• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les « gilets jaunes (...)

Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les « gilets jaunes »

« On voit bien aujourd’hui une dérive totale d’une manifestation qui pour l’essentiel était bon enfant samedi. On voit qu’on a une radicalisation avec des revendications qui ne sont plus cohérentes, qui vont dans tous les sens. » (Christophe Castaner sur les "gilets jaunes").



Avec le mouvement des "gilets jaunes", il y en a un qui a dû être soulagé, soulagé d’avoir donné sa démission à temps de la Place Beauvau, même s’il aurait préféré l’avoir fait avant que n’éclatât l’affaire Benalla. C’est Gérard Collomb, revenu tranquillement dans sa mairie de Lyon ("triomphalement" réélu le 5 novembre 2018 et cumulant, provisoirement, avec le mandat de sénateur du Rhône qu’il a également retrouvé).

Son successeur au Ministère de l’Intérieur, nommé le 16 octobre 2018 après une longue attente et un intérim par le Premier Ministre Édouard Philippe, Christophe Castaner était apparu comme une figure légère à un poste où la poigne est de rigueur : souvenons de Raymond Marcellin, Jacques Chirac, Michel Poniatowski, Christian Bonnet, Gaston Defferre, Pierre Joxe, Charles Pasqua, Nicolas Sarkozy, Jean-Pierre Chevènement, Manuel Valls, Bernard Cazneuve

Jean-Louis Debré avait manqué de crédibilité à l’Intérieur, alors qu’il fut un excellent Président de l’Assemblée Nationale et un excellent Président du Conseil Constitutionnel (probablement aurait-il été un meilleur Ministre de la Justice, il aurait dû permuter avec Jacques Toubon !). Même Dominique de Villepin y a manqué de crédibilité alors qu’il en avait acquis une très forte au Quai d’Orsay. Quant à Michèle Alliot-Marie, elle faisait plutôt figure de collectionneuse de maroquins régaliens que d’être la première flic de France (ce qu’elle fut dans l’histoire politique de la France, première et,à ce jour, seule femme Ministre de l’Intérieur).

L’un des derniers ministres de l’ère François Hollande (pas le dernier pour cause d’une affaire de collaborateurs parlementaires en pleine affaire Fillon), ce fut le très léger Bruno Le Roux, qui n’a dû sa nomination qu’à sa proximité politique avec le Président de la République, au même titre que Brice Hortefeux, Claude Guéant, Daniel Vaillant, et même François Baroin.

Christophe Castaner est de la même lignée. Il avait, pour le Président Emmanuel Macron, un double avantage évident sur Gérard Collomb et sur les éventuels candidats "techniciens" ("société civile") au poste. La fiabilité personnelle, à la fois fidèle et loyal avec le Président de la République. Et la fiabilité politique. Christophe Castaner est l’un des rares "politiques" de la Macronie, et, au contraire de François Bayrou, Gérard Collomb, Nicolas Hulot, et même Édouard Philippe et François de Rugy, il n’existe politiquement dans le paysage politique national que par l’élection d’Emmanuel Macron. Comme, du reste, Richard Ferrand.

Le dernier avantage, c’est que, contrairement à Jacques Chirac à la fin de la Présidence de Georges Pompidou, à Nicolas Sarkozy sous le second mandat de Jacques Chirac et à Manuel Valls sous le quinquennat de François Hollande, Christophe Castaner n’a pas des ambitions présidentielles, et si d’aventure, il en avait, elles n’auraient aucune crédibilité, ce qui revient un peu au même.

En revanche, la crédibilité technique de Christophe Castaner à l’Intérieur était tellement faible qu’on lui a collé un Secrétaire d’État, Laurent Nunez, qui était alors depuis le 22 juin 2017 le directeur général de la Sécurité intérieure, et à ce titre, qui est l’un des hommes qui connaissent le mieux les problèmes de sécurité.

Au-delà de sa "légèreté technique originelle", bien que diplômé en sciences pénales et criminologie à Aix-en-Provence, Christophe Castaner a été critiqué par les "gilets jaunes" pour avoir eu une jeunesse assez "douteuse" en gagnant sa vie en jouant au poker et en ayant été proche d’un caïd qui a été assassiné le 3 août 2008. Mais cela n’en fait pas pour autant un "caïd"… D’ailleurs, avec son air plutôt sympathique, sa personnalité plutôt souriante, ce serait plutôt son côté "anti-caïd" qu’on lui reprocherait s’il fallait lui reprocher d’être Ministre de l’Intérieur.

Avec le mouvement des "gilets jaunes", démarré le 21 octobre 2018 avec une pétition sur Internet, c’est-à-dire cinq jours après sa prise de fonction Place Beauvau, Christophe Castaner a franchi l’épreuve du feu. La journée du samedi 17 novembre 2018, et surtout, celle du samedi 24 novembre 2018, ont été éprouvantes pour celui qui est responsable de l’ordre public sur tout le territoire de la République française (y compris La Réunion).

_yartiCastanerB02

Le 24 novembre 2018, environ 5 000 manifestants ont bravé sciemment l’interdiction de manifester sur les Champs-Élysées à Paris alors que l’État ne se sentait pas en état d’y assurer la sécurité des personnes, et certains voulaient même marcher sur le Palais de l’Élysée, laissant un goût amer de remake du 6 février 1934.

Rappelons très brièvement qu’il y a eu plusieurs dizaines de morts, surtout des manifestants tués par la police, lors des émeutes du 6 février 1934 à la Place de la Concorde, pas loin de l’Assemblée Nationale. Le Ministre de l’Intérieur de l’époque était le socialiste Eugène Frot (1893-1983), qui venait d’être nommé à ce poste le 30 janvier 1934 dans le deuxième gouvernement d’Édouard Daladier à la suite d’une brillante carrière ministérielle qu’il avait commencée le 18 décembre 1932. On parlait même de lui comme futur Président du Conseil (il avait 40 ans au moment des émeutes d’extrême droite). Le nombre très élevé de victimes et la signification politique de ces émeutes ont provoqué la chute du gouvernement le 9 février 1934 et la fin de la carrière ministérielle d’Eugène Frot accusé (probablement à tort) d’être le responsable de ce massacre en ayant donné l’ordre de tirer (il fut proche d’un autre ancien socialiste, Pierre Laval, sous l’Occupation).

Le 24 novembre 2018, la problématique était ainsi celle-ci : comment faire respecter l’ordre et la loi, notamment éviter les dégradations des commerces mais avant tout, les actes de violence sur les personnes, tout en protégeant les passants et les manifestants eux-mêmes ?

En fait, cette problématique est connue et préparée depuis un certain temps par les forces de l’ordre, et donc, il n’y a eu aucune surprise (sans doute contrairement à 1934). Malgré l’extrême violence constatée, il n’y a eu très heureusement aucune victime à déplorer, aucune personne décédée ni quasiment aucune personne blessée gravement (à l’exception d’un policier qui a eu la main brûlée). Christophe Castaner n’est ni Clemenceau en 1906, ni Jules Moch en 1947.

Les Champs-Élysées n’étaient pas adaptés à la sécurité mais n’ont pas non plus été fermés car cela n’avait pas de sens de bloquer la moitié de la capitale pour 5 000 manifestants. Les déclarations très fermes de Christophe Castaner le soir du 24 novembre 2018 ont donc étonné par leur gravité. Avec cependant une inexactitude : ce n’est pas exact de dire qu’aux Champs-Élysées depuis 1945, il n’y a jamais eu que des manifestations festives (Coupe du monde de football, etc.). Il y a eu aussi la grande manifestation gaulliste du 30 mai 1968 qui n’avait rien de festif et qui était spécifiquement politique.

Paradoxalement, en raison de la violence de certains "gilets jaunes", la crédibilité du Ministre de l’Intérieur en est ressortie renforcée, avec un trio qui semble maintenant très au point, composé de Christophe Castaner, Laurent Nunez et du préfet de police de Paris.

_yartiCastanerB03

Car il fallait à la fois montrer de la fermeté, il n’était pas possible d’accepter les provocations et les violences, et assurer la sécurité même de ceux qui étaient violents. Le canon à eau était donc un moyen adapté de "réprimer" sans "massacrer".

Je le répète. Il était honteux de faire ces appels à marcher vers l’Élysée. Nous sommes une démocratie, le Président de la République a été démocratiquement élu et nous sommes un État de droit. Certains responsables politiques, en particulier dans les extrêmes (RN et FI), ont joué avec le feu ou mis de l’huile sur le feu, et, contredisant l’expression "responsables politiques", ont fait preuve d’une très grande irresponsabilité. Les violences auraient pu coûter la vie de personnes. Deux personnes avaient déjà perdu la vie à cause des blocages routiers du 17 novembre 2018. Ce mouvement n’est pas un jeu politique, c’est un événement grave.

C’était le sens du tweet du Président Emmanuel Macron le 24 novembre 2018 : « Merci à nos forces de l’ordre pour leur courage et leur professionnalisme. Honte à ceux qui les ont agressées. Honte à ceux qui ont violenté d’autres citoyens et des journalistes. Honte à ceux qui ont tenté d’intimider des élus. Pas de place pour ces violences dans la République. ».

Néanmoins, si Christophe Castaner a rempli son job d’assurer la sécurité de tous, il reste que le Président de la République Emmanuel Macron et le Premier Ministre Édouard Philippe doivent apporter une réponse convaincante à cette colère qui, pour la plupart des "gilets jaunes", s’est exprimée de manière sincère et non-violente. Je doute que les mesures présidentielles prévues d’être annoncées ce mardi 27 novembre 2018 soient en rapport avec le niveau d’exaspération de nombreux Français, en particulier sur leur pouvoir d’achat.

En refusant d’évoquer les impératifs budgétaires, ou en ne modifiant pas les objectifs budgétaires, tout en continuant hypocritement à mettre en avant les impératifs d’une transition écologique qui arrive sans crier gare et sans débat, et qui, dans les mesures actuelles, n’entraînera de toutes façons aucune amélioration concrète et réelle de l’état de notre planète, le gouvernement ne fera qu’augmenter l’incompréhension des citoyens et renforcera probablement la détermination de ceux, heureusement rares, qui voudraient créer les conditions d’une véritable insurrection.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (26 novembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les "gilets jaunes".
Présidence de LREM.
L’irresponsabilité majeure des "gilets jaunes".
Gilets jaunes : démocratie des urnes et grognement des rues.
Les taxes sur les carburants compenseraient-elles la baisse de la taxe d'habitation ?
Le bilan humain très lourd de la journée des "gilets jaunes" du 17 novembre 2018.
Gilets jaunes, au moins un mort et plusieurs blessés : arrêtez le massacre !
Emmanuel Macron, futur "gilet jaune" ?
Le Mouvement du 17-novembre.
Emmanuel Macron.
Édouard Philippe.
La taxation du diesel.
L’écotaxe.
Une catastrophe écologique ?
Amoco Cadiz (16 mars 1978).
Tchernobyl (26 avril 1986).
AZF (21 septembre 2001).
Fukushima (11 mars 2011).
L’industrie de l’énergie en France.
La COP21.
Le GIEC et son alarmisme climatique.
Vibrez avec la NASA …ou sans !
Le scandale de Volkswagen.

_yartiCastanerB04
 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • gaijin gaijin 26 novembre 2018 16:41

    toujours la même chanson .....

    mais une observation : deux ministres se sont cassés du gouvernement de la soit disant démocratie ....écologie et intérieur

    et juste après a propos de soi disant écologie les français sont dans la rue ....

    étonnant non ?

    cordialement, n°6


    • xana 26 novembre 2018 17:07

      Mais qui lit encore les articles de « La voix de son mai-maître » ???


      • goc goc 27 novembre 2018 15:52

        un jaune qui critique les gilets jaunes : on aura tout vu !!! smiley


      • jeanpiètre jeanpiètre 27 novembre 2018 18:43

        @xana
        la branche vegan des modérateurs a décidé sous prétexte d’antispécisme de publier le billet quotidien d’un caniche.
        C’est nul , mais agoravox gagne plus sur un article fort commenté négativement , que sur un article intéressant ou peu de monde commente.
        C’est la jurisprudence hanouna de la presse digitale


      • ASTERIX 28 novembre 2018 09:41

        @jeanpiètre

        CASTAGNETTE LE CASTAGNEUR nous casse les« roupettes »"

        1 GILET JAUNE 4 MOIS FERME !!!!!!!! 1 VIOLEUR LIBERE

        justice de classe a 2 VITESSES


      • Jeekes Jeekes 26 novembre 2018 17:34

        ’’On voit bien aujourd’hui ’’

         

        Qu’il aurait dit le mal rasé.

        Et rakoto-lèche-fion qui nous en remet une couche. 

         

        Et qu’est-ce que t’as vu toi, le rat-kon-kon. Occupé que tu es, avec ta tronche enfoncée dans le fion de tes maitres ? 

         


        • Jeff Parrot Jeff Parrot 26 novembre 2018 17:53

          L’auteur n’a pas froid aux yeux :

          Je le répète. Il était honteux de faire ces appels à marcher vers l’Élysée. Nous sommes une démocratie, le Président de la République a été démocratiquement élu et nous sommes un État de droit

          Elle est bien bonne  smiley

          On rappellera a l’auteur le referendum de 2005 ou comment l’election de marron a ete manipulee par medias interposes


          • Julien S 26 novembre 2018 18:20

            Rakoto-Bradbury vous présente ses chroniques martiennes. 


            • devphil30 devphil30 26 novembre 2018 19:06

              @Julien S

              Jupiterriennes .....

              Inféodé au pouvoir en place et en mal de reconnaissance , toujours dans la démagogie et toujours plus que BFM pourtant pas mal dans le domaine du léche jupiter

              Preuve en est , des journalistes de BFM ont eu chaud en s’approchant des gilets jaunes


            • rogal 26 novembre 2018 18:36

              Radicalisation ? Par référence à quelles racines ?


              • Thot 26 novembre 2018 19:17

                Je viens. Je note et je repars.


                • Christian Labrune Christian Labrune 27 novembre 2018 10:22

                  Christophe Castaner a franchi l’épreuve du feu. La journée du samedi 17 novembre 2018, et surtout, celle du samedi 24 novembre 2018, ont été éprouvantes pour celui qui est responsable de l’ordre public sur tout le territoire de la République française

                  =========================

                  Le pauvre homme !


                  • Christian Labrune Christian Labrune 27 novembre 2018 10:42

                    Il faudrait quand même que l’auteur de cet article nous explique pourquoi on a commencé par gazer en bas des Champs Elysées, les pacifiques « bons enfants » avec les casseurs. Etait-ce pour les radicaliser un peu et les rendre solidaires, dans la confusion de l’instant, de ceux qui, peu après, commenceraient, munis du matériel ad hoc, à dépaver les rues pour agresser les CRS, et à incendier le mobilier urbain ?

                    Les forces de l’ordre étaient en nombre. A la différence des retraités et des mères de familles qui étaient venus là sans imaginer qu’on allait les traiter comme des délinquants, les casseurs étaient en assez petit nombre et bien repérables  : masques à gaz, sacs à dos contenant le petit nécessaire de la guerre urbaine. Quelques uns ont été appréhendés sans trop de résistance, mais on a laissé les autres continuer leur petite affaire. Les camions munis de lances d’arrosage ont parcimonieusement aspergé ce qui brûlait : il fallait que les Champs fussent copieusement enfumés pour les caméras des télévisions.

                    Restait à faire l’amalgame odieux avec les manifestations anti-parlementaires et fascisantes du milieu des années trente, qui auront fait rigoler tous les historiens.

                    Ce gouvernement d’imbéciles, son chef et le troupeau des godillots de l’Assemblée peuvent être assurés d’un mépris définitif de l’ensemble du peuple français. Encore deux ou trois situations du même genre, et ils seront très vite précipités dans les poubelles du devenir avant même que les historiens aient eu le temps de faire leur boulot.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 27 novembre 2018 10:55

                      ERRATUM
                      Restait à faire l’amalgame odieux avec les manifestations anti-parlementaires et fascisantes du milieu des années trente, qui auront fait rigoler tous les historiens.

                      qui AURA fait rigoler. Excuses.


                    • Emohtaryp Emohtaryp 27 novembre 2018 15:06

                      @Christian Labrune

                      les casseurs étaient en assez petit nombre et bien repérables : masques à gaz, sacs à dos contenant le petit nécessaire de la guerre urbaine. Quelques uns ont été appréhendés sans trop de résistance, mais on a laissé les autres continuer leur petite affaire.

                      Vous parlez des casseurs professionnels habituels stipendiés par l’ex malfrat du milieu Marseillais castaner ??

                      Des casseurs qui sévissent presque exclusivement sur Paris, amusant, non ?? Alors que partout ailleurs en France il n’y a pas de casseurs....

                      Tout ça, bien évidemment pour décrédibiliser les GJ, et justifier la répression digne d’une dictature.....Il faut un vrai courage pour gazer et matraquer en bande des retraités, je suppose des voyous/barbouzes déguisés en CRS ? genre Benalla et autres par ex ???

                      Une fois n’étant pas coutume, je vous plussoie monsieur Labrune, mais maintenant il faut aller au bout de cette farce, elle n’a que trop duré :

                      Il faut EXIGER de tous les députés/sénateurs d’opposition ( ou pas ) que ceux-ci prennent leur RESPONSABILITÉ ( s’ils en ont encore...) d’entamer une PROCÉDURE DE DESTITUTION IMMÉDIATE selon l’article 68 de la constitution avant qu’il ne soit trop tard....Même si cette procédure n’aboutit pas ( 3/5 du parlement pour être effective ), le simple fait de la lancer va calmer les ardeurs du jouvenceau...en étant le premier de la 5 ème république à porte une telle HONTE...

                      Macro ne représente plus rien, tout au plus 5 %, il n’a aucun adhérents dans son pseudo parti hormis la bande d’abrutis irresponsables qui siègent à l’assemblée comme une métastase purulente, payés 11 000 euros pour qu’ils ferment leurs gueules et votent tout ce qu’on leur dit de voter....

                      Cet énergumène est un vrai danger, soit il est devenu dingue, soit il agit sur « ordres »..de la « finance » ???`

                      Les « chemises brunes », il ne faut pas aller les chercher sous les GJ, mais sous le costard à macro , ses « amis » et ses « mécènes ».........

                      Le PRÉALABLE, c’est donc « DESTITUTION »

                      Un référendum national sur ce sujet ne laisserait absolument aucun doute ; la porte de sortie fissa et le coup de pied au cul en l’invitant promptement à traverser la rue pour trouver un autre emploi...chez Rothschild par ex ? ou en tôle....


                    • Emohtaryp Emohtaryp 27 novembre 2018 15:23

                      @Emohtaryp

                      Gilets jaunes : Michel Onfray dénonce la désinformation des médias et le soutien du gouvernement aux casseurs

                      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/gilets-jaunes-michel-onfray-209960

                      La vérité ? Le clown est dans la souricière, il ne peut plus s’en sortir, qu’il en tire toutes les conséquences avant de les subir sévèrement......triste sera la chute !!!


                    • jeanpiètre jeanpiètre 27 novembre 2018 18:50

                      @Emohtaryp
                      lol , quand on gaze des sexagénaire à froid, qui ont fait 400 bornes, il est normal que s’il trouve l’appui d’excités méthodiques qui partagent la majorité de leurs revendications, ils se ralient à eux , plutôt qu’aux forces qui les ont piégés, ça fait de belles images et de la polémique sur les chaines de désinfo, mais dans la réalité, l’elysée , la préfecture et ses outils , ont transformé nombre de gilets jaune en yellow blocks. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès