• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Décentralisation, Macron, canton…

Décentralisation, Macron, canton…

 

Victoire ! La solution aux problèmes d’éloignement et des carences en matière de mobilité est trouvée : un guichet « France services » dans chaque canton.

Dans mon département, il y aurait donc 27 guichets estampillés « France Services » dont 6 dans la ville centre de 200 000 habitants… Cherchez l’erreur !

Et encore, on a de la chance, car depuis la réforme du mode d’élection des conseillers territoriaux (Un homme et une femme dans chaque canton), c’est le double de guichets qui aurait dû être mis en place.

Au fait, c’est quoi un canton ? Avant la dernière réforme, le canton, constitué au moment de la révolution, était une circonscription administrative qui avait du sens dans la mesure où la mobilité des citoyens et les échanges entre cantons et avec le chef-lieu de département étaient limités. On y trouvait les services publics de proximité. Peu à peu, l’Etat a fermé ces services…

En 2013, ces cantons ont été redécoupés, d’une part pour satisfaire les questions de parité, et d’autre part afin de rééquilibrer le nombre d’électeurs en fonction de l’évolution de la démographie. Le tripatouillage électoral a bien évidemment eu sa place dans le redécoupage et aujourd’hui le canton idéalisé n’est plus qu’un lointain souvenir.

Question subsidiaire : connaissez-vous les noms des deux conseillers départementaux qui représentent votre canton, les rencontrez-vous souvent et avez-vous une idée des compétences du Conseil Départemental ? Savez-vous que les dépenses contraintes « déléguées par l’Etat », le social et les collèges en particulier, représentent plus de 70 % des budgets départementaux et que les marges de manœuvre des élus représentent des queues de cerise ?

Ajoutons que les cantons dans les grandes villes avec des découpages savants entre quartiers et périphérie ne ressemblent à rien sinon à occuper des conseillers municipaux qui cumulent avec un mandat au Conseil Départemental, voire à l’intercommunalité ou la Métropole. Nous ne sommes pas loin du conflit d’intérêt.

Le Conseil Départemental est une collectivité en soins palliatifs, avec son mode d’élection par « canton » de conseillers départementaux dont les compétences se rétrécissent comme peau de chagrin après chaque réforme.

Cette collectivité « nourrit » cependant un peu plus de 4000 élus en France (et un nombre conséquent de personnels politiques indispensables bien sûr). Ses compétences (avec les personnels qui les exercent) pourraient être réparties dans d’autres collectivités sans que le citoyen lambda s’en aperçoive.  

Alors pourquoi avoir pris comme territoire le canton pour répondre aux besoins de services publics ? Cette proposition est inepte en milieu urbain et demande à être validée en milieu rural.

Autant dire que tout cela ressemble fort à une lubie d’énarqu, griffonnée sur un coin de table, un peu comme le redécoupage des régions sous Hollande, ce qui signifie que cela nous coûtera plus cher au final.

On est dans le normatif propre aux énarques qui ne sont jamais allés sur le terrain, qui n’ont jamais brigué les suffrages des électeurs au Conseil Départemental

Comment faire pour répondre au besoin de proximité qui émane du terrain ?

D’abord rationnaliser le mille-feuille territorial par la suppression du Conseil départemental qui est de trop.

S’appuyer ensuite sur les expériences menées par les communes et les intercommunalités en matière de guichets uniques et sur la territorialisation de services des Conseils Départementaux qui existe dans certains départements avec parfois des camping-car qui se déplacent dans les communes pour aller au plus près du citoyen.

Intégrer dans la réflexion les agences des opérateurs de l’Etat (CAF, CPAM, Pôle emploi, par exemple) et en incluant bien évidemment les missions de l’Etat effectuées actuellement dans les Préfectures et sous-Préfectures. La question de l’utilité des Sous-Préfectures sera alors posée.

Associer à la réflexion le monde associatif. Je pense en particulier aux associations qui mettent déjà à disposition de centres sociaux des écrivains publics ou à celles qui accompagnent les demandeurs d’emploi pour les aider dans leurs démarches (CV, lettres de motivation, entrainements aux entretiens d’embauche,…).

Les Missions locales, les CCI ou les Chambres de Métiers peuvent également trouver leur place dans ce dispositif.

La Région, décriée depuis le redécoupage Hollande a toute sa place également, non seulement pour ses compétences en matière de transports (scolaires ou interurbains), de formation professionnelle ou de lycées (et pourquoi pas de collèges), mais aussi parce qu’elle se veut le relais des Pays, espaces de solidarité qui maillent les Départements et aussi qu’elle a sur ce dossier une formidable opportunité. Ce serait l’occasion pour elle, comme chef de file, de coordonner ce projet en appliquant la différenciation entre territoires, notamment en travaillant sur les déséquilibres entre les Métropoles, le périurbain et le milieu rural sur un espace pertinent.

 

Tout au long du processus, il faudra entendre les demandes qui émanent de la population et faire ensuite des choix en matière d’implantation territoriale, étant entendu que le choix du canton est une ânerie monumentale.

 

Cela suppose enfin que les collectivités et l’Etat jouent le jeu en mettant leur égo et leurs différences politiques de côté et que les personnels des collectivités territoriales, ceux de l’Etat, de ses opérateurs et ceux des chambres consulaires s’impliquent pleinement sur la construction d’un modèle efficace répondant aux souhaits de la population.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • gruni gruni 28 avril 17:59

    « que les collectivités et l’Etat jouent le jeu en mettant leur égo et leurs différences politiques de côté »

    Chassez le naturel... c’est certainement possible mais pas forcément partout.

    « connaissez-vous les noms des deux conseillers départementaux qui représentent votre canton... »

    Je viens d’apprendre qu’ils étaient deux ! Grâce à vous je sais aussi qu’ils pourraient disparaître sans que je m’en aperçoive. 




    • Michel DROUET Michel DROUET 28 avril 19:13

      @gruni
      Bonjour Gruni
      Merci pour ce beau moment de réalisme et de sincérité.


    • nono le simplet nono le simplet 29 avril 07:20

      j’ignorais le nombre d’élus par canton et bien sûr leur nom pour le mien ... que j’ai dèjà oubliés ...

      par contre, les services de l’État, Caf, Pôle Emploi, Assurance Maladie, Impôts sont présents de manière satisfaisante au chef-lieu du canton avec même un relais Caisse de Retraite ... et même plus, dans la petite ville où j’habite (4000h) distante de 30 km du chef-lieu un kiosque a été mis en place avec ASS sur rendez vous, un matin par semaine, un relais Caf et quelques ordinateurs avec imprimante accessibles par tous et gratuitement avec une formatrice un matin par semaine ... récemment, un relais informatique a été mis en place à la Poste avec deux ordinateurs ... j’ignore comment sont dotés les autres cantons (ayant juste regardé brièvement pour un et qui semble avoir à peu près tout ) mais je ne vois pas quelles améliorations on peut apporter ...


      • nono le simplet nono le simplet 29 avril 07:24

        @nono le simplet
        mais je ne vois pas quelles améliorations on peut apporter

        enfin, quelles améliorations dans l’implantation parce que dans l’organisation de chaque service, là, il y aurait à redire et pas qu’un peu smiley


      • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 08:07

        @nono le simplet
        Bonjour
        Comme quoi il existe déjà des dispositifs qui fonctionnent et l’annonce de Macron démontre qu’il n’y connait pas grand-chose. Il y aurait environ un millier de ces structures en France. Ce qui importe aujourd’hui, c’est d’une part de les développer et d’autre part leur octroyer le plus de compétences possibles de proximité. Je pense en particulier le conseil et le financement pour l’isolation des habitations avec l’ADEME.


      • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 08:09

        @nono le simplet
        Oui et c’est tout le sens du dernier paragraphe de mon article.


      • nono le simplet nono le simplet 29 avril 08:24

        @Michel DROUET
        je suis loin d’être un spécialiste mais j’imagine qu’une structure comme la CAF est devenue d’une complexité sans nom où même les conseillers sont perdus dans la forêt de justificatifs et de contrôles, sans parler du site, totalement mal foutu où Bill Gates lui même serait perdu ...
        un exemple, pour un novice :
        la Caf demande sur son site un justificatif

        à télécharger avec une possibilité de commentaire ... vous n’avez pas encore ce justificatif ... vous en écrivez les raisons en promettant de l’envoyer dès que vous l’aurez ... grosse erreur ... quand vous avez le fameux doc en pdf, impossible de l’envoyer ... il ne fallait pas répondre, avant, que vous ne l’aviez pas  smiley


      • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 08:29

        @nono le simplet
        Cela s’appelle sans doute la simplification administrative...


      • JulietFox 29 avril 10:48

        @nono le simplet
        Canton de Montemboeuf (16) -rigolez pas ça existe-
        Ben, il n’y a plus rien.
        Les noms ? Ben...non !


      • nono le simplet nono le simplet 29 avril 10:58

        @JulietFox
        je me doutais bien que tout le monde n’était pas aussi bien loti que chez moi ... en plus, je viens de regarder, Montenboeuf est loin de toute grande ville et peu peuplée ...


      • p.castor Castor 29 avril 08:20

        Difficile de se départir d’un sentiment de manipulation derrière ces mesures « techniques »...S’agit il ( avec la renonciation plus ou moins explicite de renoncer à la baisse du nombre de fonctionnaires, dont 70 000 territoriaux : bonjour le respect du ppe d’autonomie des collectivités !) essentiellement de satisfaire le Sénat dans la perspective de réduction du nombre de parlementaires, avec les redécoupages que cela impliquera ? En tout cas quel décalage entre ces mesures et « l’apparat » mis en place, un bureau comme de Gaulle...ça rappelle les talonnettes d’un de ses conseillers occulte...


        • p.castor Castor 29 avril 08:29

          @Castor
          « avec la renonciation plus ou moins explicite de procéder à.. »


        • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 13:40

          @Castor
          Bonjour Castor
          C’est « la » mesure pour les territoires, celle avec effet wahou garanti ! On verra au final. Annoncer une structure par canton, c’est le signe d’une méconnaissance totale de la situation des territoires et des structures déjà existantes.
          Alors oui, la manipulation n’est pas loin, d’abord celle des citoyens qui vont prendre cela pour argent comptant et également manipulation des élus qui devront mettre la main à la poche, comme d’habitude, pour pallier les insuffisances de l’Etat
          C’est sans doute le deal, non formulé, entre Macron et les élus locaux, lesquels ne verront pas leur nombre diminuer.
          ça sent l’entourloupe.


        • bernard29 bernard29 29 avril 10:41

          monsieur Drouet.

          par la réforme de 2013 le nombre de cantons a été réduit de moitié, et s’il y a deux élus par canton c’était pour favoriser la parité (homme-femme) à l’assemblée départementale. 

          Pourquoi n’attendez vous pas les modalités d’installation de ces Centres d’information et de savoir si les villes ne pourraient pas adapter cette proposition sur leur propre territoire. Exemple, une installation dans les mairies annexes des villes importantes.

          Vous préférez crier au loup avant de connaître les modalités exactes, car sur le projet vous ne semblez pas être opposé à l’orientation du projet ? 


          • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 13:26

            @bernard29
            Ce que je reproche c’est le caractère normatif de la mesure (une maison France Service par canton), alors que le besoin ne s’en fait pas ressentir dans les grandes villes bien pourvues en moyen de déplacements et dans lesquelles il y a beaucoup de cantons. Cette mesure doit être mise en place en priorité dans les secteurs ruraux où l’Etat a fermé de nombreux services publics.
            Déjà, lorsqu’on constate que la mesure annoncée ne fait pas de différence entre les villes bien pourvues et les secteurs défavorisés on se dit que l’annonce d’une maison par canton est totalement irréaliste et inutile. Il aurait mieux valu s’appuyer sur le millier de structures mises en place par les intercommunalités ou les départements et les étoffer avant de dire qu’on allait créer 2000 établissements (un par canton).
            J’ai bien noté que le nombre de cantons avait été divisé par deux pour favoriser la parité homme femme : je crois que c’est assez clair dans mon article !
            Enfin, si je crie au loup c’est parce que cette annonce ressemble à du jus de crâne d’énarque qui ne sait pas comment fonctionnent les collectivités territoriales. Des annonces, c’est tout et il viendra tendre la sébile auprès des CL pour que ça fonctionne.


          • Fergus Fergus 29 avril 13:45

            Bonjour, Michel DROUET

            Pour une fois, je partage presque sans réserve le commentaire de Bernard29. Il me semble évident que le message de Macron sur cette question concernait les cantons ruraux et eux seuls, les cantons urbains n’étant pas (ou nettement moins) exposés à des disparitions de services publics.

            Personnellement, j’attends d’en savoir plus. Mais je n’ai pas d’a priori négatif si je me base sur ce que je connais de la situation dans les zones extensives de montagne où les services publics sont moribonds faute de clientèle, avec d’ores et déjà des activités intermittentes transférées dans des bar-tabac ou des épiceries ; un regroupement dans un lieu dédié me semblerait plutôt une bonne chose.


          • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 14:16

            @Fergus
            Bonjour Fergus
            J’ai relu mes notes ainsi que les commentaires de différents médias : il est bien question de l’ensemble des cantons, ce qui m’apparaît être une ânerie monumentale et ne répondant pas aux demandes des gilets jaunes ou celles formulées dans le grand débat qui concernent avant tout les territoires éloignés des villes. Le fait de ne pas avoir priorisé le rural par rapport à la ville, où les besoins sont moins criants, va provoquer une belle foire d’empoigne entre élus locaux selon le niveau qu’il représentent. Quant au financement et au transfert d’agents de l’Etat ou de ses opérateurs ou agences, j’attends de voir... Il est fort probable, comme d’habitude que les Collectivités devront mettre la main à la poche et créer également des emplois. Encore une fois, c’est l’Etat qui décide et ce sont les contribuables locaux qui payent. Autant dire que la décentralisation en prend un nouveau coup.


          • Fergus Fergus 29 avril 15:49

            @ Michel DROUET

            Si tous les cantons, y compris urbains, sont concernés, alors oui l’on peut parler d’« ânerie monumentale ». 


          • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 16:21

            @Fergus
            Je pense que cette mesure qui s’appliquera indifféremment aux zones rurales, périurbaines et urbaines ne sera pas à même de réduire la fameuse fracture territoriale et cela risque de constituer un formidable gâchis.


          • bernard29 bernard29 29 avril 17:06

            @Michel DROUET 

            vous êtes un pinailleur et vous vous embourbez car le gouvernement et les ministres ne font que commencer à étudier les modalités des diverses orientations de Macron. Je suis certain que bientôt vous allez faire un article sur le flou du discours de Macron , mais aujourd’hui comme vous trouvez l’idée de Macron pas bête vous êtes obligé d’affirmer que tout est déjà décidé sur ces Maisons collectives, pour vous permettre de laisser votre rancœur s’exprimer.
            Il est clair que si les maires, collectivités territoriales ou autres proposent autre chose ce sera bien évidemment pris en compte. Vous avez dirigé un service administratif départemental, semble t’il !! Mais vous pensez que ceux ci n’ont pas leur avis et leurs moyens d’agir. Vous n’aviez pas l’habitude de ça ??? 


          • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 17:39

            @bernard29
            Je dis simplement que c’est une grosse connerie d’avoir annoncé 1 structure France Services par Canton et c’est justement mon expérience dans la territoriale qui me permet de dire ça.
            Quant à dire : « il est clair que si les Maires... ce sera bien évidemment pris en compte ». Oui, s’ils payent. C’est toute la différence et cela justifie mon propos car Macron fait des annonces à bon compte en faisant croire aux français que l’Etat va mettre du « France Services » partout, alors qu’il y a déjà des structures locales qui existent et que pour les nouvelles, il est fort probable que le contribuable local trinque. C’est un discours trompeur.


          • bernard29 bernard29 29 avril 17:45

            @Michel DROUET

            ils peuvent dire , c’est bon on est déjà servi … 


          • Alain 29 avril 11:20

            Bernard, tu connais le réveil matin ? Tu sais, l’appareil qui fait qu’on ne dort plus ?

            Allez, je t’en donne un :

            Sa maison France-services, c’est du baratin de première. Le même jour de son annonce, je recevais en tant qu’artisan, un courriel des impots (sans numéro de téléphone, sans adresse pour les joindre). Le voici :

            "Bonjour,

            Le service de messagerie pour les professionnels, vous permettant de dialoguer avec vos services des impôts, vient d’ouvrir.

            Cette messagerie, disponible dans votre espace professionnel sur impots.gouv.fr, vous permet de réaliser des démarches dématérialisées qui seront directement adressées, de manière confidentielle et sécurisée, à votre service des impôts compétent. Vous pourrez également consulter les réponses des services des impôts par ce même canal.

            Afin de bénéficier de cette messagerie en toute sécurité, une adhésion à ce service est nécessaire. Celle-ci s’effectue facilement à partir du lien « Gérer mes services » dans votre espace professionnel. Lors de l’adhésion, nous vous demanderons de renseigner une adresse électronique qui sera celle rattachée au dossier de votre entreprise. Celle-ci sera utilisée par l’administration fiscale pour contacter l’entreprise.

            Nous vous remercions de votre confiance.

            La Direction générale des Finances publiques

            Retrouvez la DGFiP sur Twitter (@dgfip_officiel) et sur Facebook : Direction générale des Finances publiques"

            Il peut nous la jouer « j’ai compris ». En fait, Micron pousse le service public dans ses derniers retranchements dématérialisés et anonymes. Pour les entreprises, y’a belle lurette que çà a commencé. On n’a plus le droit de payer hors qu’en ligne la TVA, le RSI, la CFE. Les chèques sont interdits sous peine d’amende. Certains services sont strictement injoignables. Compliqué de trouver un numéro de tél et quand on trouve, ca sonne dans le vide pendant des heures.

            Pour les individus, c’est bientôt le même bal : la déclaration d’impôts dématérialisée, le prélèvement à la source, la carte vitale sur téléphone portable...

            Tout cela entraine le désert administratif, les robots informatiques et ensuite... la revente au privé des services anonymes.

            son point « france-services », je suis déjà prêt à parier que 99% des réponses qu’on nous y donnera seront : il faut faire une demande sur internet.


            • bernard29 bernard29 29 avril 13:25

              @Alain

              vous êtes sûr que ce courriel ne vous demandait pas de payer une cotisation, de communiquer un RIB ou les numéros de votre carte bancaire, ou d’envoyer un acompte à Express Union ? 
              Lorsque votre Maison France Service, (Près de Chez Vous), sera créée vous pourrez aller demander plus d’explications de vive voix. Macron dématérialisera votre vie de citoyen. Elle est pas belle la vie ? 


            • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 13:28

              @Alain
              Très bon exemple !


            • Le421 Le421 29 avril 20:47

              @bernard29

              Lorsque votre Maison France Service, (Près de Chez Vous), sera créée vous pourrez aller demander plus d’explications de vive voix.

              Il suffit d’y croire...
              Perso, j’ai vu le service des impôts se transformer au fil du temps.
              Maintenant, avec le « risque terroriste » (sans déconner !!), ils sont barricadés, il faut se garer à perpète comme on peut en payant et les réponses, c’est « il faut voir sur internet !! », lequel renvoie des infos absconses au possible...
              J’ai toute les peines du monde à leur faire comprendre que j’ai cessé toute activité et que la TFE, je ne dois plus la payer.
              Je sais que de toute façon, ils vont se servir sur le compte...
              Plus de problème !!
              En réalité, c’est incroyable, mais je ne sais plus comment faire.
              J’ai, depuis le PAS, un impôt qui est doublé par rapport à ce qui était prévu...
              Contact, contact et re-contact... Pas de réponse.
              Pas grave, ils se servent.
              Un bordel ineffable !!
              La dématérialisation.
              De mon pognon, ouais !!


            • zygzornifle zygzornifle 29 avril 12:29

              Macron en prison , Castaner en enfer ....


              • Esprit Critique 29 avril 17:08

                Brigitte lui a appris le théâtre, il découvre la construction et l’histoire de la France a travers les gilets jaunes et Notre Dame. Soyez indulgeant avec ce gosse.


                • Michel DROUET Michel DROUET 29 avril 17:41

                  @Esprit Critique
                  Il veut supprimer l’ENA mais il nous annonce une mesure sortie de la pensée normative de ses anciens élèves.


                • baldis30 30 avril 12:47

                  @Michel DROUET
                  bonjour,
                  Une chose à réformer à l’ENA c’est l’enseignement ... en commençant par vider tous ceux qui du haut de leur incompétence assène un enseignement hors de propos.
                  Ensuite service militaire obligatoire de six mois pour leur donner une première idée de ce qu’est la défense du patrimoine et de la Nation ...
                  Enfin stages de plusieurs mois voire de deux ans ou plus en cas d’inadaptation personnelle à la vétusté et l’insuffisance des structures hospitalières ou routières dans l’une de ces sous-préfectures aux prises avec les problèmes du quotidien de toutes les populations ... par exemple en Lozère ( Florac by night par exemple) , dans le Jura , au centre de la Bretagne (dans le voisinage des élevages de cochons), La Haute-Marne, Aubenas et l’arrière pays ardéchois, Mayotte ou les Antilles ... en évitant la Sologne et ses plaisirs cynégétiques et gastronomiques, ... les lecteurs d’AVX pourront aisément compléter la liste avec leurs choix .... il sera toujours possible de transmettre dans le cadre .... d’un petit débat.


                • Esprit Critique 30 avril 13:45

                  @baldis30
                  A l’auteur :
                  Excellent début de programme !


                • Michel DROUET Michel DROUET 30 avril 14:53

                  @baldis30
                  Je signe, mais cela ne doit pas s’appliquer seulement à l’ENA mais aussi aux autres écoles qui forment des grands corps.


                • ribouldingue ribouldingue 29 avril 19:35

                  Mais que foutent les cantonniers et les cantonnières ? C’est vrai quoi ! Je vois dans ma ville ça va faire au moins 10 ans que les routes sont impraticables. Même à pied tu te fais des entorses dans les nids de poules. Ce sont nos impôts merde ! Après on entend les contribuables gueuler sur les fonctionnaires, ça m’étonne pas. En plus, depuis que l’autre merdeux est au pouvoir les impôts augmentent il devrait pourtant y avoir plus de cantonniers/cantonnières dans nos rues. Eh bien non ! Que font-ils de notre pognon ? Quand tu penses à tout le pognon de dingue que nous coûte les cantonniers/cantonnières en place il y a de quoi enrager. C’est simple, quand tu te balades dans les rues on ne les voit pas. Je suis sûr qu’ils doivent se planquer. Il faudrait leur acheter des pioches et des houes pour les faire bosser un peu ces feignasses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès