• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Cochon qui s’en dédit

Cochon qui s’en dédit

Rencontre improbable, vendredi soir à Marseille, entre le président de la République et le leader de la France Insoumise. Mais la complaisance de ce dernier en a surpris plus d’un…

 

 Sur la vidéo qui circule de façon virale depuis samedi, leur connivence est manifeste. Les deux hommes, en souriant, se tapent amicalement sur l’épaule : « Je suis content que vous soyez dans ma circonscription. Dit Mélenchon à Macron. ». Et ce dernier de renchérir : «  On a des confrontations politiques. Nous ne sommes pas d’accord sur tout. Mais Jean-Luc Mélenchon n’est pas mon ennemi. ». Au journaliste qui rappelle au député des Bouches du Rhône qu’il déclarait, le matin même, dans la Provence qu’Emmanuel Macron – tout comme Angela Merkel – était un « contre-humaniste et le pire des xénophobes », Mélenchon, presque penaud, s’étonne : « J’ai dit ça, moi ? Non… ». Tout sourire, Macron ponctue : « Non, il n’a pas dit ça. Je ne le crois pas. ».

Et pourtant, le leader de la France Insoumise a dit ça et d’autres amabilités comme celle d’accuser le chef de l’état de « créer des conditions infernales dans la vie des gens  ». C’est écrit et chacun peut en prendre connaissance. Mais ce soir, l’ambiance est à la détente. Mélenchon pense sans doute à son intervention, dimanche, à l’université d’été de son mouvement. Quant à Macron, il a passé ce vendredi 7 septembre avec la chancelière allemande au palais du Pharo, pour parler d’immigration et de populisme en Europe ; pour imposer son projet d’union de la Méditerranée, aussi. Une rude journée, et pas seulement pour les deux chefs d’états. Alors, après le repas gastronomique concocté par Gérard Passédat, on comprend que Macron ait envie de se dégourdir les jambes sur le Vieux Port, à la rencontre des marseillais – lesquels ne sont pas tous ses supporteurs, loin de là ! En revanche on comprend moins bien ce que Mélenchon fait là. On a du mal à croire que leur rencontre, même fugace, soit fortuite et qu’elle justifie une pareille connivence. Certes, il y a le protocole et on n’attend pas que les deux hommes s’injurient ou en viennent aux mains. Mais on aurait pu penser que, dans une telle situation, une certaine fermeté soit de mise des deux côtés.

Car, enfin, depuis un an et demi, Mélenchon n’en finit pas de casser du sucre sur le dos du président de la République et d’appeler à l’insurrection populaire. Pour lui la politique macronienne, ouvertement libérale, est la plus opposée aux valeurs sociales qu’il défend. Et voilà qu’en sa présence, il adopte un ton consensuel et nie ses critiques du jour même. Une telle palinodie n’est quand même pas anodine. Elle a de quoi décevoir tous ceux qui ont placé en lui leurs espoirs d’une vie meilleure, d’alimenter aussi le vieux préjugé populaire du « tous pourris » - préjugé qu’il a lui-même largement répercuté au cours de sa campagne présidentielle. On pourra, si l’on est indulgent, mettre sa mollesse sur le compte de l’âge ou de l’heure tardive. Mais son attitude n’est pas prête d’être oubliée par ses électeurs et ses sympathisants. Il serait peut-être temps de passer le flambeau, Jean-Luc…

 

 Jacques LUCCHESI


Moyenne des avis sur cet article :  3.88/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Gwynplaine Joker 11 septembre 08:47

    « Il serait peut-être temps de passer le flambeau, Jean-Luc… »


    il serait surtout temps d’abandonner la politique-spectacle fascinée par les tribuns et les bêtes de scènes et de réduire le rôle du peuple à l’adulation (ou la haine) des idoles et de remettre en selle une vie politique réelle fondée sur des organisations puissantes dotées d’un autre projet que celui de changer de chef comme on change de slip !

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 septembre 09:59

      @Joker

      Le minimum que l’on puisse attendre d’un politicien, ou de tout personnage public, est qu’il soit capable d’assumer chacune de ses paroles ! ! !


    • Yanleroc Yanleroc 11 septembre 10:24

      @Jean-Pierre Llabrés
      Mouwarfff !!


      « Les hommes politiques doivent mentir, sinon on voterait pas pour eux ! »
      Et c’ est ce que ns voulons, des mensonges !
      La vérité rien à foot !
      Trop dur !

    • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 12:23

      @Joker


       Premier de cordée VS premier de gueulée : 1 pour Macron 0 pour Mélanchon la France soumise ....

    • Alren Alren 11 septembre 17:20

      @Joker

      "il serait surtout temps d’abandonner la politique-spectacle fascinée par les tribuns et les bêtes de scènes et de réduire le rôle du peuple à l’adulation (ou la haine) des idoles et de remettre en selle une vie politique réelle fondée sur des organisations puissantes dotées d’un autre projet que celui de changer de chef comme on change de slip !"

      La politique-spectacle ramenée à des effets de scènes à des bons mots, à des « tacles » verbaux c’est toujours une façon pour les adversaires du peuple, journaputes et merdias de ne pas parler de l’essentiel : le programme.

      La droite et l’extrême droite a toujours cherché à mettre un homme providentiel en avant pour, comme l’arbre qui masque la forêt, faire oublier cet essentiel. Qu’il s’agisse d’un Hitler ou d’un de Gaulle.

      Nous autres à la France Insoumise, essayons en permanence de rappeler le programme « l’Avenir » en Commun" qui est l’engagement de 400 000 personnes, nos ennemis de classe reviendront toujours à attaquer Jean-Luc Mélenchon sur des queues de cerise montées en épingle et utilisées pendant des semaines si possible.

      « Il serait peut-être temps de passer le flambeau, Jean-Luc… »

      C’est ça le rêve de ces pauvres types qui ne comprennent pas que les qualités extraordinaires d’orateur de JLM ne suffisent pas à expliquer le succès du mouvement de la FI.

      S’il pouvait avoir un accident mortel ... L’ultralibéralisme perdurerait une éternité. Voilà ce qu’ils espèrent secrètement.


    • malitourne malitourne 11 septembre 17:25

      @Alren
      Tant qu’il reste prudent au volant et qu’il évite de parler de Frexit, je pense qu’il vivra vieux et que l’UE restera ce qu’elle est.


    • Cateaufoncel3 11 septembre 17:28

      @Alren

      « Vous n’êtes pas mon ennemi », lui dit Macron, avec un large sourire. C’est dire si la caste le juge inoffensif. 

    • Alren Alren 11 septembre 17:36

      @malitourne

      "Tant qu’il reste prudent au volant et qu’il évite de parler de Frexit, je pense qu’il vivra vieux et que l’UE restera ce qu’elle est."

      JLM ne conduit pas. Mais effectue de longs et harassants déplacements pour son combat politique.

      L’arrivée au pouvoir de la FI sera le début d’une guerre contre son gouvernement, nous le savons.

      Les « démocrates » n’accepteront pas le vote populaire ni en France, ni à l’étranger : les USA aboieront les plus forts et menaceront.

      Cette guerre, espérons-là non-violente, demandera des manœuvres pour être victorieuse qui ne peuvent et doivent être trop détaillées à l’avance.

      Le frexit à la Asselineau dans le respect des traités européens qui justement ne doivent plus s’imposer à la France, n’est pas la bonne solution.


    • malitourne malitourne 11 septembre 17:43

      @Alren
      « Le frexit à la Asselineau dans le respect des traités européens qui justement ne doivent plus s’imposer à la France, n’est pas la bonne solution. »

      Vu comme ça en effet. Vous concédez quand même que c’en est une, même si vous pensez qu’elle n’est pas bonne.

    • alinea alinea 11 septembre 20:52

      @Alren

      Dans quel monde vivent-ils ? Il faut absolument que je comprenne à fond leur incroyable appétit d’un surhomme, parfait, chacun le sien bien sûr, - et cette inconscience à ne pas le remarquer-, et d’un autre côté reprocher à Mélenchon un ego surdimensionné, une ambition bassement matérialiste, alors que son ba ba est le contraire de ça !!
      Enfin, je me serais sentie bien plus con que lui si j’avais dit du mal de quelqu’un devant quelques autres, et que le rencontrant inopinément peu après,quelqu’un lance ce que j’avais dit devant lui. Il ne s’en est pas si mal tiré je trouve !
      La pute, c’est le journaliste, juste là pour semer la merde ; et ça marche du feu de dieu !
      Et Macron très policé qui joue Jupiter clément, et les autres qui comprennent qu’ils couchent ensemble.
      Quel pays, est-ce ainsi que les hommes y vivent ?

    • bob14 bob14 11 septembre 09:07

      La rencontre de l’incompétence sur le « PORC » de Marseille..Le SOT-MAIE crade de la politique-friction...Un grand jour pour la France…. smiley


      • Zaza Zaza 11 septembre 10:07

        Ne surprend que ceux qui ne connaissent pas Mélenchon. Gremetz avait dit que c’était juste un opportuniste faux-cul, cacique du PS devenu véreux quand Jospin l’a envoyé paître.
        Ce personnage sue le ressentiment par tous les pores, la haine des « blonds », de sa propre culture, du PS, du PC, mais c’est aussi un lâche.
         
        Le petit épisode face à Macron l’a bien montré, quel guignol !
         
        LFI c’est à l’Assemblée Nationale Obono mâchant son chewing-gum comme une vache derrière cette baudruche se prenant pour un grand politique, mais juste une queue.


        • Yanleroc Yanleroc 11 septembre 10:49

          @Zaza, il se voit comme 1er Sinistre, seul tremplin pour lui pour la Présidence, il apprend les bonnes manières ! 


          Il est du coté du manche, dommage pour les militants qui se font berner, ’vont voter Li Pin..qui ne veut pas du pouvoir !..Tant mieux, les politiques sont des parasites, 
          les militants, des opportunistes, des naïfs ou des impuissants,
          reste les philosophes..hum..pas sur que ça suffise !

          Les militants « conscients » ne doivent pas suivre le Chef, mais le pousser, fort !




        • arthes arthes 11 septembre 13:22

          @Yanleroc

          Il aurait dû envoyer son hologramme. ..lol

          Idee : 
          Un candidat FI drone ?
          Estampillé IA et guidance à distance par la kommendatour du parti ?

          Fiction amusante.



        • cevennevive cevennevive 11 septembre 11:36

          J’en suis restée bouche bée... Et un peu écoeurée.


          Cette saleté de politique spectacle me rend malade !

          Ne pourrait-on pas imaginer qu’un pays « démocratique » soit gouverné sans y mêler des injonctions et des attitudes « politiques » ?

          C’est scandaleux.

           

          • bébert 11 septembre 20:21

            @cevennevive
            Et oui chère Madame vous avez sous les yeux le bal des faux cul , les militants croient dur comme fer , les leaders politiques eux jouent pour être kalif à la place du Kalif , un peu comme les curés et les croyants .


          • alinea alinea 11 septembre 20:38

            @cevennevive

            Je suis étonnée que tu réagisses comme ça ! La confusion de mélenchon ne vient que du fait de la surprise de cette rencontre, et la question du journaliste est très piégeuse ; l’ambiance dans les rues n’était pas à la guerre civile et Macron est président de la République, Mélenchon pas un lycéen qui lui lancerait : alors manu, tu veux enfermer les gosses dans des camps ? de plus je suis sûr qu’il n’y pensait plus du tout à cet instant.
            Mais il est bien évident qu’il défendra ses arguments face à lui quand la situation l’autorisera.
            On lui reproche de n’avoir pas eu la bonne répartie ; mais je n’ai lu personne me dire quelle aurait été cette répartie !
            Mélenchon, c’est pas un ouvrier qui laisse sortir sa colère ancrée en lui quand il croise le dirlo au coin d’un couloir ! C’est un mec qui se présente aux élections présidentielles !
            je n’aime pas non plus qu’il n’ait pas eu de répartie, j’aurais bien aimé qu’il le mouche, mais c’était quand même pas évident, d’autant plus qu’il est très respectueux des codes de conduite du grand monde !! sans doute un reliquat de vieux complexe de petite gens ou bien simplement un savoir-vivre adaptable au monde que l’on croise.

          • cevennevive cevennevive 12 septembre 06:19

            @alinea, bonjour,


            Oui, mais ce qui m’a ébranlée, c’est cette attitude :

            « moi, j’ai dis ça ? Surement pas  ! »

            alors qu’il venait de le dire il y avait seulement quelques heures...

            Je veux bien qu’il ait pris cela à la plaisanterie, mais ça fait un peu « beauf » ou « café du commerce à l’heure de l’apéro » tout de même.

            La réponse ou l’attitude que j’aurais pensé qu’il adopte, c’est « Je fais mon boulot de candidat d’opposition, et je ne peux me comporter autrement » avec un grand sourire.


          • alinea alinea 12 septembre 15:07

            @cevennevive

            écoute ça, à voir plus on entend mieux ! je viens de le trouver, j’aime bien michèle tirone !!

          • Elliot Elliot 11 septembre 12:12

            Qu’eût-il fallu qu’il fît ? 

            Se précipiter à la gorge de Macron et l’agresser comme un vulgaire Le Pen en son temps avec une candidate socialiste sur un marché d’Île de France ou se comporter de manière civilisée au risque de laisser apparaître une connivence qui n’est jamais qu’une apparence de respect de bonnes manières. 
            Quant à la formulation de son jugement sur Macron, il n’était jamais qu’une exagération comme il y en a des dizaines de tout le monde confronté à l’exubérance du meeting.
            Il a visiblement admis qu’il y avait quelque abus à mettre un Macron sur le même plan qu’une Le Pen ou un Salvini. 
            Ses mots ont dépassé sa pensée, ce qui ne dédouane en rien Macron qui est, lui, contrairement à Mélenchon ou à Le Pen, en capacité d’infléchir ou de durcir la politique d’accueil.

            • Gwynplaine Joker 11 septembre 14:20

              @Elliot

              Que vouliez-vous qu’il fît ?

              Qu’il mourût,
              Ou qu’un beau désespoir alors le secourût.


            • bébert 11 septembre 20:23

              @Elliot
              Et oui c’est beau la croyance !!!!


            • alinea alinea 11 septembre 20:41

              @Elliot

              Je viens de lire votre réponse après avoir fait la mienne.
              On s’accorde là-dessus !! smiley

            • jakem jakem 11 septembre 22:14

              @Elliot

              Ah ! l’exubérance des meetings ! la ferveur de la foule ! ...

              Mais, dites-moi, ça vaut aussi pour d’autres alors ? non ???

              Vos paroles sont à retenir : « ... laisser apparaître une connivence qui n’est jamais qu’une apparence de respect de bonnes manières. »

              C’est très bien dit et à mon avis, souvent fort juste.

              Ce qui m’étonne et me fait ricaner c’est les incendies qu’on déclenche contre d’autres quand ils se comportent avec autant de courtoise.

              Et je ris franchement, on est plusieurs, en voyant le révolutionnaire en chef être poli comme un enfant de choeur devant le curé alors qu’il vitupérait contre ce monstre sanguinaire, ce banquier vendu au grand capital, ce xénophobe de la pire espèce ...

              Une fois de plus je me félicite ( je t’accorde un cigare ! ) de n’avoir pas voté pour lui ; ni pour l’autre d’ailleurs.

            • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 12:21

              Rencontre improbable, vendredi soir à Marseille, entre le président de la République et le leader de la France Insoumise. 

              Mélanchon est une couille molle , un roquet qui aboie derrière son grillage , un premier de gueulée, on l’a bien vu face a Manu avant hier et bien avant face a Cahuzac a la télé ou il faisait le limaçon sur sa feuille de salade ....

              Mélanchon est comme le brochet un fois pêché et la tête enlevée il ne reste plus que la queue ....


              • cric 11 septembre 19:03
                @zygzornifle


                « Mélanchon est comme le brochet un fois pêché et la tête enlevée il ne reste plus que la queue .... »

                 Bref tout en gueule...






              • foufouille foufouille 11 septembre 14:32
                il suffit de revoir son off avec ses potes journalistes ou sa discussion gentille avec marine ...........
                une racaille de bourgeois.


                • Delphus Delphus 11 septembre 17:38

                  Je me souviens de Rocard et chirac, s’écharpant dans un débat et se faisant quasi la bise à grand renfort de tapes dans le dos, après avoir quitté le plateau...Ils sortent des mêmes écoles, des mêmes cénacles... ils ne sont mue que par leur petite carrière flattant leurs égos. Pas d’idéologies bien sur, il n’y a qu’a voir le nombre de gens de droite ou de gauche qui ont rejoint LREM au dernier moment, pour un peu de pouvoir et de gloire. Le peuple ? Les citoyens ? L’intérêt du plus grand nombre ? Pfff...qui peut encore penser que cela a de l’importance pour eux ?

                   

                  • jymb 11 septembre 18:35

                    Mélenchon...

                    Mélenchon...je ne vois pas....

                    Ah oui, le copain de Macron ! le révolutionnaire en pâte à modeler ! Celui qui a faire rire aux larmes les marseillais qui en avaient bien besoin pour compenser une ville paralysée par la venue d’un indésirable 

                    Tenez, un petit cadeau d’ambiance 



                    • jakem jakem 11 septembre 20:54
                      Qu’aurait-il dû faire, Mélenchon ? rester courtois, serrer la pince de Macron et aquiescer ( mais nom de Dieu ! comment on écrit ce mot ?!) à la question du journaliste et la répéter sur le ton affirmatif, si possible avec un sourire carnassier.

                      Il n’y-a pas si longtemps les défenseurs de Mélenchon avait accablé, agonie de reproches le Macron qui avait eu le culot ! de reprendre un jeune couillon.

                      Donc : on peut critiquer sans limite l’un mais surtout pas l’autre !

                      Moi je critique sévèrement les deux.

                      « Beide ,Majestät ! » ( réponse d’un soldat mercenaire étranger dans l’armée allemande à Guillaume chose truc 1 ou 2 )

                      • Delphus Delphus 11 septembre 23:33

                        @jakem
                        Mais non de dieu ! c’est « acquiescer » ...et...Frédéric Guillaume chose III...


                      • jakem jakem 12 septembre 09:04
                        @DelphusJawohl ! merci !

                      • Passante Passante 11 septembre 21:18
                        et préservez-nous de la terreur des caméras,
                        amen.

                        • xiyih@bit-degree.com 11 septembre 23:44

                          les cochons sont des êtres a part entière extrêmement intelligents donc tout va bien, les manger une profession de foi, bon , tout est bon ds le cochon


                          • Jean Keim Jean Keim 12 septembre 07:57

                            Un homme qui s’affuble d’un adjectif qualificatif par exemple un homme politique, ou un homme catholique est-il toujours un être humain à part entière ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès