• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA

Comment Trotsky explique la soumission européenne aux USA

   Depuis quand, et pourquoi, sommes-nous ainsi soumis aux américains ? Voyons un maître pour comprendre la situation. Contrairement à ses disciples archéo-crétins ou néocons, Léon Trotsky est souvent irréprochable sur le terrain de l’analyse : voyez ce qu’il dit de Léon Blum dans son journal ! Sur l’actuelle soumission de l’Europe, on peut lire ces lignes prononcées en juillet 1924 : «  Le capital américain commande maintenant aux diplomates. Il se prépare à commander également aux banques et aux trusts européens, à toute la bourgeoisie européenne. C’est ce à quoi il tend. Il assignera aux financiers et aux industriels européens des secteurs déterminés du marché. Il réglera leur activité. En un mot, il veut réduire l’Europe capitaliste à la portion congrue… »

 Trotsky confirme une balkanisation de l’Europe voulue par les USA : «  Déjà, dans les thèses pour le 3e congrès de l’I. C., nous écrivions que l’Europe est balkanisée. Cette balkanisation se poursuit maintenant. »

 L’Europe n’est plus l’Europe depuis Versailles en 1919. Et contrairement au général De Gaulle qui pensait que la Russie trahissait sa race, Trotsky comprend que c’est l’Amérique des banquiers humanitaires qui trahira sa race : «  Dès qu’elle sera en guerre avec l’Angleterre, l’Amérique fera appel aux centaines de millions d’Hindous et les invitera à se soulever pour défendre leurs droits nationaux intangibles. Elle agira de même à l’égard de l’Égypte, de l’Irlande, etc. De même que, pour pressurer l’Europe, elle s’affuble maintenant du manteau du pacifisme, elle interviendra, lors de sa guerre avec l’Angleterre, comme la grande libératrice des peuples coloniaux. »

 C’est la destruction des empires coloniaux expliquée par Roosevelt à de Gaulle pendant la guerre. Puis on produit les guerres du Vietnam, de Libye, de Syrie ou du Kosovo.Trotsky comprend aussi que chaque invocation religieuse à l’abaissement des tarifs douaniers sert un mot d’ordre plus obscur : « L’histoire favorise le capital américain : pour chaque brigandage, elle lui sert un mot d’ordre d’émancipation. En Europe, les États-Unis demandent l’application de la politique des “portes ouvertes”… Mais, par suite des conditions spéciales où se trouvent les États-Unis, leur politique revêt une apparence de pacifisme, parfois même de facteur d’émancipation. »

 John Hobson, socialiste britannique cité par Vladimir Lénine, indique-lui en 1902 que le meilleur alibi de l’impérialisme est l’humanitarisme. Ah, les révolutions orange ! Organiser un coup d’Etat au nom des ONG et des idées démocrates ! Et mettre ensuite aux pas les opposants, et en prison les Lula ! Bombarder par amour !

 Trotsky affirme que le meilleur allié des Etasuniens dans cette infecte inféodation des Européens n’est jamais la droite, quelque couards et stupides que puissent être ses politiciens ! Non, le meilleur allié du ploutocrate américain, c’est la gauche, c’est la social-démocratie. Et c’est Le Révolutionnaire du siècle passé qui l’écrit : « Pendant ce temps, l’Amérique édifie son plan et se prépare à mettre tout le monde à la portion congrue… La social-démocratie est chargée de préparer cette nouvelle situation, c’est-à-dire d’aider politiquement le capital américain à rationner l’Europe. Que fait en ce moment la social-démocratie allemande et française, que font les socialistes de toute l’Europe ? Ils s’éduquent et s’efforcent d’éduquer les masses ouvrières dans la religion de l’américanisme ; autrement dit, ils font de l’américanisme, du rôle du capital américain en Europe, une nouvelle religion politique. »

 Nous sommes toujours en plein rationnement et en pleine religiosité étasunienne grâce à Goldman-Barroso et au PS. Et Trotsky ponctue, avec ce bel élan lucide qui faisait bouger des masses populaires depuis bien anesthésiées : « En d’autres termes, la social-démocratie européenne devient actuellement l’agence politique du capital américain. Est-ce là un fait inattendu ? Non, car la social-démocratie, qui était l’agence de la bourgeoisie, devait fatalement, dans sa dégénérescence politique, devenir l’agence de la bourgeoisie la plus forte, la plus puissante, de la bourgeoisie de toutes les bourgeoisies, c’est-à-dire de la bourgeoisie américaine. »

 43% des milliardaires mondiaux sont américains en 2015. Avec 50% de la capitalisation mondiale (pour 14% du PNB !), Wall Street mène le bal à sa guise, aussi bien à Paris qu’à Berlin ou à Sao Paulo.

 Enfin sur la culture de la dette, je trouve ces lignes amusantes : « La politique européenne de l’Amérique est entièrement établie sur le principe de la dette. Allemagne, paye à la France ; Italie, paye à l’Angleterre ; France, paye à l’Angleterre ; et tout le monde, payez-moi ! Voilà ce que dit l’Amérique. Cette hiérarchie des dettes est une des bases du pacifisme américain. »

Source

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • France Républicaine et Souverainiste France Europe République 10 février 14:03

    Robert Gil : une relecture attentive du Capital de Karl Marx, qui avait tout prédit sur l’évolution du capitalisme, serait déjà un bon début...


    • Hecetuye howahkan howahkan 10 février 17:28

      @France Europe République

      salut , c’est peut être parce que en fait il a écrit un désir , un souhait, etc comme la feuille de route du pseudo capitalisme...du pseudo communisme, des neocons ....jusqu’à la domination finale de..... ?? de même que certains utilisent une mauvaise traduction et interprètent au premier degré ce qui est hermétique dans la bible pour en faire une prophétie auto réalisatrice ?

      ah mon dieu que de questions.... smiley


    • julius 1ER 10 février 14:40

      Robert Gil qui réhabilite Trotsky .... vaut mieux tard que jamais !!!


      pour ma part je n’ai jamais renié Trotsky bien que la lecture stéréotypé qu’en a fait l’extrème-gauche m ’a toujours profondément fait chier !!!!
      je pense que c’était un intellectuel très intelligent et brillant avec un humanisme qu’il n’ a pas pu exprimer dans sa lutte contre ce salaud de Staline qui a été l’anti-thèse de Trotsky .... 

       sa brillance et la pertinence de ses analyses me rassure dans la mesure où elles datent de plus de 80 ans...

       maintenant comme quoi l’intelligence et la clairvoyance n’ont pas d’age ...

      et pourrait-on dire de même des analyses de Staline qui sont proches du néant pour ne pas dire inexistantes !!!!
      contrairement aux apparences c’est Trotsky qui a gagné la bataille des idées !!!!

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 10 février 14:55

        @julius 1ER

        c’était un intellectuel très intelligent et brillant avec un humanisme qu’il n’ a pas pu exprimer dans sa lutte
        Ouais... Je vois... Un type comme Pol Pot en quelque sorte !


      • julius 1ER 10 février 15:46

        @Robert Lavigue


        t’as tout compris Robert le Vigan !!!

        où en sont tes rapports avec la Waffen SS ????? tu vas toujours aux réunions de l’amicale 
        national-socialiste ????

        es-ce que tu as regardé le film sur Arte à propos de Hannah Arendt peut-être est-ce trop dur pour toi, peut-être que ton anti-sémitisme te l’interdit ???? 
         
        beaucoup de questions mais que veux-tu je suis d’un naturel curieux !!!

      • Robert Lavigue Robert Lavigue 10 février 16:06

        @julius 1ER

        T’en sais des choses, camarade !
        On ne tient plus les fiches à jour dans ta cellule ? Les bonnes habitudes se perdent depuis qu’il ne reste plus que des branquignols dans ton genre dans les officines.

        Hannah Arendt ? J’aime bien cette actrice depuis que j’ai appris qu’elle couchait avec Heidegger !
        Y’avait une sex-tape dans ton film sur Arte ?


      • julius 1ER 10 février 16:34

        @Robert Lavigue

        sacré le vigan,
         toujours rien appris sur l’autisme ,,, ??? 

        t’es quand-même un sacré tartuffe rejoindre le PPF en 1943 alors que les nazis ont déjà perdu ???
        t’avais pas la lumière à tous les étages ??? 
        bon c’est vrai que l’électricité n’avait que 20 /30 ans à l’époque ....

        alors tu peux nous en dire plus sur le déroulement des réunions de l’amicale National-socialiste ???
        est-ce qu’on brûle toujours des abats -jours en peau de lapin ??? 

      • julius 1ER 10 février 16:37

        @julius 1ER


        le Vigan est-ce que l’autre tartuffe nommé Signal que l’on ne lit plus en ce moment .. est-ce ton autre pseudo ou bien vous appartenez à la même officine ???

      • mmbbb 10 février 19:35

        @Robert Lavigue et oui je respecte ces grands intellos ne cessant de citer Arendt en omettant Heidegger comme le fait Fielk Ne couchait elle pas avec un representant du diable ? A l instar de Mitterrand dont l amitie avec Bousquet fut cachee etc etc


      • julius 1ER 11 février 10:51

        @mmbbb


        parceque si tu as couché avec le Diable pendant ta jeunesse ... tu deviens forcément le Diable ???

        c’est çà ta théorie ???où est la rédemption ??? c’est pas très chrétien tout çà !!!

        métaphore mise à part , Arendt a couché avec Heidegger vers la fin des années 20/ début des années 30 mais a quitté l’Allemagne en 32 si mes souvenirs sont justes et elle n’était qu’étudiante à l’époque .... 
        cela dit elle a n’a pas épousé nl Heidegger ni le Nazisme bien au contraire, et sa théorie de la banalisation du mal contredit totalement ce que tu sembles vouloir signifier !!! 

        et elle a fait preuve d’un immense courage pour affronter le lobby juif pour qui vouloir démonter et expliquer les mécanismes du système totalitaire nazi .... équivalait à vouloir défendre les Nazis !!!

        on l’a bien vu lorsqu’elle a écrit des articles sur le procès d’A Eichman .... pour moi personne n’a mieux analysé qu’elle toute la problématique de ce procès en ce sens je l’admire beaucoup pour son courage et surtout son intelligence et sa lucidité ...
        elle devrait entrer au Panthéon des femmes !!!

        mais peut-être que toi mmbbb tu n’es pas d’accord avec moi ??????????

      • mmbbb 11 février 12:41

        @julius 1ER il est etonnant qu une juive ait eu une relation avec un philosophe membre du parti nazi . Heidegger a ete un des promoteur de la doctrine nazi a moins que je sois un cretin et que je ne sache pas lire l histoire Je vous renvoie au philosophe Jean pierre Faye Etonnnant cheminement intellectuel de cette intello Arendt . Pourquoi n’a t ’ on pas eu la meme clemence pour Petain ? Comme Mitterrand ayant eu des amities avec Bousquet et des accointances avec l’extreme droite et la liste n’est pas close . Il est ensuite etonnant qu un philosophe comme Fielk ne cesse pas de citer cette Arendt. Il est aussi par ailleurs tres etonnant qu un Onfray viennent presenter son bouquin « Decadence » sur le canape de Drucker et dresse un proces a charge contre le pape PIE XII alors que la realite n’etait pas aussi manichéenne Il est par ailleurs tres facile d etre vertueux et en connaissant la fib de l ’histoire et de ne pas avoir connu les nazis , Onfray me decoit énormément et ne fait que reprendre la these du film de Kassovitz « AMEN » Il se dresse en procureur de histoire Tout avait deja ete dit lors de la sortie de ce film Ce philosophe a oublie de signifier entre autre que ce pape avait ouvert les portes du Vatican lorsque les juifs etaient persecutes dans Rome, Le pape XII dans cet exemple est presente comme un antisémite primaire un monstre d indifférence alors que la réalité n’est pas aussi noire Ce que je n’accepte et que l ’élite veuille nous presenter ensuite ces personnages telles des icones, Arendt en particulier , de la vertu . et de l ’engagement , En 2007 Jacques Chirac inaugura une inscription a la mémoire des justes de France ,au Pantheon Anonyme du peuple de France souvent pas tres cultive loin des des spheres intelletuelle et ayant eu pourtant un comportement exemplaire Ces gens la ont risque leur vie . Finkielkraut ne s’est jamais decroche la machoire en rendant hommage a ce peuple de France mais prefere se garagiser du mot « Arendt » , qui a été tout de même protégée , .. Ce sont ces images imposees qui m insupportent que l on cesse alors de ce devoir de « memoire » dont a l ’évidence l histoire est tronquée . .L élite a souvent failli et ne s’est pas montrée exemplaire ( la redondance du mot etonnant est employe a escient ) .




      • mmbbb 11 février 14:10

        @mmbbb pape Pie XXII erreur


      • julius 1ER 11 février 19:36

        @mmbbb


        effectivement tu ne sais pas lire ... 

        Heidegger n’était pas au parti nazi au moment de sa relation avec Arendt de plus au moment où les nazis accédaient au pouvoir Arendt a fui l’Allemagne début 1933 c’est cette année là justement que Heidegger a adhéré au Parti Nazi et ce jusqu’en 1944 ...
        en 1933 Arendt a fui l’Allemagne pour la France puis pour les USA de plus elle s’était mariée en 1929 avec gunther Stern après avoir été en relation avec lui dès 1927 en fait sa relation avec Heidegger a eu lieu en 1924/25... 

        alors il faut réviser ta copie !!!


      • Clouscard l’explique : Plan Marshall, V-disque, consumérisme, ... et De Gaulle (comme Giscard) avait vu la crétinisation individualiste gogocho 68ard libidineux shiteux
         
        « Le marché a trouvé le moyen de combler les lacunes produites à partir de cette atomisation sociale, car il propose la marchandise sur mesure qui permettra aux individus de combler leurs manques et de satisfaire leurs carences affectives [plus de peuple, famille, classe, socius => fesses boucs, Iped]. L’objet transitionnel permet à l’enfant de compenser le manque de la mère. Chez l’adulte, il permet de compenser le manque affectif par la marchandise. » C Robin

        « On pourrait presque dire que le travailleur étranger est à l’industrie du loisir et du plaisir ce que l’esclave était à l’épicurisme. »

        « Honorer les Dieux c’est honorer la Cité. C’est défendre l’ordre social, le ritualiser le structurer. C’est interdire toute consommation transgressive, Ce qui serait un double crime : à l’égard des Dieux, à l’égard des autres. Crime civique et sacrilège religieux. »
         
        ’Le capitalisme de la séduction’ 1981 Clouscard


        • Hecetuye howahkan howahkan 10 février 19:10

          @La Baudruche négrière patronale verdie

          je cite : Le marché a trouvé le moyen de combler les lacunes produites à partir de cette atomisation sociale, car il propose la marchandise sur mesure qui permettra aux individus de combler leurs manques et de satisfaire leurs carences affectives [plus de peuple, famille, classe, socius => fesses boucs, Iped]. L’objet transitionnel permet à l’enfant de compenser le manque de la mère. Chez l’adulte, il permet de compenser le manque affectif par la marchandise.

          Salut, tout à fait

          Cela va bien au delà de carence affectives, c’est bcp plus profond..cela va rejoindre tout le mental de la pensée avec le désir qui donne la peur de ne pas y arriver et- ou de perdre..avec la souffrance, le mécontentent, la frustration, la tristesse, le refus impossible de la mort...le non sens..etc

          trop long....la fête commence smiley


        • lloreen 11 février 10:20

          Ceux qui veulent changer les choses ont l’opportunité de le faire.
          https://www.youtube.com/watch?v=OAKm23ZAdEw


          • Luniterre 12 février 02:45

             

            Bonjour,

            Ce texte, en fait, semble être paru en premier sur Sputnik News...

            https://fr.sputniknews.com/blogs/201609291027957906-trotsky-soumission-europeenne-usa/

            Pourquoi ne pas le mentionner, ainsi que le nom de l’auteur : Nicolas Bonnal  ?

            https://fr.sputniknews.com/blogs/nicolas_bonnal/

            Ceci dit, c’est un montage très amusant de quelques bouts de phrases de Trotsky, essentiellement extraits des deux textes suivants :

            https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/europeameric/eur1.htm  (1924)

            https://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/europeameric/eur2.htm  (1926)

            Qu’en est-il réellement de la « brillante » analyse de Trotsky ? Ces bouts de phrases juxtaposés résument-ils réellement sa pensée ?

            Incontestablement, il avait passé beaucoup de temps sur le sujet et accumulé une connaissance détaillée, sur le plan économique, des USA et de l’Europe.

            Par contre, même si on l’a « oublié » trop vite, l’intervention US de 1918 sur le front français a été très visiblement (*) plus décisive, concernant la victoire, que celle de 1944, qui n’a fait qu’avancer la chute inéluctable de l’Allemagne nazie...

            Donc Trotsky ne fait que formuler une évidence, à l’époque, quant à l’emprise naissante des USA sur l’Europe...

            Mais où veut-il en venir politiquement, et sur la base de quelle analyse ?


            Les rapports d’inféodation entre nations impérialistes inégales sont une chose, et les rapports entre un impérialisme et ses colonies, une autre. D’un point de vue marxiste-léniniste, qui aurait du être celui de Trosky, c’est une évidence, mais en fait, il mélange précisément les deux, d’où ces « bouts de phrases » qui permettent les propos ad-hoc de Nicolas Bonnal...

            En fait, et contre l’évidence, tant en 1924 qu’en 1926, Trotsky veut y voir les prémisses d’une révolution européenne ...des "États Unis d’Europe", qui s’opposeraient aux USA... !!


            ************************Trotsky :

            "La résistance des ouvriers européens au maître de leurs maîtres, au capital américain, deviendra de plus en plus centralisée. L’importance directe, pratique, combative du mot d’ordre de la révolution européenne et de sa forme étatique " Etats-Unis d’Europe " deviendra de plus en plus évidente aux ouvriers européens."

            ****************************

            Le mieux est d’étudier ses textes,en allant à l’essentiel, sous le vernis « brillant » de son érudition, pour comprendre son erreur...

            Pas différente en 1926 :

            ****************Trotsky :

             "L’Amérique ne laissera pas l’Europe capitaliste se relever. C’est là l’élément de révolutionnement que constitue maintenant la puissance capitaliste américaine. Quelques fluctuations politiques qu’ait à subir l’Europe, elle restera dans une situation économique sans issue. C’est là un fait essentiel, et ce fait, un an plus tôt ou un an plus tard, poussera le prolétariat dans la voie révolutionnaire."

            *********************

            Tenter d’entrainer l’URSS dans une guerre sans issue, telle est le propos sous-jacent, à peine voilé, de Trotsky...

            En réalité, en 1926, Trotsky avait non seulement perdu pied dans les questions internationales, mais aussi, et par voie de conséquence, sur le plan intérieur, car sa politique mettait le socialisme naissant en danger et les soviétiques de base en avaient déjà pris conscience, comme en témoigne Harry Haywood, étudiant afro-américain en URSS à l’époque :

            *******************Harry Haywood :

            "It had not always been thus. Otto told me that in 1924, a year before he arrived, a majority of the students in the school had been supporters of Trotsky. Trotsky was making a play for the Party youth, in opposition to the older Bolshevik stalwarts. With his usual demagogy, he claimed that the old leadership was betraying the revolution and had embarked on a course of « Thermidorian reaction. » In this situation, he said, the students and youth were "the Party’s truest barometer."

            But by the time the Black American students arrived, the temporary attraction to Trotsky had been reversed. The issues involved in the struggle with Trotsky were discussed in the school. They involved the destiny of socialism in the Soviet Union. Which way were the Soviet people to go ? What was to be the direction of their economic development ? Was it possible to build a socialist economic system ? These questions were not only theoretical ones, but were issues of life and death. The economic life of the country would not stand still and wait while they were being debated. "


            *****************source :

            https://www.marxists.org/archive/haywood/black-bolshevik/ch06.htm

            Extrait de « Black Bolshevik », version intégrale :

            https://drive.google.com/file/d/0B7trXEFcZimVdmgwYThhUDRhVHc/view

            Un document historique exceptionnel. De quoi remettre les discours « brillants » en face de la réalité...

            Le paradoxe, aujourd’hui, c’est que les propos de Trotsky, supposé « internationaliste », mais ainsi « sélectionnés » par Nicolas Bonnal, font, sur le net, les choux gras de tous les pseudos « marxistes » adeptes du social-chauvinisme !!

            Bonne lecture.

            Luniterre

            **************

            ( *  https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89tats-Unis_dans_la_Premi%C3%A8re_Guerre_mondiale

             " Lors de l’armistice, le 11 novembre 1918, environ 2 millions de soldats américains étaient en France répartis dans 42 divisions, dont 1 million déjà engagé dans les combats. Deux autres millions étaient aux États-Unis dans les camps d’entraînement. Les plans prévus par Foch, Pétain et Pershing pour 1919 prévoyaient l’engagement de 4,5 millions de soldats américains dans les offensives de la victoire qui les mèneraient au cœur de l’Allemagne." )


            **************************************


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Robert GIL

Robert GIL
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès