• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Colombie, le gouvernement refuse des fonds pour l’éducation et (...)

Colombie, le gouvernement refuse des fonds pour l’éducation et ordonne la répression !

En grève générale 600’000 étudiants et 61 universités publiques

Colombie, le gouvernement refuse des fonds pour l'éducation et ordonne la répression !

Eliécer Jiménez Julio

 

Plus de 250 détenus en procédure judiciaire et 500 blessés de différents degrés de gravité, parmi eux, des étudiants qui ont perdu la vue, c’est le bilan laissé jusqu’à présent par les attaques perpétrés par les forces publiques, l'ESMAD et la police colombienne contre les manifestations de protestation que les étudiants universitaires mènent dans toute la Colombie depuis plus de deux mois.

 

Un nombre supérieur à 600’000 étudiants appartenant à 61 établissements d'enseignement public, dont 32 universités, sont en grève générale accompagnés par des enseignants et de la communauté en générale. Ils réclament plus de budgets et de financements pour le bon fonctionnement des établissements publics d'enseignement supérieur en Colombie, a confirmé Fabricio Muñoz, responsable des étudiants et responsable de l'Association colombienne des étudiants universitaires, ACEU.

"Nous luttons pour sauver l'université publique du pays. En effet, depuis 1992, en Colombie, les différents gouvernements ont mis en place un processus de définancement de la éducation supérieur, qui a noyé le budget des établissements public à caractère scientifique et technologique ; les obligeant à augmenter les frais de scolarité et à vendre leurs services aux entités privées, entre autres. Les problèmes de financement et tout ce qui en résulte ont pour conséquence la perte de la mission, vision et valeurs des universités en tant que scénario de pensée." a indiqué le leader des étudiants.

 

Muñoz a dit : "L'Etat colombien doit aux universités publiques plus de 18,2 milliards de pesos (environ 60 millions de dollars), ce qui nécessite une injection budgétaire urgente de 4,5 milliards de pesos (environ 15 millions de dollars) et le gouvernement ignore nos revendications et les mobilisations, puis, il a tenté de s'asseoir pour dialoguer avec le mouvement des étudiants, mais, il ne l'a fait qu'avec les directeurs des universités à qui il a promis une augmentation dérisoire qui ne résoudrait pas le déficit de fonctionnement des universités aujourd'hui. Nous avons une table de dialogue avec le gouvernement mais cela n’a pas avancé car le gouvernement n’a aucune volonté de résoudre ce grave problème, ni de formuler des propositions à leur intention ».

 

Le leader étudiant a réitéré que "la seule réponse du gouvernement d'Ivan Duque contre la protestation est la répression, la persécution, l’emprisonnement, la judiciarisation et le passage à tabac des étudiants qui se mobilisent. « Nous sommes devant un gouvernement fasciste qui cherche seulement la stigmatisation et la criminalisation de la protestation ». En outre, il y a des centaines d'assassinats de dirigeants paysans et sociaux. Nous, les étudiants, avons peur de ce qui pourrait se passer lors de prochains jours de mobilisation que nous organisons en raison des menaces lancées par le ministre de la Défense qui ne propose que la répression.

 

Le porte-parole du leader étudiant de l'ACEU a confirmé que les journées de protestation en Colombie se poursuivront les 7 et 13 décembre et a appelé à la solidarité internationale afin que les étudiants de différentes universités en Europe, ainsi que les exilés colombiens et la communauté latino-américaine les soutiennent avec des journées de sensibilisation dénonçant la situation grave à laquelle les étudiants de l'enseignement supérieur en Colombie sont confrontés.

 

Finalement, Fabricio Muñoz a exprimé sa gratitude pour le soutien que les secteurs politiques et sociaux à l'étranger ont apporté en solidarité avec les luttes du mouvement étudiant, syndical et social colombien, en particulier à la Conférence Universitaire des Associations d’Etudiants de l'Université de Genève, Suisse-CUAE, le syndicat UNIA et le parti Solidarité. Cette journée aura lieu le 13 décembre au siège de UniMail, organisé par La plate-forme Suisse-latino-américaine pour la paix en Colombie" qui est constitué, entre autres, par le Parti Communiste Colombien, le nouveau parti FARC, La Colombie Humaine, Les Constituants des Exilés Colombien, Aipazcomun et On y Va.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 6 décembre 15:36

    "Le porte-parole du leader étudiant de l’ACEU a confirmé que les journées de protestation en Colombie se poursuivront les 7 et 13 décembre et a appelé à la solidarité internationale ..."

    Déjà solidaire d’une bonne douzaine de mouvements, chapelles et coteries allant des homosexuels anti-Trump aux Tibétains, en passant par les Sud-Soudanais, les Yanomamis, les supporters de Cédric Heroux, les végans de Corrèze du Sud, les garimperos du Costa-Rica et les seringueiros de moyenne Patagonie, les Bochimans du Kalahari, les abolitionnistes texans, les gilets jaunes citron de Sorrento et Amalfi, les arrière-petits-fils des rescapés de la Shoah, les victimes des banques suisses et celles de la propagande tabagique, je suis dans l’impossibilité matérielle d’ajouter votre noble cause à l’éventail de mes engagements, au sein desquels, à la différence de beaucoup, je ne fais pas semblant.


    • sls0 sls0 7 décembre 16:04

      Tut tut tut, un gouvervement fachiste ?

      Libéralement plus en avance qu’en France sans plus.

      Les USA essaient de reprendre les rênes en Amérique latine, on peut en voir l’impact au niveau des politiques.

      Je ne connais qu’une vingtaine d’étudiants colombiens, c’est vrai que leur façon de voir le futur ne colle pas trop avec la vision des marchés.

      Si une majorité pense comme eux je comprend qu’on veuillent en diminuer le nombre et ne laisser l’accès aux études supérieures qu’à la caste des riches.

      Le savoir est un pouvoir, pour certains le savoir n’est que pour les riches.

      Pour ceux qui ne connaissent pas l’Amérique latine, ici on s’est aperçu que le pauvre inculte est très manoeuvrable.

      Je paie des études, en ce moment j’en ai 4 à l’université, je fais du changement de caste.

      En France on a perdu la notion de caste riche ou pauvre, on a difficile à concevoir.

      Le pauvre inculte est très obéissant, si on lui dit vas me chercher...., il y va espérant quelques miettes.

      En France, la diminution du pauvre avec bagage intellectuel est en marche. Ca réagit moins car dans la rue du pauvre sans bagage intellectuel c’est pas trop courant. Ici c’est plus visible.

      Si coté gilets jaunes ça se casse la gueule, il y a des chances que ça deviennent visible en France.

      En Colombie un mec comme Pablo Escobar a pu passer pour un saint pour des pauvres*, c’est que quelque part l’état sa priorité c’est pas trop les pauvres.

      *Chez moi les études de médecine sont reconnues et pas trop chères. J’étais inclus dans une invitation de la promo 2016 d’étudiants colombiens.

      10 jours à Medellin (c’est beaucoup plus calme) Les étudiants sont vraiment tops, peut être un peu trop proches du pauvre si on a une vision ultra libérale.

      Pour la petite histoire :

      Il y a 6 millions de réfugiés colombiens au Venezuela et un million de réfugiés vénézuéliens en Colombie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès