• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Ecologie nationale ou européenne ?

Ecologie nationale ou européenne ?

Ancrer l'écologie politique avec l'Europe dans le cadre de l'union Européenne et dans une intégration mondiale de cette dernière est une erreur funeste pour le mouvement écologique.

Les abandons de souveraineté successifs de la France ces dernières années n’entraînent pas d'amélioration de l'environnement. Rappelons que la souveraineté Francaise se définit par le contenu de notre constitution, propriété de l'ensemble des citoyens.

 

UNE CONSTRUCTION NON DURABLE .

L'Europe (UE) est par nature une construction anti-écologique, elle s'est formée dans les années 1950 sous l'influence des marchands, désireux de créer un libre marché avec un commerce multidirectionnel.

Cette construction possible dans un contexte d'abondance énergétique sans limite va devenir obsolète.

Faire circuler des camions, des trains, des avions, des personnes pour transporter des produits entre l'Est, l'ouest, le nord, le sud pour des productions pouvant etre relocalisées est un gouffre énergétique et avec des ressources contraintes dans les prochaines années, cela deviendra difficile.

Rappelons que nous devrons diminuer par deux notre consommation énergétique d'ici 2050 et la remplacer par des énergies renouvelables.

Pierre Rabhi s'amusait jadis de cette anecdote d'un camion hollandais de tomates descendant vers le sud et d'un autre espagnol avec la même cargaison montant vers le nord et ayant un accident à Lyon où on peut aussi cultiver des tomates !!

Le commerce en général en terme d'empreinte écologique devrait être limité à ce que l'on ne sait pas ou ne peut pas produire.

L'écologie politique devrait viser en priorité l'autonomie dans tous les domaines et cela est incompatible avec les règles européennes qui obligent à respecter le marché unique. Par exemple, si on veut interdire le glyphosate ou les pesticides en France, il faut aussi interdire l'importation de produits en contenant ou cultivés avec, car ils sont moins chers et vont entrer en concurrence déloyale avec des produits bios, or cela est contraire aux règles du marché unique.

Des secteurs entiers de l'économie ont disparu, le textile, l'habillement, l'électroménager, les produits informatiques, électroniques, sacrifiés par la concurrence sauvage Européenne voire mondiale quand l'UE signe des accords de libre échange. La concentration Européenne fait disparaître l'agriculture paysanne et l'artisanat. Le déficit extérieur de la France est de plus de 80 milliards d'euros par an, endettant le pays sans fin.

QUELLE SOUVERAINETE ?

Le parti pris européiste et mondialiste du candidat vert, explique sa déroute aux élections nationales, par contre de bons scores locaux confirment que l'écologie est liée à la souveraineté locale. La pensée écologique doit réfléchir à quel niveau d'autonomie on devrait atteindre en 2050 avec une contrainte énergétique forte et une sobriété de fait subie ou acceptée. Cela passe par une réappropriation de la souveraineté nationale, puis locale au niveau le plus adapté.

Le clan Européiste et mondialiste actuellement au pouvoir est une catastrophe pour la qualité de l'environnement. Les injections géniques expérimentales nommées « vaccins » à base de nanoparticules décidées au niveau supranational sont une pollution de plus pour la santé des citoyens Francais. Le maintien des pesticides, des OGM en agriculture, des produits chimiques et perturbateurs endocriniens dans tous les domaines et agréés au niveau supranational montrent qu'il est temps de reprendre en main notre souveraineté écologique.


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 3 mai 15:23

    Pas de democratie dans un pays non souverain, un pays souverain est un pays indépendant, libre.


    • Philippulus Séraphin Lampion 3 mai 16:46

      @samy Levrai

      et un peuple souverain ?
      indépendant et libre aussi ?
      alors y a du taf, même si par miracle on sortait de l’UE et de l’OTAN : la bande à Choupinet veille.


    • Mozart Mozart 5 mai 17:16

      @samy Levrai
      Il suffit de voir le Vénézuela !


    • Clocel Clocel 3 mai 15:33

      Gare à l’ONGisme, stade final du totalitarisme global...


      • PascalDemoriane 3 mai 16:37

        Oui, une « écologie politique » européiste et mondialiste (EELV) est une contradiction dans les termes et une imposture, nous le savions.

        Une prétendue gauche sociale mélenchonienne ex LFI qui s’y associe ne se révèle que ni sociale ni écologique car anti nationale et anti souveraine. Gauche castor crypto-macronienne par défaut aux présidentielles elle fut, gauche crypto-

        macronienne aux législatives elle restera. Point barre.
        A la poubelle !


        • Philippulus Séraphin Lampion 3 mai 16:44

          Faux-nez !

          Le masque vert est de taille unique, il s’adapte à toutes les morphologies.

          Il n’y a pas de honte à être souverainiste. Pas besoin d’instrumentaliser la mode écolo pour fourguer vos convictions !


          • eau-mission eau-mission 4 mai 07:56

            @Séraphin Lampion

            Ambigu, mon cher Lampion.

            La seule surprise qu’ait apporté le débat MLP-EM, c’est le positionnement de MLP sur l’écologie. Voulez-vous critiquer l’article parce que vous soupçonnez son auteur d’être du RN ?


          • tashrin 3 mai 17:36

            L’écologie politique n’existe pas

            L’écologie est intrinséquement antagoniste avec le capitalisme de marché, basé sur la surexploitation des ressources, l’individualisme hédoniste et la croissance infinie. Elle est également antagoniste avec la liberté individuelle. 

            Vu que la majorité de la population preferera crever dans son confort plutot qu’envisager de remettre en question son mode de vie, vu que les décideurs politiques sont également les représentants les plus décomplexés du capitalisme débridé, cette ideologie ne depassera jamais les 5% sauf accident de participation comme aux dernières municipales. Et à voir la manière dont sont percus les elus municipaux EELV (j’habite Lyon), c’est pas pres de changer.

            La quasi totalité des citoyens percoivent l’écologie politique telle qu’elle existe aujourd’hui comme une insondable tentative de faire du mal aux mouches en harcelant le petit citoyen dans son quotidien pour des trucs insignifiants. Sans s’attaquer au coeur du souci...

            Même si la totalité des français adoptait dès demain un comportement exemplaire, se privant au delà de l’entendable (genre on prend une douche par semaine, on paye 8 € le litre d’ essence etc etc...) , ben ca n’influerait en rien sur la problematique planetaire... Vu que la quasi totalité des émissions sont liées au modele economique global...

            L’ecologie politique pour exister doit etre credible. et en evitant de faire porter l’effort sur les principaux facteurs de causalité, ben on renforce l’idée que c’est peanuts... On ne peut pas serieusement parler d’ecologie en axant le discours sur les deplacements en voiture des francais en prenant soin de ne pas regarder les circuits de transport internationaux, les pratiques de delocalisation industrielle, et d’autres exploiteurs de ressources. On peut pas faire chier le clampin moyen tout en laissant coca cola piller les reserves d’eau potable pour vendre de la merde et produire de l’obesité

            Donc ecologie = mondialiste ou rien. Donc rien

            Le vote ne sert à rien, on vient d’en avoir une demonstration supplementaire. Le seul levier d’action est économique : la manière dont vous dépensez votre argent oriente la manière dont ils vont essayer de vous le prendre. Si personne n’achetait de coca, ils n’en vendraient plus


            • PascalDemoriane 3 mai 19:51

              @tashrin
              Merci et bravo. Non, « L’écologie politique n’existe pas » pas plus qu’il ne peut se faire de politique écologiste. Tout cela ne veut rien dire. Le fait social, techno-social économique animé par la valeur d’échange depuis le néolithique est anti-écologique par principe autant que par construction, puisqu’il ne produit rien de vivant, rien de biologique capable d’auto-régulation, de rétro-action positive, (de néguentropie).
              Thème passionnant et tragique !
              y a pas que des trolls sur AVox, vous me rassurez !


            • Iris Iris 3 mai 20:11

              @PascalDemoriane

               Le fait social, techno-social économique animé par la valeur d’échange depuis le néolithique est anti-écologique par principe autant que par construction, puisqu’il ne produit rien de vivant, rien de biologique capable d’auto-régulation, de rétro-action positive, (de néguentropie).

              Une politique écologique vise justement à inverser cette tendance.


            • PascalDemoriane 3 mai 22:06

              @Iris
              Iris, je, nous voudrions bien le croire, sauf que autant l’expérience que l’approche théorique prouve le contraire. L’écologie bien comprise comme sous ensemble de la biologie, montre que toute production d’artefacts via la technique ne produit que des objets morts incapables d’interactions autonome et pas du vivant ! Et çà vous n’y pouvez rien ni moi non plus !
              dit plus vulgairement, on ne fait pas d’omelettes sans casser des oeufs, comprendre sans augmenter l’entropie, le désordre du milieu, en l’espèce, sans transformer du vivant potentiel (l’oeuf)

              en objets morts (l’omelette). 
              C’est triste mais c’est ainsi !
              Donc votre politique écologique consisterait-elle à refaire des oeufs à partir d’omelette ? çà tient pas !
              Marx l’avait déjà démontré, seule une poule peut faire des oeufs parce qu’elle n’est pas une machine, mais ce processus n’est pas réversible ! donc pas échangeable ! La machine ne produit rien, la poule, comme l’humain est la seule source de production, d’oeuf comme de machine ou de tout autre artefact. Mais la production (d’artefacts) n’est pas la reproduction (du vivant) ! etc...
              Pensez-y ! c’est passionant. Lisez Le Capital, tout y est !


            • Iris Iris 3 mai 22:17

              @PascalDemoriane
              Tout ça est plus simple que vous le pensez, nous pensons qu’une politique écologique devrait passer par moins de technologie, ou une population moindre mais je sens que ça ne va pas vous plaire non plus. Aïe aïe aïe, que faire pour nous comprendre ?


            • eau-mission eau-mission 4 mai 08:14

              @tashrin

              Un des sous-problèmes écologiques actuel est le gaspillage d’énergie dans les circuits électroniques. La dématérialisation, le contrôle fin des processus auraient dû conduire à une moindre dépense d’énergie. Au contraire, on voit des ordinateurs surdimensionnés, des flux de données surchargés par la publicité, des SUV hybrides, et le bitcoin.

              On se serait mieux portés en taxant la puissance de calcul.


            • eau-mission eau-mission 4 mai 08:30

              @PascalDemoriane

              Désolé, j’avais 15 ans en 68 et les marxistes étaient de très mauvais promoteurs de Marx. Donc pas lu le Capital.

              Mais j’essaie de vous comprendre. La mécanique intellectuelle ne devrait pas être dissociée du corps, et l’échange d’idées ne se résume pas à l’interconnexion de mécaniques intellectuelles.

              Aux fanas du transhumanismes, on devrait objecter prioritairement que les algorithmes ne mesurent pas les conséquences de leur déroulement.


            • PascalDemoriane 4 mai 09:32

              @Iris

              Une population moindre ? faudrait expliquer pourquoi, comment on fait, qui le fait et qui sera amoindri. çà va être compliqué ! ex. En éduquant au maximum les femmes, vous réduisez la fécondité mais augmentez le niveau de vie donc l’impact du développement et de la consommation ! Le réel est contrariant hein ! et pis même en refaisant Auschwitz 2.0, on n’y arrivera pas, c’est pas efficace, pas écologique et pas consensuel...

              Moins de technologie ? l’ennui c’est que la technologie c’est pas un paramètre quantifiable ni modulable ! On peut devoir réduire une production, oui, mais on ne peut pas désapprendre à la produire, pas débreveter des brevets... écologiste vous savez faire du vélo, mais vous pourrez pas désapprendre à en faire pour ne plus en produire. çà marche pas ! Bon.
              Iris vous êtes sûre que les choses sont simples et gérables avec des mots ? Si oui, faites de la politique spectacle, comme les éoliennes çà tourne avec du vent et çà rapporte gros !
              Non je vous taquine. Tout çà est passionnant.


            • Iris Iris 4 mai 16:40

              @PascalDemoriane

              Pourquoi une population moindre ?

              Ben mince alors ! Je pensais que nous partagions l’idée que nous tirons trop sur la corde. Désolé du malentendu.

              Par moins de technologie je veut dire moins de produits technologiques qui assèchent les ressources, polluent, nous abêtie souvent... je ne parle pas de lobotomie.

              Vous êtes taquin, mais vous avez l’air gentil  smiley


            • zygzornifle zygzornifle 4 mai 08:26

              Calamité, on a eut la Covid et ce n’est pas fini, on a la guerre en Ukraine, on a l’augmentation de toutes les matières première et de l’alimentation et voila une plaie supplémentaire, l’écologie politique, au secours .....



                • Oncl’Sagamore 4 mai 08:42

                  ... et cela est incompatible avec les règles européennes qui obligent à respecter le marché unique.

                   C’est justement la raison pour laquelle il faut modifier les règles européennes,

                  1) Modifier l’économie mondialisée 

                  2) Lutter contre les lobbies tous puissants

                  3) ... Attendre la disparition des boomers qui détiennent les postes-clés, et qui bloquent tout !


                  • zygzornifle zygzornifle 4 mai 16:42

                    @Oncl’Sagamore

                     Avec la réélection de Macron ce n’est pas près d’arriver, bien au contraire il va amplifier le mouvement .....


                  • PascalDemoriane 4 mai 10:18

                    @l’auteur
                    Sans esprit polémique, aucun, cette phrase me chiffonne par le style
                    « La pensée écologique doit réfléchir à quel niveau d’autonomie on devrait atteindre en 2050... »
                    pas beau, bancale ! j’aurais préféré la classique construction
                    « La pensée écologique doit réfléchir au niveau d’autonomie qu’on devrait atteindre en 2050... »
                    L’envahissement généralisé de l’interrogatif dans l’affirmatif m’inquiète.


                    Et la phrase me chiffonne aussi sur le fond. S’agissant de souverainté nationale, ce n’est pas la « pensée écologique » qui est en oeuvre mais la pensée politique. L’écologie n’a rien à voir avec le régime politique et ses rapports de forces géo-politiques, sinon les mots n’ont plus de sens, tout serait dans tout et réciproquement... tout serait de l’écologie et finalement rien n’en serait !
                    C’est ce que j’appelle l’érosion du sens, l’érosion de l’intellection. Ces mots valises deviennent des mots poubelles !


                    • zygzornifle zygzornifle 4 mai 16:41

                      Les écolos ont appelés a veauter Macron donc ils sont pour la retraite a 65ans, contre le social, pour la destruction de la nation et du service hospitalier, ce sont non seulement des imbéciles mais en plus des traitres, ils ne méritent que mon mépris  ..... 


                      • PascalDemoriane 4 mai 19:57

                        @zygzornifle
                        Nuancez tout de même. Tous les écolos conscients ne sont pas forcément des gigolos jadot ni des bobos Sardines Ruisseau cryto-macroniens. Ceux là ne méritent pas seulement le mépris mais des coups de pied au cul, électoraux d’abord, et si possible fesso-sacraux ensuite ! Faudra, tiens ! inventer la technique du coup de pied au cul vert garanti renouvelable !


                      • eau-mission eau-mission 5 mai 10:21

                        Encore un auteur qui assure dans l’échange.


                        • troletbuse troletbuse 5 mai 10:59

                          Bon article mal noté

                          Le vrai nom est : parti escrologique


                          • Mozart Mozart 5 mai 17:24

                            L’écologie n’est ni de droite ni gauche. Elle doit d’abord reposer sur des bases saines et vérifiables et non sur des lobby. Aujourd’hui l’écologie fait dans le n’importe quoi sans aucuns freins. On balade la populace à coup de CO2, de montée des eaux, de réchauffement climatique... alors que rien de cela n’est prouvé. Les études sérieuses montrent des résultats bien différents. Mais l’abreuvoir vert est bon et tous les assoiffés de pouvoir, d’argent, d’honneur... viennent s’y désaltérer, sans le moindre vergogne, au mépris de ceux qui doivent, tous les jours se déplacer pour travailler et essayer d’avoir une petite parcelle de bonheur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

charlesleter


Voir ses articles



Publicité




Palmarès



Publicité