• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dieu n’existe pas mais peut-on s’en passer ?

Dieu n’existe pas mais peut-on s’en passer ?

 Un sacré permet d’imposer un absolu qui s’applique à tous, nantis comme démunis, bien que dans ce dernier cas les intérêts sont souvent opposés. Où le trouver ?

 

 Un être infini est souvent présenté comme capable des plus extraordinaires miracles : transformer l’eau en vin, frapper des rochers pour obtenir de l’eau, ressusciter des morts, guérir un paralytique… Ces exploits permettent à n’en pas douter d’attirer à soi de nombreux croyants. Mais le sacré est ailleurs : c’est l’Amour qui est la valeur suprême et les aspects miraculeux ne sont là que pour impressionner les chalands. L’Amour place les autres aspects du quotidien au second rang, mais c’est malheureusement un idéal difficile à approcher même au sein d’un couple, irréalisable à l’échelle d’une société. L’existence de Dieu est questionné, pas son utilité : définir un Mal et un Bien permet de prendre des décisions claires d’autant plus utiles qu’elles sont binaires.

 Il est difficile de vouloir remplacer l’Amour comme sacré indépassable. Une devise comme « Liberté, Égalité, Fraternité » comporte trois notions antagonistes prises isolément. L’égalité empiète forcément sur la liberté ; la fraternité, une forme dégénérée de l’amour, cohabite difficilement avec les deux autres. L’Amour englobe les trois volets et rend le tout encore plus inaccessible.

 Dieu-Amour étant supposé mort, des autocrates tentèrent de le remplacer dans les esprits dans le même objectif : imposer la cohérence d’une multitude d’êtres uniques. Ils furent terrassés par les tenants d’une vertu émergente, la Démocratie.

 Le caractère sacré d’une démocratie se manifeste pour l’essentiel par la tenue d’élections dans lesquelles le peuple peut exprimer ses choix en nommant des représentants. En France, les électeurs entre 25 et 34 ans, comme les ouvriers de tous âges, s’abstinrent à 65% lors d’une votation récente. Plus généralement, plus les revenus des électeurs sont faibles, moins les gens se déplacent pour voter. Aux USA, environ 100 millions d'Américains ont choisi de ne pas choisir en les deux candidats proposés, soit quasiment un électeur sur deux. La sociologie des abstentionnistes est la même qu’en France : plus on baisse en âge, en niveau de revenu, en niveau de diplôme, plus on s'abstient. Au Japon, aux élections législatives, la participation n’a guère concerné qu’un électeur sur deux. On retrouve là encore un fort désintérêt des jeunes pour les élections mais aussi une défiance des électeurs envers la politique.

 Le sacré n’existe que si l’on y croit, et à cet égard les démocraties électorales, partout dans le monde, ne sont pas ou plus considérées comme sacrées et n’offrent donc plus ce cadre indépassable que tous doivent respecter, les riches comme les pauvres, en particulier. La sécularisation de Dieu ne fonctionne pas : les gens préfèrent leurs intérêts à l’intérêt général.

 Les pays les plus religieux ont généralement le plus petit revenu national : Ghana, Nigeria, Roumanie, Kenya, Afghanistan… Les moins religieux sont généralement les plus aisés, par exemple la France, le Japon, la Suède, l'Allemagne ou les Pays-Bas. C’est la satiété qui tue le Dieu-Amour bien mieux que les philosophes, les libres penseurs, les idéologues ou les Hommes politiques. C’est cette même satiété qui fait que la démocratie s’évanouisse comme tout autre valeur collective dans les pays repus. Dieu n’est indispensable qu’à ceux qui n’ont rien car il leur fournit la seule chose dont ils ne peuvent pas se passer : l’espoir d’un ailleurs sur terre ou autre part. Les démocraties électoralistes ne fournissent plus l’espoir que l’existence de chacun a un sens, une utilité quelconque. Les strates sociales nantis qui croient avoir compris que le paradis c’est maintenant et ici bas ne partagent pas grand-chose de matériel avec les plus démunis mais sont cependant de fervents gardiens des rites religieux qui incarnent l’autorité, leur autorité.

 La Déclaration universelle des droits de l'homme devrait servir de cadre moral à toute action ou agissement. Elle ne fait appel à aucune valeur transcendante mais constate que le mépris des droits de l'homme conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l'humanité. Par habileté plus que par conviction, tous ou presque adhérent verbalement à ces principes : quelques un les appliquent, certains autres les utilisent au contraire comme une arme de combat, mais personne n’y voit un impératif absolu. 

 Une civilisation sans sacré ne peut que mourir, non pas que le sacré indique la bonne direction mais parce qu’il indique une direction que personne ne conteste. Dieu, la République, la Démocratie, les Droits de l’Homme ne fascinent plus les foules en proie à maints problèmes existentiels. L’Amour et ses succédanés moins ambitieux n’étant plus de mise, il est nécessaire de convaincre autrement que par l’exemple pour obtenir un ordre qui doit être planétaire. Des sacrifices s’imposent : changements de mode de vie, rationnements des sociétés de consommation, transitions énergétique, économique, sociétale sont à l’ordre du jour.

 La révolution numérique comporte divers volets de hauteurs révolutionnaires inégales. Cependant, la possibilité de stocker et de traiter d’immenses bases de données recueillies à chaque instant sur tout individu, tout groupe, toute entreprise au sein d’une société hautement connectée représente une avancée considérable pour établir un régime totalitaire idéal et inédit par ses performances. Les méga-données (Big Data) une fois traitées par des algorithmes adaptés fournissent des mines de renseignements sur la vie professionnelle, privée, intime, sur les opinions, les tendances, l’état de santé d’un individu donné ou d’un groupe d’individus. Les possibilités techniques actuelles permettent d’ores et déjà d’aller plus loin et de prendre des décisions sans intervention humaine. Une intelligence artificielle capable d’auto-apprentissage puisant dans une immense base de données tout ce qui lui est nécessaire pour déterminer un profil d’un homme, d’une famille, d’une communauté lui permet de prendre toute décision souhaitable : le sacré 2.0 est né, aussi inaccessible et beaucoup plus fiable que celui qui hantait les cieux avant lui. Le degré d’incompréhension des méthodes utilisées est tellement profond, les résultats obtenus sont tellement étonnants qu’il est possible de parler de miracles : l’algorithme devient surnaturel. La Raison ne permettant plus de trouver des solutions pour vivre dans le réel, il faudra vivre dans un monde virtuel forgé par un ordinateur.

 Pour leur salut, tous et toutes s’en remettront au Dieu-Googol, celui qui règne sur les corps comme sur les 10 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 000 esprits.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

125 réactions à cet article    


  • Massada Massada 24 avril 15:35

    42...........


    • Jean Roque Jean Roque 24 avril 15:50

      Plutôt simplet, c.a.d de gôôôche, l’article du CNRS... smiley
       
      Leibnitz disait que Dieu avait rempli le néant de 0 et de 1
      La Chine est le pays le moins croyant au sens occidental monothéiste (le bouddhisme n’étant qu’une discipline et respect des ancêtres et de la Nature comme le confucianisme, le taoïsme qui ont tous + où - fusionné).
      Les algorithmes heuristiques ne font que reproduire l’existant, puisqu’ils analysent les données de l’existant, une sorte de garantie absolue du statu quo capitaliste
      Quand au sacré futur il est évident dans la surponte mondiale, la découverte de l’immortalité, la destruction de l’espace vital :
       
      « Avec la technique, la neutralité spirituelle a rejoint le néant spirituel. Après avoir fait abstraction de la religion et de la théologie d’abord, puis de la métaphysique et de l’État, on semble à présent faire abstraction de toute culture et avoir atteint la neutralité de la mort culturelle [...] Le processus de neutralisation progressive des divers domaines de la vie culturelle touche à sa fin parce qu’il a atteint la technique. La technique n’est plus un terrain neutre [...] toute politique forte se servira d’elle [...] Il n’y aura de jugement définitif que l’on aura constaté quelle espèce de politique est assez forte pour s’assujettir la technique moderne et quels sont les véritables regroupements en amis et ennemis opérés sur ce terrain nouveau »
      Carl Schmitt La notion de politique.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 17:52

        @Jean Roque
        Ce que dit M. Schmitt est exact mais mon propos était le sacré.


      • Jean Roque Jean Roque 24 avril 20:39

        Schmitt, Peterson, Blumenberg, des auteurs si vous voulez parler de théologie politique (l’état, la patrie, la nation comme réification du sacré religieux). Désenchantement du monde de Marx et Weber dans la rationalisation technicienne et le froid payement comptant. Transfert de la médiation ecclésiale sur l’état Hobbes, Spinoza.
        D’où la contradiction, l’illusion de croire voir un monde athée.
         
        « Religieux, les membres de la société civile le sont en raison du dualisme qui sépare vie individuelle et vie générique, vie de la société civile et vie politique » 
         
        LQJ Marx fait du Hegel...
         
        « La théologie a tout d’abord ce sens : il s’agirait de connaître Dieu comme le Dieu seulement objectif, absolu, qui demeure absolument dans la séparation vis-à-vis de la conscience subjective et est ainsi un objet extérieur – en pensée il est vrai – comme le soleil, le ciel, etc., sont de tels objets extérieurs de la conscience, l’objet ayant alors pour détermination permanente d’être quelque chose d’autre, d’extérieur.
        En opposition à cette manière de voir, on peut présenter le concept de la religion absolue de telle manière que ce dont il s’agit, l’essentiel dont il s’agit n’est pas cet extérieur, mais la religion elle-même, c’est-à-dire l’unité de cet objet avec le sujet, la manière dont cet objet est dans le sujet. »

        Leçons sur la Philosophie de la religion. Hegel
         
        Et dans ce désenchantement (citation de C Schmitt) apparaît le transhumain, le sacré de la Technique, et son état pas bobo :
         
        “L’État total, est celui qui assigne l’orientation de toutes les forces individuelles vers la finalité de l’espèce” Fichte

         

         


      • Jean Roque Jean Roque 24 avril 21:09

        droitdelhommisme sécularisation du modèle chrétien, égalité devant Dieu devient égalité devant la Loi (vu par Nietzsche)
        Globalisme bobo = unité de l’Humanité des Béatitudes
        Matérialisme réaliste, positivisme et pragmatisme = péché originel
        Salut futur du progrès = eschatologie
        Contrat libéral = Alliance protestante (Weber)
        Main invisible du Marché = Providence
        Droit = Dieu
         
        En plus récent Gauchet dit que le monde du bobo gocho n’est que religion (voir sa croyance en l’essence humaine universelle, anti-racisme et bientôt l’essence du sacré vivant universel ! dévot anti-spécisme)
         
        Et la puissance de la Technique est don de Dieu... et cyborg à son image ;
         
        « idées chrétiennes devenues folles » Chersterston


      • Jean-Yves TROTARD Jean-Yves TROTARD 25 avril 12:38
        @Jean Roque


                           Pas GOGOCHON ?

      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 avril 13:39

        @Jean Roque
        Merci pour les références.


      • Ouallonsnous ? 24 avril 17:19

        Ces écrits non signés, non datés et mis à jour au fur et à mesure des exigences des événements par rapport aux oligarchies régnantes du moment, sur les quels sont basées les religions, en résumé la propagande de base qui divise les humains depuis 2000 ans pour le christianisme, 1400 pour l’islam et 150 à 200 pour le judéo sionisme !

        Vous avez votre réponse, dieu n’existe pas bien sur, mais, les « élites » des sociétés humaines, l’ont inventé, et même en ont inventé plusieurs pour mieux diviser les peuples et les faire s’affronter au lieu de collaborer les uns avec les autres !


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 17:54

          @Ouallonsnous ?
          Les élites dont vous parlez auraient été incapables d’inventer une notion comme Dieu ;


        • Ouallonsnous ? 24 avril 18:18

          @Jacques-Robert SIMON

          Vous avez une propension à regarder le doigt de celui qui vous montre la Lune ?


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 19:41

          @Ouallonsnous ?
          Je ne réponds qu’aux questions concernant le texte.


        • Ouallonsnous ? 24 avril 20:02

          @Jacques-Robert SIMON

          Chochotte, va !


        • Odal GOLD Odal GOLD 27 avril 01:09
          @Ouallonsnous ?
           
          Au contraire.
          Dieu existe et les dieux aussi.
          C’est comme ça que je le ressent, et puis voilà.
          Cela dit, à force d’en parler et de se revendiquer d’eux pour asseoir leur propre pouvoir, certains vont peut-être tomber dessus ?
           
          Et personnellement je préfère ne pas trop les approcher ni trop savoir. Trop de Soleil peut bruler, dit-on aussi ?? 
           
          Et aussi : 
          « Il paraît que nous sommes des homo-sapiens, mais tout autour de nous dans l’univers immense, il y a les homo-divins. Et il y a entre eux et nous la même différence qu’il y a entre nous et les Orang-outang.

           Ils nous dressent parfois à faire des tours de cirque, qui font qu’en apparence nous nous approchons d’eux. »

          >> https://www.odalgold.com/ainsi-je-singe-les-homo-divins

            


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 27 avril 01:17

          @Odal GOLD

          Perso si ça peut baiser comme chez les bonobos , suis preneur.


        • Matlemat Matlemat 24 avril 17:27

          Croire en dieu n’incite pas à réfléchir et on a pas besoin de religion pour avoir quand même le sens de la morale. Et il faut être vraiment naïf pour croire à des textes écrits y a des siècles voire des millénaires.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 17:55

            @Matlemat
            Une croyance n’a aucun intérêt, mais la foi peut quelquefois permettre des miracles.


          • shayologo 25 avril 13:47

            @Matlemat
            Faut vraiment être idiot pour croire que la terre est ronde, que Jules césar a conquis la gaule

            que l’esclavage ai pu exister
            Faut surtout pas croire les textes écrits il y a plusieurs siècles, dans 50 ans la première guerre mondiale n’aura pas existé !

          • sls0 sls0 24 avril 17:44

            Sur un autre article on discutait de quel texte sacré lequel poussait le plus au crime.

            Dans la bible Jehovah est directement responsable de 160 assassinats, a ordonné 2.270.365 assassinats.
            Avec les initiatives style Josué ça tourne autour de 25 millions, à l’époque la population mondiale tournait autour de 150 millions.
            Comme la bible est une fiction, il n’y a pas eu d’homicides du moins avant Josias le promoteur de la bible.

            Comme message d’amour il y a mieux quand même.

            Quand on regarde l’interprétation du message d’amour, guerres de religion et bulles papales qui on permis pas mal d’excès on arrive à 339 millions de victimes.

            Comme message d’amour, il y a franchement mieux.

            La démocratie fonctionne tant que le peuple va dans le sens du 1% les plus riches.
            Ah si, les avantages sociaux d’après guerre, c’était en pleine démocratie, oui c’est vrai mais un bon paquet du 1% pour se faire un max de fric avait choisi le mauvais coté, une dicrétion d’une décennie ou deux ça valait mieux.

            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 18:00

              @sls0
              Rejeté-je vos vertus ? Je rejette vos vertueux !


            • Jonas 24 avril 19:24

              « Dieu n’existe pas »

              Si Dieu n’existe pas...comment avez-vous été créé ?


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 24 avril 19:43

                @Jonas
                Cet aspect relève de la Chimie, ce n’est pas si compliqué que cela.


              • sls0 sls0 24 avril 20:17

                @Jacques-Robert SIMON
                Des créationistes il y en a aussi sur agoravox, bon courage pour les prochains échanges avec ce bon Jonas.


              • Jonas 24 avril 20:21

                @Jacques-Robert SIMON « Cet aspect relève de la Chimie, ce n’est pas si compliqué que cela. »

                Pas si compliqué ?
                Tous ces atomes, ces molécules nécessaires à la chimie...ils viennent d’où ?


              • cassini 25 avril 06:14

                @Jonas


                Ces molécules viennent de Dieu et comme ça ne renseigne pas sur l’origine de Dieu on n’est pas plus avancé, d’où la tentation de l’athéisme smiley
                Vous me faites penser à la Mouche du Coche qui refusant l’évolutionnisme nous brise les gonades avec d’autres question infantiles. 

              • Jonas 25 avril 07:49

                @cassini "Ces molécules viennent de Dieu et comme ça ne renseigne pas sur l’origine de Dieu on n’est pas plus avancé, d’où la tentation de l’athéisme"

                Tous les scientifiques savent que la création spontanée n’existe pas.
                Si ces atome et molécules existent, c’est qu’ils viennent d’une cause première immatérielle, intemporelle, non-spatiale, non contingente, sinon, elle aurait elle-même une cause, et ne serait donc pas cause première.
                Seul DIEU répond à cette définition.


              • Trelawney Trelawney 25 avril 08:06

                @Jonas
                Si Dieu est à l’origine des atomes et molécules, et de la vie qui en découle, la vrai question est : Qu’a-t-il fait avant ?


              • cassini 25 avril 08:11

                @Jonas


                La science n’a aucune idée de la cause des choses, ni même si la notion de cause a une signification hors des apparences proches. En revanche des plaisantins ont une idée très exacte et sûre de tout, qu’ils appellent Dieu, Je dis des plaisantins par politesse car ce sont souvent des cyniques auquel leur Dieu donne comme par hasard des droits de propriété spéciaux.

              • zzz999 25 avril 08:29

                @Jacques-Robert SIMON

                Cet aspect relève de la Chimie, ce n’est pas si compliqué que cela.

                Ce qui revient à croire qu’en secouant un tas de ferraille pendant un milliard d’années il pourra probablement se transformer en avion de ligne.... HA HA HA !! à part ce sont les croyant en DIeu les idiots !

                Juste une réflexion en passant sur l’évolution qui suppose une adaptation progressive des organes d’une espèce : comment explique t’elle le fonctionnement de certains processus organique comme la digestion qui exigent l’action SIMULTANEE de plusieurs organes et fonctions préexistants et sans lesquels l’espèce ne peut se perpétuer donc continuer à expérimenter l’évolution ?


              • cassini 25 avril 09:06

                @zzz999


                ======================
                comment explique-t-elle [l’évolution] ceci ou cela...
                ======================

                La connaissance positive en l’an de grâce 2019 n’explique encore que peu de choses. Cela n’empêche pas des guignols d’expliquer tout par une cause surnaturelle elle-même inexplicable, inexplicables aussi étant ses interactions avec le monde matériel en vue de faire apparaître la vie et la pensée. Bonjour chez vous. 


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 avril 09:20

                @Jonas
                Votre question revient à chercher l’origine d’un cercle.


              • lacsap151 25 avril 09:44

                @Jacques-Robert SIMON
                Pas si compliqué que cela ?
                Je vous trouve bien présomptueux. Quand on soumet la question :< Est-ce qu’il y a une intelligence qui est à l’origine du monde et qui le contrôle depuis toujours dans le moindre de ses détails ou bien est-ce que tout cela procède du hasard ( d’une distribution aléatoire donc) qui sont les deux seules alternatives possibles >, on a le raisonnement suivant.

                 . S’il n’y a que deux possibilités à l’explication de l’émergence et à la pérennité de la vie ; ou il y a une force consciente ( Dieu, pour faire simple et quelque soit les représentations qu’on met derrière ce mot) dont la volonté contrôle tout le processus, ou le monde a émergé du néant ( notion à définir ) et continue à se manifester selon une distribution aléatoire.
                La probabilité qu’un système aussi complexe que l’univers, avec toutes les « constantes » physiques identifiées par la science continue à se manifester selon une distribution aléatoire est nulle ( trop de paramètres, depuis trop longtemps, dans des espaces infinis...). Quand la probabilité d’un événement est nulle, la probabilité de son événement contraire est certaine, 1 ou 100%. L’événement contraire à ;< le monde n’a pas de sens, vient du néant et chacun d’entre nous n’a aucune raison de se soucier de rien ni à essayer de comprendre quoi que ce soit ..> est :< il y a une volonté intelligente à l’origine de tout cela et nous pouvons en comprendre le sens, ou, au moins essayer, de savoir de quoi il s’agit>.  
                A la question :< Croyez vous en Dieu ?> Einstein aurait répondu ;< Toute personne sérieusement impliquée dans la recherche scientifique finira par comprendre un jour ou l’autre, qu’un esprit se manifeste dans les lois de l’univers, un esprit infiniment supérieur à l’homme >. 
                Les gens qui vivent sans savoir ni comment ni pourquoi, et qui la plupart du temps ne se posent aucune question ont moins de conscience qu’un bulot. Et ceux qui se satisfont de réponses incomplètes en pensant avoir tout compris sont pathétiques.
                Nous vivons une aventure incroyable dont nous sommes loin d’avoir fait le tour et nous invite au dépassement permanent dans une humilité indispensable. Ce qui manque cruellement à beaucoup.

              • zzz999 25 avril 12:39

                @cassini

                Inexplicable à votre point de vue d’homo sapiens du 21e siècle très limité qui s’imagine que le principe de causalité est partout valable, ce qui n’est pas démontré.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 25 avril 13:44

                @zzz999
                La « vie » au sens chimique exige un apport d’énergie, des réactions chimiques avec rétro-action et des catalyseurs (enzymes). Ainsi il est possible de construire une horloge chimique qui change périodiquement de couleur à partir de milieux homogènes. Pour les avions, ça peut prendre un peu plus de temps.


              • shayologo 25 avril 13:49

                @Trelawney
                Avant quoi ? Théorie de la relativité : le temps existe seulement dans le révérenciel de la conscience humaine


              • jjwaDal jjwaDal 25 avril 15:19

                @Jonas
                Les tirades du genre « Quelque chose EST, qui ne peux pas ne pas être, n’est causée par rien et est la cause (initiale) de tout » sont à la portée du premier philosophe ou théologien venu. On ne fabrique pas un univers avec des concepts issus de la philosophie et la théologie. Il faudrait déjà pouvoir prouver une hypothèse inimaginable il y a peu, à savoir que ce que nous prenons pour un univers authentique, n’est pas simplement une simulation informatique poussée, conçue par des « gens » bien plus futés que nous.
                Ce que nous prenons pour lois de la physique pourraient n’être que les règles du « jeu » (de la simulation) et n’avoir que des valeurs relatives pour un observateur.
                Mais même si cette hypothèse était vraie, la recherche récente montre que même des notions qui nous paraissaient évidentes, comme le vide, ne le sont nullement. Qui sommes-nous pour décider que toute chose a par nécessité un géniteur, que le néant absolu a dû nécessairement exister et que à « un moment », « quelque part », quelque chose a surgit de « rien ».
                Qui sommes-nous pour juger que le néant est une notion valide en physique ? Après tout, philosophie et théologie pouvaient concevoir une vitesse d’un million de km/s, une température de -1000 °C, une planète d’un million de km de diamètre. La Nature, nous dit d’aller jouer ailleurs et que ça ne se passe pas comme ça.
                Dieu est un concept passe-partout quand on n’a pas de réponse à une question et la flemme de chercher la réponse.


              • Pascal L 25 avril 16:41

                @Jacques-Robert SIMON
                « Cet aspect relève de la Chimie, ce n’est pas si compliqué que cela. »

                Certes, cet aspect chimique existe mais ne peut pas expliquer comment cela est arrivé.
                Darwin avait de bonnes intuitions et explique en partie l’évolution mais se heurte à un problème mathématique qu’il ne pouvait pas connaître : Le hasard seul ne peut pas expliquer l’évolution.
                En gros, le problème avec le hasard, c’est qu’à partir du chaos, il ne peut créer que plus de chaos. Même avec un processus de sélection naturelle, cela ne peut expliquer la croissance de la complexité. Or nous vivons dans un système dont la complexité n’a pas arrêté de croître depuis le Big-Bang.
                Qu’est-ce qui peut expliquer aujourd’hui cette croissance de la complexité. Nous n’en savons rien et je vous laisse la lecture du livre de Claude Tresmontant : « Sciences de l’Univers et problèmes métaphysiques » pour patauger dans le sujet.
                La conséquence est que nous devons rester humbles devant les connaissances scientifiques que nous n’avons pas.

                Sur l’existence même de Dieu, nous n’avons pas grand chose sinon des centaines de milliers de témoignages de l’interaction entre ce que nous pouvons appeler Dieu et l’humanité. Nous ne connaissons pas sa nature qui ne se laisse pas mesurer, mais nous ne pouvons conclure à son inexistence comme pour la théière de Russell, tout simplement à cause du nombre de témoignages.
                Personne ne vous demande de tenir ces témoignages pour vrai, mais vous pouvez y appliquer une méthode scientifiques qui permette de tirer des quasi-certitudes, à l’instar des historiens qui se basent également sur des témoignages. En fait les certitudes s’obtiennent lorsqu’il existe une convergence entre des témoignages qui s’appliquent à des domaines différents. Ainsi pour les historiens, la convergence des travaux des archéologues, des linguistes, des philologues... permet de se construire des certitudes.

                La Bible elle-même est un ensemble de témoignages et doit être étudiée dans ce sens. Il est possible de s’adresser directement à nos contemporains puisqu’il semble que ces interactions n’ont jamais cessé. Parmi ces témoignages, les guérisons posent le plus de question, car il s’agit d’une interaction de quelque chose qui n’est pas constitué d’atomes avec notre monde des atomes. Je veux bien admettre qu’il existe une explication rationnelle, mais cela remettrait complètement en cause notre vision de la maladie. J’ai assisté plusieurs fois à des guérisons sans trucages et je n’ai pas d’autre explication que la présence réelle de Dieu. Comme il n’y a aucun témoins, vous ne serez pas obligé d’y croire, mais pour la personne guérie, cela fait un choc.

              • Jonas 26 avril 00:11

                @cassini " En revanche des plaisantins ont une idée très exacte et sûre de tout, qu’ils appellent Dieu, Je dis des plaisantins par politesse car ce sont souvent des cyniques auquel leur Dieu donne comme par hasard des droits de propriété spéciaux. "

                Je parle de simple logique mathématique. SI la création spontanée n’existe pas, c’est qu’une identité immatérielle, intemporelle, non contingente a donné naissance à l’Univers.
                DIEU.


              • Jonas 26 avril 00:24

                @jjwaDal « Qui sommes-nous pour décider que toute chose a par nécessité un géniteur, »

                C’est LE principe fondamental de la pensée scientifique rationnelle.
                Si pour vous cela n’est pas vrai, alors vous êtes un religieux, ou un superstitieux.

                -------------------------------
                Qui sommes-nous pour décider que le néant absolu a dû nécessairement exister et que à « un moment », « quelque part », quelque chose a surgit de « rien ».

                Vous considérez donc que notre Univers serait Éternel, et qu’il existe depuis l’infini.
                Je rappelle que l’infini est un concept mathématique, qui permet d’idéaliser des concepts physique, mais pour les scientifiques, il n’est pas attaché au réel. Il n’existe rien d’infini dans le monde réel.


              • pemile pemile 26 avril 00:35

                @Jonas "SI la création spontanée n’existe pas, c’est qu’une identité immatérielle, intemporelle, non contingente a donné naissance à l’Univers.« 

                Et SI elle existe ?

                Une »soupe« d’eau, de méthane, d’ammoniac et de dihydrogène »stimulée" par des arcs électriques crée bien des molécules organiques, non ?


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès