• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour l’humanité, est-ce (...)

Des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour l’humanité, est-ce bien raisonnable ?

C’est une très bonne idée et c’est même d’une grande urgence pour l’humanité d’envisager les choses de façon globale et sur le long terme. 2030 voilà un horizon qui va sembler très lointain à certains et pourtant c’est demain. Les Nations-Unies, tous les pays de la Terre réunis, voilà encore un « machin » qui ne sert à rien diront d’autres. Pourtant la crise écologique est telle qu’en dehors de la façon dont je me comporte aujourd’hui chez moi, ce sont maintenant les deux échelles de temps et d’espace les plus pertinentes pour agir. Ainsi aux Nations-Unies, Ils ont fait la liste des 17 objectifs de développement durable (ODD) à atteindre dans les 12 ans qui viennent. Il est raisonnable d’y voir le cap du futur gouvernement mondial dont les prochains évènements (inondations, sécheresses, incendies, migrations de masse…) vont inévitablement accélérer l’apparition. La crise écologique est universelle.

Une hiérarchisation qui a de quoi surprendre

Le citoyen ordinaire a hélas toutes les raisons de rester dubitatif voire choqué à la première lecture de la dite liste. La hiérarchisation des objectifs à en effet de quoi surprendre. Ainsi on trouve en 1 l’idée de supprimer la pauvreté, en 2 celle d’arrêter la faim, en 3 celle d’assurer santé et bien-être, puis en 4 l’éducation… après pour le climat, pour la vie aquatique, la vie terrestre, pour la paix et la justice… il faut vraiment regarder tout à la fin. Très étonnante hiérarchisation.

On nous raconte des histoires

J’ai adoré, quand j’ai dit à une fonctionnaire d’un ministère que c’était quand même étrange de ne trouver l’éducation qu’en quatrième position. Elle m’a répondu qu’il ne fallait ne voir aucune hiérarchie dans la liste des 17 objectifs. La grosse plaisanterie. Une chercheuse qu’on pourrait croire plus « indépendante », me disait la même chose quelques mois plus tard. Elle est franchement étrange cette réponse. Bien sûr que ce qui compte le plus est écrit le plus haut dans une liste, c’est bien par là qu’on commence, il en a toujours été ainsi, il en est ainsi de toute les listes, y compris celle des courses. En premier on écrit ce qu’il ne faut surtout pas oublier. Donc une fois de plus dans les ministères on continue de nous raconter des histoires, seule chose à retenir de cette réponse. Des histoires pour nous endormir et n’oublions pas, il n’y a pas que chez la grande muette où l’on pense que poser une question, c’est déjà désobéir.

Mettre un terme à la faim dans le monde

C’est l’objectif 2 qui devrait de toute évidence être en premier parce qu’elle est insupportable l’idée qu’au XXIème siècle des êtres humains puissent souffrir de la faim. Et cette idée on sait bien que c’est une réalité quotidienne pour près de 800 millions de personnes sur la Terre. Dont des milliers de personnes sur sol français, à Mayotte sûrement, ailleurs sans doute. Donc le vrai premier objectif que devrait se fixer l’humanité c’est de mettre un terme à la faim dans le monde, comme à toutes les souffrances immédiates qui affectent les enfants, les femmes et les hommes. La faim détruit des humains, il faut l’arrêter.

Apprendre à lire, à écrire… en 2

Et puis c’est l’objectif 4 sur l’éducation qui devrait être en 2. Ceux qui passent de temps en temps place de l’Odéon à Paris le savent, c’est Danton qui l’a dit le plus haut, le plus fort et au bon moment, même si beaucoup d’autres le pensaient avant lui et le pensent toujours. « Après le pain l’éducation est le premier besoin d’un peuple ». C’est écrit sous sa statue, il l’a dit en 1793. Voilà c’est là qu’il faut la trouver la hiérarchie des objectifs de développement durable. Pas à l’issue de la énième réunion de fonctionnaires internationaux, tout frais descendus de l’avion, mais dans le feu de l’action quand c’est le peuple qui bouge et dit ce qu’il a à dire. Le peuple sait ce qui compte, c’est pour cela qu’on a dit qu’il est souverain et qu’intuitivement on sait que c’est juste, pourvu qu’il soit informé, qu’il ait tous les éléments pour comprendre et pense à se contextualiser dans l’univers. N’oublions pas, il y a plus fort que les humains. C’est ce qu’est entrain nous rappeler le climat.

François d’Assise et Gandhi

Pourquoi s’en prendre comme ça à la pauvreté et mettre cette question au tout premier plan ? C’est à François d’Assise qu’ils s’en prennent, c’est à Gandhi qu’ils en veulent. Ces deux là, mauvais consommateurs à n’en pas douter, qui pensaient toujours à autre chose qu’à l’argent et qui sont mort avec rien en poche. Ces deux-là qui ont tant apporté à l’humanité de leur époque et à tous les humains, y compris ceux d’aujourd’hui par les leçons de politique qu’ils nous ont données. La pauvreté n’est pas le problème, le problème c’est la misère. On peut être pauvre et être digne, on peut être pauvre et propre, on peut être pauvre et lettré, on peut être pauvre et aller à l’école. On peut être pauvre et avoir un projet dans la vie. On peut être né dans une famille pauvre, être aimé et avoir un destin de premier plan, il y a de si nombreux exemples. Il suffit pour cela que les pouvoirs en place dans la société soient respectueux de chacun. Il suffit que l’eau soit disponible gratuitement pour ceux qui ne peuvent la payer, que l’école soit elle aussi gratuite. On peut même être pauvre et être suffisamment nourri aujourd’hui, tant est grand le gâchis alimentaire. Ce n’est pas une question de production, c’est une question de distribution et d’intelligence collective. Et puis toutes et tous on en a rencontré des riches misérables, ils sont si nombreux, c’est à pleurer tant leur projet est minable (pardonnez le jugement, c’est pour la rime !).

La santé avant l’éducation vraiment ?

C’est là encore plus évident peut-être qu’il y a quelque chose qui ne va pas au pays des Nations-Unies. Comment pourrions-nous, bombardés de publicité comme nous le sommes, demeurer aujourd’hui en bonne santé sans être correctement éduqué ? Combien de citoyen savent ce qu’ils font à leur santé en buvant leurs boissons gazeuses, en avalant des produits bourrés de pesticides ou de métaux lourds, en ingurgitant tellement de viande que les artères, les veines, le cœur n’en peuvent plus. Combien de citoyens de par le monde savent qu’ils empoisonnent leurs enfants en leur donnant des pleins bols de céréales le matin ? Comment saurions-nous manger comme il faut si nous n’étions pas informés par des sources diversifiées, en particulier associatives. La presse est si peu libre ? Comment bien manger entouré de publicités sans avoir développé en soi un esprit critique. Où acquérons-nous l’esprit critique sinon à l’école, avec des enseignants qui redonnent ses blasons de noblesse au mot « Professeur ». Ces bons profs avec lesquels on apprend à déchiffrer le monde. Ces bons profs qui restent dans nos cœurs toute notre vie parce qu’ils disaient vrai et nous touchaient. On aime à vie les profs avec un grand P. C’est aussi à l’école où l’on apprend que le monde a toujours été peuplé d’originaux, que de tous les temps dans la population certains voyaient autrement et qu’un jour très tard parfois, le temps leur donne raison.

Les beaux objectifs qui ne servent qu’à nous égarer

On nous amuse beaucoup avec ces listes d’objectifs, résultat de milliers d’heures de travail de milliers de personnes de dizaines de pays et pour quel résultat en général ? Prenons un simple exemple actuel en France. La stratégie nationale pour la biodiversité 2011-2020 affiche comme objectif N°1 de « Faire émerger, enrichir et partager une culture de la nature », très bonne idée. Dans le document, la photo qui sert d’illustration est une sortie scolaire. Mais connaissant un peu la question, on peut dire que c’est juste de la com. Les sorties scolaires liées à la nature sont en voie de disparition comme leurs sœurs les classes vertes, de mer ou de neige. Dans le texte le premier point mis en avant c’est : « l’éducation scolaire ». Qu’a fait le ministère de l’Education nationale depuis 2011 ? Rien sauf des circulaires de plus, que plus personne ne regarde et une loi de refondation de l’école où l’éducation à l’environnement était carrément oubliée dans la proposition de loi initiale. Quant au dialogue avec les associations spécialisées n’en parlons pas, il n’y a aucune écoute et nombre de subventions ont été baissées ou supprimées en 2017. C’est très dommage pour la culture de la nature, mais on peut dire qu’on est en train de passer à côté. Ils ne font pas ce qu’il faut pour qu’on réussisse. On pourrait prendre comme exemple les belles déclarations de Rio, celle de la COP 21 à Paris en 2015. Rappelons qu’en 2017 la production de CO2 sur la planète est repartie à la hausse après un pallier de quelques années. Nous pourrions trouver des exemples encore plus criants.

Le juste envers des ODD

Prendre connaissance de ces objectifs des Nations-Unies nous fait le même effet que celui que nous ferait un coureur de 100m qui nous annoncerait que son objectif de la saison c’est de tomber le record du monde à 7 secondes. C’est juste impossible. C’est juste impossible parce qu’il n’en n’a pas les moyens. Ni les Etats et encore moins les Nations-Unies ne contrôlent les manettes qui pourraient faire que ces objectifs soient réellement atteignables. Combien de fois ont-ils dit qu’ils mettraient un terme à la faim dans le monde ? Qu’ils arrêteraient les mines anti personnelles ou les armes chimiques, qu’on protègerait les forêts tropicales ou les éléphants, les grands singes, les océans qui se vident et s’acidifient … et les résultats c’est quoi ? Les résultats c’est l’annonce d’Oxfam en début 2018 : « 82 % des richesses créées dans le monde [en 2017] ont bénéficié aux 1 % les plus riches »*. Le juste envers du noble et premier objectif de développement durable affiché. Alors on pleure ou on rit ? Les résultats des grandes promesses ce sont les chiffres du réchauffement climatique, ce sont les inondations, les sécheresses et les incendies… les migrants par milliers.

Et l’objectif de croissance économique ?

Aujourd’hui nous avons tous les ans des milliardaires plus nombreux. Avons-nous besoin de plus de François, de Gandhi ou de Bill Gates ? Et si le vrai problème de l’humanité ce n’était pas la pauvreté mais la richesse. Et cette croissante économique qui vient se loger bien au milieu au point 8 des ODD, c’est une idée des pauvres ou des riches ? Est-ce une bonne idée vraiment de coller cette perspective qui divise, dans cette liste qui devrait unir tout le monde ? Les terriens sont-ils tous pour la croissance économique ? Doivent-ils tous le devenir ? Est-ce le bon moteur pour l’humanité ? Est-ce que ce ne serait pas, plutôt l’amour, le partage, le développement de nos intelligences, la paix, la vie libre. Curieusement au moment où tous dans les média se réjouissent de la reprise économique, la production de CO2 repart à la hausse. N’y a-t-il pas un problème ici, quand on regarde du haut des accords de Paris ? Avons-nous découplé croissance économique et pollution ? Tout porte à croire que nous en sommes très loin. C’est un fait, ces deux-là, elles avancent ou reculent ensembles.

On sait faire ensemble pourtant.

Au plan de la réalité pour l’écologie, les choses bonnes c’est localement qu’elles se passent le plus souvent, nous le savons. Mais on peut trouver aussi de merveilleuses réalisations où même russes et américains s’unissent, il y a juste à lever les yeux le soir et regarder passer la station spatiale internationale qui toutes les nuits sans nuage est visible dans notre ciel à tous. Alors tous les espoirs sont permis, on sait faire ensemble. Au plan global en général pour l’écologie on sait ce qu’il faut faire, on l’a vu pour la couche d’ozone, mais ce qu’il faut faire, souvent les gouvernements ont l’imprudence de l’annoncer et l’incapacité de le réaliser. A chacun son opinion mais pour expliquer cette inertie Il n’y a de toute façon que trois solutions. Ce qu’ils devraient faire de toute urgence, soit les gouvernements ne savent pas le faire, soit ils ne peuvent pas le faire, soit ils n’ont pas la volonté de le faire ce que pourtant ils affichent. Il est important de ne pas laisser croire des choses fausses aux jeunes. On fait de terribles dégâts avec ça. Je me souviens en 1992 les résultats somptueux du merveilleux sommet de la Terre. Tant d’espoirs déçus quelques années plus tard, tant de sentiments de trahison vécus pour des millions d’humains, on ne construit rien de bon là-dessus.

Misons sur l’éducation

Le vrai mal c’est l’ignorance. On n’a pas à manger parce qu’on ne sait pas, on mange mal parce qu’on ne sait pas, on tombe malade parce qu’on n’a pas su. Voyez aujourd’hui dans des millions de maisons les enfants de moins de trois ans les yeux rivés sur des écrans. Parler, se poser des questions, lire, apprendre, comprendre … après seulement on agit de façon adaptée, après seulement on a la possibilité d’agir juste. Toi grand décideur international, voudrais-tu qu’on t’enlève la capacité de lire ? Que serais-tu sans ton langage réglé au millimètre et sans tous les outils dont tu disposes pour comprendre ? L’urgence pour l’humanité c’est de calmer les souffrances qui sont là et d’éclairer les esprits, de miser sur la jeunesse. Mettons tout sur l’éducation, une éducation respectueuses des singularités de chacun, une éducation bienveillante, une éducation dirigée vers la créativité individuelle et collective, en un mot une éducation heureuse.

*Le Monde 23 janvier 2018.

Roland Gérard expert en éducation pour la transition

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 2 février 08:06

    Pour pouvoir mettre en oeuvre ce merveilleux conte de fées, il faut d’abord régler ça (et reconsidérer toutes les structures qui le permettent) :



    • baldis30 3 février 08:33

      @diogène
      bonjour,

      ben quoi ... il faut donner le temps au temps ...., de temps en temps, mais pas tout le temps !

      Alphonse Allais n’a-t-il pas déclaré que le premier but était

      « Extinction du paupérisme le soir après 18 heures » ....... ça c’est rapide !


    • the clone the clone 4 février 15:10

      @diogène

      Alors faut que le smicard se mette au boulot tout de suite au lieu de ruminer tel le mougeon , faut quand même pas déconner le riche attend son oseille et il est pressé , heureusement que Macron est la pour défendre le riche , le patron , le banquier ,le trader contre toute cette racaille de smicard et de petit retraité , il y en a marre de toute cette clique de gagne petit , parole de retraité qui vient de se faire bouffer par la GSG 40€ sur ses 800€ .... 


    • zygzornifle zygzornifle 4 février 15:17

      @the clone


      Tu as perdu 40 balles , moi aussi , merde je vais retarder mon voyage aux îles caïmans pour aller planquer mon oseille , du coup je filais un peu de tune au resto du cœur et autres mais maintenant j’ai envie de me recentrer sur moi meme , les assoces et autres n’ont qu’a aller pailler et se faire gazer devant l’Élysée , fini le bénévolat et les petit chèques , chacun pour sa gueule tout comme notre président .... 

    • foufouille foufouille 2 février 11:28

      « Combien de citoyen savent ce qu’ils font à leur santé en buvant leurs boissons gazeuses, en avalant des produits bourrés de pesticides ou de métaux lourds, en ingurgitant tellement de viande que les artères, les veines, le cœur n’en peuvent plus. Combien de citoyens de par le monde savent qu’ils empoisonnent leurs enfants en leur donnant des pleins bols de céréales le matin ? »

      il faut partir vivre en amazonie, ils vivent tous moins de 60 ans ou presque.


      • baldis30 3 février 08:48

        @foufouille
        bonjour,

        soyons cyniques ... pour le Bengla Desh c’est bien plus rapide ! Et le « soixante ans » tombe à quarante. Soyons cyniques et efficaces !

        Les généalogistes amateurs qui se penchent sur la vie de leurs familles il y a deux cents ans et plus savent ce qu’ils doivent à deux progrès majeurs l’un de l’hygiène médicale ( la vaccination antivariolique) l’autre de la diffusion de la pomme de terre relevant de l’hygiène alimentaire ...

        évidemment Lactalis est passé par là ... !

        Aujourd’hui, ne le saviez-vous pas ? ....... n’importe qui est expert .... en n’importe quoi ! Et trouve toujours un aréopage pour en concélébrer les mérites !


      • Spartacus Spartacus 2 février 12:51
        « Les résultats c’est l’annonce d’Oxfam en début 2018 : « 82 % des richesses créées dans le monde [en 2017] ont bénéficié aux 1 % les plus riches ».. »

        Les inepties statistiques répétée et répétée en matraquage jusque l’overdose d’une association de racistes anti-riches qui croit que la création de richesse est un jeu à somme nulle comme tous les endoctrinés gauchistes...

        Il arrive un moment ou il faut que les gauchistes arrêtent de sortir des niaiseries statistiques en boucle totalement farfelues de leurs lobbys pour être crédible...

        Ca fait 15 ans que les stats OXFAM sont contestées et considérées comme une farce de la propagande socialo-jalouse a ceux qui ont envie d’entendre que les riches sont des monstres.
        Si vous achetez le château de Versailles à crédit et vivez dedans, vous êtes reconnu comme faisant partie des plus pauvres de la terre et si vous louez un 20m2 à Sarcelles vous êtes considéré comme un riche....
        Ces cons de OXFAM soustraient les emprunts des actifs dans leur méthodologie.

        Si vous êtes fonctionnaire à l’éducation nationale et bénéficiez d’une rente mensuelle d’un régime spécial de 2000€/mois et locataire sans rien sur le compte en banque, vous êtes considéré comme un pauvre, par rapport à un immigré qui est propriétaire de sa caravane dans son champ, et 10000€ sur con compte et aucun droit à la retraite...
        Ces cons de OXFAM ne valorisent pas la redistribution d’état alors qu’elle représente plus dans certains pays que le secteur marchand (France 57%).
        Vaste fumisterie OXFAM.

        Dans ce texte comme dans tous les textes émanant de gauchistes on relève toujours leur jalousie maladive, la haine des plus riches que eux et leur envie de spolier les autres dans toute analyse qui détruit toute leurs argumentation générale...

        Tristes Gauchistes qui n’évoluent pas.
        Triste France de racistes anti-riches.


        • Diogène diogène 2 février 15:05

          @Spartacus

          « salauds de pauvres ».

        • xana 2 février 19:09

          @Patte-à-Cul

          Moi j’ai changé de métier. Je me suis fait cordier.
          Je n’ai pas beaucoup de clients, alors je fais du stock.

          Quand viendra le moment, le peuple viendra me demander de quoi pendre les riches.
          Je donnerai tout mon stock gratuitement pour participer à une oeuvre aussi salutaire.
          J’espère ne pas être trop vieux alors, je donnerai volontiers un coup de main.

          C’est ça, vivre avec un idéal.

          Jean Xana


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 3 février 10:39

          L’hypocrisie française étouffe le monde ! 


          On ne peut pas concilier le développement infernal de l’Occident avec le principe et le concept de l’écologie ! 


          La France chante l’environnement... Mais elle jubile à chaque fois que les ventes de ses carcasses automobiles augmente de 30 pour cent !

          Plus polluant est la merde d’Ariane ... La France impérialiste est fière de polluer le Ciel depuis la Guyane non française ; non seulement elle envoie ses tas de ferrailles et ceux des Européens au dessus de nos têtes mais elle le fait aussi pour les pays médiocres qui ne savent même pas exploiter les satellites qu’ils auront inutilement financés par de l’argent public ! 

          Toute dissertation est désormais inutile. La réponse de la Nature se fera au profit de la Nature elle-même : AU DIABLE LA BANQUISE ET LES GLACIERS DE MERDE !

          • Eric F Eric F 3 février 18:55

            Le vrai problème n’est pas dans la hiérarchisation des thèmes, mais dans l’accumulation utopique de belles intentions. Il faudrait quatre ou cinq actions prioritaires concrètes et leur financement, plutôt que disperser et saupoudrer sans effet.


            • babadjinew babadjinew 5 février 09:52

              En premier lieux, même si cela point ne nous fait plaisir, nous sommes tous ici « Riche » ! Ce du Rsaiste au drahi voleur !

              Ensuite croire encore que l’écologie puisse avoir une articulation possible avec la croissance écconomique est certainement le pire fantasme jamais propagé.

              Enfin, ce contenter de dire, d’écrire, de penser que c’est « Eux », Ils, « l’autre » le responsable du cahos n’est qu’une forme parmi tant d’autre de déni, de notre résponsabilité propre.

              Aux vues des carnages annoncés l’action est pourtant aisée à determiner, mais il est vrai qu’elle est amer.

              D’une notre boulimie de consomation alimentaire qui au final nous à conditionné à jeter 50% de la nouriture que l’on achéte est une HONTE et une horreur sans nom. Quand on creuse un peu le sujet et que l’on prend conscience de l’impact ultra négatif des produits d’origines animales (viandes, poissons, oeufs, lait, fromage,....) sur justement la pollution (terres arrables détruite à coup d’ogm, de pesticides, d’intrants, eaux surconsommées pour amélioration des rendements......) pour nourrir ces bêtes qui dans nos estomacs finiront changeons nous pour autant nos habitudes de consomations ????

              Bref un seul exemple qui en des milliers pourrait être démultiplié quand à notre schizofrénie propre !

              A mon sens et ce bien avant le point Education qui il est vrai devrait être une priorité, il faudrait déjà remettre du SENS dans nos existence de non SENS. Car en vouloir toujours plus tout en espérant poluer moins n’est que non SENS !

              Wake Up !!!!
               


              • babadjinew babadjinew 5 février 10:49


                @babadjinew

                Juste un petit lien maleureusement trop orienté santé et pas assez écologie mais plus qu’explicite.

                https://youtu.be/hJAKWQ6dDpQ


              • Ruut Ruut 5 février 12:54

                L’éducation sans suivi ne fonctionne pas.
                La nourriture pour tous lorsque la nourriture n’est pas nationalisé ne fonctionne pas.
                etc...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès