• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des erreurs de milice qui coûtent cher aux États

Des erreurs de milice qui coûtent cher aux États

Des erreurs de milice qui coûtent cher aux États {JPEG}

Il y a une grande différence entre la conduite des États et les pratiques des organisations et des milices qui sont caractérisées par beaucoup d’aléas et d’erreurs de calcul, peu importe la précision ou les capacités d’une organisation ou d’une milice telle que la Garde révolutionnaire iranienne.

Les organisations et les milices demeurent des entités inventées de toutes pièces, caractérisées par beaucoup de hasard, d’indiscipline et parfois de chaos, malgré l’apparence apparente des choses en surface.

Il reste que les États et les armées régulières ont leurs propres règles et traditions héritées qui régissent l’action institutionnelle et déterminent avec précision le pouvoir de prendre des décisions militaires et stratégiques, particulièrement sensibles.

Il ne fait aucun doute que les retombées du problème actuel que le régime des mollahs iraniens s’est attiré par l’abattage d’un avion de ligne ukrainien pourraient l’emporter sur les conséquences de la crise provoquée par la mort du général Qassem Soleimani.

Où les mollahs doivent payer la facture pour limiter le rôle de l’armée iranienne et construire des milices parallèles qui ont le dessus pour diagnostiquer les intérêts du régime et le défendre contre ce que les généraux et les dirigeants du régime considèrent comme des menaces.

Des efforts ont été faits par les mollahs pour profiter de l’assassinat du général Qassem Soleimani à la suite d’une attaque de missiles américains le visant lui et ses compagnons de l’IRG et de la Mobilisation populaire irakienne près de l’aéroport de Bagdad, pour utiliser l’événement pour créer un faux cas de rassemblement populaire autour des dirigeants iraniens, et pour jouer sur la corde du sentiment nationaliste persan et encercler le corps de Soleimani dans diverses villes iraniennes.

Cependant, l’explosion a été rapidement levée et supprimée après que le rôle de la garde révolutionnaire dans l’abattage d’un avion civil ukrainien a été confirmé. Téhéran a reconnu qu’il s’agissait d’un accident par erreur.

Le peuple iranien a senti, comme prévu, ce que ses dirigeants tentaient de faire. Il a immédiatement réalisé la gravité des erreurs causées par les mauvais calculs, les décisions hâtives, l’indiscipline et la perte de contrôle sur le corps des gardes révolutionnaires, qui ont causé l’abattage d’un avion civil de passagers, dont la plupart étaient iraniens.

Des manifestations de masse ont éclaté dans les villes iraniennes, ce qui n’aura peut-être pas un effet immédiat pour faire tomber le régime. Mais c’est un message important, tout comme le message dissuasif qu’il a reçu du côté américain.

Il y a un double siège interne et externe que les mollahs, qui ont perdu la boussole du leadership et la sensibilité de la gestion de crise ces derniers temps, subissent.

D’une part, il y a l’effet fort et cumulatif des sévères sanctions économiques imposées par l’administration Trump à l’Iran et, dans une moindre mesure, la surprenante prise pour cible américaine du général Qassim Soleimani. Cette décision a semé la confusion chez les dirigeants iraniens, les précipitant dans une catastrophe au niveau de la prise de décision.

Je crois que le sommet de la hiérarchie du pouvoir iranien, le guide suprême Ali Khamenei, n’a peut-être pas été mis à l’épreuve aussi difficilement qu’il l’a été lors de l’assassinat du général Qassem Soleimani.

Comme tout le monde semblait confus, incapable de mettre en œuvre les menaces qui pesaient sur lui. Les déclarations étaient mitigées, ne respectant pas les règles du jeu de rôle que les mollahs connaissaient depuis des années.

La pression à laquelle les mollahs sont confrontés en ce moment est énorme.

Les Etats-Unis, par exemple, ne se sont pas contentés d’appliquer une dissuasion militaire décisive sur les mollahs avec une seule frappe de missile. Ils ont également renoncé à beaucoup de réserves et de diplomatie lorsque le président Trump a annoncé pour la première fois qu’il se tenait aux côtés du peuple iranien, et que les Etats-Unis «  suivaient de près vos protestations,  » en référence aux protestations populaires qui ont éclaté en Iran après qu’ils aient reconnu l’abattage de l’avion ukrainien.

«  Au courageux peuple iranien, qui souffre depuis longtemps : Je suis avec vous depuis le début de ma présidence, et mon administration continuera à être avec vous,  » a tweeté le président Trump. «  Nous suivons de près vos protestations et nous sommes inspirés par votre courage,  » a-t-il ajouté. Il est évident que les Etats-Unis parient sur la capacité du peuple iranien à renverser la dictature. L’entrée en jeu du président Trump suggère qu’il y a du feu sous les cendres.

Le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab, pour sa part, a accusé les autorités iraniennes d’avoir arrêté l’ambassadeur britannique à Téhéran pendant un certain temps. Le ministre des Affaires étrangères, Rob Macaire, a déclaré : «  L’arrestation de notre ambassadeur à Téhéran sans motif ni explication est une violation flagrante du droit international. Le gouvernement iranien est à la croisée des chemins.  » La confusion des mollahs et leur incapacité à gérer la crise sont évidentes, après avoir exposé leur peur et leur faiblesse au moment de prendre la décision de répondre à la réponse militaire à la mort de Soleimani et de mettre en œuvre leurs menaces exagérées.

Les dirigeants du régime n’étaient probablement pas sérieux, faisant des menaces qu’ils n’ont pas pu mettre à exécution parce qu’ils craignaient la sévérité de la réponse militaire américaine. Ils ont choisi de paraître faibles plutôt que de voir tout le système s’effondrer.

Le régime des mollahs se trouve à un véritable carrefour et semble avoir grand besoin de son pragmatisme politique habituel, de son réalisme et de ses calculs d’intérêts. Tous les chemins semblent bien fermés par rapport à celui que les mollahs ont tracé pour eux-mêmes ces dernières années.

Il y a un état de rejet régional et international et de colère à propos de leur rôle expansionniste et des menaces qui ont causé un chaos et des troubles généralisés au Moyen-Orient.

Néanmoins, le régime peut sauver le reste de son prestige et de sa stature en adoptant une option rationnelle. Pour ce faire, il faudrait revenir sur les plans de chaos et faire reculer les armes sectaires, maintenant que leur architecte et fondateur, Qasim Soleimani, a été tué. L’événement peut être un moment décisif pour le recalcul et l’autorévision, l’abandon de l’arrogance et de l’entêtement, et la défense des intérêts du peuple iranien qui mérite une vie sûre et stable.

Une décision courageuse doit être prise pour modifier la voie, redéfinir la stratégie, adopter différentes décisions et politiques pour calmer l’atmosphère régionale, ouvrir une nouvelle page avec le voisinage, annoncer l’engagement aux principes du droit international, et renoncer à tout ce qui a causé un état d’isolement Les conséquences économiques et politiques de la souffrance sans précédent du peuple iranien.

Les mollahs pourraient ne pas être en mesure de prendre des décisions courageuses ou audacieuses dans un moment aussi délicat. Le régime se nourrit des crises et n’a pas de véritable projet de développement à présenter au peuple iranien. Il craint le moment de la confrontation avec le peuple. Mais la raison et la logique disent que le moment arrive sans aucun doute.

La balle est dans leur camp pour échapper au sort que nous voyons venir fatalement. L’excuse la plus simple au peuple iranien pour les erreurs des mollahs est d’avoir le courage de corriger la voie et de corriger les politiques au lieu de continuer l’entêtement et de faire payer au peuple entier la facture des erreurs de la milice dans le crash de l’avion ukrainien et la violation de la souveraineté des autres pays.


Moyenne des avis sur cet article :  1.25/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • phan 17 janvier 13:50
    « Il semble qu’Israël ait coupé le transpondeur et allumé le jet ukrainien via un piratage à distance, ce qui rend impossible de s’identifier comme ami. C’est à ce moment-là qu’il est « soudainement tombé dans l’obscurité », il ne s’est pas « obscurci » après la frappe du missile. N’ayant ni transpondeur, ni communication, ni lumière, il semblait être un missile de croisière, que l’Iran a ensuite abattu. »

    • Pascal L 17 janvier 18:06

      @phan
      Un missile parti de l’aéroport de Téhéran, juste une quinzaine de kilomètres plus loin ; on rêve...
      Arrêtez de lire n’importe quel site conspirationiste... Il ne donnent pas de source crédible à leur information et la haine d’Israël est leur seul credo.
      Nous savons aujourd’hui qu’il y a eu deux missiles espacés de 10s environ et l’impact du deuxième missile a été filmé et la caméra géolocalisée. La position de l’avion au moment de l’arrêt du transpondeur correspond à peu près la l’impact du premier missile. Il faut savoir également que le transpondeur répond à un signal radar et que les radars de veille font des mesures espacées dans le temps, l’intervalle dépendant de la technologie du radar. Cela ajoute encore jusqu’à 10 secondes entre la dernière mesure et le premier impact. La distance maximale entre la dernière position du transpondeur et l’impact filmé est de 3km environ. L’avion a parcouru cette distance en une vingtaine de secondes environ à 500 km/h. Il faut au minimum une vingtaine de seconde au missile pour atteindre sa cible. Il ne reste donc pas assez de temps entre l’arrêt du transpondeur et le deuxième impact de missile pour prendre une décision de tir et attendre que le missile ait atteint sa cible. La décision avait forcément été prise avant l’arrêt du transpondeur. CQFD.


    • phan 17 janvier 19:09

      @Pascal L
      Des chercheurs américains ont réussi à hacker un Boeing 757 en utilisant des ondes radiofréquence. Un évènement de bien mauvaise augure pour l’industrie aérienne qui, à l’heure actuelle, n’est pas armée pour lutter contre le piratage informatique.
      La haine des sionistes contre l’Iran n’ont ils fanfaronné pour Stuxnex contre les centrifugeuses du site de Natanz ?
      Pour le crash de Lion Air Flight 610 et d’ Ethiopian Airlines Flight 302,
      ils ont rebaptisé Boeing en Bug 737 Max : Il y a des victimes, mais personne du staff « conçu par des bouffons et supervisé par des singes » n’est coupable !


    • Pascal L 18 janvier 04:32

      @phan
      L’article référencé indique que le piratage est quasi-impossible en conditions réelles. Ceci dit, en théorie, le piratage d’un avion n’est pas totalement impossible mais le système de l’avion n’est pas juste un ordinateur windows connecté à Internet. S’il est connecté à des réseaux spécialisés, les protocoles ne permettent pas de le reprogrammer ni même d’activer les fonctions vitales qui sont réalisées par des processeurs non connectés et redondés. Sur Airbus, les fonctions sont triplées avec un test majoritaire en sortie. Les ordinateurs qui exécutent les mêmes calculs sont programmés par des équipes différentes. Pour les fonctions vitales, les calculateurs n’ont pas de système d’exploitation (ni Windows, ni Linux...). Ils ne font que des entrées/sorties (capteurs et commandes) et des calculs.

      Quand aux crashs du 737 max, ils n’ont rien à voir avec un piratage mais nous montrent à quel point les processus de contrôle sont faibles dans une entreprise qui est principalement pilotée par la finance et où les ingénieurs ne sont plus concernés par les décisions de haut niveau. Ces accidents montrent aussi que l’organisme de certification (ici la FAA), censé être indépendant, a été compromis. C’est inquiétant pour l’ensemble de l’industrie et pas seulement pour Boeing. La cupidité pilote le monde et la vie n’a aucun prix pour les prédateurs.


    • Spartacus Spartacus 17 janvier 14:19

      Le peuple doit dégager ces tarés...

      Quelques images avant 1979.....

      Les femmes en mini-jupe, heureuses, libres de vivre à l’occidentale.

      https://www.fempositive.com/fascinating-photos-show-how-iran-looked-before-the-1979-revolution/


      • jocelyne 17 janvier 18:52

        @Spartacus
        du pipo intégral comme d’hab


      • phan 17 janvier 16:17

        Quelques images de la Libye avant et après les bombardements humanitaires à l’occidentale : image1, image2, ...


        • SEPH SEPH 17 janvier 20:24

           APRÈS L’AVEU SUR DES BLESSES US, UN PÈRE RECHERCHE SON FILS

          Un citoyen américain a assuré avoir perdu tout contact avec son fils unique, un marine qui servait dans la base américaine Aïn al-Assad en Irak, depuis son bombardement le 8 janvier dernier.

          En riposte à l’assassinat, le 3 janvier, du chef de la force al-Qods des gardiens de la révolution le général Qassem Soleimani, l’Iran a tiré 16 missiles contre cette base située dans la province d’Al-Anbar. Causant des pertes importantes.

          Alors que l’administration américaine ne cesse d’arguer qu’il n’y a pas eu de pertes humaines, des informations diffusées ultérieurement sur la mort fortuite de soldats américains dans des conditions inconnues sapent cette version.

          « Je suis le père d’un fils unique. Durant la frappe iranienne balistique contre Aïn al-Assad, il se trouvait là-bas. C’est mon fils unique et je n’ai aucune nouvelle de sa part là-bas en Irak. Pourquoi personne ne me donne aucune réponse sur ce qui s’est passé réellement  », a dit Aline Elinor a révélé lors d’un appel téléphonique avec la chaine de télévision américaine C. SPAN, dans le cadre d’un programme intitulé Washington Journal.

          « Les médias américains disent qu’il n’y a pas eu de pertes humaines dans le bombardement iranien balistique sur Aïn al-Assad, mais cela fait une semaine que mon fils ne répond pas à son téléphone et ne répond pas à mes appels. Je ne sais pas s’il est vivant ou mort », a-t-il ajouté en pleurant.
          « Que Dieu maudisse Trump », a-t-il vociféré.


          Depuis l’attaque iranienne sans précédent contre la base américaine, les cas de soldats américains morts dans des conditions saugrenues se font nombreux. Comme c’est le cas des deux soldats américains retrouvés sans vie, le lundi 13 janvier, dans la région allemande de la Rhénanie-Palatinat, à l’ouest du pays.

          Le mercredi 15 janvier, la CBS news a rapporté la mort d’un soldat des forces américaines tué le mardi 14 janvier lors d’un entrainement de parachute dans l’Arizona aux Etats-Unis.

          Les USA sont soupçonnés de ne pas révéler toute la vérité sur leurs pertes humaines (blessés ou tués) , occasionnées dans les régions de leur déploiement dans le monde. Ils auraient tiré la leçon de la guerre du Vietnam au cours de laquelle la divulgation du nombre des militaires américains tués serait derrière le mouvement hostile à cette guerre qui a joué un rôle décisif pour l’arrêter.

          Il y a trop de mensonges coté US. Peut-être un jour connaitra t-on toute la vérité qui se dévoile petit à petit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès