• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Du mépris pour les profs...

Du mépris pour les profs...

JPEG

Qui respecte, désormais, les enseignants ? Les élèves rompus à l'insolence n'hésitent pas à bavarder, à répondre, à mentir effrontément... Les parents ? Souvent, ils contestent les punitions, accordent toutes les excuses à une forme de paresse, de laisser-aller...

 

L'administration considère les enseignants comme des numéros, ne tient pas compte souvent de leurs difficultés, refuse même de les voir, ferme les yeux.

Les inspecteurs éloignés du terrain, se contentent de prodiguer quelques vagues conseils parfois inutiles.

 

La société dans son ensemble rend les enseignants responsables de tous les échecs des élèves, comme si l'éducation n'était pas l'affaire de tous, comme si les parents n'avaient aucun rôle à jouer...

 

Le ministère pond régulièrement des réformes improvisées, inadaptées et les enseignants en font les frais... les professeurs ont ainsi connu la mode des tests de début d'année : des cahiers étaient édités chaque année pour tester les compétences des élèves avec des codages très complexes...

Puis, ce fut la mode des cahiers d'évaluations rapidement abandonnés eux aussi : les enseignants devaient y noter les différents acquis et progressions de l'élève dans l'année...

 

On a connu en français de nombreuses réformes du baccalauréat : programmes obligatoires avec des oeuvres imposées à l'oral, modification des épreuves écrites, introduction du corpus de textes que les élèves doivent étudier sous forme de synthèse, exercice assez difficile qui n'est pourtant notée que sur 4 points.

 

On a expérimenté aussi des innovations dans le vocabulaire de l'analyse : il fallait utiliser l'expression : "discours narratif" qui contribue à perturber et troubler les esprits puisque les élèves avaient appris antérieurement à distinguer le discours et le récit !

Que d'incohérences ! Que d'absurdités et d'aberrations !

 

Faut-il que les enseignants aient été inquiets, soucieux de garder leur travail pour accepter de subir tant de stupidités et de contraintes !

Faut-il que les enseignants aient été dressés à obéir aveuglément à des ordres venus d'en haut !

 

Les contraintes de travail se font de plus en plus lourdes : l'enseignant est taillable et corvéable à merci, c'est un fonctionnaire, il se doit d'obéir aveuglément à tous les ordres, quels qu'ils soient, il se doit d'être un fonctionnaire zélé...

Comment ne pas voir la désaffection que connaît ce métier ? Comment ne pas voir les dérives de nos sociétés de laxisme, de gabegies ?

 

Je viens d'achever la correction d'un paquet de copies bourrées de fautes, l'exercice n'est même pas maîtrisé et compris : que font ces élèves en lycée ? Ils y sont perdus, dans un milieu qui ne leur correspond pas...

JPEG

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/03/du-mepris-pour-les-profs.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 17 mars 2018 16:10

    @ l’auteur
     
    Attendez, il doit me rester un kleenex quelque part...
     


    • Cadoudal Cadoudal 18 mars 2018 00:41

      @Jeekes
      L’Europe et la civilisation c’est par là :

      https://parizs.mfa.gov.hu/fra

      Les kleenex, c’est ici :

      Moselle : la présence de gendarmes à l’église scandalise

      http://www.leparisien.fr/societe/moselle-la-presence-de-gendarmes-a-l-eglise-scandalise-15-03-2018-7609092.php


    • Arthur S Kent 17 mars 2018 16:25
      Vous avez du mal à accepter la cruauté de la réalité, alors que vous devriez faire preuve de courage et réagir pour vous défendre.
      Comment arrêter de projeter sur les autres, élèves, parents et hiérarchie les responsabilités de ce qui vous envahit ?

      - En vous rendant compte que ce que vous projetez sur les autres est en réalité un mécanisme de défense, une bouée de sauvetage à laquelle vous vous accrochez pour ne pas admettre certaines choses.

      - En comprenant que le fait de projeter de la culpabilité et de la rage sur les personnes qui vous entourent ne fait que générer plus d’émotions négatives. Vous tombez dans un cercle vicieux dans lequel cette fausse “sensation de pouvoir” engendre une chute sur le long terme.

      - En mettant fin à cette projection psychologique qui cache en réalité une carence personnelle, cette sensation disparaitra. Vous souffrirez alors d’une sorte de chute personnelle, dans laquelle vous aurez besoin d’aide et de soutien pour vous reconstruire et pour affronter ces problèmes et ces carences.

      Il n’est pas facile d’accepter que nous faisons parfois ce genre de projections, car nous le faisons sans nous en rendre compte. Nous avons tous des défauts et des carences. Le mieux serait toujours d’agir avec humilité et objectivité, car au bout du compte, nous sommes tous des êtres imparfaits qui tentent de survivre dans un monde complexe. 

      • Cadoudal Cadoudal 18 mars 2018 00:43

        @Kent
        Krapule gauchiste verbeuse protégée...

        Pour l’instant...

        « Plusieurs fois par jour, je me fais tutoyer par des clientes qui me donnent des ordres. Elles me disent ‘amène-moi ça’, comme si j’étais un chien », explique-t-elle.

        http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/03/17/20002-20180317ARTFIG00009-insultes-menaces-l-explosion-des-incivilites-au-travail.php


      •  Christian Deschamps Ratatouille 17 mars 2018 18:05
        Enfin des solutions
        USA : des distributeurs automatiques d’armes à feu installés dans les écoles et les salles des profs

        C’est un concept qui se généralise aux États-Unis : un distributeur automatique d’armes à feu, conçu sur le modèle d’un simple distributeur de boissons. C’est un armurier de Austin qui l’a inventé, un nouveau jouet auquel il est difficile de résister quand on est un enseignant américain.

        Comme on achète un simple soda, les enseignants américains peuvent sélectionner l’arme de leur choix en appuyant sur un simple écran interactif : en moins de deux secondes, le pistolet est entre leurs mains.

        Le Texan Gary Jones a mis deux semaines à construire ses distributeurs automatiques, pour un coût total d’environ deux millions d’euros. Grâce à son invention, Gary Jones a déclaré avoir augmenté ses ventes de 300%. D’autres distributeurs automatiques d’armes à feu devraient bientôt équiper l’ensemble des écoles américaines.

        Uniquement pour les professeurs, sauf en cas d’urgence

         

        Ces distributeurs d’armes ne seront accessibles qu’aux enseignants et aux élèves âgés de plus de 21 ans. Sauf en cas d’urgence qui nécessiterait que les élèves puissent se défendre, fusillade, prise d’otage, attaques terroristes ou autres menaces laissées à l’appréciation du directeur d’établissement. Seul ce dernier peut prendre la décision d’armer les enfants.

        Donald Trump s’est exprimé positivement sur cette mesure visant à mieux améliorer les enseignants et les élèves en cas de fusillade scolaire : « Une école sans armes attire les méchants », a-t-il lâché. Après un échange poignant avec des rescapés de la fusillade qui a fait 17 morts il y à peu dans un lycée de Floride.

        « Des enseignants/ enfants mieux armés résoudraient le problème instantanément avant que la police arrive. GRAND POUVOIR DE DISSUASION ! » a-t-il écrit, affirmant que les fusillades duraient en moyenne « trois minutes » et qu’il fallait « cinq à huit minutes » à la police pour se rendre sur les lieux.


        • rosemar rosemar 17 mars 2018 18:18

          @Ratatouille

          C’est scandaleux !

        • rosemar rosemar 17 mars 2018 18:20

          @Ratatouille

          Je rappelle que le corps enseignant est constitué en France essentiellement de femmes...

        • pemile pemile 17 mars 2018 18:28

          @rosemar « C’est scandaleux ! »

          De prendre au premier degré les déconnades de Ratatouille ?


        • rosemar rosemar 17 mars 2018 18:33

          @pemile

          On n’est pas loin de la réalité... avec ce qui se passe aux USA...

        • Ouam Ouam 17 mars 2018 18:38

          @Ratatouille
          Pourtant la météo c’est pas la fête ici... et toi, tu reussi l’’exploit de...férrer le poisson....

          Chapeau bas...


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 17 mars 2018 18:52

          @Ouam Bonsoir.Ratatouille est le meilleur d’entre nous .On se marre !


        •  Christian Deschamps Ratatouille 17 mars 2018 20:21

          @rosemar
          J’ai honte ,je vais allez ;de moi même au piquet .. smiley
          déjà tout petit j’étais espiègle .


        • Ouam Ouam 17 mars 2018 20:25

          @Ratatouille
          ".... pour un coût total d’environ deux millions d’euros."
          Tu à raison (d’avoir honte) surtout pour ca (au dessus confusion $ vs €)

          Ca à mordu qd même, j’suis deg


        • Ouam Ouam 17 mars 2018 20:26

          @Aita Pea Pea
          bonsoir à toi et a tous
          et +1


        • Cadoudal Cadoudal 18 mars 2018 00:48

          @rosemar
          Les trois assaillants ont, selon nos informations, été mis en fuite par un élève qui avait en sa possession un pistolet d’alarme

          Merci à lui...

          Et mort aux cons...

          http://www.leparisien.fr/essonne-91/draveil-un-eleve-agresse-au-marteau-dans-son-lycee-12-03-2018-7604424.php


        • McGurk McGurk 17 mars 2018 18:20

          Le respect se mérite.

          L’éducation nationale est obsolète, le système interne est corrompu (administration, académie), l’élève n’est plus au centre de l’enseignement mais seul l’enseignement compte, la violence et le je-m’en-foutisme ont pris le pas sur la volonté d’apprendre et le respect des règles de base.

          Les enseignants sont à la fois blasés, non respectueux de l’élève (et réciproquement), inadaptés aux besoins et envies des nouvelles générations, déconnectés de la réalité pour ce qui est des programmes.

          Lorsque rien ne va plus, surtout la base du système, il ne faut pas s’étonner que les élèves n’aient plus envie d’apprendre, de respecter les autres et de se forger un avenir.

          J’ai longtemps considéré l’éducation et les professeurs comme le dernier rempart contre le chaos et la violence. En réalité, ils sont tout aussi manipulateurs et violents que les autres. Il y a certes des exceptions mais tellement peu...


          • rosemar rosemar 17 mars 2018 18:23

            @McGurk

            Et le respect s’apprend : les parents ont aussi un rôle à jouer dans cet apprentissage... Vous ne pensez pas ?

          • McGurk McGurk 17 mars 2018 18:35

            @rosemar

            C’est sûr.

            Pourtant, lorsque tout un système est obsolète et que les professeurs ne préparent pas un véritable avenir pour leurs étudiants, il est normal de récolter le mépris.

            C’est le lourd tribut à payer pour servir une institution qui a depuis longtemps dévié de la vocation première et est sous la coupe de la politique.


          • foufouille foufouille 17 mars 2018 18:47

            @McGurk
            un prof est obligé de suivre le programme et c’est à toi de choisir ton orientation. personne ne t’interdit de te former tout seul à autre chose comme une langue étrangère.


          • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 2018 18:54

            @McGurk. Le prof est un ouvrier spécialisé, qui doit prendre un maximum d’élèves, et refermer la porte. « Le programme » est établi par une caste de chefs qui ne relèvent de personne, excepté nominalement, le ministre.


          • McGurk McGurk 17 mars 2018 18:55

            @foufouille

            Sauf que l’orientation, en France, c’est très abstrait.

            Les « centres d’orientation » ne donnent pas envie, sont très limités question documentation et on a rien de réellement concret pour intéresser les étudiants. On nous matraque avec des bouquins sur le sujet sans comprendre le nombre de métiers qu’on pourrait éventuellement faire par la suite.

            Les enseignants du supérieur font leur propre programme et ceux qui ne s’en foutent pas concoctent de vrais programmes, en phase avec la réalité du monde du travail, au lieu de créer des chômeurs à moyen ou haut niveau. L’académie valide n’importe quelle connerie et a l’air de s’en foutre royalement.


          • McGurk McGurk 17 mars 2018 18:56

            @JC_Lavau

            Ca c’est valable jusqu’à la fin du lycée, pas après.


          • JC_Lavau JC_Lavau 17 mars 2018 19:11

            @McGurk. Regarde la compétence professionnelle du prof et de l’inspecteur qui ont validé ce sujet de bac :

            La désindustrialisation forcenée de la France a aussi balayé loin de chez nous les épreuves de réalité professionnelles. De plus en plus l’enseignement ici comme dans les pires pays du tiers monde, tourne à la scholastique en circuit fermé, et forme des scholastes hors sol.

          • foufouille foufouille 17 mars 2018 19:12

            @McGurk le programme est peu différent d’une fac à une autre surtout par ce que à la FAC, tu dois te démerder seul. personne ne pouvait dire que le web et l’informatique serait utile en 90. c’était super nul les 286 ou 386 avec écran orange et noir, la disquette pourrie en 5"1/4. pourtant deux ans après, un 486 était super génial. tu es grand, c’est à toi de te former à autre chose avant que ton cerveau rouille.


          • McGurk McGurk 17 mars 2018 19:19

            @foufouille

            Bah je suis dans l’impasse et je ne remercie pas du tout l’éducation qui m’a bien baisé.


          • foufouille foufouille 17 mars 2018 20:12

            @McGurk

            tu as quel âge ?

            à moins que tu sois sénile, tu peux toujours apprendre.

            je suis sorti de l’école avec un diplôme de compta et gestion utile uniquement pour gérer une petite entreprise. ensuite j’ai bossé dans les vignes puis été bibliothécaire et obtenu un diplôme dans le domaine. j’ai appris ensuite des tas de domaines dans ma vie comme la réparation des ordinateurs. par contre je suis devenu mauvais en français pour raison de santé mais je peut lire très bien de l’anglais. apprend le chinois, le russe, le portugais, espagnol et tu auras plus de possibilité. en plus tu pourras voyager et voir en vrai d’autres endroits.


          • benyx 17 mars 2018 20:19

            Le champs de ruine que l’on s’acharne à mettre en place à tout les niveaux de puis 40 ans est en train de s’achever. Vous pleurez pour l’éducation mais c’est tout le tissus industriel, agricole, médical et j’en passe qui se désagrège sous les coups de butoir de la finance. 60% des enseignants ont voté macron faut pas pleurer maintenant, la pute fait son boulot !


            • rosemar rosemar 18 mars 2018 08:44

              @benyx

              Et vous ? Vous avez voté Marine Le Pen ?

            • benyx 18 mars 2018 15:16

              @rosemar
              Non, Asselineau


            • rosemar rosemar 18 mars 2018 22:41

              @benyx

              Au premier tour, mais au second ??

            • nemuyoake nemuyoake 17 mars 2018 22:41

              C’est pour ça que je me suis barrée enseigner au Japon où l’enseignant est bien plus respecté qu’en France. Par contre, on travaille plus. Mais ce n’est pas aussi éprouvant pour les nerfs finalement, car on est pas soumis à une permanente agression de la part des élèves, de la société...

              Alors, est-ce que c’est parce qu’on travaille plus, qu’on s’investit plus, qu’on prend plus en charge les élèves (je suis récemment venue un samedi au lycée DE MON PLEIN GRE pour aider des élèves à réviser leurs rattrapages) que les gens nous respectent plus ? Question à creuser.

              Ah, mais on a un meilleur salaire aussi.



              • rosemar rosemar 18 mars 2018 08:43

                @nemuyoake

                Merci pour ce témoignage : le salaire, oui, est un élément important dans nos sociétés, il vaut souvent considération...

              • philippe baron-abrioux 18 mars 2018 07:12

                @l’auteur(e) ,

                 Bonjour Rosemar ,

                 si je vous lis bien , il semblerait que vous ne puissiez compter sur personne pour vous entendre , ni les familles de vos élèves , ni l’administration de votre établissement , ni les inspecteurs , ni le ministère dont vous dépendez .

                 votre désarroi semble profond et il est vrai que je comprends mieux vos nombreux articles , de type lancements d’alerte ,sur le délitement d’un métier que vous aimez et de nombreux abandons de matières que vous enseignez .

                en vous lisant depuis longtemps , une question me vient à l’esprit puisque vous n ’en faites jamais mention : avez vous des échanges avec vos collègues sur tous les sujets que vous évoquez et partagent ils , peu ou prou, les divers constats que vous faites ?

                 merci de votre réponse si , bien sûr , vous estimez que ma question en mériterait une de votre part .

                bonne fin de journée !

                 P.B.A .


                • rosemar rosemar 18 mars 2018 08:40

                  @philippe baron-abrioux



                  Oui, bien sûr, nous échangeons nos lamentations quand nous avons une classe en commun qui pose problème... c’est un petit réconfort...

                  Par ailleurs, c’est la loi du silence qui prévaut, le plus souvent...http://rosemar.over-blog.com/article-il-ne-se-passe-jamais-rien-dans-ce-lycee-123625997.html

                • rosemar rosemar 18 mars 2018 08:41

                  @philippe baron-abrioux


                  J’ai oublié : bonne journée !

                • Jean Roque Jean Roque 18 mars 2018 08:50

                   
                  Le collabo gland remplacé soumis est méprisable.
                   
                   
                  Croyez vous que les jeunes colons, qui viennent de pays durs, n’ont aucune raison de mépriser le souchien soumis collabo ? Dégénéré en voie de disparition dans son hiver démographique décadence qui fait semblant d’oublier qu’il est chiure en se branlant au supermarché des loisirs ? Et le jeune souchien qui a perdu son pays, son peuple, son histoire, a aussi toutes les raisons de mépriser ses aînés.


                  • Jean Keim Jean Keim 18 mars 2018 08:57
                    Un élève a bien évidemment des droits mais également des devoirs.

                    Au risque de choquer j’ai la conviction que dans une salle de classe il ne doit y avoir que des élèves motivés et respectueux tant des enseignants que des autres élèves, que je sois bien clair, cela n’a rien avoir avec le fait qu’un élève soit doué, avec son milieu social, sa culture ou son origine, de même l’enseignant doit être à la hauteur de sa vocation.

                    L’écolier qui ne veut pas respecter une discipline* n’est pas (plus) acceptable dans l’école, cela ne veut pas dire qu’il est abandonné mais il sera dirigé vers une autre filière.


                    (*) vient de disciple du latin discipulus, de discere, apprendre.

                    • lloreen 18 mars 2018 09:57

                      @Jean Keim

                      Je pense que le problème n’est pas propre à l’éducation nationale car il touche la société dans son entier. Je ne fais pas partie de cette institution et ne peux donner qu’un avis extérieur mais je connais très bien une dame professeur avec laquelle j’échange souvent et qui m’a dit à quel point cette institution est vérolée.
                       
                      Tout y est fait pour afficher extérieurement une cohésion, en réalité inexistante. Elle m’a parlé dernièrement d’une réforme qui transformerait insidieusement les établissements en entreprise avec un conseil d’administration à sa tête,ce qui laisse présager de l’ambiance délétère qui y régnera lorsque l’on connaît les chiffres du mal-être au travail des français !
                      http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/05/03/malades-du-travail_4913040_1698637.html

                      Les écoles ressembleraient alors à de mini entreprises où le directeur décidera en fonction de critères obscurs avec des diplômes à la sauce individuelle dont on peut d’ores et déjà prédire qu’ils n’auront plus aucune valeur, chacun prétextant que son diplôme est meilleur que celui de l’autre, chiffres à l’appui dont on sait qu’ils sont manipulables et prévisibles.

                      Les écoles, au lieu de transmettre à tous le savoir, qu’elles n’ont déjà plus les moyens de transmettre suite à des réformes et contre-réformes ravageuses, écarteront d’emblée ceux qui risqueraient de faire chuter les taux de réussite dont on imagine à quel point ils sont déjà fantaisistes dans la mesure où il existe une commission d’harmonisation des notes au baccalauréat sans doute rendue impérative suite au desiderata d’un ministre républicain qui exigeait un taux de 80% réussite au baccalauréat...
                      http://www.lemonde.fr/orientation-scolaire/article/2012/07/13/plus-de-80-d-une-generation-au-niveau-du-bac_1733491_1473696.html

                      Sachant que la France est le pays dans lequel le taux de chômage des jeunes est un véritable fléau social, il ne faut pas réfléchir longtemps pour comprendre que ce problème résulte des dictats de ministères en décalage total avec la réalité.
                      Mais cette situation n’est évidemment pas propre à l’ éducation nationale !


                    • Jean Keim Jean Keim 18 mars 2018 18:43

                      @lloreen
                      Cette situation n’est pas propre bien évidemment à l’éducation nationale, et nous sommes tous concernés sans aucun doute, il ne s’agit plus de proposer des solutions, cela ne servira à rien si nous ne percevons pas la cause de tout ce gâchis, un mode de pensée a fait de ce monde ce qu’il est, ce même mode de pensée ne peut espérer le changer.


                    • Le Gaïagénaire 18 mars 2018 19:39

                      @Jean Keim 18 mars 18:43

                      « un mode de pensée a fait de ce monde ce qu’il est, ce même mode de pensée ne peut espérer le changer. »


                    • Jean Keim Jean Keim 19 mars 2018 08:01

                      @Le Gaïagénaire
                      Cela corrobore mon commentaire précédent.


                    • Le Sudiste Le Sudiste 18 mars 2018 18:23

                      Ca va aller, le printemps arrive.
                      Le professeur va enfiler ses belles chaussures de randonnées ou ses belles baskets et va prendre d’assaut le bitume. Toute l’année il a pris des cours de chant avec Nagui, il a même proposé des nouvelles chansons au syndicat !
                      Ça va pas tarder à sentir la merguez dans tout Paris.
                      C’est bien, ça va masquer les gaz d’échappement ! D’ici que les graillons de merguez capturent les particules fines...


                      • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 19 mars 2018 09:39

                        60% des enseignants ont voté macron faut pas pleurer maintenant.. ! 

                        Hé oui les« je sais tout » et « je manipule tout » prétentieux et petits arrogants du savoir de nul part ailleurs,se sont fait piéger....

                        Dans les décennies 60, 70, ils insultaient la police, les gendarmes, les militaires, ils se barricadaient en hurlant qu’il était « interdit d’interdire »....
                        Aujourd’hui après avoir été parents incapable(enfants drogués) et aujourd’hui grand-parents ponctionnés ( couilles molles) ....Ils laissent un champ de ruines derrière eux .............

                        Ils puent le nombrilisme .............

                         
                          
                         


                        • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 19 mars 2018 09:45

                          Hé la féministe arrogante, puante ...

                           http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/03/19/01016-20180319ARTFIG00006-gironde-une-femme-poursuivie-pour-un-quintuple-infanticide-devant-la-justice.php

                          Qu’est que vous proposez pour ces bébés tués par leur mère !

                          Votre lait maternel à titre posthume ?

                          Chiapas et vous, vous êtes une honte ...


                          • Fanny 20 mars 2018 11:54

                            Cette plainte des enseignants, pris individuellement, devient le message standard de la profession.

                            Triste, infiniment triste. Déprimant.

                            Ce que je ne comprends pas : cette profession a des syndicats puissants, proches du Ministère de l’EN. On parle parfois de cogestion. Un ancien ministre de l’EN aurait, dit-on, agréablement bénéficié de cette proximité syndicats/Ministère. Les amis socialistes étaient au pouvoir, encore hier. Très bien.

                            Mais alors pourquoi le message syndical ne reflète pas cette situation de naufrage ? Si c’est devenu insupportable dans les écoles, on devrait entendre hurler. Or on entend des gémissements, des oppositions aux réformes, mais ce n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis 30 ans au moins.  Business (syndical) as usual ? Alors que le bateau coule. Il y a quelque chose qui cloche.


                            • Blé 20 mars 2018 13:37

                              A coté de chez moi, il y a une école maternelle. La cour de cette école est très instructive. Il y a encore quelques années, les enfants pouvaient jouer à la marelle, sauter à la corde, jouer aux 4 coins, faire des rondes en chantant des ritournelles bref acquérir de façon naturelle et spontanée des bases utiles pour les apprentissages scolaires.(langage, concentration, mémoire, etc...)

                              Aujourd’hui, c’est fini. La cour est dédiée aux petits tricycles sur lesquels les enfants pédalent en rond comme les poissons rouges dans leur bocal, un autre petit groupe d’enfants font la course un peu plus haut toujours en tournant en rond ceci durant tout le temps de la récréation.


                              • Fanny 20 mars 2018 14:38

                                @Blé

                                Intéressant. Rien ne vaut l’observation du réel au plus près.

                                Cour de récréation de mon école communale, moyenne d’âge 7/10 ans : clameur ininterrompue, petits groupes, embrouilles, bagarres. Trois instits parcouraient la cour de long en large et géraient les embrouilles, stoppaient les bagarres. Ils cumulaient les fonctions d’instruction, de surveillance, police, sanctions.

                                Ensuite, en rang bras tendus. Parfois, le directeur de l’école passait dans les rangs et administrait des coups de baguettes sur les doigts d’élèves coupables de qqe chose. Chacun connaissait la règle, qui faisait quand même un peu mal aux doigts l’hiver.

                                L’évolution que vous décrivez me surprend. Je croyais qu’on voulait favoriser la spontanéité, la créativité de chacun, sa sociabilité. Car faire tourner les gosses en tricycle, c’est leur dire : fiche moi la paix, je t’ai donné un jouet pour t’occuper (demain, il aura une tablette pour jouer tout seul). Paresse de l’encadrement ? Nouvelle ligne pédagogique ? Autre chose ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès