• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cité interdite aux huissiers !

Cité interdite aux huissiers !

 

Mes amis d'Orly rappellent que cette affiche était sur tous les panneaux publics !

Que reste-t-il aujourd'hui de l'engagement de municipalités à s'opposer aux expulsions expulsives ?

 

Certains Maires continuent à signer des arrêtés anti-expulsion : Dix maires de communes des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val-de-Marne, des Yvelines et d’autres départements français. dix élus, la plupart communistes ont pris un arrêté "anti-mise à la rue".

"STOP aux expulsions locatives sans solution de relogement ! Avec 9 autres maires nous poursuivons la bataille pour le droit universel au logement et devant l'État avec un arrêté "anti mise à la rue". Protégeons les locataires en prolongeant la trêve hivernale", écrit le maire de Vitry-sur-Seine.

Des Préfets attaquent au tribunal administratif ces arrêtés afin qu'ils deviennent « illégaux », mais cette décision n'est pas que symbolique : des bailleurs sociaux hésitent et des expulsions peuvent être annulées ou reportées.

La Ville d'Orly n'est pas dans les signataires, autre temps, autres mœurs !

Revenons-en aux huissiers ;

régulièrement, pas assez souvent, à mon goût, les huissiers et la police sont accueillis comme il le faut par des locataires en colère qui empêchent les expulsions !

C'est illégal mais jeter une famille à la rue, c'est légal peut être, mais particulièrement inhumain !?

Des maires, sans malheureusement s'opposer aux expulsions prennent des décisions dignes que l'on ne peut qu'approuver : être présents ou envoyer un élu et un membre du CCAS pour accompagner la famille afin qu'elle soit hébergée et qu'une suite soit donnée pour un relogement ultérieur.

D'autres s'en désintéressent comme le maire de Fontainebleau qui, bien qu'en campagne électorale - moment des promesses - n'a même pas délégué un de ses représentants auprès d'une famille de quatre personnes, expulsée alors qu'elle avait payé sa dette !

Son adversaire politique, maire de Nemours, qui soutient une autre prétendante aux suffrages des électeurs de la deuxième circonscription de Seine et Marne, n'a même pas accompagné une famille de six enfants vers un relogement... L'édile n'empêche pas l'expulsion et en plus ne se préoccupe pas de la suite, c'est à dire de l'avenir de cette famille.

Ce sont les colibris solidaires bellifontains et le DAL 77 qui ont assuré l'accompagnement qui se poursuit.

Faut-il rappeler que nos associations de solidarité ne cherchent pas à inciter les locataires à laisser courir leurs dettes, bien au contraire ?

Nous leur rappelons que s'ils sont surendettés, ils peuvent déposer un dossier de surendettement à la Banque de France et qu'en tout était de cause, dans l'attente, il est indispensable qu'ils priorisent le règlement de leurs loyers.

Dans les deux cas cités et dans d'autres, nous demandons aux familles qui le peuvent de payer leurs arriérés, ce qu'elles ont fait... Malheureusement les expulsions ont été effectives.

En ce qui concerne les huissiers, ils sont bien souvent, insensibles au malheur des expulsés et ne prennent pas de temps de leur expliquer leurs droits.

Ces expulsions sont particulièrement inhumaines et nous partageons la colère des locataires contre ces huissiers qui, bien souvent, avant l'expulsion, les ont harcelés !

Oui, il faut privilégier la prévention aux expulsions locatives, prévention qui passe par des aides et des préconisations mais quand rien n'est fait par les décideurs pour empêcher l'expulsion ou préparer un relogement avec la famille, la mobilisation des voisins et des associations, pacifique mais très ferme le jour même de l'intervention de l'huissier et de la police ne peut qu'être saluée !

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • bonnot 23 mai 12:47

    Oui, il y en a assez de ces expulsions locatives .


    • jymb 23 mai 13:19

      Avec de tels raisonnements, on comprend mieux pourquoi certains quartiers sont interdits aux forces de l ordre...l’exemple vient d’en haut et le gosse qui constatera qu’on peux éjecter un représentant de la loi sera formaté à vie 


      • CHALOT CHALOT 23 mai 15:37

        C’est pacifique, totalement. Le nombre et la détermination sont la force.

        Ensuite, c’est le dernier échelon, l’ultime.


        • SilentArrow 23 mai 15:52

          @Chalot

          Article 40 de la Constitution :

          « 1. Chacun a droit au logement. Nul ne peut être privé arbitrairement de son logement.
          2. Les organes du pouvoir d’Etat et les organes de l’auto administration locale encouragent la construction de logements, établissent les conditions de la réalisation du droit au logement.
          3. Un logement est mis, gratuitement ou pour un loyer abordable, à la disposition des citoyens pauvres et des autres citoyens ayant besoin d’être logés sur les fonds d’Etat, municipaux et les autres fonds de
          logements, conformément aux normes fixées par la loi. »

          Petit détail, il s’agit de la constitution de le Fédération de Russie, pas celle de la France, grande championne des droits de l’homme.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité