• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Contre la réforme territoriale libérale-régionaliste, jacobin et fier de (...)

Contre la réforme territoriale libérale-régionaliste, jacobin et fier de l’être !

Pendant qu'on distrait les gogos avec un redécoupage régional aussi ridcule qu'inutile, l'essentiel se trame en toute discrétion. L'essentiel, c'est la suppression des assemblées départementales que prépare le projet présenté par Hollande. Ce caprice présidentiel ne sera pas, nous dit-on, soumis à référendum. Double déni de démocratie ! Les français, voyez-vous, pourraient avoir le mauvais goût de manifester leur attachement à ce cadre républicain menacé par la réforme libérale-régionaliste...

On croyait pourtant avoir touché le fond avec l'inepte projet de conseiller territorial. L'UMP, souvenez-vous, voulait faire siéger les élus des départements... dans les conseils régionaux. Motivation purement politicienne : faciliter la reconquête des régions par la droite, mieux implantée à l'échelle départementale.

Avec l'alternance, cette réforme idiote a heureusement rejoint la poubelle de l'histoire avec son concepteur à talonnettes. Las, les solfériniens avaient à coeur de démontrer qu'ils n'étaient pas en reste en matière de bricolages institutionnels stupides. Leur trouvaille : le binôme d'élus départementaux. But de la chose : éradiquer les forces minoritaires, notamment celles qui subsistent à la gauche du PS, en augmentant la taille des cantons.

Mais le pire était à venir. Le pire, je le dis d'embléee, ce n'est pas ce puzzle assez grotesque que nous a présenté Hollande. Car voyez-vous, l'essentiel du projet est tellement scandaleux qu'il fallait bien distraire l'attention du bon peuple. A cet égard, le PS ne remerciera jamais assez les rebelles de café du commerce, qui babillent jusque sur les forums citoyens leur haine du "millefeuille territorial" et de ses élus supposés avides de prébendes et de sinécures. Curieux spectacle que celui de ces contributeurs qui croient faire oeuvre d'indépendance d'esprit en répétant les poncifs véhiculés par l'oligarchie médiatique. Il devra aussi une fier chandelle à ceux qui s'écharpent déjà sur la future carte des régions.

Le projet annoncé par Hollande vise en effet principalement à préparer la suppression des assemblées départementales en dépouillant les départements de leurs compétences. Double déni de démocratie : l'idée est rien de moins que supprimer une assemblée élue (il y a trop de démocratie dans ce pays ma bonne dame !). Et on ne consultera évidemment pas les français sur le douteux caprice d'un président démonétisé (trop de démocratie, vous dis-je).

Car les français, voyez-vous, ont le mauvais goût de ne pas toujours adhérer aux vues de l'oligarchie, comme on l'a vu en 2005. Pour le sujet qui nous occupe, gageons que dûment éclairés sur les enjeux du projet, ils ne tarderaient pas à rejeter avec force ce projet libéral-régionaliste.

Il y a d'ailleurs une coéhrence entre le projet euro-libéral refusé en 2005, et l'actuel bricolage hollandiste. Dans les deux cas, l'idée est de défaire par tous les bouts l'édifice républicain traditionnel : Etat, département, commune. Autant que faire se peut, on cherche à faire sortir la décision du cadre habituel de délibération démocratique. La suppression des assemblées départementales et les transferts de compétence qui l'accompagnent ferait disparaître en catimini des pans entiers de l'intervention publique. S'ajoutant à la mort déjà imaginée par certains des petites communes, ce seraient ainsi d'inombrables territoires et populations fragilisées qui se trouveraient privés du soutien de la puissance publique.

L'oligarchie vomit la tradition républicaine, obstacle à sa rapacité. Elle la baptise jacobinisme. Eh bien messieurs les puissants, je suis fier d'être jacobin, car c'est là l'expression la plus belle de la solidarité nationale.


Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 4 juin 2014 10:39

    Bien envoyé !
    quand on va avoir besoin de parcourir cent ou deux cent kilomètres pour rencontrer un élu pour lequel on a même pas voté, on va sentir en effet la distance qui nous sépare d’avec l’autorité...et tout ça pour faire boucher un trou sur le trottoir devant chez soi.


    • Michel DROUET Michel DROUET 4 juin 2014 19:14

      Vous les voyez souvent, vos élus ?


    • Michel DROUET Michel DROUET 4 juin 2014 22:07

      C’est touchant, tout ces gens qui regrettent déjà de ne plus avoir de contact avec leurs élus futurs alors même qu’ils ne connaissent déjà pas les actuels et qu’ils n’auront sans doute jamais besoin de les rencontrer.

      Un conseil, si vous avez un trou sur le trottoir devant chez vous, adressez vous à la Mairie ou au besoin au Conseil général si vous êtes sur une RD. Ils vous enverrons les services techniques et le boulot sera fait plus surement que par le conseiller machin, qui de toute façon ne se déplacera pas pour un trou sur le trottoir.

      Dans le cas d’une administration centralisée comme le souhaitent certains jacobins, ce sera encore plus dur de voir un élu parce que vous devrez vous rendre à Paris pour voir le député ou le sénateur. A défaut vous pourrez vous adresser à la DDE (ou ce qu’il en reste) pour boucher votre trou. 


    • Spartacus Lequidam Spartacus 4 juin 2014 10:48

      Mais non cette réforme n’est pas libérale, au contraire elle est purement socialiste.

      Elle ne licenciera personne d’inutile ni ne simplifiera aucune bureaucratie.
      Dans l’énoncée elle est prévue aux calandres Grecques. Les bidouilleurs d’aujourd’hui comme leurs projets ne seront plus là quand on y arrivera.

      Vous imaginez des fonctionnaires français bouger ? Changer de lieu ? Capable de se remettre en cause ? 

      Déja qu’ils sont incapables d’admettre qu’ils ont des privilèges en droits sociaux, allez leur faire admettre qu’ils coûtent cher aux autres.

      Cette réforme créera un échelon de plus, au lieu d’un de moins, engendré par des incapables, elle ne sert qu’a faire du vent dans las médias pour cacher l’incapacité à régler le chômage des socialistes.

      Chaque semaine une idée fumeuse pour brûler l’argent de l’état et créer des dettes sur le futur aux nom d’intérêts politiques de court terme.....Encore pendant 3 ans...voire plus.....Jusque la faillite ? 

      • Fab81 4 juin 2014 12:04

        Le libéralisme chimiquement pur tel que vous le concevez n’existe pas et ne peut pas exister. Il est donc logique que rien ni personne ne soit assez libéral pour trouver grâce à vos yeux. Heureusement que personne ne prend vos idées aux sérieux, car je crains fort que le dogmatisme libéral donne des résultats aussi calamiteux que jadis le dogmatisme stalinien ou maoïste...


      • lsga lsga 4 juin 2014 13:19

        « Cette réforme créera un échelon de plus, au lieu d’un de moins, engendré par des incapables, elle ne sert qu’a faire du vent dans las médias pour cacher l’incapacité à régler le chômage des socialistes. »

         
        Je suis tellement d’accord avec cette phrase. 
         
        Et oui, cette réforme n’a strictement rien de libéral, elle est dans la plus pure tradition Jacobine de destruction des identitéS françaiseS, de gestion bureaucratique du territoire.
         
        Par contre, Spartak, rien à voir avec le socialisme hein : c’est du Bismarckisme à la rigueur. 

      • Fab81 5 juin 2014 09:58

        Isga et Spartacus, frères en dogmatisme... Et poussant l’un et l’autre le bouchon si loin que j’en viendrais presque à les soupçonner de travailler à discréditer et rendre haïssables les idéologies qu’ils sont censés défendre.


      • lsga lsga 5 juin 2014 10:04

        ça s’appelle le courant progressiste.
         

        enjoy.

      • Alpo47 Alpo47 4 juin 2014 10:50

        Inutile de rêver, le processus de casse poursuivra son chemin ... sauf si nous finissons par nous y opposer VRAIMENT.

        Et la suppression des départements va se faire en plusieurs étapes, Ils vont d’abord progressivement supprimer leurs prérogatives et lorsqu’il n’en restera quasi plus rien, les départements pourront bien rester délimités sur une carte, ils n’auront plus de vraie existence.

        Si nous étions dans une partie de poker, nous pourrions dire que la « partie adverse » triche en controlant la distribution des cartes.

        Remarquons que la constante de ce pouvoir, encore bien pire que le précédent, c’est le mensonge et la trahison.


        • Scual 4 juin 2014 12:16

          Normalement j’appellerais à manifester ou je ne sais quoi mais malheureusement il semble qu’il s’agit de traitres qui trahissent. Le problème des traitres, c’est qu’ils se fichent de l’opinion des gens, c’est même leur objectif de tout casser, quoi qu’on leur dise. Tout vendre, tout détruire, tout saccager, supprimer toute forme de démocratie etc...

          Désolé mais si c’est bien comme tout semble l’indiquer des traitres, rien n’empêchera cette réforme à part une révolution ou un coup d’État... triste époque.


          • Fab81 5 juin 2014 10:04

            Je ne partage pas votre pessimisme. Cette réforme nécessitera très vraisemblablement une révision constitutionnelle, impossible sans le soutien des 3/5e des parlementaires. Le PS en est très loin, et la pression populaire aiderait les hésitants à résister. Reste à nous approprier ensemble le contenu de ce projet, pour en comprendre les dangers, à l’instar de ce qui a été fait en 2005 pour le traité européen. La vraie difficulté, sera, je vous le concède, de trouver un moyen efficace de faire pression sur nos parlementaires (et non pas sur Hollande et son gouvernement, là, le combat est désespéré !). Mais les seuls combats que l’on est sûrs de perdre sont ceux que l’on renonce à mener.


          • Scual 5 juin 2014 13:07

            L’UMP aidera le PS comme à chaque fois qu’il y a besoin.


          • baron 4 juin 2014 14:17

            Vous pouvez remarquer que les régions à fortes identitées ne sont pas touchées. 


            En fait seules sont concernées les régions ou les populations resteront passives et moutonières.

            Ce qui est bien la preuve que lorsque le peuple ne se laisse pas faire l’état n’ose pas s’en prendre à eux.
            Et surtout que c’est bel et bien la population qui porte l’entière responsabilité de ce qui lui arrive.
            CQFD ??

            • Fab81 5 juin 2014 09:55

              « Passifs et moutonniers », les gens du Limousin, grande terre de résistance s’il en est ? « Passifs et moutonniers », les gens du Langeudoc, avec les Cévennes camisardes ? Non je crois que le problème est ailleurs : les citoyens n’ont pas encore identifié le danger, et ils ont du mal à voir comment résister efficacement face à un pouvoir qui a déjà montré qu’il se passait de leur avis, même pour des choix engageant l’avenir de la Nation.


            • Dwaabala Dwaabala 4 juin 2014 17:24

              Bien d’accord avec cet article.
              Toujours à la traîne de l’Allemagne, cette réforme tend à organiser la France sur des bases voisines en supprimant la démocratie de proximité, héritage de la Révolution, comme vous le soulignez.
              De plus, il faut appuyer sur le fait que pendant qu’on démantèle à l’intérieur, au moins en discours et débats, on prépare en catimini le Traité transatlantique, dont l’approbation ne sera pas soumise au peuple, ni même à ses élus.
              La manoeuvre de diversion est un peu grosse pour qui veut bien la voir.


              • mmbbb 4 juin 2014 18:47

                a l’auteur Vous ne proposez rien de concret Le poncif millefeuile administratif existe et il y a quand meme des oligarchies locales L’auteur oublie de souligner l’explosion des impots locaux qui est devenu une lourde charge pour les revenus modeste Eluder ce sujet est une malhonnete intellectuelle Quant a l’etat jacobin s’il fut utile a la France il est desormais depasse J’habite pres de Lyon C’est une evidence que la region est devenu l’echelon essentiel apres l’etat L’education nationale l’exemple de la gestion centralisee jacobine et dont le second pouvoir est le syndicat tres belle reussite en effet 


                • Michel DROUET Michel DROUET 4 juin 2014 19:17

                  Oui, mais tout ce que vous dites sur les impôts, les jacobins s’en fichent, c’est secondaire pour eux.


                • Le421... Résistant Le421 4 juin 2014 20:58

                  Déjà que les portugais de Bordeaux ne peuvent pas sentir les arabes de Toulouse, comment voulez-vous faire un rapprochement territorial avec des gens qui ne peuvent plus se sentir.
                  Sauf les Picards et les Ch’tis !! Ils votent bien FN et ça, ça rassemble !!  smiley


                  • scylax 4 juin 2014 22:06

                    Décidément les illetrtés de la politique mettent le libéralisme à toutes les sauces. Maintenant il y a le libéralisme-régionaliste !!

                    Tous les étudiants en 1ère année de sciences po savent que c’est le jacobinisme qui favorise le libre-échange. La révolution bourgeoise 1789 a brisé les provinces et les syndicats.

                    • Fab81 5 juin 2014 09:48

                      Il n’y a que vous pour ne pas avoir compris que ces concepts étaient ici utilisés dans leur sens courant et contemporain (même si je renie pas tout du jacobinisme « historique »). Du reste, le libre-échangisme pas plus que le protectionnisme ne sont réductibles à un courant politique donné.

                      Et je maintiens, n’en déplaise aux donneurs de leçons pédants, que la promotion des régions au détriment du cadre républicain traditionnel va de pair avec le libéralisme, (ainsi qu’avec l’européisme, dans une large mesure).

                      Ce projet de réforme territoriale en est une parfaite illustration. Il y a bien sûr un régionalisme qui n’est pas libéral, et un libéralisme qui n’est pas régionaliste. Mais ces deux idéologies se marient bien. Utiliser l’Union Européenne pour mettre les politiques néo-libérales à l’abri de la délibération démocratique, recréer de grandes féodalités dans le cadre de « super-régions », supprimer les assemblées départementales élues, renforcer les intercommunalités au détriment des communes en évitant de totalement les démocratiser... Il faudrait être aveugle pour voir que tout cela participe d’une seule et même logique. Baptisez-cela autrement que « libéral-régionalisme » si vous voulez, conceptualisez cela comme vous l’entendez, la logique est là et bien là, et « l’illetré de la politique » est plutôt celui qui refuse de la voir, préférant infliger à ceux qui n’en ont que faire de vagues leçons d’histoire des idées politiques totalement hors-sujet.


                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 juin 2014 06:50

                      Il s’agit d’en finir avec la République et la France en tant qu’ Etat Nation. Diviser pour mieux régner !

                      Discours de Hollande en Corrèze, janvier 2014 :
                      « De nouvelles compétences seront transférées (...) Un pouvoir règlementaire local leur sera conféré pour leur permettre d’adapter la règle national au territoire. »

                      C’est la fin des lois nationales s’appliquant sur tout le territoire, donc la fin de la République française.

                      C’est la mise en place progressive des euro -régions qui finiront sous la coupe de Bruxelles et de Washington. Attaques par le bas, par les euro-régions et par le haut par les Traités transatlantiques. La coordination est parfaite !

                      « Les euros- régions, allons- vous laisser détruire les Nations ? » par Asselineau.

                      Pour l’ultralibéralisme, l’ Etat Nation est un danger permanent, il est capable de légiférer dans le sens de l’ intérêt général, de réguler les mouvements de capitaux, de remettre en place le rôle de la Banque de France, de protéger le modèle social, d’intervenir dans l’ économie en nationalisant des secteurs clés, de faire un referendum sur la dette etc...


                      • Fab81 5 juin 2014 09:52

                        En effet, il y a une logique derrière tout cela. Le piège serait de s’en tenir à cette impression d’action brouillonne et désordonnée que laisse Hollande. Il y a une cohérence d’ensemble dans son action, c’est la destruction de notre héritage républicain. Merci de rappeler ce idée de laisser aux régions ce « pouvoir réglementaire local », j’avais oublié de le mentionner.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès