• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Du bon et du mauvais usage politique des médias

Du bon et du mauvais usage politique des médias

Le passsage dans les médias est un passage qui n'est pas indifférent, neutre ou sans effets politiques pour le porteur d'un discours, fût-ce un discours par nature non politique. Dès lors, en quel sens nos discours médiatiques valident-ils ou non une vision dominante de la politique ? La démocratie d'opinion n'est-elle que le masque acceptable d'une idéologie qui ne dit jamais son nom ? 

Toute personne qui accède à la notoriété médiatique voit son action et ses propos acquérir derechef une portée politique, volontairement ou involontairement, et ceci quel que soit le statut de l'acteur médiatisé. La neutralité axiologique, dans son principe comme dans ses effets, est un leurre manifestement destiné à asseoir une position d'autorité masquée sous le costume pompeux de la "science". Tout propos, toute action médiatisés alimentent ou affaiblissent une position politique dominante qui n'est autre que la position régnante au sein de l'establishment économique sous-tendant elle-même la structure politique des médias. L'illusion de la démocratie d'opinion supposée fonder sur le plan moral et rhétorique l'argumentaire des Etats de droit finit par se dissiper au contact des pouvoirs oligarchiques. 

Mécanique politique et miroirs médiatiques

Une émission se déprogramme facilement dès lors qu'elle dévoilerait un peu trop la réalité des pratiques, des projets et des objectifs poursuivis par les barons du système ; un animateur se congédie vite si ses invités et ses sujets ne respectent pas le cahier des charges idéologiques qui lui sont imposés implicitement. La peur de la pauvreté, la hantise de la diabolisation suffisent à ériger chez les employés du pouvoir toutes les barrières salvatrices de l'auto-censure propres à garantir à ses décideurs le nécessaire devoir de réserve, ce devoir muet par nature, discrétionnaire car entaché de honte, ce devoir factice sur lequel tout un édifice de boue est élevé. Que l'on soit un chercheur académique, un citoyen "apolitique" ou a fortiori un religieux laïco-compatible, il suffit que l'on sache cette portée pour en mesurer les effets. Si l'on est fondé de bon droit à revendiquer un engagement d'une autre nature que politique (religieux, éthique ou sapientiale), on ne peut ignorer l'effet mécaniquement politique de nos positionnements induits par ces miroirs grossissants et bien souvent déformants que sont les médias.  


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 14 octobre 09:54

    à l’auteur,
    Votre article constitue pour moi une véritable révélation : je n’avais jamais pensé à cet effet que les media peuvent avoir. Moi, je pensais qu’ils reflétaient sans déformation la réalité des choses.
    Par exemple, ce matin, j’entendais sur France Info des journalistes et les intervenants qu’ils avaient choisi d’interroger expliquer que l’Iran respectait à la lettre les termes de l’accord sur le nucléaire, qu’il n’y avait donc aucun problème, et que l’Amérique était en train de s’isoler dangereusement de la communauté internationale, que cela risquait d’accroître les dangers qui nous menacent.
    Après vous avoir lu, je me demande si ce n’est pas l’Europe qui serait en train de s’isoler dangereusement de l’Amérique en perpétuant la fable d’un Iran qui aurait renoncé au nucléaire comme l’avaient fait les Coréens du Nord il y a quelques années... avant de faire exploser leur première bombe H.
    Je me demande même s’il n’y aurait pas quelque chose de criminel, quand l’Amérique et Israël se retirent de l’immonde UNESCO dans le fait d’y faire installer à la présidence une française condamnée désormais à cautionner les pires abjections. Car elle sera bien incapable, en dépit des intentions qu’elle exprime, de réformer quoi que soit.
    Emmanuel le Bien-Aimé, j’entendais cela ce matin, serait disposé à aller jusqu’à Téhéran lécher les babouches de Rohani-Colgate après avoir reçu en grande pompe à l’Elysée le Pétain du Liban. Vous ayant lu, je vois ça d’un tout autre oeil qu’il y a deux heures.

    Merci d’avoir réveillé mon esprit critique. Je vais désormais, grâce à vous, écoutant les media, mettre chaque jour un peu plus en application le « sapere aude » d’Emmanuel. Je parle d’un autre Emmanuel, évidemment, et pas de notre actuelle baudruche. 


    • Le421 Le421 15 octobre 09:10

      @Christian Labrune
      Je vous devine ironique ? Non ?  smiley


    • Le421 Le421 15 octobre 09:07

      J’ai bien aimé le discours de Macron où il se démarque de la collusion entre politiques et médias.
      La nomination de BRP à son poste en est le symbole.
      Ensuite, il mords la main de celui qui lui a donné à manger et fourni son poste sur un plateau...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires