• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Du temps qu’il gelait à pierre fendre

Du temps qu’il gelait à pierre fendre

Où sont les neiges d'antan ? C'était un hiver comme en trouve que dans ses souvenirs : un froid glacial, et un ciel d'azur, le soleil étincelant sur les champs, et les branches des arbres ployant sous une neige lourde.

Nous enfants, le visage rouge, les yeux plissés à cause de la neige éblouissante, courions la campagne, avec des rêves de trappeurs et de cow boys, suivant des traces dans la neige, patinant sur les mares, essayant d'atteindre quelque corneille avec nos lances pierres. 
Il nous arrivait, les jours sans école, de passer des après midi entières dans les champs et les bois, sans que nos parents s'inquiètent de notre absence. La campagne toute entière - champs, forêt, étangs, rivière - était notre terrain de jeu, où le temps et l'espace changeaient de dimensions, nous entraînant au fin fond de la Sibérie, ou dans les forêts du Canada…

C'était donc un ce ces matins d'hiver radieux, nous nous étions retrouvés avec deux camarades, et partions à la poursuite de nos rêves de gosses dans les vergers transis et les rues enneigées du village, à la recherche de l'inspiration, d'une occupation, si possible une bêtise.

Les villageois étaient peu nombreux dans les rues : un paysan sortait le fumier tout fumant d'une étable, un autre pelletait la neige pour dégager l'entrée de la maison, une paysanne rentrait du bois dans sa brouette, le bouilleur de cru, sous sa bicoque odorante, montait sa chaudière en pression dans un nuage de vapeur, pour cuire le marc et en extraire la précieuse eau de vie… Le marteau du maréchal ferrant s'entendait de loin, tombant en cadence sur l'enclume, forgeant quelque soc, des fers, ou tout autre outil en prévision du retour des beaux jours, et des travaux de la terre.

En arrivant près d'une maisonnette, on voit une petite vieille - à l'époque, pour nos yeux d'enfants, une femme était sans doute vieille à partir de quarante ans - mettre son édredon à la fenêtre et aérer la chambre, puis on la voit sortir avec deux pots de chambre, qu'elle va vider dans un massif qui a du contenir des fleurs à la belle saison, puis les retourner chacun sur un piquet de la clôture qui délimite le jardinet, devant sa maison.

Sans savoir pourquoi, ni ce que l'on peut tirer de la situation, la vue des pots de chambre nous inspire et nous met en joie ; chacun de nous sent qu'il y à matière à s'amuser, et nous nous postons, en cachette, de l'autre côté de la route, à bonne distance des pots qui s'égouttent.

Assez vite chacun de nous sort son "tire balles", et puise au fond de la poche, quelques beaux cailloux choisis, que nous prenons soin d'emmener dans toutes nos escapades, toujours prêts à exercer notre adresse sur des cibles diverses, animaux, panneaux de signalisation, parfois même quelques vitres, etc.

Là l'occasion est trop belle : deux cibles de taille raisonnable s'offrent à nous ; assez vite, au bout de quelques tentatives, un de mes acolytes, atteint un des récipients, et le fait tinter, une autre pierre mieux ajustée le fait voler en éclats, encore quelques tirs et, victoire son voisin dégringole aussi de son perchoir en trois morceaux. Les deux objectifs ont été anéantis, la mission est remplie ; nous sommes aussi fiers qu'un commando en retour d'opération... 

Hilares, nous restons à couvert car le plus jubilatoire est bien sûr d'assister à la réaction de la dame quand elle découvrira notre forfait.

Elle ne tarde pas à revenir au bout de quelques minutes pour récupérer ses deux vases de nuit, la voisine est sortie également de sa maison, elle est en train de jeter quelques poignées de gros sel sur le seuil de sa maison pour essayer de faire fondre le verglas.
Les deux femmes devisent sur le froid glacial de la journée et ce vent du nord qui mord et qui rougit les trognes.

_"je crois bien qu'il fait encore plus froid qu'hier" dit la première,

_"je pense bien" dit la seconde

"C'est la première fois que je vois ça, il gèle si fort que ça a en fait péter mes pots de chambre…" 

Nous nous esquivons discrètement, tordus de rire, pour aller savourer notre victoire et ce haut fait de guerre, qui demain, aura sûrement fait le tour du village et fera l'essentiel des discussions dans la cour de l'école.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Docteur Faustroll Lampion 3 août 12:27

    Prince, n’enquerez de sepmaine
    Où elles sont, ne de cest an,
    Qu’à ce refrain ne vous remaine :
    Mais où sont les neiges d’antan !

    François Villon, 1458-9


    • samy Levrai samy Levrai 3 août 12:34

      Il y a quelques milliers d’années nous étions sous des kilomètres de glace, ça ne me manque pas trop.


      • ysengrin ysengrin 4 août 00:24

        @samy Levrai
        c’est vrai que pouvoir siroter une petite mauresque en bras de chemise...

        Néanderthal aurait sans doute apprécié...


      • mmbbb 4 août 10:20

         @samy Levrai j habitais une region ou durant la periode hivernale, il neigeait abondamment . Quoi que l en dise ; quoi que l on en pense ,  ces saisons marquées , apportaient un rythme à la vie . L hiver particulièrement rude , etait une source de joie et nous ressentions en notre fort intérieur cette plénitude ou la nature nous imposait son tempo .

        Des quatre saisons , elles se sont écourtées , et désormais la césure entre celles ci s estompent . De l hiver à l été , il n y a qu un trait et si vous aimez la chaleur , d ici quelques années , vos enfants ne connaîtrons que des saisons dérégulées . De surcroît , les insectes notamment les moustiques tigres ou autres animalcules agrémenteront leur douce vie


      • ysengrin ysengrin 4 août 15:38

        @mmbbb
        OUi les saisons semblent moins marquées, le printemps dure jusqu’à mi_juillet, l’été dure jusqu’en octobre et l’hiver se réduit à peau de chagrin, c’est là sans doute, des effets du dérèglement climatique tant psalmodié qui a eu cours durant des millénaires sans que cela n’effleure la course des planètes et la marche du temps


      • hans-de-lunéville 3 août 17:33

        Bonjour, j’aime bien vos textes mais j’ai un doute sur votre photo de pseudo, vous étiez déja ici il y a longtemps non ?


        • ysengrin ysengrin 3 août 17:44

          @hans-de-lunéville
          exact on m’appellait alors gordon71 mais Avox n’a pas aimé certaines de mes contributions


        • hans-de-lunéville 3 août 17:50

          @ysengrin
          ah oui ! gordon merci de votre réponse, désolé que votre texte sur Djinn ne soit publié, bon courage.


        • ysengrin ysengrin 4 août 00:25

          @ysengrin

          Quelle mémoire vous m’épatez ......vraiment


        • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 5 août 23:01

          Merci pour ce froid et chaud de début août.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité