• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Concurrence féroce et scandales à répétition, les maisons de vente aux (...)

Concurrence féroce et scandales à répétition, les maisons de vente aux enchères vacillent-elles ?

Christie’s, Sotheby’s, Artcurial, Piasa… les grandes maisons d’enchères évoluent dans un univers ultra-compétitif et sont en pleine mutation numérique. Très exposées, elles font l’objet de polémiques à répétition, qui entachent parfois leur réputation, mais ce qui n’est pas suffisant pour enrayer leur chiffre d’affaires, qui a connu une forte hausse pour atteindre 5,8 milliards de dollars en 2017. De nouveaux acteurs, centrés sur le Web, pourraient bien profiter de la situation pour séduire une nouvelle clientèle, plus jeune et plus connectée.

Le monde feutré des maisons de vente aux enchères est-il en crise ? Depuis plusieurs années, les scandales s’accumulent. Des polémiques qui interrogent sur l’intégrité de ces « institutions ».

En 2014, des objets ayant appartenu à Adolf Hitler et à Hermann Goering, rapportés par des combattants français de la 2ème Division blindée du général Leclerc, sont retirés des enchères par la maison Vermot de Pas devant l’indignation d’organisations juives. Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme avait jugé la vente « obscène » et « de nature à offenser les victimes du nazisme ».

Cette même année, une autre affaire éclabousse Christie’s : la vente de 85 œuvres de Miró est annulée par Christie’s suite à une polémique au Portugal, dont l’Etat est propriétaire des œuvres. L’État était devenu propriétaire lors de la crise économique portugaise et de la nationalisation de la banque BPN. L’ancienne ministre de la Culture Gabriela Canavilhas avait déclaré à ce propos que la vente de ces œuvres était « illégale » et lésait « l'intérêt public ».

Plus récemment, au tout début du mois d’octobre, le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev lance une action en réparation contre la maison d’enchères Sotheby’s, lui reprochant d’avoir collaboré avec Yves Bouvier, son ancien intermédiaire dans l’acquisition d’une quarantaine d’œuvres d’art. Ce dernier, qui se dit aujourd’hui un « paria » et « blacklisté de tous les côtés », est accusé d’avoir gonflé les prix d’œuvres d’art négociées pour le milliardaire russe et d’avoir dégagé des marges exorbitantes, entre 500 millions et un milliard d’euros. L’homme d’affaires russe réclame aujourd’hui 380 millions de dollars à Sotheby’s et ses avocats parlent de la « plus grande fraude de l’histoire ». Une affaire symptomatique des dérives du monde de l’art, où des personnalités et des intermédiaires comme le Suisse Yves Bouvier sont régulièrement suspectés de profiter de l’opacité qu’il règne dans le milieu pour s’enrichir, parfois de manière illégale. Il est notamment suspecté par la justice helvétique d’avoir fraudé au fisc près de 145 millions de dollars.

Enfin, le vendredi 5 octobre dernier, la toile autodétruite de Banksy, « Girl with balloon », a à nouveau posé la question de la complicité de Sotheby’s qui dément avoir été prévenu à l’avance de l’« happening ». Le porte-parole de Banksy a précisé qu’il n’y a eu « aucune collusion entre l’artiste et la maison d’enchères » et qu’une maison réputée « n’encouragerait jamais ses précieux clients à enchérir sur une chose dont elle saurait qu’elle va être détruite, leur crédibilité ne s’en remettrait jamais ».

Des scandales à répétions qui n’ont pas encore eu de conséquences sur les performances économiques des maison de ventes aux enchères.

Pour l’instant, des performances économiques rassurantes

Après deux ans de ralentissement, les maisons de vente anglo-saxonnes ont affiché des résultats en hausse en 2017. La maison d’enchères londonienne Christie’s, leader du marché, a réalisé un volume de ventes de 5,8 milliards de dollars. Portée par des transactions exceptionnelles et médiatisées, la maison a largement profité de la vente record du « Salvator Mundi » de Leonardo da Vinci pour la modique somme de 450,3 millions de dollars.

Qu’il s’agisse des ventes aux enchères traditionnelles et des ventes en ligne, les deux principales catégories pour attirer de nouveaux acheteurs sont aujourd’hui le luxe (28%) et les arts décoratifs (18%). Par ailleurs, c’est l’art d’après-guerre (21% du marché en 2017) et l’art contemporain (15% du marché) qui ont tiré le marché vers le haut. Sans oublier le business de l’automobile, qui prend une importance considérable et qui atteignait en 2016, selon Challenges, « 1,27 milliard d’euros », c’est-à-dire pratiquement la moitié des 2,7 milliards d’euros de biens adjugés dans l’Hexagone.

De nouveaux acteurs qui profitent d’une clientèle plus connectée

Les grandes maisons suivent l’air du temps. Réputées traditionnelles, elles sont pourtant obligées de s’adapter aux nouveaux modes de vie des clients. Récemment, elles ont amorcé une mutation profonde et ont pris le tournant du digital. Comme l’explique Fashion Network, Artcurial « a organisé sa première vente exclusivement digitale d’objets mode, avec des pièces signées Chanel, Dior, et Louis Vuitton, du 17 au 22 octobre ». Artcurial a même noté « un vrai engouement » des clients pour la digitalisation de la vente. Parallèlement, il existe sur ce marché de pure players qui ne font eux que des ventes en ligne. L’objectif ? Attirer une clientèle plus jeune, plus agile, plus connectée. Les maisons de ventes ne disparaîtront peut-être pas, mais la façon dont elles vont faire leur métier s’apprête à se transformer en profondeur.

Prises dans la révolution numérique, les grandes maisons tentent par ailleurs de soigner leur réputation et leur e-réputation. Si les nombreuses polémiques n’ont pas encore eu un impact décisif sur le chiffre d’affaires du secteur, elles n’en demeurent pas moins un « bad buzz » aux conséquences préjudiciables à moyen terme.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 6 novembre 2018 15:13

    Pour blanchir l’argent sale elle sont encore efficaces.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Bertrand


Voir ses articles






Les thématiques de l'article

Art


Palmarès


Derniers commentaires