• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment retisser du lien social à Paris : Velib !

Comment retisser du lien social à Paris : Velib !

Velib, conçu pour favoriser la mobilité hors véhicules à moteur dans Paris, est devenu le cauchemar des utilisateurs parisiens.

Comment retisser du lien social à Paris ? J’ai la solution !

Pour cela il me faut tirer mon chapeau à Madame Hidalgo, la maire de Paris, et aux dirigeants de Smove qui ont raflé le marché des Velib.

Rendons-nous à l’une des encore rares stations de Velib. Trop rares car on aperçoit beaucoup de panneaux devant un trou béant expliquant que la station sera installée à la mi-janvier. Ah oui. Mais nous sommes déjà en février et rien n’est fait.

Alors prenons une station flambant neuve. C’est un vrai spectacle d’observer les Parisiens qui errent autour. En temps normal ils se côtoient dans la plus parfaite indifférence.

Là, dans un vaste élan de fraternité, ils échangent sur leurs expériences malheureuses, se demandent comment obtenir le sésame qu’est la nouvelle carte (elle n’a pas été proposée à tous les utilisateurs). Ils restent perplexes devant des stations vides ou au contraire avec pléthore de vélos qui s’entassent et s’encastrent, étranglés entre eux par des câbles serpentins.

Et tous ces Parisiens discourent sur la perte d’un quasi-service-public qu’ils appréciaient, malgré ses défauts, du temps de JCDecaux.

Parfois, deux jeunes envoyés par Velib et portant haut leurs couleurs sont postés là. Les pauvres ! Ils ont droit aux mêmes volées verbales de bois vert que leurs collègues du Service Client. Ils sont là pour expliquer le fonctionnement de Velib alors même que les usagers ne peuvent en emprunter, la station étant souvent en panne, sans vélo, ou avec des vélos indisponibles, à moins que ce ne soient les cartes des usagers qui ne fonctionnent pas.

Et comme la Mairie de Paris aime fournir des distractions à ses administrés, ceux qui s’ennuient peuvent passer des heures à tenter de joindre le Service Client. Au bout d’un temps qui leur paraîtra bien long à écouter en boucle : « Tous nos conseillers sont en ligne. Nous vous remercions de bien vouloir patienter » ils tomberont sur des jeunes, parfois intermittents du spectacle et dorénavant inter-miteux de Vélib, qui ne peuvent que répéter en boucle le discours imposé par la direction : « Nous sommes désolés. Nous transmettons au service technique. Vous serez dépanné dans les meilleurs délais.  »

Pour ma part, le meilleur délai est supérieur à 23 jours puisque mon compte est bloqué sans raison depuis le 12 janvier !

Plusieurs dizaines d’appels, de messages sur le site, de mails sur service-client@Velib-metropole.fr n’ont même pas donné droit à un accusé de réception.

Je suis donc dans l’obligation de prendre les transports en commun et j’espère bien que Velib me remboursera mes titres de transport, à défaut de compenser mon mécontentement partagé, hélas, par tant de Parisiens.

 

Heureusement Smove nage dans le bonheur et dans notre déconfiture : "C’est un succès colossal qui va propulser Smoove comme le leader mondial des solutions de vélos à assistance électrique en libre-service"

Vous êtes sûr ?

Alors, si la carence de Smovengo, de Mme Hidalgo et de Velib favorisent le lien social à Paris, souhaitons pour notre confort de vie et l'image de notre -encore- belle capitale que ces partenaires agissent enfin pour le bien public qu'ils sont censés représenter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • MagicBuster 5 février 2018 16:54


    Pour communiquer avec quiconque - il faudrait déjà que toute la population partage la même langue. . .

    Impossible de communiquer avec une personne qui a tous les attributs d’un terroriste (langage accoutrement drogue ... )


    • Citoyen de base 5 février 2018 19:04

      Bon, ils ont du retard, mais je les trouve pas mal leurs nouveaux vélos, notamment ceux à assistance électrique. Un peu de patience et d’ici le printemps j’espère que tout sera rentré dans l’ordre. Je ne les utilise qu’occasionnellement, mais c’est vrai que si on va au travail avec, on doit trouver la situation bien pénible depuis l’automne... (Allez, j’en remets une couche contre Hidalgo !)...  smiley


      • McGurk McGurk 5 février 2018 21:11

        Ce n’est pas une station de vélo en panne qui tissera du lien social entre les individus. Qu’on soit à Paris ou dans une banlieue ce qui prédomine c’est l’indifférence et souvent le je-m’en-foutisme.

        Sinon pour ce qui est de l’aspect technique, il faut tout de même souligner que la société a été un peu trop optimiste quant à ses capacités à tenir un délai bien trop serré (sans doute une promesse de campagne), c’est pour ça qu’il y a des chantiers partout et qu’ils sont à la bourre.

        Notons que les usagers ne sont souvent pas non plus tendres avec les vélos et les bousillent très certainement à une vitesse alarmante. Le temps qu’ils les réparent en atelier ou qu’ils en recommandent le nombre nécessaire, un certain temps va s’écouler.

        Effet pervers, c’est que ses stations prennent un peu trop de place et gâchent des places potentielles de stationnement (et il en faut à Paris !), ainsi que pour les bus. Hidalgo a déjà mis un peu trop de « places de livraison », rendant encore plus compliquée la tâche des automobilistes de se garer...



          • Ruut Ruut 6 février 2018 08:34

            Les transports publiques ce n’est bien que si tu peut t’en passer.
            Toute dépendance est dangereuse.


            • V_Parlier V_Parlier 6 février 2018 14:47

              @Ruut
              J’apprécie cette façon de dire les choses ! smiley
              Chaque matin, sur une filiale de France Inter ils font le constat des divers problèmes de transport (embouteillages mais aussi lignes de transport en commun) pour avertir les « usagers ». Quand ils abordent la liste des lignes de bus, de RER et de métro coupées pour « incident », « individus sur la voie », « mouvement social », « problème technique », il y en a au moins pour 5 minutes en parlant vite ! Je me dis que je devrais enregistrer et faire une compilation pour la mettre en ligne. smiley


            • zygzornifle zygzornifle 6 février 2018 09:22

              Les attentats retissent des liens sociaux entre les survivants .....




              • V_Parlier V_Parlier 6 février 2018 14:48

                @zygzornifle
                Il est vrai qu’à un niveau moindre le phénomène Vélib décrit dans l’article joue un rôle similaire : Solidarité dans la tourmente..


              • zygzornifle zygzornifle 6 février 2018 09:23

                Bientôt a Paris il n’y aura plus que des politiques , des bobos iphonos macronos , des écolos iphonos macronos des terroristes et des migrants ....


                • Spartacus Spartacus 6 février 2018 11:55

                  Bienvenue en France et son shéma collectiviste à pensée étatiste totalement décalée....



                  Le Velib ou Smove c’est se l’agent des contribuables dépensé à millions d’€uros sans fin et respect de ceux ci...

                  Gobee Bike, Ofo, Obike sont des solutions 100% privées malmenées par une concurrence subventionnée absolument abjecte et démontre qu’on peut le faire sans que l’état et les bouffeurs de gamelle se chargent de gérer..

                  Pas de place foncières qui empiètent les libertés de circulation et de stationnement.
                  Risque transféré à des opérateurs privés qui dégagent la collectivité en cas d’échec.
                  Concurrence qui entraîne des choix et diversité d’offres...
                  Les payeurs sont les utilisateurs..
                  Les nons-utilisateurs ne payent pas pour les utilisateurs.


                  Bref le collectivisme démontre une nouvelle fois son échec et sa nuisance sur le secteur privé qui est empêché de faire du et social et profitable et plus efficient que l’état.

                  Dire que la solution est simple et on y viendra de toute façon a mayen terme...
                  Ne pas subventionner une compagnie, laisser faire le marché libre, déréglementer, plus efficient....

                  Mais allez demandez ça a des gauchistes qui croient que le criminel Ché est un saint homme.


                  • samuel 6 février 2018 12:27

                    @Spartacus

                    « Risque transféré à des opérateurs privés qui dégagent la collectivité en cas d’échec. »

                    Comme pour les crashs bancaires ?!!!

                  • V_Parlier V_Parlier 6 février 2018 14:52

                    @Spartacus
                    Disons que le collectivisme qui ne s’assume même pas lui-même, c’est parfois pire que le collectivisme tout court. On écarte ainsi même la responsabilité des fonctionnaires donneurs d’ordre.


                  • eddofr eddofr 6 février 2018 16:07

                    @V_Parlier


                    oxymore : fonctionnaire et donneur d’ordre.

                    Les fonctionnaire sont au service, les politiques donnent les ordres.

                    Au mieux les fonctionnaires gèrent des appels d’offre public, selon les règles édictées par les politiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès