• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > De quoi périra l’humanité ?

De quoi périra l’humanité ?

 

Ce n'est probablement ni l'insuffisance d'espace vital, ni un virus, ni le feu nucléaire... qui viendront à bout de l'humanité – ou d'une nation, d’une région ou d’un continent en particulier, après qu'elle ait saccagé la planète, mais l'ingouvernabilité d'une population mondiale ayant proliféré jusqu'à la démesure.

Il faut savoir que si l'homme accuse aussi facilement ceux qu’il se donne pour dirigeants de manquer de courage pour affronter les vicissitudes de l’existence, il y a été incité de tous temps par des pouvoirs politiques et religieux plus soucieux du nombre que du bien-être – ici et maintenant – de ceux sur lesquels ils se sont fondés et prospèrent depuis. C’est ainsi qu’il a toujours négligé, ignoré, voire nié sa condition plutôt que de l’affronter. Or, ce faisant, il se comporte depuis qu’il existe comme la mouche se heurtant aussi obstinément que vainement à la vitre ou aux parois de verre du bocal dont elle est prisonnière et qu’elle ne voit pas ; ou que l’autruche enfouissant sa tête dans le sable pour se dissimuler le danger, plutôt que de l’affronter… ou le fuir.

Est-ce la compassion de ceux qui ont connaissance de ces vérités, qui les conduit à les cacher à moins instruits qu'eux ? Serait-ce par respect de l’adage selon lequel les vérités ne sont pas toutes bonnes à dire ? La mansuétude des maîtres de ce monde y verrait-elle un moyen de limiter l’angoisse existentielle des peuples ? ... Telles sont les questions qui peuvent se poser, sachant que la prise de conscience, collective comme par chacun, de sa propre condition peut effectivement aggraver ses peurs et ses frustrations. N’est-ce pas pourtant le prix à payer pour avoir la moindre chance de vaincre un ennemi, que se donner la peine de savoir qui il est, avant de prétendre l'affronter ?

« Si les hommes ont des obligations à l’égard des êtres qui ne sont pas encore ; elles ne consistent pas à leur donner l’existence, mais le bonheur ; elles ont pour objet le bien-être général de l’espèce humaine ou de la société dans laquelle ils vivent, de la famille à laquelle ils sont attachés, et non la puérile idée de charger la terre d’êtres inutiles et malheureux » Condorcet.

Or, ici et maintenant, parce qu’il doit impérativement ne serait-ce que se nourrir, se vêtir, se loger et se soigner, « l’homme est, avant toute autre opinion ou considération, un consommateur » Gaston Bouthoul. Il l’est depuis sa conception jusqu’après sa mort, comme en attesteraient les marchés du prénatal et du funéraire, s’il en était besoin, et il se double d’un producteur dès qu’il est en âge de travailler. Il est ainsi un agent économique au service de la société et aux dépens de son environnement. Et plus le nombre de ces agents augmente, plus leurs besoins s’accroissent – outre ceux qu’ils s’inventent toujours plus nombreux –, plus ils produisent, consomment, échangent et s’enrichissent, avec l’aide du progrès scientifique et technique, quelles que soient les conditions du partage de leurs richesses. Qu’il s’agisse de ressources non renouvelables ou de pollution, les atteintes à l’environnement augmentent d’autant et s’ajoutent à celles d’une nature jamais avare de catastrophes inopinées ou cycliques.

Tous les malheurs du monde, que l’homme a la capacité de maîtriser, en découlent et sont aggravés par le caractère incontournablement pyramidal de la société, dû au fait que richesse et pauvreté existent l’une par l’autre, dans leur relativité, et qu’un destin aveugle assigne à chacun, à sa naissance, sa place au sein de cette pyramide sociale, quels que soient les aléas heureux ou malheureux de son existence par la suite et jusqu’à sa mort. En raison de ce caractère pyramidal de notre structure sociale, les pauvres s’y multiplient à une cadence étant plusieurs fois celle des riches. Outre l'irrémédiable niveau zéro de la richesse, coïncidant avec la base de cette pyramide sociale – là où survit la honte de l'humanité qu'est la multitude des pauvres profonds –, c’est dans ces conditions, que sous la pression de plus de 200 000 êtres humains qui viennent moyennement s’ajouter chaque jour depuis des décennies à la population mondiale, que la pyramide sociale s’atrophie toujours plus et que son sommet s’éloignant incessamment de sa base, les écarts de richesse entre ses occupants se creusent inéluctablement d’autant.

https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html

https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/cause-premiere-et-evolution-de-la.html

https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/eradiquer-la-pauvrete-profonde.html

http://economiedurable.over-blog.com/2022/01/surpopulation-toujours-d-actualite.html


Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

93 réactions à cet article    


  • LOST on Earth Louis 23 février 16:22

    Si c’est la pyramide ILLUMINATI vous avez oublié le neunoeil qui voit tout

     smiley

    Bref tout est écrit dans la pierre des GEORGIA GUIDESTONES

    On sera 500 MILLIONS pas plus, fini les transports bondés

    LOL


    • ZenZoe ZenZoe 23 février 17:09

      Perso, j’ai toujours pensé que les humains ne savaient régler les problèmes qu’avec une bonne guerre. La prochaine viendra un jour ou l’autre, elle fera des millions de victimes, on sera ainsi bien moins nombreux, et on pourra tout recommencer.


      • @ZenZoe
        Heu oui mais vu l’echelle c’e n’est plus par millions l’echelle mais...
        Milliards
        Note voir mon graphique d’’évolution posté plus bas.


      • Claude Courty Claude Courty 23 février 17:37

        Il a suffi de moins de 2 ans de (sur)natalité courante pour remplacer les morts des deux dernière guerres mondiales, + les 100 millions du communisme ! À la cadence de plus de 200 000 Terriens supplémentaires chaque jour, c’est vite fait.

        En conséquence, ne pas trop compter sur les guerres et autres modes de régulation accidentels pour ajuster la population mondiale à ce que peut lui offrir son habitat. C’est une affaire qui relève de la responsabilité de l’homme, et seule une dénatalité expliquée, comprise et acceptée, pourrait y conduire dans des conditions humainement acceptables.


        • ZenZoe ZenZoe 23 février 17:48

          @Claude Courty
          Une bonne pandémie alors ? smiley


        • Débanni Débanni 23 février 18:03

          @Claude Courty
          Nos super dirigeants viennent de tester la mise en place d’un virus, ses effets et ceux de ses vaccins.
          Peu mieux faire !
          Et ils feront mieux, bien que l’on n’ait pas encore dénombré tous les dégâts de l’expérience en cours.
          Avec un virus plus méchant, je pense qu’ils pourront obtenir des résultats qui calmeront vos angoisses.


        • Débanni Débanni 23 février 18:08

          @ZenZoe
          À l’heure de la radicalisation, nous allons passer à une TRÈS bonne pandémie bien sanguinolente.


        • Claude Courty Claude Courty 23 février 18:09

          @ZenZoe

          Covid ?
          6 millions de morts, soit un trou bouché en moins d’un mois, à la cadence actuelle de 220 000 Terriens supplémentaires quotidiennement.
          Et la baisse de natalité annoncée comme un risque majeur par les surnatalistes est un mensonge : http://economiedurable.over-blog.com/2022/01/surpopulation-toujours-d-actualite.html


        • Claude Courty Claude Courty 23 février 18:11

          @Débanni

          je me répète :
          « Il a suffi de moins de 2 ans de (sur)natalité courante pour remplacer les morts des deux dernière guerres mondiales, + les 100 millions du communisme ! À la cadence de plus de 200 000 Terriens supplémentaires chaque jour, c’est vite fait.

          En conséquence, ne pas trop compter sur les guerres et autres modes de régulation accidentels pour ajuster la population mondiale à ce que peut lui offrir son habitat. C’est une affaire qui relève de la responsabilité de l’homme, et seule une dénatalité expliquée, comprise et acceptée, pourrait y conduire dans des conditions humainement acceptables. »


        • LOST on Earth Louis 23 février 18:30

          @Débanni
          il est bien votre avatar débanni j’ai pensé à un décolleté généreux avant de me rendre compte que c’était un bouquin
           smiley


        • @Louis
          Moi aussi je l’avoue  smiley smiley
          il est top
          C’est un bon test pour detecter les lgbtqi+ qui eux verrons de suite le bouquin smiley


        • Débanni Débanni 24 février 09:32

          @Louis
          Un secret, la première était la bonne !


        • Débanni Débanni 24 février 09:40

          @Claude Courty
          « je me répète » Ne pas foirer !
          Voyez une guerre comme celle qui commence aujourd’hui... Il suffit de quelques méchantes provocations pour qu’elle efface ce que vous estimez surabondant.
          J’espère que les prochains jours ne démontreront pas l’efficacité du nucléaire militaire au malthusien que vous êtes.


        • Claude Courty Claude Courty 24 février 10:24

          @Débanni

          J’ai déjà retiré “feu nucléaire”, en priant d’excuser ma naïveté.
          Quant au malthusien, il n’est pas seul à avoir observé que la prolifération humaine était capable de remplacer rapidement de lourdes pertes, à la cadence actuelle – qui en prendrait un coup il est vrai – de plus de 70 millions de terriens supplémentaires par an.
          Il est vrai par contre que le feu nucléaire pourrait se propager plus intensément que tout autre.


        • agent ananas agent ananas 25 février 01:51

          @Claude Courty

          6 millions ?
          Attention, ce chiffre est une marque déposée ... smiley


        • Clocel Clocel 23 février 17:37

          A un certain niveau la connerie semble redoutable, et quand elle affecte 80% de la populace, l’osmose devient menaçante, surtout sous un régime où la majorité a toujours raison.


          • Claude Courty Claude Courty 23 février 18:07

            @Clocel

            Covid ?
            6 millions de morts, soit un trou bouché en moins d’un mois, à la cadence actuelle de 220 000 Terriens supplémentaires quotidiennement.
            Et la baisse de natalité annoncée comme un risque majeur par les surnatalistes est un mensonge : http://economiedurable.over-blog.com/2022/01/surpopulation-toujours-d-actualite.html


          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 23 février 18:25

            @Claude Courty
              De quoi périra l’humanité ?
              C’est une question dont on peut trouver la réponse dans les études des civilisations disparues.
              Ce sont des causes naturelles ou artificielles comme les guerres qui ont d’ailleurs, elles-mêmes, souvent une cause naturelle. Manque d’eau, manque de nourriture...
              Cela peut être dû au climat qui changeait.
              La révolution française est née probablement à cause d’un manque de pain, culture du froment et le climat qui changeait avec pour origine, un volcan en éruption qui avait obscurci l’atmosphère. 



          • Claude Courty Claude Courty 23 février 18:40

            Réflexions du Miroir 23 février 18:25

            Nous ne parlons pas de la même chose, ou ne nous situons pas à la même échelle.

            Je pense que le risque de disparition de civilisations ou de nations est bien différent de celui concernant l’humanité entière – et peut-être de la biosphère avec elle – et se fonde sur des raisons d’une autre dimension.

            Cf. me réponses ici-même à des billets évoquant l’incidence limitée des pandémies comme des guerres.

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html


          • Clocel Clocel 23 février 18:42

            @Claude Courty

            Par quel parcours sinueux reliez-vous la connerie et la reproduction !?


          • Claude Courty Claude Courty 23 février 19:42

            @Clocel

            Rien de sinueux. Simple application (lissée) des propriétés de la pyramide à une population structurée pyramidalement, rapportée à sa richesse.
            Dès lors que cette représentation pyramidale de notre société est admise, La richesse qu’est l’intelligence (contraire de la “connerie”) s’y réparti moyennement comme toute autre, à raison de 14% de riches pour 86% de pauvres.

            Ce fil de discussion ne permettant pas la publication de schémas explicatifs, vous devrez peut-être faire l’effort de voir :

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/pyramidologie-sociale-methodologie.html

            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html


            NB  Je rappelle que vous n’avez pas attendu cette réponse pour évoquer 85% dans votre premier post, si je me souviens bien.


          • Djam Djam 23 février 20:37

            @Claude Courty
            Vous semblez inquiet, non ?
            Pourquoi vous mettez-vous la rate au court bouillon à propos d’une engeance — les humains — qui prolifère puisque vous ne verrez vraisemblablement pas la « cata » annoncée en boucle sur tous les merdias du globe ?

            L’humanité finira bien par disparaître comme toutes les civilisations et la nôtre, vous l’aurez compris, ne fera pas exception et j’ai envie de dire « bon débarras ! ».

            L’économie « verte » est juste la suite de la fumisterie libérale économiste pondue par quelques pervers britanniques et autres « penseurs d’artifices numériques » et à coup sûr elle ne « sauvera » jamais la planète... car cette dernière n’a pas besoin de ces étrons d’humains pour mettre un terme à leur pathétique petit règne.

            Des milliers d’espèces disparaissent et nous, nous proliférons... ben oui, cher Claude, c’est un processus très classique dont on connait la fin...

            Allez, je vais m’offrir un petit verre de bon pinard... en attendant l’anéantissement !  


          • Claude Courty Claude Courty 23 février 21:33

            @Djam

            Nul n’est besoin d’espérer pour entreprendre... chercher à comprendre, et trinquer avec vous si le vin est bon.


          • @Djam
            « Vous semblez inquiet, non ?
            Pourquoi vous mettez-vous la rate au court bouillon à propos d’une engeance — les humains — qui prolifère puisque vous ne verrez vraisemblablement pas la « cata » annoncée en boucle sur tous les merdias du globe ? »


             
            Oui et il à raison de l’etre comme je le suis aussi.
            Peut etre qu’il lui reste une once de conscience et pense lui aux suivants meme lorqu’il ne sera plus la,
            ou meme plus simplement ne veut pas en porter responsabilité ?
            bref ne fermons pas la porte à LEUR futur


          • Claude Courty Claude Courty 24 février 05:35

            @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

            À se demander en effet combien existent d’êtres humains – pourtant dotés d’une conscience supérieure de ce qu’ils sont – ayant un jour réfléchi à ce qu’est leur responsabilité, lorsqu’il usent de ce droit exorbitant de donner la vie.


          • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 24 février 17:05

            @Claude Courty
             La question était « de quoi périra l’humanité ? ».
             L’échelle est clairement celle-là.
             Elle est étudiée par des experts sous cet angle là.
             Alors la question suivante pourrait-être : « La Terre sans les humains. ça donnerait quoi ? » Cette vidéo vous en donne la réponse.


          • agent ananas agent ananas 25 février 02:06

            @Claude Courty
            6 millions de morts, soit un trou bouché en moins d’un mois, à la cadence actuelle de 220 000 Terriens supplémentaires quotidiennement.

            Chiffre suffisant pour remplacer les ex baby boomers ? Les papy boomers ne sont pas éternels ...


          • Claude Courty Claude Courty 25 février 03:47

            @Réflexions du Miroir

            Cette vidéo illustre les conséquences d’une disparition de l’humanité et non celles d’une disparition – nécessaurelent antérieures – des civilisations, nations et autres collectivités humaines dont précisément l’humanité est constituée.


          • Djam Djam 27 février 11:37

            @Ouam (Paria statutaire non vacciné)

            Mais pourquoi pas cher Ouam ? Après tout, chacun est effectivement libre de se mouronner ou pas. M’est avis que se faire du mourron n’a pas beaucoup d’effet pour, précisément, agir. Or, en terme d’action je crois faire plutôt pas mal, mais sans sombrer dans ce catastrophisme très répandu stérile. 
            Bon dimanche à vous et Tchin !


          • I.A. 23 février 18:32

            Il est quand même bizarre de constater que ce sont les plus pauvres qui se reproduisent le plus, mais de ne pas constater que ce sont les plus riches qui polluent le plus, non ??

            Ce n’est pas la quantité, pas le nombre de gueux qui accélérera le réchauffement ou la fin des ressources naturelles, c’est plutôt le potentiel, les pouvoirs de nuisance des riches consommateurs, qui en sera responsable.

            ... Aux premiers rangs desquels il faut nommer les surproductions agro-alimentaires et industrielles, ainsi que les transports (dont jets privés...)


            • wagos wagos 23 février 19:02

              @I.A.

              Donc il faut être pauvre consommateur pour ne pas réchauffer le climat ?? 


            • Claude Courty Claude Courty 23 février 19:18

              @I.A.

              Deux considération d’ordres bien différents, non ??
              La répartition et le nombre de riches et de pauvres peuplant la pyramide sociale sont fondamentalement d’ordre structurel, et échappent de ce fait à la volonté humaine.
               Que les riches polluent davantage que les pauvres est évident, et résulte précisément du fait que les uns soient plus riches que les autres. Quant à en tirer des conclusions en matière de nuisances et de pollution, il ne faut tout de même pas négliger que c’est la richesse de l’humanité – résultant des apports combinés de tous – qui la fait vivre, même si le partage de cette richesse laisse fortement à désirer ; et que sans cette richesse qui produit aussi pour eux, les pauvres seraient encore plus démunis qu’ils le sont.

              Quoi qu’il en soit, environnement et écologie ignorant les luttes que se livrent les hommes, l’humanité mourra probablement d’autre chose.

              https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html

              https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html


            • Xenozoid Xenozoid 23 février 19:22

              @Claude Courty

              l’humanité mourra probablement d’autre chose

              ...surement sous le poids de la pyramide des maux,arghhhh !!!


            • Claude Courty Claude Courty 23 février 19:49

              @Xenozoid

              Un seul de ces maux suffira et il est à l’œuvre depuis des siècles ; le premier et père de tous les autres qu’est la prolifération humaine.

              https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2020/10/le-syndrome-de-lautruche.html

              https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2015/03/schema-sans-commentaire.html


            • Xenozoid Xenozoid 23 février 21:21

              @Claude Courty

              tu dois te sentir seul,a mettre tes liens comme si c’était toi...tu as aussi le droit de dire que je suis con ,c’est pas interdit, m’enfin tu aimes ta pyramide comme nono ses courbes..c’est la vie claudec

              Ce que mes recherches m’ont montré est que le pouvoir souverain a été fondée depuis ses origines sur la séparation entre la vie nue (la vie biologique en Grèce a eu lieu à la maison ) et de la vie tel qu’elle défini politiquement ( qui a lieu dans la ville ). La vie nue a été exclue de la vie politique et était en même temps inclus et capturée par son propre exclusion : en ce sens, la vie nue est la base de la puissance négative. Cette séparation atteint sa forme la plus extrême en bio-politique moderne. Ce qui s’est passé dans les États totalitaires du 20ème siècle est que le pouvoir ( peut-être par le biais de la science ) a décidé exactement ce que, en fin de compte, est une vie humaine et ce qui n’est pas une vie humaine. En opposition à ce point de vue, ce que nous avons à faire est de concevoir une politique de formes vitales, c’est une vie qui ne peut être séparé de sa forme, qui ne sera jamais nue à nouveau.



            • Claude Courty Claude Courty 23 février 21:52

              @Xenozoid

              Qui n’est pas seul ???
              Quant à mes liens, ils ont un autre objectif que celui que tu me prêtes : ils sont simplement là pour rappel et répondre à ma place à des questions auxquelles j’ai déjà répondu.
              Pour la suite, ça me tire un peu trop du contexte. Je mets ça de côté pour y réfléchir à tête reposée.


            • Xenozoid Xenozoid 23 février 21:57

              @Claude Courty

              des questions auxquelles j’ai déjà répondu.

              Ca on sait, aussi, on se demande donc pourquoi tu te répete,vu que tu as déjà répondu,tu as du trouver un trou de vers et tu ne le sais pas...lol


            • Claude Courty Claude Courty 24 février 05:14

              @Xenozoid

              Curieuse, cette insistance à me reprocher que je me répète !
              Serait-ce que mes propos dérangent ?
              Ils n’ont pourtant rien d’extrémiste. Ils se contentent d’attirer l’attention sur une vérité fondamentale et pourtant largement ignorée.
              Et libre à qui veut d’y prêter attention.

              «  L’Ingénu – Dites-moi s’il y a des sectes en géométrie.
              Gordon – Non, tous les hommes sont d’accord sur la vérité quand elle est démontrée.  » Voltaire


            • wagos wagos 23 février 19:00

              Ou alors, stériliser une partie de la population la plus pauvre afin qu’elle ne se perpétue plus ...

              Aux Indes dans les année 70, le gouvernement avait fait une campagne pour stériliser les hommes et échange d’un poste à transistors ...

              Bon vu que la technologie évolue, on pourrait offrir un smartphone par exemple ...c’est une idée à creuser même chez nous , mais les pauvres en ont également ...

              Dans les sodas ou boissons du genre peut-être, ils en sont friands, un additif qui stérilise dans la prime jeunesse ..

              Le Covid, c’est loupé par contre, je l’ai eu moi aussi et j’en suis pas mort ...

              Une guerre ? on en a une qui se prépare, mais bon ça va être local ...

              Si l’un de nous a une idée des fois ?? 


              • mmbbb 24 février 09:30

                @wagos si le changement climatique est pérenne ( il n y aucune raison que nous retombions soudainement dans un age glaciaire ) , la pollution la destruction des écosystèmes risquent probablement de rendre la vie tres difficile .


              • pierrot pierrot 23 février 19:35

                Le principal risque est climatique.

                L’accroissement de la démographie diminue drastiquement dans le monde 


                • Claude Courty Claude Courty 23 février 19:52

                  @pierrot

                  « L’accroissement de la démographie diminue drastiquement dans le monde »  Parfaitement faux et mensonger !

                  http://economiedurable.over-blog.com/2022/01/surpopulation-toujours-d-actualite.html


                • @pierrot
                  "Le principal risque est climatique.

                  L’accroissement de la démographie diminue drastiquement dans le monde"

                   
                  Vous fumez quoi VOUS ??
                  C’est du bon visiblement ?
                  donnez nous l’adresse de votre fournisseur ^^
                  https://www.demographie-responsable.org/
                  Le compteur à doite de la page augment ou diminue ? 7 927 719 848

                  La courbe ici vous y voyez quoi vous ?


                • Sergio Sergio 23 février 21:16

                  @pierrot

                  Vous avez raison et en voici une des causes !

                  https://www.lindependant.fr/2022/02/23/covid-ces-degats-causes-par-omicron-sur-les-testicules-10129311.php

                  En conclusion, « si t’as des couilles, et que tu veux les garder, vaccine toi ! »


                • @Sergio
                  Si c’est les plus idiots et conformistes qui ont succombé au proto...
                  C’est pas gagné pour la suite (sigh) smiley


                • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 23 février 20:20

                  Je ne vois pas en quoi la surpopulation pourrait détruire l’humanité. En détruire une partie, des civilisations.... d’accord, mais il restera des humains.

                  Il faut un changement brusque et irréparable des conditions vitales, comme plus d’oxygène, d’eau potable, ou une stérilité généralisée qui éteindrait l’espèce. Sans quoi... Il restera des humains.


                  • Claude Courty Claude Courty 23 février 22:02

                    @Le bébé de Macon

                    Ce changement brusque des conditions vitales d’existence de l’humanité et des autres espèces peuplant la planète Terre a été enclenché par le saccage auquel a procédé son premier prédateur qu’est l’être humain. Et nous vivons le basculement fatal depuis que les besoins de ce prédateur insatiable sont devenus supérieurs à ce que son environnement est en mesure de lui offrir pour les satisfaire.

                    Une humanité dont les besoins atteignent aujourd’hui en quelques mois ce que son environnement lui offre pour les satisfaire pendant un an dans tous les domaines (air, eau,etc.) n’est-elle pas destructrice d’elle-même ?

                    Une humanité première prédatrice de son environnement jusqu’à disparition de la majorité des espèces constituant avec elle la biosphère, n’est-elle pas destructrice de la vie sur Terre, dont la sienne ?

                    Bien sûr, quelques représentants de cette espèce survivront toujours, mais il est probable que ce soit à la manière de ces témoins fossilisés d’espèces disparues, ou au mieux de représentants dispersés d’une espèce en voie d’extinction.

                    Reste à savoir ce dont nous serons capables pour éviter d’en arriver là, s’il en est encore temps.


                  • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 23 février 22:22

                    @Claude Courty
                    Bonsoir Claude Courty,
                    On est bien d’accord, l’homme est un prédateur et plus même un destructeur de son environnement. Je pense que c’est la vie même qui est ainsi, un peu comme le feu ou tout autre phénomène physique qui consomme de l’énergie, ça détruit, ça transforme la matière jusqu’a l’inerte. Et comme on domine la vie (enfin on le croit), on est les plus destructeur. Les hommes en sont conscient. Mais c’est notre nature, la nature de la vie, la vie mange la vie pour continuer à vivre.


                  • Claude Courty Claude Courty 24 février 05:25

                    @Le bébé de Macon

                    La vie outrepasse ses droits, lorsqu’en l’absence de contrôle elle prolifére. N’est-ce pas ce qui met toutes les espèces en danger de mort ?


                  • Le bébé de Macon Le bébé de Macon 24 février 10:22

                    @Claude Courty
                    Oui la surpopulation conduit à de gros problèmes (famine, guerres etc..), mais certainement pas à une extinction d’espèce.


                  • Claude Courty Claude Courty 24 février 10:28

                    @Le bébé de Macon

                    Voir le processus de dégradation de la biosphère, à laquelle l’espèce humaine appartient comme les autres, dans leur interdépendance.


                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 février 20:35

                    @l’auteur

                    Je me croyais proche mais je vois, dans votre article, des contradictions et, même, du défaitisme.


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 23 février 20:36

                      du fatalisme et, même, du défaitisme.


                    • Claude Courty Claude Courty 23 février 21:25

                      @Pierre Régnier

                      Auriez-vous l’amabilité de préciser ?

                      La situation est de jour en jour plus critique, mais aucun défaitisme. Est-ce du défaitisme que de prévenir de l’arrêt d’un processus si rien n’est fait pour y pallier ? Sans ignorer que tout a une fin.

                      Quant aux contradictions, merci de m’éclairer.

                      Pour le fatalisme, il a toujours été inscrit dans la condition humaine, telle que l’exprime le caractère pyramidal de notre structure sociale. Mais c’est bien pour cela que le premier pas dans le dépassement de ce fatalisme, consiste à connaître et reconnaître la condition humaine pour ce qu’elle est, incontournablement.


                    • osap osap 23 février 22:09

                      On veux croitre à l’infini, avoir une économie qui elle même croisse à l’infini ce qui n’est pas possible dans un monde fini. On veux toujours plus de pouvoir d’achat, mais il faudra bien que ça s’arrête un jour. Notre système financier a besoin de croissance parce qu’il est fondé sur la dette et que sans croissance les dettes risquent de ne pas être remboursées. La monnaie est crée à partir du crédit bancaire. Pas de dette pas d’argent. Si les plus riches s’enrichissent, ils endettent de fait les plus pauvres qui ne pourront pas rembourser leurs dettes, car ils n’auront pas l’argent pour. (les riches le gardent pour eux). Il faut aussi payer à crédit les déficits commerciaux. Pour que le système soit viable, il faudrait l’équilibrer. Il faudrait que les riches dépensent leur argent ou qu’on les forcent à le faire, et que les balances commerciales des pays soient équilibrées à l’échelle mondial. Bref, il faudrait un accord mondial comme pour le climat.


                      • Joséphine Joséphine 24 février 01:50

                        L’auteur a parfaitement raison, la seule chose qui va nous exploser à la gueule, c’est la surpopulation mondiale, mais on ne peut pas reprocher aux européens de trop se reproduire. Selon l’africaniste Bernard Lugan , en 2050 plus de 4 milliards d’africains vont déborder sur toute la planète, et accessoirement sur l’Europe....ça va mal finir. 


                        • Cyrus cyrus 24 février 02:01

                          @Joséphine

                          meme les chinois ont fait un effort smiley



                        • mmbbb 24 février 08:31

                          @Joséphine en Europe c est plutôt ’ l hiver démographique blanc "  selon l institut Schuman .
                          En France sans se référer au statistiques officielles , on peut aisement le percevoir désormais 
                          Ce sont les mioches des bisounours qui remercieront parents 
                          L europe elle même ; est le fer de lance de ce prosélytisme . 
                          On peut noter le bon resultat de ce vouloir vivre ensemble .



                        • mmbbb 24 février 10:54

                          @Claude Courty Tout le monde sait que désormais la « civilisation blanche » notamment en Europe vit ses dernières heures .
                          Je ne m en offusque pas , les blancs se tirent une balle dans le pied 
                          En revanche , nous allons vers une balkanisation des territoires mais pas de vague , la doctrine officielle , une immigration heureuse la conséquence d une mondialisation heureuse .
                          C est un choix ce société 


                        • Claude Courty Claude Courty 24 février 16:17

                          @mmbbb

                          Loin d’être un choix, ne s’agit-il pas plutôt des effets structurels d’une croissance démographique multipliant le pauvres à une cadence qui est 6 fois celle de riches ; ces pauvres se trouvant de surcroît être majoritairement de couleur – à commencer par les Africains – plutôt que blancs. Voir
                          https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2018/01/pyramidologie-sociale-methodologie.html figures 1 à 4.


                        • Claude Courty Claude Courty 24 février 16:37

                          Claude Courty @ mmbbb

                          Si la Chine n’entre pas directement, ni immédiatement dans la danse en Crimée, ce serait donc les populations Africaines et Orientales qui tireraient leur épingle du jeu (les progrès balistiques promettant à l’Amérique du Nord de n’être pas épargnée), ce qui accèlèrerait d’autant la fin du suprématisme blanc


                        • Initiativedharman Initiativedharman 24 février 05:25

                          C’est notre société thermo-industrielle et consumériste qui va inévitablement faire disparaître l’espèce humaine. Il est déjà trop tard pour faire marche arrière. Le monde entier adopte notre modèle qui nous mène à notre perte. Ce sont des milliards d’hommes et de femmes qui détruisent la planète en consommant du superflu. 

                          Les écologistes rêvent. On ne changera pas la donne. Les Cop ne servent à rien. Les mesurettes décidées par quelques-uns sont une goutte d’eau dans l’océan, c’est comme pisser dans un violon.

                          A vrai dire, personne n’a envie de changer quoi que ce soit et, de toute manière, c’est quasiment impossible dans une société mondialisée et uniforme.

                          J’opte pour la collapsologie. Ce n’est pas du pessimisme, c’est de la lucidité.

                          L’être humain disparaîtra ? « Bon débarras ! » pour reprendre les termes d’Yves Paccalet dans son livre.

                          La planète se remettra assez rapidement de notre bref passage et la Nature se passera de nous sans problème.


                          • Claude Courty Claude Courty 24 février 05:43

                            @Initiativedharman

                            La collapsologie n’est ni pessimisme ni lucidité. C’est un constat vide de sens, faute précisément de prise position ; profitant de l’angoisse ambiante pour faire acheter par les gogos quelques bouquins inutiles de plus.


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 24 février 18:34

                            @Claude Courty

                            Décidément, je ne vous comprends pas.

                            La contradiction évoquée plus haut est ici manifeste. La collapsologie est bien un constat vide de sens faute précisément de prise de position.

                            Mais, dans votre article, après avoir pourtant bien décrit la situation, vous insistez sur le caractère incontournablement pyramidal de la société.

                            C’est là que je vois contradiction, fatalisme et défaitisme dans votre démarche.


                          • Claude Courty Claude Courty 25 février 04:04

                            @Pierre Régnier

                            La collapsolgie dressant un état de lieux – auquel je reproche son voyeurisme autant subjectif que racoleur –, mon article conclu sur le caractère objectivement structurel de la pyramide sociale.
                            Je ne vois vraiment pas où est le fatalisme ni le défaitisme auquel vous concluez.

                            Les liens suivants pourraient vous apporter quelques précisions utiles à notre meilleure compréhension :

                            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/la-pyramidologie-sociale-quest-ce-que.html

                            https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/eradiquer-la-pauvrete-profonde.html


                            Cordialement.


                          • nemesis 24 février 07:06

                            Ce n’est probablement ni l’insuffisance d’espace vital, ni un virus, ni le feu nucléaire... qui viendront à bout de l’humanité – ou d’une nation, d’une région ou d’un continent en particulier, après qu’elle ait saccagé la planète, mais l’ingouvernabilité d’une population mondiale ayant proliféré jusqu’à la démesure.


                            Tu mets en parallèle des notions qui ne sont pas comparables :

                            des paramètres physiques (espace vital...nucléaire) d’un côté,

                            — un comportement de l’autre (ingouvernabilité).

                            La construction d’un raisonnement suppose une relation de « causes à effet ».

                            Démesure, c’est vague et je ne vois pas d’effet précis.


                            • Claude Courty Claude Courty 24 février 09:59

                              @nemesis

                              Aucune “mise en parallèles” de ma part, mais énumération de notions volontairement choisies et citées pour leur disparité.
                              Si au-delà de la polémique le sujet t’intéresse, voir https://pyramidologiesociale.blogspot.com/ en commençant par 

                              https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/la-pyramidologie-sociale-quest-ce-que.html


                            • Jean Keim Jean Keim 24 février 07:44

                              Le soleil aura raison de nous si entre temps notre bêtise ne nous a pas achevés.


                              • Trelawney 24 février 08:33

                                Ce n’est probablement ...., ni le feu nucléaire... qui viendront à bout de l’humanité 

                                On en est quand même très proche !


                                • Claude Courty Claude Courty 24 février 10:11

                                  @Trelawney

                                  Compte tenu d’évènements en cours sur la scène géopolitique européenne, je retire “feu nucléaire”, en priant d’excuser ma naïveté.


                                • Trelawney 24 février 12:29

                                  @Claude Courty
                                  Le 23 février j’étais encore naïf comme vous. Je pensais même que c’était une qualité. Maintenant je suis résigné. 
                                  On est très proche d’un holocauste nucléaire. Beaucoup plus proche que l’affaire de Cuba. Mais on n’a aucune carte en main


                                • Albert123 24 février 09:54

                                  « Ce n’est probablement ni l’insuffisance d’espace vital, ni un virus, ni le feu nucléaire... qui viendront à bout de l’humanité »


                                  non c’est faculté des boomers à ceder aussi facilement à leur pente qui a ammené cette « humanité » à faire porter sur les plus jeunes la responsabilité que les plus vieux sont sensés porter eux même.


                                  les invertis et autres aux valeurs inversées ont réussi l’exploit de sacrifier les plus jeunes pour permettre aux vieux croutons jouisseurs, trop souvent pédophiles, de continuer de jouir sans contrainte comme il le font depuis 60 ans.


                                  sacrifice des plus jeunes et des femmes enceintes sur l’autel de leur petites peurs nombrilistes et de leurs perversions de détraqués.


                                  Ajoutez y le déploiment délirant de modèle mathématiques erronés en guise d’aide à la décision de merde et vous arrivez à l’autodestruction par une generation de trous du cul jouisseurs et donneurs de leçon.


                                  Jean Michel Apathie est l’exemple même du boomer qui aujourd’hui se declare woke pour pas être emporté par la chienlit qu’il a lui même mis en oeuvre.








                                  • Hervé Hum Hervé Hum 24 février 10:45

                                    vous avez écris que les certitudes, sont les vérités des sots.

                                    Comme vous êtes pétri de certitude, vous vous définissez donc comme un sot !

                                    La seule certitude qui ne soit pas celle des sots, c’est la réalité, qui repose sur la logique des relations de causalité, celle ci reposant sur ses propres fondement et non sur l’imaginaire humain.

                                    En fait, votre pyramide sociale est valable dans une société fondé sur le rapport de domination et donc, en état d’urgence permanent. Comme actuellement où il fallait réactiver l’ennemi extérieur crédible pour justifier de la domination et soumission de la population.

                                    Par contre, elle n’a plus cours dans une société fondé sur le rapport d’équilibre, c’est à dire, du mérite personnel et qui exige un monde en paix.

                                    Il se trouve que les 20 derniers siècles sont ceux de la colonisation de l’humain sur l’humain et donc de l’état d’urgence permanent, mais aujourd’hui avec la globalisation de l’économie, ce système n’a plus lieu d’être. Autrement dit, la mondialisation ne peut pas être atteinte sur le plan social sans voir s’effondrer votre pyramide sociale et la situation actuelle ne fait que le démontrer. L’idée étant de mettre en place le monde tel que Orwell le décrit dans 1984, avec deux empires se faisant face dans une confrontation virtuelle n’ayant pour seul but que de justifier la pyramide sociale et la soumission des citoyens à leur élite.

                                    Parce que les dirigeants occidentaux n’ont rien à foutre des ukrainiens, ils n’ont que des intérêts personnels à défendre.


                                    • Claude Courty Claude Courty 24 février 11:16

                                      J’ai écrit que les certitudes sont les vérités des sots, et que chacun possède hélas les siennes. Relisez-moi, si toutefois ce n’est pas de propos délibéré que vous avez fieleusement tronqué votre citation.

                                      Concernant ce fil de discussion, je serais curieux de savoir où vous avez relevé mes certitudes. Merci.

                                      La pyramide sociale n’est pas la mienne. Elle résulte de l’altérité de ses occupants, dans leur interdépendance hiérarchisée par les hasards de leur naissance, ainsi que par les aléas de l’existence de chacun par la suite. Ce n’est pas une certitude c’est le constat de faits et chiffres accessibles au premier venu, distribués selon les propriétés – que je n’ai pas inventées – du polyèdre qu’est la pyramide.

                                      Quant à ces 20 derniers siècles, ils ont été ceux de la domination de pouvoirs, à commencer par le religieux et le politique, davantage préoccupés du nombre que du bien-être de ceux sur qui ils se sont fondés et ont prospérés depuis, en profitant de leur crédulité et en les poussant à prendre le confort matériel pour le bonheur.


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 24 février 13:24

                                        @Claude Courty

                                        Certes, « chacun possède hélas les siennes », mais si vous lisez aussi mon commentaire, j’écris que la seule qui échappe à son propre arbitraire c’est la réalité.

                                        Encore faut t’il ne pas la tronquer et pour cela, la connaître, c’est à dire, reposant sur la logique des relations de causalité et non sur l’imaginaire humain.

                                        Si vous vous souvenez de notre débat précédent, je n’avais pas remis en cause le principe de la pyramide sociale, simplement dit que sa forme dépend de l’évolution de l’environnement. Qu’il n’y avait de fatalité à celle que vous citez que dans un environnement qui y est favorable et que ceux qui sont assis dessus, font tout pour le maintenir, quand bien même l’environnement lui est contraire.

                                        Quid de la situation en Ukraine où cette élite n’a cure de la souveraineté ukrainienne, mais l’instrumentalise en fonction de leur propre intérêt.

                                        C’est à dire, la nécessité absolue de l’état d’urgence permanent, condition sine qua non pour obtenir la soumission VOLONTAIRE.

                                        Le monde sera détruit parce que l’humanité s’obstine à croire qu’elle peut dominer la réalité, alors qu’elle ne peut dominer que son propre imaginaire. Or, la réalité présente ne laisse pas de choix pour les citoyens voulant vivre en paix relationnelles et profiter du fruit de leur travail, c’est à dire, placer la coopération avant la compétition ou le principe communiste avant le principe capitaliste (un principe ne pouvant pas être supprimé par quelque moyens que ce soit).

                                        Qui fait que la pyramide ne repose plus sur la propriété, mais le mérite personnel, qui interdit l’exploitation d’autrui à son profit et de substituer la propriété par la responsabilité.

                                        Sans cela, votre pyramide sociale continuera fatalement de s’imposer et les citoyens de déplorer les conséquences dont ils vénèrent les causes.


                                      • Claude Courty Claude Courty 25 février 03:36

                                        @Hervé Hum


                                        - Idéologies et croyances les plus diverses sont les vérités de ceux les adoptent. Et le fait que vous citiez en exemple cas de l’Ukraine en est la manifestation, mais je vais tenter de vous répondre en vous demandant quelques précisions :

                                        - En quoi et comment la forme (structure) pyramidale de la société peut-elle dépendre de l’évolution de l’environnement ? Une telle affirmation demande un minimum d’explication.

                                        - Je maintiens quant à moi que cette structure découle objectivement : pour son volume, de l’importance de sa population, et pour ses proportions, de la richesse collective de cette même population.

                                        - Vision idéologique ; nul n’est assis sur la pyramide sociale ! Tout citoyen y occupe sa place selon la part de la richesse collective qu’il détient ; et la relation de causalité régnant sur la pyramide sociale se réduit au niveau de richesse matérielle de chacun de ses occupants, le partage des richesses immatérielles étant une autre affaire.

                                        - En quoi le mérite personnel peut-il être un critère de positionnement dans la pyramide sociale ? Son appréciation, inévitablement subjective, ne l’interdit-elle pas ?

                                        https://pyramidologiesociale.blogspot.com/2022/01/la-pyramidologie-sociale-quest-ce-que.html


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 25 février 12:45

                                        @Claude Courty

                                        j’ai écris des articles sur le sujet de l’évolution de l’environnement. Mais pour faire simple, l’humanité est passé d’un environnement disons ouvert à un environnement fermé où tous les peuples sont en interrelations, interdépendance. Où les enjeux sont globalisés, où la mondialisation n’est pas une théorie, mais un fait établi mais avec une conscience humaine qui n’en tire pas les conséquences.

                                        La notion de mérite personnel est surtout relative et évidemment, je suis d’accord qu’il y a de la subjectivité.

                                        Je le résume en disant que nul ne peut exiger plus de droits (monétaire, immobilier) qu’il n’accomplit de devoirs par lui même (par son propre apport à la collectivité et non sa capacité à exploiter son prochain) et nul ne peut se voir exiger plus de devoirs qu’il ne réclame de droits.

                                        Ce principe du mérite personnel est d’ailleurs reconnu comme fondamental dans le système capitaliste et dans la pyramide sociale et ce n’est que lorsqu’il est nié, c’est à dire, lorsque seul l’héritage est considéré, qu’une société ou un empire s’effondre, car il fait alors l’éloge de la médiocrité et réduit le mérite avec le talent que cela implique au minimum, voir l’interdit. C’est le principe de la tyrannie. Sauf que le principe du mérite personnel interdit par définition l’exploitation du mérite d’autrui à son profit.

                                        Le mérite personnel, avec le principe lié de l’égalité des chances à la naissance (autant que faire se peut, car c’est impossible à réaliser parfaitement), consiste à dire que le mérite des parents n’est pas celui des enfants et c’est donc à chaque génération de faire évoluer la pyramide sociale en valorisant non pas la naissance, mais selon ce que chacun apportera à la collectivité au cours de sa vie. C’est sur cette base qu’il y a des droits de succession, mais toujours largement en faveur de l’héritage.

                                        Bref, en apparence, c’est la même chose, sauf le détail fondamental qu’il est interdit à une personne d’exploiter le fruit du travail d’autrui via la propriété, qui n’a de sens que pour prélever l’impôt privé, sans cela, votre domination, pouvoir n’existe pas. L’histoire le prouve de manière empirique. Un exemple fameux étant la guerre d’indépendance des USA, lié au refus des colons de continuer à payer l’impôt à la couronne d’Angleterre, actant ainsi la fin de son pouvoir, domination.

                                        Bref, la différence fondamentale est dans le fait qu’on passe du mérite impersonnel (que permet seule la propriété permettant l’impôt, sans cela, la propriété est vidé de son sens ou intérêt) au mérite strictement personnel, mais comme vous pouvez le voir, le principe d’édification de la pyramide sociale reste fondamentalement identique. Vous pouvez lire Smith, la base de la richesse des nation repose sur le principe du mérite, mais dans le monde qui était le sien, la propriété était une valeur centrale, alors que dans le monde d’aujourd’hui mondialisé, elle devient accessoire car c’est la responsabilité qui devient centrale. Défini comme la capacité de répondre de ses droits et devoirs envers autrui et jamais envers soi même, car c’est la que réside la propriété et souveraineté, irréductible, sauf en dictature.

                                        Ainsi, la liberté des uns s’arrête là où se pose celle d’autrui et si la réponse est négative, c’est à dire qu’il n’y a pas atteinte, alors, la contrainte est une violation de la liberté individuelle. Et c’est ce qui s’est passé avec la vaxxination et le pass vaxxinal, il s’agit d’une violation de la liberté individuelle du gouvernement avec l’aval du conseil constitutionnel, signant là la caducité de la constitution actuelle. Mais voilà, je n’ai entendu personne le dénoncer, soit par complicité, soit par ignorance.

                                        etc...


                                      • Claude Courty Claude Courty 25 février 17:54

                                        @Hervé Hum

                                        Les peuples ne sont pas l’environnement, ils n’en sont que les prédateurs, que ce soit ou non dans leurs interrelations et interdépendance, avec ou sans mondialisation, et que cette dernière soit une théorie ou un fait. Je ne vois donc toujours pas en quoi l’évolution de l’environnement affecterait le caractère pyramidal de notre structure sociale.

                                        J’arrête là, car je ne vois pas l’utilité d’un dialogue de sourds, étant pour ma part trop éloigné de positions que vous exprimez par ailleurs, comme par exemple celle d’antivax.


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 25 février 18:56

                                        @Claude Courty

                                        Vous écrivez « les peuples ne sont pas l’environnement, ils n’en sont que les prédateurs », désolé, mais je n’ai jamais écris une pareille sottise, c’est vous seul qui l’écrivez. Ce que j’écris par contre, c’est que l’humain évolue en fonction de son environnement, sans cela, il n’aurait jamais pu survivre et évoluer. Qu’il le transforme ou non ne change rien. Cette relation ayant été théorisé par Darwin d’une part et par Korzybsky

                                        d’autre part. Le premier mettant l’accent sur la compétition, le second sur la coopération, la réalité nécessitant les deux et la pyramide sociale s’appuyant d’ailleurs sur les deux, car si vous supprimez l’un, vous supprimez l’autre aussi sûrement que si vous supprimez le coté pile, vous n’avez plus le coté face.

                                        Mais je ne saurais vous en vouloir de ne pas comprendre, il vous manque des repères essentiels...

                                        cela dit, je ne vois pas trop le rapport entre la pyramide sociale et le cas des vaxxins anti covid, si ce n’est que leur imposition viole la liberté individuelle, dès l’instant où il n’y a pas atteinte à la liberté d’autrui, seule condition pour imposer quoi que ce soit.

                                        Aussi, d’accord avec vous d’en rester là...


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 25 février 19:06

                                        @Hervé Hum

                                        erratum, j’ai confond Korzybsky avec Kropotkine.


                                      • Mellipheme Mellipheme 24 février 11:43

                                        Je ne sais pas de quoi périra l’humanité. Cela me parait être un faux problème pour intello dépressif.

                                        Pour ma part, je sais (certitude absolue) que JE périrais dans très peu d’années de maladie, d’accident ou simplement de vieillesse. Je consacre mes efforts à construire chaque jour mon bonheur d’être. Il se trouve que ce bonheur n’est possible que s’il est partagé par ceux qui m’entourent, cela fonde ma responsabilité morale à l’égard de l’Autre.

                                        La futurologie ne fait pas parti de mon mode de fonctionnement.


                                        • Trelawney 24 février 12:31

                                          @Mellipheme
                                          La futurologie ne fait pas parti de mon mode de fonctionnement.
                                          Ca on l’avait compris monsieur le chercheur. Retournez à vos champignons. Ce n’est pas la saison, mais je suis certain que vous ne le savez pas.


                                        • rhea 1481971 24 février 12:01

                                          Un rapide calcul donne 7903456458 d’humains comme maximum de

                                          population sur terre, nous y sommes. 


                                          • hans-de-lunéville 24 février 12:04

                                            @rhea 1481971
                                            oui et ? ces chiffres sont élaborés sur la base de consommation d’un américains ?


                                          • Albert123 24 février 12:06

                                            @rhea 1481971

                                            un rapide calcul de quoi, basé sur quoi et d’après le délire de qui ?

                                            on dirait le commentaire d’un zeteticien en rut votre com’ 


                                          • rhea 1481971 24 février 16:03

                                            @Albert123
                                            Sur les dimensions de la Grande Pyramide qui symbolise la vie humaine.


                                          • Claude Courty Claude Courty 24 février 17:03

                                            @rhea 1481971

                                            Plus sérieusement, le suivi de l’empreinte écologique de l’humanité, indiquait que celle-ci avait consommé, à mi année 2020, plus de la moitié de ce que pouvait lui offrir son habitat pour subvenir à ses besosins pendant un an, ajoutant que ce rapport ne pouvait aller qu’en s’aggravant.
                                            N’en en résulte-t-il pas, en bonne logique, que la population de l’époque était déjà le double de ce que la planète autorisait ?
                                            Moralité, au moins 4 milliards de Terriens sont de trop.

                                            Cf. “Notre empreinte écologique”, de Mathis Wackernagel et William Rees, Éditions écosociété.


                                          • rhea 1481971 24 février 19:08

                                            @Claude Courty
                                            C’est exactement la moitié du nombre trouvé comme la dose semi létale 


                                          • LeMerou 24 février 13:50

                                             smiley

                                            Heu. c’est quoi sa marque de tabac ?


                                            • zygzornifle zygzornifle 24 février 15:17
                                              De quoi périra l’humanité ?

                                              De l’humanité ....


                                              • zygzornifle zygzornifle 25 février 17:16

                                                De quoi périra l’humanité ?

                                                De la réélection de Macron ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité