rayons des libraires grand public est à ce point ancré dans le restant de cervelle de la populace qu'il serait effectivement envisagable de laisser pour compte ce monde d'abondance que nous aimerions fabriqué sans biodiversité et informatisé et donc surveillé. Une fois ces heures asthéniques mises en place à regarder toute la journée dans la vide à manger ces maladies en emballage coloré, viendra peut-être le culte d'une société à la population qui se fout d'elle-même en pensant qu'il est normal que la télévision l'observe ou que sa machine à laver refuse de fonctionner après 2 ans. Qu'il est normal de remplir son réservoir de son automobile avec son essence au prix ne cessant de grimper.

Oui mais où est le problème ? Il faut bien travailler.


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 4 juin 2018 14:55
    ’’la démocratie, c’est fini !’’
     
    Impossible !
    Rien ne peut être fini avant d’avoir commencé...

    • Frimas Frimas 5 juin 2018 11:55

      @Jeekes
      Je parle ici du libre arbitre mais je suis d’accord avec votre remarque !


    • izarn izarn 5 juin 2018 14:20

      @Jeekes
      Trés bon !
       smiley


    • Omnimus Omnimus 4 juin 2018 18:36

      Séide@hkln> achoum-upgrade omnimus

      Mise a jour automatique, veuillez patienter.
      omnimus ..................................... 100%

      « Alerte, retard de migration.
      Votre dissidence a été signalée.
      Bonne journée »

      « Version 186817 :
      Nouvel interface, nouveau noyau,
      Plus de prévention, plus de répression ! »

      Séide@hkln> omnimus 581127
      .................................................100%
      Signe dépressifs. Identification.......
      .................................................100%
      frimas ;id:581127 ;..........................
      Alerte.Données insuffisantes.........
      Alerte. Séide non identité...............
      Recherche de solution....................
      .................................................100%
      Solution trouvé................................
      Création d’un processus dédié.......
      Acquisition de flops.................100%
      Duplication...............................100%
      Singularisation du séide..........100%
      Programmation du séide.........100%
      Responsabilité transférée.................
      Fin de tache. Longue vie au système. 
      Séide@hkln>

      • Omnimus Omnimus 4 juin 2018 18:43
        Séide@frimas> Omniumus
        Premier lancement............
        Initialisation..............100%
        Début de l’écoute..............
        Séide@frimas>


      • izarn izarn 5 juin 2018 14:50

        @Omnimus
        Super !
        A l’écouteur tu dis :
        Vas te faire enculer....
        Comme ça c’est direct au plus haut niveau...


      • pemile pemile 4 juin 2018 18:55

        @Frimas « remplir son réservoir de son automobile avec son essence au prix ne cessant de grimper. »

        Dommage pour le titre de finir là dessus, ça, c’était prévu ! smiley


        • Frimas Frimas 5 juin 2018 10:55

          @pemile
          Entièrement de votre avis, mais pas à ce point qu’on continue à ne pas se poser des questions sur l’absurdité insondable de la chose en question.


        • jjwaDal jjwaDal 4 juin 2018 19:51

          Encore un qui commence à se douter de quelque chose... Mais, profitez donc, puisqu’on vous le dit ! smiley


          • Frimas Frimas 5 juin 2018 11:05

            @jjwaDal
            Permettez-moi, j’en profite de douter car les conditions provisoires de la vie terrestre ne peuvent plus nous appensantir de cette façon.


          • jjwaDal jjwaDal 7 juin 2018 20:16
            @Frimas
            Du mal à vous comprendre. Vous maîtrisez notre langue ?
            J’ai toujours su que ne pas avoir d’enfant, être végétarien, consommer du bio et local, utiliser marginalement un véhicule, faire 1000km de marche à pied par an , cultiver mon potager en le nourrissant de mes toilettes sèches, etc, ne servaient strictement à rien d’autre que me préserver de la folie ambiante. Le pire pour nous est tout sauf assuré et se pourrir le moral en broyant en voyant du noir là où on n’a que des nuances de gris ne me paraît pas sain, c’est tout. D’où mon exhortation à jouir pleinement de la vie telle qu’elle est, au lieu de s’apitoyer sur le monde tel qu’il est.

          • pemile pemile 7 juin 2018 20:39

            @jjwaDal « ne servaient strictement à rien d’autre que me préserver de la folie ambiante »

            Cela n’en « préserve » malheureusement pas, mais l’ignorer permet surtout de ne pas se laisser perturber à un instant T. Une sorte d’Eloge de la fuite à la Henri Laborit ?


          • Frimas Frimas 11 juin 2018 08:27

            @jjwaDal
            La vie telle qu’elle est là est justement ce compte d’horreur que nous subissons tous. Jouir pleinement de la vie n’est plus possible. L’édifice économique nous écrasant chaque jour un peu plus a fait de nous ce qu’il souhaitait depuis le début de l’ère polluée : des stéréotypes fondamentalement synthétiques ayant droit encore à s’apitoyer sur le goût du café au matin car il est jamais bon n’est-ce-pas ? Et oui je suis d’accord avec vous : ça me paraît pas sain. Je citerai Jiddu Krishnamurti qui a parfaitement compris de quoi il s’agit : « Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade », et c’est exact. Commentons plutôt le goût du café...


          • jjwaDal jjwaDal 12 juin 2018 20:50

            @Frimas

            Non, on se tamponne du goût du café, au demeurant pas indispensable. On doit juste avoir un masque social pour se préserver et pouvoir allez à rebours de ce que ce monde de cinglés nous propose et éviter à notre tour la schizophrénie civilisationnelle.


          • Frimas Frimas 14 juin 2018 08:05

            @jjwaDal
            Le masque justement est le début de l’ignorance et le fait d’avoir à accepter cette schizophrénie est à elle-même cinglée. « On doit faire avec »... Vous pouvez pas me dire que la vie administrée telle quelle se présente actuellement avec ses journaux gratuits et ses publicités à tour de bras n’ai quelque chose d’indispensable...


          • Jean Keim Jean Keim 5 juin 2018 07:14

            Il y a deux façons de travailler, chacun dans son coin ou tous ensembles, dans tous les cas nous devons faire notre travail le mieux possible ou en changer. 


            • izarn izarn 5 juin 2018 14:18

              Cros Houplon, je t’ai reconnu !
              Bon sinon..Pffff...
              Oui et alors ?
              Oui l’essence augmente c’est pourquoi je mets 50% d’éthanol en plus...

              Ben ouais à 0,7 euro le litre...
              Et en plus ça consomme pas plus !!!
              Chaque fois que je vais à la pompe je gagne 7 euros...
              Comme je ne suis pas lu, continuez donc à vous faire entuber...
              Vous les connards de la classe moyenne superieure vous etes riches.
              Vous payez.
              Tant mieux !
              Allez vous faire foutre avec vos délires maniaco dépressifs...


              • Frimas Frimas 6 juin 2018 08:48

                @izarn

                L’éthanol, un autre à devoir argumenter !
                Non, vous gagnez pas 7€ mais vous en perdez, car le niais dans l’histoire, c’est vous en sillonnant sans questionnements le quotidien. (7€ aujourd’hui, c’est 2 pains de 500 gr et 3 tranches de jambon industriel = une épargne considérable, j’en suis sidéré d’étonnement !)
                Je suis loin d’être riche tout en faisant partie de la classe très moyenne, effectivement. Je préfère que les arbres m’entourent plutôt qu’une station qui me nettoie la conscience avec de l’éthanol à la station essence.
                La violence verbale dont vous faites preuve reflète justement ce que j’ai écris au-dessus : Etre là à accepter le Devoir et non le Vouloir et donc en subir les conséquences dont vous êtes même pas l’auteur. Je suggère que vous écriviez un article traitant de l’utilité justement de mettre de l’éthanol dans son automobile tout en sachant que d’autres ne le feront jamais en place d’insulter virtuellement et donc lâchement confortablement derrière son écran.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès