• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Décryptage de la stratégie de la classe dominante pour combattre les gilets (...)

Décryptage de la stratégie de la classe dominante pour combattre les gilets jaunes

 

 Après quelques semaines d’observation, où tout le monde s’interrogeait sur la nature du mouvement des gilets jaunes, la diffusion des premières listes de revendications ont permis de mieux situer ce mouvement. La classe dominante a alors pris conscience qu’elle était attaquée, et a pu mettre en place toute une stratégie pour se défendre.

 La revendication de départ des gilets jaunes portait sur le refus de l’augmentation des taxes sur les carburants, taxe qui devait bénéficier au financement de la transition énergétique. Une partie de la droite a vu dans cette revendication une certaine filiation poujadiste, anti-état et anti-écologique. Ainsi, on observe au début du mouvement un certain soutien de la part de la droite républicaine et une bienveillance de la part des média. De même, la classe dominante pouvait voir d’un bon œil ces manifestations qui officialisaient la fin des syndicats, dans une société où l’individualisme l’avait définitivement emporter sur les structures collectives. La dernière pierre du mur de Berlin semblait donc définitivement tombée.

 Mais voila, une fois que remontent les premières revendications de ce mouvement complètement décentralisé, c’est la surprise car les propositions qui reviennent le plus souvent sont assez éloignées de cette première impression, comme si la taxe sur les carburants n’avait été qu’un arbre qui cachait la forêt. Ainsi, elles portent sur plus de démocratie participative (référendum d’initiative citoyenne), plus de justice sociale (impôt plus progressif, taxe sur les grandes entreprises, baisse des loyers, hausse du SMIC) et sur plus d’écologie non punitive (consommation locale, sobriété). La classe dominante prend alors conscience qu’elle est face à une révolte sociale, qui l’attaque sur trois fronts : la démocratie participative lui retirerait une grande partie de son pouvoir, la justice sociale une grande partie de son patrimoine et l’écologie non punitive, une grande partie de son socle idéologique basé sur le consumérisme et la mondialisation néolibérale. Elle va alors s’adapter pour combattre ce mouvement, en utilisant les multiples moyens dont elle dispose. Il faut noter que l’on trouve aussi chez certains gilets jaunes des revendications assez proches des thématiques de la droite conservatrice, voir de l’extrême droite xénophobe. Cela s’explique par la diversité de ce mouvement, et son ambiguïté intrinsèque. Néanmoins, dans ce brouhaha revendicatif, il semble bien que les revendications démocratiques et de justice sociale demeurent largement majoritaires.

 

 La classe dominante va d’abord commencer par rappeler ses partis traditionnels et à partir de ce moment « Les Républicains » vont se détacher du mouvement. De même l’approche de LREM va changer, après un premier regard condescendant de voir ces « grands gamins » camper sur les ronds points, le ton va se durcir : les barrages doivent être levés au plus vite.

 Ensuite, elle va œuvrer pour discréditer le mouvement en stimulant les casseurs lors des manifestations (au péril de la sécurité des policiers), en faisant porter la responsabilité des morts et des blessés sur les gilets jaunes et en déclarant que le mouvement est piloté par l’extrême droite. Cette première contre-attaque échoue et le mouvement reste très populaire au sein de la population.

 

 La classe dominante prend alors conscience qu’il va falloir céder en partie, au moins pour diviser le mouvement et pour essayer de casser le soutien des Français. D’une manière extrêmement habile, elle va faire des concessions qui ne l’impacteront pas, en faisant financer les mesures par la sécurité sociale. Il faut bien comprendre que le budget de la sécurité sociale, c’est une sorte de pot commun qui est rempli par les Français et alloué pour eux. Si les cotisations baissent, il est possible qu’à titre individuel on se retrouve gagnant, mais, en moyenne, les Français sont perdants car il faudra bien prendre en compte la baisse du budget, soit en diminuant les prestations, soit en trouvant de nouvelles recettes. Ainsi, les mesures sur l’ISF, la « flat tax », l’« exit tax » et les exonérations pour les entreprises ne sont pas remises en cause par le gouvernement. De même, il n’y a pas d’augmentation prévue pour le SMIC.

 De plus, toujours de manière très habile, certaines mesures annoncées consistent à apporter une réponse plutôt de droite, voir d’extrême droite, afin de casser l’élan des revendications sociales et démocratiques. Ainsi, en remettant une mesure emblématique du quinquennat de Nicolas Sarkozy sur la défiscalisation des heures supplémentaires, et en ajoutant le thème de l’identité national dans le grand débat national, les revendications plus sociales et démocratiques sont éclipsées.

 Par ailleurs, les mesures prises par le gouvernement font déraper le déficit public. La France s’écarte de son objectif européen d’atteindre moins de 3 % de déficit et devient le dernier élève de la zone euro. Cette politique fiscale augmente les risques d’une attaque des marchés sur la dette française et renforce le manque de consentement à l’impôt des classes aisées, ce qui demeure problématique pour l’avenir du pays.

 

 Cette stratégie a en partie fonctionné, au moins dans un premier temps. Néanmoins, la vrai nature et l’insuffisance de ces mesures sont vite apparus et le mouvement s’est réduit mais ne s’est pas éteint.

 Le gouvernement, toujours à l’offensive, va alors s’assurer du soutien des forces de l’ordre en proposant une augmentation de plus de 100 Euro net pour les policiers, ce qui, en ces temps de gel des salaires des fonctionnaires, est absolument considérable. L’objectif va être ensuite d’étouffer les manifestants récalcitrants en multipliant les interpellations, en impressionnant et discréditant les portes paroles, en dénigrant les revendications des gilets jaunes et en accentuant la gestion musclée des manifestations. Il s’agit aussi pour la classe dirigeante de gagner du temps. Tenir jusqu’aux prochaines élections pour retrouver de la légitimité en œuvrant pour que la France silencieuse vote majoritairement pour le parti au pouvoir, via une campagne de communication agressive, et en espérant que les Français se lasseront des gilets jaunes. La mise en place du grand débat se place dans cette perspective, il terminera quelques semaines avant le début de la campagne pour les européennes.

 

 Nous sommes donc actuellement dans une guerre de communication, entre un bloc qui souhaite bénéficier de plus de pouvoir démocratique et de plus de pouvoir d’achat, et un autre bloc qui ne veut rien lâcher de ses privilèges. Cette guerre de communication sera ponctuée par les élections européennes, éventuellement les élections régionales et départementales, et si personne n’a vaincu d’ici là, l’élection présidentielle de 2022.

 

 L’élection d’Emmanuel Macron, qui a rassemblé la classe dominante de droite et la classe dominante de gauche, a matérialisé la fracture de classe qui existe dans notre pays. Les gilets jaunes sont la résultantes de ce clivage, et nous sommes maintenant dans une guerre de position entre ces deux camps. Si les gilets jaunes continuent à clamer leurs aspirations de démocratie participative, de justice sociale et d’écologie non punitive, porteurs des valeurs de la république (liberté égalité et fraternité), condamnant les actes xénophobes, ils ne plieront pas devant la cupidité, le mercantilisme, le narcissisme et l’égoïsme de la classe dominante, dont l’idéologie ne peut constituer un projet de société. En agglomérant en plus une partie de la société civile et des partis progressistes, un bloc capable de peser suffisamment pour modifier l’ordre actuel pourrait se constituer.

 

PNG - 702.9 ko
Tract distribué par des gilets jaunes

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.57/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 28 janvier 09:08

    Bonjour, Marcus

    Excellente analyse qui mériterait la Une du site !

    J’ai cependant quelques doutes sur la capacité d’agrégation que vous appelez de vos voeux en conclusion. Certes, elle est souhaitable, mais elle pourrait clairement être empêchée par les dérives séditieuses d’iireresponsables comme Drouet. S’il doit y avoir convergence des luttes, elle doit se faire dans la calme. Dans le cas contraire, ce sont les partisans de l’ordre qui gagneront !


    • aimable 28 janvier 09:33

      @Fergus
      Bonjours Fergus .
      Stratégiquement je ne suis pas sur que la disparition de Drouet dans l’arène gilets jaunes avantagerait la partie la plus calme puisqu’il n’y aurait plus de moyens de pression et la réponse de Macron serait l’équivalent du causez toujours .
      quant aux partisans de Macron que vous baptisez les partisans de l’ordre, ne sont venus défiler que pour faire diversion et semer le doute chez les sympathisants gilets jaunes, ces nantis qui n’ont aucun intérêts a ce que le mouvement continue , vous comprendrez que pour eux c’est mauvais pour les affaires et quoique ils aient pu en dire le sort de la population gilets jaunes ils s’assoient dessus


    • pemile pemile 28 janvier 10:00

      @Fergus « Excellente analyse qui mériterait la Une du site ! »

      Je plussoie ! Malgré cette affirmation, votre post est déjà à trois vote négatif smiley

      « mais elle pourrait clairement être empêchée par les dérives séditieuses d’iireresponsables comme Drouet »

      La source des votes négatifs ? L’apparition de nouvelles têtes, calme et pertinente comme l’avocat de Rouen François Boulo, peut facilement faire de l’ombre à Drouet ou Nicolle (bien promus par les médias), non ?


    • La Voix De Ton Maître La Voix De Ton Maître 28 janvier 12:42

      Fergus c’est mon baromètre révolutionnaire

      Tant que Fergus n’ira pas foutre le feu au magasin de tricot ou à radio France bleue sans culpabiliser de participer au réchauffement climatique : il ne se passera rien d’important en France.

      Mais bon, sachant que la retraite c’est la plus forte (mal nommée) dépense sociale et que l’équilibre budgétaire c’est la règle d’or, je me dis que tout est possible.

      Au plaisir de vous lire Fergus


    • Fergus Fergus 28 janvier 12:58

      Bonjour, aimable

      « quant aux partisans de Macron que vous baptisez les partisans de l’ordre »

      Je ne pensais pas aux « foulards rouges »  leur action est anecdotique  mais à l’électorat de centre-droit dans son ensemble que des types comme Drouet ou Nicolle contribuent à ressouder derrière Macron.

      Et n’allez pas croire que cet « électorat » de l’ordre n’est composé que de « nantis », ce serait une profonde erreur !


    • Cadoudal Cadoudal 28 janvier 13:06

      @La Voix De Ton Maître
      En faisant du ménage, un coup de plumeau distrait à décrocher du mur du salon mon BHL (Baromètre des Heures Les plus sombres)...
      Le pauvre à chut et s’est brisé, du coup pour savoir si il pleut j’étais obligé de regarder dehors..

      J’ai été voir mon « référent laïcité » à la mairie, il m’a fourni un tapis portatif républicain a double cadran digital made in China : Boussole et Baromètre...

      Je l’ai mis devant mon poste à débit d’image réglé sur France 24..

      Ben depuis il fait beau...

      Étonnant, non ?

      https://francais.rt.com/france/46764-accuse-pour-ses-preches-radicaux-imam-brest-recoit-diplome-universitaire


    • aimable 28 janvier 17:15

      @Fergus
      ils n’étaient peut être pas tous des nantis je vous l’accorde mais ils se sont comportés comme tel , sinon ils auraient défilé dans une autre manifestation comme par exemple celle des femmes le dimanche , donc en étant dans ce défilé ils affirmaient que Macron avait leus faveurs, ce qui fait que l’on ne peut les distinguer des autres .


    • math 28 janvier 09:35

      Les gouvernants ont la « Horde sauvage » pour les défendre..dernier rempart de leurs turpitudes..

      Notre société est corrompue par la caste des riches..

      Journaux télévisions aux mains de l’argent déverse la propagande des puissants !


      • pemile pemile 28 janvier 09:54

        @Marcus Clams « Nous sommes donc actuellement dans une guerre de communication »

        Dans laquelle celle du gouvernement semble accumuler les bourdes, non ?


        • Gisyl 28 janvier 10:03

          Le vrai peuple des gilets jaunes n’est pas de gauche. Il n’est pas d’extrême-droite non plus. Ces distinctions 20ème siècle n’arrangent que la classe dominante qui elle  a déjà dépassé ce clivage moribond. En le reproduisant vous ne faîtes justement que la conforter.


          • Alren Alren 28 janvier 12:25

            @Gisyl

            Les gilets jaunes ne seraient pas de gauche selon vous.

            Il faut s’entendre sur la définition de la gauche politique en France.

            Alors que l’adjectif « gauche » a toujours été déprécié par rapport à l’adjectif « droite » surtout quand on parle des mains, et c’est pourquoi les privilégiés se sont voulus du bon côté, « à la droite du Père » la gauche politique a été rapidement plus prestigieuse.

            Si bien que des gens partageant les idées de la droite se sont voulus de gauche. Pas seulement les « bobos » mais aussi des Mitterrand, Fabius, Hollande et son ministre ... Macron !

            À une époque personne de droite n’acceptait d’être classé à droite ! D’ailleurs disaient-ils au moins depuis 1958 et l’intrusion des gaullistes dans la vie politique à l’occasion de la guerre d’Algérie, le clivage gauche-droite était « dépassé » !

            La situation politique actuelle montre que si les mots ont été dévoyés, la guerre de classes comme l’ont définie les sociologues Pinçon-Charlot est une réalité. Ceux qui sont aux côtés du peuple sont à gauche ceux qui sont du côté des parasites sociaux sont de droite. C’est simple !


            Comme l’explique l’auteur de l’article, l’oligarchie et ses mercenaires ont essayé de dégoûter des gilets jaunes en prétendant qu’ils étaient d’extrême-droite. Mais s’opposer aux manœuvres patronales pour une immigration sans frein à la Merkel, afin de créer la division et la concurrence chez les travailleurs, ce n’est pas être d’extrême-droite ! Car l’extrême-droite ne combat pas le patronat mais les syndicalistes !




          • Attilax Attilax 28 janvier 17:04

            @Gisyl

            En fait il n’y a pas UN mouvement, mais mille. Si la direction globale est la même, les chemins parcourus jusque là sont très variés, comme les profils. Il y a de tout. C’est pourquoi il est si dur de mettre une étiquette sur le GJ, et c’est tant mieux !


          • pipiou 28 janvier 11:38

            La fraternité on ne l’a pas vraiment vue .

            Bon mais l’auteur est entré dans la guerre de communication, donc propagande et déni...


            • Emohtaryp Emohtaryp 28 janvier 12:52

              @pipiou

              Et hop, une prime de 10 euros pour ce commentaire du troll de propagande de service..... smileysmiley


            • ninportequoi 28 janvier 14:37

              @Emohtaryp
              A 10 euros le commentaire plus con que con, il va faire fortune celui là .


            • Durand Durand 28 janvier 11:43

              .

              Selon moi, la meilleure interview de Chouard... Il nous livre des précisions utiles sur le RIC et sur le cadre de sa mise en place...

              https://m.youtube.com/watch?v=MbJPdpAe41Y#fauxfullscreen

              .


              • Durand Durand 28 janvier 11:45

                .

                Les dernières déclarations de Macron et de Philippe à propos du RIC : avec eux, on ne l’aura jamais, maintenant c’est clair !

                Le départ de Macron est l’unique voie de sortie de crise...

                http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/01/26/97001-20190126FILWWW00109-le-ric-ca-me-herisse-dit-edouard-philippe.php

                .


                • Emohtaryp Emohtaryp 28 janvier 12:50

                  @Durand

                  Le départ de Macron est l’unique voie de sortie de crise..

                  Ses jours et ses mois sont comptés, c’est inéluctable, d’autant qu’un tsunami de révélations très compromettantes vont finir le travail de sape dans les semaines qui viennent.......« Pensez printemps, mes amis !... »

                  Je fais le pari qu’à l’automne au plus tard, nous serons débarrassé de cette lie innommable et mortifère, l’engeance va raser les murs et plus particulièrement certains...


                • Fergus Fergus 28 janvier 13:07

                  Bonjour, Durand

                  En réalité, rien n’est joué sur ce plan. Il faut dire que le RIC appliqué à tout, y compris au plan national, est une escroquerie intellectuelle. 

                  La probabilité est que le RIC verra sans doute le jour sur des questions d’ordre régional, et peut-être sur quelques champs limités au plan national. Ce qui relèverait du pur bon sens.

                  Je ne pense pas que Macron soit aussi opposé que Philippe au RIC. Il décidera sur la base d’une évaluation des avantages et inconvénients. Et plus il y aura de pression lors des débats, plus il sera enclin à lâcher du lest sur ce plan, notamment parce que cela ne lui coûterait pas un sou et pourrait compenser sa frilosité an plan fiscal !


                • Durand Durand 28 janvier 14:36

                  @Fergus

                  .

                  L’escroquerie intellectuelle, c’est vous et tous les conservateurs de votre espèce !

                  Selon moi, la meilleure interview de Chouard... Il nous livre des précisions utiles sur le RIC et sur le cadre de sa mise en place...

                  https://m.youtube.com/watch?v=MbJPdpAe41Y#fauxfullscreen

                  .


                • Fergus Fergus 28 janvier 16:08

                  @ Durand

                  « L’escroquerie intellectuelle, c’est vous et tous les conservateurs de votre espèce »4

                   smiley Je ne suis pas conservateur puisque je suis favorable à une nouvelle constitution et à l’instauration du RIC !

                  Mais pas sur n’importe quoi ! Il n’existe d’ailleurs pas sur la planète un seul pays où un RIC puisse être organisé sur n’importe quel sujet. Prétendre le contraire relève du bobard.

                  Même en Suisse, tout n’est pas possible. A propos de ce pays, si souvent donné en exemple, savez-vous qu’en 126 ans  ce type de référendum y a été instauré en 1893 —, seuls 215 référendums d’initiative populaire ont donné lieu à un scrutin. Et pour quel résultat ? Les Suisses étant des gens de bon sens, environ 90 % de rejet ! 

                  Prétendre comme le font certains en toute irresponsabilité que le RIC permettrait de résoudre la majorité des problèmes de notre pays ne tient évidemment pas la route !


                • Claire Claire 28 janvier 21:25

                  @Fergus

                  Il n’existe d’ailleurs pas sur la planète un seul pays où un RIC puisse être organisé sur n’importe quel sujet.
                  ________

                  Oui et avant le 18ème siècle les démocraties modernes n’étaient pas légion non plus. Mais en quoi cela prouve-t-il que la possibilité pour le peuple de se prononcer sur absolument tous les sujets serait une mauvaise chose ?


                • Cadoudal Cadoudal 28 janvier 21:40

                  @Claire

                  Bernard-Henri Fergus : « En Europe, le peuple ne doit pas être le seul souverain »

                  https://www.letemps.ch/monde/bernardhenri-levy-europe-peuple-ne-seul-souverain


                • Claire Claire 29 janvier 00:41

                  @Cadoudal

                  Aaaaah ce BHL, mais quel charlot saperlipopette !
                  Il n’a pas dit qui devrait être l’autre souverain, puisque le peuple ne saurait l’être, ni qui est en droit de définir les limites du pouvoir populaire, mais j’imagine aisément qu’il pensait à lui-même et aux autres grands charlots de son espèce, Ferry et tutti quanti... La république des charlots selon BHL.


                • Cadoudal Cadoudal 29 janvier 00:58

                  @Claire
                  Non, c’est plus pragmatique, c’est devenu comme Koh Lanta la start up hôtelière à Macron et BHL reste un nostalgique de la gestion tribale de la Libye par Khadafi...

                  https://oumma.com/bernard-henri-levy-je-suis-le-representant-de-la-tribu-disrael/

                  Moi je m’en fous, je crains rien, je suis de la tribu des nains, ancien dresseur de tigresse en peau de bête à Fort Boyard...

                  On a fini par divorcer avec Felindra, mais j’ai eu la garde des enfants..


                • Fergus Fergus 29 janvier 09:20

                  Bonjour, Claire

                  « en quoi cela prouve-t-il que la possibilité pour le peuple de se prononcer sur absolument tous les sujets serait une mauvaise chose »

                  Tout simplement parce que la complexité est telle dans certains domaines qu’il est impossible de répondre par OUI ou NON à la plupart des questions.

                  Ajoutez à cela les traités internationaux qui invalident de facto toute tentation de réponse par un RIC à un point en contradiction avec les termes des ces traités. Même en Suisse, c’est impossible ! 

                  Voyez-vous d’autre part un RIC organisé sur l’opportunité d’une réponse militaire à un état de menace terroriste ? Non, évidemment car le temps géopolitique ne peut être celui du RIC (il faut a minima 6 mois pour organiser un tel scrutin).

                  C’est d’ailleurs pour cela  entre autres raisons — que, même dans les pays ou existe un RIC, il ne porte pas sur les questions régaliennes.

                  Autre exemple, fiscal celui-là : peut-on passer par le RIC pour supprimer la TVA sur les produits de nécessité ? Non, évidemment car on ne peut mettre en oeuvre cette mesure sans avoir, en même temps, décidé où seraient prélevés les 10 milliards d’euros en jeu !!!

                  Bref, le RIC appliqué à tout, c’est très séduisant, mais c’est hélas ! inapplicable.


                • Durand Durand 29 janvier 10:24

                  @Fergus

                  « Tout simplement parce que la complexité est telle dans certains domaines qu’il est impossible de répondre par OUI ou NON à la plupart des questions. »

                  Vous oubliez qu’avec la sortie de l’UE et de l’OTAN, les questions géostratégiques seraient infiniment plus faciles à résoudre, aussi bien pour le peuple français que pour son gouvernement.

                  Un gouvernement indépendant des puissances extérieures pourrait beaucoup plus facilement défendre les intérêts des Français et les questions de notre présence en Syrie, de l’attaque et du meurtre de Kadhafi, etc..., ne se poseraient plus et ne feraient donc pas l’objet d’une votation populaire.

                  Une France non alignée sur les positions de l’Empire n’aurait pas à subir les attentats dont elle a été victime.

                  Votre frilosité démocratique et votre conservatisme vous oblige à serrer les fesses et ça vous empêche de raisonner librement et de vous projeter dans une société véritablement démocratique...

                  Vous êtes victime du syndrome de Stockholm, l’archétype de l’esclave qui ne veut pas lâcher son maître, par peur du vide sidéral de la liberté...

                  .


                • Fergus Fergus 29 janvier 11:37

                  Bonjour, Durand

                  Ce n’est ni de la « frilosité » ni du « conservatisme »  si tel était le cas, je ne serais pas favorable au RIC ! —, mais du ’« réalisme » et du « pragmatisme ».

                  L’exemple fiscal que j’ai pris en réponse à Claire montre, je le crois, assez bien le type de difficultés que la complexité des dossiers  laquelle ne serait pas moindre hors UE et Otan — engendrerait.

                  Dans un autre commentaire, j’ai souligné, en me référant au cas suisse, à quel point le recours au RIC n’est pas la panacée imaginée en toute bonne foi par certains. Voilà un pays dont la démocratie semi-directe est souvent  et à juste titre mise en avant, et dont l’indépendance ne peut être mise en doute. Et pourtant la Confédération helvétique est elle-même contrainte par des traités internationaux. Et en 126 ans de RIC, il n’y a eu que 215 référendums dont la plupart, totalement irréalistes, ont été rejetés par la population au point que l’on dénombre environ 90 % de rejet !

                  OUI au RIC, mais à l’évidence pas sur tout et dans n’importe quel contexte !


                • Durand Durand 29 janvier 11:56

                  @Fergus

                  .

                  La France n’a pas à copier ce qui prévaut chez ses voisins... L’idée du RIC en toutes matières « à la française » doit aller bien au delà du RIC suisse...

                  Il est faux de croire que le RIC suisse met le peuple suisse à l’abri de tout... La démocratie suisse fonctionne mieux que la notre grace au Ric mais n’est pas parfaite...

                  Dernier exemple en date :

                  Serait-on en train d’accrocher la Suisse à l’UE sans le consentement du peuple Suisse ?

                  https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2019/n-1-7-janvier-2019/laccord-cadre-suisse-ue.html

                  .


                • pemile pemile 29 janvier 11:57

                  @Fergus "Autre exemple, fiscal celui-là : peut-on passer par le RIC pour supprimer la TVA sur les produits de nécessité ? Non, évidemment car on ne peut mettre en oeuvre cette mesure sans avoir, en même temps, décidé où seraient prélevés les 10 milliards d’euros en jeu !!!« 

                  Il suffit de proposer une question à choix du type »comment trouver 10 milliards de recette pour financer le suppression de la TVA sur les produits de première nécessité : choix1, choix2, choix3", non ?


                • Durand Durand 29 janvier 12:03

                  @Fergus

                  .

                  « Ce n’est ni de la « frilosité » ni du « conservatisme » — si tel était le cas, je ne serais pas favorable au RIC ! —, mais du ’« réalisme » et du « pragmatisme ». »

                  Vu que votre conception d’un RIC castré, il va vous falloir d’autres arguments pour démontrer que vous êtes un partisan de la démocratie directe !!!

                  .


                • Aristide Aristide 29 janvier 12:11

                  @pemile

                  Il suffit de proposer une question à choix du type »comment trouver 10 milliards de recette pour financer le suppression de la TVA sur les produits de première nécessité : choix1, choix2, choix3", non

                  Choix1, 2 et 3 du genre chez les riches, chez les entreprises, chez les gafa, ... enfin à ce niveau ce n’est même plus de qualifiable tellement cela tient d’un poujadisme de troquet ou de de rond-point.


                • Durand Durand 29 janvier 12:18

                  @pemile

                  Parfaitement d’accord...

                  Je bossais en Suisse dans les années 90 lorsque les Suisses se sont voté eux-même une augmentation des TIPP et ont décidé de ne pas acheter de F18 pour faire face à un problème budgétaire... Tout ça grace au RIC...

                  Fergus prend le peuple français pour un ramassis d’imbéciles... Pour lui, il n’y a d’élite QUE les premiers de la classe au pouvoir actuellement, ceux qui ont accédé à leur poste en étant conformes aux Système... Il ne fait pas la différence entre élite et béni-oui-oui... Il est incapable de concevoir que la plus grande partie de l’élite française n’accède jamais aux responsabilité parce qu’elle ne se montre pas assez lisse...

                  .


                • Durand Durand 29 janvier 12:30

                  @pemile

                  .

                  J’ajoute que Fergus admet que l’élite beni-oui-oui puisse trahir le peuple et l’intérêt national mais il est terrorisé à l’idée que le peuple puisse se tromper !

                  Je ne vois que le syndrome de Stockholm qui puisse générer autant d’irrationalité...

                  .


                • Fergus Fergus 29 janvier 12:56

                  @ Durand

                  Ce qui pourrait me « terroriser », c’est que les rênes d’une nation puissent être donnés, non à un peuple responsable en soutien d’un système réaliste, mais à une populace enfermée dans la croyance aberrante que la conduite d’un pays peut se résoudre à des techniques aussi rudimentaires que le RIC !!! 

                  C’est cela qui peut faire peur, pas le fait d’aller vers un mix équilibré de démocratie représentative et de démocratie directe !

                  Pemile et vous êtes dans le fantasme  !


                • Yanleroc Yanleroc 29 janvier 13:28

                  @Fergus,
                  quand on mixe trop, ça s’ appelle une mixture, c’ est moche et ça n’ a plus aucun goût !

                  Ce qui vous fait peur, comme à macron, c’ est que le RIC puisse permettre la sortie de l’ UE  !! 

                  Rappelons que le Peuple avait voté contre l’ UE, en 2005, vous occultez ce déni de démocratie (Alzheimer ?), mais nous nous en souvenons très bien ! 

                  Vive les pacifistes Chouard, Onfray, FlyRider, Drouet et les victimes de l’ état policier, etc..

                  à bas les têtes à claques, les Guguss, Pipo, Apathie, Tapie, Levavasseur, Raphael Enthoven... qui n’ ont rien compris au sens de l’ histoire !


                • Aristide Aristide 29 janvier 13:30

                  @Fergus

                  Là, je crois que vous ne pourrez sortir de ce traquenard tendus par ceux qui font du RIC, le summum de la démocratie.

                  Ces mêmes qui critiquent votre vision sur un peuple incapable de décider sur tout, parlent du conditionnement du même peuple par les médias, de l’absence complète de conscience, etc ....


                • Yanleroc Yanleroc 29 janvier 13:43

                  @ Fergus, extrêmement révélateur ce terme de populace  !....

                  Vous ne trompez plus personne ici et je crois que ,
                  malgré vos dénégations et vos professions de foi mélenchoniesques, et autres pantalonades comme le disait K. ici,
                  votre destin de has been, est irrémédiablement et définitivement lié à celui de Macron !


                • Yanleroc Yanleroc 29 janvier 13:52

                  @Aristide,
                  comme l’ explique Chouard, réécrire la Constitution, semble compliqué au début, mais le peuple est beaucoup moins con qu’ on ne veut le faire croire et sera tout aussi capable que ses maîtres en vérité, avec un peu d’ effort e d’ entraînement !
                  Eh oui, Internet est passé par là et ça fait toute la différence !

                  Montpellier : l’ écriture du RIC a commencé !


                • pemile pemile 29 janvier 15:53

                  @Aristide "du genre chez les riches, chez les entreprises, chez les gafa, ... enfin à ce niveau ce n’est même plus de qualifiable tellement cela tient d’un poujadisme de troquet ou de de rond-point.« 

                  Quel bouffon, vous faites les réponses et vous les traitez de  »poujadisme de troquet ou de de rond-point" ! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès