• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment préparer un article russophobe avec un petit budget (...)

Comment préparer un article russophobe avec un petit budget ?

Je dis "préparer" parce qu'il ne s'agit pas vraiment d'écrire un article, plutôt de le cuisiner, mitonner, mais à bas coût pour tenir compte du changement de « modèle économique » des médias – délicieux euphémisme pour des supports publicitaires et des propagandistes subventionnés.
Nous allons donc vous livrer une recette classique de cuisine éditoriale.

D'abord, abandonnez les naïves visions romanesques du grand reporter international prenant des risques fous pour vous informer en exclu sur la marche du monde. Ça a existé, ça eût payé mais ça paye plus, comme disait F.Raynaud (les budgets sont au ras des pâquerettes). Il en existe bien encore quelques-uns, parfois « free-lance » (indépendants) mais les rares envoyés spéciaux permanents se la coulent douce aux USA.
Un papier, de nos jours, ça se rédige en télétravail. C'est du journalisme 2.0, écologique, qui privilégie les circuits courts : du café à la rédaction ! Quel besoin d'envoyer un gus (féminin "gusse, gugusse" ?) faire 3000 km quand l'agence de presse fournit à la demande ? Ou d'y retourner chaque fois qu'il se produit un changement ? Vous imaginez le coût ? Et si ça dure des mois, les frais professionnels ?

Mais presse ou télévision, y a pas de secret - à la base il faut quand même une info ! Comme bien souvent, ce sera la seule de l'article, il faut la choisir bien grosse, épaisse, consistante, comme un chef fait son marché.
Par exemple « 100 000 soldats russes à la frontière ukrainienne ! » Bon, ça, coco, je prends !

Bien sûr, dans l'idéal on enrichira l'article par des précisions techniques : type de troupes, distances d'avec la frontière, niveau d'alerte et de menace, mais ce n'est pas indispensable, car il faut avant tout aller vite ! Le lecteur intéressé par le sujet aura les nouvelles fraîches avant vous par d'autres sources, et l'autre s'en fout et ne lira que le chapeau de l'article.
Garder à l'esprit que vos rares lecteurs seront soit des vieux qui ont hérité cette curieuse habitude de la lecture, soit des jeunes qui cherchent un article de réflexion, d'analyse – et croient la trouver chez vous.

Pour aller vite, rien de mieux que le copier-coller ! Prendre un des articles précédents et le faire réécrire par un journaliste du service étranger ou un éditorialiste polyvalent, en variant la plume pour que ça ne se voie pas trop... Et ces maîtres du verbe ont leurs trucs du métier.

Déjà, varier l'info brute pour faire comme si vous étiez vraiment informé  : les « 100 000 soldats » peuvent devenir, au gré de l'inspiration, « 150 000 troupes », ou bien encore « 130 000 soldats, chars et navires en mer Noire ».
Ajouter un peu d'actualité, même défraîchie : « sanctions », « escalade », « attaque », « représailles ».
Puis épaissir avec les classiques de la russophobie : « le maître du Kremlin », « le diabolique Poutine », « l'autocrate », l'ours (ou l'ogre) russe », « illibéral », « dictature ».
Ainsi qu'avec quelques références historiques inquiétantes : « Munich », Daladier » et surtout « Staline » et « Union soviétique », indispensables à chaque article.

Laisser mijoter puis ajouter une dose de peur selon le goût souhaité, par des termes techniques effrayants : « paranoïa », « Russia Today », « Spoutnik », « missiles », « Force de réaction rapide de l'Otan », « invasion », « livraison d'armes de défense antichar », « drones de combat », « gazoduc Nord Stream 2 », « armes hypersoniques », « Holodomor », « pogroms ». Sans les expliquer, c'est encore plus terrifiant.
Néanmoins, pour obtenir un goût sucré-salé, ajouter les « accords de Minsk », « négociations » ou même le mot « paix »... mais sans excès, tout le monde n'aime pas les douceurs !

Les haines recuites étant goûteuses, ajouter, par exemple, une Européenne qui a vu les chars russes en Tchécoslovaquie quand elle était petite, ou un souvenir polonais, letton ou finlandais de russophobie, et laisser fermenter toute cette haine à feu doux.
Ah ! Important : pour flatter le palais et les princes, ne pas oublier de citer « nos valeurs » ou « les valeurs européennes », « l'OTAN » et « la légalité internationale » si chère aux USA.

Une touche de cuisine moléculaire pour faire moderne, avec un zeste de télépathie : "Dans la tête de Poutine", "Que pense Poutine ?" De toute façon, personne n'ira vérifier vos élucubrations...

La touche du chef  : un doigt de nostalgie pour vos vieux lecteurs par une discrète référence à John Le Carré ou au mur de Berlin, et un zeste de Cuba.

Pour finir, deux options : la bombe glacée ou le soufflé nucléaire ! Le glaçage avec l'évocation de l'hiver russe, Napoléon et la retraite de Russie, ou la cerise sur le gâteau en évoquant le risque de conflit mondial, l'apocalypse qui laisse le lecteur sur le cul au point d'aller vérifier si sa porte est bien fermée.

Servir rapidement, car l'info n'attend pas ! Et l'hystérie russophobe ne doit pas retomber !
Mais l'avantage de cette recette - c'est que, comme on rajoute un peu de lait pour repasser au four le gratin dauphinois, en y rajoutant simplement une petite info passée une minute sur les micro-ondes, on peut servir du réchauffé, parfait pour un média qui se voudrait le Picard de l'info.

Cette recette est très connue, et vous avez dû remarquer que les « 100 000 soldats à la frontière ukrainienne » et « l'invasion de l'Ukraine » nous ont été servis à toutes les sauces ces dernières semaines !


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Lynwec 10 février 16:11

    Bonne formulation. Difficile de relever un point de la recette qui n’ait pas été scrupuleusement testé et amélioré au cours des dernières années.

    Je reprocherais juste l’omission du condiment spécial à doser avec parcimonie :

    le très folklorique mais néanmoins efficace « goulag ». Le lecteur, déjà stupéfié par les qualités indiscutables du chef, pourrait y trouver le petit arrière-goût de frisson, apte à contenter même le plus fin gourmet...


    • Gégène Gégène 10 février 16:30

      @Lynwec

      d’autant que la recette du goulag remonte, sous un autre nom, à l’époque tsariste !


    • Laulau Laulau 10 février 16:37

      @Lynwec
      Ah le goulag ! Quel sujet ! Dans les dernières années de l’URSS il y avait, parait-il soixante millions de prisonniers au goulag, « Libration » dixit ! Un vrai pays aussi peuplé que la France ! 60.000.000 de personnes libérés à la chute de l’URSS ça devait faire un sacré convoi, mais bizarrement, je n’ai vu aucun reportage la dessus. Ulysse Gosset, correspondant permanent de TF1 et Radio France, devait être grippé se jour là.


    • JPCiron JPCiron 10 février 16:58

      @Lynwec

      Autre < condiment spécial > qu’il n’est pas mauvais de placer : rappeler les empoisonnements au Novichok commandés par Moscou : un poison mortel en quelques minutes à partir de 30mg : oseraient-ils l’utiliser dans le conflit à venir ?....


      Par ailleurs, je ne m’explique pas comment ils ont pu faire une série de ’’ratés’’ avec cette vieille molécule inventée par les Russes dont on ne peut réchapper, alors que tous les services secrets du monde disposent d’une panoplie de plusieurs milliers de poisons tout aussi sûrs et encore moins détectables. Mais qui s’en préoccupe ?


    • skirlet 10 février 20:55

      @Gégène
      La recette du goulag remonte aux Britanniques.


    • Zolko Zolko 11 février 11:14

      @JPCiron : ah oui, c’est vrai, le Novitchok, l’article l’a oublié. Rien qu’avec un tel nom, on sait qu’il s’agit d’une poison Russe, et super dangereux. Bon, bien qu’il ait été administré par des officiers des services secrets Russes, et avec une pureté militaire, les « victimes » s’en sont sorties indemnes, mais c’est effrayant, pour sûr.


    • Krokodilo Krokodilo 11 février 18:16

      @Laulau C’est vrai, j’avais oublié, mais pour le coup il me semble que le terme est moins utilisé, 


    • Laulau Laulau 10 février 16:20

      Munich ? Je ne crois pas me souvenir que les russes y étaient. Non le « pacte » germano-soviétique c’est mieux ! Il faut mettre dans la tête des gens que les russe sont nos ennemis héréditaires, alliés d’Hitler lequel a été vaincu par nos amis américains.

      Voilà comment on a réécrit l’histoire et c’est malheureusement ce que croient aujourd’hui la majorité des français.

      Un détail révélateur, on dit le PACTE germano-soviétique,tandis qu’on parle des « ACCORDS » de Munich. Ça change tout pas vrai ?


      • Gégène Gégène 10 février 16:27

        @Laulau

        il est également mal venu de rappeler que la Pologne a participé au dépeçage de la Tchécoslovaquie (un peu, mais l’essentiel c’est de participer) smiley


      • Laulau Laulau 10 février 16:45

        @Gégène
        Très juste, nos pauvres amis polonais, avec à l’époque un chef d’état plus facho qu’Hitler lui même. C’est le même qui avec l’aide des envoyés de Chambelain avait empêché tout accord entre les occidentaux et l’URSS, en refusant que les russes traverse la Pologne pour combattre les nazis.


      • Krokodilo Krokodilo 11 février 18:13

        @Gégène Oui, les liens actuels entre la Pologne et l’Ukraine sont compliqués à cause de ce passé qui contraste avec le soutien actuel


      • Gégène Gégène 10 février 16:24

        surtout ne pas oublier que derrière Poutine est embusqué l’épouvantable Maître de l’empire du Mal, le nouveau Fu Manchu smiley


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 février 17:34

          Oui certes, certes, mais si vous lisez les articles « russophiles » (Christelle NEANT, Roman Garev, Pierre, Observateur Continetol...), vous y verrez les mêmes rodomontades agressives, les promesses de rayer l’Ukraine de la carte, les supermissiles, etc..

          alors, au fond, « russophobes » et « russophiles » ne disent-ils (distillent ?) pas la même chose ?


          • André 10 février 20:06

            @Olivier Perriet

            J’ai l’impression que, comme toute personne normale et honnête, vous cherchez la vérité. Le fait que cette vérité soit telle que décrite ici par Christelle Néant, Roman Garev, ou Pierre... n’est pas une question de leur russophilie - ce sont les faits. Les phobies humaines résultent généralement de leur ignorance et de leur méconnaissance du phénomène, donc de leur limitation intellectuelle, souvent handicap intellectuel et, par conséquent, de leur primitivisme. Des journalistes comme Le Figaro, par exemple, ne sont pas plus intelligents que vous. Les articles là-bas sont rempli de balivernes. Pourtant, pour un handicapé mental, comme José Fonte, ils sont la source de sa vérité ! Peu importe que les articles ressemblent au délire d’un fou ivre !


          • skirlet 10 février 20:56

            @Olivier Perriet
            Christelle Néant appelle à détruire l’Ukraine ?.. Eh ben.


          • slave1802 slave1802 11 février 13:54

            @skirlet

            Elle se contente de bannir de ses articles tout ceux qui oseraient douter des ses allégations.

            On espère qu’un jour, elle se décidera à rédiger ses textes en cyrillique. De toute façon, il n’y aura bientôt plus que les Russes pour s’y intéresser...


          • André 11 février 15:35

            @slave1802

            Ça va la tête ? Je n’ai rien à voir avec la Russie, je n’y suis jamais allé, mais ce qui s’y passe m’intéresse. Je crois que ce qui s’y passe est un drame pour les Russes et les Ukrainiens. Écrire que seuls les Russes s’y intéressent est un non-sens. Dans quel but produisez-vous de telles bêtises ?


          • Trelawney 12 février 11:21

            @slave1802
            Dès que les russes envahiront l’Ukraine, Neant va vite se mettre à l’abri en France. On connait tous le genre de ce personnage, la collaboration est dans leur ADN.


          • Joseph DELUZAIN Joseph DELUZAIN 10 février 17:43

            Il était bon de rappeler le mode d’emploi pour la confection d’articles tendancieux par nos journaleux. Votre billet est plus compréhensible qu’un article argumenté. Je sais, c’est dommage. 

            De très bons articles paraissent sur ce site mais combien de Français éveillés les lisent ? Et combien les comprennent.

            Par contre les Franchouillards ne viendront jamais. Tant mieux.

            P.S : bien faire la distinction entre le Français et le Franchouillard hein !


            • Yann Esteveny 10 février 17:49

              Message à l’auteur,

              Bon article !

              Ne pas oubliez qu’un article russophobe à petit budget peut aussi évoquer :

              - la propagande oppressive que subit les pauvres russes,

              - le muselage de toute opposition en Russie,

              - l’action diplomatique héroïque menée par le chef de l’état français,

              - le rôle primordiale et historique de l’UE comme véritable gardienne de la paix,

              - l’irresponsabilité sanitaire en Russie où les morts s’entassent dans les hôpitaux suite à l’absence des vaccins géniaux conçus par l’Occident !

              Respectueusement


              • Lynwec 10 février 17:55

                @Yann Esteveny

                Il paraîtrait même, selon des sources bien informées ( AFP probablement ) que la population de la Fédération de Russie s’exprimerait désormais par un nombre négatif. C’est dire l’incurie de la gouvernance du tyran russe, si on la compare à celle du tyranneau tricolore (enfin UEcolore plutôt...)


              • Yann Esteveny 10 février 18:22

                Message à avatar Lynwec,

                L’emploi du conditionnel, les sources flous, les raccourcis et les raisonnements captieux permettront d’allonger la sauce et broder suffisamment.
                Pour ceux qui auraient encore des difficultés voici un modèle examiné :
                https://www.voltairenet.org/article12910.html

                Grâce à tous ces excellents conseils, plusieurs articles russophobes pourront être pondus dans les semaines à venir sur Agoravox. Les commentateurs du site pourront délivrer le « Grand Prix Rakotoarison » pour le meilleur de ces articles.

                Respectueusement


              • Lynwec 10 février 19:52

                @Yann Esteveny
                Si ce n’était pas perceptible, la faute m’en revient. J’aurais du faire précéder ou suivre le texte de mon message par une mention « mode ironie ». La formulation du compte négatif de la population était pourtant suffisamment transparente selon moi, mais j’aurais (conditionnel) peut-être du parler de « moins l’infini » pour être plus clair.
                Désolé.^^


              • Yann Esteveny 10 février 20:17

                Message à avatar Lynwec,

                J’ignore aussi si mon mode ironie sur la presse occidentale était bien compris.
                Un petit reportage joli et sincère sur Moscou hors des clichés occidentaux : 
                https://www.youtube.com/watch?v=aGJkCxI7N5g

                Respectueusement


              • Krokodilo Krokodilo 11 février 18:11

                @Yann Esteveny Merci. C’est vrai, j’aurais pu citer Navalny qui revient si souvent dans la presse, mais c’était lui faire trop d’honneur, et je voulais rester plus général. 


              • Yann Esteveny 11 février 18:26

                Message à avatar Krokodilo,

                Je vous en prie. Un rappel d’un classique (humoristique pour certains, accablant pour d’autres) sur le fameux « criminel Poutine » : https://twitter.com/Guffin_Mac/status/975019548436058112/photo/1
                Très bonne soirée !

                Respectueusement


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 10 février 18:16

                Encore quatre articles russophobes publiés aujourd’hui sur Avox sur un total d’une dizaine ! C’est un sandale comme disait mon ami Tong !


                • Trelawney 12 février 11:25

                  J’ai quand même bien aimé lorsque Russia today s’est fait dégager de la conférence de presse à Kiev. A un moment donné les masques tombent et il y a des limites à la propagande. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité