• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment les mollahs réagissent au «  calme étudié  (...)

Comment les mollahs réagissent au «  calme étudié  »

En tant qu’analyste, j’ai suivi à la loupe les développements accélérés de l’accord sur le nucléaire iranien depuis que l’administration américaine avait proposé à Téhéran de relancer l’accord nucléaire de 2015, dont l’administration de l’ancien président Donald Trump s’était retirée en 2018. Je constate que les mollahs vont encore plus loin dans leur stratégie de corde raide.

Bien qu’ils soient convaincus que les sanctions américaines seront levées, en dépit des divergences, ils ne font aucune concession qui encourage cette ligne de conduite. Ils vont dans une direction complètement opposée. Ils n’ont pas encore apporté de réponse à l’initiative de dialogue.

En plus, ils ont suspendu les missions d’inspection de l’AIEA et ont menacé de porter le niveau d’enrichissement de l’uranium à 60%. Commentant ce que deux diplomates européens ont qualifié de provocations iraniennes, des responsables américains et européens ont déclaré dans des communiqués de presse que leur réponse serait calme et étudiée.

L’absence d’une réponse concrète traduirait un désir de ne pas perturber l’initiative diplomatique dans l’espoir que l’Iran revienne à la table des négociations ou que les sanctions américaines restent efficaces si cela ne se produit pas. La réalité est que l’administration du président Biden ne fera pas de concession concernant la levée des sanctions en premier, comme l’exigent les mollahs.

«  Toutefois, ils sont convaincus que les États-Unis lèveront les sanctions en premier, mais cela ne se produira pas,  » a déclaré un responsable américain, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat.

Mais la Maison Blanche ne demande pas aux mollahs, comme c’était le cas il y a quelques semaines, d’annoncer leur retour aux engagements pris dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avant que les sanctions ne soient levées. «  Le meilleur moyen, et le seul, est de se mettre à table pour discuter de ces questions,  » a déclaré le responsable américain.

Il est certain que le point le plus significatif, à ce stade, pour le quatuor occidental - Etats-Unis, Allemagne, France et Grande-Bretagne - est d’éviter tout mouvement qui ferme la porte à la diplomatie.

Ici, la position européenne est peut-être très prudente face à ce qu’il décrit comme la «  ruée  » de l’Iran (c’est-à-dire l’accélération de ses violations de ses obligations dans le cadre d’un accord nucléaire) et «  l’hésitation  » des Etats-Unis dans la recherche d’une voie à suivre. Il est dangereux dans cette affaire que les mollahs interprètent le calme occidental différemment.

Ils continuent à violer les termes de l’accord nucléaire, espérant que cela mettra davantage de pression sur les puissances occidentales. Les signaux en provenance de Téhéran suggèrent que les mollahs continueront à faire pression et menaceront d’atteindre leur objectif, en étant persuadés que le président Biden n’a pas d’autres options pour traiter avec le régime.

On peut citer la déclaration du Guide suprême iranien Ali Khamenei que son pays «  augmentera l’enrichissement de l’uranium à 60 % s’il veut approcher les 90 % de pureté nécessaires pour fabriquer une bombe atomique.  »

C’est comme s’il avait donné le feu vert aux mollahs pour abandonner la fatwa «  d’interdire  » la possession d’une arme nucléaire que certains officiels iraniens ont récemment laissé entendre. Il est donc clair que les mollahs ignorent délibérément les signaux positifs que la nouvelle administration américaine envoie à leur égard. Ils continuent à faire du chantage et du marchandage.

Voilà qui est tout à fait prévisible. L’administration du président Biden s’efforce donc d’éviter le piège des mollahs en faisant preuve d’une rigueur calculée. Le porte-parole du département d’État a récemment confirmé que les États-Unis n’attendraient pas indéfiniment.

«  Notre patience n’est pas illimitée,  » a-t-il déclaré, signe de la quasi impatience de la nouvelle équipe américaine. Mais à Téhéran, la situation peut être réconfortante car elle signifie l’efficacité de la stratégie politique à long terme de l’Iran, tant dans la phase de pré-négociation que dans les négociations elles-mêmes.

Cela s’est produit juste avant, lorsque le dialogue sur le nucléaire a pris de nombreuses années, et que les mollahs ont obtenu de nombreux avantages stratégiques dans un accord qui a ouvert une fenêtre sans précédent pour leur expansion géographique et stratégique régionale.

En fin de compte, l’administration Biden pourrait être contrainte de continuer à travailler sous les sanctions extrêmes de l’ancien président Donald Trump comme seul moyen de répondre à l’insistance de l’Iran pour que les États-Unis reviennent à l’accord, dans le cadre de l’engagement de la Maison Blanche à traiter avec les mollahs par la voie diplomatique, à moins que les efforts européens ne parviennent à persuader les mollahs de saisir l’occasion et de faire preuve de souplesse en proposant de négocier des formules appropriées pour sortir de la crise nucléaire.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • raymond 9 mars 11:07

    C’est exactement la question que je me posais ce matin en me rasant.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 9 mars 11:18

      « l’administration Biden pourrait être contrainte de continuer à travailler sous les sanctions extrêmes de l’ancien président Donald Trump comme seul moyen de répondre à l’insistance de l’Iran pour que les États-Unis reviennent à l’accord »


      C’est quand même dégueulasse de la part de l’Iran de demander à qui que ce soit de tenir ses engagements !

      L’Iran a choisi son camp depuis longtemps, le camp du mal, on le sait bien ! Avec ces gens là, il n’y a rien à attendre de bon ? Ce n’est pas parce que, eux, ont respecté les accords que le camp du bien est obligé de faire pareil : c’est une ruse du diable qui veut faire croire que c’est comme ça qu’il faut faire, mais heureusement, Monsieur Biden suit le chemin tracé par Monsieur Trump et il ne va pas se faire avoir par ces stratagèmes grossiers..


      • raymond 9 mars 18:47

        @Séraphin Lampion
        ah ! quel superbe second degré !


      • pierrot pierrot 9 mars 17:54

        Le retour au traité nucléaire de juillet 2015 demande du temps et une diplomatie fine de la part de l’ensemble des nations concernés en particulier des USA qui ont quitté l’accord et imposés des sanctions et de l’Iran qui a levé quelques restrictions concernant la teneur de l’uranium en radionucléides 235, du niveau de stock d’uranium oxyde et sous forme métal, du nombre de centrifugeuses modernes.

        Mais tout est possible avec une diplomatie équilibrée et sans introduction de nouveaux sujets de polémiques inutiles.

        Les diplomates américains en sont ils conscients ?

        Je recommande de prendre avec prudence les informations des médias qui ne connaissent quasiment rien dans le domaine nucléaire.


        • OMAR 9 mars 19:11

          Omar9

          .

          @Salem EL-Kadeb :« Bien qu’ils soient convaincus que les sanctions américaines seront levées, ».

          .

          Ah, parce que les sanctions américaines avaient été levées quand l’Iran avait signé l’accord nucléaire de 2015 ?

          .

          Quand est-ce que vous aurez la décence d’arrêter de faire passer vos chameaux pour des kangourous ?


          • aliante 9 mars 21:24

            la politique américaine est absurde parcequ’elle est dictée le mépris et le colonialisme


            • Doume65 10 mars 19:04

              « [En tant qu’analyste

              ] Je constate que les mollahs vont encore plus loin dans leur stratégie de corde raide. »

              Si tu étais analyste, et non pas propagandiste, tu remarquerais que l’Iran ne veut rien d’autre que revenir à l’accord déchiré par Trump et que c’est Biden qui exige de nouvelles concessions.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité