• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Déclaration d’indépendance de la Catalogne

Déclaration d’indépendance de la Catalogne

DECLARATION DES REPRESENTANTS DE LA CATALOGNE - traduction de Stratediplo
 
Au peuple de Catalogne et à tous les peuples du monde.
La justice et les droits de l'homme individuels et collectifs intrinsèques, fondements inaliénables qui donnent sens à la légitimité historique et à la tradition juridique et institutionnelle de la Catalogne, sont la base de la constitution de la République catalane.
La nation catalane, sa langue et sa culture ont mille ans d'histoire. Pendant des siècles, la Catalogne s'est dotée et a joui d'institutions propres qui ont pleinement exercé l'autogouvernement, avec la Généralité comme plus grande expression des droits historiques de la Catalogne. Le parlementarisme a été, pendant les périodes de liberté, la colonne sur laquelle se sont appuyées ces institutions, il s'est canalisé à travers les Cours Catalanes et s'est cristallisé dans les Constitutions de la Catalogne.
La Catalogne restaure aujourd'hui sa pleine souveraineté, perdue et longtemps regrettée, après avoir essayé pendant des décennies, honnêtement et loyalement, la bonne coexistence institutionnelle avec les peuples de la péninsule ibérique.
Depuis l'approbation de la Constitution espagnole de 1978, la politique catalane a eu un rôle clef et une atitude exemplaire, loyale et démocratique envers l'Espagne, et avec un sens profond de l'Etat.
L'Etat espagnol a répondu à cette loyauté par le refus de reconnaissance de la Catalogne comme nation ; il a concédé une autonomie limitée, plus administrative que politique et en cours de recentralisation ; un traitement économique profondément injuste et une discrimination linguistique et culturelle.
Le Statut d'Autonomie, approuvé par le Parlement [catalan] et le Congrès [espagnol], et plébiscité en referendum par la société réelle catalane, devait être le nouveau cadre stable et durable de relation bilatérale entre la Catalogne et l'Espagne. Mais ce fut un accord politique annulé par l'arrêt du Tribunal Constitutionnel et qui fait émerger de nouvelles réclamations citoyennes.
Recueillant les demandes d'une grande majorité de citoyens de Catalogne, le Parlement, le Gouvernement et la société civile ont demandé de façon répétée la tenue d'un referendum d'autodétermination.
Devant le constat que les institutions de l'Etat ont rejeté toute négociation, ont violé le principe de démocratie et d'autonomie, et ont ignoré les mécanismes légaux disponibles dans le cadre de la Constitution, la Généralité de Catalogne a convoqué un referendum pour l'exercice du droit à l'autodétermination reconnu par le droit international.
L'organisation et la tenue du referendum a donné lieu à la suspension de l'autogouvernement de la Catalogne et l'application de facto de l'état d'exception.
L'opération policière brutale d'aspect et de style militaires orchestrée par l'état espagnol contre des citoyens catalans a porté atteinte, en des occasions multiples et répétées, à leurs libertés civiles et politiques et aux principes des Droits de l'Homme, et a contrevenu aux accords internationaux signés et ratifiés par l'Etat espagnol.
Des milliers de personnes, parmi lesquelles des centaines d'élus et d'autorités et de professionnels liés au secteur de la communication, à l'administration et à la société civile, ont fait l'objet d'enquêtes, ont été arrêtées, mises en examen, interrogées et menacées de dures peines de prison.
Les institutions espagnoles, qui devraient rester neutres, protéger les droits fondamentaux et se poser en arbitre devant le conflit politique, sont devenues partie et instrument de ces attaques et ont laissé sans défense la société réelle de Catalogne.
Malgré la violence et la répression pour tenter d'empêcher la tenue d'un processus démocratique et pacifique, les citoyens de Catalogne ont voté majoritairement en faveur de la constitution de la République catalane.
La constitution de la République catalane se fonde sur la nécessité de protéger la liberté, la sécurité et la bonne coexistence de tous les citoyens de Catalogne et de progresser vers un Etat de droit et une démocratie de meilleure qualité, et répond à l'empêchement de la part de l'état espagnol de rendre effectif le droit à l'autodétermination des peuples.
Le peuple de Catalogne est amant du droit, et le respect de la loi est et sera l'une des pierres angulaires de la République. L'état catalan respectera et fera assurer par la loi toutes les dispositions qui constituent cette déclaration et il garantit que la sécurité juridique et la continuation des accords souscrits fera partie de l'esprit fondateur de la République catalane.
La constitution de la République est une main tendue au dialogue. Faisant honneur à la tradition catalane du pacte, nous maintenons notre choix de l'entente comme manière de résoudre les conflits politiques. Alors, nous réaffirmons notre fraternité et notre solidarité avec les autres peuples du monde et, en particulier, ceux avec lesquels nous partageons langue et culture et la région euroméditerranéenne en défense des libertés individuelles et collectives.
La République catalane est une opportunité pour corriger les actuels déficits démocratiques et sociaux et construire une société plus propère, plus juste, plus sûre, plus viable et plus solidaire.
 
En vertu de tout ce qui vient d'être exposé, nous, représentants démocratiques du peuple de Catalogne, dans le libre exercice du droit d'autodétermination, et en accord avec le mandat reçu de la société réelle de Catalogne,
 
NOUS CONSTITUONS la République catalane, comme Etat indépendant et souverain, de droit, démocratique et social.
 
NOUS DISPOSONS l'entrée en vigueur de la Loi de transition juridique et fondation de la République.
 
NOUS LANÇONS le processus constituant, démocratique, de base citoyenne, transversal, participatif et contraignant.
 
NOUS AFFIRMONS la volonté d'ouvrir des négociations avec l'état espagnol, sans conditions préalables, visant à établir un régime de collaboration au bénéfice des deux parties. Les négociations devront être, nécessairement, sur un pied d'égalité.
 
NOUS PORTONS A LA CONNAISSANCE de la communauté internationale et des autorités de l'Union Européenne la constitution de la République catalane et la proposition de négociations avec l'état espagnol.
 
NOUS DEMANDONS à la communauté internationale et aux autorités de l'Union Européenne d'intervenir pour mettre fin à la violation des droits civils et politiques en cours, et de suivre le processus de négociation avec l'Etat espagnol et s'en faire les témoins.
 
NOUS MANIFESTONS la volonté de construction d'un projet européen qui renforce les droits sociaux et démocratiques de la société réelle, ainsi que l'engagement de continuer à appliquer, sans interruption de continuité et de manière unilatérale, les textes du cadre juridique de l'Union Européenne, et ceux du cadre de l'état espagnol et du régime d'autonomie catalan qui transcrivent ce cadre juridique.

NOUS AFFIRMONS que la Catalogne a la volonté inéquivoque de s'intégrer aussi rapidement que possible à la communauté internationale. Le nouvel Etat s'engage à respecter les obligations internationales qui s'appliquent actuellement sur son territoire et à continuer d'adhérer aux traités internationaux auxquels adhère le Royaume d'Espagne.

NOUS APPELONS les Etats et les organisations internationales à reconnaître la République catalane comme Etat indépendant et souverain.

NOUS DEMANDONS au Gouvernement de la Généralité d'adopter les mesures nécessaires pour faire porter tous leurs effets à cette Déclaration d'indépendance et aux dispositions de la Loi de transition juridique et de fondation de la République.

NOUS PRIONS tous et chacun des citoyens et citoyennes de la République catalane de nous rendre dignes de la liberté que nous nous sommes donnés et de construire un Etat qui traduise en action et en conduite les inspirations collectives.

Les représentants légitimes du peuple de Catalogne,

Barcelone, le 10 octobre 2017.

Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Lugsama Lugsama 12 octobre 09:55

    Première fois dans l’histoire qu’une declaration l’indépendance est suspendu au bout de quelques secondes. Les nationalistes catalans sont la risée des humoristes..


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 12 octobre 11:56

      Mort de rire. Pensez à offrir une bonne coupe de cheveux à M Puigdemont.

      Offrir une société plus solidaire, en gardant son pognon pour soi, quelles louables intentions smiley

      Les 95% de votes favorables à l’indépendance, dans le cadre d’un vrai faux vote qui a été saboté, ça ressemble plus à l’élection de Bachar El Assad qu’à une vraie légitimité démocratique.

      Pas étonnant qu’on voit ça d’un bon œil en Russie smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 octobre 07:01

        @Olivier Perriet

        Vidéo de 9 minutes - Asselineau explique comment Bruxelles a imposé aux pays européens la Charte des langues minoritaires, qui sert de base aux revendications séparatistes. Pour détruire les Etats Nations dans le dos des peuples.


      • titusdenfer 12 octobre 16:04

        Texte surréaliste fruit de la folie d’une minorité qui a cru qu’elle allait faire l’Histoire !

        Totalement stupide !
        Vive l’Espagne unie !
         smiley

        • exocet exocet 12 octobre 20:15

          @titusdenfer

          Plus de 45 milliards d’€ de corruption annuelle : Rajoy est à la tête du parti politique le plus corrompu d’Europe

          Antoine Gasquez 22 septembre 2017 Politique, Société commentaires

          L’information traitée par les médias espagnols en juillet dernier est passée aujourd’hui à l’arrière plan compte tenu de l’actualité en Catalogne. Mais c’est aussi l’une des raisons du souhait d’indépendance des Catalans. L’Espagne est actuellement dirigée par le parti le plus corrompu d’Europe. Cette information est relatée par plusieurs médias espagnols. Parmi ceux-ci El Diario qui n’hésitait pas à titrer en mars dernier : « La corrupción endémica del Partido Popular ». Une assertion largement étayée : « Depuis 1978 jusqu’à nos jours, plus de 175 réseaux de corruption ont été découverts, tous associés aux partis au pouvoir et selon la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV), cette corruption ne coûte pas moins de 45 milliards d’euros annuels à l’Espagne. La plus grande part est prise par le Partido popular (PP), qui est le parti qui gouverne et qui prévoit de continuer à gouverner les prochaines années ». Un parti que Mariano Rajoy a intégré dans les années 1980 – le PP s’appelait alors Alianza Popular et était conduit par Manuel Fraga, un ministre de Franco – et dans lequel il a gravi tous les échelons avant de prendre les fonctions directives en 1989, de devenir ministre sous le gouvernement Aznar , puis de diriger le parti en 2004. Un parti qui gouverne, avec Rajoy à sa tête, l’Espagne depuis 2011. Un parti qui est surtout poursuivi pour…. 900 plaintes pour corruption.

          Les affaires pleuvent. « Durant une période, il en sortait pratiquement une par semaine, parfois chaque jour » indique El Diario. « Marchés publics truqués », « Pots-de-vins », « fausses factures », « comptes en Suisse »…. L’affaire de la « comptabilité occulte » du PP...

          La Commission nationale des marchés de la compétence (CNMC), chiffre à 90 milliards par an le montant des délits de corruption en Espagne, dont 47,5 milliards liés à des surcoûts dans les marchés publics. Un chiffre que confirme à un chouïa près la Commission nationale des marchés des valeurs, (CNMV) avec son estimation à 45 milliards. Ce qui représente plus de 7,5 % de la dépense publique espagnole.

          45 milliards, c’est de quoi faire pratiquement 3 750 collèges ou lycées en France par an.

          Il est impossible en France de comprendre le phénomène de montée de l’indépendance de la Catalogne si on n’intègre pas le problème profond de corruption qui touche l’Espagne. Rappelons que le budget annuel de la Catalogne est de 29,7 milliards d’euros, pratiquement la moitié du volume global de la corruption liée au pouvoir de Madrid.

          et : http://www.huffingtonpost.es/2016/12/09/coste-corrupcion-espana_n_13532158.html


        • Lugsama Lugsama 14 octobre 01:07

          @exocet

          « L’information traitée par les médias espagnols en juillet dernier est passée aujourd’hui à l’arrière plan compte tenu de l’actualité en Catalogne. » 


          Non en Espagne on en parle, la Loi sur l’indépendance comporte un volet sur l’impunité accordé d’office et beaucoup y voit un moyen de vouloir échapper à la Justice. La justice fait depuis quelques années le ménage dans la politique espagnole et si le PP en à le plus profité c’est parce qu’il à plus gagné, la corruption touchait par ailleurs principalement les gouvernement autonome et la Catalogne est touché comme tout le monde, notamment les nationalistes, on se demande bien pourquoi ce serait une raison de cette farse ??

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 octobre 06:32

          Ce qui me fait le plus rigoler, c’est cette Gauche française qui s’esbaudit devant la Catalogne libre !

          La Catalogne, comme l’ Italie du nord, sont des régions riches.
          Les plus riches de leur pays.

          La principale plainte des Séparatistes catalans, c’est qu’ils payent pour le reste de l’ Espagne. Comme la Ligue du Nord en Italie, qui pleurniche d’avoir à payer pour « ces fainéants » du sud de l’ Italie.


          Personne ne fait le parallèle, dommage, il est intéressant.
          Les Séparatistes catalans se disent très, très à Gauche.
          La Ligue du nord, elle, est très, très à Droite de la Droite.

          Voilà donc que toute la Gauche française bien pensante, qui nous bassine à longueur d’année sur l’indispensable partage des richesses, tout d’un coup, au nom « du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes », trouve vachement génial que les plus riches refusent de partager...

          Quand la Gauche qui se veut radicale, se met à penser comme l’extrême- droite, ça craint.


          • Lugsama Lugsama 14 octobre 01:09

            @Fifi Brind_acier

            L’extrême gauche bolivarienne du grand collabo Mélenchon vous voulez dire. Il nous vomissent déjà la propagande des dictatures militaire du Venezuela et Cuba, alors celle des nationalistes de Catalogne on est plus à une infamie près..

          • jaja jaja 14 octobre 01:13

            @Lugsama

            Mélenchon soutien des nationalistes catalans ? Première nouvelle ! smiley


          • Pascal L 13 octobre 12:48

            L’Indépendance de la Catalogne n’est que le syndrome d’une maladie qui dépasse largement le cadre de l’Europe. Nous ne sommes plus capable de créer de la richesse et le monde se concentre sur l’accaparement des richesses existantes. Les impôts sont devenus confiscatoires dans une grande partie de l’Europe et du monde et par méconnaissance des mécanismes à l’origine nous accusons ceux qui prélèvent l’impôt alors que l’origine du problème est bien plus profonde.

            Ce n’est pas parce que la Catalogne devient indépendante que le problème sera résolu. Si nous ne faisons rien, c’est à terme toute l’Europe qui sera victime de ces mouvements de désintégration. En attendant, ceux qui profitent de ce système vont continuer à s’enrichir jusqu’à ce qu’ils détiennent la totalité de la richesse mondiale et qu’ils finissent par s’entretuer eux-mêmes.

            Si nous ne pouvons plus créer de richesse, c’est parce que l’accès aux marchés financiers est totalement réservé à des opérations court-termes. La création de richesse est un processus lent qui ne s’adapte pas au besoin de remboursement rapide des marchés financiers. Il n’est plus possible de financer un projet dont le retour sur investissement est supérieur à deux ans, ce qui est le cas de tous les vrais projets de création de richesse.

            La cause profonde de la disparition du financement long est la disparition progressive de la monnaie permanente, celle qui ne fait l’objet d’aucune demande de remboursement.
            A l’époque du troc, c’est-à-dire de la monnaie basée sur l’or, ce n’est pas si loin, la monnaie pouvait circuler aussi longtemps que les réserves d’or permettait de garantir la monnaie en circulation. La création progressive de monnaie scripturale (sans billets ni pièces) a permis de remplacer l’or par de la dette. Lorsqu’une personne demande un prêt, la somme correspondante est inscrite sur le compte de cette personne en échange d’une reconnaissance de dette. Il n’y a eu aucun transfert de monnaie. Ce qui a été créé, c’est juste la possibilité de faire circuler plus de monnaie. Lorsque la dette est remboursée, la même quantité de monnaie est enlevée de l’autorisation de circulation. Aujourd’hui, la quasi-totalité de la monnaie qui circule à une dette en contrepartie, ce qui signifie que si nous diminuons la dette, la circulation monétaire disparaît et l’économie s’étouffe.

            Le problème vient des intérêts qui sont dus comme le capital et nous devons des intérêts pour chaque Euro qui circule. Ceux-ci vont dans les poches de ceux qui prêtent qui peuvent les remettre en circulation selon leur bon vouloir. Mais les intérêts n’on jamais fait l’objet d’une création monétaire équivalente et comme il faut bien les payer, cela est pris sur la richesse existante. Le seul moyen de ne pas consommer notre richesse serait de créer la monnaie des intérêts sur l’augmentation de richesse créée par le prêt. Nous devons donc sortir d’un mécanisme où la dette est la seule contrepartie de la création monétaire. Nous devons également sortir des circuits courts de remboursement pour nous donner le temps de créer la richesse.

            • BA 13 octobre 20:08

              A propos de l’indépendance de la Catalogne :


              Les peuples peuvent devenir indépendants par référendum, ou alors par la guerre.


              Quelques exemples récents de peuples qui ont accédé à l’indépendance :


              Le peuple lituanien gagne la guerre d’indépendance le 13 janvier 1991. La Lituanie a un siège à l’Organisation des Nations Unies.


              Le peuple letton gagne la guerre d’indépendance le 25 janvier 1991. La Lettonie a un siège à l’Organisation des Nations Unies.


              Le peuple estonien est consulté lors du référendum du 3 mars 1991. Le peuple estonien vote « oui » à l’indépendance. L’Estonie a un siège à l’ONU.


              En Afrique : le peuple érythréen. Le peuple érythréen gagne la guerre d’indépendance le 24 mai 1991. L’Erythrée a un siège à l’ONU.


              Le peuple slovène gagne la guerre d’indépendance le 7 juillet 1991 (accord de Brioni). La Slovénie a un siège à l’ONU.


              Le peuple macédonien est consulté lors du référendum du 8 septembre 1991. Le peuple macédonien vote « oui » à l’indépendance. La République de Macédoine a un siège à l’ONU.


              Le peuple croate gagne la guerre d’indépendance le 12 novembre 1995. La Croatie a un siège à l’ONU.


              Le peuple bosniaque gagne la guerre d’indépendance le 14 décembre 1995. La Bosnie a un siège à l’ONU.


              Le peuple monténégrin est consulté lors du référendum du 21 mai 2006. Le peuple monténégrin vote « oui » à l’indépendance. Le Monténégro a un siège à l’ONU.


              Le peuple sud-soudanais est consulté lors du référendum du 9 janvier 2011. Le peuple sud-soudanais vote « oui » à l’indépendance. Le Soudan du Sud a un siège à l’ONU.


              Conclusion :


              A sa naissance, l’ONU regroupait 51 nations. Aujourd’hui, l’ONU regroupe 193 nations.


              Leur nombre continue à augmenter. Dans les années qui viennent, l’ONU va accueillir de nouvelles nations qui vont naître : la Palestine, la Catalogne, le Kosovo, les îles Cook, Niue, le Sahara occidental, le Somaliland, etc.


              La grande tendance pluri-millénaire, c’est la fragmentation des regroupements déjà existant, partout dans le monde.


              La grande tendance pluri-millénaire, c’est la naissance de nouvelles nations indépendantes.




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires