• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cette Algérie que plus personne ne comprend

Cette Algérie que plus personne ne comprend

   Le monde entier commence à se délasser de ce conflit du Sahara occidental qui dure depuis plus de quatre décades. L’Algérie y investit toutes ses forces et toutes ses ressources pour le seul devoir, soit disant, d’aider un peuple sahraoui à acquérir son indépendance. Le Maroc, quant à lui, revendique cette partie de son territoire qui a toujours, historiquement, été rattachée à lui par des liens séculaires d'allégeance.

  Cette question inscrite au Conseil de Sécurité n’a, jusqu’à présent, trouvé aucune solution. Si un certain nombre de pays arabes ou africains se sont rangés derrière la position du Maroc ou celle de l’Algérie, il reste que la plupart des grandes nations continuent de se réfugier dans la décision évasive du Conseil de Sécurité qui préconise ‘’une solution politique, juste, pragmatique, durable et qui satisfait toutes les parties’’.

 Pour l’Alger, cela signifie l’organisation d’un référendum d’autodétermination. Pour Rabat seule la proposition marocaine d’autonomie élargie répond au vœu de l’Organisation internationale des quinze membres. Il y a en effet de quoi faire de telles interprétations, devant le flou de la décision onusienne. Mais peut-on s’attendre à ce que le Conseil de Sécurité tranche, un jour, en faveur de tel ou tel belligérant ? Cela reste du domaine de l’impossible.

 Si les USA ont pris le courage de reconnaître la marocanité du Sahara, la plupart des grandes puissances n’ont pas suivi. Cela ne nous surprend pas, quand on sait que tous ces Etats ont des relations historiques, stratégiques et économiques avec les deux pays, des intérêts qu’ils tiennent à sauvegarder. Se référer chaque fois à cette résolution du Conseil de Sécurité met à l’aise tout le monde. En effet, tout en évitant de mécontenter l’un ou l’autre, elle permet la protection des intérêts économiques, notamment la vente des armes. C’est ce que j’appelle l’hypocrisie de la démocratie.

 L’Algérie, ce pays intrus, pour ne pas dire à l’origine du conflit du Sahara se montre toujours menaçant, chaque fois qu’un Etat exprime un quelconque penchant pour la solution d’autonomie proposée par le Maroc ou même y faire allusion.

 *L’Algérie, avec toutes ses instances gouvernementales, législatives et ses organes de presse ont fait appel au nouveau président américain pour annuler la décision de son prédécesseur au sujet du Sahara.

 *L’Algérie se retire de toutes les rencontres internationales où le pays organisateur présente la carte du Maroc avec sa partie saharienne.

 *L’Algérie sort ses griffes et ses crocs contre la France, son pays créateur, à chaque déclaration ou décision françaises jugées défavorables à sa position sur le Sahara. Ses dirigeants se sont même permis de traiter la France de pays ennemi.

 C’est pourquoi les différents responsables européens et les pays du Maghreb évitent de prendre une position claire et nette à propos du Sahara. Ce n’est qu’une fois en dehors des gouvernements que la plupart des hommes politiques retrouvent enfin leur liberté de parole et les langues se délayent. Citons quelques exemples :

 AU NIVEAU DU MAGHREB

 * L’ex président de la République TUNISIENNE Moncef Marzouki a déclaré dernièrement ‘’Chaque fois que nous avons pu avancer et trouver une solution logique au problème saharien dans le cadre de l’autonomie au sein du Maroc et d’un grand Maghreb, il s’est toujours trouvé des puissances pour perpétrer des frappes terroristes et pour tout faire échouer », ajoutant que’’ nous ne pouvons sacrifier l’avenir de 100 millions de maghrébins pour quelques milliers de sahraouis’’ l’actuel président de la Tunisie, KAÏS Saïed, bien qu’ayant le même point de vue, ne pourrait pas l’exprimer aussi ouvertement.

  

 *Pour sa part, Ahmed Ounaeis, ancien ministre TUNISIEN des Affaires Etrangères dénonce ‘’le bellicisme des galonnés algériens’’ et une Algérie qu’il qualifie d’ennemi de l’Union maghrébine’’ (20/1220)

*Sidi Mohamed Ould Maham, ancien ministre MAURITANIEN a appelé l’Algérie à mettre fin à son radicalisme, estimant que les solutions radicales n’ont plus leur place et doivent être abandonnées en vue de régler définitivement le problème saharien.

AU NIVEAU EUROPEEN

 * Lors d’une émission sur la chaine Sexta dont il était l’invité le 12//12/20, l’ex premier ministre ESPAGNOL José Luis Zapatero considère que ‘’ le plan d’autonomie, proposé par le Maroc, demeure une solution ambitieuse et raisonnable qui garantit les droits de la population’’

 

 * L'ancien ministre d'Etat au ministère BRITANNIQUE des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO), Mark Field, s'est félicité, le samedi 12 décembre 2020 à Londres, de la décision des États-Unis de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara, saluant "un exploit diplomatique" du roi Mohammed VI.

 * Mario Mauro, ancien ministre ITALIEN de la défense, estime que l’Union européenne doit être pragmatique dans son voisinage méridional, en partant du Sahara et en plaçant la sécurité et le contre terrorisme, au centre de sa réflexion pour la région’’

 

 *François Rugy, ancien ministre FRANCAIS de l’écologie, a affirmé que La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara permet d’avancer vers une résolution « durable » d’un conflit « intenable » dans le temps (31/1/21)

 *Pour Jean Marie Le Guen, ex ministre FRANCAIS, ’Union européenne doit faire « évoluer sa position sur la question du Sahara en vue de résoudre un conflit « enkysté » (31/12/20)

 *De nombreux autres responsables de partis politiques, d’ONG et députés ont exprimé le même avis, reprochant à l’Algérie de continuer à s’enliser de plus en plus profond dans son bourbier. 

  


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    



    • Gerald 29 avril 13:37

      L’Algérie cherche un accès à l’océan atlantique, et rien d’autre. Quoi qu’il en coûte !


      • tashrin 29 avril 15:29

         Le monde entier commence à se délasser

        Ca veut rien dire. Dsl pour le coté prof mais c’est la premiere ligne, du coup ca pique. Se lasser éventuellement


        • Esprit Critique 29 avril 16:38

          Il n’y a rien a comprendre, c’est parfaitement simple. les même incapables au pouvoir depuis 60 ans accusent la France d’être responsable de leurs niaiseries. le tout dans une idéologie totalitaire officielle l’Islam, qui est incompatible avec tout évolution.

          Il resteront des ce qu’il sont, l’important est d’interdire leur venue en France et d’en reconduire massivement un maximum, car le but de quelques uns de ces tarés est de détruire la France en l’islamisant !


          • Esprit Critique 29 avril 23:40

            « commence à se délasser de ce conflit »

            ça me rappelle le Coran et toutes ces phrases qui n’ont ni queue ni tète !



              • aliante 30 avril 09:55

                le soutien des Usa au Maroc n’est pas lié au Sahara mais à sa normalisation des relations avec Israël


                • Jonas 30 avril 12:39

                  Le régime FLN , qui n’a aucune légitimité , chez lui, persiste à soutenir une cause perdue depuis fort longtemps.

                  Sa politique va de déconfiture en déconfiture, alors que celle du Maroc sort de plus en plus renforcée sur le plan international. Même au sein de l’Union Africaine l’Algérie reste isolée , la meilleure preuve est le retour triomphant du Maroc au sein de l’Union. 

                  Pour régler ce conflit que le FLN , soutient à bout de bras, la solution la plus viable est celle du Maroc qui veut promouvoir une autonomie de ses provinces du sud. 

                  << En ce qui concerne les provinces du Sud du Maroc , la seule médiation est celle de l’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU, M. Baker , qui conduit avec beaucoup d’intelligence sa responsabilité de médiateur. >> Jacques Chirac , a Rabat , le 2 décembre 2001. 

                  Le régime FLN, s’est toujours opposé , à tout règlement pacifique du conflit , tout en retardant par son attitude irresponsable , l’Union du Maghreb Arabe ( UMA) 


                  • Gerald 30 avril 16:31

                    Les militaires sont au pouvoir. Or un militaire n’est authentiquement militaire que s’il y a un conflit, une petite guerre larvée qu’on entretient à petit feu, de quoi montrer qu’on existe et que sans nous ce serait le chaos... Indispensable à Poutine, Erdogan, Ptit Kim, au général algérien Machin etc., et peut-être que Xi Jinping y viendra aussi ! Chaque matin on ouvrant sa fenêtre il regarde Taïwan avec des yeux de tigre... Miam-miam... Sans guerre un leader n’est pas grand chose...


                    • HELIOS HELIOS 30 avril 18:22

                      ... bonjour l’auteur...

                      ... outre ce que les commentaires avant le mien supposent, la France a fait une grosse erreur de « donner » à l’Algerie lors de son indépendance, tous les territoires du desert au sud.

                      Aïn-Sefra, Les oasis, Touggourt et Ghardaïa auraient du etre séparés et former un ensemble beaucoup plus homogène ethniquement et civilisationnellement.

                      L’Algerie de la mediterrannée, avec la Tunisie n’ont rien a voir avec ces zones plus « continentales » d’Afrique.

                      Je sais, cela ne plait pas beaucoup aux algériens d’aujourd’hui qui exercent leur potentat sur ces territoires plus faibles économiquement et surtout d’un autre modèle culturel.

                      Je n’ai pas la prétention de tout connaitre, mais ce que j’ai compris et dans un cadre de paix, il faudrait que l’Algerie refonde son modèle national pour  au minimum  assurer un avenir a ce grand ensemble, en fédéralisant le pays...

                      3 zones administratives du nord en un, deux ou trois zones et les 4 autres zones que j’ai citées plus haut pour assurer la cohérence et la liberté des peuples historiques qui les occupent.

                      Le Maroc, comme les pays africains atlantiques, n’ont rien a voir directement car on peut les voir déjà fédérés actuellement dans le contexte du royaume Cherifien et de la Mauritanie. Pourtant il aurait un droit historique de regard sur une grande partie a à l’ouest de l’Algerie qui lui reviendrait au regard de l’histoire. Mais supposons que les frontières soient relativement acceptées, c’est l’Algerie qui a des positions expansionnistes exagérées.

                      Au regard des peuples qui occupent toute l’Afrique du nord, je crois que l’Algerie fait fausse route et au lieu de viser a « capturer » les territoires où les populations sont considerablement plus « développées ». Autant son gouvernement que ses elites devraient se consacrer a developper également le pays pour le bien etre de ses habitants.

                      Bon, comme français, je laisse tout ce petit monde se démerder, apres tout, ce n’est plus diectement notre problème tant que cela ne deborde pas chez nous... et, si on ne comprend pas l’Algerie, c’est tout simplement parce qu’elle n’agit pas comme un pays unitaire mais comme un outil d’une petite minorité actuellement aux commandes, deconnetée de son(ses) peuple(s).

                      Chacun son point de vue, n’est-ce pas ?


                      • aliante 1er mai 22:32

                        @HELIOS
                        l’Algérie fait toujours fausse route en ne baisant pas les pieds du petit Monarque en carton qui ne se gêne pas pour qualifier l’Algérie de pays artificiel créé par la France mais il en est d’autre de pays artificiel créé par l’Angleterre qui ne gêne absolument pas le roitelet pour entretenir des relations politique et diplomatique


                      • HELIOS HELIOS 2 mai 00:44

                        @aliante

                        ... il faut toujours séparer les aspirations des peuples et les ambitions de certains hommes... surtout lorsqu’elles flattent les vices des uns ou obligent la volonté des autres !

                        ... vu sans passion particulière, l’Algerie n’a rien à faire au Sahara Occidental.


                      • Houari Boumedienne 3 mai 19:01

                        Une énième pleurnicherie d’un sujet du Makhzen marocain à propos de l’Algérie qu’ils ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre. Des arguties fallacieuses et excessives comme d’habitude, c’est lassant. Que faut il comprendre en réalité : l’Algérie est droit dans ses bottes et ne transigera pas avec le droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

                        Le peuple Saharaoui constitue une nation : il a une terre et une histoire.

                        Le Sahara Occidental n’a jamais appartenu au Maroc, ni hier et ni aujourd’hui ; il suffit de lire les cartes historiques ; le soi disant Empire du Maroc n’a jamais été qu’une zone autour de Fes et de Marakech dirigée par des chefs de tribus.

                        L’Algérie millénaire caressait ces frontières à la limite de la rivière Mouloya.Et ce n’est pas un tweet de Trump qui va changer le cours de l’histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité