• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De l’or au bitcoin

De l’or au bitcoin

Le cours du Bitcoin vient d'atteindre un nouveau record en dépassant les 17 000 dollars. Cette performance est d’autant plus impressionnante qu’en début d’année son cours n’était que de 860 dollars, soit un facteur vingt. Nombre de commentateurs voient dans cet engouement une bulle qui ne tardera pas à éclater.

Le Bitcoin est une invention assez remarquable qui peut se résumer en deux choses. C’est un système qui fonctionne grâce à des clés cryptographiques et grâce à des transactions directes (en pair à pair). Autrement dit, c’est un système qui permet de garantir des transactions financières, en se passant du contrôle des banques centrales, et par la même occasion de leurs taxes et des impôts. Quand Bitcoin a démarré en 2009, il a été vu comme une énième tentative de monnaie électronique alternative. Sauf qu’en 8 ans, le système a pris de l’ampleur. La création de la monnaie fonctionne selon un processus qui veut qu’à intervalle régulier des Bitcoins soit créés, et quand 21 millions de Bitcoins auront été mis en circulation, le processus de création s’arrêtera. Mais le code Bitcoins prévoit une division par deux de la rémunération tous les 210 000 blocs (l'entité de base de Bitcoin) minés (débloqués), soit approximativement tous les quatre ans. Et c’est ainsi que l’on peut comprendre que le Bitcoin n’est pas une monnaie virtuelle car la création des Bitcoins se traduit par une action bien réelle : le déminage. Aussi étrange que cela puisse paraître pour une monnaie non métallique, le Bitcoin a besoin de mines. Non pas de trou dans le sol dont on extrairait des Bitcoins, mais plutôt d’un hangar plein de microprocesseurs qui tournent et effectuent des calculs mathématiques pour le réseau Bitcoin ; sachant que c’est la « mine » qui effectue le calcul le plus vite qui est récompensé en Bitcoins. Il est intéressant de faire une analogie de l’évolution entre l’or et le Bitcoin : à la question de l’espace dans le minage traditionnel (trouver le bon filon), a été substitué la question du temps (calculer le plus vite possible), à celle de la puissance physique et mécanique du minage traditionnel (avoir des hommes et des machines qui creusent) s’est substitué la puissance de calcul (une dizaine de personnes suffisent pour faire tourner une mine de Bitcoin). De l’or au Bitcoin, c’est une page du monde qui a été tournée. Au départ, le minage pouvait être accompli par des particuliers, mais aujourd’hui, la concurrence est telle que seuls quelques sites industriels avec une énorme puissance de calcul peuvent être rentables. Et ces mines coûtent très cher en énergie car non seulement il faut alimenter les machines en électricité, mais il faut aussi les refroidir. L’exemple de la plus grande « mine » est paradigmatique : Face au ralentissement de l’économie chinoise de ces dernières années, une centrale hydro-électrique a été aménagé pour l’alimentation d’une mine de Bitcoin. Le climat froid du Tibet a permis de limiter la nécessité de climatisation.

L’idée initiale du Bitcoin était de créer un projet monétaire alternatif libertarien qui avait la volonté de s’affranchir de la collusion hégémonique Banque/Etats en créant une monnaie privée. Mais ce projet, faut-il s’en étonner, s’est transformé en spéculation, c’est à dire qu’aujourd’hui, c’est la réserve de valeur qui prend le pas sur la fonction d’échange de la monnaie ce qui entraîne de la thésaurisation plutôt que de l’injection dans l’économie réelle. Les avantages sont nombreux : pas de frais bancaire, pas de taux de change. C’est une monnaie dont les transactions sont totalement transparentes mais pas anonymes. Les opérations sont instantanées. C’est pour tous ces avantages que la première poussée des Bitcoins a été la crise chypriote en mars 2013 où des capitalistes (souvent russes) qui possédaient les comptes à Chypre ont choisi cet intermédiaire pour rapatrier les devises alors que les banques locales leur interdisaient et que les non initiés se faisaient plumer, même chose en Grèce un an après. Un second coup de pouce fut l’inflation en Argentine qui, peu de temps après, dépassait 10 %, l’état ayant mis en place un contrôle des changes, le Bitcoin était la parade idéale notamment pour commercer avec les pays limitrophes.

Le Bitcoin n’aurait sûrement jamais existé si le dollar n’avait pas été décroché de l’or en août 1971. D’ailleurs par certains aspects, le Bitcoin fait penser à l’or. Déjà car la production des Bitcoins a été programmée pour se tarir petit à petit, un peu comme les filons d’or. Une question qui n’est pas annexe est de savoir qui a créé cette monnaie. Officiellement, c’est une personne se cachant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto, qui annonce son système en 2008 et publie le code source accessible en 2009. Mais des rumeurs laissent à penser que des industries notamment de microprocesseurs (on parle de Motorola) sont à l’origine. Historiquement ce ne serait pas la première fois que des commerçants créent des lettres de change pour faciliter le commerce. Au moyen âge, la lettre de change était très utilisée comme moyen de paiement dans le commerce international et donc entre deux pays avec des devises différentes. Le commerçant qui allait dans un autre pays se faisait remettre une lettre de change par un banquier de son pays. La somme à récupérer (auprès d’une banque du pays destinataire) était libellée dans une autre devise, de sorte qu’une opération de change avait bien lieu dans la transaction. Son utilisation fut adoptée rapidement parce que cela permettait d’éviter un transport de monnaie et les risques inhérents. Mais cette fois-ci, dans le monde hyper connecté, la démarche est démultipliée. Tant que l’effet d’entraînement, l’appât du gain, l’entrée sur le marché de spéculateurs toujours plus nombreux apportant des capitaux frais fera monter le cours du bitcoin, tout ira bien. Jusqu’au jour où la confiance s’effondrera, où chacun exigera d’être payé en dollars et où les détenteurs de bitcoins dévalorisés, incapables d’honorer leurs dettes, seront ruinés. La bourgeoisie n’a rien appris de l’histoire de la Bourse depuis le 17e siècle. Le progrès technique, loin de mettre un frein à son avidité, la décuple.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Clark Kent Jeussey de Sourcesûre 15 décembre 2017 09:18

    Autrement dit, on en revient aux assignats et à la caisse de l’extraordinaire...



    • rogal 15 décembre 2017 10:28

      Connaît-on les propriétaires des infrastructures (ordinateurs, locaux, etc.) ?



      • rogal 15 décembre 2017 13:20

        Je n’y vois pas la réponse, permile, pas même un commencement. M’y serais-je mal pris ?
        Auriez-vous des informations plus précises ?


      • pemile pemile 15 décembre 2017 20:18

        @rogal « Je n’y vois pas la réponse, permile, pas même un commencement. »

        C’est un traitement décentralisé sur internet, le minage (la validation des transactions) est fait surtout par des coopératives ayant de gros centres de calcul (basés sur des processeurs de carte graphique). L’article donné vous en présente deux, un en Suède, l’autre en Chine (c’est des gouffres à électricité, moins chère en chine)


      • rogal 15 décembre 2017 21:09

        @pemile
        Soit. Je comprends que tout un chacun puisse faire partie du réseau. Nos ordinateurs sont tous égaux. Mais les consommation d’électricité évoquées suggère que, dans le réseau, certains puissent être « plus égaux que d’autres ». Il y en a qui dominent largement. Mon interrogation porte plus sur eux.
        Ma question était maladroite ; je la reformule : a-t-on des noms des poids lourds du bitcoin, pour ce qui est de la possession (ou en tout cas de l’utilisation) des infrastructures les plus massives ?


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 décembre 2017 22:50

        @rogal

        J’ai acheté quelques bitcoins - au nom de Pierre Allard ou Pierre JC Allard - quand ça ne valait presque rien. Je ne souviens pas de les avoir vendus... J’avais complètement oublié cette affaire... Si quelqu’un peut les retracer et m’aider à en établir la valeur et ma propriété, je partagerai avec lui a 50% ce que je pourrai en tirer. Si j’en crois les chiffres actuels, j’en aurais pour au moins un MILLION d’Euros peut être bien plus, car je n’aurais pas pris la peine à l’époque d’en acheter moins de 50 ou plus probablement 100....

        PJCA



      • pemile pemile 15 décembre 2017 22:59

        @Pierre JC Allard « J’ai acheté quelques bitcoins - au nom de Pierre Allard ou Pierre JC Allard »

        Le but du bitcoin c’est d’être anonyme ! Vous n’en avez pas fait de sauvegarde ?


      • pemile pemile 15 décembre 2017 23:09

        @rogal

        Les dix plus gros en 2017 (Chine 81%)

        https://www.buybitcoinworldwide.com/mining/pools/


      • infraçon 15 décembre 2017 14:02

        Désolé Bicychavez, mais j’ai une vue relativement plus simple exprimée en quelques lignes ci-dessous, certains éléments se retrouvent en partie dans l’article aussi.

        Le bitcoin serait formidable si tout se payait en bitcoins (ce qui éliminerait les critiques des banquiers et de la finance sur ce site). Sur le tarrissement, on pourra toujours échanger des milliardièmes de bitcoins (lorsque celui-ci aura atteint des sommets inaccessibles). Malheureusement le système n’est pas étanche. Il faut des sas pour acquérir des bitcoins (avec de la « vraie » monnaie -l’alternative serait le marché noir-) et vendre des bitcoins (les mineurs seraient bien avancés s’ils avaient gardé pour eux tous leur bitcoins !). Et c’est par ces sas que le système est vicié (par la finance -occulte et officielle maintenant-). Et en plus il apparaît des crypto-monnaies concurrentes (ya bon fromage). Donc même si un jour la vraie monnaie disparaît, des sas entre monnaies cryptées resteraient.

        Vous pouvez commencer à sortir vos critiques sur la finance acclimatées aux crypto-monnaies...

        A moins que les états s’entendent pour éradiquer le système... tout comme ils se sont entendus pour supprimer les paradis fiscaux.


        • Matlemat Matlemat 15 décembre 2017 23:28

          Il y a un paradoxe : le bitcoin ne permet pas l’anonymat mais pourtant sont créateur est anonyme et possèderait des millions de Bitcoins. N’en a t il jamais dépensé ? Personne ne cherche à savoir qui est ce riche inconnu qui doit devoir payer des impôts dans son pays de résidence ?


          • Pierre 16 décembre 2017 14:39

            Ce sont certainement les israéliens qui sont derrière cette arnaque du bit coin coin

            Ils vont empocher un gros magot comme d’habitude


            • Lugsama Lugsama 17 décembre 2017 19:33

              @Pierre

              C’est probablement un japonais.

            • Pierre 16 décembre 2017 14:50

              C sont toujours les mêmes derrière ces grosses arnaques

              Très controversée, cette monnaie est devenue populaire dans plusieurs pays tandis que d’autres tentent de l’interdire.

              Les bitcoins sont soupçonnés de favoriser le blanchiment d’argent.

              La société Bitbox, filiale israélienne de la société américaine Robocoin Bitcoin

              Le premier distributeur automatique de la monnaie virtuelle bitcoin a été inauguré mercredi à Tel-Aviv, selon l’agence courtiers israélienne Bitbox, à l’origine de ce projet.


              • Pierre 16 décembre 2017 20:57

                Même Jordan Le loup de Wall street un escroc de la finance a dit que le bitcoin est une arnaque


                • Pierre 16 décembre 2017 20:58

                  Même Jordan Belfort Le loup de Wall street un escroc de la finance a dit que le bitcoin est une arnaque


                  • bicychavez bicychavez 16 décembre 2017 22:43

                    le bitcoin est autant une arnaque que le dollar et l’euro. On leur fait confiance, du coup ca marche.

                    le bitcoin est tout aussi responsable des actions frauduleuses que le cash. l’argument ne tient pas.


                    • Lugsama Lugsama 17 décembre 2017 19:36

                      @bicychavez

                      En quoi l’Euro et le Dollar serait une arnaque ? Ce sont des monnaies qui comme toutes les monnaies du monde fonctionnent parce qu’on on leur fait « confiance ». Et on voit pas bien pourquoi on ne le ferait pas..

                    • bicychavez bicychavez 18 décembre 2017 18:22

                      @Lugsama

                       le dollar ne vaut plus rien,



                    • coinfinger 17 décembre 2017 22:30

                      Des bitcoins j’en ai . Dans mes réves les plus fous j’osais méme pas en esperer tant , et c’est pas fini .
                      Là tout de suite , j’ai un énorme pactole à disposition et j’ ai dépensé déjà plusieurs fois ma mise .
                      C’est une arnaque ? Supposons , et alors ! Tous les experts , les analystes financiers le disent , n’y aller pas Eh ben non ,« je neu re gre tte rien ... » .
                      çà crée pas d’emplois ? Je crée une entreprise avec les plus values , et de toutes façons ce que je dépense çà entretient des emplois , non ?
                      Faut rester prolétaire pour etre respectable , entretenir sa consciense malheureuse ,se joindre au concert des pleureuses sur le cours déplorable du monde ?
                       c’est quoi ces idées à la con ?


                      • bicychavez bicychavez 18 décembre 2017 18:19

                        @coinfinger

                        on ne s’est pas compris.
                        que vous ayez fait un petit business avec les bitcoins, tant mieux pour vous.
                        que le bénéfice de votre spéculation serve une entreprise, tant mieux pour elle. mais je continue a dire que vous êtes une exception.
                        mais cela ne remet pas en rien la pertinence de mon propos.
                        Le fait d’être prolétaire ne permet pas d’être plus respectable que quiconque. La seule chose que nous disons, c’est que seuls les prolétaires pourront nous sortir de l’impasse en privant le pouvoir exorbitant de la bourgeoisie ce qui nous amène aux catastrophe économique et écologique que l’on connait.


                      • coinfinger 17 décembre 2017 23:19

                        A propos de la presse financiére , j’ ai tous mes vaccins , quand ils vous disent quelque chose, surtout dans une belle unanimité qui ne laisse pas de place au doute .
                        Derniérement , à ma grande surprise j’ai lu deux articles selon lesquels , incroyaableu le bitcoin va à 50000 euros . Faut en acheter là tout de suite , alors les novices vont se précipiter .
                         Retenez vous , c’est pas du tout le moment d’en acheter , là faut vendre .
                        vous attendez la grande descente jusqu’à peut étre 8000 e , début , fin du primtemps , là oui faut acheter , parce que çà va monter , non pas à 50000 c’est ridicule , mais plutot à 250000 et là vous vous barrez , vite fait .
                        Ne passez surtout pas par les banques , vous allez au devant des emmerdements , on peut se passer complétement des banques .


                        • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 18 décembre 2017 09:09

                          Le Bitcoin n’est pas une menace, peut être est-il une spéculation, possible  !

                          S’il était une menace pour les états et les financiers notamment les US, ils auraient réagit avec violence afin d’éliminer la menace...
                          Pour exemple ; Martin armstrong et son algorithme monétaire cyclique....ont disparu de la circulation financière...(7 ans de tôle) ...

                          Si vous croyez que n’importe qui peut spéculer et menacer la finance et les data en toute liberté ......
                          Vous vous mettez le doigt dans l’œil et dans le c.....et vous racontez des conneries...

                          Pour les data, l’exemple est le rachat de Gemplus par In-Q-Tel (Fond de pension de la C.I.A).....
                          Le contrôle de la technologie de la cryptologie par la CIA n’est plus un secret....

                               


                          • bicychavez bicychavez 18 décembre 2017 18:30

                            @SPQR Sono Pazzi Questi Romani

                            je suis d’accord avec vous, ceux qui ont creé le bitcoin sont du cote du pouvoir (cia ou pas) , c’est ce que je dis

                            mais il n’empeche l’appat du gain de la bourgeoisie est telle que cela n l’effraie pas de jouer avec la stabilité ( ecologique, economique) du monde via le bitcoin ou autres.

                            est ce que la cia a craqué le code, seul les plus introduits le savent, perso je n’en s’est rien

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

bicychavez

bicychavez
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès