• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Doit-on encore considérer la Turquie comme allié et partenaire économique (...)

Doit-on encore considérer la Turquie comme allié et partenaire économique fiable ?

 

Par un boycott des produits Français, le chef d’Etat Turc mobilise des pays Arabo-musulmans contre la France de façon insultante et mensongère. C’est inacceptable et pose désormais la question de l’alliance politique et militaire au sein de l’OTAN, ainsi que le partenariat économique avec ce pays et ceux qui lui ont « emboîté le pas ».

JPEG

Des propos inacceptables et des sanctions à la Turquie d’Erdogan s’imposent

L’attitude de Mr. Erdogan, avec sa nouvelle marotte qui consiste à tenir des propos insultants et mensongers à l’égard du Président en présentant les Français comme un peuple islamophobe, est inadmissible. Boycotter également les produits Français devrait poser le problème du partenariat commercial avec la Turquie. Mais au-delà se pose préalablement le problème de son alliance politique et militaire au sein de l’OTAN.

De même, tant qu’Erdogan sera au pouvoir de la Turquie il faut stopper également les processus d’adhésion. Avec 83 millions d'habitants en 2020, la Turquie serait le deuxième pays le plus peuplé de l'UE derrière l'Allemagne ce qui lui donnerait une place importante dans les institutions européennes où le poids démographique des États est pris en compte dans les méthodes de prise de décision ;

Il faut également que l’aide de pré-adhésion à l’UE soit immédiatement suspendue. L'aide financière que l'UE a prévu d'octroyer à la Turquie de 2007 à 2020 au titre de l'instrument d'aide de pré-adhésion (IAP) s'élève à plus de 9 milliards d'euros.

Pourquoi ne pas se passer également du parapluie militaire des USA, en mettant fin à l’OTAN et isoler, ainsi militairement la Turquie ?

Doit-on maintenir l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) ? Pourquoi ne pas profiter des exigences qu’avait exprimé TRUMP sur le financement, lorsqu’il réclamait un effort supplémentaire de ses alliés Européens et exigeait qu’ils respectent l’engagement pris en 2014 de consacrer 2 % de leur PIB à leurs dépenses de défense en 2024. Quand Ensuite, c’était 4 % du PIB qu’il leur demandait de consacrer à la défense. Une quinzaine d’Etats membres, dont l’Allemagne, le Canada, l’Italie, la Belgique et l’Espagne, étaient sous la barre de 1,4 % en 2018 et seront incapables de respecter leur parole, ce qui ulcère le président américain. Toutefois pour se rapprocher de l’objectif des 2 % de leur PIB consacrés à la défense, l’Europe et le Canada sont tenus de verser 100 milliards de dollars (85 milliards d’euros) supplémentaires en 2020.

A son arrivée au pouvoir en 2017, Donald TRUMP ne se cachait pas qu’il souhaitait que les Européens se « débrouillent » pour assurer leur sécurité et ne cessait de « marteler » que les Américains n’ont pas à financer la défense des Européens. C’est l’unique sujet que le président républicain avait soulevé à propos de l’OTAN. Ainsi, la France n’aurait-elle pas en profiter pou ressortir de l’alliance militaire Transatlantique afin créer une dynamique permettant sa dissolution  ? Ce qui aurait eu pour effet la nécessité d’une mise en place d’une vraie défense Européenne. Elle n’aurait pas forcément coûté plus cher que l’actuelle part de financement de chacun des Etats de l’UE à l’OTAN. Une défense Européenne va s’avérer de plus en plus indispensable face aux effets de la crise écologique, des problème démographique, l’immigration économique et climatique, épuisement de l’eau et des énergies fossiles à accès facile, le tout agrémenter par la progression d’un islamisme politique et violent, dont la Turquie semble très bien s’accommoder pour agresser la France...

Tant qu’Erdogan et son parti musulman de l’AKP, avec l’extrême droite fascisante, exerceront le pouvoir en Turquie, les rapports normaux avec la France (et l’UE) seront compromis.

Ne pas réagir aux propos insultants et mensongers d’Erdogan, ce serait faire preuve d’une faiblesse que l’on risque de payer cher à terme, y compris avec les autres pays Européen. On ne peut laisser ce personnage prendre tranquillement la tête d’une coalition des pays Arabo-Musulmans dans une campagne de dénigrement et de boycott des produits Français, au prétexte que par le pétrole ils peuvent imposer leur propres règles sur fond cultuel d’islamisme politique et violent. Encore faudrait-il rappeler à ces éminents défenseurs du Coran et des écrits imputables au prophète, s’il est interdit de publier un portrait de Dieu, cela ne s’applique pas au prophète, car il n’est pas un Dieu, mais un homme.

La France, avec le soutien des autres pays Européens doit s’atteler au démantèlement de l’influence Turque d’Erdogan au sein des pays du monde musulmans, notamment en jouant sur les divergences entre Sunnites et Chiites. Si par son appartenance aux « frères musulmans » Erdogan peut compter sur l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweit, il n’en va pas de même avec l’Iran (même s’il appelle au boycott des produits Français), l’Irak Chiites et la Syrie chiite-alaouite. Ne pas oublier que la Turquie et d’autres pays d’islam ont plus besoin de la France et de l’UE que la France et l’UE ont besoin d’eux. Même la Turquie, dont un désengagement économique de la France, bien qu’au début cela peut poser quelques problèmes, c’est surtout la Turquie qui en pâtirait le plus, il suffit d’observer quelques chiffres ci-après.

Aider l’opposition Turque d’Erdogan et surtout éviter de faire l’amalgame avec la diaspora Turque en France et dans l’UE

Il faut rendre impossible le rêve expansionniste de la Turquie par Erdogan. L’empire Ottoman ne peut renaître de ses cendres et dans leur intérêt, c’est Mr. Erdogan que les Turques doivent faire disparaître de la scène politique, grâce à un soutien fort qu’il convient d’apporter aux partis politiques d’opposition. Contrairement à ses amis d’Arabie Saoudite ou du Qatar il ne peut empêcher l’opposition d’exister et de s’exprimer, ainsi que d’avoir de plus en plus de soutien de la population. Même si la vie de l’opposition n’est pas aisée, elle existe et a marqué le pas, lors des dernières élections municipale de 2019, en remportant de nombreuses grandes villes...

Par ailleurs, entre des sanctions politiques et économiques à la Turquie de Erdogan, et le soutien à l’opposition, la diaspora Turque en France, comme dans les autres pays de l’UE, ne doit surtout pas faire l’objet d’amalgames vindicatifs comme si on la rendait complice de la politique du chef de l’État Turc. Ce serait injuste, inacceptable et de plus offrirait des arguments à Erdogan.

Avec Erdogan, la Turquie ne peut plus être considérée comme un allié politique et un partenaire économique fiable

On peut aussi s’interroger : Mr. Erdogan, qui n’a pas eu un mot de compassion lors de l’assassinat islamiste du professeur Samuel Paty, ne traduisait-il pas de sa part une sympathie à l’égard du criminel islamiste ?... Ce n’est pas une réaction tardive de sa part qui lèvera totalement le voile. Il est vrai que Mr. Erdogan était plus occupé à réfléchir aux invectives qu’il allait adresser au président Français, auquel il préconisait « des examens de santé mentale », avant de rajouter : « Quel est le problème de cette personne qui s’appelle Macron avec les musulmans et l’islam ? ». Ces insultes teintées d’allusions mensongères islamophobes avaient été prononcées dans son discours à l’adresse des délégués de son Parti de la justice et du développement (AKP, islamo conservateur).

Par les appels au boycott des produits Français, en cas de réaction de la France n’est-ce pas, la Turquie qui risque d’en faire les frais ?

Par rapport à l’appel au boycott des produits Français de la part de la Turquie, d’après CCI- France Turquie, en 2019, si les exportations françaises en Turquie reculent pour la 4ème année consécutive, les exportations Turques en France poursuivent leur progression depuis 7 ans.

Avec un total de 5,944 milliards d’euros, les exportations Françaises en Turquie ont reculé de moins 0,7% par rapport à 2018. Le recul des postes « Construction aéronautique », moins 30,9 %, c’était le 1er poste des exportations française en Turquie en 2018 et Automobile (construction et équipements), moins 11,1%, en est la principale raison. A l’exclusion des postes « Produits chimiques divers », « Coutellerie, outillage, quincaillerie et ouvrages divers en métaux », « Déchets industriels », « Métaux non ferreux » et « Machines diverses d'usage spécifique » les autres 17 principaux postes des exportations françaises en Turquie se tiennent bien et sont tous en hausse, ce qui confirmait la reprise au dernier trimestre 2019.

Si les exportations Française en Turquie reculent depuis 4 ans, les exportations Turques en France poursuivent leur progression en 2019, et ce pour la 7ème année consécutive. Avec un volume de 8,732 milliards d’€, soit un déficit pour la France de 2,788 Milliards d’euros, les exportations Turques ont enregistré une augmentation de plus 9,0% par rapport à 2018. Et cela en raison de la hausse des 3 principaux postes d’exportation : « Produits de la construction automobile », 1er poste avec 30,9% du total des exportations turques en France, ce qui représente une hausse de 9,6% par rapport à 2018, « Articles d'habillement » 2ème poste avec 14,0%, plus 6,7% et « Appareils ménagers » 3ème poste avec 5,1% ; plus 22,3%. La France occupe le 7 eme rang des exportations Turques. A lire  : https://www.ccift.com/actualites/n/news/les-echanges-commerciaux-franco-turcs-en-2019-sont-en-hausse-de-46-par-rapport-a-2018-en-raison-de.html

La France doit se désengager de certaines dépendances économiques

Pour se désengager de la dépendance économique de la Turquie, en particulier par rapport à l’industrie automobile, vêtements, et appareils ménagers, un besoin pressant de relocaliser et chercher d’autres pays partenaires économiques s’impose désormais,. Pour les pays qui se joignent à la Turquie pour boycotter les produits Français, Arabie-Saoudite, Qatar, Koweit, la dépendance du pétrole doit également être revue à la baisse. Les économies drastiques de pétrole qui seront imposées par le prolongement inévitable de la crise sanitaire du Covid-19, avec la réduction des mobilités, et les nouveaux rapport au travail, notamment par le télétravail, ainsi que la diversification des approvisionnements, doivent y contribuer...

L’UE doit reconsidérer la politique migratoire et cesser de se plier au chantage d’Erdogan sur les immigrés qui sont sur son sol

En 2019, la Turquie abritait encore près de 4 millions de réfugiés, essentiellement syriens, sur son territoire et fait ainsi office de « frontières extérieures » de l'Union européenne. Pour cette année, l'UE va soutenir, une nouvelle fois, le régime d'Erdogan à hauteur de 485 millions d'euros, ce qui correspond à la deuxième tranche des 3 milliards d'euros de facilités convenue au titre de l'aide aux réfugiés. Depuis 2016, l'UE a consacré 1,45 milliard d'euros aux réfugiés en Turquie. Au total, 1,5 million de réfugiés en Turquie bénéficient de ce programme humanitaire. En contrepartie de ce « plan d'aide social d'urgence » les autorités turques acceptent de garder tous les réfugiés tentant d'entrer en Europe par la Grèce. Cela n’empêche pas pour autant que des vagues d’immigrés entrent quand même en Europe.

Accepter de conserver sur son sol les immigrés, essentiellement Syriens, avec une forte probabilité d’opposants islamistes djihadistes au régime d’Assad, peut ainsi être un commerce juteux pour Erdogan, son parti et ses alliés d’extrême droite fascisants.

Aujourd’hui vu la situation, c’est avec la Syrie et son gouvernement que des relations diplomatiques doivent être rétablies et un accord trouvé pour le retour des migrants Syrien sur son territoire. A charge de cet Etat de gérer leur situation conformément au Droit international. « Décharger » la Turquie du poids des migrants, dont la grande majorité doit être « retournée « à leur pays d’origine permettrait de supprimer une aide juteuse de l’UE à Erdogan.

Pour conclure

Vu les déséquilibres des échanges existant, la réaction à laquelle la France ne semble désormais pouvoir échapper, non seulement cela ne pourra qu’être défavorable à l’économie Turque, mais peut aussi conduire à des sanctions européennes à son égard. Dans l’intérêt de la Turquie, la raison devrait imposer à Mr. Erdogan un peu de retenue dans ses déclarations et agissements contre la France. Mais rassurons nous, la situation écologique, climatique et démographique, dont découle de temps à autre des pandémies telle celle du Covid-19 aura raison des ambitions d’Erdogan.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • sophie 28 octobre 17:17

    Boycott interdit , qui peut me dire ce que l’on vend à la Turquie ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 octobre 17:24

      @sophie

      Comme au Liban : des idées, alors qu’Erdogan, y a rien que le pétrole qui l’intéresse !


    • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 octobre 18:43

      @Séraphin Lampion
      Je ne sais pas pour la Turquie, mais la principale exportation française au Liban, c’est l’argent sale. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 29 octobre 07:47

      @Opposition contrôlée

      et là, le lave-linge est eb panne d’essorage. La pompe ?


    • eddofr eddofr 29 octobre 11:28

      @sophie

      Pas de jambon, pas de saucisson, pas de pâtés ...


    • zygzornifle zygzornifle 29 octobre 16:27

      @sophie

       des bagnoles Renault et des pièces détachées


    • Clocel Clocel 28 octobre 18:54

      Z’allez pas nous refaire le coup des Dardanelles !? smiley


      • vraidrapo 29 octobre 08:27

        @Clocel

        Au Dardanelles, les canons et les cadres allemands(*) avaient fait le boulot.
        Maintenant, ça serait les drones et les instructeurs israéliens....

          (*) une unité de conscrits commandée par le général allemand Otto Liman von Sanders, assisté de nombreux officiers allemands

        Aussitôt qu’il est question de la Turquie, Allemagne et France sont dans 2 camps opposés. Avec Merkel encore...


      • Trelawney Trelawney 29 octobre 08:34

        @vraidrapo
        Maintenant, ça serait les drones et les instructeurs israéliens....
        En ce moment les instructeurs israéliens sont en Azerbaïdjan pour apporter leur soutien contre l’Arménie.
        Bizarement depuis qu’ils sont là bas avec la Turquie, l’Iran a décider d’y aller aussi.
        Ce monde est étrange


      • vraidrapo 29 octobre 12:04

        @Trelawney
        Effectivement, les politologues ont appris sur le tas, une approche nouvelle qui tient compte des alliances croisées-décroisées.
        On a vu en Syrie, jusqu’à ce que le Yanki se retire et aujourd’hui avec l’Azerbaïdjan.
        Cet Or noir... la plaie du genre humain. Un Déluge au ralenti...
        Quand j’étais coopérant, un collègue musulman arabe m’avait confié :
        « Ce Pétrole c’est une malédiction d’Allah ! »
        j’imagine combien ceux, peu nombreux, qui lui ressemblent doivent être affligés par tous ces événements...


      • vraidrapo 29 octobre 12:21

        @vraidrapo

        Un citoyen israélien privé de 30 jours de « Fessebouc » pour avoir soutenu l’Arménie.
        Photo du Héros minoritaire qui sauve l’Honneur !
        https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70922


      • Clocel Clocel 28 octobre 19:03

        Le fan-club à Macron s’agrandit...


        • Jeekes Jeekes 28 octobre 19:30

          @Clocel
           
          C’est assez ressemblant je trouve.
          Manque peut-être un peu plus de crocs et de bave aux lèvres ?
           


        • rhea 1481971 28 octobre 19:07

          Quand à la maladie mentale voir ce que dit un psychiatre italien.


          • SamAgora95 SamAgora95 28 octobre 19:57

            Vous êtes à coté de la plaque c’est deux là sont dans la même équipe, ils ont été nourri au même sein.


            • facta non verba 28 octobre 22:35

              Pour comprendre un pays étranger, il faut consulter les cartes.

              Cette carte de 2019 montre que l’électorat d’Erdogan (en jaune), le moins instruit, se trouve dans les zones rurales sensibles aux thèses islamistes, alors que le principal parti d’opposition (en rouge) est situé à l’Ouest et en bordure de la Méditerranée, zones un peu plus civilisées. À droite (en violet), les Kurdes. 


              • vraidrapo 29 octobre 08:16

                Erdogaz prépare une nouvelle alliance post-OTAN :

                Le journal «  Turkiye  » appelle à la création d’une armée pan-touranienne unifiée composée de la Turquie, de l’Azerbaïdjan, du Kazakhstan, de l’Ouzbékistan, du Turkménistan, du Kirghizistan et du Tadjikistan.

                https://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=70889

                Le G20, ne lui suffit plus, il pourrait aspirer secrètement à l’OPEP avec Poutine et les enturbannés...


                • Trelawney Trelawney 29 octobre 08:39

                  @vraidrapo
                  Le G20, ne lui suffit plus, il pourrait aspirer secrètement à l’OPEP avec Poutine et les enturbannés...
                  L’age de pierre ne s’est pas terminé parce qu’il n’y avait plus de pierres et l’age de pétrole se terminera bien avant qu’il n’y aura plus de pétrole.
                  La consommation de pétrole chute année après année et l’OPEP a intérêt à changer trés vite son industrie sous peine de retourner compter les grains de sable dans le désert.
                  Et oui le monde évolue !


                • vraidrapo 29 octobre 12:13

                  @Trelawney

                  Si c’est un fantasme de jeunesse du porteur de thé de bazar, on peut comprendre qu’Erdogaz ait envie de s’asseoir parmi les Monarques du Désert.
                  La Consécration !
                  Plus fort que Kémal.


                • vraidrapo 29 octobre 08:29

                  A quoi bon l’OTAN ?

                  A quoi bon l’U.E. ?

                  C’était bien la peine d’avoir fait tout ce foin pour le Referendum et l’enculerie de Lisbonne !


                  • ZenZoe ZenZoe 29 octobre 10:10

                    Que la France, 6ème puissance mondiale, montre un peu ses muscles à Erdogan (Turquie, 14ème au classement), est une très bonne chose. Pour le coup, j’approuve Macron. Complètement.


                    • vraidrapo 29 octobre 12:07

                      @ZenZoe

                      la France, 6ème puissance mondiale

                      il y a du tragi-comique dans cette... prétention !

                       smiley smiley


                    • vraidrapo 29 octobre 12:43

                      Une leçon d’Histoire de circonstance pour Le Drian, M.A.E. :

                      https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/monsieur-jean-yves-le-drian-pas-une-fois-vous-navez-condamne-cette-agression-massive-brutale-et-generalisee-au-haut-karabakh?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Twitter&Echobox=1603966105#xtor=CS2-5

                      Erdogan promet, je cite : "Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun Occidental, ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde."


                      • captain beefheart 29 octobre 13:04

                        Si vous ne comprenez pas que l’animosité entre les petits dictateurs Erdogan et Macron,et de surcroît la France et la Turquie est une pièce de théatre écrite il y a des décennies sur fond de connivence occidentale avec les Frères Musulmans (Muslim Brotherhood) du père de Tariq Ramadan,vous n’avez rien compris à la géopolitique.On tape sur la Russie,mais eux ,ils ont l’intelligence d’interdire cet organisation dans leur pays,et le considèrent comme terroriste.Maintenant Erdogan veut s’emmêler encore les pinces avec la Crimée,qu’il considère turque aussi.Le fait que Putin et Erdogan se causent,est interpreté en France,comme s’ ils sont des copains.Putin avait invité Erdogan à l’inauguration de la plus grande mosquée de la Russie,dans la ville Européenne qui héberge le plus grand contingent de musulmans,Moscou,et ils connaît parfaitement l’agenda que le président turque en membre important de Muslim Brotherhood poursuit.Pas impossible que les russes reprennent Constantinople un jour,et ils auront raison.

                        L’an dernier Il a fait poireauter Erdogan pendant de dix longues minutes devant une statue de Cathérine le Grand,qui a vaincu les turcs plusieurs fois,avant de le laisser entrer pour un entretien.

                        Macron et Erdogan poursuivent le même objectif,détruire la France et les pays européens.

                        Ceque personne en France semble comprendre c’est que dans une vingtaine d’années nous,en Europe,serons l’appendix pauvre du grand continent eurasiatique en proie à des guerres intestines de groupes mafieux.Nous on entend tous les ans que nos riches sont devenus plus riches encore,et les pauvres plus pauvres même en pandémie.Qui s’oppose ça ? Personne n’y fait rien.Donc ça continuera jusqu’à les classes moyennes et bourgeoisies n’existeronnt plus.En Chine le gouvernement a réussi éradiquer l’extrême pauvreté,et a constitué une classe moyenne de 800 millions des gens considérés pauvres avant.Alors pourquoi encore avoir le moindre confiance en quelque acteur politique occidentale qui soit ?

                        On est dans le Jim Carrey-show,au niveau national et européen.


                        • zygzornifle zygzornifle 29 octobre 13:45

                          Ceux qui on considérés la Turquie comme partenaire étaient bien nazes, ce sont les mêmes qui ont étés pantalon baissé et cul tendu ramper au Qatar et en Arabie Saoudite, ce ne sont pas des naïfs mais vendus, au lieu de taper du poing sur la table ils ont sucés et on voit le résultat  .... 


                          • AlLusion AlLusion 29 octobre 16:43

                            @zygzornifle,
                             Si vous allez à Istamboul, il y a beaucoup de liens avec la France et beaucoup de Turcs parlement le français.
                            L’Université Galatasaray (GSU) est une université publique turque francophone de très grande renommée en Turquie et soutenue par la coopération française. Elle a été créée en 1992 dans le cadre d’un accord intergouvernemental franco-turc, en complément du lycée Galatasaray créé en 1868.

                             


                          • AlLusion AlLusion 29 octobre 16:40

                            @Daniel,

                              Fiable la Turquie ? Ne l’a-t-elle jamais été ?

                              Il fut un temps oui, Mais c’est il y a longtemps du temps de la Turquie kémaliste qui se veut résolument laïque. 

                              La Turquie fait partie de l’OTAN, c’est la seule chose qui réalise un lien.

                             Mais aussi un autre, car beaucoup de Français y passent des vacances.

                             1974, un précédent indice avec Chypre divisé entre deux rivales de toujours ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité