• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment les banques « vendent » les dettes des clients et récupèrent une (...)

Comment les banques « vendent » les dettes des clients et récupèrent une partie en crédit d’impôt

Par Gérard Faure-Kapper

Dans les rapports annuels des banques, on trouve des choses surprenantes, voire scandaleuses, qui sont invisibles à l’œil nu.

J’ai sous les yeux celui d’une grande banque mutualiste régionale.
 

Page 23.

Je cite :

"Cession ce créances contentieuses

Pour la BPACA : cession d’un encours de 67 millions d’euros pour un montant de 21 millions d’euros, permettant de dégager un boni de 7,2 millions d’euros en coût du risque.

Pour le CMMLSO : cession d’un encours de 6,6 millions d’euros pour un montant de 1,9 million d’euros, permettant de dégager un boni de 0,9 million d’euros en coût du risque."

 

Ils avaient 73,6 millions de créances contentieuses. Pour faire simple, ce sont des clients qui ne payent pas.

Ils renoncent donc à 50,7 millions.

Ce qui leur fait en gros, 15 millions de crédit d’impôt.

Ce sont donc les contribuables qui vont payer à la place des mauvais payeurs et rembourser à la banque 22% de leurs dettes.

Ils ont aussi "vendu" cet encours à des cabinets de recouvrement pour 22,9 millions.

Que vont faire ces cabinets de recouvrement ? Ils vont harceler leurs victimes jusqu'à ce qu'ils payent. Mais la somme réclamée sera d'au moins 73,6 millions plus leurs frais.

La banque aurait pu renforcer son service contentieux, les seuls à même de recouvrer les créances.

Cette personne aurait coûté, pour un an, environ 50.000€.

 

Mais c’est plus simple de faire payer les contribuables.

 

Et tout le monde trouve ça normal, le Conseil d'Administration ne dit rien et ne trouve rien de choquant. La réponse habituelle : "tout est fait dans la légalité"

 

La Banque va me répondre : "Si ces créances ont été cédées, c'est que pour nous elles sont perdues".

Soit, mais alors, pourquoi les avoir vendus à des cabinets de recouvrement. Ceux-ci vous ont versés la somme de 22,9 millions tout de même ? Cela signifie donc que vous les avez... lésés en leur fourguant des contrats pourris ? Vous êtes plutôt malhonnêtes.

"Oui mais la Banque n'a pas ce type de personnel spécialisé qu'embauchent les cabinets de recouvrement".

Alors mettez une annonce à pôle emploi, ou débauchez une ou deux personnes de ces cabinets. Et puis, je sais très bien que le personnel des agences est parfaitement à même de faire ce job de recouvrement.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

30 réactions à cet article    


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 19 juillet 09:56

    Les banques sont les plus grands escrocs de tous les temps !! 
    Mais que fait-on ? ... Rien smiley


    • Jeekes Jeekes 19 juillet 10:27

      @bouffon(s) du roi
       
      Mais si on fait quelque chose.
      On les sauve quand elles boivent le bouillon !
      Avec notre fric, naturellement...
       


    • BOBW BOBW 21 juillet 10:26

      @bouffon(s) du roi : que fait-on ? Afin de nous asservir totalement à leur pouvoir vorace, avec une belle minorité des électeurs inscrits,on place un de leur piteux pitre complice à la tête de notre pays !.... smiley


    • BOBW BOBW 19 juillet 10:49

      Les Banques sont une véritable m.a.f.i.a. déguisée dont les dirigeants et certains actionnaires sont les parrains ! smiley


      • Pierre 19 juillet 11:09

        Dire que comptabiliser une perte fait payer le contribuable est un raccourci ultra court...


        • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 19 juillet 11:20

          @Pierre Oui, c’est un raccourci ultra court. Une perte est comptabilisé sur « perte irrécouvrable sur créance clientèle », compte de charge. Il va donc venir en déduction du bénéfice imposable. 


        • Pere Plexe Pere Plexe 19 juillet 19:57

          @Pierre
          C’est plus une clarification qu’un raccourci.


        • Pierre 19 juillet 22:25

          @Gérard Faure-Kapper
          Ah, ouais, vous avez vu où qu’on ne comptabilise pas une perte ? Même Mélenchon n’oserait dire une connerie pareille !


        • Seudo 20 juillet 09:09

          @Pierre

          « Une perte est comptabilisée sur « perte irrécouvrable sur créance clientèle », compte de charge. »
          Quel est le mot que vous ne comprenez pas dans cette phrase ?


        • joletaxi 19 juillet 11:49

          c’est fou hein.

          paraît même que la lumière continue à brûler dans certains bureaux.
          cette dépense sera comptabilisée en charge , et finalement la banque payera moins d’impôts
          salauds va, au lieu d’engager un type pour éteindre la lumière et l’allumer quand c’est nécessaire.
          Ils avaientt ça au moyen âge non ?


          • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 10:52

            @joletaxi
            Tous les propos absurdes ne constituent pas une preuve par l’absurde...

            Vous semblez l’ignorer.

          • sweach 19 juillet 13:47

            J’ai quand même un peu de mal à comprendre comment on peut à la fois renoncer à une créance, toucher un crédit d’impôt et en même temps revendre cette créance.


            Sinon comme toujours le crédit d’impôt est la source du problème, toutes les défiscalisations sont forcement source d’injustice.

            Avec la fiscalité en France nous avons des jeux de plus et de moins qui crée un boulguibougua incroyable et surtout cela s’applique en même temps.

            1) Les aides, c’est l’état qui vous donne de l’argent
            2) Les taxes c’est l’état qui vous prend de l’argent
            3) La défiscalisation, c’est l’état qui diminue la somme qu’il vous prend

            Bien malin celui qui peut prédire combien il va donner à l’état, car ces trois mécanisme bougent constamment et ceux qui profitent d’aide et de défiscalisation crée une injustice face à ceux qui ne peuvent ou ne savent en profiter.

            La solution est portant simple

            - Supprimer la défiscalisation
            - Soit l’état donne des aides, soit il prend des taxes
            - Le niveau des taxes doit être calculer sur un budget à l’équilibre (hors dette)
            - Toutes politique incitative doit se faire sur une baisse des taxes pour tous

            • Pierre 19 juillet 22:29

              @sweach
              Quelle bande de truffes ! Ce n’est pas un crédit d’impôt mais une perte qui diminue le bénéfice imposable, donc l’impôt, ce qui est le jeu normal de la fiscalité qui ne s’applique qu’à des profits nets. Décidément, l’Amérique ne cesse d’être découverte...


            • sweach 20 juillet 16:07

              @Pierre
              *Quelle bande de truffes ! Ce n’est pas un crédit d’impôt mais une perte qui diminue le bénéfice imposable, donc l’impôt*

              Formulé comme ça je comprend un peu mieux :-P

              Donc en renonçant à 50,7 millions de créances, ils ne payeront pas 15 millions d’impôt dessus.


            • Cali Cali 19 juillet 14:43

              Le vrai scandale c’est que les banques puissent déduire leurs pertes de leurs impôts (des pertes souvent liées à de mauvaises spéculations en plus !!) alors qu’elles s’en foutent déjà plein les poches avec les intérêts que les ménages et les états leurs payent sur les dettes... 


              Les banques ont tout les pouvoirs de nos jours, d’ailleurs le président est un ex banquier.

              • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 10:56

                @Cali
                Surtout que c’est précisément le risque que constitue un prêt qui justifie les intérêts prélevés par la banque.


              • Garibaldi2 24 juillet 11:08

                @Pere Plexe

                Vous avez tout dit, et aussi l’immobilisation du capital diront certains, mais dans le cas de la banque ... il n’y a pas de capital immobilisé puisque le crédit qu’elle vous accorde n’est qu’une ligne informatique, cet argent elle l’invente au moment où elle accorde le crédit. C’est beau la finance !


              • Alainet Alainet 19 juillet 17:39

                -  C’est 1 scandale de + que nous ignorions, bien entendu : 1 homme averti en vaut toujours 2 !
                - 1) Sur ce chapitre ; Pierre Jovanovic nous donne encore des avertissements sr ce qui se passe à notre insu, au niveau de l’UE & la BCE : https://www.youtube.com/watch?v=5N9R7nvl_rU&t=44s
                -2) La disparition du cash est envisagée et tout est fait pour encourager les commerces à refuser l’argent liquide comme en Suède... Visa en taxant chaque transaction virtuelle à 2% espère bâtir 1 empire financier ==> signez vite la pétition
                https://petitions.le-vaillant-petit-economiste.com/contre-disparition-de-largent-liquide/script/?sc=emtpamb
                -3) de nouvelles agences bancaires aux USA mais robotisées : Des machines pour vous servir. La banque américaine Bank of America vient d’ouvrir trois agences pas comme les autres, selon l’agence Reuters : ni conseillers bancaires ni guichetiers, juste des machines automatiques et un système de visioconférence pour pouvoir joindre un conseiller dans le cas d’une opération plus complexe... Votre conseiller change tous les quatre ou cinq ans parce que la mode veut qu’il ne faut pas qu’il crée de lien particulier avec ses clients. Votre conseiller est incapable de conseiller, recruté avec un petit diplôme de vendeur, la banque lui demande d’apprendre le discours commercial de la maison et le gratifie au taux d’équipement. Du coup, vous n’avez pas plus confiance en lui qu’en n’importe quel robot, et vous avez raison. Votre conseiller n’a aucun pouvoir. Si, il y a encore quelques années, votre directeur d’agence avait pouvoir de décision sur un crédit, un taux, un découvert, un aménagement de frais, une date de valeur, il n’en est plus question aujourd’hui. Il ne peut faire que ce que lui permet sa direction commerciale et doit référer et demander autorisation et contre signature pour toute décision...
                http://maviemonargent.info/les-agences-bancaires-seront-robotisees/


                • Lugsama Lugsama 20 juillet 07:39

                  J’ai pas compris ou était le scandale ? Est-ce de ne pas payer d’impôts sur de l’argent que l’on a pas gagné ??

                  Non plus l’arnaque avec les agences de recouvrement, elle semble acheter les dettes en connaissance de causes !!?


                  • Pere Plexe Pere Plexe 21 juillet 10:58

                    @Lugsama
                    De grâce n’intervenez pas à chaque fois que vous ne comprenez pas.

                    Vous lire les quelques fois où vous croyez avoir compris nous suffira.

                  • Lugsama Lugsama 23 juillet 10:48

                    @Pere Plexe

                    Non je continuerait, et je répète, ou est l’arnaque ? Il n’y en a pas evidement. Les agences de recouvrement ont bien ce qu’elles achètent.


                  • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 23 juillet 13:01

                    @Lugsama Je me place du point de vue mutualiste et de celui des sociétaires de la Banque Populaire. C’est légal, mais pour moi c’est une erreur de gestion que de brader les créances irrécouvrables. 

                    Soit ces créances sont « récupérables » par les voies normales, alors le chargé de clientèle est le mieux placé pour le faire, puis l’huissier de la banque.
                    Soit c’est vraiment irrécupérable, alors se pose la compétence du service engagement de la banque populaire qui a fait n’importe quoi dans l’attribution des crédits.
                    Et dans ce cas, la banque a vraiment arnaqué les cabinets de recouvrements en leur vendant des titres pourris.

                  • Lugsama Lugsama 23 juillet 14:02

                    @Gérard Faure-Kapper

                    La banque ne veut pas lier son image aux methode à la limite de la légalité des agences de recouvrement, c’est un service externalisé comme d’autre.

                    Après on a déjà vu des cas ou la dette était reconnu comme une erreur informatique ou autre mais réclamé par une agence parce que déjà vendu, la oui ça devient absurde.


                  • Alainet Alainet 21 juillet 09:53

                    **Encore autre chose sur l’union bancaire : Un euro déposé en banque ne bénéficiera pas de la même sécurité d’un pays à l’autre de l’UE... En plus, le système de bail-in s’avérera inefficace si des échappatoires continuent d’exister et si la BCE continue d’être l’organisme qui supervise le secteur bancaire.Un système financier sain ne peut se développer que si les banques centrales sont retirées de l’équation et si nous n’acceptons aucune exception à la séparation des banque et de l’État.
                    https://www.contrepoints.org/2017/07/21/295284-lunion-bancaire-morte-italie


                    • lloreen 21 juillet 13:49

                      «  »tout est fait dans la légalité«  ».
                      Bien évidemment que tout que tout ce que ces escrocs font sont légal puisque ce sont eux-mêmes qui initient leurs lois scélérates votées par les parlementaires aux ordres qui se contentent de récupérer de bonnes rémunérations, des avantages en nature conséquents et des retraites dorées.
                      Cela aussi devrait commencer par faire réfléchir le bon peuple...surtout lorsque les mêmes lui demandent depuis des décennies de continuer à se serrer la ceinture.

                      Ce qu’ils font est légal mais totalement ILLEGITIME.

                      Certains ont crée un conseil national de transition dans le but de se constituer en assemblée constituante et de reprendre les choses en main car il ne faut pas oublier que le peuple est souverain. Les français disposent donc depuis le 18 juin 2015 d’un outil juridique reconnu par le droit international pour organiser une transition salutaire et un gouvernement légitime pour la
                      France dans la mesure où l’actuelle équipe gouvernementale n’est rien d’autre qu’un conseil d’administration de la république française, autrement dit d’une corporation enregistrée en tant que telle auprès de la SEC américaine (security & exchange commission) directement soumise au contrôle de la City de Londres (Rothschild).

                      https://www.conseilnational.fr/

                      La république française -au même titre que toutes les autres -est une corporation privée.

                      UPIK® Record - L LRegistered company nameREPUBLIQUE FRANCAISE PRESIDENCE
                      Non-registered name or business unit
                      LD-U-N-S© Number542472212 LRegistered addressPARIS 8 LPost code75008 LCityPARIS
                      CountryFrance WCountry code241 WPost office box number55 RUE DU FAUBOURG SAINT HONORE WPost office box townPARIS CEDEX 08
                      Telephone number

                      Fax number

                      Name primary executive
                      WActivity (SIC)9199

                       


                      • lloreen 21 juillet 13:56

                        Depuis la révolution pacifique islandaise, une partie de la dette hypothécaires des ménages a d’ailleurs été annulée par deux fois..

                        http://www.lemonde.fr/economie-mondiale/article/2014/11/18/l-islande-efface-une-partie-de-la-dette-des-menages_4525264_1656941.html

                        https://fr.express.live/2014/11/20/lislande-annule-encore-une-fois-une-partie-des-emprunts-immobiliers-des-menages-exp-209361/

                        Quant aux canadiens, un collectif (COMER) a intenté une action en justice contre la banque centrale canadienne contrôlée par les Rothschild et a obtenu l’annulation de la loi Rothschild (1973) pour inconstitutionnalité le 26 janvier 2015.
                        https://lesbrindherbes.org/2015/05/02/economie-mais-oui-on-peut-il-faut-juste-le-vouloir/


                        • Lugsama Lugsama 23 juillet 10:57

                          @lloreen

                          Vous pensez réellement que l’etat français a les moyens de racheter les dettes des ménages ? L’Etat islandais etait bien géré, il a donc pu fortement s’endetter pour nationaliser ses petites banques qui s’effondrent petit à petit et annulé une parti des dettes des menages.


                        • Gérard Faure-Kapper Gérard Faure-Kapper 23 juillet 13:06

                          @Lugsama
                          A mon avis, il ne peut être question que ce soit l’état qui rachète les créances irrécupérables. Ce n’est pas à vous, contribuable qui louez un appartement et qui roulez dans une vieille voiture, de payer, par vos impôts la Mercedes neuve et la maison de vos voisin.

                          La responsabilité est entière à la banque qui a fait un crédit un peu limite, donc qui a pris des risques, et qui n’est pas bien organisée pour récupérer les créances douteuses. C’est le directeur général qui doit être viré par les sociétaires lors de l’assemblée générale.



                        • Lugsama Lugsama 24 juillet 09:17

                          @Gérard Faure-Kapper

                          Le premier responsable c’est avant tout l’emprunteur, oui la Loi doit protéger les plus faible et empêcher le sur-endettement mais personne ne vous oblige à vous mettre la corde au cou pour vous acheter le dernier 4x4 allemands comme en Islande.

                          Et c’est bien ce qui s’est passé la-bas, ils ont endetté l’État pour des générations pour ne pas rembourser leurs SUV dernier cri quand les taux d’intérêt ont subitement flambé. Ils ont annulé les dêtes au dessus de 110% de la valeur immobilière.. c’est dire.

                          Je suis bien d’accord avec vous, moi en fin de mois je me sert la ceinture pour ne pas utiliser mon découvert autorisé, hors de questions donc que les banques françaises annulent les dettes que l’on contracte pour acheter le dernier IPhone. De toute façon l’État français n’en a pas les moyens, la question ne se pose même pas.


                        • Garibaldi2 24 juillet 11:41

                          @Lugsama

                          Le premier responsable c’est la baque car elle doit un service de conseil à son client et doit s’assurer de sa solvabilité future. En Belgique il y a un fichier des emprunteurs, mais en France on n’en a pas voulu car ce serait une violation de la vie privée de l’emprunteur. Il faut croire que les Belges n’ont pas la même notion que nous de la vie privée. L’un des plus gros cabinets de recouvrement est en fait une filiale de la BNP : Neuilly Contentieux, dont le nom est tout un programme !

                          Le passage de Madame Lagarde au ministère de l’économie a entraîné que le juge, qui pouvait être appelé lors d’une vérification comptable demandée à la Commission de Surendettement, ne peut plus annuler la dette si le prêteur ne produit aucun mémoire contre l’emprunteur. Un must !

                          La crise des subprimes a été provoquée par les banques qui accordaient des prêts hypothécaires à des gens qu’elles savaient non solvables. Les créances ont ensuite été titrisées, ce qui a entraîné une crise systémique plus grave que le crash de 1929.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès