• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Colère du peuple irakien et théorie du complot

Colère du peuple irakien et théorie du complot

JPEG

Les États-Unis et l’Arabie saoudite sont les coupables des émeutes actuelles en Irak, selon le commandant adjoint des Gardiens de la révolution en Iran, le major Mohammad Ali Jafari.

«  La nation irakienne devrait savoir que tant qu’ils ne se débarrassent pas des Américains et qu’ils restent en Irak, les Américains trament toujours des complots, entrent en contact et provoquent les gens trompés ou insatisfaits,  » a dit M. Jaafari.

Cette déclaration pitoyable était un commentaire sur les manifestations de colère en cours en Irak. Depuis le début du mois d’octobre, les manifestations ont fait 250 morts.

Jaafari et le régime des mollahs iraniens ne comprennent pas que les manifestations irakiennes sont avant tout contre la corruption et la détérioration de la situation économique en Irak.

Il est tellement ridicule d’imputer de telles conditions à des parties comme l’Arabie saoudite ou même les États-Unis. L’Iran lui-même se vante, aux dires de ses dirigeants et responsables, de son influence en Irak. Certains de ces responsables ont parlé du contrôle et de «  l’occupation  » par l’Iran de quatre capitales arabes, dont Bagdad, cette vieille capitale arabe, qui a longtemps résisté à tout conquérant.

Jaafari n’a pas compris la magnitude et la géographie de ces manifestations. Il a choisi de réciter le discours naïf sur la théorie du complot épousée par les mollahs et d’accuser les puissances étrangères de provoquer les catastrophes qu’ils causent, que ce soit pour les Iraniens ou pour les autres pays où ils sont intervenus.

En Irak, la plupart des manifestants sont des jeunes. Tous les gouvernements successifs n’ont pas réussi à leur donner une perspective claire de leur avenir ou une lueur d’espoir pour un avenir meilleur. Quand même, le pays est le cinquième producteur mondial de pétrole et le deuxième producteur de l’OPEP après l’Arabie Saoudite.

Au cœur de la véritable crise irakienne se trouvent la corruption et le chômage. Elles sont le résultat d’une mauvaise gestion, de l’échec des gouvernements, ainsi que de la transformation de l’Irak, pays géostratégique, en un simple marché consommateur des produits iraniens.

L’Irak est classé parmi les pays les plus corrompus du monde, selon un certain nombre d’indicateurs de la corruption dans le monde. Le corollaire en est la perte de responsabilité, de transparence et de la communication politique.

Se concentrant surtout dans les zones chiites et non pas sunnites, les manifestations ont transmis un message très important de la chute du sectarisme, qui a engourdi les Irakiens pendant de nombreuses années et qui ne leur a apporté aucun progrès au niveau de leur vie quotidienne.

On ne peut pas dire, comme l’ont dit certains médias occidentaux, que les hommes masqués et vêtus de noir qui tirent sur les manifestants dans les rues des villes irakiennes appartiennent à des milices chiites pro-iraniennes. Mais la plus grande question demeure  : Qui est en train de faire feu sur les jeunes Irakiens  ?

Le régime des mollahs récolte ce qu’il a semé au fil des ans. Pour le régime, la colère des peuples irakien et iranien est déplorable et leurs manifestations contre la corruption sont un complot extérieur, même si le régime lui-même a soutenu les manifestations d’autres pays, les qualifiant de revendications pour la liberté et la démocratie. La politique de deux poids, deux mesures des mollahs révèle leur refus de reconnaître les réalités résultant de leurs interventions dans les affaires des pays arabes.

Les peuples irakien et libanais sont victimes du sectarisme et subissent de plein fouet l’ingérence de l’Iran et de ses mandataires dans la décision politique des deux pays.

Les mollahs doivent comprendre le message irakien-iranien et la conscience du peuple. La scène des manifestants irakiens qui ont déchiré l’image du Guide suprême iranien Ali Khamenei à Karbala mérite une pause prudente de la part des mollahs. Il ne faut pas blâmer les autres pays et partis mais revoir ses politiques et cesser ses interventions.

Le sectarisme n’est pas un chèque en blanc qui fait oublier aux gens leurs souffrances et la persistance de politiques interventionnistes dévastatrices pour la vie des gens.

Ce qui se passe à Bagdad, à Karbala, à Nadjaf et à Bassorah est une indignation publique spontanée face à l’échec des politiques gouvernementales, à la corruption endémique, à la pauvreté, au chômage et à l’absence de services publics. Tout celà se déroule dans un pays riche en ressources humaines et naturelles, mais qui a été pris dans une alliance impie entre certaines élites politiques et le régime des mollahs.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.19/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    



    • sls0 sls0 8 novembre 14:16

      Des chiites qui manifestent contre des chiites, pourquoi pas.

      Les USA ne sont pas responsables des conditions de vie actuelles, pourquoi pas.

      C’est suite à la corruption actuelle que les centrales électriques ont explosé et que le réseau d’eau a été détruit, pourquoi pas.

      Vu les conditions de vie pitoyables actuelles, qu’il y ait des manifs est normal, peut être que le retard de la remise en état est dû à de la corruption, mais ça coute cher tout ça. La remise en état de l’Irak c’est en milliards que ça se compte.


      • phan 8 novembre 15:27
        Selon la théorie du complot, l’Irak possède des ADM ...

        • machin 8 novembre 17:34

          Un émirati donneur de leçons...

          C’est un sketch ?


          • doctorix doctorix 8 novembre 20:00

            @l’auteur

            Mais qui a mis en place ce gouvernement corrompu, sinon les USA ?

            Il ne s’agit pas d’une théorie du complot, mais de faits.

            La corruption s’installe partout où les USA mettent le nez. Elle fait partie du deal. Elle fait partie de la politique extérieure US depuis 60 ans.


            • titi 10 novembre 00:21

              @doctorix

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_perception_de_la_corruption

              Regardez qui est ex-æquo avec l’Irak ?


            • Kapimo Kapimo 9 novembre 12:56

              La colère des Irakiens face à leur classe dirigeante corrompue et incapable est réelle, et leur révolte est légitime.

              Mais comme dans de nombreux cas, elle est entretenue, encadrée et canalisée de manière à s’en prendre directement ou indirectement à ceux qui tentent de résister à l’hégémonie impériale. C’est toujours la même technique colonialiste : utiliser et dévoyer une cause réelle et juste pour ses propres intérêts géopolitiques souterrains.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès