• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Éloge de la Discrimination

Éloge de la Discrimination

Le Politiquement correct voudrait que la Discrimination disparaisse de ce monde. Je ne suis pas d'accord. La Discrimination est inhérente à l'être humain. Nous ne pouvons pas vivre sans. Discriminer, c'est choisir, discriminer, c'est préférer, discriminer c'est exister. Un Monde sans Discrimination c'est un monde uniforme où l'Homme n'existe plus en tant qu'être, c'est un Monde où seul le groupe perdure aux dépends de l'individu, c'est l'aboutissement final du totalitarisme.

"Discriminer : Établir une différence entre des personnes ou des choses en se fondant sur des critères distinctifs." (Larousse)

La discrimination, de la naissance...

Depuis que nous sommes tout petit, nous discriminons, comme M. Jourdain fait de la prose : sans le savoir ! A 6 ans, quand nous choisissons notre meilleur(e) ami(e), nous discriminons ! Nous le prenons lui, ou la prenons elle, plutôt qu'un ou une autre à cause de son physique, à cause de son comportement, à cause de ses goûts ! Et ainsi, nous commençons à nous affirmer en ce monde, en ayant choisi celui-là, celle-ci plutôt que tel(le) autre ! Notre premier acte de raison est un acte de discrimination ! Adolescent, lorsque Cupidon nous atteint de ses premières flèches, c'est la Discrimination qui entre encore dans notre sang ! Nous serons amoureux de tel ou tel, certainement pas pour des raisons rationnelles ! Nous aimerons celle ou celui que notre cœur discrimine de tous les autres !

 

...au Mariage

Et le mariage, ou simplement le choix d'un partenaire, sera une discrimination ! Nous l'aimons, parce qu’il/elle a des beaux yeux, une belle peau brune que sais-je ? Nous l'aimons parce que notre cœur la discrimine de tou(te)s les autres, à partir de critères... totalement subjectifs ! Enfin je l'espère pour vous !

Et c'est la Discrimination qui crée le couple qui mène à l'enfant !

Nous sommes tous des enfants de la Discrimination !

 

La discrimination positive, en forme d'aveu.

Alors n'est-ce pas une absurdité que cette idéologie du Politiquement Correct qui prétend éliminer la discrimination ?

Si la discrimination était vraiment une vilaine chose, tout le monde la condamnerait ! Et personne n'aurait jamais inventé le concept de "discrimination positive" !

Existe-t-il des "Trafics de drogues positifs", des "Actes de barbarie positifs", de la "Pédophilie positive" ? Bien sûr que non ! Parce que partout dans le monde, le trafic de drogue, les actes de barbarie ou la pédophilie sont choses condamnables !

Mais la discrimination n'est pas condamnable ! Elle est naturelle ! Elle est inhérente à l'Homme ! Sinon, on aurait jamais inventé ce concept de "discrimination positive" !

 

En neurobiologie également

Dans son excellent ouvrage « Brains Bugs », le professeur Dean Buonomano établit que le cerveau a deux modes de fonctionnement : le mode déductif, « Si A est vrai, je sais que B est vrai, si B est vrai, je sais que C est vrai, alors comme A est vrai, C est vrai etc... » et le mode « par analogies » : « A ressemble à B, or je sais que B est dangereux donc, je vais éviter A » !

Le mode de fonctionnement "par analogies" nous vient du fond des âges. Quand nous étions encore des pithécanthropes, lorsque quelque chose s’approchait qui ressemblait à un Tigre à Dents de Sabre, il valait mieux ne pas réfléchir trop longtemps : « Si ceci, si celà ... » ! Il était plus judicieux de penser « ça ressemble à un tigre, donc je me sauve » ! C'était même une question de survie ! Et je crois que ça l'est encore, même si le danger n'est plus le regretté Smilodon !

Ce mode de raisonnement par analogies, s'il est moins précis est plus sujet à erreurs, que le mode de raisonnement déductif est aussi plus rapide et plus économique ! Il a donc encore, pour des millions d'années toute sa place dans notre cerveau.

Interdire la Discrimination revient à interdire de penser d'après ce mode de pensée « par analogies » ! C'est une impasse ! Notre cerveau ne peut pas faire l'économie de la moitié, au moins, de ses capacités !

 

Et pour conclure.

Vouloir supprimer toutes discriminations (sauf celles dites « positives », mais qui décide lesquelles sont positives, et de quel droit ? ), c'est poursuivre une chimère ! C'est comme vouloir abolir la propriété ! C'est un ressort idéologique d'un pouvoir devenu vous qui est prêt à utiliser n'importe quelle violence pour suivre sa chimère, pour... rester au pouvoir !

La Discrimination doit donc être autorisée, reconnue et honorée.

Cela signifie-t-il qu'il ne faille pas encadrer la Discrimination ? Bien sûr que non ! Comme la Propriété, la Discrimination doit être encadrée par des coutumes, des textes de lois, des régulations sociales !

Si on encadre pas la Propriété par la loi, on donne le pouvoir aux mafias, aux plus violents, aux moins scrupuleux. Je pense qu'il en est de même pour la Discrimination.

On sait désormais, que nier, la Propriété comme l'ont fait certains communistes extrémistes amène non seulement des tas de cadavres, mais aussi la réapparition de la Propriété de la façon la plus dérégulée et la plus violente : les mafias albanaises, russes ou chinoises qui ont fait leurs choux gras dès l'époque du Communisme sont là pour le prouver.

De même nier la Discrimination, sa nécessité, amènera aussi des condamnations inutiles, des conflits des guerres idiotes et au final une extrême Discrimination qu'utiliserons à leurs fins ceux qui aujourd'hui prétendent l'éradiquer !

Pour toutes ces raisons, je dis oui, à la Discrimination, négative si possible, celle qui n'est pas le choix des puissants mais des humbles, vive la Discrimination et... merde à la Halde.


Moyenne des avis sur cet article :  2.92/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • niberta 28 octobre 2014 10:49

    Votre raisonnement comme les exemples que vous choisissez sont d’un autre âge. Aujourd’hui nous sommes dans l’ère de la surpopulation, la surexploitation, la surconsommation. La liberté de choix a des conséquences qu’elle n’avait pas, à savoir qu’aujourd’hui la discrimination est une condamnation ( pour ceux qui ne sont pas choisis ) au mieux à la misère, au pire à la mort, voire à l’extinction, et ce sur des critères subjectifs comme vous l’avez si bien signalé. Le danger est là.


    • Hermes Hermes 28 octobre 2014 11:11

      Ah Ah Ah !

      Bien sûr discriminer est une nécessité du développement de l’être humain. puisque c’est le premier pas de l’esprit avant la compréhension et la synthèse. Ce n’est pas la discrimination qui pose problème : l’esprit embrumé par ses peurs, au lieu d’aller dans un sens constructif et positif, va stigmatiser des différences (en trouvant chez l’autre une justification des difficultés), ce qui conduit à la ségrégation.

      Evidemment c’est une abberration de lutter contre la discrimination, car le terme est impropre.

      Les replis identitaires actuels expriment bien la peur d’absence de solution positve et constructive pour nos sociétés, et la discrimination positive ou négative, sont l’une et l’autre l’expression de cette peur.

      La ségragétion existera toujours tant que la peur, la possession et l’avidité gouverneront le coeur des hommes. Se réveiller à soi-même, devenir attentif à ce que l’ont vit (à l’extérieur mais surtout à l’intérieur de soi-même, au présent), apprendre à se détendre, permet de lever petit à petit le voile des interprétations avec la ribambelle de critères que nous apposons sur les autres, et qui ne sont autres que l’expression de nos propres peurs ................................ (à compléter par ses propres observations)

       Cela ne se produit pas par l’interdiction ou la rédaction d’une loi, mais par l’autorisation (par soi-même , pour soi-même) à vivre tout simplement.

      Bonne journée.


      • César Castique César Castique 28 octobre 2014 11:48

        « Mais la discrimination n’est pas condamnable ! Elle est naturelle ! Elle est inhérente à l’Homme ! »


        Elle fait même partie de l’instinct de conservation, de celui de l’individu comme de celui du clan et de la nation.

        Le peuple qui y renonce, comme Hermès par l’adoption d’une posture intellectuelle, est promis à l’anéantissement par celui qui, venant d’ailleurs, l’a conservée.



        • Hermes Hermes 28 octobre 2014 12:54

          Bonjour César,

           Je ne renonce pas, je l’observe et l’intègre.... Par ailleurs, il me semble avoir bien affirmé la nécessité de la discrimination et fait la distinction avec la ségrégation, non ?

           La compréhension n’est pas une posture intellectuelle, ni une opinion. La posture intellectuelle ne permet pas de voir et d’adapter son comportement. La défense en cas d’agression peut dans certians cas être la réponse adaptée !

          Quand on comprend, on n’a pas « raison », on voit simplement et il n’y a rien à défendre.

          Quand à l’anéantissement, inutile d’en avoir peur, car nous n’avons pas d’autre issue (ou passage selon l’idée qu’on s’en fait), que la mort. L’instinct de survie n’est pas la peur qui vient de l’ego, et l’instinct de survie ne nie pas la mort.

          Inutile donc de durcir ses positions, la vie est souplesse et évolution permanente, la mort figera à jamais notre dépuille jusqu’a sa disparition totale.

          Vivez heureux et tranquille

          .... sans sarcasme de ma part smiley


        • César Castique César Castique 28 octobre 2014 13:01

          « Quand à l’anéantissement, inutile d’en avoir peur, car nous n’avons pas d’autre issue (ou passage selon l’idée qu’on s’en fait), que la mort. »


          C’est une façon de voir. Moi, par exemple, je me vois pluutôt comme un chaînon entre la génération qui m’a précédée, et dont j’ai hérité, et celle qui me suivra, dont je suis comptable de l’héritage,

        • Hermes Hermes 28 octobre 2014 16:39

          Bien ! ce n’est pas contradictoire dans mon point de vue. Bonne soirée.


        • Piotrek Piotrek 28 octobre 2014 12:46

          La discrimination c’est BIO, c’est bon, mangez-en

          Vous confondez tout : liberté d’expression, liberté de penser, égalité des droits et... liberté de discriminer(? ??)

          Avec l’excellent article sur le sophisme sorti le même jour (2° Les Sophistes sont des relativistes) C’est pas de bol


          • Piotrek Piotrek 28 octobre 2014 13:31

            Il suffit de remplacer « discrimination » par autre chose pour se rendre compte de l’arnaque :

            Eloge de la connerie :

            La connerie à la naissance, on se coince les doigts dans le placard, ça permet d’apprendre.
            La connerie au mariage (faut que je développe ?)
            La connerie positive, en forme d’aveu
            La connerie neurologique, mode de raisonnement par élimination cette fois qui nous vient du fond des ages

            Pour conclure :
            La connerie doit donc être autorisée, reconnue et honorée.

            C’est clair ?


          • Ruut Ruut 28 octobre 2014 15:58

            Sauf que la connerie c’est ce qui se partage le mieux a travers le monde.
            Plus une chose est stupide plus elle faira d’émule cf certaines vidéos sur Youtubes.
            .


          • arthes arthes 28 octobre 2014 12:55

            Discrimination contient quand même une notion péjorative, réductrice ; Un être en discrimine un autre par rapport à un jugement de valeur personnel purement intellectuel et qui n’a rien de « divin ou de spirituel » car il n’entre pas dans l’universalité, : Un élément dit discriminant doit être éliminé car il est néfaste, il n’entre pas dans le moule préétablit.

            En revanche, l’humain est dans une continuelle dualité et ses choix se font par rapport à ce qui lui est attractif/répulsif ou bon/mauvais ou sympathique/antipathique et il doit distinguer ce qui lui correspond le mieux, en fonction de ses attirances, désirs mais aussi en fonction de ce que lui dicte sa raison et tout en laissant son inspiration l’aider à guider ses choix...Très complexe l’humain !!! .

            « Discrimination positive » , encore un concept creux, abstrait et vide de sens, encore une hypocrisie de langage pour apporter de la vertu à un mot qui en est totalement dénué.


            • César Castique César Castique 28 octobre 2014 13:04

              « Un être en discrimine un autre par rapport à un jugement de valeur personnel purement intellectuel... »


              Pas forcément, quand je distingue entre les *NOUS* et les *EUX*, ça n’emporte rien d’autre que deux sentiments d’appartenance, le nôtre et le leur.

            • arthes arthes 28 octobre 2014 13:37

              @César

              Quand le « je » parle au nom du « nous » pour discriminer le « eux » à la place du « tu » , c’est encore au regard de valeurs collectives que ce « je » adopte comme étant les siennes propres puisqu’il a le sentiment de faire partie de ce « nous », c’est pour cela qu’il m’est impossible de considérer le mot et l’acte « discrimination » comme un principe universel « éternel » en l’homme, les valeurs collectives restent des normes qui évoluent au fil des civilisations, que l’on doit adopter pour vivre en paix, socialement autant que possible, elles régentent plus ou moins notre vie, mais elles ne sont pas « l’homme » (au sens humain).


              • César Castique César Castique 28 octobre 2014 18:59

                «  Quand le « je » parle au nom du « nous » pour discriminer le « eux » à la place du « tu » , c’est encore au regard de valeurs collectives que ce « je » adopte comme étant les siennes propres puisqu’il a le sentiment de faire partie de ce « nous »… »

                D’abord, il ne s’agit pas de parler, mais de se sentir et ensuite, il ne s’agit pas de valeurs collectives, mais d’affinités naturelles, qui induisent, par exemple, une empathie et une solidarité spontanées, instinctives, avec ceux qui sont les nôtres.

                Ces deux rectifications font que la suite de votre propos ne correspond à ce dont je parle, que Jean-Marie Le Pen avait illustré d’une formule restée fameuse « Je préfère mes filles à mes nièces, mes nièces à mes cousines, mes cousines à mes voisines, mes voisines à des inconnus et des inconnus à des ennemis. »


              • Diogène diogène 28 octobre 2014 14:49

                Le politiquement correct que vous évoquez au début de votre article est une forme majeur de déni, sinon un négationnisme.


                L’idée serait de gommer les réalités en changeant les mots :
                - « homme de couleur » serait un terme plus généreux que « noir » (sans parler du satanique « nègre »)
                - « technicien de surface » serait plus gratifiant qu’« agent de nettoyage » (et surtout « balayeur »)

                Il faut savoir que le phénomène joue là où ça fait mal, justement.

                Comme pour le concept de liberté qui ne se définit que par ses contraires et n’est pas revendiqué quand il est un fait, le concept de discrimination est gênant parce qu’il est la mise en évidence d’une réalité arbitraire et injuste.

                Lutter contre les « discrimination » ne signifie pas formater tout le monde sur un modèle unique,
                cela ne signifie pas qu’un homme devient une femme et vice-versa,
                ça signifie qu’une femme qui fait le même travail qu’un homme est rémunérée de la même façon.

                Le reste, c’est de la littérature.


                • niberta 28 octobre 2014 15:14

                  La discrimination dont parle l’auteur n’est qu’un discernement primitif, voir urgentiste (l’homme face au lion), dans la civilisation d’aujourd’hui, qui est devenue très complexe, cette forme de discernement est dangereuse, et peut même conduire à un suicide collectif. D’ailleurs il faudrait distinguer sur ce sujet, une discrimination individuelle, et une discrimination politique. La première est un simple choix personnel (ex mariage), l’autre est collective que ce soit au niveau d’une entreprise ou d’une nation. Pour une fois je préfère le politiquement correct.

                  C’est justement cette discrimination qui nous fait préférer que les espèces qui nous sont utiles ou agréables, et avec notre surpopulation, nous éradiquons de nombreuses espèces vivantes en détruisant leur espace vitale, en toute ignorance, y compris de leur rôle écologique, que nous avançons lentement mais sûrement vers notre propre extinction.


                  • Antenor Antenor 28 octobre 2014 17:38

                    Ce n’est pas parce que la discrimination est un comportement naturel qu’elle est intrinsèquement bonne ou mauvaise. Il y a de bonnes et de mauvaises discriminations.


                    • Pere Plexe Pere Plexe 28 octobre 2014 17:44

                      ...Tout un article pour ça ?
                      A moins que la finalité soit de justifier toutes les discriminations au prétexte que certaines sont justifiées ?


                    • OMAR 28 octobre 2014 18:30

                      Omar33

                      Salut le Kergoat.

                      Pourtant pauvres, certaines popultions préféraient du riz (et du blé) hautement raffiné et débarrassé de son enveloppe.
                      C’est très bon à manger, mais cela provoque le béribéri et le rachitisme.

                      http://www.fao.org/docrep/004/w0073f/w0073f17.htm

                      La discrimination ? Pffff.


                      • Esprit Critique 28 octobre 2014 18:53

                        Vive la discrimination , c’est ce qui permet de distinguer plus rapidement, les cons qui passent leur tant a dénoncer des « stigmatisations » des « amalgames » et autre phobies.....


                        • OMAR 28 octobre 2014 19:58

                          Omar33

                          De ton en tant, je passe mon thon à bouffer du temps chez tonton...

                          C’est p’tet con, mais surement pas idiot.


                        • epicure 1er novembre 2014 01:33

                          tu parles de discriminer les cons qui discriminent les gens qu’ils enferment par aprioris dans des catégories arbitraires, sans réfléchir à aucun moment à ce que sont réellement les gens qu’ils discriminent ?
                          Parce que ça c’est des vrais cons bas du plafond.


                        • Baasiste 2 1er novembre 2014 22:17

                          le con c’est celui qui ne voit pas que tous le monde a la majeur partie de son identité dans des groupes.


                        • alinea alinea 28 octobre 2014 20:02

                          Je voyais une différence entre « discriminer » et « choisir » ; je ne nuis pas à ceux que je ne choisis pas !
                          Et puis !!! que dire quand tout le monde a le même goût ?


                          • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 28 octobre 2014 21:11

                            «  ; je ne nuis pas à ceux que je ne choisis pas ! »

                            ça c’est sûr, c’est même plutôt une chance pour eux !

                             smiley


                          • alinea alinea 28 octobre 2014 21:40

                            Pas de bol, ce soir, je vous ai choisi !!!  smiley


                          • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 28 octobre 2014 20:35

                            Kergoat, tous ces braves gens reconnaissent une et une seule forme de discrimination : l’argent !

                            Tout ce qui n’est pas basé sur l’argent ne leur convient pas ! C’est tout, faut pas chercher plus loin !


                            • Menouar ben Yahya 28 octobre 2014 23:20

                              La discrimination est un acte répréhensible au regard de la loi car elle est en contribution avec le principe d’Égalité. La discrimination ne doit pas être confondue avec la liberté de penser,ou le racisme, on a le droit d’aimer ou détester qui l’on veut. Aux yeux de la loi,il y a discrimination lorsque l’on refuse un droit à une personne en fonction de son sexe,son âge, son handicap,ses origines réelles ou supposées,son orientation sexuelle...un chef d’entreprise,un hôtelier,un barman,une caissière...discrimine si il y a refus d’embaucher ou de servir quelqu’un en fonction des critères non exhaustifs cités au dessus.


                              • Menouar ben Yahya 28 octobre 2014 23:26

                                Il faut lire « en contradiction » avec le principe d’Égalité et non en contribution.


                              • Onecinikiou 29 octobre 2014 02:18

                                Et disciminer en fonction des compétences, le chef d’entreprise il a le droit ou sera-t-il bientôt contraint par l’idéologie de l’indifférenciation - le délire collectif plutôt - de choisir le premier venu ? 


                                D’ailleurs choisr le premier venu, fusse-t-il maghrebin ou noir (car c’est bien connu, seul l’homme blanc est raciste), est-ce que c’est pas une peu discriminatoire... !

                                Au fou !

                              • epicure 1er novembre 2014 01:36

                                choisir un emploi en fonction de la compétence ce n’est pas de la discrimination, par contre jouer au con pétant en rejetant quelqu’un de compétant sur des critères subjectifs (par exemple liés à l’apparence physique) ça c’est de la discrimination.


                              • Gasty Gasty 29 octobre 2014 07:04

                                « Un Monde sans Discrimination c’est un monde uniforme où l’Homme n’existe plus en tant qu’être, c’est un Monde où seul le groupe perdure aux dépends de l’individu, c’est l’aboutissement final du totalitarisme »

                                Çà dépend comment on regarde les choses, si c’est en tant qu’individu égoïste qui ne veut pas que son voisin puisse avoir les même droits ou d’une société solidaire. Car j’ai bien peur qu’il s’agisse d’un distingo entre des catégories de populations. Riche pauvre noir jaune ruraux urbains etc et non de l’individu en lui même et de sa personnalité.
                                L’uniformité en question voudrait à ne pas faire de différence entre un pauvre et un riche dans un halle d’ hôpital, et ainsi que le pauvre existe lui aussi, contrairement à ce que vous dites.

                                Alors ! de quelle discrimination parlez-vous exactement ?


                                • rocla+ rocla+ 29 octobre 2014 07:32

                                  C ’est rigolo 


                                  Discriminer  n’ est pas antonyme d’ incriminer .

                                  Que doit on penser ?



                                  • Hermes Hermes 30 octobre 2014 16:50

                                    Dispenser et dépenser non plus, ce qui n’interdit pas de penser Capitane !


                                  • Menouar ben Yahya 29 octobre 2014 09:50

                                    Discriminer ce n’est pas défendre sa différence. Discriminer c’est le refus d’un droit à une personne qui a une légitimité à réclamer ce droit. Si par exemple vous avez là couverture sociale CMU et qu’un médecin vous refuse il y a discrimination.,son refus est motivé par votre condition sociale et la loi vous protège.


                                    • Crab2 29 octobre 2014 10:50

                                      Sur l’autel des discriminations :

                                      L’honnêteté intellectuelle ou la démocratie : c’est koufar [impie]
                                      S’appuyant de par sa nature même sur son refus, comptant parmi les plus funestes, d’un modèle chimique susceptible de rendre compte de la complexité des relations humaines le MRAP se propose de saisir le CSA

                                      Lu sur le site du MRAP - Extrait :

                                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/10/les-affinites-electives-sacrifiees-sur.html

                                      ou sur :

                                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/10/29/les-affinites-electives-sacrifiees-sur-l-autel-ethnico-relig-5478698.html


                                      • Menouar ben Yahya 29 octobre 2014 12:28

                                        Si on est fidèle à l’héritage révolutionnaire, les discriminations sont en contradiction avec le principe constitutionnel,d’Égalité ! C’est un effet des fortes discriminations si sur les bancs de l’assemblée nationale on ne trouve que des « clans » de nantis,ces discriminations commencent des l’école,la discrimination positive cher à Bourdieu, permet de redonner une chance aux enfants des classes les plus pauvres. Il ne faudrait pas sous couvert du mot discrimination, faire l’éloge du racisme...concernant le MRAP,il s’est décrédibilise en défendant les caricatures de Mahomet,il s’est opposé à un principe fondamental,la liberté d’expression,le droit à la dérision.


                                        • epicure 1er novembre 2014 01:52

                                          Que d’erreurs et contre vérités :
                                          le régime nazi était totalitaire et pratiquait les discriminations, donc les deux choses en sont pas antinomiques, loin de là.
                                          les adversaires des discriminations ne sont pas des totalitaires mais des gens défendant la liberté.
                                          Ce qui s’oppose à la discrimination c’est l’égalité et la liberté, et non l’uniformité.

                                          Toute discrimination est une contrainte imposée à une personne, tout comme le totalitarisme.
                                          L’opposé de la discrimination c’est donc bien la liberté.

                                          Ce n’est pas le refus de la discrimination qui est la négation de l’être, mais bien la discrimination elle même. Toute discrimination nie la personne humaine, puisque ce n’est pas une personne réelle qui est discriminée, mais la catégorie discriminée dans laquelle cette personne est réduite apr la discrimination.
                                          Quand les racistes discriminaient les noirs ou les nazis discriminaient les juifs, à aucun moment il n’était tenu compte de al personne réelle.

                                          Quand les nazis ont discriminés collectivement les juifs, ils n’ont tenu compte ni de leur pratique religieuse, ni de leur implication réelle dans le monde de la banque ou d’un complot, l’humanité des juifs discriminés a été totalement niées, leur personne réduite à un stéréotype déshumanisé et déshumanisant du Juif.

                                          De toute façon la discrimination a toujours été avant tout un acte des puissants, c’est l’un des attributs du pouvoir de discriminer les gens dans la société, il suffit de voir comment les riches font tout pour discriminer las pauvres, en pratiquant notamment la ségrégation sociale.

                                          Un article qui marche sur la tête........


                                          • Baasiste 2 1er novembre 2014 22:16

                                            bouffon tu es discriminatoire tu passes ton temps blaireau à cracher sur le juif, le muslim, le chrétien, le sexe, la tradition, la nation, les races, l’hétérosexualité, bref tu craches ce qui est le contraire de toi, toi qui est un gay-bourgeois-consommateur voulant un monde métissé et mondialiste culturellement. bref un nazi sauf que c’est l’identité du NOM que tu défends.


                                          • Crab2 1er novembre 2014 09:38

                                            Toute discrimination est une contrainte imposée à une personne, tout comme le totalitarisme.
                                            L’opposé de la discrimination c’est donc bien la liberté
                                            - selon epicure

                                            Au nom de la liberté doit-on laisser des individus exciser des fillettes ou marier de force des jeunes filles, ect. ?


                                            • epicure 1er novembre 2014 16:33

                                              Drôle de façon de répondre à mon texte que tu as quotté.
                                              Tout ce dont tu parles n’a rien du tout à voir avec la liberté, mais avec son contraire, avec les discriminations imposées aux filles.
                                              Ce n’est pas de la liberté mais du pouvoir, que des personnes exercent arbitrairement sur d’autres personnes. La possibilité d’exercer ce pouvoir ça ne s’appelle pas la liberté mais la licence.
                                              C’est comme une société qui autoriserait des hommes à haut rang social d’imposer des relations sexuelles à des femmes ou des enfants, ce n’est pas de la liberté sexuelle (relation consentie entre les deux personnes sans contrainte), mais de la licence sexuelle.


                                            • Baasiste 2 2 novembre 2014 11:56

                                              la liberté c’est de laisser interagir les gens librement entre eux pas encadrer leurs relations comme un nazi, si le patron ne veut pas prendre de noirs et de femmes dans son entreprise c’est sa liberté et ça n’empiète celle de personne, il ne va pas forcer la femme ou le noir à faire telle chose. d’ailleurs c’est rigolo de parler de discrimination quand mr veut que tous ce qui touche à la religion dans les entreprises et lieux publics, doit être supprimé.


                                              donc maintenant gardes ta gestapo de merde ne nous dit pas comment agir avec les gens dans des relations où les deux parties doivent êtres consentantes, tu es liberticide. n’obliges pas les gens à traiter TOUS le monde de la même manière, ça s’appelle de l’uniformité et du totalitarisme, n’imposes pas ta pensée.

                                              pareil pour l’éducation pauvre nazi n’imposes pas de norme éducative totalitaire, n’imposes pas une éducation qui devrait être uniforme en matière culturelle-sociale-sexuelle... vis à vis de tous le monde, pas plus facho, l’éducation fasciste ne prend en compte ni l’individualité, ni la sexualité de chaque gosse et transmet les mêmes valeurs à tous le monde, si tu veux aller jusqu’au bout de ta logique supprimes l’éducation parentale et fais éduquer tous le monde dans les jeunesses hitlériennes, plus de différences d’éducation. la liberté c’est pas imposer une pseudo-égalité totale.
                                              laisses les parents libres d’éduquer leurs gosses comme ils veulent, liberté d’éducation et laisses les parents librement s’adapter aux besoins et à l’identité de leur gosse.


                                              tu racontes tellement de la merde que tu appelles la liberté la licence quand ça te gêne, le totalitarisme, la contrainte et l’encadrement ça devient la liberté.

                                            • Crab2 3 novembre 2014 11:38

                                              INTÉGRATION

                                              Chacun ou chacune, à sa porte, qu’au chômage ou « abandonnées » dans une extrême précarité peut observer, constater que chaque famille est ni plus ni moins qu’une autre concernée tant dans les milieux dits « français de souche » que dans toutes les autres couches de la population de notre pays

                                              Suites :

                                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/11/integration.html

                                              ou sur :

                                              http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/11/03/integration-5481901.html

                                              °

                                              https://twitter.com/?lang=fr


                                              • Crab2 8 novembre 2014 11:25

                                                La Famille

                                                Réponse à une lectrice canadienne

                                                Madame, suivant vos bonnes intentions à mon égard, je me permets de vous demander de bien vouloir noter que je n’éprouve nul besoin de réconfort dans la mesure où je ne vis pas dans l’illusion ;

                                                j’observe que votre vision patriarcale ( ou chrétienne ) de la famille vous empêche de voir que la notion de famille « occidentale » n’est rien de plus qu’une construction intellectuelle, …/...

                                                Suites :

                                                http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/11/la-famille.html

                                                ou sur :

                                                http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/11/08/la-famille-5485446.html

                                                https://twitter.com/?lang=fr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès