• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Dupond-Moretti : accusé « d’entre-soi » et relaxé « d’entre-soi (...)

Dupond-Moretti : accusé « d’entre-soi » et relaxé « d’entre-soi »

Quelle surprise !!! La Cour de justice de la République (CJR) a relaxé, mercredi 29 novembre 2023, le ministre de la justice, qui était poursuivi pour « prises illégales d’intérêts ». Si c’est ça l’État de droit que l’on nous vente à tout va, merci ! je n’en veux pas.

Mais, chacun sait que les lois sont faites par les puissants et exclusivement dédiées à leur profit et à leur reproduction sociale. Un point c’est tout ! Circulez, il n’y a rien à voir ! Chacun chez soi, avec ses amis, et les moutons seront bien gardés !!!

Que des points d’exclamation dans ces quelques lignes ! Avouez quand-même qu’il y a de quoi…

Je m’explique : le ministre de la justice a été jugé par ses paires et par ceux qui ont été nommés par son ami le président de la « République » qui l’a nommé à ce poste également. Que vouliez-vous qu’ils décident ? Leur renvoi pour mauvaise conduite et irrespect à l’égard du grand chef ?

C’est la même histoire qui se répète depuis des millénaires : On reste entre gens de bonne famille. On ne va quand-même pas se mélanger avec la plèbe !

Rappelons les faits : Eric Dupond-Moretti, garde des sceaux, était accusé pour une affaire de « prises illégales d’intérêts ». Il lui était reproché d’avoir profité de sa position de ministre pour régler des comptes avec des magistrats avec lesquels il avait eu des différends lorsqu’il était avocat. Non mais, de quel droit ces gueux se sont mêlés des affaires du grand avocat ? De quel droit ont-ils osé embêter le grand avocat et futur ministre ? Ils pouvaient attendre et ils verraient ; c’est fait !

« A l’annonce de cette décision, les réactions n’ont pas tardé ; au-delà du fond, celle-ci redonne du souffle à un débat vieux de plus de trente ans sur le bien-fondé à disposer d’une juridiction spéciale pour juger les ministres. Une grande majorité des juristes, des universitaires et même des politiques plaident soit pour une suppression pure et simple de la CJR, soit pour une refonte en profondeur de cette dernière  », nous dit Le Monde[1].

Quand des politiques jugent des politiques on reste entre soi. La CJR est composée de trois juges professionnels, issus de la Cour de cassation, et douze juges parlementaires (six députés, six sénateurs). Si le ministre était effectivement condamné, les trois juges savaient d’avance ce qui leur arriverait. De même, les 12 politiques, même ceux de l’opposition, pouvaient craindre pour leur futur dans ce nid de guêpes qu’est devenue la politique à force de compromis et de compromissions. Une justice faite pour et par les politiques. Des politiques qui jugent des politiques – leurs amis – qu’ils côtoient tous les jours, une « justice » d’amis et sans partie civile.

Dans son article cité plus haut, le quotidien Le Monde poursuit : « Le problème de l’impartialité existe également du côté des magistrats professionnels. Issus de la Cour de cassation, ils sont présents à toutes les étapes de la procédure devant la CJR. Et les décisions de cette dernière sont susceptibles de recours… devant la Cour de cassation. Mis bout à bout, tous ces éléments font que les universitaires se montrent également très critiques envers la CJR. Ils sont nombreux à opter pour un alignement sur le droit commun avec un système de filtrage, pour éviter les procédures abusives. »

Emmanuel Macron avait promis de supprimer la Cour de justice de la République mais il ne l’a pas fait, pas plus que François Hollande, qui avait pris le même engagement. Mais au vu de l’ampleur de la crise civique, il y a sans doute urgence à remplacer la CJR par une instance juridique composée différemment et politiquement neutre. Mais ça, c’est une autre histoire. Cela peut se passer sous des régimes réellement démocratiques où, par exemple, le peuple peut révoquer les élus s’ils ne tiennent pas leurs promesses et où les élus ont la sensibilité de démissionner quand leur honneur est mis en cause de manière flagrante…

 

[1] Le Monde daté du 1er décembre 2023.


Moyenne des avis sur cet article :  2.58/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Seth 30 novembre 2023 19:20

    La logique la plus élémentaire voudrait que les "avocats, bateleurs ou histrions soient d’office rejetés comme gardedésso, il y sont automatiquement en conflit d’intérêt.

    Mais depuis le gendre Publicis (Badinter pour ceux qui ne connaîtrait pas) de la gauche caviar des 80’s, on leur accorde le bon dieu sans confession. smiley


    • S. Lampion Grincheux 30 novembre 2023 21:25

      « Cela peut se passer sous des régimes réellement démocratiques où, par exemple, le peuple peut révoquer les élus s’ils ne tiennent pas leurs promesses et où les élus ont la sensibilité de démissionner quand leur honneur est mis en cause de manière flagrante… »

      Certes, mais ce paragraphe devrait être rédigé au conditionnel, car un telrégime reste une utopie.

      ça ne veut pas dire que je serais contre, mais simplement que je n’y crois plus


      • Hallo Bobo Hallo Bobo 30 novembre 2023 22:13

        le ministre de la justice a été jugé par ses paires...

        Couillu, le gars !


        • Carlo Gallo 1er décembre 2023 11:00

          @Hallo Bobo
          Vous n’avez rien trouvé d’autre à dire que cette faute d’ORTOGRAF ?


        • troletbuse troletbuse 1er décembre 2023 02:37

          La propagande climatique avec les bovins et la résistance qui se fait de plus en plus oppressante pour les génocideurs

          https://crowdbunker.com/v/gy6iL98Vor


          • Étirév 1er décembre 2023 07:32

            Ne vous faites pas d’illusion. C’est la « Tartufferie démocratique » (pléonasme) à tous les étages.
            Dans le contexte actuel d’assujettissement quasi total des États au « phénomène économique globaliste », les instances juridictionnelles nationales telle que la Cour de justice de la République (CJR), ou internationales du type CPI (Court pénal Internationale), TPI (Tribunal Pénal International), ou européennes comme le Parquet Européen sont, par nécessité, soumises à la dérive du phénomène politique étatique : ils rendent, en raison du déséquilibre des forces entre États (c’est-à-dire le peuple) et les « puissances d’argent » (banques et multinationales ainsi que leurs affidés), des jugements biaisés en faveur des seconds, les plus gros intérêts financiers y remportant systématiquement la mise.
            Blog


            • S. Lampion Grincheux 1er décembre 2023 07:45

              @Étirév

              « CPI (Court pénal Internationale) »
              c’est pour arbitrer les matchs de tennis ?


            • Clocel Clocel 1er décembre 2023 08:10

              @Grincheux

              Nan... C’est un tribunal qu’est fait pour casser du nègre et du métèque, un vernis de légalité sur un système mafieux.

              On peut pas passer son temps à cramer de la poudre.


            • Clocel Clocel 1er décembre 2023 08:04

              Alors les démocrasseux !?

              Vous la sentez la séparation des pouvoirs !? smiley


              • S. Lampion Grincheux 1er décembre 2023 09:10

                @Clocel

                L’« indépendance de la justice » est aux « états de droit » ce que sont les "droits de l’homme« à la »communauté internationale".

                Quatre contes de fées qui empèchent de dormir.


              • Clocel Clocel 1er décembre 2023 09:16

                @Grincheux

                Tu entends ? Louis de Secondat qui se marre ! smiley

                Allez, nous sommes quasi officiellement dans la fédération européenne, ces détails ne nous concernent plus...


              • S. Lampion Grincheux 1er décembre 2023 10:03

                @Clocel

                il faut sortir de l’UE et demander à être intégrés à la confédération suiss réputée pour sa démocratie inoxydable


              • Clocel Clocel 1er décembre 2023 10:22

                @Grincheux

                La démocratie en Suisse comme ailleurs se conjugue au passé, faut pas rêver, nos archontes n’attendent plus que le chaos final pour mettre la dernière main à la cage globale.

                Ça va être Gaza en tout lieu, camarade.


              • Yann Esteveny 1er décembre 2023 09:31

                Message à tous,

                Je ne lis plus les articles d’Agoravox compte tenu du niveau de bassesse et de médiocrité des articles publiés.

                En survolant l’article, je suis néanmoins tombé sur cela : « Emmanuel Macron avait promis de supprimer la Cour de justice de la République mais il ne l’a pas fait, pas plus que François Hollande, qui avait pris le même engagement. »

                Le vrai problème est la masse qui écoute, croit ou donne de l’importance aux propos de tels individus. Les psychopathes ne sont pas qu’au pouvoir mais principalement dans la masse qui croit n’importe quoi et n’importe qui.

                Savoir croire cela s’apprend.

                https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/savoir-croire-210724


                • zygzornifle zygzornifle 1er décembre 2023 09:41

                  Futé le Macron, c’est un grand marionnettiste doublé d’un illusionniste de talent ......


                  • S. Lampion Grincheux 1er décembre 2023 10:07

                    @zygzornifle

                    c’est une marionnette manipulée par un vetntriloque, comme Tatayet


                  • suispersonne 1er décembre 2023 11:52

                    Il est relaxé.

                    Il n’est pas innocenté.

                    Il est nu.


                    • Clocel Clocel 1er décembre 2023 15:36

                      Ce que les boomers laissent aux générations futures : Un goulag

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Carlo Gallo


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité