• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dieu n’est pas mort

Dieu n’est pas mort

 

Pour comprendre ce qui se passe, nous devons interpréter l'idée de Walter Benjamin que le capitalisme est véritablement devenu une religion, la religion la plus féroce, implacable et irrationnelle qui ait jamais existé, car il ne reconnaît ni les trêves ni rachat. Un culte permanent est célébrée en son nom, un culte dont la liturgie est la main-d'œuvre et son objet, l'argent. Dieu n'est pas mort, il a été transformé en argent.

JPEG

Une entrevue 2012 avec le philosophe italien Giorgio Agamben, qui exprime son point de vue et le mien sur la crise économique, et le capitalisme comme religion, le rôle de l'histoire dans l'identité culturelle européenne, « bio-politique », l '« état d'exception »

Dieu n'est pas mort, il a été transformé en argent " - Entretien avec Giorgio Agamben - Peppe Sava

Peppe Sava : Le gouvernement Monti invoque la crise et la situation d'urgence et il semble être la seule solution à la fois pour la catastrophe financière ainsi que les formes indécentes assumées par le pouvoir en Italie : le point de vue de M. Monti est-il la seule solution ou pourrait-il au contraire devenir un prétexte pour imposer des restrictions graves sur les libertés démocratiques ?

Giorgio Agamben : Ces jours-ci, les mots « crise » et « économie » ne sont pas utilisés comme des concepts, mais plutôt comme des mots de commande qui facilitent l'imposition et l'acceptation de mesures et restrictions que les gens n'accepteraient pas autrement. Aujourd'hui, la « crise » signifie « vous devez obéir ! » Je pense qu'il est très évident pour tous que la soi-disant « crise » est continue depuis des décennies et qu'elle n'est en fait rien d'autre que le fonctionnement normal du capitalisme à notre époque. Et il n'y a rien de rationnel sur la fonctionnement du capitalisme à l'heure actuelle.

Pour comprendre ce qui se passe, nous devons interpréter l'idée de Walter Benjamin que le capitalisme est véritablement devenu une religion, la religion la plus féroce, implacable et irrationnelle qui ait jamais existé, car il ne reconnaît ni les trêves ni rachat. Un culte permanent est célébrée en son nom, un culte dont la liturgie est la main-d'œuvre et son objet, l'argent. Dieu n'est pas mort, il a été transformé en argent. La Banque avec ses drones sans visage et ses experts a pris la place de l'église et de ses prêtres, et par sa commande sur le crédit ( comme les prêts à l'Etat, qui a si allègrement abdiqué sa souveraineté ), manipule et gère la foi - la rare et incertaine foi qui reste encore de notre temps. D'ailleurs, l'affirmation selon laquelle le capitalisme d'aujourd'hui est une religion est plus efficacement démontrée par le titre qui est apparu sur la première page d'un grand journal national, il y a quelques jours : " sauver l'euro Quel que soit le coût " . Voyez vous, le « salut » est un concept religieux, mais qu'est-ce que " quel que soit le coût " signifie ? Même jusqu'à sacrifier des vies humaines ? Car seulement dans une perspective religieuse ( ou, plus exactement, une perspective pseudo-religieuse ) pourrait-on faire de telles déclarations manifestement absurdes et inhumaines .

La crise économique qui menace maintenant de nombreux pays européens : peut-être elle généralement conçue comme une crise de la modernité dans son ensemble ?

La crise qui affecte désormais l'Europe n'est pas tant un problème économique, comme on nous dit, mais avant tout une crise de notre rapport au passé. La connaissance du passé est la seule façon d'avoir accès au présent. C'est grâce à leur quête pour comprendre le présent que les hommes, ou du moins les Européens, se sont senti obligé d'interroger le passé. J'ai précisé que cela impliquait " nous, Européens, " parce qu'il me semble, en admettant que le mot 'Europe ait un sens, il semble maintenant évident que ce sens ne peut pas être politique, ou religieux, ou même beaucoup moins économique, mais consiste dans le fait que l'homme européen, contrairement, par exemple, aux Asiatiques et Américains, dont l'histoire et le passé ont un tout autre sens, ne peut approcher sa vérité que par la voie d'une confrontation avec le passé, et donc, par le règlement de comptes avec son histoire. Le passé n'est pas seulement un patrimoine d'objets et de traditions, de souvenirs et de connaissances, mais surtout une composante anthropologique essentielle de l'homme européen, qui ne peut accéder au présent seulement en regardant ce qui s'est passé dans le passé. La relation spéciale que les pays européens (Italie et bien sûr Sicile sont exemplaires de ce point de vue ) ont, avec leurs villes, avec leurs œuvres d'art, et avec leurs paysages, n'est pas une question de préserver le plus ou moins précieux, mais externe et accessible, des choses : il s'agit de la vraie réalité européenne, sa survie incontestable. C'est pourquoi, en détruisant la campagne italienne avec le béton des routes et des trains à grande vitesse, les spéculateurs, tout en refusant de se priver de leurs bénéfices, sont en train de détruire notre identité. L'expression même, « biens culturels » est trompeuse, car elle suggère que le terme englobe certaines marchandises et en exclut d'autres, des biens qui peuvent être exploités économiquement et même vendus, comme si on pouvait liquider et offrir sa propre identité à la vente.

Il ya plusieurs années, un philosophe qui fut aussi un haut fonctionnaire de l' Europe, naissante, Alexandre Kojève, a soutenu que l'homo sapiens avaient atteint la fin de son histoire et qu'il n'avait que deux choix : l'accès à une animalité post-historique ( comme en témoigne l'American Way of Life ) ou snobisme ( comme illustré par les Japonais ) qui continue à célébrer la cérémonie du thé, vide et dépourvue de tout sens historique. Entre un aux États-Unis intégralement re- animalisé et un Japon qui reste humain en renonçant à tout le contenu historique, l'Europe peut offrir l'alternative d'une culture qui reste humaine et vitale, même après la fin de l'histoire, car il est capable de faire face à sa propre histoire dans sa totalité afin de procéder à partir de là pour atteindre un nouveau futur.

Votre livre le plus célèbre, Homo Sacer, est une étude de la relation entre le pouvoir politique et la vie mise a nue et révèle les difficultés que ces deux termes impliquent. Quel est le point de possible de convergence entre ces deux pôles ?

Ce que mes recherches m'ont montré est que le pouvoir souverain a été fondée depuis ses origines sur la séparation entre la vie nue (la vie biologique en Grèce a eu lieu à la maison ) et de la vie tel qu'elle défini politiquement ( qui a lieu dans la ville ). La vie nue a été exclue de la vie politique et était en même temps inclus et capturée par son propre exclusion : en ce sens, la vie nue est la base de la puissance négative. Cette séparation atteint sa forme la plus extrême en bio-politique moderne. Ce qui s'est passé dans les États totalitaires du 20ème siècle est que le pouvoir ( peut-être par le biais de la science ) a décidé exactement ce que, en fin de compte, est une vie humaine et ce qui n'est pas une vie humaine. En opposition à ce point de vue, ce que nous avons à faire est de concevoir une politique de formes vitales, c'est une vie qui ne peut être séparé de sa forme, qui ne sera jamais nue à nouveau.

L'ennui, pour employer un euphémisme, avec laquelle la personne ordinaire est confrontée a la politique : est-ce en rapport avec les conditions spécifiques de l'Italie ou est-il en quelque sorte inévitable ?

Je pense qu'aujourd'hui, nous sommes confrontés à un nouveau phénomène qui va au-delà du désenchantement et de la suspicion mutuelle entre les citoyens et le pouvoir, un phénomène qui touche l'ensemble de la planète. Ce qui se passe est une transformation radicale des catégories avec lesquelles nous avons l'habitude pensé à la politique. Le nouvel ordre de la puissance mondiale est basée sur un modèle de gouvernance qui se définit comme démocratique, mais qui n'a rien de commun avec ce que ce terme signifie. Le fait que ce modèle est, du point de vue de la puissance, plus économique et plus efficace, est prouvé par le fait qu'il a été adopté même par les régimes qui étaient jusqu'à tout récemment des dictatures. Il est beaucoup plus facile de manipuler l'opinion des gens par le biais des médias et de la télévision que d'avoir à imposer de façon permanente toutes les décisions au moyen de la violence. Les formes politiques que nous connaissions - l'état-nation, la souveraineté, la participation démocratique, les partis politiques, droit international - sont arrivées à la fin de leur histoire. Ils continuent à faire partie de nos vies comme des formes vides, mais la politique contemporaine prend la forme d'une « économie », c'est à dire un gouvernement de choses et d'hommes. Alors que notre seul recours est de penser d'un seul tenant, sur la base du principe que nous avons précédemment défini par l'expression, qui est d'ailleurs aussi obscure, de la « vie politique ».

L'état d'exception dont vous avez lié à la notion de souveraineté semble prendre aujourd'hui le caractère d'une situation normale, mais les citoyens sont toujours perdant face à l'incertitude de leur vie quotidienne : est-il possible d'atténuer ce sentiment ?

Nous avons vécu pendant des décennies dans un état d'exception, qui est devenu la règle, comme dans le cas de l'économie, dont la crise est l'état normal. L'état d'exception qui devait être limité dans le temps a pris la place du modèle normal de la gouvernance aujourd'hui et cela est vrai même dans les Etats qui se disent démocratiques. Peu de gens sont conscients du fait que les règlements de sécurité introduites après le 11 Septembre (ils avaient été mis en place en Italie depuis les années de plomb ) sont pires que ceux qui étaient imposés sur les livres sous le fascisme. Et les crimes contre l'humanité commis sous le nazisme ont été rendus possible par le fait que Hitler ayant pris le pouvoir et avait alors proclamé un état d'exception qui n'avait jamais été abrogé. Hitler, cependant, n'a pas eu les mêmes possibilités de contrôle (données biométriques, caméras de surveillance, les téléphones cellulaires, cartes de crédit) qui sont à la disposition de nos Etats contemporains. On pourrait très bien dire aujourd'hui que l'Etat considère chaque citoyen comme étant un terroriste virtuel. Cela peut avoir comme conséquence de diminuer et rendre impossible la participation à la vie politique qui est censée définir la "démocratie ". Une ville dont les places et les rues sont contrôlées par des caméras de surveillance ne peut pas être un lieu public : c'est une prison.

 l'avenir sera-t-il meilleur que le présent ?

L'optimisme et le pessimisme ne sont pas des catégories utiles pour la réflexion. Comme l'écrivait Marx dans une lettre à Ruge : « c'est précisément la situation désespérée qui me remplit d'espoir ".

16 août 2012

Traduit de l' espagnol traduction en Février 2014.

Traduit de l'italien à l'espagnol pour Rebelión par Susana Merino.

Source de la traduction en espagnol : http://www.rebelion.org/noticia.php...

Source de l'interview en italien : http://tinyurl.com/mvdztv4

J'ai mis cette entrevue simplement pour provoquer, et réfléchir au delà des dogmes, et croyances, ne vous méprennez pas, je ne pense pas que l'état nation soit une solution dans l'avenir, le passé ne permettant pas de prouver que la nation ait jamais été une émancipation vis-à-vis du pouvoir.
Je voudrais vous ramener aussi à un article que j'avais publié sur ago ici, qui, à sa manière remettait le fascisme dans une perspective plus "démocratique", le pouvoir quel qu'il soit a besoin d'une religion, d'une croyance et de zélotes.
A vos fusils, n'oubliez pas, il y aura convergence, en dehors des mythes et autre dogmes, de cela j'en suis convaincu.
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 décembre 2020 17:16

    Le culte du veau d’or est antérieur aux « religions révélées ».


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 8 décembre 2020 17:17

       « c’est précisément la situation désespérée qui me remplit d’espoir ». Je pensais qu’il s’agissait d’un titre de Robert Dany-Dufour. https://www.yapaka.be/video/video-covid-19-repenser-le-monde-pour-une-renaissance-20


      • Montagnais Montagnais 8 décembre 2020 18:35

        Yep ! .. Aucun bipède n’est sans religion, la plupart étant en adoration du « dieu » Mammon 

        De nos jours, Proprol, il s’agenouille devant l’or et la merde .. 

        Je cite pas mes sources, je me retrouverais avec l’article 75 au cul

        Heureusement, bipède, c’est pas une généralité

         Et le recours en grâce des dévastés du Kapitalisme Aurélien César ?

         Me Ne Frego

        NB : bien aimé vos passes avec dunklerSS


        • Bendidon Bendidon 8 décembre 2020 19:11

          Comme dirait le panda qui fut un certain temps le meilleur rédacteur de ce site et de loin : « c’est de la bouillie de chat »

           smiley


          • zygzornifle zygzornifle 9 décembre 2020 10:12

            Moi j’ai une Carte Dieu sans contact et au distributeur je retire des hosties, des missels, des crucifix, des fioles d’eau de Lourdes, des bénitiers et autres gadget religieux .... 


            • arthes arthes 9 décembre 2020 16:53

              L’entrevue date....Depuis 2012 à nos jours...Enfin, depuis le covid, le monde à changé, la géopolitique à changée, entre temps nous avons vu surgir une résistance au modèle démocratique libéral global qui voulait détruire les états nation avec l’émergence de ce qui est nommé« les populistes » en Europe et pas que, , d’ailleurs l’élection de Trump il y a 4 ans a rassemblé cet électorat, la Russie s’est renforcée, affirmée et à retrouvé sa place stratégique militaire sur l’échiquier mondial...

              Quant à « la vie nue » c’est ce que nous vivons actuellement, de manière transitoire, demain sera demain.

              Tiens je vais citer du Claudel, énigmatique : « Le pire n’est pas sûr »


              • arthes arthes 9 décembre 2020 16:56

                @Xéno

                Au fait, j’espère que cette fois tu auras le temps de venir intervenir sur les réactions ?


                • arthes arthes 9 décembre 2020 17:04

                  Lol, et puis en réponse à cela :

                  le pouvoir quel qu’il soit a besoin d’une religion, d’une croyance et de zélotes.

                  Actuellement, il y a bien une autre religion, celle du « covid » avec ses grands prêtres

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité