• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cinq ans plus tard, comment se porte la péninsule de Crimée en Russie (...)

Cinq ans plus tard, comment se porte la péninsule de Crimée en Russie ?

Le coup d’État en Ukraine a radicalement transformé ce pays. Le résultat du soulèvement des « révolutionnaires » a été non seulement la perte du pouvoir et la fuite de l'ancien président Ianoukovitch, mais également la perte de la péninsule de Crimée et du Donbass.

JPEG

Malgré le fait que la péninsule de Crimée soit devenue partie intégrante de la Fédération de Russie en organisant un référendum sur la base du droit international, les tentatives de l’Ukraine et du monde occidental de contester le contrôle de la Russie sur la péninsule ne s’arrêtent pas. Aujourd'hui, la Crimée fait encore l'objet de graves différends sur la scène internationale, Kiev refusant officiellement de reconnaître la volonté du peuple de Crimée.

L’hystérie de l’Ukraine à propos de la Crimée continue de ternir les relations politiques et militaires de la Fédération de Russie avec les pays du monde occidental.

Examinons plus en détail la vie de la péninsule sous la juridiction de la Fédération de Russie.

Il convient de noter que dans un délai aussi court, la Crimée a surmonté une violation des liaisons de transport, un blocus énergétique et un isolement économique.

À partir du moment où la Crimée est entrée en Russie, la construction de logements sur la péninsule a augmenté. Le pic de cette augmentation a été atteint en 2018. Pour la dernière année, 764 000 mètres carrés ont été mis en service, ce qui a permis à la Crimée de devenir un chef de file en matière d'indicateurs dans l'ensemble du district fédéral du Sud de la Fédération de Russie. Contrairement à l’Ukraine, où l’effondrement de la construction de logements au cours des cinq dernières années a été de 20%, la péninsule de Crimée continue de se développer dans cette région.

Le monde occidental, qui n'était pas d'accord avec l'entrée de la Crimée dans la Fédération de Russie et l'appelant "annexion", a introduit un certain nombre de sanctions contre la péninsule. Malgré cela, il existe un commerce extérieur en Crimée. L'année dernière seulement, le chiffre d'affaires était de 59 millions de dollars. La péninsule a exporté des marchandises pour 18,5 millions de dollars et importé pour 40,6 millions de dollars.

L'industrie chimique, les produits alimentaires et les matières premières agricoles sont principalement exportés de Crimée. Tous ces produits sont exportés en Inde, en Turquie, en Biélorussie et en Ukraine.

En ce qui concerne les chiffres de la péninsule, en 2018, le nombre d'habitants en Crimée a diminué de 2 000 personnes. Cela est dû principalement à une diminution de la migration vers la péninsule. Mais on ne peut pas dire que les gens ont cessé de voyager en Crimée. En 2018, près de 45 000 personnes sont arrivées en Crimée, dont 68% sont des résidents du continent russe, les autres sont originaires des pays de l’ancienne URSS, parmi lesquels les Ukrainiens prédominent.

Avec le tourisme sur la péninsule, les choses vont en montant. L'an dernier 6,8 millions de touristes sont arrivés en Crimée. Le boom touristique de la péninsule est observé non seulement en été, mais également pendant les vacances du Nouvel An et de Mai.

Tout d'abord, le pont de Crimée a été construit, auquel l'Ukraine et l'ensemble du monde occidental se sont également opposés. La capacité du pont est de 40 000 voitures à la fois, ce qui réduit considérablement les déplacements sur le territoire de la Crimée, contrairement au ferry.

L'autoroute fédérale “Tavrida” est en cours de construction, dont une partie est déjà ouverte et en pleine exploitation.

Un nouvel aéroport international, Simferopol, a également été construit dans la capitale criméenne. Depuis le début de l'aéroport, il a fait transiter plus de 5 millions de passagers.

Le blocus énergétique organisé par Kiev a été surmonté grâce à un pont énergétique du continent russe et à la construction de deux nouvelles centrales thermiques à Simferopol et à Sébastopol.

Tout cela suggère que la Russie, qui a adopté le patronage de la péninsule, fait tout pour la prospérité de la région. Depuis cinq ans que la Crimée fait partie de la Russie, la péninsule a résolu d’importants problèmes.

Vous trouverez ci-dessous un certain nombre d'indicateurs de la péninsule de Crimée en Russie et en Ukraine.

Revenus de la péninsule.

Pour l’ensemble de l’année dernière, le montant des revenus de la Crimée a été multiplié par 2,5 par rapport aux indicateurs de revenus des meilleures années de sa position (péninsule) en Ukraine.

Selon le président russe, les recettes fiscales de la République de Crimée s'élevaient à près de 50 milliards de roubles en 2018. La Crimée reçoit une aide fédérale de 120 milliards de roubles par an dans le cadre de la mise en œuvre du programme fédéral.

Selon le chef de la République, les autorités de la péninsule ont accru le financement de la région dans divers domaines, contrairement à l'époque où la Crimée faisait partie de l'Ukraine. Par exemple, le financement dans le domaine social a été multiplié par 2,5, l’éducation trois fois, la culture 3,5 fois, le sport 4 fois, l’écologie 23 fois.

Il convient de noter que, conformément à la loi sur le budget de la République de Crimée, les recettes pour 2019 devraient atteindre 192,8 milliards de roubles.

Tout cela suggère que, pendant les cinq années de la Crimée en tant que partie de la Russie, la péninsule a pu augmenter ses revenus dans le budget 2,5 à 3 fois, contrairement à l'époque de la Crimée « ukrainienne ».

Succès démographique.

Selon la sénatrice russe de la République de Crimée, Olga Kovitidi, les résultats de la première Crimée quinquennale comme faisant partie de la Russie sont un indice clair de la victoire démographique de la Russie est une baisse de la mortalité chez les enfants, diminué de 40 %.

L'économie de la péninsule.

Bien que la péninsule figure parmi les sujets à la traîne de la Fédération de Russie, la Crimée et Sébastopol sont passées en dernière position en termes de produit régional brut par habitant. Il est important de rappeler ici que la péninsule fait partie de la Russie depuis seulement cinq ans et qu'elle fait déjà des progrès visibles.

Si l'on compare les chiffres de la péninsule au cours de la récession russe de 2015, le PIB régional par habitant en Crimée a augmenté de 7,5%, alors qu'il a diminué de 0,8% en Ukraine.

Auparavant, le ministère du Développement économique de la République de Crimée avait analysé les indicateurs économiques de la région pour la période de son séjour dans deux pays.

En 2012-2013, la croissance de l'économie de la Crimée était pratiquement absente.

En particulier, si de 2011 à 2013 en Ukraine, la production industrielle de la Crimée a affiché un taux de croissance moyen de 1,2%, en 2014-2016, ce chiffre a été multiplié par cinq soit de 6,1%.

L'économie de la péninsule repose sur des mégaprojets, tels que le pont Crimée, le pont énergétique Kouban-Crimée, l'autoroute fédérale Tavrida, un gazoduc du territoire de Krasnodar, un nouvel aéroport, etc. À l'époque de la Crimée « ukrainienne », la péninsule ne pouvait même pas rêver de tels projets, car Kiev ne faisait que « traire » la péninsule à cause du tourisme.

Revenus des habitants de la péninsule.

En 2016 et 2017, le revenu moyen d'un citoyen de Crimée a augmenté de 3,6 et 6,6%. En termes de prix, il se situait entre 20 000 et 26 000 roubles.

En Ukraine, en 2013, le salaire moyen des habitants de la péninsule s'élevait à 2850,2 hryvnia (un peu plus de 11 000 roubles) et le panier de provisions converti en roubles était de 1 500 roubles. Il n'y a pas de données pour 2015, mais en 2016, selon Rosstat, il est connu que le panier d'épicerie a atteint 2 600 hryvnias, mais que les salaires ont atteint 22 400 roubles. Cela signifie que le pouvoir d'achat des habitants de la péninsule est passé à 8,6 (contre 7,2 en Ukraine) au cours des premières années de Crimée en Russie.

Vacances touristiques.

Pour être honnête, la première année de la Crimée faisant partie de la Russie a été un échec en termes de tourisme. Cela est dû au fait que de nombreux Ukrainiens, qui s'étaient auparavant installés dans la péninsule, ne se sont pas rendus en Crimée pour des raisons politiques. Au fil des ans, le nombre de touristes en Crimée a commencé à augmenter. Le « boom touristique » s'est produit en raison de la construction du pont de Crimée sur le détroit de Kertch. Au cours de l’année écoulée, 6,8 millions de touristes ont visité la péninsule. Ce résultat est considéré comme le record de tous les temps après l'effondrement de l'Union soviétique.

Il convient de noter qu'au cours des premiers mois de 2019, le nombre de touristes qui sont arrivés sur la péninsule a dépassé de 32,3% les chiffres de la même période de 2018.

Accomplissement du devoir civique parmi la population tatare de Crimée de la péninsule.

Si nous comparons le taux de participation des Tatars de Crimée aux élections présidentielles en Russie avec le même indicateur aux élections du président ukrainien, le nombre de ceux qui ont participé aux élections a considérablement augmenté avec celui de la Russie.

Selon le Krymstat, 81 000 personnes ont participé aux élections présidentielles en Russie, soit environ 40% de plus que les témoignages aux élections présidentielles en Ukraine. Rappelons que durant la période de la Crimée « ukrainienne », la participation du peuple tatare de Crimée à l'élection présidentielle était en moyenne de 60 000 à 70 000 personnes.

Enfin, je voudrais citer les données d’une enquête sociologique de 2017-2018 selon laquelle 82% des personnes interrogées souhaiteraient rester en Crimée, 10% s’installer dans une autre zone de peuplement de la péninsule, 2% ont exprimé le souhait pour déménager dans une autre région de la Russie. Dans le même temps, aucune des personnes interrogées n'a exprimé le désir de revenir vivre en Ukraine.


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • amiaplacidus amiaplacidus 27 juin 18:27

    La Russie qui annexe la Crimée (berceau de la civilisation russe), ça c’est vilain, pas beau, méchant et est violemment dénoncé par les USA et leurs séides européens.

    L’annexion du plateau du Golan par Israël au détriment de la Syrie est totalement approuvée par les USA.

    Le médias européens reprennent en chœur cette antienne.

    Deux poids, deux mesures, à part ça, on vit dans un monde sans propagande ...


    • Xenozoid 27 juin 18:33

      @amiaplacidus

      kiev c’est le berceau de la russie


    • Xenozoid 27 juin 18:37

      @Xenozoid

      la crimee c’est la guerre,The Crimean War (1853–1856), a conflict fought between the Russian Empire and an alliance of the French Empire, the British Empire, the Ottoman Empire, the Kingdom of Sardinia, and the Duchy of Nassau, was part of a long-running contest between the major European powers for influence over territories of the declining Ottoman Empire. Russia and the Ottoman Empire went to war in October 1853 over Russia’s rights to protect Orthodox Christians ; to stop Russia’s conquests France and Britain entered in March 1854. While some of the war was fought elsewhere, the principal engagements were in Crimea.


    • izarn izarn 27 juin 22:00

      @amiaplacidus
      On ne peut pas comparer. La Crimée est russe depuis de siècles...
      Le Golan n’a jamais été palestinien, ni israelien...
      La Crimée, ce n’est que justice ; le Golan c’est une forfaiture.


    • Matlemat Matlemat 28 juin 00:44

      @amiaplacidus

      Sans oublier le Kosovo même s’il n’a pas été annexé par l’Albanie.


    • vesjem vesjem 28 juin 08:19

      @hemoroïd
      c’est du breton ?


    • Xenozoid 28 juin 13:11

      @vesjem

      l’autre il dit que la crimee c’est le berceau de la russie,je lui dis que non, c’est kiev.c’est francais ?

      apres c’était du grand breton

      kenavo


    • V_Parlier V_Parlier 27 juin 20:55

      Intéressant de lire ces explications chiffrées qui vont bien dans le sens de mon impression lors de mon voyage d’il y a un an... quelque part... chut...


      • JPCiron JPCiron 27 juin 22:35

        Le monde occidental ferait bien d’exiger un référendum pour les populations de Palestine, y compris donc les Israéliens et les Palestiniens réfugiés, afin de savoir s’ils sont favorable ou non à l’application du Droit International.

        .


        • Pere Plexe Pere Plexe 28 juin 10:03

          @JPCiron
          Le principe d’autodétermination des fois c’est bien (Kosovo) des fois c’est mal (crimée)
          Si on en croit la fameuse « communauté internationale »


        • HELIOS HELIOS 28 juin 10:16

          @Pere Plexe
          et la Catalogne ?... des fois on a pas le droit de demander aux habitants !


        • JPCiron JPCiron 28 juin 10:35

          @Pere Plexe

          Effectivement.

          Et des fois, la consultation des populations indigènes est simplement ignorée.
          Cela a été le cas pour la Palestine, déjà bien avant 1947. En effet, les Grandes Puissances avaient donné leur parole pour une colonisation, et ne pouvaient prendre le risque que les indigènes disent ne pas être d’accord.

          Il a donc été décidé d’utiliser un artifice : déclarer que les indigènes de Palestine n’étaient pas prêts pour s’auto-determiner. Le résultat pratique est que les indigènes Juifs ont bénéficié de de droit, tandis que les non-Juifs, les « Arabes », étaient toujours -et sont toujours- jugés incapables de s’auto-determiner.

          Bien sûr, ce n’est pas du racisme. C’est de la géopolitique. Laquelle ignore le Droit et la Morale.

          .


        • Ouallonsnous ? 28 juin 20:16

          @HELIOS

          Pour la catalogne, ce n’est qu’un « coup fourré » de l’Ueuropéiste contre l’état nation Espagne !


        • HELIOS HELIOS 29 juin 11:52

          @Ouallonsnous ?

          Cela voudrait(il dire que quand on veut se séparer, on n’a pas le droit, pour ne pas aider Bruxelles ?

          La Catalogne, comme le Pays Basque sont des entités déjà differentes en Espagne, des autres régions.
          L’Espagne n’a pas, comme la France, unifié les régions. Ils le payent (pas vraiment) aujourd’hui. Rien de dit que cela ne se fera pas un jour, Europe ou pas.


        • sylvain 28 juin 12:17

          ouai enfin l’ossétie du sud, l’abhkazie, la tchétchénie... n’avaient apparemment pas spécialement envies de faire partie de la Russie et je crois pas qu’on leur ai demandé leur avis .

          Je pense que dans la situation inverse, si l’ukraine avait annexé une partie de la Russie « avec l’accord de ses habitants », la Russie serait tout autant « hystérique », et aurait à coup sur déclenché une guerre . Cet auteur aurait certainement trouvé que c’est une preuve de virilité et que la Russie ne se laisse pas marcher sur les pieds face aux manipulations occidentales .

          La Russie fait comme toutes les grandes puissances, elle demande quand elle sait que la réponse lui conviendra et qu’elle contrôle le scrutin

          C’est quand même drôle pour quelqu’un qui critique si durement les politiques impérialistes US parce que cet article aurait pu être sur l’irak qui se porte bien mieux après s’être fait envahir du fait de tous les supers investissements de l’oncle sam .

          Ce n’est pas du journalisme, c’est de la propagande


          • Matlemat Matlemat 28 juin 18:23

            @sylvain

            Les Occidentaux qui soutiennent l’Ukraine ne sont pas prêts à mourir pour la Crimée, les Russes, oui.


          • doctorix doctorix 28 juin 18:27

            @sylvain

            du fait de tous les supers investissements de l’oncle sam .

            Les USA, en l’occurrence, ont surtout investi dans l’industrie du cercueil, en particulier du cercueil d’enfant, (avec 500.000 exemplaires), ces enfants morts dont Madeleine Albright disait que les tuer en valait la peine.
            https://www.youtube.com/watch?v=lbLCY4iHDRE
            A Hiroshima, ils n’avaient tué que 100.000 japonais, là ils ont fait plus fort, avec 2 millions de victimes.
            Peuple d’assassins, avec des salopards pour les défendre encore ici...


          • doctorix doctorix 28 juin 18:49

            @sylvain
            A propos, combien de Criméens Poutine a-t-il tués pour « annexer » la Crimée ?
            Rappelez-nous ?
            Je comprends que la Tchétchénie vous pose problème. Ce repaire de terroristes islamistes, vous auriez de loin préféré qu’il reste libre de nuire à la Russie selon les intérêts US.
            Poutine n’était pas du même avis.
            Vous avez vu des attentats en Russie depuis celui de Moscou, il y a 20 ans ?


          • sylvain 29 juin 12:17

            @doctorix
            le problème avec les poutinistes inconditionnels, qui forment un bloc compacte dans les articles de philippe khalfine ou christelle neant, c’est que dès qu’on critique un peu la politique Russe, vous êtes persuadés qu’on soutient les US . C’est vraiment typique des partisans, avec nous ou contre nous .

            Ceux qui laissent des commentaires ne les soutiennent pourtant jamais, et ont tendance comme moi à trouver les deux camps bien semblables dans leurs méthodes et objectifs .

            Les russes n’ont pas tués grand monde en Crimée ?? les US non plus en ukraine pendant cette « révolution » que vous décriez tant, ca vous empêche de les critiquer ?? Par contre les deux se sont bien lachés en tchétchénie et en Irak, mais normal c’était des sur des vilains terroristes islamistes ( tout un peuple ?? pas de probleme) . Si les US disent ca vous crierez à la manipulation, si c’est poutine vous vous mettrez au garde à vous

            Et les investissements de poutine en tchétchénie ?? Khadirov et des camps de concentration pour PD, mais faut bien commencer par quelque chose me direz vous

            L’auteur n’est pas bien meilleur, en Crimée à part une toute petite baisse du tourisme tout le monde est ravi et personne ne critique, heil my general !


          • doctorix doctorix 29 juin 16:58

            @sylvain
            Vous osez comparer les morts de Poutine avec les morts des présidents américains, anglais et français depuis 25 ans ?
            Un rapport sans doute de 1 à 100 ou plus ?
            De la même façon, vous oserez comparer les morts russes pour vaincre le nazisme avec les morts américains, anglais et français ?
            Cette fois, le rapport est inverse, mais vous l’ignorerez certainement.
            Vous parlerez même doctement des 15 à 20 millions de morts de Staline, en évitant de parler des 60 à 80 millions d’amérindiens massacrés par ces bons américains en dehors de toute période révolutionnaire.
            L’Amérique, c’est le camp du bien, qu’on se le dise !!!
            Je pense que Poutine tue par nécessité, mais que l’Amérique tue par habitude (peut-être même par plaisir). Mais ça n’engage que moi.


          • doctorix doctorix 29 juin 17:16

            @sylvain

            c’était des sur des vilains terroristes islamistes ( tout un peuple ?? pas de probleme)
            Parce que vous croyez que les populations tchétchènes soutenaient les islamistes qui les terrorisaient ?
            Vous croyez sans doute que la population d’Alep transformée en peuple-otage pendant cinq ans par les islamistes n’a pas apprécié d’en être délivrée par Poutine, tandis que les américains soutenaient les wahhabites financés par leurs alliés du golfe et qui les terrorisaient ? 
            Bien sur, vous me forcez à la caricature, et tout n’est pas rose. Mais comment faire autrement devant votre aveuglement ?


          • Matlemat Matlemat 1er juillet 13:05

            @sylvain
             C’est vrai il faut être neutre, si la Russie avait fait un coup d’état au Mexique les USA ne se seraient ils pas sentis agressés ? Ils auraient envoyés l’armée à coup sûr.
             Pour la Tchéchénie vous pourriez prouver votre neutralité en critiquant aussi le traitement des homosexuels en Arabie dite Saoudite, vous croyez vraiment que si les islamistes avaient gagnés en Tchéchénie le traitement des LGBT aurait été meilleur ? 
             


          • sylvain 2 juillet 17:14

            @doctorix
            vous savez la moité des ricains a l’air persuadé que les Russes ont fait un coup d’état en amérique, alors ...
            et ma foi je critique sans problème le gouvernement saoud, et pas que sur les LGBT . Ca ne suffira pourtant pas du tout à « prouver ma neutralité », puisque sur ces articles le seul moyen d’être neutre est de dire que Russie est le bien et les US le mal . Je trouve juste ca un petit peu manichéen voir totalement stupide.


          • Xenozoid 2 juillet 17:17

            @sylvain

            vous savez la moité des ricains a l’air persuadé que les Russes ont fait un coup d’état en amérique, alors ...

            non,la plupart savent qu’il est dans le spectacle,prouve moi le contraire


          • sylvain 2 juillet 17:27

            @doctorix
            Ce que j’explique dans le post auquel vous répondez est exactement l’inverse de ce que vous dites .
            je ne compare pas les morts russe aux américains ni aux francais ... ça n’a aucun intérêt, je ne parle pas du débarquement , ni des morts de staline et pas plus de ces pauvres amérindiens .
            Bref vous supposez, comme je ne suis pas « pro poutine » que je suis « pro US », je vous explique que ni l’un ni l’autre, je n’ai pas besoin d’un gentil et un méchant pour comprendre ( comme je peux ) le monde
            Votre dernière phrase résume parfaitement ce qui me dérange : poutine tue pour le bien, l’amérique pour le mal


          • Esprit Critique 28 juin 16:54

            Une avalanche de preuves de l’incompétence de Poutine et du génie de Hollandouille et de Macrouille !


            • JbLynx 30 juin 01:10

              @Esprit Critique
              De l’humour inversé pour parler d’un vrai président qui se bat pour son pays ! et de 2 traîtres notoire soumit à l’oligarchie UE !


            • Eric F Eric F 30 juin 10:54

              Tout est donc pour le mieux dans le meilleur des mondes. Il n’y a qu’un problème, de détail sans doute, c’est qu’il y a un traité dans lequel la Russie et les puissances occidentales ont garanti l’intégrité territoriale de l’Ukraine en échange de la destruction de son stock nucléaire. Non pas sous les tsars ou sous Staline, mais il y a 25 ans. Vous me direz, Trump a aussi déchiré un traité signé par son pays, celui sur l’Iran, les potentats se valent.


              • V_Parlier V_Parlier 30 juin 23:50

                @Eric F
                La Crimée a quitté l’URSS avant l’Ukraine et a été ensuite reprise par la force par l’Ukraine ( https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-vieux-pretexte-de-la-crimee-qui-189332 ) en 1995. Et 2019 moins 25 = 1994. Et oui, le traité avait été signé avant, à l’époque de la Crimée autonome. Mais bien sûr, à cette époque la Russie était par terre et tout le monde trouvait cette annexion ukrainienne normale, au point que ce n’était même pas la peine d’en parler.

                En conclusion : Ceux qui remettent en cause la Crimée hors de l’Ukraine doivent aussi remettre en cause, pour les mêmes raisons, l’Ukraine de l’Est hors de la Russie. Ballot !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès