• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > En Egypte, dénoncer le harcèlement sexuel peut conduire en prison

En Egypte, dénoncer le harcèlement sexuel peut conduire en prison

Ces derniers mois, deux femmes ont été emprisonnées et condamnées pour avoir publiquement dénoncé le fléau du harcèlement sexuel en Egypte.

En mai dernier, l'actrice Amal Fathy publiait une vidéo sur Facebook dans laquelle elle expliquait comment, lors d'une visite dans l'une des agences de la Banque Misr, elle avait été harcelée sexuellement par des hommes pendant qu'un agent de sécurité l'observait en se touchant.

Deux jours après la publication de la vidéo, des policiers firent irruption au domicile cairote d'Amal Fathy et de son mari Mohamed Lotfy, directeur de la Commission égyptienne pour les droits et les libertés, pour conduire le couple et leur enfant âgé de trois ans, au commissariat de Maadi. Si son mari et son enfant furent libérés par la suite, Amal Fathy resta en détention. Le 29 septembre dernier, elle a été condamnée à une peine de deux ans d’emprisonnement et à une amende de 10 000 livres égyptiennes, soit l'équivalent de près de 480 euros.

Il y a quelques mois, Mona Mazbouh, une jeune touriste libanaise était condamnée à huit ans de prison pour "atteinte" au peuple égyptien après la diffusion d'une vidéo sur Facebook dans laquelle elle se plaignait d'avoir été victime d'harcèlement sexuel. Son cas fut alors largement relayé dans les médias et une pétition appelant à sa libération vit le jour.

Mona Mazbouh a depuis été libérée suite à la décision de la cour d'appel égyptienne de réduire sa peine à un an d’emprisonnement avec sursis et au versement d’une amende de 30.000 livres égyptiennes, soit l’équivalent de près de 1.500 euros.

La question du harcèlement sexuel fit réellement irruption dans le débat public égyptien lorsqu'une femme courageuse de 27 ans, Noha Rochdi, agressée en 2008 par un chauffeur de bus, osa porter l'affaire devant les tribunaux et réussit, malgré les menaces et les insultes, à faire condamner son agresseur. Mohamed Diab, qui assistait au procès, en tirera son célèbre film "Les Femmes du bus 678" qui met en scène trois jeunes femmes, appartenant à des mondes différents, victimes d'agressions sexuelles. Si le film contribua à sensibiliser la société égyptienne à la question du traitement des femmes, des procès furent intenté au cinéaste pour avoir prétendument sali l'image du pays. Quelques semaines après la sortie du film, lors du soulèvement populaire de janvier 2011 qui chassa Hosni Moubarak du pouvoir, des groupes de volontaires se constituèrent afin de protéger les femmes des agressions sexuelles durant les manifestations et des graffitis anti-harcèlement fleurirent sur les murs du Caire.

Le remarquable civisme qui régnait alors sur la place Tahrir fut brutalement interrompu lorsque, le dix-huitième jour, au milieu de la liesse populaire, une envoyée spéciale de la chaîne américaine CBS, Lora Logan, fut sauvagement agressée par plusieurs centaines d'hommes. Au cours des mois suivants, deux journalistes françaises, Carole Sinz, de France 3, et Sonia Dridi, de France 24, furent-elles aussi victimes d'agressions sexuelles.

En 2013, de nombreuses égyptiennes se réunirent régulièrement sur la place Talaat Harb pour dénoncer la spirale des agressions sexuelles. Selon un rapport de l'ONU, publié la même année, 99% des femmes égyptiennes déclaraient avoir déjà été victimes de harcèlement sexuel.

Cette mobilisation de la société civile déboucha l'année suivante, sous l'impulsion du Président Abdel Fattah al-Sissi, d'une loi criminalisant le harcèlement sexuel et le rendant passible d’une peine d'emprisonnement d’un an minimum.

Depuis, les condamnations sont rares et la grande majorité des victimes attendent que justice leur soit rendue. Selon Amnesty International, lorsqu’elles demandent de l’aide, les victimes sont ignorées ou traitées avec mépris par la police et la justice. En 2017, un sondage de la Fondation Thomson Reuters confirmera les craintes des ONG en désignant Le Caire comme étant la "mégalopole la plus dangereuse au monde pour les femmes".

Face aux critiques, les autorités égyptiennes, qui entendaient il y a peu encore lutter contre les violences faites aux femmes, ont durcies leur position en faisant récemment adopter par le Parlement un projet de loi ciblant les réseaux sociaux. Désormais, les comptes de plus de 5 000 abonnés seront traités comme des médias et leurs propriétaires feront l'objet de poursuites s'il s'avère qu'ils diffusent de "fausses nouvelles" ou incitent à des troubles.

Le temps où le Président égyptien se rendait au chevet des femmes victimes de violence, bouquet de fleurs à la main, en s'engageant à lutter contre le fléau du harcèlement sexuel, parait désormais loin.


Moyenne des avis sur cet article :  2.46/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Christ Roi Christ Roi 15 octobre 11:04

    Article mensonger, raciste et néo-colonialiste d’un stipendié de l’empire américain. Il est laid.


    • aimable 15 octobre 14:09

      que peuvent attendre les femmes dans les pays ou la culture est issue d’une religion moyenâgeuse et barbare


      • Ruut Ruut 17 octobre 12:32

        @aimable
        Parlez vous de la France ou des USA ?


      • V_Parlier V_Parlier 21 octobre 20:50

        @Ruut
        Je ne pense pas que cette fois il s’agisse des loges de « frères », donc non, pas la religion d’Etat de la France. Quant aux USA, ont-ils finalement une religion bien précise...


      • blablablietblabla blablablietblabla 15 octobre 17:48

        Ben oui ils en ont marre de se taper des chèvres et des chameaux , faut les comprendre. Pour les hommes musulmans une femme est une chatte ambulante .Mais le pire c’est les femmes divorcé(hadjala) , elle est carrément pour tout le monde.Le deuxième sex est un vrai problème dans le monde islamique.


        • Alren Alren 15 octobre 19:34
          Merci à Anton Stuve pour son article.

          C’est la multiplication d’articles comme celui-ci qui alertera, chez nous par le biaise de l’ambassade égyptienne, et poussera le gouvernement égyptien à être plus ferme vis-à-vis de sa police et sa justice pour l’application de la loi.

          On pourrait d’ailleurs lancer une pétition en direction de l’ambassade.

          • V_Parlier V_Parlier 15 octobre 20:24
            Je lis : "Désormais, les comptes de plus de 5 000 abonnés seront traités comme des médias et leurs propriétaires feront l’objet de poursuites s’il s’avère qu’ils diffusent de « fausses nouvelles » ou incitent à des troubles."
            -> J’ai du relire, je croyais qu’on parlait de l’Europe. (Enfin, sauf pour les rappeurs...)

            • Surya Surya 15 octobre 21:33

              Personnellement, je pense que la dégringolade de l’Egypte, je ne parle pas en particulier du statut des femmes, mais en règle générale, a débuté dans les années 50. 



              • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 13:08

                Et en prison c’est le viol et les tournantes imposées .....


                • zygzornifle zygzornifle 16 octobre 13:11

                  Dire qu’il y a fort longtemps ils avaient des ingénieurs des maître d’oeuvre capable d’imaginer et de réaliser les pyramides et toutes ces statues gigantesque , ha oui a cette époque c’était des égyptiens , des vrais pas des barbus égorgeurs de mécréants , ils ont connus le grand remplacement ce qui nous attend aussi .... 


                  • Yanleroc Yanleroc 16 octobre 13:16

                    @zygzornifle
                    réaliser les pyramides et toutes ces statues gigantesque , ha oui a cette époque c’était des égyptiens

                    Je ne voudrais être contrariant, mais tu es sûr vraiment ?...

                    La Révélation des Pyramides, tu connais surement..
                     (ça fait beaucoup de certitudes smiley

                  • chokolat chokolat 1er novembre 13:05

                    Vraiment un sujet très intéressant , les femmes ont été toujours la maille la plus faible de la chaine sociale !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Anton Struve

Anton Struve
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès