• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Comprendre à se connaître dans la vie - Dépasser l’immédiateté (...)

Comprendre à se connaître dans la vie - Dépasser l’immédiateté d’exister

 « Que puis-je dire ? Je ne peux que me soumettre à cette analyse mais voilà, il me faut admettre que le libre arbitre de l’homme est donc tout-à-fait relatif. Du coup il me faut donc admettre que la prédestination prévaut et commande nos actes. » C’est le post d’un ami qu’il m’a envoyé, il y a quelques jours, qui, après avoir lu un article (1) paru sur le Quotidien d’Oran, le jeudi 16 août 2018, s’est interrogé sur le fonctionnement de l’histoire.

Il est vrai que le libre arbitre de l’homme est tout-à-fait relatif. En effet, on remarque que les actes paraissent toujours déterminés lorsqu’on les considère après l’exécution, lorsqu’ils font partie du passé. Mais lorsqu’on les considère dans leur développement même, surtout si on essaie de déduire avant les événements à venir, on s’aperçoit que ce ne sont que des projections hypothétiques que nous pouvons mener mais sans jamais s’assurer de leur réalisation. En clair, l’homme ne peut que conjecturer.

Henri Bergson appelle « liberté, le rapport du moi concret à l’acte libre qu’il accomplit. » Mais qu’est-ce que le moi ? Sinon tout ce qui fait l’existence dans le temps ; une liberté, une causalité qui est toujours au présent lorsqu’il est. Mais ce moi demeure indéfinissable, on a beau le cerner ce « je », il demeure qu’il y a beaucoup d’inconnu en lui. C. G. Jung appelle l’« ombre » qui personnifie pour le sujet « le côté inconnu, inquiétant, de lui-même, comme un être à la fois étranger et apparenté ».

Mais ces ombres noires, sinistres relèvent de l’existence. Dans le quotidien, l’homme n’est pas toujours objectif ; pris par son égoïsme, souvent cette pensée (qui pense en lui) pense qu’au fond il n’est pas égoïste. C’est simplement sa nature qui est ainsi. Bon quand il est dégagé, mauvais quand le côté négatif de sa nature prend le dessus.

Celui qui fait du mal sent-il qu’il fait du mal ? Aussi, comment nous connaître ? Comment prendre prise sur soi, sur notre existant ? Comprendre nos joies, nos angoisses et apprendre à les maîtriser ? Et c’est important pour notre sérénité intérieure, pour lutter contre les projections des autres, contre nos propres problèmes refoulés de l’existence qui remontent à la surface et prennent le pas sur nous. Combien même on est serein, ou paraissant l’être, intérieurement on ne l’est pas et on ne le montre pas. Comment faire pour comprendre ce mal-pensé ? Qui, au fond, quoi que l’on dise, est naturel puisqu’il prend en nous, et nous ne pouvions le plus souvent lutter contre ; nous sommes simplement ce que nous sommes, et le monde est ainsi fait.

Un aspect important est de penser que l’homme n’a pas de liberté réelle, au sens propre du mot, puisque le libre arbitre lui est donné par l’Essence. On n’a pas le choix pour définir l’homme autrement que par l’Essence. Il n’est pas homme de lui-même, il a été créé homme. Et cette vérité est très importante parce que si on ne la met pas en avant, en tant qu’elle le définit, l’homme restera toujours un être indéfinissable. On épiloguera longtemps sur le « je » et le moi, mais nous n’arriverons pas au cœur du problème de l’homme. Dès lors le seul lien tangible qui peut nous exprimer est notre libre arbitre dans notre essence d’être ; il joue un rôle cardinal dans notre existence.

Dans un essai sur le libre arbitre, Arthur Schopenhauer enseigne « que l’hypothèse du libre arbitre doit être absolument écartée, et que toutes les actions des hommes sont soumises à la nécessité la plus inflexible, nous l’avons par là même conduit au point où il peut concevoir la véritable liberté morale, qui appartient à un ordre d’idées supérieur.

Il existe, en effet, une autre vérité de fait attestée par la conscience, que j’ai complètement laissée de côté jusqu’ici pour ne pas interrompre le cours de notre étude. Cette vérité consiste dans le sentiment parfaitement clair et sûr de notre responsabilité morale, de l’imputabilité de nos actes à nous-mêmes, sentiment qui repose sur cette conviction inébranlable, que nous sommes nous-mêmes les auteurs de nos actions. Grâce à cette conviction intime, il ne vient à l’esprit de personne, pas même de celui qui est pleinement persuadé de la nécessité de l’enchaînement causal de nos actes, d’alléguer cette nécessité pour se disculper de quelque écart, et de rejeter sa propre faute de lui-même sur les motifs, bien qu’il soit établi que par leur entrée en jeu l’action dût se produire d’une façon inévitable. Car il reconnaît très bien que cette nécessité est soumise à une condition subjective, et qu’objectivement, c’est- à-dire dans les circonstances présentes, par suite sous l’influence des mêmes motifs qui l’ont déterminé, une action toute différente, voire même directement opposée à celle qu’il a faite, était parfaitement possible, et aurait pu être accomplie, pourvu toutefois qu’il eût été un autre : c’est de cela seulement qu’il s’en est fallu. Pour lui-même, parce qu’il est tel et non tel, parce qu’il a tel caractère et non tel autre, une action différente n’était à la vérité pas possible ; mais en elle-même et par suite objectivement, elle était réalisable. Sa responsabilité, que la conscience lui atteste, ne se rapporte donc à l’acte même que médiatement et en apparence : au fond, c’est sur son caractère qu’elle retombe ; c’est de son caractère qu’il se sent responsable. » (2)

Ce qu’énonce Arthur Schopenhauer est assurément une vérité. Tout homme est responsable de ses actes, même si pour lui, subjectivement il dit que son libre arbitre n’est pas engagé, que le choix dans son action relevait de son caractère dont il n’est pas responsable. Cet homme est conçu ainsi, en clair cela relève de ce qu’il est, donc nécessairement ce qu’il est par son essence.

Schopenhauer poursuit son analyse : « Et c’est aussi de celui-là seul que les autres hommes le rendent responsable, car les jugements qu’ils portent sur sa conduite rejaillissent aussitôt des actes sur la nature morale de leur auteur. Ne dit-on pas, en présence d’une action blâmable : « Voilà un méchant homme, un scélérat » ou bien : « C’est un coquin ! » – ou bien : « Quelle âme mesquine, hypocrite, et vile ! » – C’est sous cette forme que s’énoncent nos appréciations, et c’est sur le caractère même que portent tous nos reproches. » (2)

Allons plus loin dans le raisonnement sur l’essence de l’homme. Qu’est-ce qui différentie un méchant homme d’un scélérat ? Ou simplement un honnête homme d’un malhonnête homme ? Nous devons d’abord considérer ce qui meut l’honnête homme et le malhonnête homme, sur le plan de l’essence ? Il est évident que ce sont leurs pensées respectives de ce qu’ils font de leur liberté (leur libre arbitre) dans leur existence qui vont régir leurs actions. Car, dans le fond, le libre arbitre comme leurs pensées qui se différentient, chaque homme a sa propre pensée – on parle ici du contenu de sa pensée et non la pensée elle-même qui n’est que le « véhicule du vouloir de l’être ». Donc, par son libre choix de faire, d’agir, qui est donné à l’homme par une essence dont il ne sait rien, qu’E. Kant appelle une causalité puisqu’elle est celle qui « cause tout », quels que soient les hommes, ils ne pensent que par leurs tendances dans l’existence, ils pensent donc et agissent de par ce qu’ils sont foncièrement.

Pour avoir une idée de la pensée au travers de laquelle l’homme tire son libre arbitre, il faut d’abord définir l’homme intérieur avec son monde extérieur. Supposons qu’il n’a pas les cinq sens sensoriels, que serait-il l’homme ? Il ne serait rien. Il n’entend pas, il ne voit pas, il ne sent pas. Dès lors même qu’il a une pensée, sa pensée lui est inutile ; il ne peut penser ce qu’il ne voit pas, ce qu’il n’entend pas, ce qu’il ne sait pas. En clair, il existe sans exister. Ou simplement pourquoi il existe seulement pour exister alors qu’il n’a aucune prise ni sur lui-même ni sur le monde extérieur. Le monde qui l’entoure aurait-il un sens ? Le monde animal, chat, tigre, lion, etc., ou le monde végétal, arbres, fleurs, herbes, etc., ou simplement la nature qui l’entoure, le jour avec le soleil, la nuit avec ou sans lune. Et tant de choses du monde extérieur. Le monde extérieur aurait-il un sens ? A quoi servirait-il ? Pourquoi existerait-il ? S’il n’y a pas l’homme qui témoigne de son existence. Le sourd muet aveugle qui a le sens du toucher a besoin des hommes et du milieu dans lequel il est pour prendre conscience de son existence.

On comprend dès lors pour que le monde existe, il a besoin de l’homme. Du moins, cette affirmation vient de la logique de sa raison. Évidemment, le monde peut exister sans l’homme si la Création l’a voulu ainsi. Mais se poserait toujours la question sur la finalité de la Création qui aurait existé à l’infini sans l’homme. Bien entendu, à cette question l’homme n’a pas de réponse. L’homme ne peut savoir l’absolu de l’Essence, i.e. Dieu. Il n’est pas « fait » pour savoir l’Essence par lequel il est. Tout au plus le sentirait-il cette Essence qu’elle existe en lui, et la question se pose : « Où en lui ? » Difficile de répondre. Cependant reste que l’homme lui doit sa pensée en termes de véhicule et de contenu que ses cinq sens sensoriels ont communiqué à son cerveau, puis à sa pensée qui les a traduits pour lui. N’est-ce pas un processus existential par lequel l’homme existe et dont il ne sait rien.

Et même les sens sensoriels dont il est doté sont limités, ils ne lui disent pas tout. Ses yeux, sa vision, ne sont qu’une merveilleuse « machine », un « merveilleux organe biologique optique ». Il ne voit par eux que les fréquences autorisées, i.e. les fréquences visuelles octroyées à l’homme. Il ne voit pas l’infiniment petit. Pour cela il a besoin d’un microscope optique, ou d’un microscope électronique qui fait grossir plus de 100 000 fois l’objet qu’il examine. Et encore cet examen optique est limité, il ne voit pas l’infiniment petit qui n’a pas de limite. De même, il ne voit pas l’infiniment grand. Il ne peut voir ce qui se passe, par exemple, sur la planète Mars, ou sur une autre planète lointaine.

Tout au plus il spécule sur des photographies de ces planètes prises au moyen de télescope dont il pousse l’agrandissement à l’extrême, et pourtant ce paradoxe si on peut appeler cette limitation paradoxe, ces moyens techniques que sa pensée lui construit ne lui fait voir que ce qu’il lui est autorisé de voir par l’Essence. D’autant plus que si on fait le compte, les yeux, instrument optique biologique, le microscope optique et électronique et les télescopes les plus perfectionnés qui sont le produit de son intelligence véhiculée par sa pensée, ne lui appartiennent pas en propre, dans le sens de l’« absolu ». Certes, doté de sens et de pensée, l’homme a produit mais lui aussi est le « produit » de quelque Force Infinie créatrice de l’Univers.

Et souvent l’homme ne s’aperçoit pas qu’il est un « miracle » de la Création et dans la Création. Pourquoi ? Parce qu’il a cette capacité unique du moins jusqu’à ce stade de la connaissance de l’histoire de « penser l’univers ». Seul à le penser, ce qui implique que l’homme n’existe pas seulement pour exister, et malgré ses facultés « limitées », et qui lui permettent de les « augmenter », il a aussi à marquer de son empreinte le monde. Une destinée en quelle que sorte ? Un monde qu’il met à son niveau, qu’il y construit selon sa raison. Dès lors, n’est-ce pas que « ce qu’il fait entre dans sa destinée d’exister dans ce monde, et qu’il existe une dépendance entre lui et ce monde. »

 Un monde dont il dépend sur tout alors que le monde qui lui est extérieur ne dépend pas de lui ; tout au plus il est dans un certain sens le « miroir » du monde extérieur puisqu’il témoigne de son existence. Le monde n’a d’existence que par l’homme, et l’homme n’a d’existence que par le monde ; deux mondes qui ne font qu’un seul, un miroir de l’un l’autre dans un seul miroir.

Allons dans la diversité des hommes. Les hommes qui ont tous une nature humaine identique par la faculté de la pensée qui leur permette de penser, par leurs sens sensoriels, sont-ils un ? Ne sont-ils pas différents les uns des autres ? Par la couleur, l’aspect extérieur bien qu’il est identique reste différencié (taille, corpulence…), la race, la religion, le caractère, la géographie et autres attributs, ils sont donc autre les uns des autres. C’est une loi de la Nature, de la Création.

S’ils ont tous la faculté de penser, cela ne signifie pas qu’ils pensent tous de la même façon. Cela doit être ainsi. Il existe certes entre eux des ressemblances, des affinités, de l’affection, de l’amour, de la suspicion, de la haine, de la peur de l’autre, et tant de sentiments complexes et souvent indéfinissables, et ceci dans toute société humaine.

Qu’en est-il de ces différenciations qui sont déterminées essentiellement par leurs pensées au travers desquelles toutes leurs facultés interagissent ? Les hommes ne prénomment-il pas souvent l’ensemble de leur être immatériel, i.e. leurs pensées et les facultés de la pensée, par « âme ». Cependant une âme n’a de sens que si une pensée vit en elle, pense en elle et pour elle. Donc, au-delà de l’âme, il y a toujours la pensée, et c’est elle qui est l’essence de l’âme.

Que ce soit la conscience, la volonté, l’intelligence, la raison qui détermine l’action, l’imagination, le sentiment, la passion, l’ambition, l’intelligence, etc., toutes ces facultés humaines et tout ce qui dérive de ces facultés dérivent de la pensée. On est conscient d’une situation difficile, on ne peut le faire que par la pensée ; on veut faire quelque chose, on ne peut le faire que par la pensée, de même résoudre un problème par l’intelligence ne se fait que par la pensée, on est attiré par quelqu’un, qu’on l’aime ou qu’on le haïsse, on ne le fait que par la pensée que l’on a de lui et réciproquement.

« Faire le bien et éviter le mal ou le contraire ne peut se faire que par la pensée, et encore il faut situer les tendances pour chaque être. » Cependant, la pensée et les cinq sens sensoriels qui nous ouvrent le monde obéissent à un principe de causalité, dont nous ne connaissons ni ne pouvons connaître la Cause initiale, parce que nous sommes « créés » par la « Cause ultime », la « Cause originelle ». Tout être créé, en particulier l’être humain qui est au-dessus de tout parce qu’il dispose de sa pensée pensante peut-il savoir la « Cause absolue de l’univers » ? Il est évident que non. L’univers, les forces de la nature sont déjà bien mystérieux pour l’homme, dès lors « comment peut-il connaître sa cause alors que son être relève de l’Instance suprême, Dieu ? » Par sa pensée dont il est le véhicule et dont il ne sait rien ? Par ses sens qui sont limités et qui lui sont donnés. Et la pensée elle-même, qui est le véhicule de ses passions, ses sentiments, ses ambitions, sa raison, et tant d’autres facultés ou sens qui font sa conscience, sa volonté d’être, peut-elle penser sa cause ? Si la pensée pensait « sa cause » qui l’a fait naître, l’homme l’aurait su. Mais la pensée pensante ne se pense pas, elle est pensée, donc soumise elle aussi à un Principe supérieur. 

Dès lors le constat sur la situation de l’existence de l’homme fait ressortir en tant qu’être relevant d’une Cause ultime qu’il est forcément prédéterminé. Que sa liberté, et on entend par là le libre-arbitre de l’homme qu’« il est tout-à-fait relatif », comme l’a écrit mon ami dans son post, et « admettre que la prédestination prévaut et commande nos actes », ne peut être que vraie. Il y a donc sa pensée qui émane d’une Force naturelle commune laquelle cause le tout au sein duquel l’humain est uni au monde. « Cette Force est le principe de toute explication. Elle est elle-même le substratum commun dans tout existant », énonce Schopenhauer.

 « Jamais aucune cause au monde ne tire son effet entièrement d’elle-même, c’est-à-dire ne le crée ex nihilo. Il y a toujours une matière sur laquelle elle s’exerce, et elle ne fait qu’occasionner à un moment, en un lieu, et sur un être donné, une modification qui est toujours conforme à la nature de cet être, et dont la possibilité devait donc préexister en lui. Par conséquent chaque effet est la résultante de deux facteurs, un intérieur et un extérieur : l’énergie naturelle et originelle de la matière sur laquelle agit la force en question, et la cause déterminante, qui oblige cette énergie à se réaliser, en passant de la puissance à l’acte.

Cette énergie primitive est présupposée par toute idée de causalité et par toute explication qui s’y rapporte ; aussi une explication de ce genre, quelle qu’elle soit, n’explique jamais tout, mais laisse toujours en dernière analyse quelque chose d’inexplicable. C’est ce que nous constatons à chaque instant dans la physique et la chimie. L’explication des phénomènes, c’est-à-dire des effets, ainsi que les raisonnements qui ramènent ces phénomènes à leur source dernière, présupposent toujours l’existence de certaines forces naturelles. Une force naturelle considérée en elle-même n’est soumise à aucune explication, mais elle est le principe de toute explication. De même, elle n’est non plus soumise en elle-même à aucune causalité, mais elle est précisément ce qui donne à chaque cause la causalité, c’est-à-dire la possibilité de produire son effet. Elle-même est le substratum commun de tous les effets de cette espèce, et est présente dans chacun d’eux. » (2)

Par cet énoncé, on comprend pourquoi Schopenhauer ramène tout à la Cause ultime, qui n’a pas d’explication, et bien que l’homme qu’il interroge lui dise : « Je peux faire ce que je veux. Si je veux aller à gauche, je vais à gauche : si je veux aller à droite, je vais à droite. Cela dépend uniquement de mon bon vouloir : je suis donc libre », il le considère comme non libre. Il nie le libre arbitre. En réalité, l’homme est libre et tout à fait libre, sauf que dans l’« absolu », il ne l’est pas puisqu’il est « dépendant » de ses facultés, des tendances caractérielles, des circonstances et d’un état mental qu’il ne commande pas. Et ceux-ci lui dictent malgré lui son comportement.

Par exemple, touché par un malheur, l’homme peut se retrouver accablé. Vu sous cet angle, l’homme forcément n’est pas libre puisqu’il dépend à la fois de son intériorité qui dicte sa réaction et de l’extériorité qui l’accable dans le sens qu’elle peut le combler de bonheur, ou par des difficultés voire des maladies, des malheurs qui vont fortement l’éprouver dans l’existence ou simplement la monotonie, la routine quotidienne lui enlevant la sève, la vitalité du sens de l’existence. Cependant, il doit assumer, et en assumant tout ce qu’il lui arrive, en bien ou en mal, il assume son existence. En clair, il peut être heureux comme il peut se trouver à lutter contre le malheur soit en l’acceptant parce qu’il n’y a pas de possibilité pour le repousser, soit le refuser s’il pouvait s’en défaire.

Une question cependant, dans la réalité du vécu quotidien de l’homme, est-il nécessaire de penser que l’homme n’a pas de libre arbitre d’autant qu’« il n’a point besoin de cette vérité absolue pour exister ? » Et l’absolu est du ressort de l’absolu. Or, l’homme existant ou l’« existant de l’homme » est du ressort de l’existence de tous les jours, minute par minute, seconde par seconde. En clair, il n’a point besoin de philosopher, d’user de concept philosophique pour vivre, vivre en sécurité, arriver à gagner sa vie, à assumer pleinement son existence. Et c’est cela qui compte pour l’homme quel qu’il soit, qu’il soit le plus éclairé des hommes ou le plus commun des hommes.

Exister dans une vie déjà complexe où l’homme le plus souvent se trouve dépassé par les événements de toutes sortes. Et par le plus élémentaire pour l’homme, et cela a rapport à son existentiel immédiat, il doit arriver à manger, arriver à dormir, en deux mots assurer son existence. Par conséquent, la réponse « à ce besoin de cette vérité absolue pour exister » est évidemment qu’il n’en a pas besoin du tout. Aucunement.

Et le philosophe français Victor Cousin que cite Schopenhauer. « M. Cousin, qui mérite sous ce rapport une mention honorable, puisque dans son Cours d’Histoire de la Philosophie, professé en 1819-1820, et publié par Vacherot, 1841, il enseigne que le libre arbitre est le fait le plus certain dont témoigne la conscience (vol. I, p. 19, 20) ; et il blâme Kant de n’avoir démontré la liberté que par la loi morale, et de l’avoir énoncée comme un postulat, tandis qu’en vérité elle est un fait : « Pourquoi démontrer ce qu’il suffit de constater ? » (Page 50). « La liberté est un fait, et non une croyance. » (Ibid.). (2)

Victor Cousin est surpris que l’on ne voie pas le libre arbitre comme un fait naturel. Et on ne peut que lui donner raison. Cependant, à l’opposé, ce qu’affirme Schopenhauer dans le non libre arbitre n’est pas aussi sans intérêt dans la compréhension de l’homme, et par extension le monde humain. Aussi pensons-nous que nous arrivons aux conclusions des deux visions schopenhauerienne et cousinienne et affirmons que toutes deux ont leur utilité dans le vécu des hommes ?

Le lecteur pourra juger à la lecture de ce qui suivra si cette assertion est juste ou fausse. Et permet-elle à comprendre l’homme, cet « inconnu » qui à la fois se connaissant et ne se connaissant pas. Ou encore croyant se connaître mais ne se connaît pas parce que son existence est souvent difficile et complexe, lui apparaissant souvent comme une épreuve dans son connaissant. Ce qui signifie qu’il existe et combien même il existe et a existé, il peut passer à côté de l’existence comme s’il n’a pas existé. Une grande majorité des hommes se trouvent dans cette situation, parce qu’ils n’ont été que dans l’immédiateté d’exister.

Cependant cette majorité d’hommes, sont-ils responsables de leur situation ? Et qui peut attester qu’ils n’ont pas pensé le sens profond de leur existence ? « Il est certain que l’apparent qui se dégage de cette majorité n’est pas vérité. » Certes, l’éclairé qui se dit éclairé ou pense être plus éclairé que la masse peut le penser que par sa pensée qui le lui fait penser, « mais elle ne peut être vérité parce qu’elle n’est que sa propre vérité, et non la vérité de tous. »

Ceci étant, revenons à la vision schopenhauerienne et à la vision cousinienne, elles ont toutes deux une grande utilité. Pourquoi ? Pour la première, elle fait ressortir le destin d’un homme dans toute la profondeur de ce qui fait l’essence de son existence. Une vision qui montre combien l’homme est libre ou croit être libre, en réalité, il l’est mais toujours assujetti, dirigé en permanence par ce qui ressort de son existence et c’est la raison pour laquelle Schopenhauer écarte absolument le libre arbitre.

Pour la seconde, le libre arbitre est vrai dans l’immédiateté de l’existence. L’homme ne peut être un automate que l’on manipule d’en Haut sans qu’il n’y ait un sens à cette manipulation. Non, il est réellement libre même s’il est « régi » » par le principe de causalité.

Emmanuel Kant par son fameux triptyque, « l’espace, le temps et le principe de causalité » n’élude en rien ce qu’on peut appeler le « principe de l’immédiateté pour l’homme d’exister. » Ce qui signifie que l’Essence de Dieu a réellement octroyé un libre arbitre à l’homme, dans l’immédiateté de son existant, qui ne relève pas seulement du principe causal comme le comprend l’homme, mais relève de lui-même en tant qu’être, en tant qu’homme, en tant qu’essence provenant de l’Essence suprême, capable de penser sans savoir d’où lui vient cette pensée, capable donc d’exister, de produire, en dehors de toute contrainte. Sauf que cette liberté par ce lien avec son essence est relative parce qu’elle relève toujours du Principe de causalité suprême, donc de la Cause absolue, i.e. Dieu.

Pour l’exemple, prenons l’événement qui a survenu en France, au début de ce mois de septembre. Dans un article d’Europe 1, on lit :

« Une jeune femme de 30 ans a été percutée par une rame du RER D en gare de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, lundi, selon « Le Parisien ». Elle s'était jetée sur les voies avec son bébé dans les bras.

Une jeune femme de 30 ans s'est jetée lundi matin, son bébé dans les bras, sur les voies à l'entrée d'un train de la ligne R en gare de Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne, rapporte Le Parisien. La mère et l'enfant sont morts.

La victime avait accompagné son fils aîné à l'école. Vers 10h30 lundi, alors qu'un train entrait en gare, une jeune femme de 30 ans s'est jetée sur la voie ferrée avec son bébé probablement âgé d'un mois dans les bras. Percutés par la rame, la mère et l'enfant sont morts sur le coup, selon Le Parisien. Selon les premiers éléments de l'enquête, la thèse du suicide est privilégiée. « La famille est nouvellement arrivée dans la commune », a indiqué Guy Geoffroy, le maire de Combs-la-Ville. « La victime a d’ailleurs accompagné son fils aîné à l’école pour qu’il fasse sa rentrée. »

Une enquête ouverte. La gare de Combs-la-Ville a été fermée et la circulation interrompue sur la ligne R entre les gares de Villeneuve-Saint-Georges et Melun pendant une partie de la journée. L'enquête a été confiée au commissariat de Moissy-Cramayel. Il s'agirait d'un geste désespéré après une « dépression amoureuse », selon une source proche de l'enquête consultée par Le Parisien. (3) 

Que peut-on dire de cet acte de suicide ? Qu’il a été projeté ? Est-ce elle qui l’a programmé. La cause, elle est donnée, le geste désespéré d’une femme touchée gravement sur le plan affectif. Son libre arbitre était-il conscient ? Non. Il était inconscient. Non. Je me rappelle ce que m’avait confié un ancien collègue de travail, il lui arrivait de parcourir dans sa voiture 100, 200 kms sans qu’il prenne conscience. Ce n’est qu’arrivé à une ville ou à un endroit de la route qu’il reprenait conscience, qu’il se demandait ce qu’il faisait dans ces lieux. Et cela lui est arrivé plusieurs fois. Je comprenais mon collègue mais je n’avais aucune réponse à lui fournir. Sinon qu’il était conscient dans son inconscience. Ce n’était pas son cerveau qui le mouvait mais son inconscience qui le mouvait. Est là, il est vrai que mon ami n’était pas libre ; il subissait son état d’inconscience comme l’aurait vécu un somnambule sauf qu’il ne marchait pas il conduisait sa voiture. Cela se passait dans les années 1980.

Dans une analyse qui a été publiée en 2017, j’avais scindé le libre arbitre en deux libres arbitres conscient et inconscient. Et j’avais écrit à ce sujet : « S’il avait un avion personnel, ce camarade aurait pu décoller et atterrir dans une autre ville. Qu’il se réveille en vol, ou qu’il atterrisse sans encombre dans une ville, importe peu. Il a tout simplement été transporté lui et son avion, comme cela fut pour lui et sa voiture, se transportant vers une destination dont il n’avait pas conscience.

Que peut-on dire de ce libre-arbitre agissant mais inconscient ? Beaucoup de phénomènes humains ne sont pas expliqués, et c’est tout à fait normal, l’homme est par une pensée dont il ne sait rien. D’où elle vient ? Aucune réponse sinon qu’elle est en lui, qu’il est par elle. Tout ce qu’il sait est qu’il pense. Donc qu’il agit en pensant consciemment, disposant d’un libre-arbitre conscient, ou inconsciemment puisqu’il agit aussi, il demeure qu’il est dépendant de l’Intelligence, d’une Raison qui dépasse l’homme ; et donc qu’il peut être agissant conscient ou sans en être conscient, puisque c’est la réalité même de son état qu’il raconte.

Donc que Schopenhauer écarte le libre-arbitre ou que Victor Cousin énonce que « le libre arbitre est le fait le plus certain dont témoigne la conscience » sont deux opinions qui se valent selon ce que leur « soufflent leurs pensées ». Au final, tout relève de leurs pensées.

Sauf que mon camarade de travail s’est réveillé de son libre arbitre inconscient mais la suicidée de la Seine-et-Marne, elle, ne s’est pas réveillée, elle est morte avec son bébé. En réalité, elle n’est pas morte. Elle est morte pour nous, les êtres humains ; elle n’est pas morte pour l’Essence ; d’autres diront qu’elle et son bébé ont été rappelés à Dieu.

Doit-on dire du suicidé potentiel qui refusait de vivre ou de l’humain qui veut vivre, que tout relève d’une Intelligence universelle, d’une Raison universelle ou de la Providence divine ? Ce sont les mêmes mots qui représentent la Cause ultime ou Dieu dont nous provenons. Il faut simplement réfléchir que nous ne sommes pas seuls même si nous étions seuls sur Mars, ou sur la Lune. Nous sommes toujours accompagnés sans qu’on le sache, sans que l’on ne prenne conscience, ou si on prend conscience, on doit comprendre, apprécier le « sens du sens de la vie ». Et sorti du néant nous retournons au néant n’est pas le néant que nous croyons.

Enfin, une dernière question pour terminer, comme la femme avec son bébé est passée à l’acte ? A-t-elle réfléchi qu’elle allait se tuer ? Certainement qu’elle y a réfléchi, la question est pourquoi et comment dans le sens que s’est-il passé en elle pour qu’à la fin, elle passe à l’acte fatidique ?

Nous y reviendrons dans une prochaine analyse où nous énoncerons que dans le processus de la disparition de la suicidée intervient l’action d’une « pensée pure » en son être, en sa conscience. Et donc, dans la pensée, il peut y avoir une autre pensée qui agit sur l’homme, sur l’être, et le dirige sans même qu’il prenne conscience surtout dans les moments les plus cruciaux dans sa vie. Ce sera dans une prochaine analyse.

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective

Renvois :

1. « L’arme qui a changé l’histoire. Pourquoi l’« apocalypse nucléaire », malgré Hiroshima et Nagasaki, n’est pas du ressort de l’homme ? », par Medjdoub hamed. Le 25 août 2018
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-arme-qui-a-change-l-histoire-207098
www.lequotidien-oran.com

2. « Essai sur le libre arbitre », Arthur Schopenhauer. Traduction de Salomon Reinach (1894)

3. « Seine-et-Marne : une jeune femme se jette sous un train avec son bébé »,
par Europe 1. Le 04 septembre 2018
http://www.europe1.fr/faits-divers/seine-et-marne-une-jeune-femme-se-jette-sous-un-train-avec-son-bebe-37468


Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 15:51

    Si on s’en tient à l’étymologie, connaître (l’objet de cet article) c’est «  naître avec  », co-naître.

    Pour la science classique, connaître, c’est décomposer un objet ou un concept puis le recomposer.

    Pour la physique quantique, ce qui importe c’est l’interaction entre l’expérimentateur et l’objet observé, et là, il s’agit bien d’une «  co-naissance  ».

    Il en découle que toute représentation du monde est forcément incomplète et que la science fonctionne comme la représentation par Picasso d’une même femme vue sous des angles différents sans pouvoir réunir les morceaux du puzzle.

    Tant que l’interaction cognitive ne s’est pas produite entre nous et un point de l’univers, des degrés de liberté subsistent pour l’organiser dans divers systèmes possibles, mais la connaissance fige une configuration précise.

    Pas de transcendance dans tout ça. C’est 100% contingent.


    • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 16:09

      @Séraphin Lampion

      Suggestion de lecture : « Science, poésie et spiritualité » - d’Antoine Trémolières

      fichier PDF


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 16:09

      @Séraphin Lampion
      Bonjour
      L’étymologie que vous proposez n’est pas bonne. Connaître ne vient pas de « naître avec », ça c’est la « langue des oiseaux » qui le dit (la célèbre fumisterie de Fulcanelli).
      Connaître vient de cognoscere. Même racine que « cognitif ».
      En ancien français on écrivait cognoitre. L’étymon n’est pas le même.
      Bien à vous


    • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 16:15

      @Pierre-Marie Baty

      Les oiseaux sont mes amis comme ils étaient ceux de San Francesco d’Assisi (né Giovanni di Pietro Bernardone). J’aime bien les écouter.


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 16:16

      @Pierre-Marie Baty
      Allons plus loin dans l’étymologie.
      Cognoscere se divise en cum (avec) et gnoscere (reconnaître par le ressenti, la gnose) 
      Bien à vous


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 16:17

      @Pierre-Marie Baty
      Evidemment. Si non e vero, e bene trovato...

      Mais que de contresens ce charabia pseudo-ésotérique n’a-t-il pas causé !


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 16:21

      @Pierre-Marie Baty
      Un autre exemple, au risque de « mélusiner » l’article.

      « Compagnon » viendrait de « cum panem » et on en déduit que c’est celui avec qui on partage le pain. Erreur.
      Compagnon possède un G. Panem n’en possède pas. Ce G est à retrouver dans l’étymon pagus qui signifie le pays (le pagus était une petite division territoriale de l’Empire romain). Compagnon, c’est le gars qui vient du même pagus que vous. D’où la raison pour laquelle les Compagnons du Devoir s’appellent entre eux... « mon Pays ».

      Promis, je m’arrête là.


    • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 16:30

      @Pierre-Marie Baty

      et un co-pain, c’est quoi ?
      et une co-pine ?


    • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 16:42

      @Pierre-Marie Baty

      Mais vous avez raison, j’aurais dû m’en tenir à « l’Art Poétique  » de Claudel dans lequel il fait ce calembour qui a connu beaucoup de succès et ne pas parler d’étymologie.


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 16:51

      @Séraphin Lampion
      Le « Copain »... je dirais, c’est le complice d’un hold-up étymologique ?
      La « Copine », en revanche c’est plus simple. C’est celle avec qui l’on « vit », verbe dont j’étendrais bien le sens pour les besoins de la cause.

      Argh, trop tard, j’ai mélusiné l’article à l’insu de mon plein gré !


    • Clark Kent Séraphin Lampion 9 août 17:15

      @Pierre-Marie Baty

      Vous vouliez perler du co-con et du cocooning ?


    • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 17:20

      @Séraphin Lampion
      Le co-con étant une forme particulièrement exigue de promiscuité sociale, voilà qui prouve bien que le co-vid est une maladie sexuellement transmissible.
      On nous cache tout, M. Lampion.


    • SilentArrow 10 août 08:13

      @Séraphin Lampion
       

      Si on s’en tient à l’étymologie, connaître (l’objet de cet article) c’est «  naître avec  », co-naître.

      C’est peut-être une fausse étymologie.

      En fait, je crois que ce mot dérive du latin « cognoscere », lui-même formé de « co » (« cum », avec) et de « gnoscere » qui signifie connaître.

      En latin, le verbe « gnoscere » admet divers préfixes comme « co », « praeco », « perco ».

      Mais le cœur de ces mots est « gnoscere » qui signifie connaître et non naître.

      En anglais, le mot « know » ne se laisse pas scinder comme en français le mot « connaître ».

      En grec γινώσκω (je connais) qui a donné « gnose », c’est la même racine que « know » ou « gnoscere ».

      En espagnol, « conocer » se laisse scinder en « co », comme en français et « nocer » qui vient de « gnoscere ». S’il y avait l’idée de « naître avec », l’espagnol aurait pu choisir le mot « conacer » au lieu de « conocer ».

      Bref, je pense que le « naître » de « connaître » en français est une transformation malheureuse de « gnocere » et non de « nasci ».

      Mais je peux me tromper. Je ne suis pas linguiste.



    • SilentArrow 10 août 08:22

      @Pierre-Marie Baty

      J’ai le même avis que vous sur l’étymologie de « connaître ». J’avais commencé à écrire mon commentaire juste sous celui de Lampion et puis j’ai dû m’éloigner. J’ai découvert vos commentaires après avoir posté le mien quelques heures plus tard.


    • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 14 août 09:26

      @Séraphin Lampion
      Gros problème des sciences : elles n’ont pas de référence commune-entr’elles-(à part de logos). Différencier donc selon le domaine est très critique.

      Pour la science classique, connaître, c’est décomposer un objet ou un concept puis le recomposer.  :

      Lorsque complexité, la décomposer pour la reconstruire de même n’est pas une analyse-(c’est au mieux une sectorisation). Analyser doit te permettre avec une décomposition de re-assembler, mais différemment, pour changement.
      Celà suppose 2 représentations différentes. La Mesure a produit le (x,y,z) cartésien. Analyser dans (x,y) est se faire biais. Gauss+Lobatchevsky s’y étaient attelés. Einstein et « son » mc² a tout embarqué, facilement lisible pour industrie. ils sont assis sur l’indistinction de l’Energie-(chaleur,corpuscule,onde), et çà leur va, les 3assiettes-pleines, entr’eux.

      Pour quantique, ils ne font que faire se connecter des repères de laboratoire, et les faire résonner. Vu la noyade d’ondes dans laquelle on baigne, ils n’ont pas de témoin, de jauge. Que dire du carré-intégrale toujours très pratique pour cracher un résultat.

      des degrés de liberté subsistent pour l’organiser dans divers systèmes possibles, mais la connaissance fige une configuration précise. :

      Un système contraint a besoin de ddl. Il est à rechercher l’expression de Loi avec autant de scalaire+angle que tu veux en plus, et telle que lorsque angle=0 et scalaire=1, tu retrouves la formule initiale. Il s’agira d’offrir ainsi un espace aux agglomérats d’unité-(Froude, Mach...)+(L1,L2,L3)
      L1,L2,L3 forme liste de : longueur, dimension, taille ; surface, étendue, empreinte ; volume, contenu|contenant.
      La connaissance est bien figé dans une certaine expression formelle. Il suffit d’y introduire de la paramétrique, simplement.

    • Dieu a laissé le libre-arbitre aux hommes. Sachant en dépit de son plein gré que l’enfer est pavé de bonnes intentions.... Aime tes ennemis, c’est peut-être qui t’apporteront le plus....


      • Car charité bien ordonnée commence par soi-même...


        • Le cas de l’euthanisie de l’enfant au cerveau mort posa celui de ce qu’est la vie ? Mon compagnon avait un cancer monté au cerveau. Un chaman a posé sa tête contre sa poitrine : il ne sait pas qu’il est déjà mort... Ce que nous pourrions dire de la plupart des humains qui par exemple n’utilise pas leur glande pinéale, troisième oeil ou intuition. Elle se trouve AU DESSUS du cerveau reptilien... celui qui permet de survivre...


          • Connais-toi toi même et tu connaîtras l’univers.... et ses lois... Ce qui permet déjà de mieux s’orienter en regardant les étoiles. 


            • Que penser de ceux qui n’utilisent que leur cerveau gauche rationnel. Vive les ambidextres... Léonard de Vinci en étaient un...


              • Les hébreux écrivent de droite à gauche : c’est leur intuition qui parle...


                • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 14 août 09:31

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                  J’aurai pensé gueusement que le premier qui a formalisé l’écrit hébreu était gaucher. intuition, d|g, humpf ... :->


                • Ces imbéciles ont prétendu que la femme était inférieure à l’homme parce que son cerveau est plus petit. Raté. Celui de Freud et d’Einstein étaient petits. En plus, si la femme à la capacité de faire plusieurs choses en même temps, c’est qu’elle utilise ses deux cerveaux. Ne vous laissez pas tromper par l’erreur tentante. C’est le cerveau GAUCHE qui est rationnel....


                  • Sylfaën.H. Sylfaën.H. 14 août 09:37

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    Ni Droite, ni Gauche.
                    Ils disent osciller entre Raison & passions. Ils en font leur barrière à l’accession à leurs suprêmes, pour être certain que rien-ne-change.
                    Lorsque Pandore ouverte, on voit deux hémisphères. Certains grecs « inspirés » supposèrent que l’homme pourrait être bi-tâche. Ils essayèrent, jusque comme Diogène. N’y arrivant pas, ils décrétèrent l’inaccessibilité du supra ;
                    pour faire très court. smiley


                  • Le cerveau fonctionne d’autant mieux que toutes les zones du cerveau sont activées. Ceux qui passent leur vie derrière un microscope ont une pensée trés analytique et voient en fait moins bien que les autres la causes des problèmes (d’,où l’échec sur la recherche d’un vaccin)... La preuve fut faite avec les tests de Rorschach. CEux qui avaient une vue globale et en plus un récit qui lie les éléments entre eux (beaucoup de kinesthésies) ont un test d’intelligence nettement supérieur que ceux qui se concentre juste sur les détails (exemple je vois un doigt, des chiens...).


                    • Les signes de la vierge (liés à la médecine et les pharmaciens) ont une pensée très rationnelle et analytique. Normal qu’ils ont souvent des problèmes de constipation (Anal, analytique).


                      • Top des trois signes les plus créatifs, intuitifs et intelligents, : poisson, sagittaires, verseau, 


                        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 17:21

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          Voilà qui tombe bien : je suis silure.


                        • Astrolabe Astrolabe 9 août 17:47

                          @Pierre-Marie Baty
                           
                          Quel ascendant ? Nan, c’est important l’ascendant.
                          Moi, je suis furet ascendant lombric.
                          Eh bien, le lombric atténue les mauvais côtés du signe furet.
                          Et puis il y a la question du 1er, 2d ou 3e décas m’a dit mon astrologue qui lit dans le marc de café sans s’énerver.



                          • Pour Bach les dates varient. Mais il est bien né un 21 mars (entre poisson et bélier). Einstein né un 14 mars (poisson). Victor Hugo : 26 février : poisson.


                            • Pic de la Mirandole : VERSEAU. Raymond Queneau (entre verseau et poisson). 


                              • Jung : lion ascendant Verseau. Oui mais Freud (Taureau ascendant scorpion).. Les trois vivant ou tétramorphes. 

                                4 mars 2021 — Top 12 des signes astrologiques classés du plus intelligent au plus con (enfin ton vrai Q.I) · 1. Poissons · 2. Sagittaire · 3. Verseau · 4. Taureau.

                                • Lé gémeaux en derniers, Même s’ils sont considérés comme très cultivés.... Ah oui, j’ai lu tel livre et tel livre. Et qu’en as-tu appris.... ? Intelligence et culture n’ont rien à voir... D’ailleurs, on y retrouve les journalistes...


                                  • Gollum Gollum 9 août 17:49

                                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                    Intelligence et culture n’ont rien à voir...

                                    Bien d’accord. On en a des exemples vraiment pas loin... smiley


                                  • @Gollum Tiens qui revoilou... on s’ennuyait d’agora...et de Melulu...


                                  • Gollum Gollum 9 août 17:54

                                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                    Oh non vous ne me manquiez pas... 

                                    Vos fadaises pseudo-ésotériques m’en touchent une sans faire bouger l’autre...

                                    C’est juste que vous me faites toucher, malgré vous, l’idée de l’infini...


                                  • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 18:03

                                    @Gollum
                                    « m’en touchent une »
                                    « vous me faites toucher, malgré vous, l’idée de l’infini »
                                    Si je vous suis bien, l’une de vos testicules est l’idée même de l’infini. Je vais y réfléchir. Votre amie Mélusine est fascinante !


                                  • Astrolabe Astrolabe 9 août 18:06

                                    @Pierre-Marie Baty
                                     
                                    Ah bon, elle sait lire l’avenir dans les boules, même si elles ne sont pas de cristal ?


                                  • Gollum Gollum 9 août 18:08

                                    @Pierre-Marie Baty

                                    Votre amie Mélusine est fascinante !

                                    Pour être fascinante elle l’est. Mais ce n’est pas mon amie du tout, c’est une catastrophe ambulante... et qui se pense irremplaçable c’est toujours comme ça que ça se passe avec les cas psy..

                                    Sinon sur mes bijoux de famille, no comment. smiley


                                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 9 août 18:11

                                    @Astrolabe
                                    Elizabeth Tessier lisait bien dans les boules de Mitterrand ...


                                  • Furax Furax 9 août 18:13

                                    @Gollum
                                    Bonjour Gollum,
                                    Vous, Pierre-Marie Baty, un bain de jouvence !


                                  • @Aita Pea Pea Mitterrand fut surtout longtemps en contact avec une psychologue jungienne. Un des seules avec qui il ne dépassa pas le verre de champagne. Ce qui lui dire : je crois aux forces de l’esprit (sous-entendu : je reviendrai parmi vous...). Déjà que je porte la chemise en lin de sa nièce.. Elle s’appelle de Hennezel (origine chevaleresque... On sait nien que Mitterrand était Rose-CROIX) et était allé à Rennes)le-Château. https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie_de_Hennezel


                                  • Gollum Gollum 9 août 18:27

                                    @Furax

                                    Bonjour Furax. smiley Comme quoi il ne faut jamais désespérer...

                                    Heureux de vous retrouver ici. smiley

                                    Mais je pense être moins envahissant qu’avant, pas envie de retomber dans l’addiction.. 

                                    Aujourd’hui je bavarde car j’ai fait la fête et j’ai le cerveau en compote donc Avox convient bien dans des cas comme ça..


                                  • Bach n’avait pas besoin de libre-arbitre, cela coulait de source...


                                    • Pour le moment, je lis la fascinante : Ode PacTAT PRADIER : Soleil ascendant scarabée...


                                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 18:36

                                        Après toutes ces mélusinades fort égayantes j’ai enfin pris le temps de donner un peu d’attention à cet article. Il pose des questions très pertinentes. Je m’étonne que personne n’ait encore évoqué Teilhard de Chardin pour tenter d’expliquer cette différence entre l’empire effectif que nous avons sur nous-mêmes et la puissance à peine soupçonnée du pilote automatique qu’il y a sous la surface de la conscience ?

                                        Allez, un peu de poésie : Miaou


                                        • @Pierre-Marie Baty Ah Teilhard de Chardin. Voilà qui nous lie...


                                        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 18:43

                                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                          Bigre. Dans quels rets suis-je tombé là.


                                        • Gollum Gollum 9 août 18:51

                                          @Pierre-Marie Baty

                                          Je ne lis plus ses textes qui sont toujours trop longs.. 

                                          Sinon Teilhard je n’ai pas lu, le peu que j’en connais ne m’y incite pas..

                                          J’ai vaguement vu qu’on parle du libre-arbitre auquel je n’ai jamais cru et cela fait presque un demi-siècle que ça dure...

                                          C’est un truc de plus qui me sépare du christianisme de masse qui maintient et proclame ce fameux libre-arbitre.


                                        • Gollum Gollum 9 août 18:52

                                          @Pierre-Marie Baty

                                          Dans quels rets suis-je tombé là.

                                           smiley 


                                        • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 août 19:05

                                          @Gollum
                                          Notre liberté, à mon sens, est une illusion. Les puissants déterminismes du monde matériel nous empêchent d’être autre choses que des esquifs ballottés dans la tempête. Mais cette illusion nous laisse un espace de latitude dans lequel nous pouvons espérer, en barrant juste, sombrer un peu moins pitoyablement que les autres et avec le sourire aux lèvres. En ce sens, elle nous est bénéfique.
                                          C’est comme le christianisme que vous réprouvez : la valeur du lien social qu’il procure est supérieure à son critère de vérité, et cela suffit, selon moi, pour justifier sa pertinence. La religion est étymologiquement l’ensemble de rites qui relie les hommes, sans aucun égard à leur valeur de vérité. Le phénomène dont vous parlez est celui que les latins appelaient superstitio.


                                        • Gollum Gollum 9 août 19:25

                                          @Pierre-Marie Baty

                                          la valeur du lien social qu’il procure est supérieure à son critère de vérité, et cela suffit, selon moi, pour justifier sa pertinence.

                                          Je suis assez d’accord avec ça. Je ne suis pas du genre à dire que le christianisme est totalement toxique.

                                          Il favorise en effet l’empathie même s’il a été très coercitif dans les siècles passés.

                                          Son aptitude à favoriser la superstition est aussi une de ses grosses tares.

                                          En fait rien n’est jamais simple dans les jugements que l’on peut émettre sur telle ou telle doctrine.

                                          Il y a aussi dans le christianisme nombre de thèmes initiatiques et ésotériques bien visibles que leurs adeptes nient parce que cela les dérange. Et donc je ne m’y étendrais pas. 

                                          Sur les arrières fonds psychiques qui nous gouvernent cela a été assez mis en lumière par la psychologie des profondeurs..

                                          Et anticipé par Spinoza puis Nietzsche.

                                          Je me souviens d’ailleurs d’un de vos contradicteurs sur un texte sur Vatican 2 vitupérer cette psychologie des profondeurs comme un des fléaux modernes en bon réactionnaire qu’il était...

                                          Facile de comprendre pourquoi il est plus difficile de culpabiliser le fidèle dans un tel cadre théorique.. Et ces gens là ont besoin du péché. C’est leur drogue, leur cocaïne..


                                        • Quant à la fameuse ère du verseau. N’y croyez pas trop. Comme le dit bien PLATON. Si dans la vie on se fait une dizaine d’amis c’est déjà énorme. Sinon ce ne sont que des renvois d’ascenceurs... 8 milliards d’humains totalement différents...La fraternité universelle est le plus gros des bobards...


                                          • Certains doivent s’étonner que l’ère du verseau commence dans la haine et les guerres. (excepté qulequue tentatives d’association sous inspiration écologique digne des années septante : Aquarius). Mais l’arrivée de Pluton (hadès-la mort.. Mais aussi le renaissance) va se trouver en verseau pendant 19-20 ans. Comme s’il fallait épurer la haine par la mort pour reconstruire le monde de demain. Belle perspectives.... !!!. 


                                            • jjwaDal jjwaDal 9 août 22:40

                                              « Je » n’existe pas, plus précisément le « je » est un trompe l’oeil. Nous devrions dire « nous » d’une part, quand nous parlons de nous, ce que nous pensons, ce que nous ressentons. D’autre part, le libre arbitre est de façon assez manifeste une illusion qui pourrait émerger de la croyance en l’existence du « je » mais je soupçonne que ça va bien au delà de ça.
                                              La première personne du singulier et la responsabilité de nos actes sont deux foutaises rendues nécessaires par notre statut d’animal social. Utiliser le « nous » obligerai à rentrer avec les autres dans des discussions complexes que la plupart refuseraient d’entendre.
                                              « J »’ai eu la chance adolescent de voir un voisin fumeur en pleurs (il avait subi une ablation d’un poumon et continuait à fumer malgré le risque de récidive de son cancer). Il avait perdu le contrôle de son cerveau pensait-il. En fait il ne l’avait jamais eu bien sûr et « je » l’ai perçu par mon vécu d’alors à l’époque.
                                              Il est bien plus facile aussi de trainer les violeurs et les assassins au tribunal (traiter les conséquences) , faute de pouvoir traiter les causes sociales et environnementales qui les ont fabriqués. Une maman dont le charmant fiston avait été transformé en monstre et en assassin par l’armée US (il avait tué 50 civils à la mitraillette sur ordre d’un supérieur) aurait mal pris qu’on lui explique que son fils avait choisi de devenir librement ce qu’il était devenu (témoignage de Seymour. Hersh).
                                              A raison. La responsabilité individuelle est simplement une façon commode de gérer les conséquences pour la société, les autres.
                                              « Je » n’ai pas choisi de n’être ni violeur, ni assassin, ni homme politique (menteur). L’environnement dans lequel j’ai grandis et évolué me l’a simplement interdit et je n’en tire donc aucun honneur et n’en attend aucune louange.

                                              « Je » ne suis pas un chic type parce que « je » l’aurai décidé, mais parce que la vie ne m’a pas laissé le choix. Tout flatteur vit au dépends de ceux qui l’écoutent et croient surtout piloter leur navire.
                                              Nous avons eu de la chance. D’autres ne l’ont pas. C’est la vie...


                                              • pacifico 10 août 15:45

                                                @l’auteur

                                                .

                                                « Dépasser l’immédiateté d’exister »

                                                Et après l’existence ?

                                                Vous comptez faire quoi ?


                                                • Cyrus lacerta 10 août 16:01

                                                  @pacifico

                                                  planter des tomate verte pour avoir 19enmat ?


                                                • Pourquoi l’animal ne peut penser ? Parce qu’il n’a pas conscience de sa mort. C’est la mort qui activite les neurones (lélecricité de la pensée). Tant que je pense, je suis en vie.... Voilà pourquoi le Transhumanisme signe la mort de la pensée. Derrière chaque act de pensée se cache la crainte de la mort. Afin de donner un sens, une ecplication à la vie Le retour du efoulé, ce n’est que le retour de nos morts qui nous demande une dette puisque vous êtes encore en vie.... Ce n’est pas : je pense donc : je suis. Mais je pense donc je vis. L’économie psychique développée par Freud est marquée par cette attraction vers la mort. De ce point de vue, une symétrie existe entre les approches freudienne et nietzschéenne. Pour Freud, proche en cela de Schopenhauer, « Le but de toute vie est la mort » (Freud, 1920, p. 310) et la vie simple « détour menant à la mort », alors que pour Nietzsche la mort est au service de la vie. Cette finalité est sensible dans la trinité présentée par Nietzsche dans son Zarathoustra sous la forme du chameau, du lion et de l’enfant (le porteur, le destructeur et le créateur de valeurs), cette trinité rappelant celle de l’hindouisme avec Brahmâ, Vishnou et Shiva. Le film Blade Runner, réalisé par Ridley Scott en 1982, met en scène cette interrogation ; il est inspiré du roman de Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? (1979). Ce film retrace l’histoire de la traque à mort d’androïdes, dits « réplicants » (de clones, dirait-on aujourd’hui), par un blade runner (sorte de policier spécialisé dans le « retrait » de réplicants). Ces réplicants incarnent parfaitement l’être-pour-la-mort heideggérien car leur mort programmée, mais dont la date leur est inconnue, les jette dans l’angoisse du monde et les rend par là même vivants. Le film nous plonge au cœur de l’interrogation « qu’est-ce que mourir ? » et « qu’est-ce que donner la mort ? » Ainsi Rachel, réplicante, demande à Deckard, policier joué par Harrisson Ford : « N’avez-vous jamais retiré un humain par erreur ? » Cette angoisse devant sa propre finitude et devant le fait de faire soi-même l’objet d’une comptabilité mortifère inaugure une tension proprement vitale. Le robot, lui, est indifférent à sa mort, qui n’est que la fonction programmée de sa mise au rebut. Les androïdes de Blade Runner éprouvent des sentiments, c’est-à-dire une angoisse mortifère qui est un désir moteur. Ils recherchent alors à prolonger la vie et à transmettre leurs souvenirs et leurs sentiments.


                                                  • La notion de vie chez André Pichot nous paraît pouvoir mettre en relief la conception freudienne. Dans son ouvrage sur l’Histoire de la notion de vie (Pichot, 1993), celui-ci propose de définir la vie comme un écart par rapport à l’environnement. Ainsi est vivant ce qui s’écarte du destin de l’environnement. De la même façon chez Freud, la vie est cette tension, éphémère, qui contrecarre le retour à l’inanimé. La vie serait donc caractérisée par le fait qu’une chose devient plus ou moins imprévisible par rapport à son environnement : le destin d’une fleur est plus prévisible que celui d’un animal et celui d’un animal plus prévisible que celui d’un humain. Dans cette optique, Jung pense également la vie comme différenciation, individuation de son propre parcours, non réductible aux aléas de l’environnement. En ce sens, l’uniformité et l’indistinction représentent un grand péril pour l’être vivant. On comprend mieux ainsi le rapport entre compulsion de répétition, qui confère à la vie d’âme son « caractère démonique » (Freud, 1996, p. 172), et pulsion de mort. En effet, la vie, c’est le travail de la différence. Freud cite d’ailleurs cette définition d’Hartmann, pour qui la mort est « la conclusion du développement individuel » (Freud, 1920, p. 320).


                                                    • Pourquoi le névrosé a la pensée la plus créative et rêve beaucoup. Parce qu’il est confronté à l’angoise de mort par la castration. Oui j’ai pensé un jour tuer mon père et cette pensée me fait craindre un retorsion qui implique une dette car il m’a donné la vie. C’est cette même pensée qui nous rend redevable. Qui paie ses dettes s’enrichit...


                                                      • dans le mot rêve ,il y a EVE. Ève vient de l’hébreu, « Hawwah » qui signifie « vivante » ou « source de vie ». C’est pourquoi, pour sombrer dans les bras de Morphée. Il faut se détacer de l’environement.Qui dort dîne.. Paraît u’on va remplacer les psychiâtres par l’I.A 


                                                        • Dans le mot rêve ,il y a EVE. Ève vient de l’hébreu, « Hawwah » qui signifie « vivante » ou « source de vie ». C’est pourquoi, pour sombrer dans les bras de Morphée. Il faut se détacher de l’environement. Qui dort dîne.. Paraît qu’on va remplacer les psychiâtres par l’I.A 


                                                          • Le peuple qui rêve le plus sont les Amérindiens. D’ailleurs, ces d’eux que viennent les attrappes rêves

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité