• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Collapsologie et créationnisme, entre « millénarisme » laïc et religieux, (...)

Collapsologie et créationnisme, entre « millénarisme » laïc et religieux, mêmes perspectives ?

La collapsologie est un courant de pensée annonçant un effondrement planétaire et systémique imminent de la civilisation industrielle qui fait de plus en plus d'adeptes. Le créationnisme, très développée aux USA, est la pensée religieuse qui considère que la vie et l'univers, mais aussi une fin des temps proche sont la création de Dieu .

Quel rapport Entre les deux ?

La collapsologie désigne l’étude de l’effondrement de notre civilisation industrielle qui devrait aboutir à la disparition pure et simple des populations concernées (soit plusieurs milliards d’individus). celles-ci étant incapables de s’adapter à un monde où les « structures artificielles » dont elles dépendaient n’ont plus cours. Tout resterait donc à réinventer à partir de zéro pour les survivants. Une hypothèse qui rappelle, sous une autre forme, la perspective évoquée par ces « fous de Dieu » que sont les créationnistes.

La collapsologie sorte de « millénarisme laïc » avec la fin de notre civilisation comme objet d’étude

En 1992, Francis Fukuyama croyait voir dans l’effondrement du bloc soviétique les prémisses d’une « fin de l’histoire ». Aujourd'hui, les illusions de Mr. Fukuyama ont fait long feu. Mais trente ans plus tard, la collapsologie est-elle devenue un nouvel avatar des philosophies de l'histoire ?

Le terme a été forgé par les chercheurs Pablo Servigne et Raphaël Stevens et apparaît dans l’essai qu’ils ont publié en 2015 aux Éditions du Seuil, intitulé Comment tout peut s’effondrer – Petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes. L’idée d’effondrement de la civilisation industrielle est cependant plus ancienne. Elle a été notamment développée dans l’ouvrage The Limits To Growth, plus connu sous le nom de Rapport Meadows, écrit en 1972 par des chercheurs du MIT (Massachusetts Institute of Technology) pour le Club de Rome, et dont Servigne et Stevens se sont largement inspirés ainsi que d’autres études sur les mêmes thématiques.

Yves Cochet, ancien Ministre et Député des Verts, converti à la collapsologie, est formel : « le monde tel que nous le connaissons se sera effondré d'ici à 2030, entraînant la mort brutale de la moitié de la population mondiale ». Un scénario qu'il juge regrettable, mais parfaitement « rationnel ». Contrairement à d'autres écologistes, cet ancien mathématicien mène une vie conforme à ses idées, où il s'apprête à s'essayer à la permaculture, il n'a plus fréquenté d'avion depuis le sommet de Copenhague de 2009 sur le climat. D’après lui, pour survivre à cet effondrement, la solution n'est pas nationale ni internationale, elle est locale. Car l'effondrement marquera la fin de l'État central qui détient le monopole de la violence physique légitime. C'est avec nos voisins géographiques qu'il faudra créer des réseaux de solidarité. Il n'y aura pas le choix : il faudra s'entraider ou s'entre-tuer. Il faut donc créer des bio- régions, des éco-lieux, des biotopes de guérison humaine.

Le problème, si on suit de façon caricaturale, la théorie des collapsologues, parfaitement illustrée par Yves Cochet, les gouvernements, les partis politiques, les associations, notamment celles qui s’attachent à la problématique démographique alors que l’homme, par son nombre et son impact économique est devenue une force géologique destructrice ( l’anthropocène) qu’il faut maîtriser, les responsables politique ne pourraient plus rien pour stopper l’effondrement. La seule façon pour survivre c’est par le partage et l’entraide locale après que les trois quarts de l’humanité aient disparu…

Le créationnisme un « millénarisme » à référence exclusivement biblique...

Le créationnisme développe l’idée d’un monde créé exactement tel qu'il est décrit dans la Genèse, c’est à dire que la terre et les êtres vivants qui s'y trouvent ont été créés en l'espace de six jours il y a environ 6.000 ans par Dieu. Ils considèrent une prophétie décrivant les grandes lignes des surprenants événements des temps de la fin et qui est une révélation des terribles événements qui affecteront le monde entier. Selon eux, en se référant à certains passage de la bible qui annoncent le pire, la fin du monde étant proche, car il est caractérisé par ce qui arrive aujourd’hui avec les conflits régionaux, les guerres, le terrorisme, les tremblements de terre, les inondations, les sécheresses, les incendies, les famines, les épidémies les catastrophes climatiques etc. etc. il faut donc s’y préparer, d’où, par exemple, la construction « d’arches de Noé » pour faire face au cataclysme des inondations qui affecteront la planète …

Les créationnistes tentent parfois de donner une apparence scientifique à la Genèse, en rassemblant tous les faits, archéologiques, paléontologiques, qui peuvent, selon eux, accréditer certaines phrases de ce livre. Leur problème est de faire de la Genèse un texte descriptif. Les faits qu’ils évoquent n’ont aucun lien entre eux, si ce n’est justement d’être présentés comme faits. Mais ce n’est en aucune façon une démarche véritablement scientifique, les créationnistes mettant simplement en relation des fragments de texte avec quelques faits ou hypothèses archéologiques ou paléontologiques traitées comme faits. En second lieu, ils cherchent à montrer que le texte de Darwin sur l’évolution n’est pas une théorie scientifique, mais une théorie philosophique.

Le créationnisme, inquiétant développement aux USA et au plus haut niveau de l’État

Aux USA, en Pennsylvanie, Kansas, Géorgie, Texas... La liste s'allonge. Depuis quelques mois, les créationnistes y lancent une inquiétante offensive, avec des campagnes où les initiatives se multiplient pour introduire le doute sur la théorie de l'évolution. L'offensive actuelle s'exerce surtout au niveau des programmes scolaires. Aux Etats-Unis, les écoles publiques dépendent de conseils d'administration qui sont élus à l'échelon des comtés. Il suffit d'une majorité au « school board » pour modifier les programmes. Dans une vingtaine d'Etats, les militants ont introduit des mesures pour affirmer que Darwin n'est pas infaillible. Les conseils scolaires sont relayés à l'échelon politique local. En janvier, un sénateur du Mississippi a introduit une proposition de loi visant à assurer"un traitement égal" pour les deux théories. Mais peut-il en être autrement quand le Vice-Président Mike Pence, lui, est un pur et dur, un soldat de la droite chrétienne ultra. Proche du Tea Party, qu’il juge parfois un peu trop mou, est aussi un créationniste et un "born again", c’est-à-dire un homme qui a retrouvé sa foi sur le tard et qui en devient un prosélyte zélé. A coté, Trump fait figure de démocrate laïc et Athé …

Points communs entre la collapsologie et le créationnisme

la collapsologie n’est pas une science puisqu’elle ne développe pas de conclusion objectives, vérifiables et reproductibles sur son objet d’étude. La collapsologie procède par intuition et déduction pour tenter d’anticiper et de prévoir les dynamiques des systèmes humains qui devraient mener à son effondrement. Néanmoins, en tant que discipline, la collapsologie fonde ses analyses sur les conclusions d’autres disciplines scientifiques, telles que la climatologie, l’écologie scientifique, l’économie ou encore la géologie.

De même, le créationnisme correspond à une hypothèse non scientifique (voire pseudoscientifique) même si une partie de ses adeptes peuvent le qualifier de « scientifique », quand ils tentent de justifier ses positions à l'aide d'un argumentaire qui se veut scientifique, dés lors qu’ils reconnaissent l'idée d'évolution et adoptent une position plus proche de la vision scientifique des événements. Mais, ils considèrent malgré tout que celle-ci est soumise aux plans, ou aux desseins, d'un « architecte » c’est à dire Dieu qui contrôlerait tout le processus. Ce qu'aucun élément scientifique ne permet d'étayer cette hypothèse, car là on est dans le délire pur et simple.

La théorie des collapsologues, où selon eux l’effondrement rapide et la disparition de la moitié de la population terrestre est inévitable et rien ni personne ne peut le stopper et les seuls qui au fond survivront ce sont ceux qui auront anticiper par des mesures locales de solidarité et d’échange ne rejoint -elle pas celle des créationnistes qui prétendent que conformément aux souhaits exprimés par « l’architecte céleste » (Dieu), on ne peut rien faire contre la fin des temps, tout au plus préparer quelques « arches de Noé pour être sauver des eaux »…

Entre bombe démographique, disparition des terres arables et épuisement des ressources, ne rien faire aujourd’hui c’est à court terme confirmer les thèses « millénaristes » laïques des collapsologues et religieuses des créationnistes 

Ne pas stopper une croissance démographique qui, si elle se poursuit à la vitesse d’un milliard d’habitants par décennie, comme ce fut le cas entre 2009 et 2019 ( 6,7 à 7,7 milliards) ce qui ferait 11 milliards de « bouches à nourrir » en 2050 (30 ans) et 16 milliards en 2100. Ce qui reviendrait à épuiser toutes les ressources naturelles, ainsi que toutes les énergies fossiles disponibles. Nul doute que les théories des collapsologues ou celle des créationnistes deviendront une certitude. En plus avec une perte annuelle moyenne de 100 000 km de terres arables, la boucle est bouclée.

Pour le pétrole, la théorie du pic pétrolier, aussi appelée Pic de Hubbert, énonce que toute ressource finie connaît un début, un milieu et une fin d’exploitation et que cette ressource atteindra tôt ou tard un niveau de production maximal qui marquera le début de son déclin. Cela veut dire qu’une fois le pic d’exploitation atteint et dépassé, le pétrole devient plus difficile et plus coûteux à extraire. Il devient donc plus rare. Le pétrole étant devenu le sang de l’économie mondiale, il est aisé de se figurer la crise cardiaque qui résultera de sa raréfaction et de sa disparition. Aujourd’hui, nous consommons 4 fois plus de pétrole que nous n’en découvrons.

Pour rappel : En 1956, le géophysicien Marion King Hubbert a prédit que la production de pétrole américain atteindrait son sommet à la fin des années 1960. Bien qu’il ait été lynché par ses pairs de l’industrie pétrolière suite à cette analyse, il avait raison. Il fut le premier à affirmer que la découverte de pétrole et son exploitation présenteraient systématiquement une courbe de vie en forme de cloche. Cette analyse est devenue célèbre et est maintenant connue sous le nom de Hubbert’s Peak. Pic de Hubbert, en bon français.

Comme l’exprimait Marion King Hubbert devant la chute toute tracée qu’il percevait pour nous du pétrole, « notre ignorance n’est rien à côté de notre impuissance à mettre à profit ce que nous savons . Si nous sommes impuissants face à l’imminence d’un pic pétrolier, nous pouvons en revanche nous préparer au mieux à ses conséquences ».

Au delà de la similitude sur la fin d’un monde, Il y a toutefois une différence de taille entre collapsologues et créationnistes

Pour les collapsologues, le constat est ferme et sans appel : l’écroulement de notre société industrielle est déjà en cours, il est irréversible et Les écosystèmes, tant au niveau local que planétaire, s’effondrent les uns après les autres, sonnant le glas d’une civilisation basée sur une croissance exponentielle dans un monde fini, donc aux ressources limitées. Ils procèdent ainsi à la compilation d’un grand nombre d’analyses et de méta-analyses sur des données clés (historiques et contemporaines) relatives à la démographie, aux ressources (énergie, alimentation, minerais et autres), au réchauffement climatique et toute autre thématique directement ou indirectement liée à l’activité humaine. Puis, dans un deuxième temps, ils en tirent des conclusions sur les effets induits, déjà effectifs et à venir.

Alors que les créationnistes, excepté la reconnaissance timide de l’évolution contrôlée par les mécanismes de sélection naturelle, mais qu’ils imputent aux plans, ou aux desseins, d'un « architecte » c’est à dire Dieu, il n’y a, ni ne peut y avoir pour eux de référence à des données scientifiques, tels que le font les collapsologues. Pour les créationnistes, les catastrophes, Les désastres qui se produisent à travers le monde ces dernières années et qui se sont aggravés, les tremblements de terre, les inondations, les sécheresses, les incendies, les famines et les épidémies qui surviennent fréquemment et se sont largement répandus, mais aussi la violence, les conflits régionaux et les attaques terroristes signent l’annonce de la fin des temps ;

Pour conclure

Malgré les différences d’analyses et de références pour les étayer, entre la fin d’un monde et l’effondrement démographique où seuls survivront celles et ceux qui auront su anticiper par des initiatives préventives telles qu’elles sont évoquées par les collapsologues et la fin du monde imputé aux plans, ou aux desseins, d'un « architecte céleste », c’est à dire Dieu, envisagée par les créationnistes, où seuls survivront celles et ceux qui auront su anticiper grâce notamment « aux arches de Noé », on ne peut donc que constater la similitude de perspectives finale entre ces deux « courants de pensée » très différents.

 

Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • L'apostilleur L’apostilleur 4 novembre 12:41

    La collapsologie et toutes les théories tendant à montrer le caractère inexorable de ce qui attend l’humanité se vérifiera un jour ou l’autre avec ces quelques chiffres et leur extrapolation « ...11 milliards de « bouches à nourrir » en 2050 (30 ans) et 16 milliards en 2100... »


    Ceux qui en doutent pourront toujours regarder l’extinction parallèle des espèces animales ou l’évolution des réserves d’eau de la planète pour se faire une opinion.


    Et s’ils résistent encore, qu’ils prolongent la courbe après 2100.


    • Daniel MARTIN Daniel MARTIN 4 novembre 13:19

      @L’apostilleur
      Je l’ai souvent rappeler dans des textes, L’écologie science démontre qu’aucune espèce ne peut proliférer indéfiniment au détriment des autres espèce comme le fait l’homme sans se mettre elle même en danger et disparaître. A l’intérieur de chaque espèce ce sont aussi les groupes les plus prolifiques qui font disparaître les autres...


    • JC_Lavau JC_Lavau 4 novembre 13:38

      @Daniel MARTIN. Les princes du WWF sont de ton avis : il faut exterminer un maximum de pauvres. Ces salauds de pauvres consomment trop !


    • San Jose 4 novembre 12:48

      Le marxisme aussi se déclarait socialisme scientifique, pour se distinguer des socialismes qu’il disait utopiques. Rien de plus normal : ou bien on est George Bush II et on déclare que l’emballement climatique n’est pas possible par que Dieu fera quelque chose, ou bien on est sur un continent juste un peu moins dingue et on se réfère à la science quoi qu’on ait à dire. 

      .

      Afin d’arrondir ma pension insuffisante je prépare un manuel d’astrologie scientifique qui devrait se vendre comme des brötchen, car il révélera enfin aux foules avides du secours des astres que jusqu’ici elles se sont fait berner par des astrologues utilisant un impuissant fatras symbolique au lieu de vérités de science. 


      • zzz999 4 novembre 13:28

        Mais à la fin qu’on s’en gausse ou pas on est très très mal barrés et il faudrait être aveugle ou particulièrement obtus pour ne pas le comprendre.


        • JC_Lavau JC_Lavau 4 novembre 13:37

          @zzz999. Je suis un être aimant. Permettez que je me gausse.
           
          D’autant que le pauvre Bonhomme d’Ampère, pour nourrir sa fém et ses gauss, est obligé de faire pousser des racines carrées dans un champ magnétique.


        • San Jose 4 novembre 13:47

          @JC_Lavau
          .
          On s’amuse bien, dans les prépas. 


        • zzz999 4 novembre 14:46

          @JC_Lavau

          Est-ce une raison pour torturer le nom du Pauvre Gauss ? ça a l’air bon ce que vous fumez ?


        • Alain 4 novembre 16:11

          @zzz999
          Chutt. Laisse JC_Laveau tranquille. C’est le plus grand savant qu’on n’est jamais connu. Ne va pas l’agacer. Laisse le fumer en paix. Dès que tu lui dit le mot ’« écologie », tu as droit à « guerre de religion » « génocide » « guerre civile » « terreur » « incroyant » « vas faire un tour chez ton psy ».
          Quelle idée as-tu que de vouloir l’exciter ?


        • San Jose 4 novembre 16:35

          @Alain
          .
          Vous êtes le plus grand orthographiste qu’on neigea met connu. 


        • Alain 4 novembre 17:25

          @San Jose
          C’est comme çà quand on tape trop vite sur son clavier...


        • San Jose 4 novembre 18:06

          @Alain
          .
          Comme ça, à moins que vous ne soyez psychanalyste.


        • JC_Lavau JC_Lavau 4 novembre 20:49

          @zzz999. Un nom d’unité d’après un nom propre ne prend jamais la majuscule du nom propre. 300 kelvin, quatre ampères, 2 tesla, douze volts...



          • Kapimo Kapimo 4 novembre 13:40

            Je ne comprend pas le dessein de cet article.

            Dire qu’une croyance religieuse possède une vision similaire sur un sujet donné x à celle du bon sens commun pratique, n’a rien de nouveau ou original.

            Il ne faut pas manger de porc parce que c’est impur (vision religieuse avec critères moraux & notion de péché), mais aussi parce que c’est susceptible de transmettre des maladies (bon sens pratique dans les société sans frigo).

            Et donc ? Doit-on en tirer des enseignements ?


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 novembre 13:48

              @Kapimo
              Et donc ? Doit-on en tirer des enseignements ?

              Par exemple que l’écologie n’est qu’une religion parmi d’autre (une religion en moins bien, soit dit en passant, puisque dépourvue de vie éternelle/après la mort).

              ça vous convient comme enseignement ?


            • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 novembre 14:27

              Cet article, excellent, aurait été meilleur encore, et surtout plus utile s’il avait oublié, dans sa conclusion, d’en rester à la similitude de perspectives finale entre collapsologie et créationnisme.

              La question à laquelle il faut désormais tenter de répondre très concrètement est celle-ci : Comment, dans le plus que vraisemblable effondrement annoncé par les collapsologues redresser la situation, dans la mesure du possible  ?

               

              Quatre premières réponses me paraissent évidentes :

              - le « possible » est extrêmement faible

              - un faible mais indispensable redressement n’est possible que dans un choix sociétal de type socialiste

              - c’est mondialement que ce redressement doit être pensé et mis en oeuvre 

              - ceux qui l’entreprendront doivent être conscients que les politiciens et les journalistes aux pouvoirs - de l’extrême Droite à l’extrême « Gauche » - dans les gouvernements et les médias dominants s’y opposeront.


              • zzz999 4 novembre 14:51

                @Pierre Régnier

                Bref comme je disais précédemment qu’on choisisse bêtement ou pas de se foutre des prophètes d’apocalypse on passera obligatoirement par la case « Mad Max » pour tout le monde à moins que Dieu décide que la gouvernance et donc l’orgueil ou l’amour propre de l’homme s’est pris une baffe suffisamment monumentale et n’abrège sa domination comme c’est indiqué dans le dernier livre de la Bible.


              • Alain 4 novembre 16:32

                Le pic du pétrole conventionnel a été franchi en 2006 (et reconnu par l’AIE en 2010). Les sables bitumineux et gaz de schiste nord-américains nous ont permis de tenir. Mais nous consommons actuellement 6 barils de pétrole pour 1 trouvé. Le pic du pétrole non conventionnel est prévu au alentour de 2025 avec une pente plus ou moins raide selon les analystes.

                https://aspofrance.org/2019/10/07/production-mondiale-de-petrole-laherrere-02-octobre-2019/

                La production des gaz de schistes américains stagne depuis plusieurs mois. On ne sait pas encore si c’est structurel (ce qui avancerait le pic) ou conjoncturel (attente pour revendre plus cher).

                http://www.2000watts.org/index.php/energies-fossiles/peak-oil/1135-energies-economie-petrole-et-peak-oil-revue-mondiale-octobre-2019.html

                http://www.2000watts.org/index.php/home/reflexion/1138-extinction-du-petrole-rebellion-des-majors.html

                Découvertes globales de pétrole et de gaz conventionnels depuis le début du siècle. Doc. AIE

                http://dr-petrole-mr-carbone.com/wp-content/uploads/2019/05/DecouvertesGazPetrole.png

                Evolution depuis 2010 des investissements amonts mondiaux pour l’approvisionnement en pétrole et en gaz. Doc AIE

                http://dr-petrole-mr-carbone.com/wp-content/uploads/2019/05/InvestissementsAmontsPetroleGaz.png


                • Tall Tall 4 novembre 19:37

                  Les « Jehovas » ont prédit la fin du monde pour demain, environ 157 fois depuis 1870. Et ils sont loins d’être seuls. Il y a toujours eu des prophètes de la fin du monde pour demain.

                  Vu leurs erreurs systémiques, je pense que c’est quand il ne diront plus rien que ça va devenir vraiment dangereux smiley


                  • Claudec Claudec 4 novembre 19:50

                    Alors que dans leur grande majorité les êtres humains en sont encore à une crise socio-politique, nous vivons les débuts d’un drame planétaire qui peut être fatal à notre civilisation à bref terme. Les êtres humains en douteront-ils encore en y succombant ?

                    La question prioritaire est aujourd’hui : Vaut-il mieux le progrès et un bien-être inégal pour 3 ou 4 milliards d’humains pratiquant une écologie dénataliste dans le respect de leur environnement social et environnemental, ou une indigence égalitariste et le saccage de la planète, par bientôt 11 milliards et plus de super-prédateurs  ?

                    https://pyramidologiesociale.blogspot.com


                    • ZenZoe ZenZoe 4 novembre 21:42

                      Il y a eu un film dans les années 80 qui m’a marquée, Mad Max.

                      C’est exactement vers ça qu’on se dirige à mon avis. Des hordes de sauvages itinérants affamés et violents, et des petites communautés terrifiées claquemurées dans des mini chateaux-forts fait de bric et de broc au milieu d’un paysage aride et dévasté. Un effondrement des sociétés plus ou moins brutal, plus ou moins long, mais un effondrement quand même.

                      L’histoire humaine est faite de cycles, et nous retournons tout droit au moyen âge à l’époque des invasions barbares. C’est écrit.


                      • Kapimo Kapimo 5 novembre 20:07

                        @ZenZoe

                        Les invasions barbares, c’est du temps de la fin de l’empire Romain.

                        D’autre part, le Moyen Age, contrairement à ce que nous on dit pas mal d’historien, était probablement un age d’or dans de nombreux domaines, si l’on excepte les guerres féodales et les bandes armées. Mais aujourd’hui, le monde est connecté et le restera : nul retour en arrière n’est possible.


                      • Old Dan Old Dan 5 novembre 02:08

                        A l’auteur : Bonne analyse !

                        J’vous propose la suite par l’avis d’un type sensé (Si vous ne le connaissez pas déjà)

                        https://youtu.be/XO4q9oVrWWw


                        • Trelawney Trelawney 5 novembre 07:59

                          En économie financière, il existe des personnes qui sont chargé d’identifier des marqueurs économie qui aboutirait à une criseDès que les marquenrs son identifés, il ont le choix entre s’adapter à cette crise économie ou spéculer sur cette crise pour en tirer un profit.

                          On peut dire sans être devin qu’en matière d’économie capitaliste et en matière d’environnement naturel, tous les voyants sont au rouge carmin.

                          Pensez que le proche avenir ressemblera plus au « soleil vert » dans le meilleur des cas ou « mad max » dans le pire n’est pas idiot. Croire qu’en collapsant ou en priant on peut l’éviter est idiot.

                          Aussi : dansons sur le pont en attendant qu’il s’écroule


                          • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 5 novembre 12:08

                            Avec les écolo il faut être patient.
                            Ils ont tendance à se bouffer la gueule entre eux .
                            Yves Cochet (enseignant) a déclaré :
                            -Le nucléaire sans pétrole ça n’existe pa
                            s .
                            hihiiiiiiiiiiiii. !!!!!

                            J’ me suis dit : Cochet = écolo réaliste ou provocateur mondain.

                            Puis de lecture en lecture j’ai vite compris que les têtes de gondoles de la politique politicienne avaient besoin d’un certain nombre d’imbéciles pour se faire la guerre.
                            Ces faire-valoir, le RN et les EELV...., sont eux aussi des têtes de gondoles parmi les seconds rôles . 

                             En fait, les fantoches du gouvernement actuel sont d’incroyables transfuges, d’apostats spécialistes de la reptation visqueuse. ( Cette fin de phrase je l’adore et je l’ai emprunté car 100% réaliste) 

                             smiley

                            • San Jose 5 novembre 22:54

                              @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                              .
                              Cochet a déclaré : le nucléaire sans pétrole ça n’existe pas
                              .
                              Un peu de charité.
                              Il faut bien lui laisser sa poignée de grammes de CO² au kWh, à cet écologiste.
                              Il faut du pétrole pour les engins qui creusent les mines. Mais on peut rassurer Cochet : on pourra toujours garder un petit filet de pétrole rien que pour permettre l’exploitation des centrales nucléaires. 
                              Et puis ! On aura en 2050 tous les transports et tous les outillages électriques. 


                            • San Jose 5 novembre 22:58

                              @Senatus populusque romanus 
                              .
                              Votre pseudo est une des astuces les plus fines que je connaisse. Quelle est son origine ? 


                            • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 6 novembre 12:14

                              @San Jose

                              Tout simplement la BD astérix .

                              SPQR est souvent interprété en latin. Et les français l’apparentent au fasciste.
                              Alors qu’il existe une version italienne Sono Pazzi Questi Romani.
                              (Ils sont fous ces Romains.)

                              Comme quoi, les choses ne sont parfois pas exactement comme on peut les imaginer. 

                               smiley

                            • San Jose 6 novembre 12:58

                              @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                              .
                              SPQR................les Français l’apparentent au fascisme
                              .
                              Savais pas.
                              Ce n’est pas la première idée qui vient à l’esprit d’un latiniste.


                            • robert 6 novembre 18:16

                              @SPQR Sono Pazzi Questi Romani
                              Cochet a pourtant raison.... le pétrole est nécessaire dans toutes nos activités.


                            • eddofr eddofr 7 novembre 12:35

                              La collapsologie est l’étude des phénomènes d’effondrement, comme l’écologie est l’étude des interactions naturelle.

                              Dans le cas de ceux que vous évoquez, on devrait plutôt parler de collapsologisme comme on parle d’écologisme.

                              Quand d’une discipline scientifique ou statistique se transforme en doctrine politique on sort effectivement du domaine des faits démontrés pour entrer dans celui des certitudes ex-nihilo.

                              Le monde a déjà connu des effondrements de civilisations, tels que l’effondrement de la civilisation Haumaka ou de la civilisation Maya.

                              Les tendances statistiques montre que « SI ON NE CHANGE RIEN » on va vers un effondrement de la civilisation industrielle capitaliste sur le modèle occidental.

                              Cela ne veut pas dire que ça va arriver, mais que ça pourrait arriver.

                              Cela ne se calcule pas en nombre de morts, mais en effondrement de systèmes, conséquences directes probables et conséquences indirectes plus ou moins probables.

                              La perte de la moitié de l’humanité serait la pire conséquence du pire scénario d’effondrement.

                              Tiens, la première guerre mondiale n’était-elle pas l’aboutissement d’un processus d’effondrement de la civilisation coloniale ? Je me demande ...

                              Et la crise de 1929 ...

                              Dans notre monde « globalisé », une effondrement local (géographique ou catégoriel) pourrait-il entraîner un effondrement global ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès