• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Désormais, on ne marche plus, on roule...

Désormais, on ne marche plus, on roule...

Il devient périlleux, parfois, de marcher sur un trottoir... Soudain, un engin électrique déboule : une trottinette arrive à toute allure... Tout juste le temps de se garer pour laisser passer l'engin...

Parfois, c'est une bicyclette qui soudain se profile sur le trottoir... là encore, on s'efface pour que le cycliste puisse circuler...

Plus rarement, c'est un skate qui vous surprend dans votre déambulation...

Il peut arriver aussi que l'engin arrive par l'arrière : on ne le voit pas !

On sent un frôlement, et on découvre avec surprise que le trottoir ne nous appartient pas... un simple écart dans la démarche et un accident est si vite arrivé...

De nouveaux moyens de locomotion envahissent les trottoirs. Bientôt, les piétons n'auront plus droit de cité...

De nos jours, il convient de se déplacer rapidement, de ne pas perdre de temps... on est bien loin du temps virgilien dont parle Michel Onfray dans son ouvrage intitulé Cosmos... La marche appartient au monde de la lenteur, au vieux monde...

Les rues de nos villes sont depuis longtemps très encombrées... désormais, même les trottoirs sont saturés de véhicules de toutes sortes.

Bientôt, les gyropodes vont s'imposer et envahir nos villes... puis les gyroroues, les gyroskates... et puis encore d'autres inventions à venir...

Bientôt, les piétons n'auront plus leur place sur les trottoirs. 

Il serait temps de réapprendre à marcher... en dehors du vélo qui demande des efforts, les autres moyens de locomotion ne font pas vraiment travailler le corps.

Il serait temps d'adopter une démarche écologique.

Marcher plutôt que rouler, retrouver le bonheur de déambuler en ville, sans être inquiété par des engins qui déboulent à toute allure...

Marcher sur un trottoir en toute quiétude, se promener, se hâter si on le veut, ou flâner si on le souhaite...

Comme l'écrit le philosophe Frédéric Gros, "Marcher, c'est résister fortement à la part maudite de la modernité (obsession pathologique de la performance, culte de la vitesse, existences parallèles dans des univers numériques )."

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/10/desormais-on-ne-marche-plus-on-roule.html

Documents joints à cet article

Désormais, on ne marche plus, on roule...

Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • San Jose 12 octobre 10:17

    Il faut augmenter le niveau de vie des pauvres réduits à ces trottinettes et autres jouets pour enfant, afin qu’ils puissent acheter des automobiles. 


    • rosemar rosemar 12 octobre 19:09

      @San Jose

      Et vive la pollution !


    • Decouz 12 octobre 10:28

      Depuis plusieurs vols de vélos en ville je réserve le vélo pour la campagne et j’utilise une trottinette sans moteur pour les parcours courts, l’avantage c’est qu’il y a dépense énergétique. Je parle de parcours répétitifs qui n’ont pas d’intérêt pour la promenade à pieds, il faut de préférence une ville plate et des trottoirs en bon état.


      • Decouz 12 octobre 10:35

        Par contre le danger vient des piétons avec téléphone portable qui ne regardent pas ce qu’il y a en face d’eux ou à coté d’eux et qui occupent une largeur bien supérieure aux piétons sans téléphone, ils ne vous voient pas et leurs réactions sont imprévisibles, les piétons ordinaires vous les voyez, ils vous voient, pas de problème pour se croiser ou pour arrêter la trottinette si il y a un bouchon.


        • San Jose 12 octobre 11:48

          @Decouz
          .
          Que le piéton regarde ou pas, je ne vois pas la différence puisque sur un trottoir, à pied je ne dévie pas d’un pouce pour éviter un engin à roues. 
          J’ai besoin de changer ma voiture ; je compte sur le trottineur qui me percutera smiley


        • Sozenz 12 octobre 15:48

          @San Jose
          prenez bien soin de ne pas avoir besoin par la suite d une carte handicapée pour vos déplacements .


        • rosemar rosemar 12 octobre 19:12

          @Decouz

          Quand la trottinette arrive par l’arrière, le piéton ne peut pas la voir...


        • rogal 12 octobre 11:09

          Les chaussées aussi deviennent dangereuses. De plus en plus de voitures automobiles y roulent. On ne peut plus y marcher à cheval.


          • rosemar rosemar 12 octobre 19:13

            @rogal

            Et même les trottinettes circulent sur les chaussées... et on ne les entend pas arriver.. ;


          • Ouam Ouam 13 octobre 05:12

            @rosemar
            « Et même les trottinettes circulent sur les chaussées... et on ne les entend pas arriver.. »
             
            C’est dans des petites constations de cette ordre ou l’on percoit qu’il est temps d’agir....
             
            https://www.amazon.fr/s?k=sonotone&hvadid=80814136714917&hvbmt=bp&hvdev=c&hvqmt=p&tag=hydfrmsn-21&ref=pd_sl_n5nqjt8bv_p
             
            Ou baisser un peu le son de son balladeur si le cas ci-dessus n’est pas « avéré »


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 octobre 11:13

            Ne soyez pas stressée comme ça !

            Manu fait le nécessaire pour dégager les trottoirs (ou les supprimer, on ne sait pas trop.

            Les piétons, c’est la préhistoire !

            Sapiens a d’abord emprunté le cheval, puis la bagnole. Aujourd’hui c’est la trotinette et le vélo électrique, et grâce à Manu, demain ça sera sapiens volant.


            • San Jose 12 octobre 12:31

              @Séraphin Lampion
              .
              homo sapiens volans zapatus a peu d’avenir populaire tant qu’on n’aura pas changé les lois de la thermodynamique. L’appareil séduira peut-être des sportifs fortunés, des entrepreneurs de spectacle, des aéro-clubs à cher la minute de vol, des armées, des services publics, mais pas madame Michu. 
              .
              Un rotor d’helicoptère de grand diamètre assure une sustentation égale au poids de l’appareil en rejetant vers le bas un énorme débit d’air animé d’une faible vitesse. Ainsi n’y injecte-t-il qu’une énergie cinétique modérée. Pourtant c’est encore trop pisqu’un hélico en stationnaire consomme beaucoup beaucoup. 
              .
              Un turboréacteur du diamètre d’une bouteille assure une sustentation égale au poids de l’appareil en rejetant vers le bas un faible débit d’air animé d’une très grande vitesse. Aussi y injecte-il une énorme énergie cinétique puisque celle ci ne diminue que linéairement avec la masse éjectée tandis qu’elle croît au carré de la vitesse d’éjection. 
              .
              Aussi zapatus volans avec trente kilos de pétrole dans le dos doit-il encore se ravitailler en route pour traverser la Manche. 


            • rosemar rosemar 12 octobre 19:14

              @Séraphin Lampion

              Très amusant...


            • jymb 12 octobre 15:44

              On ne récolte que ce que l’on a semé

              Des abrutis ont imposé partout des mesures autophobes et mobilophobes, qui on eu comme brillant résultat de vider les poches, exaspérer, faire exploser les bouchons et la pollution

              Et le quidam qui a la nécessité de traverser la ville se rabat, contraint et forcé, vers les moyens alternes qui apparaissent...je suis hélas le premier à être dans cette situation ( le seul gagnant final de la paralysie, c’est Amazon...)

              Peu importe que ces moyens soient ultra dangereux, les autophobes sont ravis. Ils ont semé la panique et la paralysie, mais satisfait leurs fantasmes radicalisés


              • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 16:07

                @jymb

                Le seul gagnant final de la paralysie est Amazon...exact.


              • Pie 3,14 12 octobre 19:53

                Inutile d’opposer la marche aux engins à roulette, ce sont des circulations douces dont toutes les villes veulent le développement.

                On marche pour les courtes distances, la promenade ou la randonnée. On glisse (trottinette, skate, rollers) pour les trajets contraints et les bonnes distances. On utilise les transports en commun pour les longues distances. On prend sa voiture le moins possible. Voilà le plan des mobilités urbaines qui permet justement au piéton de réinvestir la ville et à la voiture de lâcher du terrain.

                En Allemagne, pays discipliné et en avance dans ce domaine, la ville est faite de larges trottoirs, de larges voies cyclables où circulent tous les engins à roulettes et de centres ville sans embouteillages.


                • rosemar rosemar 12 octobre 21:52

                  @Pie 3,14

                  Il faudrait tout de même réglementer la circulation des trottinettes : est-il normal qu’elles circulent sur les trottoirs ??


                • Ouam Ouam 13 octobre 05:27

                  @rosemar
                  « ... est-il normal qu’elles circulent sur les trottoirs ?? »
                   
                  Bien sur que oui,vous ets une incorrigible réac bas du front,
                  ou diantre voudriez vous qu’elles circulent ??
                   
                  Entre deuxs super poids lourds ou gros bus peut etre ??
                   
                  Les gens reveraient de ne pas utiliser ces engins parfaitement inconfortables, mais ils n’onts juste PAS LE CHOIX !
                   
                  Les transports en communs de Paname sonts :
                  saturés, ultra dangeureux, sales, carrément obsoletes,
                  les bus ne sonts meme pas climatisés en été lorsqu’il fait une canicule infernale, il fait 60 degres dans un bus alors que meme en Espagne ils le sonts.
                   
                  Non seulement retraité et privilégiée de l’éduc nass, vous voudriez vous en plus que les plus précaires soient exposés à de mortels dangers, vous n’avez pas honte ?
                   
                  Votre petit fils par exemple, vous l’enverriez vous dans un bus à 60 degrès pour aller au college ?
                  Vous l’enverriez vous entre les poids lourd, cammionnette de livraisons qui font n’importe quoi pressés par le « rendement à la course » et les bus en trotinette parce qu’il « n’en peut plus » d’arriver en retard ou de rentrer à pied lors « d’incident voyageurs », greves, pannes resau, ou nombreux autres trucs de cet acabit ?
                   
                  Soyons serieux 5mn smiley


                • phan 12 octobre 20:30
                  Avec une escapade à roulettes pour rouler sur les pépites.

                  • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 13 octobre 07:50

                    Tout a commencé par les « pistes cyclables » empiétant sur les trottoirs piétonniers puis vélos en sens interdit etc.….


                    • JL JL 13 octobre 08:44

                      J’en appelle à la résistance piétonne : pour ma part, sur un trottoir ou une zone piétonne, je ne m’écarte jamais devant un « roulant » sauf les fauteuils et je râle particulièrement contre les électrifiés. Certaines trottinettes sont de quasi scooters.


                      • Raymond75 13 octobre 09:33

                        Dans notre société, dont la seule valeur est le commerce, le piéton est un parasite qu’il faut rendre consommateur d’engins divers et variés pour qu’il se déplace ’en toute liberté’ ... et achète !


                        • bedeau bedeau 13 octobre 20:58

                          Quelle faculté d’observation... quelle lucidité... et quel courage !  smiley


                          • Allexandre 15 octobre 10:58

                            Cet article n’est que l’expression d’une terrible réalité. Cyclistes, squatters et autres trotinettistes sont devenus les rois des villes-centres, au détriment des automobilistes et des ...piétons. L’indiscipline et le manque de respect de cette nouvelle espèce a été encouragé les municipalités qui ont entériné tout ce qui est interdit pour une voiture ou un deux roues motorisé. C’est l’image d’une société qui part à la dérive tant l’individualisme et le manque d’éducation sont devenus la norme. Tout cela finira mal, car l’exaspération de plus en plus grande peut générer des actes violents, sans parler des accidents trop nombreux dont les cyclistes, jeunes et moins jeunes sont le plus souvent responsables : le code de la route a été suspendu pour eux. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès