• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Colonisation silencieuse : méthodes d’asservissement moderne sur (...)

Colonisation silencieuse : méthodes d’asservissement moderne sur l’exemple de l’Ukraine

Le printemps dernier, les Ukrainiens ont manifesté un niveau d'unité sans précédent, soutenant Vladimir Zelensky à l'élection présidentielle. Ils croyaient qu'une nouvelle personne en politique pourrait vaincre la corruption et donner une stabilité au pays. Aujourd'hui, leur élu a traîné un projet de loi au parlement qui dissipait toutes les illusions. Les autorités ont annoncé la vente de terres ukrainiennes.

JPEG

Le projet de loi a été discuté pendant longtemps et très peu de gens y ont vu quelque chose de positif. Il a été critiqué par l'opposition et les citoyens, en particulier les agriculteurs, jusqu'au dernier moment dans des manifestations dans tout le pays. Cela n’empêche toutefois pas le Parlement d’appuyer le projet de loi. Ce n'était pas difficile, étant donné que le parti présidentiel « Serviteur du peuple » représente la majorité. Bien que le rôle décisif ait été joué par les députés faisant pression au Parlement sur les intérêts de deux oligarques clés en Ukraine : Igor Kolomoisky et Rinat Akhmetov.

L’initiative du président consiste à permettre la vente et l’achat de terres agricoles. Du point de vue d'un État moderne et démocratique, ce n'est pas grave. Zelensky a également lancé un appel pour convaincre les gens de la justesse de son actions. Il a évoqué le fait que le marché foncier se situe aux États-Unis, en Allemagne, en Italie, en Israël et en Pologne. Et pour comprendre le problème, il est préférable de se tourner vers l'opinion des Ukrainiens. Leurs peurs se résument à deux aspects. Premièrement, ils ne veulent pas que la terre soit achetée par les oligarques locaux. Deuxièmement, ils ne veulent pas que la terre soit attribuée à des sociétés transnationales.

La logique est simple. Imaginez un agriculteur moyen qui cultive du maïs sur une petite parcelle de terre. Il vend la récolte et gagne un revenu suffisant pour vivre et faire pousser une nouvelle récolte. Mais ici, le marché foncier s'ouvre et une certaine société internationale achète une parcelle de terrain impressionnante dans le voisinage. Il commence aussi à faire pousser du maïs ici. La technologie moderne et les modifications génétiques lui permettent de niveler les pertes, et le capital de départ colossal et les volumes de production permettent de réduire le prix, de sorte qu'un agriculteur modeste ne sera pas en mesure de faire face à la concurrence. Il ne lui reste plus qu'à vendre son terrain. Maintenant, imaginez tout cela à l'échelle de tout l'État.

Bien entendu, le président Zelensky a promis d’exclure toute possibilité de monopolisation et de vente de terrains à des entreprises et des hommes d’affaires étrangers, mais c’est ici que commence le plus intéressant. Tout d'abord, il convient de noter que cette initiative n'appartient pas seulement à Zelensky. Le marché foncier est une condition pour la poursuite de la coopération avec le Fonds monétaire international. Et ici, il convient de garder à l’esprit que derrière cette structure financière se trouvent des gens riches ayant des intérêts spécifiques, dans la sphère de la terre ukrainienne.

Et maintenant sur les motivations de Zelensky. Son lien avec les cercles oligarchiques était toujours évident. Qui est-ce que cet Igor Kolomoisky qui a généreusement parrainé la campagne de relations publiques avant les élections et qui compte maintenant recevoir des dividendes ? La loi imposera des restrictions aux étrangers. Par conséquent, lors de la première étape, ils vont acquérir un terrain en l’enregistrant auprès de centaines de sociétés factices résidentes. À première vue, tout sera légal.

Il n'y a même pas de monopole. C'est là qu'un « trou » dans la loi apparaît, car il n'y a pas d'interdiction de la vente d'une entreprise avec des terres enregistrées à des étrangers dans le pays. C'est l'essence de l'escroquerie. Bien entendu, personne n’enquêtera sur de tels incidents, en raison de la corruption catastrophique des structures de l’État. Les élites ukrainiennes gagneront des millions sur la différence de prix et les terres agricoles tomberont entre les mains des entreprises.

La morale de cette histoire est que la terre a toujours été une ressource d’importance stratégique. Au cours de l'histoire de l'humanité, des guerres sanglantes se sont déroulées pour la terre. Et même l’Ukraine, le plus grand pays d’Europe, ne possédait pas toujours le territoire qu’elle distribue maintenant sans réfléchir à des forces extérieures. L’Union soviétique peut être critiquée à Kiev, c'est pourtant dans sa composition que l’Ukraine a reçu les frontières qu’elle a maintenant. En 1939, l'Ukraine a reçu des territoires occidentaux précédemment contrôlés par la Pologne. en 1940, la Bucovine du Nord et la Bessarabie du Sud ; en 1945, Zakarpattia et neuf ans plus tard, la Crimée. Et si, à Kiev, ils refusent avec véhémence de céder la péninsule, les autorités devraient également protéger le reste du territoire. Ces terres peuvent servir les intérêts de l'État et du peuple. Mais grâce aux efforts de Kiev, leurs profits s’instaureront dans le budget de l’Ukraine et dans les poches des élites du monde des affaires qui ne se soucient pas du sort de ce pays d’Europe de l’Est.

Source


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • JP94 14 novembre 16:26

    Pas sûr que les Ukrainiens aient vraiment cru à ce Zélenski : ils n’ont pas de choix, dans une dictature fasciste déguisée en pays démocrate europhile.Mais comment se débarrasser du précédent ...

    A Mada, il y a eu le même problème et ça avait mis Ravalomanana dehors...le FMI a bloqué le « gouvernement de la HAT » ( haute autorité de transition , après la chute de Ra8) ..bloqué financièrement, exigeant le retour de Ra8 ... en vain. Le blocage continué et après des années de tergiversations, le président félon et criminel ( car il a fait tuer à plusieurs reprises, a fraudé les impôts,brûlé les usines des concurrents auparavant) est revenu sans être outre mesure inquiété : mais sinon,le FMI bloque et les gens crèvent ; c’est un blocus. Le FMI veut les terres malgaches, les terres ukrainiennes pas pour lui mais pour les impérialistes.

    Je ne connais ici aucun Ukrainien ayant nourri la moindre illusion sur Zélenski.


    • leypanou 15 novembre 09:08

      Le marché foncier est une condition pour la poursuite de la coopération avec le Fonds monétaire international   : pas seulement le marché foncier mais tout, pour que les produits d’ailleurs subventionnés puissent inonder le marché local et tuer les petits producteurs locaux.

      Il n’y a pas longtemps l’Autriche ne permettait pas à des non-nationaux d’acheter des terres : je pense que l’adhésion à l’UE a dû l’obliger à supprimer cette interdiction.

      Tout le monde peut acheter partout fait partie du credo globaliste, mais ce ne sont pas les gens à 100€/mois qui iront acheter partout.


      • Spartacus Spartacus 15 novembre 09:25

        Entre Bravo et Kalfine, les copiés collés de la propagande Russe est assez pathétique.

        Agoravox est devenu la revue de presse des articles écrits a Moscou.


        • JC_Lavau JC_Lavau 15 novembre 09:46

          @Spartacus. Il me semble que durant l’occupation, et surtout à partir du débarquement, ceux qui voulaient vraiment savoir l’évolution des opérations prenaient la BBC après la radio autorisée, et faisaient la moyenne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès