• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De Gaza à Jérusalem : 11 jours qui ont fait basculer le conflit (...)

De Gaza à Jérusalem : 11 jours qui ont fait basculer le conflit israélo-palestinien

Chaque immeuble résidentiel que les jets israéliens détruisent à Gaza, chaque famille expulsée de sa maison, chaque maison donnée par les tribunaux à un colon juif, est maintenant devenu un acte de guerre. Cela ne produira ni défaite ni résignation. Cela alimentera le feu de la Résistance.

Les contours de la nouvelle lutte sont déjà déterminés : elle a Al-Quds (Jérusalem) pour centre géographique, les citoyens palestiniens d'Israël comme fantassins et les missiles de Gaza pour garants.

Par David Hearst

Source : Middle East Eye

Traduction : lecridespeuples.fr

« Je reçois beaucoup de messages de mes amis israéliens », a déclaré une citoyenne palestinienne d'Israël sur l'application Signal. Vraisemblablement parce qu'elle pensait que le Shin Bet ne pouvait pas intercepter l'appel.

« Ils me disent de ne pas m'inquiéter, et que les choses reviendront bientôt à la normale. Et je me dis alors : la normale pour vous est de retourner sur les plages. La normale pour nous est de retourner dans nos cages. À quoi ressemble la normalité pour un Palestinien à Gaza, de Cisjordanie et de Jaffa ? Sourire en vous servant du falafel et de l'humus, rire jaune en vous vendant nos légumes ou en réparant vos voitures moins cher que chez vous, ou encore travailler sur vos chantiers ?

Nous avons peur de l'effusion de sang qui pourrait avoir lieu. Mais nous sommes heureux. Pour la première fois de ma vie, je vois quelque chose qui sommeille depuis des décennies, qui remue, qui prend vie.

Je vois une nouvelle génération s'affirmer. Ils sont plus jeunes que moi. Ils ne reçoivent d'ordres de personne et ils se soulèvent. Je suis vraiment ravie de ne pas me considérer comme une "Arabe israélienne". Je suis Palestinienne, et pour la première fois dans ma vie, je peux voir la lumière au bout de notre long tunnel. »

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1393564710570766338

Alimenter la résistance

La personne qui s'exprime en ces termes a un passeport israélien, un bon travail, un appartement, en fait une maison qui a été autrefois saisie à une famille palestinienne à Jérusalem. Elle voyage régulièrement en Europe. Son hébreu est parfait, meilleur que de nombreux immigrants juifs. En fait, elle est souvent prise pour une juive.

Sa voix n'est qu'une voix parmi d'autres, dans une cacophonie de voix, et je ne la sélectionne pas car elle pense comme moi. Mais au fur et à mesure que les jours passent, les sentiments qu'elle a exprimés, et ceux d'autres Palestiniens comme elle qui ne le disent pas à haute voix, feront plus pour déterminer l'avenir de ce conflit que toute déclaration de contorsionniste du Président américain Joe Biden ou de son Secrétaire de État Antony Blinken.

En fait, chaque immeuble résidentiel que les jets israéliens détruisent à Gaza, chaque famille expulsée de sa maison, chaque maison donnée par les tribunaux à un colon juif, est maintenant devenu un acte de guerre. Cela ne produira ni défaite ni résignation. Cela alimentera le feu de la résistance.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1394077907744608256

La gauche sioniste israélienne préfère voir le statu quo bouleversé par des « extrémistes des deux côtés », mettant les colons juifs et le Hamas dans le même panier. Le statu quo, si vous suivez la logique de la Palestinienne citée ci-dessus, est extrémiste et ne profite qu'à un seul camp dans cette lutte extrêmement inégale.

Onze jours ont changé le conflit d'une manière que la plupart des gens en dehors des villes mixtes de Haïfa, Lod, Ramle, Acre et Jérusalem-Est occupée n'ont pas encore réalisé.

Les réalités de la relation entre Israéliens et Palestiniens qui, il y a onze jours, semblaient gravées dans le béton —haut de 8 mètres et s'étendant sur plus de 650 kilomètres— se sont effondrées à une vitesse que personne (et l'oratrice citée ci-dessus moins que quiconque) n'aurait pu le prédire.

Ayez la patience de suivre mon raisonnement.

Voir L’hommage de Haaretz aux Palestiniens de Jérusalem, ‘résistants’ face au ‘fascisme’ et au ‘nettoyage ethnique’

Unis nous restons debout, divisés nous tombons

Pendant des décennies, la stratégie d'Israël, sous un gouvernement de gauche ou de droite, a été de diviser pour régner.

Les Palestiniens ont vécu des vies séparées dans des enclaves sous différents régimes, bénéficiant de différents privilèges : Gaza en tant qu’État ennemi assiégé avec juste assez de calories et d'électricité pour survivre ; la Cisjordanie occupée sous le régime nominal d’une direction palestinienne non élue ; les Palestiniens à Jérusalem, qui ont des permis de résidence ; les citoyens palestiniens d'Israël qui ont des passeports. Les Palestiniens de la diaspora ne semblent pas exister, selon Israël.

Chacun avait des problèmes différents. Pour Gaza, c'était l'électricité, l'eau et le béton. Pour la Cisjordanie, c'était les salaires et les emplois. Pour Jérusalem, c'étaient les maisons ; pour les citoyens palestiniens d'Israël, c'était l'égalité et le maintien de l'ordre. Mais chacun dépendait d'Israël, pour ouvrir et fermer les portes du mur de séparation, pour avoir accès aux salaires, pensions ou aux soins médicaux. L’appareil de sécurité de l’Autorité palestinienne (AP) a été conçu et formé comme une extension de la sécurité d’Israël.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1391886285376270337

De cette façon, les Palestiniens ont été tenus en laisse, offrant à Israël l'occupation la moins chère jamais réalisée.

La séparation est devenue si dominante que, pendant des années, elle a été internalisée par les Palestiniens. Ils avaient du mal à penser qu'il pouvait en être autrement. Lorsque les combats ont éclaté entre Israël et Gaza en 2009, 2012, 2014, les Palestiniens de Cisjordanie étaient, pour la plupart, des spectateurs passifs. Les voitures n'ont pas été incendiées à Lod. Il n'y a pas eu de grève générale. Les habitants des zones menacées d'expulsion comme Sheikh Jarrah ont mené leurs propres batailles solitaires et locales pendant des décennies.

Pendant onze jours, l’unité a parcouru et galvanisé les veines palestiniennes. Elle a été diffusée en direct notamment sur Al Jazeera, qui, il y a une semaine, a diffusé un écran partagé de scènes à la porte de Damas où les Palestiniens arrivaient pour entrer dans la vieille ville, et à la porte d'Hébron, où les colons juifs arrivaient avec des drapeaux israéliens.

Au début, je ne réalisais pas ce que je voyais. Une roquette de Gaza a volé au-dessus de la scène. Les colons ont fui dans la panique. Les Palestiniens sont restés là où ils étaient, saluant et applaudissant. Les Palestiniens de Jérusalem avaient appelé Gaza à l'aide et ont chanté des slogans pour que Mohammed ad-Deif, le chef des Brigades al-Qassam du Hamas, vienne à leur secours.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1395524637166026753

L'amère vérité

L’establishment israélien de la sécurité a déclaré que c’était parce que les organisateurs de la manifestation Al-Aqsa étaient des membres du Hamas.

Ils ont accordé trop de crédit au groupe militant. Il n'y avait pas que des membres du Hamas scandant le nom de « Mohamed ad-Deif ». C'était une nouvelle génération de Palestiniens à la recherche de leur Saladin. La vérité désagréable est que le Hamas ne semble pas avoir commis d'erreur en tirant ces missiles sur Jérusalem lorsque Israël a refusé de se retirer du complexe de la mosquée d'Al-Aqsa, 3e lieu saint de l'Islam.

En tirant des missiles non pas pour défendre Gaza, mais Al-Aqsa, le Hamas a fait basculer le conflit, déclenchant la révolte des Palestiniens de 1948 ainsi que de la Cisjordanie. Si des roquettes n'avaient pas été tirées, la situation aurait pu revenir au calme, après la fin du Ramadan, et c'est ce à quoi s'attendaient les médias israéliens. Après le Ramadan, les autorités israéliennes auraient pu reprendre leurs expulsions des résidents palestiniens de Sheikh Jarrah en particulier et des résidents palestiniens de Jérusalem en général.

Voir Vaincu à Jérusalem, Israël attaque Gaza

En conséquence, les événements qui ont suivi ont créé un large front palestinien, un phénomène jamais vu depuis 1948.

Mahmoud Obeid carries mourns his 7-year-old daughter Butheina, who was killed during an Israeli airstrike last night, at the morgue of the Indonesian hospital in Beit Lahia, in the northern Gaza Strip, on 16 May, 2021 (AFP)

Mahmoud Obeid pleure sa fille de 7 ans, Butheina, qui a été tuée lors d'une frappe aérienne israélienne hier soir, à la morgue de l'hôpital indonésien de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 16 mai 2021

Une révolte d'une telle ampleur n'est pas sortie de nulle part. Elle couve depuis des décennies. Elle a surgi précisément au moment où la droite israélienne se vantait que le conflit était terminé. Ils l'ont dit ouvertement dans les médias américains et à l'ONU. Lundi, on a vu des drapeaux du Fatah flotter aux côtés des drapeaux du Hamas lors de manifestations à Naplouse, et cela fait longtemps que cela n'avait pas été vu. Le Fatah doit montrer qu'il répond à l’humeur dominante.

Une unité similaire a été exprimée au début de la Seconde Intifada, mais dès que Yasser Arafat est mort, le Fatah est revenu à la coopération sécuritaire avec ses employeurs en Israël. Il est révélateur qu'une grève générale ait été déclenchée pour la première fois par les dirigeants des Palestiniens de 1948, pour être approuvée par les Palestiniens en Cisjordanie. Cela a conduit à la plus grande grève générale depuis 1936.

Il y a des raisons d'être sceptique quant à cette nouvelle unité. Les dirigeants palestiniens sont passés maîtres dans l'art de se débarrasser de leur peau politique et de retourner dans le camp opposé. Mais ils ne sont pas les moteurs de ce mouvement. Ils sont poussés par lui.

Voir Hezbollah : à Gaza et Jérusalem, nous assistons au début de la Libération de la Palestine

Palestiniens et Arabes

La deuxième grande stratégie à avoir été entravée, sinon sapée, au cours des onze derniers jours, a été la tentative soutenue de séparer les Palestiniens de leurs soutiens arabes. Cela a abouti aux accords d’Abraham à Washington l’année dernière, mais a commencé avec les traités de paix de l’Égypte et de la Jordanie avec Israël.

Il y a quelques semaines à peine, il semblait que l'Arabie saoudite se rallierait à la caravane des normalisateurs, suivie peu après par Oman et le Qatar. En quelques mois, le boycott d'Israël par les grandes puissances du Conseil de Coopération du Golfe aurait été annulé, l'Initiative de paix arabe (la dernière offre majeure pour régler ce conflit) aurait pris fin et les Palestiniens seraient effectivement devenus une main-d'œuvre migrante sans État, relégués au statut des Kurdes.

http://www.dailymotion.com/video/x81bd3y

Bien que ce scénario n’ait pas disparu, et tandis que les influenceurs et bots saoudiens et émiratis continuent de diffuser le récit d’Israël, cette stratégie est submergée par des manifestations massives en Jordanie qui tentent de traverser la frontière avec Israël ; des incursions du sud du Liban vers Israël ; et l'Égypte qui se voit forcée d'ouvrir sa frontière à Rafah et d'accueillir des Palestiniens blessés de Gaza.

Le Président Abdel Fattah el-Sissi n'est pas fan du Hamas ou des Frères musulmans. Il a détruit une ville entière, le côté égyptien de Rafah, et a chassé de force ses habitants afin que les tunnels passant sous la frontière puissent être inondés et détruits.

Si un dirigeant arabe a imposé le siège de Gaza avec plus de zèle que les Israéliens, c'est bien Sissi. Et pourtant, il a été contraint maintenant d'ouvrir la frontière qu'il a dépensé tant d'énergie à fermer. Bien sûr, des messages politiques sont envoyés. Après le choc désagréable d’une tentative de coup d’État de palais parrainée par l’Arabie saoudite, le roi Abdallah de Jordanie utilise sans aucun doute la tourmente pour rappeler à Netanyahou qu’Israël a sa frontière la plus longue et la plus vulnérable avec la Jordanie.

Protesters chant slogans and wave Palestinian flags as they gather for a demonstration in solidarity with the Palestinian people near the Israeli embassy in Jordan's capital Amman on May 11, 2021.

Des manifestants scandent des slogans et agitent des drapeaux palestiniens alors qu'ils se rassemblent pour une manifestation de solidarité avec le peuple palestinien près de l'ambassade d'Israël à Amman, la capitale de la Jordanie, le 11 mai 2021

Peu de choses se passent dans le royaume sans l'autorisation des services secrets jordaniens, et en particulier pas dans la zone frontalière sensible, de sorte que les images de foules de Jordaniens marchant à la frontière israélienne ne se seraient pas produites sans autorisation de l'État. Il est révélateur à quel point les Jordaniens de l'Est étaient à l'avant-garde de cette manifestation. C'est un autre signe que les divisions, qui ont maintenu le statu quo, se dissolvent.

L’identité exacte du groupe responsable du lancement de missiles depuis le sud du Liban sur Israël n’a pas encore été déterminée et vérifiée. Jusqu'à présent, il sied au Hezbollah d'autoriser les lancements de missiles plutôt que de lancer son propre arsenal de roquettes beaucoup plus meurtrier sur Israël.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1395057134723911683

Diaspora palestinienne

Le troisième volet du statu quo était d'isoler les Palestiniens dans le monde entier. Tout un ministère, le ministère des Affaires stratégiques, a été créé par Israël pour lutter contre le BDS, la délégitimation et s'occuper des politiciens occidentaux qui ne régurgiteraient pas docilement leur récit.

Ce ministère a réussi sa bataille tactique pour confondre l'opposition au sionisme et l'opposition à Israël avec l'antisémitisme. Il a réussi à intimider et à terrifier une génération de politiciens des deux côtés de l'Atlantique, faisant de l'ancien dirigeant travailliste Jeremy Corbyn un exemple de ce qui arrive à un politicien lorsqu'il refuse de se soumettre à Israël.

Mais c'étaient des victoires tactiques et non stratégiques. Indépendamment des déclarations de soutien désormais rituelles de l'élite politique, le sentiment d'indignation populaire et de soutien à Gaza est écrasant. De grandes manifestations ont eu lieu à Londres, New York, Berlin et Paris.

Israël a perdu une bataille qui se joue sur un territoire inconnu : Tiktok et Instagram. Les comptes de réseaux sociaux de Tsahal sont une blague.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1394535991935963138

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1393676983247249408

Lorsque Paris Hilton a retweeté l'interview de Middle East Eye avec une fillette de 10 ans à Gaza exprimant dans un anglais courant son incompréhension face à l'attentat à la bombe (« Je n'ai que dix ans. Pourquoi méritons-nous cela ? ») son appel angoissé de douleur a fait plusieurs fois le tour du monde.

L'armée israélienne est passée maître dans l'art de la manipulation de la vérité. Elle trompe les médias occidentaux traditionnels en leur faisant croire qu'une incursion terrestre à Gaza a commencé (prétextant ensuite avoir utilisé une ruse pour débusquer les combattants du Hamas entrant dans leurs tunnels, et niant enfin ses deux premières versions en parlant d'une simple erreur de communication). Son armée de l'air a bombardé le bâtiment abritant AP et Al Jazeera.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1393984882435559429

Mais le conflit des onze derniers jours ne s'est pas joué dans les médias grand public, qui ont mis du temps à démarrer et qui ont hésité à le rapporter de près. Il s'est déroulé sur les réseaux sociaux, où Israël ne peut pas empêcher les vidéos d'enfants de Gaza angoissés de se répandre comme une traînée de poudre. De plus, les Palestiniens peuvent désormais s'exprimer dans un bon anglais.

Hilton a supprimé son tweet. Bella Hadid n'a pas supprimé le sien, mais a posté un message tiède appelant à la paix qu'elle a ensuite supprimé. Indépendamment de la pression exercée sur les people pour qu'ils se conforment au statu quo, le mal a été fait.

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1395517144666869760

Une nouvelle aube

Il appartiendra à l’histoire de juger si les événements auxquels nous assistons se transforment en une Intifada à part entière, ou en une Intifada d’Al-Quds (Jérusalem). Le débat maintenant parmi les Palestiniens est de savoir comment une troisième Intifada pourrait se poursuivre après le cessez-le-feu inévitable.

Mais disons qu’un calme épuisé s'abat sur la région après la négociation d’un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Est-ce que tout va revenir à la normale ?

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1395499132454948868

http://www.twitter.com/lecridespeuples/status/1395500238421565447

J'en doute. Les contours de la nouvelle lutte sont déjà déterminés : elle a AL-Quds (Jérusalem) pour centre géographique et les citoyens palestiniens d'Israël comme fantassins.

Ils seront soutenus par une génération qui n'a rien à perdre. Ils n'ont pas de dirigeants, pas d'État, pas de pays arabes qui les soutiennent, pas de droits, pas d'armes [oh que si : l'Iran, la Syrie et le Hezbollah en ont fourni sans compter]. Après les avoir privés de leur propre État et déclaré dans la loi sur l'État-nation que l'État d'Israël est l'expression de l'autodétermination pour ses citoyens juifs uniquement, une révolte ne peut pas surprendre.

Les seigneurs de la terre ivres de pouvoir ont laissé cette génération de Palestiniens avec peu d'alternatives viables. Cette lutte a été caractérisée par de longues périodes de calme et de soumission. Chaque fois que cela se produit, Israël prend le calme pour de l'acquiescement. Il se leurre en pensant que le conflit est terminé.

http://www.dailymotion.com/video/x81bvej

Mais à chaque fois, un nouveau leadership émerge de bas en haut. C'est ainsi que Yasser Arafat est apparu. Cela se reproduit et le monde devrait se réveiller à cette réalité.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur TwitterFacebook et VKontakte.


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • adeline 31 mai 11:07

    Voir ici une victoire de la Palestine.... en d’autres circonstances cela ferait sourir


    • Pascal L 31 mai 12:03

      Appeler Jérusalem Al-Quds, c’est faire sien la revendication de l’islam sur Israël. Nous savons que cette revendication n’a pas de légitimité, tant qu’il s’agit de l’islam et non d’une revendication des anciens habitants d’Israël.

      Cette guerre ne peut connaitre d’issue tant qu’il s’agit de trois idéologies qui se font face :

      1. la revendication de la terre au titre de la descendance d’Abraham par les Juifs de la diaspora. On peut reconnaître aux Juifs de la diaspora une descendance spirituelle à Abraham, mais pas une descendance par le sang. Ls juifs d’aujourd’hui descendent, comme tout le monde, des soldats des diverses armées qui sont passées sur les lieux qu’ils habitaient. Toutes les armées du monde ont toujours revendiqué un droit de cuissage sur ls populations autochtones... Ils descendent donc autant d’Abraham par le sang que moi qui ne suis pas juif. Les Palestiniens sont autant descendant de ces soldats que des anciens habitants juifs d’Israël qui se sont librement convertis au christianisme tant le 4ème siècle puis qui ont été convertis de forces à l’islam à partir du 10ème siècle et ont donc une vrai légitimité sur ces territoires.
      2. L’idéologie islamique des Frères Musulmans qui veulent rétablir un nouveau califat sur tout le moyen Orient. La défense des Palestiniens, dont ils n’ont pas grand chose à faire, fait partie de cette stratégie qui passe par la disparition de la totalité des Juifs pour établir « leur » royaume de Dieu sur Terre. La revendication sur la Terre d’Israël est un mensonge des Nazaréens du 7ème siècle qui ont inventé la descendance des Arabes d’Ismael pour mettre en place leur projet de conquête de Jérusalem.
      3. l’idéologie islamique des wahhabites qui cherchent également à rétablir ce califat, mais à leur bénéfice et qui se sont opportunément associés à Israël dans ce but pour combattre les Frères Musulmans (les ennemis de mes ennemis...)

      Cette guerre est donc principalement une guerre interne à l’islam dont Israël est une cible idéologique.

      La défense de la thèse des Frères Musulmans par la gauche française est une preuve de l’existence de l’islamo-gauchisme... Seule la disparition des idéologies permettra un retour à la paix en israël, mais la gauche française à sa propre idéologie à défendre...


      • Pascal L 1er juin 13:54

        @OMAR
        Tant qu’il s’agit d’une idéologie contre une autre idéologie, le problème n’aura pas de solution. Le fait même que vous parliez d’Arabes en Palestine est déjà idéologique. Si vraiment ce sont des Arabes, il s’agit alors d’envahisseurs d’une autre époque. Les populations sont tellement mélangées dans le monde qu’il n’est pas possible de savoir d’où nous venons réellement. Les guerres ont toujours remodelé les populations dans tous les pays du monde. Ce que les Anglais et les Américains ont fait en Palestine n’est qu’une péripétie de l’histoire du monde, pas forcément pire que ce qui s’est passé avant. La seule manière de traiter les problèmes est de partir du réel en oubliant un passé forcément réinventé selon nos ambitions. Le réel, ce sont les habitants actuels d’Israël : des descendants des anciens juifs, des descendants des envahisseurs arabes, des juifs venus s’installer là souvent (mais pas toujours) parce qu’il ont été chassés d’autres terres, des Arabes venu s’installer dans la région pour profiter de la richesse amenée par les émigrés juifs et leur travail. Vous ne pouvez pas passer sous silence l’extraordinaire développement apporté par cette diaspora juive sur la région ; c’est encore le réel. Alors vouloir le pouvoir, soit pour les Juifs, soit pour les « arabes » n’a strictement aucun sens. Chaque habitant d’Israël et des territoires palestiniens mérite le respect tant qu’il respecte les autres habitants. Lorsque la haine s’installe, il ne peut plus être question de respect. Le rôle du Hamas, du Fatah ou des extrémistes juifs dans la propagation de la haine est à l’origine du problème. La seule solution consiste donc à les réduire au silence et à refuser de les suivre.
        Si vous soutenez un de ces groupes, alors vous faites également partie du problème ! C’est le cas pour certains évangéliques américains et pour les Frères Musulmans.


      • Pascal L 1er juin 20:24

        @OMAR
        Il n’y a pas d’un côté le réel palestinien et de l’autre l’idéologie israélienne. L’idéologie est bien présente des deux côté. La Aliya est idéologique et crée de la violence mais la volonté de détruire Israël est également idéologique et crée de la violence. La violence palestinienne n’est pas meilleure que la violence israélienne. 
         
        Les réfugiés sont partis à cause de la guerre que les pays arabes ont fait au nouvel Etat d’Israël. Quand je dis que ces Etat arabes n’ont pas grand chose à faire des palestiniens, nous en trouvons ici l’illustration. Ceux qui sont restés sur leur terre et sont devenus Israéliens en acceptant l’Etat d’Israël. Pour les autres, c’est l’idéologie de l’islam qui est la cause de leurs malheurs. Si les Palestiniens pensent que le Coran leur demande de détruire les Juifs, toute conciliation devient impossible. Il y a pire encore, les Etats affiliés aux Frères Musulmans, comme la Turquie, le Qatar et l’Iran pensent également qu’il faut détruire tous les Juifs dans une vision eschatologique et manipulent les Palestiniens à cet effet. Ce dernier conflit n’aurait pas été possible sans l’armement qui a été fourni par un Etat : Turquie ou Iran. Plus cynique, ce n’est pas possible car ceux qui souffrent ne sont pas ceux qui prennent des décisions. Mais regardez ce qui se passe dans les pays occidentaux ; ce n’est pas mieux. Refuser les soins contre le Covid pour vendre des vaccins expérimentaux à prix d’or, c’est aussi un crime contre l’humanité.


      • Pascal L 2 juin 11:58

        @OMAR
        Je ne nie pas qu’une partie des Palestiniens ont des droits, mais l’idéologie qu’ils utilisent pour les retrouver ne va que les enfoncer un peu plus. Les pays soit disant alliés qui les soutiennent ne font que les enfoncer un peu plus.
        « Les réfugiés sont partis à cause de la terreur que leur inflige Israël » Bel exemple de déni : les Réfugiés sont partis à cause des attaques des pays arabes sur Israël. Israël est aussi en droit de se protéger contre toute tentative de déstabilisation. Je sais que les mesures prises par Jérusalem sont souvent discriminatoires et injustes, mais la responsabilité des mouvements islamistes est également engagée à cause de leur jusque-boutisme. Je répète qu’il y a deux, voire trois idéologies qui se font face et seul l’abandon de ces idéologies permettra de retrouver la paix. 


      • Tesseract Tesseract 31 mai 13:39

        Encore un « article » sur Israël et la « palestine ». Décidément, c’est votre obsession...

        La hamas et le hezbollah ont pris une bonne raclée.

        Ces organisations terroristes ne trouvent rien de mieux que de se cacher comme des lâches au milieu de la population civile de gaza qu’ils prennent en otage comme boucliers humains... Pitoyable. Maintenant vous pouvez chouiner en espérant vous attirer le soutien de ceux qui ne connaissent rien à la situation mais qui arrivent en meute pour aboyer avec vous. Aucune paix ne sera possible tant que les terroristes et les extrémistes armés principalement par l’Iran ne seront chassés et que les « palestiniens » n’auront aucun représentant crédible.


        • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 31 mai 20:06

          @Tesseract
          Ce sont les Palestiniens qui choisissent leurs représentants...que cela nous plaise ou pas.
          Vous oubliez de citer les organisations terroristes juives : l’Irgoun Zvai Leumi : "Organisation Militaire Nationale" (la même qui proposa en janvier 41, sa collaboration au Reich contre l’Angleterre considérée comme principal ennemi du sionisme), il y a aussi le Lehi, l’Irgoun,le Kidon, la Haganah et les autres organisations terroristes juives la LDJ, etc....
          Bref, ce sont hélas des faits indiscutables.
          Tout, comme dans le ghetto de Varsovie, les enfants juifs étaient envoyés en première ligne face aux têtes noires SS pendant que les adultes se terraient dans les caves et souterrains !!! Un peu de pudeur et de vérité ne feraient pas de mal dans ces débats... 

          Vous avez dit pathétique ???


        • Tesseract Tesseract 31 mai 20:18

          @Furtive Sentinelle
          Oser comparer la situation de gaza avec le ghetto de Varsovie est ignoble. Mais cela n’a rien d’étonnant, on voit très bien où vous voulez en venir...
          Les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. (Michel Audiard)


        • ETIENNE 1er juin 15:19

          @Tesseract
          En quoi est-ce ignoble ? Ne peut-on rien dire en rapport avec la 2ème guerre mondiale ?
          La comparaison est tout à fait valable selon moi.
          « Mais cela n’a rien d’étonnant, on voit très bien où vous voulez en venir... ». Celle là fallait l’oser et Michel Audiard vous aurait reconnu à ce procès d’intention qui fait de vous ce que vous souhaitez moquer. Et puis « on » est un c*n. Vous êtes d’autant plus reconnaissable.


        • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 2 juin 18:09

          @ETIENNE
          @Tesseract est un sayanim un agent de propagande et de désinformation...
          Ces seuls arguments sont puérils bref un polichinelle vacciné Gramophone...
          CDT


        • Amanite phalloïde 31 mai 15:50

          La dernière confrontation à Gaza a eu un impact important non seulement au Moyen-Orient, mais également, indirectement, en Europe et ailleurs.

          .
          Tout d’abord, il faut savoir que l
          orsque l’on évoque le symbole de la cause palestinienne en Occident, il est indispensable de préciser, et c’est basé sur des dizaines d’enquêtes, que plus de 98% des individus, sont totalement incapables de situer la Palestine et Israël sur une carte, et ignorent les éléments géographiques de base de la Palestine, comme sa dimension, le nombre de Palestiniens, ou encore le nombre d’habitants d’Israël.
          .

          Conclusion : descendre dans la rue pour exprimer son soutien au Hamas, ou écrire des slogans anti-israéliens ou antisémites sur les murs des banlieues, c’est une façon pour des musulmans européens d’exprimer leur révolte contre les autorités du pays qui les accueille et qu’ils croient gouverné par « les » Juifs. C’est aussi une possibilité d’exprimer son appartenance à l’islam et son rejet des valeurs qui s’opposent à lui.



          • Amanite phalloïde 31 mai 15:56

            Autre critère d’observation en Europe, qui conforte la précédente, la répartition par pays des manifestations pro-palestinienne Elles ont eu lieu uniquement dans les pays à forte population immigrée, la France, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Espagne et la Suède.

             .

            Rien ou presque en Grèce, rien en Tchéquie, en Slovaquie, en Slovénie, en Ukraine, en Hongrie, en Autriche, au Danemark, aux Pays-Bas, en Bulgarie, en Pologne, etc.

            .

            En Italie et en Allemagne, on a observé des manifestations mais limitées.

            .

            On peut affirmer que plus la population immigrée est importante, plus les manifestations ont pris de l’ampleur, la Grande-Bretagne arrivant largement en tête de ce phénomène.

             .

            L’on remarquera aussi que lesdits pays à forte immigration sont ceux desquels les gouvernements se montrent les plus critiques de la politique israélienne, notamment sur les media publics.

             .

            Inversement, les pays qui limitent fortement l’immigration sont ceux dans lesquels l’appui à Israël se fait le plus clairement entendre, que ce soit au niveau du soutien populaire, de celui de certaines municipalités ou partis politiques, ou carrément au niveau de l’Etat.

             



            • Tesseract Tesseract 31 mai 16:38

              @Amanite phalloïde
              Bonjour,
              Je partage votre analyse.
              Il faut aussi évoquer les États Unis où une minorité virulente dite « woke » s’est emparé de cette rhétorique pour dénoncer un soi disant « privilège » juif et un « colonialisme ». Pour eux, Gaza serait un camp de concentration à ciel ouvert... Ces mensonges et ces accusations abjectes sont les fantasmes d’idéologues froids et psychopathes en direction d’esprits faibles et manipulables pour envenimer les choses.... Les ayatollahs se frottent les mains...


            • Jonas 31 mai 18:48

              L’officine du régime criminel de l’Iran , je veux parler du « Cri des peuples » peut-il expliquer pour quelle raison , la milice de l’Iran au Liban, le Hezbollah , n’a pas profité, du conflit provoqué par les terroristes du Hamas pour attaquer à son tour Israël et réaliser ainsi son rêve de le détruire , comme , elle ne cesse de le clamer sur toutes les télévision Arabes ?

               << Israël est une tumeur cancéreuse , qu’il faut éliminer >> dixit Nasrallah. 

              Les raisons sont simples , en 2006, le Hezbollah , ne faisait pas partie du gouvernement et israël a fait l’erreur de ne pas déclarer la guerre au Liban , cette fois-ci , la milice du Hezbollah est au gouvernement et le Liban déjà mal en point ne résisterai plus a une nouvelle secousse .  

              Ce qui fait que le fanfaron , Nasrallah , n’a pas oublié les dégâts , qu’Israël , lui a infligés en 2006. 

              << Si nous avions, su que la réaction à la capture de deux soldats serait aussi sauvage , nous aurons changé notre position .>> Les sunnites ont la mémoire courte les chiites non. 


              • Amanite phalloïde 1er juin 07:39

                Israël est en train de devenir le symbole de la République et de la résistance à l’islamisme des Européens et des Français, face au symbole « propalestinien » des musulmans radicaux.

                .

                La moitié de l’Europe qui maîtrise son immigration s’est déjà rangée aux côtés d’Israël. Emmanuel Macron se retrouve face aux contradictions béantes de son gouvernement et aux excès ridicules de son service public d’information.

                .

                Un service admettant des activistes musulmans en guise de journalistes, alignés sur le Hamas et qui disent n’importe quoi… comme le cri des peuples


                • nemesis 1er juin 08:15

                  @Amanite phalloïde

                  Il ne faut pas confondre la Cause palestinienne et nos têtes brûlées de banlieues !
                  Quant à µicron, ce gamin de 40 ans à peine, il faut rappeler encore et encore qu’il est la marionnette de Rotchild.
                  Rotchild est le coeur du Système avec ses porte-paroles Attali, Minc etc... les réunions du Siècle sont organisées dans son ancien Hôtel particulier parisien.
                  Les journalistes cooptés ne font jamais de reportage sur cet événement mensuel.
                  Je me pose la question :
                  est-ce que l’initiative d’éborgner les Gilets jaunes au LBD ne serait pas une Directive du Banquier ?


                • nemesis 1er juin 08:05

                  Une idée à creuser ? Hmm... ! smiley

                  J’ai découvert que la technique de l’aviation israélienne pour abattre des immeubles en qq secondes pourrait inspirer un Gvt afin de résoudre le pb de nos banlieues. Même pas la peine d’envoyer des techniciens sur place...

                  Plaisanterie :  smiley


                  • papat 1er juin 08:25

                    Qui dira jamais l’extraordinaire résilience du peuple palestinien ?

                    Qui trouvera les mots pour décrire le courage de ce peuple ignoré, dénigré et trahi par les puissants de ce monde, dans son ingéniosité pour se relever à chaque fois dans la dignité ?

                    Qui exprimera l’exemplarité de ce peuple debout, bien que brimé de toutes parts, écrasé, martyrisé et assassiné depuis des décennies par un régime colonial qui ne lésine sur aucun moyen pour l’abattre ?

                    Qui reconnaîtra la solidarité exceptionnelle de la résistance civile palestinienne en ces temps de replis communautaristes et d’égoïsmes personnels ?

                    Qui se dressera aux côtés de cette population d’une rare bravoure pour dénoncer sans détour l’injustice flagrante qui l’a frappée lorsque les vainqueurs de la seconde guerre mondiale ont décidé de son sort sans même la consulter, la plongeant dans une Nakba ininterrompue ?

                    Qui aura l’audace de rappeler la réalité et nommer les choses par leur nom en reconnaissant que ce peuple a été spolié et chassé de sa terre par une décision inique et lâche d’une poignée de chefs d’Etats pensant racheter leur silence complice lors du génocide des juifs en faisant payer l’ardoise aux Palestiniens qui n’avaient rien à voir avec ces évènements innommables survenus en Europe ?

                    Qui gardera sa capacité d’indignation pour clamer que la colonisation planifiée sous protection de l’occupation brutale de l’armée israélienne face à une population civile démunie est un crime permanent depuis plus de 70 ans ?

                    Qui aura pu préserver son intégrité morale et intellectuelle pour oser dire que l’idéologie sioniste n’a rien à voir avec le judaïsme, mais qu’elle est la matrice même de l’antisémitisme ?

                    Qui aura l’empathie indispensable pour saisir et ressentir non seulement dans sa tête mais aussi dans ses tripes et dans son cœur ce que les avanies et les humiliations quotidiennes représentent comme atteintes à la dignité humaine ?

                    Qui aura le courage d’interpeller les dirigeants et responsables pour leur silence face aux pratiques de l’idéologie sioniste menant à un régime d’apartheid et de crimes quotidiens à l’encontre d’une population déshumanisée jusque dans ses droits les plus élémentaires ?

                    Qui aura pu garder assez d’humanité pour déclarer que cela suffit et que le Droit international et humanitaire prévalent sur toute autre considération ?

                    Qui se dressera pour affirmer que dorénavant il faut imposer au régime sioniste une fin de non-recevoir et que son modèle de société est incompatible avec les valeurs de toute démocratie qui se respecte ?

                    Qui déclarera que cet Etat créé de toutes pièces est factice et qu’au lieu de concéder des miettes de leur propre terre aux Palestiniens pour un improbable Etat confetti, l’ONU doit revoir sa copie et travailler à l’établissement d’un seul Etat moderne, ouvert, non discriminatoire et qui soit celui de tout citoyen y vivant en liberté et égalité, quel que soit son origine et ses croyances, dans les frontières de la Palestine historique ?

                    A ce jour, qui… sinon des citoyens de plus en plus nombreux, tout à l’opposé de leurs responsables politiques qui décidément, ne les représentent plus !

                    Sans ce courage-là, la situation dans ce coin du Proche-Orient deviendra intenable pour le régime sioniste qui ne pourra se maintenir tel plus longtemps, et se heurtera à une résistance qui se fortifie chaque jour, jusqu’à se répandre dans les sociétés civiles dans le monde entier, en solidarité avec le peuple palestinien.


                    • nemesis 1er juin 08:38

                      Patience ! La Planète dans 20, 30 ans... ? :

                      http://www.radeaudelameduse.com/


                    • Amanite phalloïde 1er juin 08:33

                      Officiel : Hassan Nasrallah, le chef terroriste de la milice du Hezbollah, est dans le coma et transféré dans la capitale iranienne, Téhéran..  

                      TIC TAC TIC TAC TIC TAC &#128128; &#128128; &#128128; 


                      • Apocalypse ne signifie-t-il pas aussi : REVELATION : https://www.youtube.com/watch?v=iAep_ip7nd8. La mort du KHAZAR ROUGE : Qui a tué l’éminent professeur d’histoire Yitzhak Litvak, de l’université de Tel Aviv ? C’est la question à laquelle tente de répondre le commissaire Émile Morkus, un des rares hauts gradés arabes de la police israélienne. Mais quelle piste suivre ? SCHLOMO SAND. 


                        • La mafia KHAZAR dont les ROTHSCHILD qui sont infiltrés partout dirige le monde. Ils descendent des hébreux par NOE. mais ne sont pas vraiment Sémites. Leurs descendants sont de la lignée satanique de JAPHET (troisième fils de Noe. Leur nom (déjà, on frissonne ; Tubal Caïn-seth, GOG et MAGOG, 


                          • La vérité EST EFFROYABLE. Restez en dehors de la matrice,....


                            • Quand il y a le bien, le diable rode. Freud estimait qu’aller en Israël était bien une forme de colonisation. Il se savait d’origine ashkénaze descendant de Japhet. Mais Bernays a comploté avec les ROTHSHILD (peut-être ancêtre d’Hitler)) pour organiser les guerres.... et l’exode.


                              • Ce sont des KHAZARS qui ont comploté contre les ROMANOV pour mettre en place la pieuvre communiste..


                                • Réfléchissez deux secondes. Le peuple de le Torah ne peut en aucun cas sanctifier le mariage homosexuel. Le mariage c’est l’union d’une âme féminine et masculine. Ces « juifs » d’ISRAEL ne peuvent être les ELUS. Descendant de BAAL ET MOLOCH (journée de l’enfance   sacrifiée,...). 


                                  • LE PEUPLE DE LA TORAH. si vous avez une pomme chez vous. ouvrez là par la partie horizontale (pas de la queue à la mouche). Et remettez symboliquement le peuple debout sur ses pieds. Vous y verrez un Pentacle (ou PANTACLE) : à l’envers : satanique, à l’endroit : l’homme de Vitruve. 


                                    • ANTISEMITE : celui qui est opposé à DIEU. Dieu qui n’est pas exotérique mais ésotérique (gnose). Matérialisme marxiste opposé à la spiritualité. MARX vient de MARS : Dieu de la guerre. 


                                      • Quand Eve a croqué la pomme. Personne n’a dit ce qu’elle y a vu. LE diable cornu ou l’inverse. https://www.google.com/search?q=pentacle+renverse+diable&tbm=isch&source=iu&ictx=1&fir=wXu2ibcxJLvleM%252CsNhPuFzHixk. le diable s’habille en PRADA..... ou PRAVDA....Le « V » en bas...


                                        • Et devinez qui a retourné le sens de la TORAH : TAROT. ALEISTER CROWLEY. Qui a fait du Pentacle un PANtacle : Pan, le satyre. Vous voulez une photo. LA BELLE ET LA BETE (Cocteau). https://www.google.com/search?q=satyre&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=2ahUKEwigiKPOhPbwAhWLNuwKHSFvACsQ_AUoAXoECAEQAw&cshid=16225


                                          • Decouz 5 juin 12:38


                                            Le mythe de la coexistence en Israël

                                            https://www.chroniquepalestine.com/le-mythe-de-la-coexistence-en-israel/

                                            25 mai 2021 – The New York Times – Traduction : Chronique de Palestine – Dominique Muselet

                                            La vérité est qu’il n’y a jamais eu de réelle coexistence entre les citoyens palestiniens d’Israël et la majorité juive du pays. Nous, Palestiniens vivant en Israël, “sous-existons”, sous un système de discrimination et de racisme, avec des lois qui scellent notre statut de citoyen de seconde classe et des politiques qui garantissent que nous ne soyons jamais traités comme des égaux...

                                            Lorsque le régime militaire a pris fin en 1966, Israël a propagé le mythe selon lequel les Palestiniens d’Israël étaient désormais des citoyens à part entière, soulignant que nous pouvions voter pour les membres de la Knesset et que nous y avions également des représentants. Mais depuis sa création, Israël a promulgué plus de 60 lois qui scellent notre statut de citoyens de seconde classe. Une loi permet aux Israéliens juifs de nombreuses villes de nous refuser, à moi et à d’autres Palestiniens, le droit de vivre à leurs côtés parce que nous ne sommes pas “socialement adaptés"


                                            * Diana Buttu est avocate et analyste palestinienne. Conseillère politique de Al-Shabaka, Diana Buttu est une avocate qui a été conseillère juridique de l’équipe de négociateurs palestiniens et membre de l’équipe qui a participé aux poursuites fructueuses contre le Mur devant la Cour internationale de Justice.





Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité