• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Chroniques d’un consentement forcé

Chroniques d’un consentement forcé

JPEG

A ce jour, déjà 88% des adultes français se sont fait injecter avec des vaccins encore en phase 3 contre une maladie qui n’est mortelle que pour 1,27% des personnes infectées1 et pour laquelle 95% des personnes qui en décèdent ont plus de 60 ans (source). Comment en est-on arrivé à une telle situation ? Pourquoi notre gouvernement se refuse-t-il à analyser sereinement la balance bénéfice/risque des vaccins ? Dans cette situation incompréhensible, serons-nous obligés, demain, d’accepter que nos enfants soient injectés pour pouvoir aller à l’école ?

Tout a commencé le 7 mars 2020, jour où Emmanuel Macron en allant avec son épouse au théâtre, a incité les français à ne pas modifier leurs habitudes nous indiquant au passage que le corona virus n’était dangereux que pour les personnes fragiles (source). Que s’est-il passé a la suite pour que, 9 jours plus tard (le 16 mars), il déclare que la France est en guerre et décrète le confinement ? Pourquoi un changement aussi radical de regard sur la situation ? Maintenant nous savons clairement que la covid n’est mortelle que, majoritairement, pour les personnes à risque. Pourquoi notre Président est-il passé de l’état de personne sensée à l’état de personne déraisonnable ?

Etant donné notre stock de masques et notre stratégie inexistante de lutte contre le virus, il était difficile de nous sortir de cette situation. Pourtant le plan de lutte élaboré après la pandémie avortée de 2011 (source) aurait dû nous aider à nous y préparer. Aurait-il fallu le vouloir ! L’analyse à posteriori de la gestion de la crise par notre gouvernement, nous permet d’émettre un doute sur cette volonté.

C’est donc confinés dans nos logements, avec interdiction de nous déplacer à plus d’un kilomètre en dehors des déplacements de première nécessité, que nous avons assisté tous les soirs à la litanie quotidienne des morts. Jérôme Salomon, avec la froideur d’un croque-mort, nous annonçait quotidiennement le nombre de décès du jour. 100, 200, 500, 1 000, les chiffres s’envolaient sans réelle comparaison pour les relativiser. Forcément, quand le but est de faire peur aux gens, ni les membres du gouvernement, ni les médias, n’allaient expliquer que tous les jours en France il y a en moyenne 1 700 décès toutes causes confondues (source). Ils ont aussi oublié de nous dire que pendant l’épidémie de grippe de l’hiver 2017, il y avait eu plusieurs centaines de décès par jour et des hôpitaux surchargés (source).

Une fois la vague épidémique passée et le confinement levé, ils trouvèrent une nouvelle raison de nous faire peur. Les masque, d’inutiles quand les stocks de l’Etat étaient vides, sont devenus obligatoires, même en extérieur, sous peine d’amende. L’hystérie sur les masques a été tellement démesurée que certains croient encore qu’il faut le porter pour se protéger alors que le porter c’est protéger les autres de notre éventuelle contagion.

Pour accentuer notre frayeur, le conseil scientifique et les membres du gouvernement ont agité le spectre d’un rebond épidémique si nous ne respections pas leur règlementation pendant l’été 2020. Comment les membres du conseil scientifique ont-ils pu prédire quelque chose d’inédit sur les maladies infectieuses respiratoires connues et qui n’ont qu’une vague par an ? Avaient-ils une source d’information inconnue de nombreux médecins et immunologistes indépendants où était-ce simplement pour nous effrayer une fois de plus ?

Toujours est-il, ils ont eu raison, la deuxième vague est arrivée à l’automne. Et une nouvelle litanie a commencé, celle des tests à gogo. Forcément, en début de vague épidémique, en l’absence de morts, l’annonce du grand nombre de cas positifs effraie plus que l’annonce des décès. De plus, un test PCR à 40 cycles gonfle artificiellement ces chiffres : 10 000, 20 000, 30 000, 50 000, 70 100 à son maximum le 2 novembre 2020 (source). On ne parle pas de malades, mais de cas positifs dont un grand nombre sont asymptomatiques. Pour ne pas mettre à nouveau notre économie dans la difficulté, le gouvernement a retardé au maximum la mise en place du confinement. Nous aurions pu même l’éviter si le gouvernement s’était mieux entouré. Le 28 octobre, des personnes sans conflit d’intérêt aurait su signaler que le taux de reproduction effectif R0 était en baisse depuis 3 jours et que l’épidémie commencerait sa phase descendante peu de jours après. Ce qui s’est avéré juste le 5 novembre car le R0 atteignait l’équilibre avec une valeur à 1 (source). Mais ils ont préféré à nouveau effrayer la population avec un confinement non nécessaire ?

Malgré une situation épidémique en récession, les médias et les membres du gouvernement ont continué à distiller la peur. Ils ont préféré nous laisser supposer que nous serions encore confiné pour Noël et cela malgré la baisse continue des hospitalisations et des réanimations. Eh oui, quoi de plus angoissant pour une famille que de ne pas pouvoir se réunir pour célébrer Noël ? Mais heureusement, les vaccins salvateurs sont là et avec des taux d’efficacité jamais égalé : jusqu’à 95%. Jamais dans l’Histoire de l’Humanité Moderne, on a développé aussi rapidement des vaccins d’une telle efficacité. Vous doutez de ces valeurs d’efficacité ! Seriez-vous complotiste ?

Les vaccins à ARN messager de Pfizer-BioNTech et Moderna, issus de la technologie de médecine génétique, et le vaccin à Adénovirus de AstraZeneca sont là bien plus tôt qu’espérés et vont soi-disant sauver l’Humanité de ce terrible fléau qu’est la covid-19. Toutefois, ils inquiètent des spécialistes en génétique tels que Alexandra Henrion-Caude (source) et Christian Vélot (source), tous deux spécialistes dans leurs domaines. Certains français sont encore réticents à la vaccination, seulement 50% y sont favorables (source). Pour nous rassurer, Emmanuel Macron nous précise dans un discours officiel qu’il ne rendra pas la vaccination obligatoire (source).

« Mais le vaccin est la meilleure chose pour éviter la maladie », me direz-vous ? « C’est oublier que dans plus de 93% des cas2, la covid ne nécessite pas d’hospitalisation », vous répondrai-je ! Pourquoi vouloir vacciner toute une population quand seulement moins de 10% risque de faire des formes graves ? Ce taux aurait même pu être réduit si on avait cherché des traitements pour les patients à risque. Vous souvenez-vous, on nous a dit que nous étions en guerre et que pour lutter contre le virus il fallait rester chez soi et prendre du Doliprane ! Pourtant contre la grippe, on donne aux plus faibles un antiviral (source Améli). Pourquoi a-t-on empêché les médecins généralistes de prescrire des antiviraux à leurs patients à risque ? S’il avait existé des traitements contre la covid, une AMM conditionnelle pour des vaccins encore en phase 3 aurait elle été accordée ? Vous voyez, j’ai réussi à aborder le sujet sans citer le noms de molécules qui fâchent.

Toujours est-il que début janvier, le programme de vaccination français démarre de manière éclairée, vu que ce sont d’abord les personnes âgées, puis les personnes à risque, qui sont autorisées à se faire vacciner. Forcément, les vaccins n’étant pas encore disponibles en grand nombre, le gouvernement est bien obligé de faire preuve d’intelligence. Pour moi, les opposants ont fait preuve d’irresponsabilité en critiquant le gouvernement de ne pas être capable d’avoir plus de doses, contrairement à Israël. Aurait-il fallu payer les doses 10 fois leur prix pour les avoir en premier ? Messieurs les opposants, n’oubliez pas, ce n’est pas vous qui payaient les vaccins mais les français avec leurs taxes et leurs impôts.

La vaccination démarre donc lentement sous les critiques multiples et voilà que le variant anglais arrive à point nommé. Plus contagieux, et donc plus dangereux, nous dit-on partout. 40 à 70 fois plus contagieux selon « Le Midi Libre » (source), ces chiffres ont-ils été réfléchis avant de les annoncer ? N’était-ce pas plutôt 40% à 70% plus contagieux (source) ? Voilà qui résume bien l’état d’hystérie présent en France en janvier 2020. Le 25 janvier, lorsque Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Georges Pompidou, demandait un troisième confinement le plus tôt possible vu la situation hors de contrôle en Grande-Bretagne, j’ai dénoncé cette volonté de faire peur sur une base non scientifique (source). Le gouvernement ne pouvant pas décréter un nouveau confinement sans mettre à mal l’économie, il envoie ses fonctionnaires hospitaliers faire le travail. Toutefois, le couvre-feu, lui, a bien été décrété pour éviter toute tentative aux français de festoyer entre amis les soirs de week-ends. « Respectez le couvre-feu, sinon ce sera le confinement, » nous disaient les membres du gouvernement. Et oui, toujours la peur.

Au final, la vague de variant anglais n’aura pas eu besoin de confinement. Mais avec moins de cas pour autant d’hospitalisations et plus de réanimations (source), il semblerait que ce ne soit pas la transmissibilité du variant anglais mais sa nocivité qui était le véritable danger. Bien que fin mars, un bon nombre de personnes à risque étaient vaccinés, cela n’a visiblement pas aidé à réduire les hospitalisations par rapport à la précédente vague.

Mi-avril, alors que les français constate que le variant anglais n’est pas si mortel que cela, arrive à point nommé l’épidémie en Inde. 4 000 morts et 400 000 cas par jour, voilà de quoi épouvanter la population. Tous les médias y sont allés à cœur joie pour instrumentaliser la peur sans relativiser ces chiffres avec ceux de la population indienne. Où est le vrai travail de journaliste dans ces articles qui ressemblent à ceux de tabloïds ? Le 30 avril, je dénonçais un article de BFM en démontrant que 3 500 morts de la covid en Inde, c’était l’équivalent de 220 en France et qu’ils omettaient de dire qu’il y a en moyenne 26 000 morts par jour en Inde (source). Le 7 mai, je dénonçais l’instrumentalisation de l’épidémie en Inde dans une vidéo de LCI (source). Mais que voulez-vous, la peur aide à faire accepter un vaccin expérimental. De plus, désormais tous les adultes peuvent aller se faire vacciner.

Malgré cela, début juillet, il n’y a encore que 35 millions de primo-vaccinés en France et le nombre de nouvelles vaccinations quotidiennes est en baisse depuis un mois (source). Heureusement, un nouveau danger est là : le variant delta. C’est le nouveau nom du variant indien pour ne pas jeter l’opprobre sur les pays dont sont originaires les variants. Voilà donc qu’on nous refait le même coup que pour le variant anglais, renommé alpha, mais que tout le monde continue à appeler anglais. Le 7 juillet 2021, BFM nous annonce que le variant delta est 60% plus contagieux que le variant anglais (source), c’est dire à quel point il faut s’alarmer.

Voilà de quoi donner des idées à notre gouvernement pour relancer la campagne de vaccination qui accuse le coup. C’est donc le 12 juillet 2021 qu’Emmanuel Macron présente son projet de pass sanitaire (source) qui sera actif le 21 juillet dans les lieux de loisirs et de culture, et début août dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux. Que pensez-vous que fera une population quand son gouvernement sous-entend « vaccinez-vous sinon vous aurez une vie de merde » ? Les français sont allés se faire vacciner en masse. Est-ce cela un consentement libre et éclairé ? Ceux qui ne souhaitaient pas se faire vacciner, considérant qu’ils ne faisaient pas partie de la population à risque, y sont allés sans grande conviction pour certains et la boule au ventre pour d’autres.

Pour faire passer la pilule, les membres du gouvernement ont claironné tout l’été qu’une personne vaccinée divise par 12 sont pouvoir de contamination, c’est à dire que la vaccination est efficace à 91,6% contre la transmission. Pourtant, le 24 novembre 2020, le médecin en chef de Moderna avait averti que le vaccin à ARN messager n’empêcherait pas la transmission du virus (source) car ce n’est pas son but. Le gouvernement connaîtrait-il mieux les vaccins que leurs créateurs ? Le 30 juillet 2021, une étude israélienne vient contredire le chiffre annoncé par notre gouvernement. Ce n’est pas 91,6% mais plutôt 39% (source) d’efficacité contre la transmission pour le Pfizer-BioNTech, le vaccin le plus utilisé en France. Il en faut plus pour désarçonner le gouvernement qui ne retient de cette étude que le fait qu’elle confirme que le vaccin protège des formes graves. Cependant avec une telle réponse, le gouvernement oublie que les français sont allés se faire vacciner afin de ne pas diffuser la maladie et non pas pour se protéger eux-mêmes. Rappelez-vous le fameux slogan « Tous Vaccinés, Tous Protégés » diffusé tout l’été sur les autoroutes. Pour venir au secours du gouvernement, certains médias n’y sont pas allés de main morte. Le variant delta est plus contagieux que la varicelle nous explique BFM le 1er août (source) alors que deux semaines avant sur la même chaîne c’était uniquement 60% plus contagieux que le variant anglais. Quiconque étudie un minimum la dynamique de l’épidémie en Inde, constate qu’il est impossible que le R0 du variant delta puisse être aussi élevé que celui de la varicelle.

C’est alors qu’à nouveau, à point nommé, est arrivé la vague de variant delta dans nos DOM-TOM. « Vous voyez, ils sont vaccinés à moins de 20% et ils n’arrivent pas à contenir l’épidémie » nous dit le gouvernement, « c’est la preuve que la vaccination est efficace ». Je n’ai jamais entendu un argument aussi peu scientifique. En tant qu’ingénieur les bras m’en tombent. A ceux qui croient que cela est une démonstration scientifique, je répondrais que vu que la Jordanie (avec moins de 30% de personnes vaccinées début août) est arrivé à contenir la vague de variant delta alors que son pays voisin Israël n’y arrive pas (avec 64% de personnes vaccinées début août), cela signifie que le vaccin ne sert à rien. Aucune de ces deux démonstrations, qui disent le contraire l’une de l’autre, n’est scientifique. Mais malheureusement, depuis mars 2020 en France, la Science a été mise au placard. Et notre gouvernement ne s’interdit rien pour nous affoler un peu plus, le 5 août 2020, Olivier Véran nous met en garde contre un véritable tsunami (source). Nous l’attendons encore ! De mon côté, avec mes faibles compétences médicales, j’annonçais le 4 août 2020 un pic d’hospitalisation à 10 000 personnes (source). Visiblement, je suis un meilleur oracle que notre Ministre de la Santé qui pourtant a fait des études médicales mais qui semble-t-il, a oublié de faire des études de bon sens.

Au final la vague de variant delta est passée en France avec très peu de dégât sanitaire. Avec beaucoup moins de cas positifs (deux fois moins que pour le variant anglais), un pic d’hospitalisations à 11 000 (trois fois moins que pour les précédentes vagues) et un pic de réanimations à 2 300 (contre 6 000 pour le variant anglais), nous pourrions conclure que la vaccination est un succès. Nous pourrions donc arrêter ce climat anxiogène qui dure depuis 18 mois, d’autant plus que les dernières statistiques de l’INSEE montre que la 4eme vague n’a pas engendré de surmortalité par rapport à 2019.

 

Eh bien non, Mme Lila Bouadma, éminent membre du Conseil Scientifique, nous met en garde le 27 août 2021 : avec le rentrée scolaire nous risquons un rebond allant jusqu’à 50 000 cas par jour (source). Quoi de mieux pour faire peur aux parents qui n’ont pas encore fait vacciner leurs enfants de plus de 12 ans ? Quinze jours après la rentrée scolaire, nous attendons encore ce rebond. Pourquoi venir nous effrayer encore un peu plus alors que 88% des adultes français sont vaccinés et 67% des enfants de plus de 12 ans le sont aussi (source) ? Et bien parce qu’il faut vacciner les enfants de moins de 12 ans au mépris de la balance bénéfice / risque. Pourtant, il n’y a aucun bénéfice à vacciner les moins de 18 ans. Sur les 12 premiers mois de la pandémie, il y a eu 12 décès chez les moins de 20 ans (source). A titre de comparaison, il y a eu 153 personnes de moins de 18 ans décédées dans les accidents de la route en 2019 (source). Parents, si vous voulez protéger vos enfants, arrêter de les mettre dans des voitures plutôt que de les vacciner.

 

Pour que les expérimentations médicales soient acceptables, le Code de Nuremberg est pourtant clair : « …la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; elle doit être placée en situation d’exercer un libre pouvoir de choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition » (source). Vous l’aurez compris à la lecture de mon article, le consentement à la vaccination est loin d’avoir été libre et éclairé en France contrairement à ce que stipule pourtant le code civil (source). Comment faire un choix libre, quand tout a été mis en place pour nous faire peur ? Comment faire un choix libre, quand on nous interdit des actes du quotidien si on n’est pas vacciné ? Comment faire un choix éclairé quand on nous cache les effets secondaires du vaccin ?

Au sujet des effets secondaires, voilà le bilan des différents vaccins au 1er juillet 2021 :

Pfizer-BioNTech : 42,5 millions de doses, 761 décès soit 1 décès pour 55 800 injections (source ANSM Santé).
AstraZeneca : 7,2 millions de doses, 170 décès soit 1 décès pour 42 000 injections (source ANSM Santé).
Moderna : 5,2 millions de doses, 44 décès soit 1 décès pour 118 000 injections (source ANSM Santé).
Janssen-Johnson & Johnson : 608 000 doses, 7 décès soit 1 décès pour 86 800 injections (source ANSM Santé).

En plus de ces centaines de décès, les rapports de l’ANSM détaillent des centaines de milliers d’effets secondaires graves. « Oui, mais il n’y a aucune preuve que ces personnes soient mortes à cause du vaccin », argumenterez-vous pour prendre la défense du gouvernement dans sa décision de ne pas débattre des effets secondaires des vaccins. « Pourtant, lorsque des personnes en fin de vie meurent avec la covid, le gouvernement n’hésite pas à dire qu’elles sont mortes de la covid, même dans les cas où il n’y a pas de preuve, » vous répondrai-je. Pour aider le gouvernement, les médias n’hésitent pas à démentir les chiffres de l’ANSM face aux personnes qui demandent que ces effets secondaires graves soient pris en compte dans les analyses de balance bénéfice / risque au sujet de la vaccination (source).

Dans sa gestion sanitaire de la pandémie, le gouvernement a manqué du bon sens de nos médecins de famille. Il a interdit à nos médecins de prescrire des molécules qu’ils connaissent depuis des décennies (au nom du principe de précaution) et il a obligé, par la contrainte, la vaccination par des thérapies géniques qui n’ont même pas passé la phase 3 (faisant de la sorte fi de ce même principe de précaution). Je ne crois pas au complot mais la corruption est avérée. Au nom du profit économique et avec la complicité des gouvernements, les laboratoires ont réussi à vendre des milliards de doses de vaccins qui seront peut-être nocives à l’Homme sur le long terme. Le pourcentage des personnes non injectés va se réduire comme peau de chagrin. Mais ce seront eux les échantillons témoins pour comparer sur le long terme, les évolutions des différentes maladies entre les personnes régulièrement vaccinées et les personnes qui ne l’auront jamais été.

Amis résistants à l’expérimentation de masse, il va falloir résister jusqu’au bout quoi qu’il en coûte !

1 : Les tests ayant démarrés tardivement, pour calculer ce taux j’ai calculé le nombre total de cas et le nombre total de décès entre le 1er juillet 2020 et le 16 septembre 2021 (source).
16/09/21 : 6 934 732 cas cumulés et 115 894 décès cumulés
01/07/20 : 165 719 cas cumulés et 29 861 décès cumulés
Soit (115 894 – 29 861) / (6 934 732 – 165 719) = 1,27% des cas décèdent.

2 :
Idem que pour 1 en téléchargeant les hospitalisations sur Géodes bouton Synthèse (
source) .
16/09/21 : 539 087 hospitalisations cumulés
01/07/20 : 112 009 hospitalisations cumulés
(
source) Soit (539 087 – 112 009) / (6 934 732 – 165 719) = 6,31% des cas vont à l’hôpital.


Moyenne des avis sur cet article :  4.68/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • xana 21 septembre 18:03

    Ben moi je ne suis pas vaxxiné. Et plus ils insisteront, moins je serai consentant.

    Je sais qu’il y a des théories de tous genres au sujet de ces pseudo-vaccins. Je ne crois guère aux théories, ça ne m’intéresse pas. Mais je crois encore moins à ce que racontent les pouvoirs publics, la médecine officielle, et surtout je ne crois pas un mot des médias.

    Donc non merci, pas de vaxxin pour moi. Si je m’enrhume ou si j’attrape la grippe, je sais que je pourrais en crever comme avant le covid. Tant pis. Faut bien mourir un jour, mais pour moi ce sera sans faux vaccin.


    • Frederic Stephan 21 septembre 19:58

      @xana
      Complètement d’accord avec vous


    • rogal 21 septembre 20:28

      @xana
      Oui, refus de toute confiance, ou de ce qu’il en restait, envers nos dirigeants et leurs larbins.
      Pour ce qui est de la ’’médecine officielle’’, viser les médecins liées à Pharmaffia est la priorité.


    • suispersonne 21 septembre 23:05

      @xana
      PARFAIT !


    • @xana

      Actuellement et depuis décembre 2020 le féroce connard de service porte le nom Castex .

      Il apparaît sous un air de ballot de service jonglant maladroitement avec ses (Brille) . Mais il faut se méfier de ce taré qui peut être Malveillant bien au-delà de la folie ...


    • eddofr eddofr 24 septembre 11:27

      @xana

      Position tout à fait respectable.

      Vacciné ou pas, appliquez les gestes barrière avec zèle !
      Je ne sais pas vous, mais moi, je n’aimerais pas être responsable de la mort prématurée d’un proche. 
      Je crois que le vaccin me protège moi (c’est respectable aussi), mais jusqu’à ce que ce soit prouvé, démontré et vérifié je ne prendrai pas le risque de croire qu’en me vaccinant je protègerait les autres.
      Donc même vacciné j’applique les gestes barrière avec zèle !


    • adeline 24 septembre 11:35

      @eddofr
      Vous n’êtes pas obligé de répéter la doxa.


    • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 24 septembre 11:49

      @eddofr
       
       les « gestes barrière » masques compris, sont la liturgie de la religion du dieu vaccin.
       
      « Faites semblant de croire, et bientôt vous croirez. » (Blaise Pascal, si l’on en croit Georges Brassens). Le pouvoir ne vous en demande pas plus : faire semblant.


    • nanobis 21 septembre 18:04

      Dommage que l’article ne parle pas des bons résultats obtenus par l’ivermectine dans certains états d’Inde !


      • Frederic Stephan 21 septembre 20:02

        @nanobis
        Je ne voulais pas rentrer dans le débat, ça marche, ça marche pas. J’ai surtout voulu évoqué la chronologie de tous les évènements qui n’ont eu comme but que de nous faire peur et jamais de nous rassurer. Un peuple qui a peur ne réfléchit plus et accepte tout. Bravo le gouvernement, en 10 mois, on est passé de 50% de personnes qui voulait se faire vacciner à 88% qui se sont fait vacciner :(


      • I.A. 21 septembre 19:22

        Très bien.

        C’est juste le mot « consentement » qui gêne, même si vous ajoutez « forcé ».

        Ce n’est ni plus ni moins que du totalitarisme, voire du fascisme puisqu’il y a morts d’hommes dans la force de l’âge... or il y a bien des décès consécutifs à ces vaccins  certes rares, mais constatés également chez des personnes qui ne courraient aucun risque de décéder de la covid !

        J’espère seulement que les Français repenseront aux promesses de Macrotte aux présidentielles. Et qu’il n’oublieront pas de lester d’un minimum de contre-pouvoir l’élu(e), lors des législatives  fut-ce le leur...


        • Frederic Stephan 21 septembre 20:04

          @I.A.
          Le choix de « consentement forcé » est voulu pour faire opposition à « consentement libre et éclairé » qui est loi dans le code civil.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 24 septembre 11:53

          @I.A.
           
          ’’C’est juste le mot « consentement » qui gêne, même si vous ajoutez « forcé ».’’
           
           Ben non, justement : il s’agit vraiment d’un consentement forcé ; on force la main des gens pour qu’ils donnent leur consentement. Ainsi on a le beurre et l’argent du beurre ; ils fnt ce qu’on veut, et en assument les pleines conséquences.
           
           Elle est pas belle, la vie, quand on a à sa botte des médias aussi puissants qu’obéissants ?


        • saint louis 21 septembre 19:40

          Pourquoi notre Président est-il passé de l’état de personne sensée à l’état de personne déraisonnable ?

          C’est toute la question, pourquoi ?

          Nous avons tous notre petite idée....


          • Lynwec 21 septembre 21:09

            L’article commence... mal . Je cite « A ce jour, déjà 88% des adultes français se sont fait injecter avec des vaccins encore en phase 3.... »

            J’ai bien conscience que c’est une citation et que vous reprenez les chiffres disponibles, mais les reprendre, sans rien dire, c’est un peu les valider par défaut.

            88% ... Vous les avez recensés personnellement ? Comme tous les chiffres officiels sont notoirement crédibles, j’utilise le filtre du raisonnement quand je prends connaissance de chiffres dans un article .

            Raisonnons donc : si comme on nous l’annonce, 88% sont déjà piqués ( j’ai une petite crise d’urticaire chaque fois que quelqu’un utilise « vaccinés » pour un produit qui n’en est pas un), où se trouve l’intérêt de continuer la propagande, les menaces, les sanctions contre les soignants ... Le bon boulot est déjà fait, comme dirait un responsable connu .

            Ou alors, deuxième option, on doit faire le forcing car le compte n’y est pas (encore) .

            Quand aux vagues... je vous invite à consulter la vidéo suivante, sur le site reseauinternational, d’un entrepreneur de pompes funèbres anglais, relativement bien placé pour juger des vagues de décès et de leur réalité . Lien (si autorisé) :

            https://reseauinternational.net/un-temoignage-capital/

            Je n’ai pas consulté ses comptes bancaires, mais le discours qu’il tient devrait plus lui valoir quelques mauvais moments à passer que des stock-options de chez Pfizer , ce qui peut donner une idée de ses conflits d’intérêts .

            Oublions aussi le terme « complotiste » à remplacer d’urgence par « lanceur d’alerte »avant de visionner le film.


            • Frederic Stephan 21 septembre 22:24

              @Lynwec
              Désolé, je n’ai pas mis les liens de source dans la phrase d’introduction pour ne pas la surcharger. Ci-dessous la source pour laquelle on peut avoir le % de vaccinés par tranche d’âge. Je met ce lien dans le paragraphe plus bas après le graphique de l’INSEE qui reprend ce taux et celui des adolescents.
              https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/article/le-tableau-de-bord-de-la-vaccination

              Au sujet de votre réaction « où se trouve l’intérêt de continuer la propagande », j’y répond dans le même paragraphe que la source du pourcentage de vaccinés.
              -> « Et bien parce qu’il faut vacciner les enfants de moins de 12 ans au mépris de la balance bénéfice / risque »

              Et concernant les vagues, j’écris moi-même "Nous pourrions donc arrêter ce climat anxiogène qui dure depuis 18 mois, d’autant plus que les dernières statistiques de l’INSEE montre que la 4eme vague n’a pas engendré de surmortalité par rapport à 2019". Ce n’est pas une source qui peut être contredite par le gouvernement et je préfère généralement ce genre de source pour mes articles.

              L’ensemble de vos remarques me fait me demander si vous avez lu l’article en entier avant de commenter ?


            • Lynwec 22 septembre 12:11

              @Frederic Stephan J’ai lu l’article et je suis parfaitement au courant du bénéfice de l’utilisation de mots ou phrases-clés dans la psychologie des foules , c’est bien pourquoi j’ai essayé d’attirer l’attention des lecteurs sur les points qu’il me semblait nécessaire de préciser .

              Il me semble contre-productif de reproduire dans un article censé alerter le lecteur des éléments de langage utilisés par le gouvernement dans sa propagande, ce qui aura pour effet de leur donner une crédibilité supplémentaire .

              Par exemple, reprendre dans une phrase dont le but, si je ne me trompe, est de démontrer qu’il y a d’autres solutions que ces injections , un élément connu , je cite :
              « Mais le vaccin est la meilleure chose pour éviter la maladie », me direz-vous ?

              comporte le risque suivant : Beaucoup de lecteurs utilisent la lecture en diagonale, ou survolent, et en particulier dans le cas d’un article long, comme l’était le votre .

              A la suite de quoi, le risque est de voir retenu le message involontaire :
              « le vaccin est la meilleure chose pour éviter la maladie » ce qui est faux dans ce cas précis vu qu’il ne s’agit pas d’un vaccin mais d’une thérapie expérimentale en cours et aux conséquences à long terme inconnues .

              Je ne dis pas que c’est le but recherché, mais c’est un risque indiscutable .

              J’attirais également l’attention sur un autre élément de langage gouvernemental :
              les fameuses vagues dont il ressort après observation des graphiques pour ISRAËL par exemple qu’elles pourraient bien avoir pour principale source les campagnes d’injection massives puisque les courbes utilisées correspondent souvent . Là encore, reprendre le vocabulaire gouvernemental constitue un risque important que personnellement j’évite, c’est pourquoi je refuse le plus souvent possible (sauf inattention) d’utiliser le terme vaccin à propos de ces produits .

              Mon commentaire ne remettait pas en cause l’intégralité de l’article, mais je ressentais le besoin de répondre à certains points discutables .

              Une autre pratique courante dans la psychologie des foules consiste à décrédibiliser l’interlocuteur . Votre dernière phrase en présente certaines caractéristiques . C’était peut-être juste un trait d’ironie, et je me trompe probablement . Je n’utiliserai pas cette technique .


            • njama njama 22 septembre 13:56

              @Frederic Stephan
              « A ce jour, déjà 88% des adultes français se sont fait injecter avec des vaccins encore en phase 3 »

              Il s’agit manifestement de propagande, ces chiffres comprennent des enfants de 12 à 17 ans éligibles à la vaxxination depuis mi-juin, donc nous sommes encore assez loin des 88 % d’adultes vaccinés

              74.2% des Français ont reçu au moins une dose de vaccin, 70.3% ont reçu toutes les doses requises.

              49 707 676 (+69 128 en 24h)
              Premières doses injectées
              Nombre cumulé de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin.
              Dernière donnée (J-1) : 15/09.
              Source : CovidTracker/Ministère de la Santé.

              47 133 318 (+228 072 en 24h)
              Personnes totalement vaccinées
              Nombre cumulé de personnes ayant reçu toutes les doses de vaccin (1, 2 ou 3 en fonction des vaccins et des personnes).
              Dernière donnée (J-1) : 15/09.

              https://covidtracker.fr/vaccintracker/


            • Bertrand Loubard 22 septembre 18:17

              @Lynwec
              Merci pour le lien. Je suis très étonné d’avoir pu voir cette vidéo. Je m’étais toujours demandé pourquoi les statistiques des sociétés de pompes funèbres n’étaient pas exploitées pour faire des « courbes » ..... C’est le seul domaine macabre où les protocoles, les modèles mathématiques et autres algorithmes avaient peu de chance de pouvoir être trafiqués .... car pour les autres calculs : « Garbage in, garbage out ». Et de plus dans le secteur professionnel des croque-morts, on ne peut prétexter du « biais » dû au « travail au noir » ... . Mais il y a tant d’autres faits troublants dans le domaine de la santé et de la médecine .... sans doute déjà bien avant Mengele .... Mais surtout après. Je pense au vaccin antipolio, à la question des singes du laboratoire de la rivière Lindi (RDC ex Congo belge) à la fin des années 50 et à la pandémie de Sida. Je pense à la vaccination, contre le cancer du col de l’utérus en 1995, des petites rwandaises, il y a 26 ans, juste après les visites de Bill Clinton et Bill Gates et de leur « Fondations » alors qu’un déficit inexpliqué dans les cohortes d’enfants en âges d’écoles semble avoir été détecté en 2020, au Rwanda .... Bien à vous.


            • Frederic Stephan 22 septembre 19:25

              @njama
              Dire que le gouvernement fait de la propagande est un euphémisme mais ce sont les chiffres qu’ils affichent.
              https://solidarites-sante.gouv.fr/grands-dossiers/vaccin-covid-19/article/le-tableau-de-bord-de-la-vaccination
              J’essaye dans la mesure du possible d’utiliser des sources que mes opposants ne puissent pas contredire.


            • Armelle Armelle 23 septembre 17:46

              @Lynwec
              « comporte le risque suivant : Beaucoup de lecteurs utilisent la lecture en diagonale, ou survolent, et en particulier dans le cas d’un article long, comme l’était le votre »

              ...Et comme l’est votre commentaire !!!


            • Lynwec 26 septembre 10:07

              @Armelle
              Remarquable contribution au débat dont je vous remercie .


            • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 08:42

              J’ai eu le variant du covid, hosto, soins intensif 3 semaines dur dur, je ne suis pas vacciné, je ne suis pas sorti de l’hosto dans un sac avec fermeture éclair direction la morgue et je n’ai pas envi d’y aller a cause du vaccin ....

              Je me méfie autant du vaccin que de la maladie, il y a eut trop de mensonges rependus par les sois disant spécialistes et les politiques, ça sent le souffre cette histoire .... 


              • Réago 22 septembre 15:19

                @zygzornifle

                Dès les premiers symptômes du Covid, il faudrait prendre une combinaison de médicaments qui fonctionne, par exemple : Ivermectine + azithromycine + zinc + Vitamine D + Budésonide. Voyez :

                https://reinfocovid.fr/science/prise-en-charge-ambulatoire-du-covid-19/

                D’autres médicaments sont efficaces contre le Covid. Encore faut-il le savoir. Par exemple la Fluoxetine (prozac) a quadruplé la survie de patients covid hospitalisés avec pneumonie chez des patients prenant la dose minimale de 20 mg par jour de fluoxétine (la dose maximale est de 60 mg par jour) !

                 https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=3896539

                Même certains antihistaminiques seraient efficaces contre le Covid.

                https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/33465426/

                Et j’en passe. Le problème est d’avoir certains de ces médicaments immédiatement à disposition si on attrape le Covid sachant que beaucoup de médecins, suivant les consignes officielles, ne prescrirons que du paracétamol, pourtant inutile et dangereux contre le Covid. Nous vivons en Absurdistan. Les choses sont donc ainsi :

                https://www.aimsib.org/2021/08/22/pas-de-paracetamol-dans-la-covid-erreur-therapeutique-majeure/

                Le problème pour se procurer ces médicaments afin de les avoir à disposition, au cas où on attrape le Covid-19, n’est pas forcément insoluble.


              • véronique 22 septembre 09:06

                @l’auteur

                J’aime bien votre article qui met en lien les décisions de politique sanitaire et le discours du gouvernement ou de l’administration tout au long des 18 derniers mois.

                Une petite erreur à signaler : le pass sanitaire a été créé par une loi du 31 mai dernier pour les activités de loisirs avec grands rassemblements. Malheureusement il a très peu mobilisé l’opposition à ce moment-là. Puis il a été élargi par un décret de juillet qui a abaissé la jauge de manière considérable (on est passé de « grand rassemblement » ou 1000 personnes, à 50 personnes). Puis il a été élargi par la loi du 5 août qui a supprimé la jauge, et qui a notamment étendu le pass aux cafés, restaurants, et aux activités essentielles (soins médicaux à l’hôpital ou en clinique, ou encore pouvoir travailler, ou faire des courses).

                En- dehors de tout ce qu’on peut imaginer en lien avec d’éventuels conflits d’intérêts (bien mis en évidence lors du h1n1, et il n’y a pas de raison que ce soit different aujourd’hui puisque les enquêtes n’avaient pas abouti à des sanctions), l’attitude du gouvernement s’explique très bien si on comprend bien la situation.

                Il n’y a pas qu’en 2017 que les hôpitaux étaient saturés. C’est tous les ans qu’il y a peu ou prou des problèmes. C’est lié à la politique de fermeture de lits, de réduction des dépenses de santé hospitalière, qui sévit depuis des années. Donc nous sommes en permanence en situation fragile face aux risques sanitaires. Et fin 2019, et début 2020, il y a eu une épidémie de bronchiolite, avec obligation de transférer des malades faute de place. C’est dire si la situation était déjà bien tendue au moment où le covid est arrivé (et dans les territoires ultra-marins, épidémie de dengue).

                Pour ne pas se désavouer et donc pour pouvoir continuer de réduire les dépenses liées à l’hôpital, le gouvernement n’a pas d’autre choix, de prime abord, que de passer cette tension hospitalière sous silence. Donc on parle le moins possible des épidémies et de leurs conséquences. Les français ne doivent pas faire le lien sur le plan concret entre politique de restriction budgétaire et difficultés dans la prise en charge des malades. Pour le covid, le premier réflexe du gouvernement a d’ailleurs été de minimiser le risque. Bien sûr on peut aussi penser que c’était pour éviter l’affolement, mais compte-tenu du virage à 180 degrés du discours de l’exécutif qui a suivi juste après, on peut douter de cette bienveillance.

                Une autre stratégie consiste à accuser les autres pour faire oublier sa propre responsabilité. Le pouvoir exécutif, dans un deuxième temps, n’a plus cessé de faire peser sur les français eux-mêmes la responsabilité de la sévérité de l’épidémie et ses conséquences.

                Pas étonnant qu’il soit question de pérenniser le pass sanitaire dans ces conditions, puisqu’on a la certitude que d’autres crises sanitaires surviendront avec des conséquences potentielles plus importantes (nombre de personnes âgées en augmentation). Et il n’est pas question de donner des moyens supplémentaires à l’hôpital (la preuve en est apportée par exemple par le plan blanc déclenché à Mulhouse suite entre autres à la suspension d’un nombre important de personnels non vaccinés). 


                • Frederic Stephan 22 septembre 13:04

                  @véronique
                  Merci pour votre précision sur le pass sanitaire.
                  Comme de nombreux français, je n’étais pas opposé à un pass sanitaire pour les lieux à grande fréquentation ou l’on ne va pas tous les jours même si ce pass pouvait être critiquable. C’est surtout son extension à des lieux du quotidien et sa validation par le sénat et le conseil constitutionnel qui a fait descendre dans la rue des gens comme moi qui

                  n’y était jamais allé.


                • véronique 22 septembre 13:32

                  @Frederic Stephan

                  Moi j’y ai toujours été opposée. Pour diverses raisons, atteinte au principe d’égalité et à divers droits fondamentaux. De plus le pass sanitaire est un instrument de contrôle, auquel on habitue les gens et qui désormais pourra servir à d’autres occasions, instrument de contrôle qui peut insidieusement porter atteinte à la capacité juridique des personnes. Et puis je me doutais bien que ce serait élargi. Quand certains parlementaires demandaient à ce que le seuil de 1000 personnes figure dans la loi et que Veran leur répondait que ce serait trop limitant, on comprenait bien pourquoi. Ne jamais faire confiance au pouvoir exécutif.


                • Lynwec 26 septembre 10:18

                  @véronique
                  Le passe sanitaire, comme le confinement n’ont aucun effet réel dans le cadre d’une épidémie . Seuls fonctionnent la détection des vrais malades, leur mise en quarantaine le temps de soins et la recherche des contacts pour soins préventifs .

                  Le reste est une mascarade qui est organisée avec différents objectifs possibles dont l’argent n’est que le sommet de l’iceberg , les autres pouvant être nettement moins avouables .

                  Par ailleurs, en dehors de toute considération sanitaire, force est de reconnaître que cette loi sur le passe est la destruction complète des principes de la Constitution (socle constitutionnel de base et non constitution sur mesure pour la tyrannie gaullienne) qui n’a été possible que par la trahison de l’organe républicain chargé de sa protection .

                  Le conflit d’intérêts énorme entre un Fabius père au Conseil Constitutionnel et un Fabius fils partie prenante dans la société qui a conçu cette gestion de « crise » (le mot dans ce cadre me fait rire, personnellement, je lui préfère « spectacle ») invalide à lui seul cette loi . Mais quand une République admet dans ses organes importants des « repris de justesse » et des « responsables pas coupables », que peut-on en attendre ?


                • véronique 26 septembre 10:50

                  @Lynwec

                  Oui tout-à-fait. 
                  Ce qui est vraiment « flippant » , c’est de constater d’un côté une atteinte énorme à des principes républicains fondamentaux, et de l’autre côté, le niveau d’acceptation important de la population, dont une bonne partie trouve tout ça normal. Du côté des politiciens, c’est le silence, à part du côté des petits partis qui ne font peur à personne (surtout qu’ils gaspillent leur énergie à participer à l’élection présidentielle).



                  • Durand Durand 22 septembre 09:52


                    Mesures anti-Covid : la Roumanie et la Croatie semblent arrêter les frais


                    Mesures anti-Covid : la Roumanie et la Croatie semblent arrêter les frais | Visegrád Post


                    ..


                    • Naëlle Markham Naëlle Markham 22 septembre 10:06

                      Cela rejoint tout à fait la conclusion du discours de Sara Cunial Chambre des Députés Jeudi 9 septembre 2021

                       

                      http://www.korazym.org/64986/la-dichiarazione-di-voto-di-sara-cunial-alla-camera-durante-la-discussione-del-vergognoso-decreto-green-pass/

                      "

                      Vous ne pouvez plus dire que vacciner est un acte d’amour car un acte d’amour sans consentement et sous chantage s’appelle un VIOL.

                      "


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 septembre 10:13

                        @Naëlle Markham
                         
                         «  Vous ne pouvez plus dire que vacciner est un acte d’amour car un acte d’amour sans consentement et sous chantage s’appelle un VIOL. »

                         

                         Joli. Et ceux qui commettent ça sont des violeurs.

                         

                         CQFD


                      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 22 septembre 10:19

                        @Francis, agnotologue
                         
                         

                        Les dégâts du Covid sont surestimés, au bas mot d’un ordre de grandeur : ’’morts avec le covid’’ == > ’’morts du covid’’ ! Même les cancers en phase terminale ; même mes accidents de la route.
                         
                        Les dégâts des vaxxins sont sous estimés, « pharmacovigilance bien ordonnée commence par soi-même » : plutôt 100 fois que 10 !.

                        Si bien qu’avec les chiffres officiels bien interprétés on peut dire sans se tromper que les vaxxins font beaucoup plus de dégâts que le Covid.



                        • eddofr eddofr 22 septembre 11:08

                          Pour mémoire :

                          Pour pouvoir débuter, l’essai clinique doit avoir obtenu un avis favorable du Comité de protection des personnes (CPP) et une autorisation de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

                          • Phase 1 : sur 10 à 100 personnes : première administration chez l’homme (qui se fait toujours chez l’adulte en bonne santé même si le vaccin concerne l’enfant). On étudie la tolérance et la production des anticorps (pouvoir immunogène) en fonction des doses que l’on administre.
                          • Cette phase dure généralement plusieurs mois (moins d’un an).

                          • Phase 2 : sur 50 à 500 personnes : on étudie la tolérance avec la formulation finale du vaccin et le nombre de doses retenues (schéma de vaccination) dans la population à laquelle cette vaccination sera recommandée.
                          • Cette phase dure généralement de plusieurs mois à 2 ans.

                          • Phase 3 : on étudie l’efficacité vaccinale et la tolérance à une grande échelle, sur plusieurs milliers de personnes.
                          • Cette phase dure généralement de 1 à 4 ans.

                          • Phase 4 : ces études sont réalisées après la mise sur le marché du vaccin. Elles permettent de vérifier qu’à grande échelle et chez des personnes pouvant présenter des affections chroniques, l’innocuité et l’efficacité du vaccin sont assurées, qu’il n’y a pas d’effets indésirables à long terme sur la survenue d’autres maladies.
                          • Cette phase dure généralement de 1 à 4 ans.

                          Les études et les tests des phases 1 et 2 évaluent notamment les caractéristiques de la protection provoquée par le vaccin en fonction de différentes doses, l’interaction avec d’autres vaccins et le schéma de vaccination.

                          Le pouvoir immunogène et la tolérance sont évalués au cours des phases 1 à 3, et la qualité de la protection essentiellement au cours de la phase 3 puis de la phase 4.

                          Sources :

                          https://www.ligue-cancer.net/article/37840_les-differentes-phases-des-essais-cliniques

                          https://www.ligue-cancer.net/sites/default/files/images/etapes-essai-clinique.jpg


                          • Frederic Stephan 22 septembre 13:10

                            @eddof
                            Merci pour ses précisions sur les différentes phases des vaccins.
                            Je serais d’ailleurs très curieux d’avoir les résultats intermédiaires du groupe témoin un an après. Il y a un an c’était 95% d’efficacité, qu’en-a-t-il était depuis 12 mois ?

                            Les fabricants de vaccins n’ont pas renouvelés leur demande d’AMM conditionnelle alors qu’ils auraient du faire cette demande cet été. Quand on sait que cette demande nécessite des rapports d’étude intermédiaires on peut se poser la question.


                          • Legestr glaz Legestr glaz 22 septembre 13:18

                            @Frederic Stephan

                            copié-collé : « il y a un an c’était 95%d’efficacité » mais..... selon le « fabricant » qui a tout intérêt à vendre son produit et à le commercialiser le plus possible.

                            Cela s’appelle de la réclame, de la publicité, de la propagande. 

                            Parce qu’il n’existe strictement aucune preuve de l’efficacité, même à 50%, même à 30%, de ces produits expérimentaux ! D’ailleurs le SARS-COV2 a disparu de la circulation pour être remplacé par d’autres virus. Les probabilités pour qu’un produit élaboré pour un virus donné soit efficace pour d’autres virus sont quasiment nulles ! On prend les gens pour des imbéciles !


                          • eddofr eddofr 22 septembre 14:07

                            @Legestr glaz

                            Vous noterez que l’efficacité se mesure en phase III.

                            On nous injecte un produit qui potentiellement ne sert à rien mais qui, à tout le moins, n’a pas présenté d’effets secondaires alarmants lors des phases I et II.

                            Maintenant, on nous a expliqué qu’on était en situation d’urgence et qu’il fallait, si j’ose dire, shunter la phase III, en espérant que le vaccin soit aussi efficace que promis parce qu’il n’y avait pas de traitement contre la Covid-19.

                            Seules deux questions me semblent donc pertinentes :
                            Est-ce que l’on disposait, au moment où a été lancée la campagne de vaccination, d’un traitement efficace et suffisamment inoffensif contre la Covid-19 ?
                            Est-ce que nous disposons, aujourd’hui, d’un tel traitement ?

                            Si la réponse à la première question est « oui », il y a des conflits d’intérêt et des responsabilités (voir culpabilités) à rechercher.
                            Si la réponse à la deuxième question est « oui », il y a une stratégie à redéfinir.

                            Si la réponse est « non » aux deux questions, « allez vous faire vacciner d’urgence ! »


                          • eddofr eddofr 22 septembre 14:08

                            @eddofr

                            A moins évidemment que vous ne fassiez partie de ceux qui croient que la Covid-19 n’existe pas ...


                          • eddofr eddofr 22 septembre 14:12

                            @Frederic Stephan

                            Je ne me fais aucune illusion sur la moralité ou la rigueur des fabricants des ces vaccins.

                            Il ne vont pas s’emmerder à renouveler une demande d’AMM conditionnelle et effectuer des études intermédiaires coûteuses alors que leur vaccin se « vend à tour de bras » sans cette autorisation.

                            Business is business !


                          • Legestr glaz Legestr glaz 22 septembre 15:56

                            @eddofr
                            Votre réflexion sur le premier post est pleine de bon sens. 

                            Un coronavirus, comme il en existe par million, a bien sévi sur la planète. Seulement, il n’était pas bien létal, pas plus qu’un virus grippal. C’est bien pour cette raison que les prévisions apocalyptiques se sont fracassées sur la réalité. 

                            Les virus nous environnent par milliards. Quelques uns sont agressifs et font décéder les êtres humains au système immunitaire fragilisé, non pas par leur propre action, mais par le « fléchissement », justement, du système immunitaire qui laisse à la surinfection bactérienne la place de se développer. 

                            Les maladies virales emportent dans la tombe les malades à la suite de la « surinfection » bactérienne qui leur fait suite. Il s’agit donc d’être vigilant et de protéger, à l’aide d’antibiotiques ciblés, les personnes qui présentent des symtômes de pneumonie !

                            Les virus nous entourent. Ils sont là pour longtemps et tous les vaccins du monde ne pourront jamais, au grand jamais, les faire disparaitre. L’être humain continuera à payer son tribu à ces virus. La meilleure des choses à faire est de « renforcer son système immunitaire », de faire en sorte de le maintenir dans un état opérationnel. Malheureusement les « maladies civilisationnelles » contre lesquelles personne ne lutte, font chuter dramatiquement les systèmes immunitaires ! 


                          • gnozd gnozd 22 septembre 18:52

                            @Legestr glaz
                            "Les virus nous entourent. Ils sont là pour longtemps et tous les vaccins du monde ne pourront jamais, au grand jamais, les faire disparaitre. L’être humain continuera à payer son tribu à ces virus. La meilleure des choses à faire est de « renforcer son système immunitaire », de faire en sorte de le maintenir dans un état opérationnel. Malheureusement les « maladies civilisationnelles » contre lesquelles personne ne lutte, font chuter dramatiquement les systèmes immunitaires ! 

                            "

                            C’est clair. Y’a rien d’autre à ajouter et c’est ça qu’il faudrait matraquer...je ne sais pas comment. Parce que le problème des réseaux sociaux, c’est que les gens y vont pour se conforter dans leurs convictions !


                          • Frederic Stephan 22 septembre 19:28

                            @eddofr
                            Le gouvernement a tout fait pour que la réponse aux deux questions soit non, du moins dans leur discours officiel soutenu par l’OMS.


                          • eddofr eddofr 23 septembre 10:39

                            @Frederic Stephan

                            S’ils nous ont menti, on finira par le savoir, probablement trop tard pour que cela change quoi que ce soit ...


                          • troletbuse troletbuse 22 septembre 11:39

                            Parait qu’il y avait une manif pro-passe dimanche à Paris.

                            Paraît qu’il y avait 5000 personnes ?

                            Mais je n’ai vu ni photo, ni vidéo. Une manif invisible ?

                            Ah si, on voit une photo floue en arrière-plan. Ils étaient tellement nombreux qu’ils ne rentraient pas dans l’objectif smiley

                            https://www.cnews.fr/france/2021-09-19/une-manifestation-pro-pass-sanitaire-organisee-ce-dimanche-1128013

                            Ca a du être un vrai fiasco vu que peu les merdias n’en parlent pas.

                            Normal, les pro-passe sont des sans-couilles.

                            Petit rappel merdiatique

                            Paraît qu’il y avait 42 000 personnes à la manif des chasseurs et seulement 80 000 aux manifs anti-passe dans toute la France le samedi 18/9.

                            Il me semble qu’il y a quelque chose qui cloche dans ces chiffres  smiley


                            • troletbuse troletbuse 22 septembre 11:41

                              @troletbuse
                              Correction : vu que les merdias n’en parlent pas


                            • troletbuse troletbuse 22 septembre 13:45

                              Témoignage d’un soignant envoyé en Martinique pour faire du vent :

                              https://www.youtube.com/watch?v=ihbireoIQmo




                                  • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                    Je ne ferais plus état de ma cuisine personnelle mais jusqu’à maintenant j’ai échappé à toutes les merdes covidiennes .

                                    Par contre la H1 N1 m’ a rendu à peine plus narcoleptique que je suis naturellement . 2010.


                                  • troletbuse troletbuse 22 septembre 15:14

                                    Le pire arrive :

                                    Vaxxination obligatoire et passe nazitaire éternel.

                                    https://ntdtv.fr/la-fda-rejette-la-generalisation-des-injections-de-rappel/


                                    • Le programme du N O M suite aux confinements et reconfinements autoritaires .

                                      Pénuries sur des matières premières qui sont en excédentaires ( Bois, pierre, matériaux de construction ...etc) 

                                      Pénuries alimentaires 

                                      Pénurie du carburant.

                                      Pénurie des pierres et terres rares .......etc.

                                      Conséquences ;

                                      Hausse des prix,

                                      Hausse des taxes ,

                                      Hausse des impôts.......

                                      En France toute la coterie (politique, communautariste...) soutien Macron et ne souhaite pas revenir à la vie d’avant C A D sans pass autoritaire . 


                                      • @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                        La hausse des prix de l’énergie est principalement du aux obligations sociales notamment payer les retraites et les avantages.
                                         .
                                        .


                                      • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 16:38

                                        @SPQR audacieux complotiste chasseur de complot

                                         Et ne pas oublier les 5 600 000 fonctionnaires 


                                      • zygzornifle zygzornifle 22 septembre 16:37

                                        Un ami est passé ce matin, sa sœur de 59 ans peu après la seconde injection s’est mise a vomir, son mari a voulu appeler un médecin mais elle lui a dit ce n’est rien je vais m’étendre et dormir sur le canapé pour ne pas te gêner cette nuit et au matin elle était décédée, problème cardiaque alors qu’elle était en bonne santé ...

                                        On va dire que c’était du a une allergie au tissus du canapé pour soutenir le gouvernement et les fabriquant de vaccins ...



                                          • Réago 22 septembre 17:52

                                            Au Royaume-Uni sur la période de 3 semaines allant du 5 au 21 août 2021, 80% des personnes décédées du Covid 19 étaient vaccinées (pour la plupart entièrement vaccinées) et 20% n’avaient reçu aucune dose de vaccin. Donc il y a eu 4 fois plus de morts en vaccinés qu’en non vaccinés durant cette période au RU. Pour la semaine du 28 août au 3 septembre 2021, il y a eu 271 hospitalisations dans l’ensemble de la population non vaccinée, 423 hospitalisations dans la population entièrement vaccinée.

                                            https://infodujour.fr/sciences/52612-lechec-des-vaccins-au-royaume-uni

                                            Pour l’instant en France nous bénéficions encore d’un miracle français. La vaccination est efficace chez nous selon les chiffres. Mais attendons la suite. On verra ce qu’il en est dans 2 ou 3 mois.


                                            • Frederic Stephan 22 septembre 19:33

                                              @Réago
                                              S’il y a 80% de personnes vaccinés et 20% de personnes non vaccinés dans la population, et que cette proportion est la même dans les décès, on peut être tenté de conclure que le vaccin n’est pas efficace sauf que c’est ne pas tenir compte de l’âge des vaccinés et des non-vaccinés.

                                              Vouloir vacciner les personnes âgées et les personnes à risque est une décision raisonnable car le bénéfice/risque est largement positif. Vouloir vacciner les autres est un potentiel crime contre l’humanité spécialement pour les enfants.


                                            • troletbuse troletbuse 22 septembre 20:21

                                              @Frederic Stephan
                                              Pas tout à fait d’accord.
                                              L’avantage de vaxxiner les vieux est, que si ils meurent, officiellement, ce ne sera ni le Covid, ni le vaxxin mais la vieillesse !


                                            • Macron et Castex ils sont comme la connerie . Ils s’affichent toujours au premier rang pour être vu .

                                              Par contre l’intelligence prend du recul, de la hauteur afin d’analyser avant de parler ...


                                              • https://www.youtube.com/watch?v=MG0AOKssJII

                                                Le gouv.fr et Macron entretiennent la maladie dû sars cov 2 pour imposer une restriction des libertés . Ils ne veulent pas soigner par tous les moyens et offrir au peuple français une sortie positive à cette épisode covid 19 .

                                                Donc informez vous !

                                                https://www.youtube.com/watch?v=MG0AOKssJII


                                                • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 23 septembre 09:32

                                                   https://michelledastier.com/covid-les-medecins-americains-refusent-de-se-faire-vacciner/

                                                   « Sur les 700 médecins ayant répondu à un sondage Internet de l’Association of American Physicians and Surgeons (AAPS), près de 60% ont déclaré ne pas être « vaccinés » contre le COVID. Cela tranche avec la déclaration de l’American Medical Association selon laquelle 96% des médecins en exercice sont totalement vaccinés. Cette enquête était basée sur un échantillons de 300 participant.

                                                   

                                                  Parmi les médecins non vaccinés, 80% ont déclaré : « Je pense que le risque des vaccins est supérieur au risque de la maladie », et 30% ont déclaré : « J’ai déjà eu le COVID ». Parmi les autres raisons de refuser la vaccination, citons les effets à long terme non répertoriés, l’utilisation de tissus de fœtus avortés, « le côté expérimental », la présence de traitements précoces efficaces, les décès et les caillots sanguins.

                                                   

                                                  Le personnel (en dehors des médecins) a été invité à participer à l’enquête. Sur un total de 5 300 participants, 2 548 se sont portés volontaires pour commenter les effets indésirables des vaccins dont ils avaient connaissance. Il s’agissait de décès, d’amputation, de paralysie, de morts nés, de troubles menstruels, de cécité, de crises d’épilepsie et de problèmes cardiaques.

                                                   « Le lien de causalité n’est pas prouvé.(et pour cause, si les déclarations n’ont pas été faites)

                                                   

                                                  Cependant, bon nombre de ces incidents auraient pu donner lieu à une énorme indemnisation si la responsabilité des produits ou la faute professionnelle étaient apparus après la commercialisation d’un nouveau médicament », a déclaré le Dr. Orient. « Les fournisseurs de ces produits COVID sont protégés contre les poursuites judiciaires ».

                                                   

                                                   Il est clair sauf pour les non-voyants, que nous sommes embarqués dans un processus politique dont l’un au moins des objectifs est la dépopulation mondiale.


                                                  • eddofr eddofr 23 septembre 10:41

                                                    La lucidité, c’est voir les mensonges et les ennemis qui les propagent à dessein.

                                                    La paranoïa, c’est voir des mensonges et des ennemis partout.

                                                    « Même les paranoïaques ont des ennemis. » Roland TOPOR


                                                    • troletbuse troletbuse 23 septembre 11:44

                                                      -Allo, ici les pompes funèbres

                                                      -Bonjour, ce serait pour une cérémonie de funérailles

                                                      -Avant tout, une petite question. Le défunt était-il vaxxiné ?

                                                      -Non

                                                      -Alors avait-il fait un test PCR les derniers 48 heures ?

                                                      -Non

                                                      -Je regrette Madame. Je ne peux rien pour vous. Je vous conseille de vous adresser à la déchetterie de votre commune.

                                                       smiley  smiley  smiley


                                                      • https://actu.fr/bourgogne-franche-comte/ruffey-sur-seille_39471/jura-a-ruffey-sur-seille-la-valse-des-fermetures-de-classes-apres-plusieurs-cas-de-covid_45149867.html

                                                        Propagation de la maladie des CAS à fortement impacté les vaccinés !

                                                        Serions-----nous dans le kaka présidentiel, merde alors  ?

                                                        Le ministre de la maladie, le sieur VERAN, est aux abonnés absents ...



                                                          • Comment l’AP-HP viole allègrement le consentement libre et éclairé au vaccin...

                                                            Les notes de l’AP-HP (Assistance Publique, Hôpitaux de Paris) sont parfois cruelles, car elles illustrent comment des fonctionnaires de talent peuvent prêter leur savoir et leur plume à des opérations qui se situent à rebours de tout ce qu’ils ont écrit. Ainsi cette note du 31 décembre 2020 de la direction juridique de l’AP-HP sur le consentement libre et éclairé en matière de vaccination, qui en dit long sur la distance qui sépare les états d’âme de certains bureaucrates et les réalisations expéditives de leur directeur général Martin Hirsch. .....
                                                            https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/21/comment-lap-hp-viole-allegrement-le-consentement-libre-et-eclaire-au-vaccin/

                                                            Hirsch tel un héro du Mouvement völkisch de la société des fidèles de Thulé. Praktizieren des Okkultismus-Kranks von Seuchenminister Herr VERAN.


                                                            • Depuis le début de cette folie du sars cov 2 , il y a comme un relant , une infecte odeur venant des profondeurs de l’appel du gardien ( Cthulhu).

                                                              Une maléfique machination sortie d’un cerveau purulent la haine et la peur, comme celui d’un certain Heydrich....


                                                              • La santé mentale d’un peuple se mesure à la santé mentale des dirigeants et de ses médias .


                                                                • Michel 26 septembre 17:24

                                                                  Excellente synthèse, bravo pour votre travail

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité